Éthique des sciences ueh

download Éthique des sciences ueh

of 23

  • date post

    05-Dec-2014
  • Category

    Documents

  • view

    604
  • download

    0

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Éthique des sciences ueh

  • 1. thique des sciences etdmocratie scientifique Sminaire doctoral Universit dtat dHati Janvier 2013 Florence.Piron@com.ulaval.ca
  • 2. Lthique des sciences 3 domaines : thique de la recherche avec des participants humains, intgrit scientifique, responsabilit sociale des chercheurs et des universits Rflexions sur le mtier de chercheur et ses modes de rgulation, notamment les politiques publiques gouvernementales ou locales (dans les universits) Poser la question de la dmocratie scientifique vs la tour divoire.
  • 3. thique de la recherche avec desparticipants humains Issue de la biothique Le consentement clair, le droit linformation des participants Le respect de lindividu, de ses droits et de son bien-tre Le principe dquipoise (bienfaits/mfaits) Limites Le cas des pays du sud : confrence TED
  • 4. Lintgrit en recherche Aussi appele intgrit scientifique ou thique de la recherche fondamentale ou encore conduite responsable de la recherche . Comment viter les misconducts ou manquements cette intgrit ? Fraude, plagiat, falsification de donnes, corruption, conflits dintrts, etc. Laugmentation de ces manquements est lie directement la professionnalisation du mtier de chercheur (carrire, comptition, montarisation de la recherche, conflits dintrts, etc.) On est bien loin de lidal scientifique du dbut : partage des connaissances pour le bien commun, de tous.
  • 5. Science et bien commun: une questionde responsabilit sociale La responsabilit sociale du chercheur : avoir le souci des consquences de ses travaux scientifiques, ne pas se dire aprs moi, le dluge . tre conscient de la porte de ses choix (sujet de recherche, lieux de diffusion, langue, jargon, etc.), se sentir inscrit dans une cit. Cf. science et guerre (nuclaire). La responsabilit sociale des universits : rayonnement dans la communaut locale ou obsession pour la comptition internationale? Cder lidologie du management ou se centrer sur les besoins de sa communaut? Simpliquer ou non dans les grands dbats de socit? Responsabilit sociale de ltat : dans sa dfinition dune politique scientifique au service du bien commun. Cela exige dintgrer les dbats publics et le point de vue des citoyens la rflexion sur la science que les citoyens veulent : rapports avec lindustrie, les PME, la socit civile, les priorits, les projets financs et laccs aux publications scientifiques, entre autres.
  • 6. Questions Do vient cette ide du lien moral entre la science (acteurs, institutions, pratiques) et la socit (citoyens, tat, industrie, etc.? Pourquoi la recherche scientifique devrait-elle tre lie au bien commun? quelle conception du bien commun la recherche scientifique devrait-elle tre lie?Pour y rpondre, commenons par lvocation de la doctrineconventionnelle de la neutralit scientifique, encore trs vivantedans nos universits : les chercheurs nont rien voir avec ceque la socit fait des rsultats scientifiques.
  • 7. 1. La doctrine : La science est et doitrester hors de la Cit La science doit se dvelopper hors de la Cit, car cette distance est ce qui garantit labsence dingrence externe dans le mouvement autonome de dveloppement de la science, fond sur la rationalit scientifique, un langage pur et des mthodes spcifiques. La science na pas de compte rendre en dehors de ceux prvus par ses critres internes. La soif de connaissance, une meilleure comprhension de la pense et du monde sont ses seules raisons dtre. La science est universelle et a-locale, elle transcende les socits, les poques et les cultures. Elle nest pas concerne par les dbats politiques sur le bien commun, ni par les usages que font delle les citoyens, ltat, les lus, lindustrie, la socit civile, etc. Cest la tour divoire.
  • 8. Pas de fentre
  • 9. 2. Le ralisme. Un contrat social entreltat et la science Quand mme, la science ne vit pas de rve et deau frache. Il lui faut des ressources financires pour se dvelopper. En 1945, en pleine reconstruction post-conflit, cest ltat qui, seul, pouvait offrir ces ressources. Do le contrat social de la science, rdig par Vannevar Bush aprs la Seconde Guerre mondiale et qui a donn lieu la National Science Foundation et au concept de science publique, dorganismes subventionnaires, etc. : ltat finance le dveloppement de la science sans trop sen mler en change de quoi les scientifiques sengagent faire des recherches qui, en tout ou en partie, rpondent aux dsirs de ltat, assimils au bien commun. La National Science Foundation (NSF) se proposait ainsi de promouvoir lavancement de la science, faire voluer la sant, la prosprit et le bien-tre national et scuriser la Dfense nationale en subventionnant des travaux scientifiques. Elle voulait mettre la science au service du bien commun dfini ici comme lensemble des intrts de ltat, le grand responsable de la protection et du dveloppement de lintrt gnral et des ressources collectives. Bien commun = intrts et dcisions de ltat
  • 10. Vannevar Bush,General of Physics,Mai 1944
  • 11. 3. Fin du contrat social ? Ce contrat social, repris dans bien dautres pays, tait en fait une conscription de la science. Il garantissait aux chercheurs des fonds de recherche quils nauraient pas obtenu de ltat autrement, en change de travaux scientifiques utiles aux projets de ltat (notamment larme). Ce contrat a dur longtemps, au point de paratre naturel plusieurs gnrations de chercheurs. Mais il est actuellement menac par la transformation de ltat en tat no- libral. Cette transformation impose une rduction des dpenses publiques et la recherche de partenariats avec le secteur priv, notamment la grande industrie, pour compenser. En change de ce transfert de responsabilits au secteur priv, ce dernier doit recevoir des avantages. Linnovation commercialisable est un de ces avantages que la science peut offrir. Une nouvelle forme de conscription de la science sest mise en place depuis 1995 dans les tats nolibraux : le capitalisme cognitif ou lconomie du savoir qui demande la science de gnrer des brevets ou des inventions susceptibles daider lindustrie, notamment pharmaceutique ou agro- alimentaire. Cette nouvelle alliance entre ltat et lindustrie autour de linnovation sest incarne dans les dernires politiques scientifiques des tats no- libraux.
  • 12. Quest-ce quune politique publiquescientifique ? Une politique publique scientifique est un outil daction quune quipe lue (un gouvernement) se donne et implante pour faire valoir sa conception de la contribution de la science sa vision du bien commun. Elle comporte des instances de dcision et de reddition de comptes, des budgets, des institutions (universits, centres de recherche, centre de transfert, etc.) qui ont pour but dorienter la science afin de la modeler sur sa vision du bien commun.
  • 13. Deux grands mouvements en cemoment dans les politiquesscientifiques 1. La marchandisation du savoir: capitalisme cognitif, conomie du savoir 2. La socit du savoir, qui implique la science ouverte Une troisime dimension reste plus floue: la dmocratie scientifique, cest--dire la place des citoyens dans ces dbats publics sur la science.
  • 14. Lconomie du savoir La marchandisation de la connaissance entrane une prsence accrue de lindustrie et du march dans la recherche scientifique. Concept de lOCDE en 1996. Perversion de lide que la science doit tre au service de la socit car ici, socit = capital, grande industrie. Financement priv de la recherche scientifique qui entrane des conflits dintrts majeurs, dans toutes les disciplines, mais surtout en recherche biomdicale et agro-alimentaire Situation fragilise des sciences sociales et humaines Pour rsister : le concept de socit du savoir pour la paix et le dveloppement durable (UNESCO) en consultation jusquau 3 fvrier