Eric pignon dessin_assiste_ordinateur_paysage

Click here to load reader

  • date post

    12-Jun-2015
  • Category

    Engineering

  • view

    547
  • download

    4

Embed Size (px)

description

Impact du développement du dessin assisté par ordinateur sur le dessin appliqué en payasage

Transcript of Eric pignon dessin_assiste_ordinateur_paysage

  • 1. Mmoire de fin dtudesAgrocampus OuestCFR Angers2 rue Andr Le Notre49000 AngersDiplme dIngnieur de lInstitut Suprieur des SciencesAgronomiques, Agroalimentaires, Horticoles et du Paysage *Anne universitaire : 2011-2012Spcialisation paysage option matrise doeuvre et ingnierieImpact du dveloppement du Dessin Assist par Ordinateur sur ledessin appliqu en paysage.Par : Eric PIGNONVolet renseigner par lenseignant responsable de loption/spcialisation* Bon pour dpt (version dfinitive) Ou son reprsentantDate ; .// Signature : Autorisation de diffusion : Oui NonSoutenu Angers le : 13/09/2012Devant le jurySous la prsidence de : Christoph MIGEONMatre de stage : Loc MARESHALEnseignant rfrent : Cyril FLEURANTAutres membres du jury (Nom, Qualit) :"Les analyses et les conclusions de ce travail d'tudiant n'engagentque la responsabilit de son auteur et non celle dAGROCAMPUS OUEST".Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-ouest centre dAngers* champs obligatoiresPHYTOLABHalle Madeleine, 11 Impasse Juton44000 NANTESdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012

2. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersFiche de diffusion du mmoireA remplir par lauteur(1)avec le matre de stage.Aucune confidentialit ne sera prise en compte si la dure nen est pas prcise.Prciser les limites de la confidentialit (2): Confidentialit absolue : oui non(ni consultation, ni prt) Si oui 1 an 5 ans 10 ans A lissue de la priode de confidentialit ou si le mmoire nest pas confidentiel,merci de renseigner les lments suivants :Rfrence bibliographique diffusable(3) : oui nonRsum diffusable : oui nonMmoire consultable sur place : oui nonReproduction autorise du mmoire : oui nonPrt autoris du mmoire : oui non.Diffusion de la version numrique : oui non Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012 Si oui, lauteur(1)complte lautorisation suivante :Je soussign(e) , propritaire des droits dereproduction dudit rsum, autorise toutes les sources bibliographiques le signaler et lepublier.Date : Signature :Rennes/Angers, leLe matre de stage(4), Lauteur(1),Lenseignant rfrent,(1) auteur = tudiant qui ralise son mmoire de fin dtudes(2) Ladministration, les enseignants et les diffrents services de documentation dAGROCAMPUS OUEST sengagent respecter cette confidentialit.(3) La rfrence bibliographique (= Nom de lauteur, titre du mmoire, anne de soutenance, diplme, spcialit etspcialisation/Option)) sera signale dans les bases de donnes documentaires sans le rsum.(4) Signature et cachet de lorganisme.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 3. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersSommaireRemerciements .......................................................................................................................Abrviations ............................................................................................................................Glossaire .................................................................................................................................Liste des annexes ...................................................................................................................Liste des Illustrations ...............................................................................................................Introduction ........................................................................................................................... 1A) Historique de la profession de paysagiste, de son lien avec larchitecture, la peinture etle dessin / Dfinition et origine du dessin / Types de dessins utiliss en paysage .............. 1B) Rappel des phases du projet paysage et des outils graphiques associs ...................... 3C) Objectifs et mthodes. .................................................................................................. 4I. Etat des techniques de production graphique papier en architecture et paysage de1960 1990. ......................................................................................................................... 6A) De la nature et de lusage du papier calque................................................................... 6B) Diagnostic ..................................................................................................................... 6C) Esquisse ....................................................................................................................... 7D) Dessin technique........................................................................................................... 8E) Image de concours .......................................................................................................10II. Emergence de la CAO/DAO et adaptation au paysage .................................................11A) Les annes 50, aux origines de la CAO/DAO ...............................................................111) Les origines industrielles ...........................................................................................112) Les courbes de Bzier : premier pas vers un DAO intuitif ..........................................12C) Les annes 80 et la rvolution du personnal computer ...........................................141) Notions dimage vectorielle.....................................................................................152) Notions dimage matricielle.....................................................................................153) La mutation de la filire informatique ......................................................................16D) Les annes 2000, lge dor de linformatisation ...........................................................17E) Adaptation de loutil informatique aux mtiers du paysage ...........................................181) Notion dinterface graphique ...................................................................................182) Notion de calque virtuel .............................................................................................213) Le dessin symbolique/explicatif : Les diteurs dimages vectorielles. ........................224) Le dessin figuratif/artistique et les diteurs dimage matricielles ................................235) Le dessin technique et les logiciels de CAO/DAO. ....................................................25F) Adaptation des professionnels ces nouveaux supports de dessin .............................27III. Etat actuel des techniques de dessin utilises en paysage. ..........................................28A) Diagnostic ..............................................................................................................28B) Esquisse ................................................................................................................29C) Dessin technique ....................................................................................................30D) Image de concours .................................................................................................31Discussion et conclusion .....................................................................................................32Bibliographie ........................................................................................................................36Sitographie ...........................................................................................................................36 Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 4. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012RemerciementsJe tiens remercier en premier lieu mon matre de stage Loc Mareschal et FrdericFourreau, les directeurs de lagence Phytolab, d'avoir bien voulu maccueillir au sein dePhytolab et pour mavoir accord le temps ncessaire lcriture de ce mmoire.Je tiens tout particulirement remercier Clment Ravet et Christophe Cozette, paysagiste lagence Phytolab, de mavoir encadr avec patience et pdagogie dans mon travail destage, je les remercie aussi chaleureusement pour laide quils mont apporte dans marecherche bibliographique laquelle ils ont apport une contribution dcisive. Je remerciegalement lensemble du personnel et des stagiaires de lagence Phytolab pour son accueilchaleureux et son soutien durant lensemble du stage et la rdaction du mmoire.Je tiens remercier galement mon pre Jean-Pierre Pignon, mdecin et chercheur dans leservice de biostatistique et d'pidmiologie de l'Institut Gustave-Roussy, pour son aide lamise en forme scientifique de ce mmoire.Je remercie galement mes colocataires et camarades de promotion Johan Neveu etStphane Le Gourrirec, ainsi que ma famille pour leur soutien durant cette priodeintensive de travail que reprsente la rdaction dun mmoire de fin dtudes.Enfin, je remercie mon tuteur de mmoire Cyril Fleurant enseignant cherche Agrocampus-Ouest centre dAngers, pour ses conseils quant au choix de ma problmatique et lastructure de mon plan de mmoire.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 5. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012AbrviationsAVP : Avant-projet.Bitmap : terme anglais signifiant littralement carte des bits correspondant la carte de lalocalisation de chaque pixel associ ses informations, qui permet de construire une image.Bit : signifiant bout en anglais, il sagit de lunit de base dinformation contenue dans unpixel.CAO : Conception assiste par ordinateur.CAUE : Conseil Architecture Urbanisme Environnement.CMNJ : Cyan; Magenta; Noir; Jaune (format de couleur 32 bits).DAO: Dessin assist par ordinateur.DWG: abrviation de DraWinG (dessin en anglais). Format cr par Autodesk pour sonlogiciel Autocad.GNU: signifie GNU is not Unix. La mascotte de cette License est un gnou (bovid africain)qui scrit Gnu en anglais.GPL: General Public License.IGN: Institut Gographique National.LCD : Liquid Cristal Display (cran cristaux liquides).MIT: Massachusetts Institute of Technology.OS : Operating system, systme dexploitation en anglais.PAO : Publication assiste par ordinateur.PME : Petite et moyenne entreprise.PC : Personal computer, ordinateur personnel en anglais.PRO : Phase projet.RVB : Rouge; Vert; Bleu. Format de couleur 24 bits.SIG : Systme dinformation gographique.SVG : Scalable Vector Graphics, format informatique utilis par lditeur dimagesvectorielles libre, Inkscape.WIMP : Window, Icon, Mouse, Pulldown menu ; Fentre, Icne, Souris, Menu droulant enfranais.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 6. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012GlossaireBloc-diagramme : Reprsentation non photoraliste en perspective cavalire dune portionde territoire, reprsentant ses dynamiques et ses principales structures.Concept-art : Anglicisme dsignant une illustration dont le but est de transmettre une ide,un design, une ambiance lors de la phase de recherche graphique dun projet, quil soit dudomaine de lart ludique, de larchitecture, du paysage ou de lindustrie.Coupe de principe : La coupe de principe est une reprsentation de lensemble deslments de lamnagement et du site amnag, coups par un plan perpendiculaire sol.Elle est dite de principe, car elle illustre le fonctionnement en vertical des lments squentsdu plan de coupe.Coupe-lvation : Une coupe lvation reprsente en faade lensemble des lments setrouvant derrire le plan de coupe en plus des lments dune coupe.Croquis perspectif : Aussi appele perspective, est une reprsentation artistique dune vuede lamnagement utilisant les principes de reprsentation en perspective.Freeware : Logiciel gratuit le plus souvent disponible par tlchargement internetuniquement.Ingnierie : Ensemble des aspects technologiques, conomiques, financiers et humainsrelatifs ltude et la ralisation dun projet, quil soit industriel, scientifique ou de socit.Image matricielle : Image informatique compose dune matrice de pixels.Image vectorielle : Image informatique compose dun ensemble de tracs indpendantsraliss partir de primitives gomtriquesLogiciels propritaires : Logiciel tant ralis par le service informatique interne duneentreprise afin de rpondre des besoins propres celle-ci et nayant pas vocation trecommercialis.Matrise doeuvre : Conception et ralisation d'un ouvrage ou d'une partie d'un ouvrage. Parextension ce terme dsigne lensemble des responsables de ces tapes du projet.Matrise douvrage : Dsigne la personne physique ou morale ordonnatrice des travaux,future propritaire de louvrage.Perspective conique : Aussi appele perspective linaire. Mthode de reprsentation dunenvironnement la plus fidle la ralit (labor au XIVme sicle).Ptroglyphe : Dessin figuratif ou symbolique ralis sur de la pierre.Primitive : En infographie, forme gomtrique simple (polygone, cercle, sphre) qui estduplique et/ou transforme pour raliser limage 2D ou 3D.Pixel : Abrviation de picture element . Unit de base de limage matricielle, reprsentepar un carr de couleur.Plan-masse : Plan chelle rduite reprsentant lemplacement et la surface des diffrentslments dun projet.Schmas dintention : Reprsentation symbolique et non lchelle des objets, desfonctionnalits et des dynamiques dun projet darchitecture ou de paysage.Syndrome du canal carpien : Dsigne lensemble de signes fonctionnels et physiques li la souffrance du nerf mdian au niveau du poignet par sa compression. Ce syndrome peuttre notamment caus par un usage intensif de la souris dordinateur. Le sujet atteint ressentun engourdissement et un fourmillement des doigts mdians, une douleur de la mainirradiant au bras et un dficit moteur.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 7. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersVue axonomtrique : Systme de reprsentation spatial sans correction optique de laperspective. En axonomtrie, les droites parallles sont conserves.Widget : Anglicisme dsignant tout lment interactif de linterface graphique. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 8. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012Liste des annexesAnnexe I : Frise chronologique des innovations lies au DAO et au dessin appliquau paysage.Annexe II : Questionnaire lintention des professionnels du paysage.Annexe III: Tableau des logiciels de DAO par catgoriedumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 9. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012Liste des IllustrationsFigure 1 (p2): Carte thmatique ; Eric Pignon pour Phytolab Juin 2011Figure 2 (p2): Croquis daprs photo ; Eric Pignon pour Phytolab ; juin 2012Figure 3 (p2): Exercice sur Autocad ; Eric PIGNON ; avril 2012Figure 4 (p3): Croquis perspectif de paysage de la ferme de St Pierre (Aude), DominiqueHenry, 2003.Figure 5(p6): Diazographie du plan de La Belle galion commissionn par Louis XIV ;photo de Franklin M. Jones ; 1997Figure6 (p8): Planche dessin ; auteur inconnu ; image libre de droits ; source:wikimedia.orgFigure 7 (p9): tire-ligne ; photo de Morbure ; libre de droites sources : wikimedia.orgFigure 8 (p9): Graphos ; photo de Hans Presto libre de droits ; source:hans.presto.tripod.comFigure 9 (p9): grattage dun trac lencre sur calque ; photo de Eric Pignon ; 21/08/2012Figure 10 (p9): Kutch ; photo de Leag ; libre de droit 30/07/2006 ; Source: wikimedia.orgFigure 11(p11): Wirlwind I; Pictures used with the permission of The MITRE Corporation. AllRights Reserved.Figure 12 (p11): Ivan Sutherland utilisant sketchpad; auteur inconnu; source :http://excelsior.biosci.ohio-state.eduFigure 13 (p12): Schma explicatif des courbes de Bzier; auteur inconnu; source :lautre.net/bezier/pb-indus.htmFigure 14 (p12): Schma explicatif des courbes de Bzier; auteur inconnu; source :lautre.net/bezier/pb-indus.htmFigure 15 (p13): Schma explicatif des courbes de Bzier; Marian Sigler ; libre de droits;source : wikimedia.orgFigure 16 (p13): Premire souris dordinateur ; auteur inconnu ; source :sloan.stanford.edu/mousesite/1968Demo.htmlFigure 17 (p14): Premier PC IBM ; auteur inconnu ; source news.bbc.co.uk.Figure 18 (P14): Le Lisa2 de chez Apple le premier OS avec interface graphique WIMP;auteur inconnu ; source news.bbc.co.uk.Figure 19 (p15): Exemple de dessin vectoriel bas sur une primitive transforme etdforme ; Eric PIGNON 21/08/2012 ; ralis sous Adobe IllustratorFigure 20 (p15): Exemple dimage matricielle compose de pixels ; Eric PIGNON16/08/2012, AmsterdamFigure 21 (p16): Le Macintosh d'Apple et la premire version dIllustrator; auteur inconnu ;source : http://www.infos-mobiles.com/le-mac-souffle-ses-27-bougies/Figure 22 (p16): La premire version de Photoshop sur Macintosh; capture dcran deMCK ; source creativebits.org/the_first_version_of_photoshopFigure 23 (p18): Capture dcran de Mac OS 1.0 (1984) ; source : http://www.simpleweb.frFigure 24(p18): Capture dcran du bureau Linux KDE 2.4 ; 04/08/09 ; source : KDE.orgdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 10. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersTableau 1 (p19): Progression de la rpartition des systmes dexploitation utiliss de 2006 2008 ; source : netapplication .comFigure 25 (p19): Capture dcran de Windows 7. On retrouve le bureau, la barre de tche,une fentre et des widgets : en bleu des objets en rose des boutons ; Eric PIGNON22/08/2012Figure 26 (p21): Schma illustrant la notion de calque virtuel; Eric PIGNON 22/08/2012Figure 27 (p22): Application de la courbe de Bzier avec loutil Plume dAdobeIllustrator; Eric PIGNON 22/08/2012Figure 28 (p22): Logo de Inkskape dessin avec ce logiciel libre de dessinvectoriel ;Inkskape team ;07/05/9Figure 29 (p24) : Exemple de formes ralises la tablette graphique partir dune brossematricielle simple ( gauche) paramtre de diverses manires; Eric PIGNON 22/08/2012Figure 30 (p25): Capture dcran de Autocad 2010 illustrant la complexit de linterface etlentre des paramtres de tracs; Eric PIGNON 22/08/2012Figure31 (p26): Logo de DraftSight ; freeware de CAO/DAO propos par Dassaultsystem ; Dassault system, 2011Figure 32 (p28) : Exemple de croquis daprs photo ralis sous Photoshop ; C.RAVET etE.PIGNON ; 06/06/2012Figure 33 (p28): Capture dcran du logiciel libre de SIG Quantum Gis ; Source :http://blog.fedora-fr.orgFigure 34 (p29): Exemple dutilisation dune maquette 3D Sketchup pour crer des esquissesdamnagement photoralistes; Eric PIGNON pour PHYTOLAB ; 24/07/2012Figure 35 (p29): Exemple desquisse la main; Eric PIGNON pour PHYTOLAB ; 24/07/2012Figure 36 (p31): Exemple dimage de concours ralis avec Sketchup, Kerkythea etPhotoshop ; ralis par A. Hogrefe ; 24/04/2012 source : aliexhogrefe.comFigure 37 (p35): La table tactile SUR40 de Samsung et Microsoft ; Samsung ; source :evoluce.com Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 11. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20121IntroductionA) Historique de la profession de paysagiste, de son lien avec larchitecture,la peinture et le dessin / Dfinition et origine du dessin / Types de dessinsutiliss en paysageIl est communment admis que la notion de paysage prend forme avec les peintresitaliens du XVme sicle (Chenu, 1992). Pour reprsenter lespace de faon raliste et nonplus symbolique, ceux-ci sinspirent des travaux antiques, les amliorent, les thorisent.Leon Battista Alberti publie en 1435 de pictura contenant le premier trait de perspectiveconique (Meyers & Laverne, 2007). Lespace, quil soit paysage, architecture, ou objet, estmaintenant la porte des artistes, des architectes et des ingnieurs. Certes le mot paysagedsignant le tableau est apparu au XVme sicle. Nanmoins, les reprsentations quelhomme a faites de son environnement sont beaucoup plus anciennes. Si lon faitabstraction des ptroglyphes du palolithique, la plus ancienne reprsentation formalisedun environnement anthropique est un plan de forteresse Chaldenne (cours infrieur duTigre et de lEuphrate, actuel Irak) ralis aux environs de - 4000 avant notre re (Meyers &Laverne, 2007). On voit donc que le dessin appliqu possde une histoire riche et longue, etquen plus de 6000 ans, il est rest (sous diverses formes) loutil le plus utilis pourreprsenter le paysage, larchitecture, et lingnierie.Nous mlons ici les notions de paysage, darchitecture et dingnierie, car ces troischamps de comptences ont longtemps t maitriss par les mmes hommes. En effet,selon Marcus Vitruvius Pollio (Vitruve, 90 av-JC, 20 av-JC) dans de architectura,larchitecte ralise aussi bien les plans des btiments, que ceux des systmes de levage, lessystmes dirrigation, les schmas durbanisme, et (certes laide de jardiniers) les plansdes jardins publics De mme, toutes ses professions ont une ncessit commune : cellede communiquer leurs ides, leurs concepts de la faon la moins interprtable et la plusprcise qui soit. Le dessin-outil semble le moyen le plus adapt. Ce nest pas un hasardsi le mot dessin a t crit indiffremment dessein jusquau XVIIme sicle impliquantla notion dintention, de projet (Souriau, 2004). Whether an idea is scratched on stone or comes in the form of freehand sketching on anapkin, visualization in engineering design is paramount. Quune ide soit grave sur une pierre ou vienne sous la forme dun croquis sur unenappe, la visualisation dans la conception dingnierie est indispensable. (Meyers &Laverne, 2007)Le dessin nous lavons vu, est donc un outil, ou plus exactement une boite outil, auservice des projets humains et parmi eux, les projets de paysage. Sous quelle forme ledessin sert-il le projet de paysage ?dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 12. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersOn discernera trois grandes familles de dessins utiliss en paysage :Figure 1 : Carte thmatique ; Eric Pignon Pour Phytolab Juin 2012- Le dessin symbolique/explicatif (fig. 1) : Cest le langage des cartes, des blocs-diagrammes,des schmas dintention, celui qui explique les flux, les dynamiques, lesenjeux. Cest lide et linformation, le fond qui prime ici sur la forme . Le langagegraphique est donc le plus simple possible : flches, formes gomtriques, pictogrammes,textes et code de couleur. Il se veut la porte de tous, de lexcutant au destinataire.Figure 2 : Croquis daprs photo ; Eric Pignon pour Phytolab ; Juin 2012- Le dessin figuratif/artistique (fig. 2) : Cest le langage des croquis, des concepts-arts, desperspectives. Celui qui montre la forme, le matriau, lchelle et lambiance. En un motlesthtique du projet. Cest ici la forme qui prime sur le fond. Le langage graphiqueest donc ici beaucoup plus complexe et abouti, tout en nuances, textures et contrastes.Sil est loeuvre du spcialiste au niveau de lexcution, il doit rester la porte de lasensibilit de tous.Figure 3 : exercice sur Autocad ; Eric PIGNON ; avril 2012- Le dessin technique (fig. 3) : Cest le langage des plans, des coupes, des projectionsorthogonales. Celui qui montre la gomtrie, les matriaux, les dtails : en un mot lesdonnes techniques. Ici la forme et le fond se rejoignent dans un langage graphique Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20122dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 13. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersnormalis, codifi, permettant une concentration dinformation optimale. Il est destin auxinitis de larchitecture, du paysage et de lingnierie.Maintenant que nous avons dfini clairement les langages graphiques lis au paysage, ilest intressant de voir leurs usages au sein du processus de projet. Il semble ncessaire defaire ici un rappel des diffrentes phases que lon peut identifier dans le projet de paysage,en y joignant loutil adapt.B) Rappel des phases du projet paysage et des outils graphiques associsLa phase de diagnostic arrive en amont du projet. Cest la phase o le paysagiste prendconnaissance du site sur lequel il va intervenir. Par une srie de relevs terrain, lepaysagiste sinforme de la gographie du lieu, des enjeux environnementaux et humains.Pour rendre compte de ces informations, le professionnel a le choix entre plusieurs outilsgraphiques.Figure 4 : croquis perspectif de paysage de la ferme de St Pierre (Aude),Dominique Henry, 2003.Si la photographie est devenue un outil indispensable des relevs de terrain, son manquede subjectivit et de synthse fait quelle est souvent complte ou rinterprte par lecroquis perspectif (fig. 4). Celui-ci permet grce un langage graphique simple desynthtiser de manire subjective les lments importants du site. Dexcution rapide, lecroquis ne se soucie pas dexactitude gomtrique et laisse percevoir le ressenti delobservateur, qui dforme lobjet observ en fonction de la perception quil en a. Cettedformation sensible est plus importante si le croquis est ralis in situ et donne desinformations prcieuses sur limpact des objets du paysage (Bonneaud, 2009). Ce croquisexplicatif peut se dcliner en coupes, coupes lvation et blocs-diagramme (Reid, 2005). Cedernier reprsente un outil de synthse et de communication trs performant, car il permetde produire une reprsentation accessible tous (Bonneaud, 2009).Dans un second temps, les observations de terrain sont compiles, interprtes etenrichies par un travail de recherche et de bibliographie. Les produits de cette secondephase de raffinage de linformation sont des cartes thmatiques (fig. 1), des schmasexplicatifs, dont le but est de concentrer et de spatialiser linformation tout en la rendant laplus accessible possible. Le type de dessin utilis ici rentre dans la catgorie dessinsymbolique/explicatif dfinie prcdemment.Une fois le diagnostic tabli, vient le temps de lesquisse. Durant cette phase primaire dela conception, le paysagiste va devoir engendrer une ide forte rpondant aux enjeux et auxcontraintes rvles par le diagnostic. Cette ide, ce concept sera laxe central de sonintervention sur le site. Elle doit donc tre simple, puissante et justifie par le diagnostic. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20123dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 14. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersDurant cette phase, la communication graphique est essentiellement usage interne. Elleest compose dun ensemble de croquis rapides, de brouillons annots, raturs, repris. Iciaucune rgle de langage graphique nest vraiment tablie, il sagit du premier jet de latraduction graphique de lide forte recherche par le paysagiste. Les formes sont doncimprcises et peu dtailles, les dessins parfois difficilement interprtables sans lecommentaire de lauteur. On peut y distinguer, des coupes de principe, des schmasdintentions, des lvations, des plans-masses Le type de dessin utilis ici rentre dans lacatgorie dessin symbolique/explicatif dfinie plus haut. De ce labeur graphique va naitrelide forte, qui va tre prsente au client. Elle sera ensuite davantage affine, dtaille,jusqu obtenir une vision suffisamment prcise du projet pour la prsenter en concours, oupour tablir un avant-projet.Le concours est une tape presque parallle au processus de projet de paysage etnintervient pas systmatiquement. Lors dun rendu de type concours, la rgle changetotalement. On est alors dans une dmarche marketing: le but est bel et bien de vendrelide produite lors de la phase esquisse, de donner envie au jury de choisir son ide pluttque celle dun autre. On entre ici dans le domaine du dessin figuratif/artistique. On yretrouve des plans-masses, des coupes de principe et des lvations, et des perspectives.Tous ces visuels ont pour but de prsenter lambiance du lieu, de convaincre le jury de lapertinence, de lintrt esthtique et pratique de la solution propose. Laccent est donc missur laspect esthtique des visuels produits, sans pour autant ngliger la clart du messagediffus.Lors dune phase avant projet (AVP), le paysagiste va commencer formaliser son ideforte, la quantifier, la prciser : en un mot, la confronter aux contraintes techniques etfinancires. La discussion avec le commanditaire doit prsent se nourrir de chiffres et dedtails : mobiliers, matriaux, vgtaux, gomtrie et cot. Nanmoins ce stade il estncessaire de convaincre la matrise douvrage de certains partis-pris en matire dambianceet de dynamique gnrale de projet. On est donc linterface entre deux langagesgraphiques : le dessin figuratif/artistique et le dessin technique. On retrouve ici les coupes,plans-masses et perspectives dans des versions plus prcises et plus ralistes quen phaseesquisse. Le but est ici de fixer avec la matrise douvrage lensemble des dtails qui laconcerne, afin davoir suffisamment dlments dfinis pour entamer le travail decommunication avec les excutants lors de la phase projet (PRO).Lors de la phase PRO, le langage graphique utilis est le dessin technique (fig.3). Il sagit prsent de communiquer entre professionnels des dtails techniques dexcution du projet.Il est donc normal demployer un langage graphique normalis et compris par lensemble desinterlocuteurs. Lors de cette phase sont produits des plans de rseau, des dtails de voirie,de maonnerie et de plantation. Le but est produire un document graphique qui, par saprcision, minimise linterprtation de lexcutant afin que louvrage produit se rapproche aumaximum du projet pressenti. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20124C) Objectifs et mthodes.Nous avons vu jusquici que le dessin est loutil de communication naturel et ancestral desmtiers du paysage, de larchitecture et de lingnierie et que celui-ci se retrouve sousdiverses formes toutes les tapes du projet paysage. Nous avons voqu lorigine, le rleet la forme que le dessin pouvait prendre, mais quand est-il de la ralit technique de cetoutil si prcieux? Des origines nos jours, le dessin appliqu au paysage a connu unemyriade dinnovations techniques, de modes, dvolutions. Une frise historique dtaille enAnnexe I les dcouvertes et les acteurs majeurs qui ont influenc la destine de loutildessin. De tous ces vnements technologiques, le plus rcent et peut-tre le plus significatifpour le dessin appliqu, fut sans conteste sa rencontre avec loutil informatique.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 15. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersLobjectif de ce travail est, aprs ce rappel de limportance du dessin comme outil danslingnierie, larchitecture et le paysage, dtudier linformatisation de cet outil au cours de lafin du XXme sicle, et son influence sur les modes de pense, les mthodes, et lesproductions des paysagistes afin dessayer de discerner les avantages et les inconvnientsde cette rvolution informatique .Nous dbuterons notre propos par un tat des techniques graphiques appliques larchitecture et au paysage de 1950 1990. Nous nous intresserons ensuite aux originesdu dessin assist par ordinateur (DAO) et son adaptation au monde du paysage. Enfin,nous dresserons un tat des techniques de dessin appliques au paysage de nos jours, ettenterons de mesurer limpact qu eu le dveloppement du DAO sur le dessin appliqu aupaysage, dun point de vu mthodologique et graphique.Pour produire ce travail, il a t ralis une recherche documentaire reposant sur : desarticles scientifiques traitant de lhistoire de la gomtrie applique, de larchitecture et delinformatique ; de supports de cours magistraux de la facult de sciences appliques deluniversit catholique de Louvain et dune publication universitaire de lOhio (Meyers &Laverne, 2007), traitant de la conception et du dessin assist par ordinateur, du dessintechnique, de lhistoire de linformatique et de tlcommunications ; un ouvrage traitant de lamodlisation des courbes complexes par ordinateur. On galement servit tablir cemmoire, les propos de professionnels de larchitecture et du paysage, recueillis par le blogcalque sur calque [1-4], ainsi que des tmoignages rcolts par un questionnaireinformatique anonyme (Annexe II) adress 30 bureaux dtudes en paysage fin juin et finjuillet 2012. Une exploitation statistique de ces questionnaires qui comportait des questionsouvertes et fermes avait t envisage si leur nombre tait suffisant. Malheureusementseulement 20 rponses ont t enregistres ce jour. Les rponses aux questions ouvertesont servit nanmoins tayer le contenu de la conclusion. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20125dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 16. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersI. tat des techniques de production graphique papier enarchitecture et paysage de 1960 1990.A) De la nature et de lusage du papier calqueIl est difficile de parler du dessin en paysage et en architecture sans voquer son supportle plus emblmatique. Le premier brevet industriel de production de papier calque estdpos en 1809 par lAnglais Raplh Wedgewood. Le papier calque est obtenu par ladtrioration dun papier blanc de bonne qualit dans un bain dacide sulfurique. Ce procdpermet dliminer les bulles dair emprisonnes dans la matrice de cellulose, qui donnent lafeuille son aspect blanc opaque. On obtient alors une feuille plus lgre (50 g/m pour ducalque dtude, contre 80 g/m pour du papier standard) et translucide [1]. La proprittranslucide du calque eut rapidement deux applications. La premire, bien connue, est dereproduire limage en dessous de la feuille en redessinant sur le calque. cet usage on alongtemps utilis des feuilles de papier imprgnes dhuile de lin (Cennino Cennini ; Il librodellarte 1390 et 1437). La seconde utilisation du papier calque, moins connue, maispourtant la raison de sa cration, est la technique de reprographie par cyanotype (1842) puispar diazographie (1940) (fig. 5). Ces deux procds utilisent le calque comme ngatif photopour impressionner limage dsire sur un support photosensible. Cest ainsi que sontobtenus les fameux plans blanc fond bleu rendus clbres par le cinma et les filmsdanimation [2, 3]. Dans le monde du paysage, on arrive donc deux pratiques ducalque :- Lune la phase d'esquisse, o le calque sert de brouillon de recherche superposable,- lautre en phase AVP et PRO et de cartographie diagnostic, o le calque sert doriginalde reprographie.Figure 5: Diazographie du plan de La Belle galion commissionn par LouisXIV ; photo de Franklin M. Jones ; 1997 Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20126B) DiagnosticDes annes 1960 1990 les relevs de terrains de la phase diagnostic ne pouvaient pasautant se reposer sur la photographie que de nos jours. Le matriel de photographieargentique, coteux, limitait le nombre de clichs et la manipulation de limage. En revanche,le carnet de croquis prenait alors tout son sens pour venir supporter les quelques photosdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 17. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersralises sur le terrain. Les croquis (coupes, perspectives, blocs-diagramme) devaientrendre compte de la ralit du terrain de manire synthtique et efficace. Des outils simplestels que le crayon, la plume et plus tard les stylo-feutres et les stylos bille sont adapts undessin simple et contrast. Il y a presque autant de techniques et doutils de dessin que depaysagistes, mais la rgle universelle est la rapidit dexcution. Les masses et les contourssont donc simplifis, les objets complexes prciss par des annotations, ou des dtails enencart. Une mise en couleur simple au crayon ou laquarelle puis au feutre pouvait venirmettre en valeur certains lments clefs du dessin. Le travail de cartographie quant lui taitralis la main en se basant sur les cartes papier existantes. Il tait donc soumis ausystme dchelles en vigueur lInstitut Gographique National (IGN Srie orange 1/50000 ; IGN Srie bleue 1/25 000 ; IGN TOP 25 1/25 000) ou lchelle de tout documentservant de base (cadastre, relev topographique de gomtre). laide dun calque lepaysagiste pouvait recopier les informations ncessaires sur la carte, les mettre en valeur etajouter des informations complmentaires issues dun autre document ou de ses relevsterrain. Comme nous le verrons plus en dtail dans la partie concernant le dessin technique,la reprographie de lpoque exigeait un ngatif noir et blanc sur calque de la carte. Lacouleur ayant t exclue pendant longtemps, la russite de la carte reposait sur la clart dessymboles et des textes raliss la main (Reid, 2005).C) EsquisseLa phase esquisse se caractrise, nous lavons vu, par une production intense de croquisperspectifs, de coupe, de vue axonomtrique et de plan. Les tmoignages des architectes etpaysagistes de la priode comprise entre 1960 et 1980 saccordent sur un processuscommun. Sils ne prennent pas appui sur un document existant, les premiers traits du projetsont la plupart du temps couchs sur une feuille blanche A3 ou A4 standard (80 g/m). Vientensuite saccumuler au fur et mesure un vritable Mille-feuilles de calques sur lequel leprojet volue, se transforme. Le calque utilis ici est un calque dtude gnralement de 50g/m dit calque faible. Lintrt du papier calque est quil nest pas totalement transparent.En effet si on peut voir clairement le trac de la feuille du dessous, celui-ci naura jamais laforce du trait du dessus. On a donc une superposition des tracs sans quil y ait de confusionentre eux. Le calque permet alors un effet de filtre, de raffinage de lide [4] qui permetde prciser lide de manire graduelle, sans en perdre les traits de base. De plus, ce travailde strates constitue un historique du cheminement de lide. Chaque calque constitue unearchive laquelle on peut accder tout moment. Cela permet de revenir en arrire en casdgarement, pour retrouver lide forte du projet. [2]. Selon Patrick Cleste [4], lutilisation ducalque de faon intensive pour la conception est un usage limit dans le temps. Cettepratique serait appart en architecture dans les annes 60 et aurait tendance rgresserdepuis la dmocratisation du DAO.Les outils de la phase esquisse sont cette poque extrmement varis : en faire uneliste exhaustive reviendrait faire une liste de tous les outils graphiques disponibles. On peutnanmoins observer une tendance. Jusquaux annes 60, la plupart des dessins desquissese font la mine grasse de 2,5/3 mm. En 1963 la socit Japonaise Pentel lance sapremire gamme de stylo-feutre moderne. Moins salissant que la grosse mine, ils sontrapidement adopts pour le stade esquisse [3]. Les feutres alcool constituent unervolution, car ils apportent la couleur sur le calque. En effet, la grande sensibilit du calque leau interdit le lavis dencre, le calque se gondolant au contact de leau. Lusage duncrayon de couleur tait courant, mais l encore, sans fixatif le travail se dtriorait vite cause du frottement de la main [3].Les calques et dessins desquisses contrairement aux plans finis, ne sont pas vous tre reproduits ou diffuss. Il sagit du travail de recherche personnel du paysagiste ou delarchitecte. une poque o la photocopie est onreuse, le scanner et internet inexistants, Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20127dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 18. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersle travail desquisse ne quitte gure le bureau dtude. Il nest vou avant tout qu unediffusion interne et nest gnralement pas conserv en fin de dossier : cela explique quepeu dinformation nous soit parvenue sur les pratiques de ces dcennies.Figure 6: Planche dessin ; auteur inconnu ; image libre de droits ;source: wikimedia.org Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20128D) Dessin techniqueEn phase AVP et PRO les plans commencent se faire plus prcis, et sont maintenantdessins sur un calque de grammage suprieur (jusqu 280 g/m) dit calque fort [3].Rappelons galement que le calque joue ici le rle de ngatif pour produire des plans parcyanotype ou diazographie. On peut donc prvoir plusieurs exigences vis--vis du dessin deplan sur calque :- Un dessin en noir et blanc, les couleurs ntant pas possibles avec les techniques dereprographie susnomm- Un trait net et trs contrast pour maximiser limpression du plan sur la surfacephotosensible.- Lutilisation dune chelle de reprsentation faisant un compromis entre la taille du planproduit (par convention un A0) et le sujet reprsent. Cela exige une trs grande prcisiondans le trac.Ces contraintes bien en tte, le dessinateur de plan va devoir tirer parti des proprits ducalque, et des outils sa disposition pour arriver ses fins. Commenons par le support detravail. lpoque du calque-roi, les plans taient tracs sur des planches dessin ou destables (fig. 6) dessin rglables. Dessiner sur un plan inclin permettait tout dabord davoirun regard perpendiculaire au support de dessin, afin dviter les dformations optiques. Deplus, la position plus ergonomique vitait au dessinateur les problmes musculairesconscutifs au travail sur table. Enfin, la planche et la table inclinable permettaient de fixersur leur ct des outils indispensables au dessin technique tels que la rgle en T permettantde tracer des lignes horizontales. Sur la planche tait tout dabord scotche bien tendue unefeuille A0 de papier de bonne qualit pour servir de fond neutre au dessin [3]. Puis venait lafeuille de calque, dont les bords taient scotchs mme la planche. Loin dtre anodine, ladumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 19. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersfixation du calque pouvait se rvler un vrai dsastre : le calque tant extrmement sensiblelhumidit, il a tendance gondoler et marquer les endroits de fixation. La parade trouvepar les dessinateurs de lpoque tait de couvrir les calques avec une feuille de papier en finde journe: la feuille de papier faisait alors office de rgulateur dhumidit et vitait cesdboires [3]. Cette technique ntant malheureusement pas suffisante pour empcher tousles mouvements du calque, il tait frquent quun trac de prcision ralis la veille ai varide quelques millimtres pendant la nuit [2].Sur un tel support, le mdium prdominant a longtemps t lencre de chine applique aumoyen dune plume, puis dun tire-ligne (fig. 17) et enfin dun porte plume type Graphos (fig.8) de chez Pelikan (1934). En 1953 est appart le fameux Rapidograph de chez Rotring.Ce premier modle de stylo pointe tubulaire standard est encore aujourdhui un loutilprincipal du dessin technique la main. Travailler lencre permettait le rendu trs contrastrecherch. Nanmoins, lencre mettait un certain temps scher. Pour atteindre la cadencede travail attendue sans pour autant laisser des traces dencre sur les plans, lesdessinateurs ont dvelopp une technique surprenante. Selon Serge Renaudie [2] il taitfrquent que les dessinateurs fumeurs tiennent en mme temps dans leur main leur cigaretteet leur stylo, afin que la braise fasse scher le trait dencre tout de suite aprs que celui-cisoit trac. Une mthode alternative consistait utiliser une lampe de bureau articulecomme source de chaleur. Lencre noire a un dfaut supplmentaire : elle est indlbile. Ilest donc difficile de faire une correction sur le plan. La seule solution est de gratter la couchesuprieure du papier calque laide dune lame de rasoir neuve (fig. 9). Cette oprationdlicate demande une certaine exprience et ne peut tre ralise quau maximum 3 fois surdu calque fort (380 g/m) [1].Cest de cette technique singulire que vient le surnom degratteurs des dessinateurs de plan en architecture et paysage. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 20129Figure 8: Graphos ; photo de Hans Presto libre dedroits ; Source: hans.presto.tripod.comFigure 7: tire-ligne ; photo de Morbure ; libre dedroits ; sources : wikimedia.orgFigure 10: Kutch ; photo de Leag ; libre de droit30/07/2006 ; Source: wikimedia.orgFigure 9: grattage dun trac lencre sur calque ;photo de Eric Pignon ; 21/08/2012dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 20. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersBien videmment, avant de tracer lencre, les dessinateurs ralisaient une bauche aucrayon ou au porte-mine. Le calque tant trs abrasif pour le crayon, celui-ci suserapidement et surcharge la feuille en graphite. Pour viter de faire baver le trac de crayonen faisant glisser la rgle sur la feuille, les dessinateurs ont dvelopp plusieurs techniques.Il tait ncessaire tout dabord de brosser le dessin pour liminer lexcs de graphite. Puis deparsemer la feuille de dchets de gomme. Ceux-ci permettaient de faire rouler linstrumentsans que celui-ci accroche le graphite. Enfin, la main dessinant tait pose sur une feuille depapier propre, pour viter quelle ne frotte le trait. On obtenait ainsi un trac au crayon dunegrande nettet tout en conservant la transparence du calque.Lusage des chelles standards darchitecture demandait une grande prcision dans lamesure du trait et une constante conversion des longueurs. Ce travail rptitif de calcul arapidement t simplifi par la rgle dchelles triangulaire appele Kutsch (fig. 10) (dunom dun fabricant autrichien du XVIIIme sicle). Cette rgle permet de dessiner aux chellesstandards sans se soucier des calculs. Ses 6 graduations sont dj lchelle souhaite(1/500e et 1/1000e ; 1/1250e et 1/1500e ; 1/2000e et 1/2500e). Pour les cotations, le systmeutilis jusque dans les annes 70 fut lcriture la main puis les pochoirs. Aprs avoirdtour la lettre au crayon, on encrait le texte lencre noire. Dans les annes 70 sontapparus les systmes de dcalcomanie permettant de raliser des titres partir de lettresautocollantes [3]. Le mme systme cest rapidement dvelopp pour les trames et leshachures, ainsi que pour les arbres et le mobilier. Ces planches autocollantes pouvaienttres fabriques par les imprimeurs partir de calques dessins par le bureau dtudelemployant [3].On pouvait grce ces planches en vinyle reproduire lenvi des btimentsentiers : il sagit des premiers copier-coller si courants aujourdhui en informatique.Une fois le calque finit, il devait tre pass la tireuse diazographique. Cette machine laforme semblable celle dun traceur fonctionnait de la manire suivante. Le calque placdans un cylindre tait clair par une lampe au centre de ce dernier. Lombre projeteimpressionnait un papier photosensible, plac en chambre noire autour du cylindre. Lepapier photosensible tait ensuite rvl par un bain dammoniaque. Une fois le papier sorti,il fallait le faire scher comme une photographie. Le processus naltrant pas le calque,celui-ci pouvait tre utilis autant de fois que ncessaire [3]. Une autre pratique apparut audbut des annes 80 avec lapparition de la photocopieuse grand format de bonne qualit :les montages. Le procd assez simple et artisanal consistait produire sur une feuille de lataille du plan final un montage des diffrents lments du plan laide de scotch cristal. Lemontage tait photocopi une premire fois. Les ombres de scotch visibles sur la photocopietaient effaces laide de correcteur liquide blanc, puis la feuille tait photocopie. Leproduit obtenu prsentait un parfait montage des lments [3]. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201210E) Image de concoursTraditionnellement et jusqu lapparition des feutres alcool, les images dites deconcours taient ralises laquarelle. De ce fait, elles ntaient pas ralises sur descalques, mais sur des chssis tendus de papier fort. Les posters de concours taient desoeuvres uniques comprenant textes et images dessins et assembles la main. Nousavons donc la base du rendu de concours, un chssis en bois gnralement de format A1ou A0, du mme type que ceux utiliss pour les aquarelles. Sur celui-ci est tendue une feuillede papier fort type papier aquarelle (280 g/m). Lopration ncessite un trempage dupapier pendant 10 minutes, puis sa fixation au cadre laide dagrafes alors quil est encoresouple et humide (Morelle, 1999). Ce traitement permet de conserver un papier non gondolquelque soit les colles et couches daquarelle et dencre appliques dessus. Lesperspectives, coupes de principe et lvation, taient ralises gnralement lencre dechine et aquarelle sur une base de crayon/mine de plomb. Au dbut des annes 70, le feutre alcool, popularis par les architectes amricains, devient un nouvel outil trs pris pourdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 21. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersraliser les images de concours. En effet, leur luant base dthanol nest pas absorb,mais svapore rapidement en dposant les pigments de manire trs uniforme. Il est doncpossible de travailler sur des surfaces beaucoup plus fines que le papier aquarelle. Ceprogrs technique permit aux paysagistes et aux architectes de smanciper du chssis pourleurs prsentations de rendu. Le lettrage quant lui tait ralis soit par pochoir (cf. dessintechnique) soit en dcalquant les lettres une par une la mine grasse partir dun livre derfrence. Le produit de la dcalcomanie tait un crayonn de la lettre quil fallait ensuiteencrer. Afin de prserver au maximum le support papier coteux, lhabitude a t prise deraliser les textes sur des calques forts scotchs par la suite laide de scotch transparent.Comme pour la ralisation des plans, lapparition de la photocopieuse ft une rvolution pourla ralisation des textes et titres de poster. Grce au montage par photocopie de motsentiers ayant la mme police de caractre, la ralisation des textes de poster devenait bienplus rapide. A une poque o le scanner et les imprimantes modernes nexistent pas encore,le poster de rendu est une pice unique seulement reproductible par photographie grandformat. Sa reproduction et sa diffusion sont donc extrmement limites cause du cot desa duplication.II. mergence de la CAO/DAO et adaptation au paysageA) Les annes 50, aux origines de la CAO/DAO1) Les origines industriellesLhistoire du DAO dbute en 1950 avec la dmonstration du Whirlwind I (tornade I) (Fig.11) par le MIT (Massachusset Institute of Technology), capable de produire et dafficher desformes gomtriques simples (Meyers & Laverne, 2007). cette poque, linformatique sertsurtout raliser des calculs, les interfaces graphiques nexistent pas encore. Produire unefigure gomtrique sur un terminal revient crire sa formule mathmatique en se basantsur les travaux de Ren Descartes (1596-1650), grand thoricien de la gomtriedescriptive. Cette discipline consiste rsoudre des problmes gomtriques par le calcul etinversement, elle trouva de fait naturellement son application dans les dbuts delinformatique. Pour raliser une figure, il faut donc rentrer sa formule, lancer le calcul etattendre que le terminal affiche limage. En outre, les machines de lpoque psent plusieurstonnes et, occupent une dizaine de mtres carrs. Les annes 50 voient avant toutprogresser les performances de calcul des premiers ordinateurs. Dans les annes 60, lataille des ordinateurs na pas encore volu, et le seul affichage graphique existant est leterminal vectoriel. Nanmoins, de vastes programmes de recherches sont lancs. En 1962,Ivan E. Sutherland au MIT (fig. 12) soutient sa thse de doctorat Sketchpad : un systmede communication graphique homme-machine et prouve que les interfaces graphiquesdordinateur reprsentent lavenir de linformatique. Son programme est le premier logiciel de Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201211Figure 11: Wirlwind I; Pictures used with the permissionof The MITRE Corporation. All Rights Reserved.Figure 12: Ivan Sutherland utilisant sketchpad; auteurinconnu ; source :http://excelsior.biosci.ohio-state.edudumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 22. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersCAO/DAO connu. Linteraction homme-machine se fait directement sur lcran avec uncrayon optique. Du fait du cot colossal des premiers ordinateurs, de leur taille et de lasimplicit des formes ralisables, les tous premiers champs dapplication du DAO furentlindustrie automobile et aronautique amricaine, avec des compagnies telles que Ford etGeneral Motorss [5]. Cette poque se caractrise par les logiciels de CAO/DAOpropritaires. Cela signifie que les programmes sont dvelopps en interne par lescompagnies en fonction de leurs besoins et avec leur propre langage informatique. Du fait dusystme amricain de mcnat entre lindustrie et la recherche universitaire, dimportantsbudgets sont consacrs la recherche fondamentale en informatique. Nanmoins, un vastefoss spare encore le dessin la main du dessin informatique : les employs utilisant lesordinateurs des annes 60 sont des informaticiens, des mathmaticiens : pas desdessinateurs ni des ingnieurs. Ces derniers les dirigent, mais la plupart du temps necomprennent pas loutil informatique, et sont loin de le matriser.2) Les courbes de Bzier : premier pas vers un DAO intuitifCest dans ce contexte quvolue Pierre Bzier, directeur des mthodes mcaniques chezRenault. Il est conscient du potentiel informatique, mais insatisfait de la simplicit desformes gomtriques produites laide de linformatique et de la barrire que reprsentelinformatique de lpoque. Il tente donc de trouver une mthode de modlisationinformatique des courbes complexes, tout en rendant leur modlisation abordable pour unnon mathmaticien/informaticien [6]. Destine lapplication en lindustrie automobile,demandeuse en surface 3D complexes, le modle mathmatique qui ne devait pas se limiteruniquement aux courbes en 2D. Bzier approfondit les recherches du mathmaticien Paul deCasteljau, employ par Citron.Le principe est le suivant :Imaginons un cube, reprsent ici en 3D, dont les cts sont gaux 1. l'intrieur de cecube, une courbe dfinie par l'intersection de deux cylindres : elle part de l'origine du cube0,0,0 et va au sommet 1,1,1(fig. 13). Si l'on dforme ce cube, par exemple en l'tirant, puisen l'inclinant, on obtient un paralllpipde, un objet dont les cts sont toujours gaux etparallles quatre quatre. La courbe, elle, s'est dforme en consquence.Figure 13 et 14: Schmas explicatifs des courbes de Bzier; auteur inconnu; source :lautre.net/bezier/pb-indus.htmCette dformation, que les mathmaticiens nomment transformation linaire, estentirement dfinie ds que l'on connat les valeurs des trois vecteurs de rfrence i, j, Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201212dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 23. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersk.Mais, pour rendre plus intuitive cette manipulation, Pierre Bzier prfre tracer le polygoneOABC, plus "proche" de la courbe elle-mme (fig. 14) : les points de contrle proposs audessinateur et qu'il peut modifier sont alors les quatre sommets de ce polygone. Rapporter une courbe, on obtient la courbe de ma figure 15.Les fameuses poignes de contrles qui permettent de manipuler la courbe par interfacegraphique sont les vecteurs et (Fig. 15).Le principe de ces poignes de contrle est laboutissement de la volont de PierreBzier de rendre accessible la modlisation de ses courbes complexes un non-mathmaticien (Demengel & Pouget; 1988). Une fois ses recherches abouties, Bzierproduit un prototype de son systme en couplant un IBM 350 (quip de 8 ko de mmoirevive) avec un automate de traage sur taule. Oprationnel ds 1968, le prototype estfinalement valid et adopt en 1970 par la direction de Renault. La modlisation de courbescomplexes est dornavant accessible des non-mathmaticiens. Cette innovation est unedes pierres fondatrices de linformatique par interface graphique, telle que nous leconnaissons (Demengel & Pouget ; 1988).Une autre innovation majeure dans la relation homme-machine fut la dmonstration en1968 de la premire souris (fig. 16) par Douglas Engelbart du Stanford Research Institute.Associ au dveloppement des interfaces graphiques dans les logiciels propritaires, cepriphrique dit de pointage , rend la navigation beaucoup plus intuitive dans le software[5]. Les annes 70 voient la miniaturisation des postes informatiques et lapparition despremiers micro-ordinateurs la fin de la dcennie. La plupart des grands groupesindustriels travaillent encore sur des logiciels propritaires conus par leur propredpartement de recherche en informatique. Lordinateur supporte de plus en plus Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201213Figure 15: Schma explicatif des courbes de Bzier;Marian Sigler ; libre de droits; source : wikimedia.orgFigure 16: Premire souris dordinateur ; auteur inconnu ;source :sloan.stanford.edu/mousesite/1968Demo.htmldumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 24. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersdinformation, et les priphriques, daffichage fonctionnant selon un mode daffichagevectoriel, sont de plus en plus performants. La majorit des logiciels de lpoque sont conuspour remplacer le dessin de plan la main. On commence distinguer deux des avantagessignificatifs du DAO : 1) rduire les erreurs du dessin la main, 2) permettre une correctionnon destructive du dessin. En 1978, Michael Riddle crit le premier logiciel de CAO pourmicro-ordinateur Micro-CAD. Suivant son exemple et profitant de la diminution du cotdes ordinateurs, la fin des annes 70 voit la prolifration dentreprises indpendantes deprogrammation de logiciel de CAO/DAO. De ce fait, un nombre important de programmessont dits au cours de cette dcennie.C) Les annes 80 et la rvolution du personnal computer Au dbut des annes 80, le DAO est encore cantonn la production industrielle et aumonde des grandes compagnies daronautique, dautomobile et le DAO est encoreexclusivement appliqu au dessin technique. Bien que sannonce la tendance de ladmocratisation de linformatique, cest rellement avec les innovations des annes 1980que linformatique va pouvoir souvrir de nouveaux champs dapplication et notammentlarchitecture et le paysage. Tout dabord, lapparition sur le march des PC IBM (fig. 17)etdes ordinateurs de bureau dApple (fig. 18) popularisent non seulement lusage delinformatique dans les PME, mais surtout popularise lusage dinterfaces graphiquesmultitches des systmes dexploitation (OS : operating system en anglais) que nousconnaissons aujourdhui : Windows de chez Microsoft, MacOs, lOS de chez Apple ;Unix (do est issu Linux) pour le monde de la recherche et lindustrie. Ces systmesdexploitation facilitent dune part le dialogue homme-machine par le biais dune interfacevisuelle de plus en plus intuitive, mais il popularise galement le principe de limagematricielle et vectorielle. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201214Figure 17: Premier PC IBM ; auteur inconnu ;source news.bbc.co.uk.Figure 18: Le Lisa2 de chez Apple le premier OS avec interfacegraphique WIMP; auteur inconnu ; source news.bbc.co.uk.dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 25. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersFigure 19 : Exemple de dessin vectoriel bas sur une primitive transforme et dforme ; ric PIGNON21/08/2012 ; ralis sous Adobe IllustratorFigure 20 : Exemple dimage matricielle compose de pixels ; ric PIGNON 16/08/2012, Amsterdam Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 2012151) Notions dimage vectorielleIl est ici ncessaire de donner des notions en images matricielles et en imagesvectorielles pour bien comprendre limage 2D par ordinateur et les champs dapplicationquelle peut avoir. Le principe de limage vectorielle est de se servir de formes gomtriquessimples, les primitives (fig. 19), que lon peut facilement dcrire mathmatiquement etauxquelles on applique des transformations. Chaque primitive possde des caractristiquesprcises : gomtrie, position dans un repre deux dimensions, couleur et remplissage.Chaque primitive est dfinie par des points caractristiques pour sa position et par unequation mathmatique pour la gomtrie du trac entre ces points. Les points et lquationpeuvent donc tre modifis sparment, ainsi que la couleur et laspect du trait, ainsi que leremplissage ou non de la surface. Chaque primitive tant indpendante, on peut superposerdiffrentes primitives sur un mme plan. Le dessin vectoriel introduit donc une notion decouches. Lavantage significatif du dessin vectoriel est quil est entirement traduit enquation. De ce fait, lordinateur nas qu mettre lchelle les formes traces en changeantles paramtres des quations : on obtient un trac de trs haute dfinition quelque soit lezoom appliqu limage. Cela permet galement davoir des images trs lgres dunpoint de vu taille de fichier. Le dsavantage des images vectorielles se situe au niveau duphotoralisme : il faut un ensemble de vecteurs trs complexe pour arriver reproduire uneimage proche dune photo. On peut dhors et dj comprendre que le dessin vectoriel trouveses applications davantage dans le plan, la cartographie et le schma plutt que danslillustration main leve. Ces images sont ralises laide de logiciels dits diteurdimages vectorielles [7].2) Notions dimage matricielleLe principe de limage matricielle est lui totalement diffrent. Comme son nom lindique, ilsagit dune matrice, dun quadrillage o chaque case reprsente une couleur. On peut fairedumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 26. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersune parallle entre la technique de la mosaque et limage matricielle (fig. 20). Lunit debase de limage est le pixel. Chaque pixel est porteur dune information ou bit (bout,morceau en anglais). Chaque pixel peut porter de 1 32 bits qui dfinissent laprofondeur de limage (le nombre de couleurs possibles). Pour une profondeur de 1 bit,limage fonctionne avec le code binaire : soit noir soit blanc. Pour 8 bits, limage estconstitue de 256 niveaux de gris, ou 256 couleurs. Pour 24 bits, limage se compose detrois couches (Rouge; Vert; Bleu ou image RVB) de 256 niveaux. Chaque point comportedonc 16.777.216 couleurs possibles (256 X 256 X 256 possibilits). Limage est dite en"couleurs additives" car lorsque les trois couleurs sont leur maximum dintensit, leurcombinaison donne la couleur blanche. Enfin avec 32 bits, limage possde 4 couches(Cyan; Magenta; Noir; Jaune ou image CMNJ), ou est compose dune image RVB plus unecouche alpha, c'est--dire de transparence partielle. Limage CMNJ est un type dimagedestine limpression offset, qui fonctionne en quatre passages en machine pour les quatrecouleurs. La superposition des quatre couleurs permet dobtenir toutes les couleurs. Onparle de couleur soustractive, car les quatre couleurs leur maximum dintensit donnent lacouleur noire.Une autre notion importante de limage matricielle est la notion de dfinition souventconfondue avec la notion de rsolution. La dfinition est la taille de limage, c'est--dire lenombre de pixels dont elle est compose. Plus une image est grande, plus elle comporte depixels et donc plus elle est lourde dinformation. En revanche, la rsolution est le nombrede pixels par unit daffichage, ou le nombre de points par pouce (en anglais, Dots PerInch, les fameux dpi) [8].On ralise alors quune image est en ralit une carte de la localisation de chaque pixelassoci ses informations (Bitmap en anglais). Il faut donc la fois enregistrerlinformation de chaque pixel, mais aussi sa position sur la matrice. Cest pourquoi lesimages matricielles sont relativement lourdes et ncessitent un encodage particulier pourpouvoir tre partages et stockes (formats .jpg, .tiff , .png..). Non seulement les imagesmatricielles sont lourdes, mais elles possdent galement le dsavantage de perdreprogressivement en qualit si on change (fig. 20) dchelle. Nanmoins, la grande quantitdinformations stockes permet une infinit de nuances de couleur et le systme de matricepermet une souplesse infinie du nombre de formes pour peu que la rsolution de limage soitsuffisante. Limage matricielle sera donc le support du dessin et de la peinture numrique etde la retouche photographique par le biais de logiciel dit diteurs dimages matricielles3) La mutation de la filire informatique Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201216Figure 21 : Le Macintosh d'Apple et la premire versiondIllustrator; auteur inconnu ; source : http://www.infos-mobiles.com/le-mac-souffle-ses-27-bougies/Figure 22 : La premire version de Photoshop sur Macintosh;capture dcran de MCK ; sourcecreativebits.org/the_first_version_of_photoshopdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 27. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersLes annes 80 sont galement marques par une mutation de lindustrie de la CAO/DAO.En effet le dveloppement du PC a des retombes importantes. Nous avons vu, il ouvre auxentreprises et aux particuliers le monde de linformatique. Par consquent, la programmationet le dveloppement de logiciels ont tendance se dmocratiser : on observe uneprolifration des studios de dveloppement de logiciels en mme temps quunedmultiplication du nombre dutilisateurs. Cest ainsi quen 1981 VersaCAD devient lepremier programme de DAO sur PC. En 1983, la jeune socit Autodesk produit sa toutepremire version dAutocad. Celle-ci nest pour le moment rserve quaux plateformesprofessionnelles sous systme Unix. La socit Wacom actuel leader du march destablettes graphiques, est fonde au Japon en 1983. Ce principe de priphrique existedepuis 1957 avec le Stylator permettant du dessin main leve sur des terminaux. Lapremire tablette graphique pour PC et Macintosh, la KoalaPad, est commercialise en1894. Il faudra attendre lapparition des diteurs dimages matricielles pour que celle-cipuisse devenir un outil de dessin rellement performant.En 1987, la socit Adobe (fonde en 1982) lance sa premire version dIllustrator surla nouvelle machine dApple, le Macintosh (fig. 21) qui possde un cran de 8 pouces noiret blanc. Cet diteur dimage vectorielle est devenue clbre pour son utilisation de la courbede Bzier (outils plume) et du langage dvelopp par Adobe pour lenregistrement despages dimpression : le PostScript. Ce langage informatique est la base de logicielsindispensables aujourdhui tels quAdobe Reader. Il permet en effet denregistrer les misesen page et les polices de caractres. Sa premire application a dailleurs t limprimantelaser, LaserWriter d'Apple (Meyers & Laverne, 2007). Ce logiciel ft en son temps unepetite rvolution : il permettait en effet de crer des fontes de caractre, des dessinsvectoriels (plans, cartes, logos) le tout pour un cot deux fois moindre quAutocad [5].Conscient du potentiel de ce logiciel, Adobe lance rapidement une version compatibleWindows en 1989.Les annes 90 constituent le coeur de la rvolution informatique : alors que la puissancedes PC senvole, leur prix lui devient de plus en plus abordable. Bien quexistantofficiellement depuis 1983, internet arrive enfin dans le monde de lentreprise, permettant lesdbuts de lchange dinformation grande chelle. Les logiciels diversifient leur champdapplication. En fvrier 1990 sort la premire version de Photoshop 1.0 (fig. 22) pour MacOS. L encore, Adobe pressent le potentiel de cet diteur dimage bitmap et sort en 1992sa premire version Windows Photoshop 2.5 En 1991, Autodesck dveloppe ArchiCAD,premier logiciel de CAO/DAO spcialis pour larchitecture. Deux ans plus tard, Autodesk,conscient quil faut se positionner rapidement sur le marcher des PC commercialise sapremire version pour Mac OS et Windows dAutocad (Autocad V.12). Cette stratgieporte ses fruits, car en 1994 Autodesck dpasse le million dutilisateurs contre 180 000(Cadkey) et 155 000 (Microstation) pour ses principaux concurrents [5].D) Les annes 2000, lge dor de linformatisationLes annes 2000 peuvent tre dfinies comme lge dor de linformatisation delentreprise et de notre mode de vie en gnral. La plupart des applications graphiques nesont plus limites par la puissance des ordinateurs, sauf pour la modlisation de 3D avecrendus instantans. La majorit des innovations informatiques touchent prsent le domainede linterface homme/machine pour la rendre de plus en plus intuitive. Le but recherch estde crer un support dexpression accessible o la machine se plie lutilisateur et nonlinverse comme ce ft trop longtemps le cas. Dans cette logique, la technologie tactileconnue depuis les annes 60 est revenue au got du jour la faveur de machinessuffisamment puissantes. De mme, les crans LCD (en anglais : Liquid Crystal Display;cran cristaux liquides) se dveloppent, offrant aux utilisateurs une interaction par limagede plus en plus attractive et rendant possible les productions graphiques de qualit. Ils Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201217dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 28. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngerspermettent galement la rduction en profondeur de la taille des moniteurs, autorisant ainsile dveloppement de tablettes graphiques cran intgr. Internet entre dans la viequotidienne de lentreprise et du particulier avec un accroissement constant de la vitesse detransfert de donnes et remplace presque le courrier pour la communication externe desentreprises.E) Adaptation de loutil informatique aux mtiers du paysageLordinateur est donc devenu un outil omniprsent dans le monde de lentreprise.Nous allons voir prsent travers des exemples de diffrents logiciels, en quoi lespriphriques se sont adapts aux mtiers du paysage. Nous traiterons aussi bien delinterface graphique, que des outils proposs en matire de dessin, dimpression et decommunication des productions graphiques. Tout d'abord, nous prsenterons des notions debase concernant le rle et la nature des interfaces graphiques, et lentit informatique qui lacommande : le systme dexploitation (OS : Operating system). Puis nous sparerons leslogiciels en trois familles bien distinctes correspondant chacune au type de productiongraphique recherche par le mtier de paysage. Pour chaque famille nous y traiterons destypes doutils et dinterface proposs lutilisateur paysagiste et des possibilits qui soffrent lui en matire de cration de support graphique, dimpression et de collaboration distance via les outils de tlcommunication actuels. La plupart des logiciels pris en exemplesont ceux possdant le plus grand nombre dutilisateurs professionnels : il sagit donc delicences payantes. Nous prendrons nanmoins le soin de citer lquivalent gratuit de ceslogiciels, le freeware tant un phnomne ne pas ngliger concernant le futur du DA0.1) Notion dinterface graphique lheure actuelle, nous possdons pour la plupart une vision biaise delinformatique. Ce que nous voyons lcran, linterface graphique de notre systmedexploitation, peut tre considr comme un interprte permettant le dialogue de lhomme etde la machine. Au cours du dveloppement rcent des ordinateurs personnels, laccent a tmis sur la simplification de cette interaction. Il est intressant de constater quel point cetteinterface sest appuye sur laspect et le vocabulaire de la bureautique traditionnelle pouroffrir un maximum de repres la gnration qui a vcu linformatisation de leur support detravail. En effet, tous les systmes dexploitation actuels, Windows (Microsoft), Mac OS(Apple) et la myriade de systmes dexploitation libres descendant de Linux, offrent despoints communs, des conventions officieuses, qui permettent aux utilisateurs possdant desbases de savoir-faire informatique de se retrouver facilement dans la majorit des OS. Cetype dinterface graphique est appele WIMP (en anglais : Window, Icon, Mouse, Pulldownmenu ; en franais Fentre, Icne, Souris, Menu droulant) fut dvelopp en 1981 parXerox et popularis par le Macintosh dApple en 1984 avec son systme dexploitation Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201218Figure 23 : Capture dcran de Mac OS 1.0 (1984) ;source : http://www.simpleweb.frFigure 24 : Capture dcran du bureau Linux KDE 2.4 ;04/08/09 ; source : KDE.orgdumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 29. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersMac OS (Fig. 23). Il tait destin lorigine des utilisateurs occasionnels de lordinateurpour des tches darchivage et de secrtariat. Ce type dinterface graphique devintrapidement la norme. Microsoft rplique en 1985 en lanant Windows 1.0, maismalheureusement de nombreux problmes de programmation entrainent un checcommercial. Au cours des annes, les deux rivaux du PC adoptent deux stratgies trsdiffrentes. Si Mac OS gagne des parts de march grce sa qualit, Windows lui, passedes contrats dexclusivit dinstallation avec des fabricants dordinateurs. Cette mthodedcrie pour sa nature peu scrupuleuse a cependant permis Windows de devenir lenumro 1 du systme dexploitation trs loin devant Mac OS. Mme encore aujourdhui,Windows est de loin en tte du march, malgr un recul net devant Mac OS et lessystmes dexploitation gratuits bas sur Linux. (Tableau 1)Tableau 1 : Progression de la rpartition des systmes dexploitation utilissde 2006 2008 ; source : netapplication .comCe dernier est cr en 1991 par Linus Torval un tudiant Finlandais partir dusystme libre GNU. Il sagit dun noyau de systme dexploitation libre de droits autorisantune collaboration internationale des programmateurs et surtout un systme dexploitationgratuit. Si ses dbuts trs techniques le rservaient aux professionnels et lacommunaut hacker, les projets dOS dcoulant du noyau Linux deviennent de plus en plusaccessibles au grand public. Des interfaces graphiques de type WIMP de plus en plusproche de Windows et Mac OS sont dveloppes, possdant des performancesquivalentes, voire suprieures dans certains domaines. Au fur et mesure des versions, lesinterfaces graphiques des OS ont amlior leur ergonomie, leur capacit multitche, et leuresthtique, en essayant de mimer au maximum le comportement des objets dun espace detravail physique. (fig. 24)Figure 25: Capture dcran de Windows 7. On retrouve le bureau, la barre de tche,Une fentre et des widgets : en bleu des objets en rose des boutons ; ric PIGNON 22/08/2012On peut faire une liste rapide des points communs tous les OS actuels. Il sagit icidune description regroupant des dfinitions simplifies, orientes sur laspect et linteraction Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201219dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 30. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngersdes lments de linterface graphique des OS et non sur leur nature informatique relle.Cette description sinscrit dans une dmarche de comparaison des mthodes de travail lamain et par ordinateur et reste donc oriente du point de vu de lutilisateur.Tout d'abord, les interfaces graphiques possdent gnralement un espace central,le bureau (desktop en anglais) (fig. 25) qui comme son homologue physique sert dposerdes objets. Le bureau est gnralement cern dune ou plusieurs barres de tches, quiregroupent galement des objets graphiques interactifs. Ces objets reprsents par despictogrammes ou des illustrations sont appels widget en anglais (il nexiste pas de relletraduction en franais, l'Office qubcois de la langue franaise, traduisant ce mot parmtachose ou gadget logiciel [9]). Le terme widget regroupe en fait lensemble deslments graphiques dune interface. Lnumration de leur dnomination officielle,description et action serait beaucoup trop longue pour ce mmoire, nous voquerons doncce point dune manire trs simplifie, suivant une classification personnelle. Nousdiffrencierons les widgets prsents sur le bureau ou lespace central dune fentre que nousappellerons objets, des wigdets prsents dans les barres doutils en priphrie que nousappellerons boutons.Dfinissons dans un premier temps les objets. Nous choisissons ce terme, car lesobjets sont reprsents par des icnes (pictogrammes, logos) que lutilisateur peutdplacer son gr laide de la souris sur lensemble du bureau, comme sil sagissait dunobjet physique sur un bureau rel (fig.25 bleu). Nous regroupons dans objets :- Les raccourcis vers les applications ou programmes : Ils permettent daccomplir destches spcifiques (traitement de texte, dimage, navigation sur internet)- Les fichiers : Ce sont des regroupements de donnes codes selon un langageinformatique ou format pour tre lues de manire spcifique par des programmes. On aainsi des fichiers image, vido, audio, texte- Les dossiers : Ce sont des entits permettant de crer des groupes de fichiers. Ilspermettent ainsi dordonner lensemble des fichiers selon un classement logique.Lutilisateur interagit avec les objets au moyen dun pointeur (souvent de la formedune flche) quil commande grce la souris. Le pointeur est visuellement reprsent parun symbole que lutilisateur dplace sur lespace de lcran pour activer ou dplacer desobjets, suivant le principe du drag-and-drop (En franais: glisser et dposer). Lactivationdes objets dclenche louverture dune fentre pouvant tre, ferme, rduite, dplace ousuperpose d'autres, comme sil sagissait dune feuille de papier sur un plan de travail.Une fentre peut tre soit la reprsentation graphique du contenu dun dossier, soit celle delinterface graphique dun programme. Elle prsente une structure quivalente celle dubureau : un espace central vide permettant de manipuler un contenu, un espacepriphrique regroupant des dinformations comme un cartouche de dessin technique et desbarres doutils permettant de dclencher des actions.Il est temps de dcrire les boutons (fig. 25, rose). Le choix de ce terme estuniquement d laspect graphique que les designers dinterface ont donn ces widgets.En effet, tout a t fait pour leur donner laspect de boutons poussoir. Nous regroupons dansles boutons :- Les outils : Ils permettent de dclencher des tches spcifiques (recherche, mise enpage particulire, dessin dun trac vectoriel, modification dune proprit daffichage).Leur fonction est souvent signale par un pictogramme explicite et ils peuvent tregnralement dplacs, ajouts et supprims de leur barre de tches. On peut donc lesrapprocher des objets dcrits plus haut. Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201220dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 31. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngers- Les menus : Ils sont dcrits par un mot simple ou un verbe daction. Leur activationouvre une liste droulante permettant de trouver des actions affiches ou non sous formedoutils.Le modle WIMP tant devenu la norme pour les interfaces graphiques dOS, il sestnaturellement dclin dans les interfaces graphiques des logiciels de dessins. Chaquelogiciel de DAO prsente une base de structure similaire ce que nous venons de dcrire :- Un espace central, la zone de travail, sur laquelle figure le support de dessin.- Une zone priphrique occupe par des barres doutils, des zones dinformation et desmenus de navigation. Cette zone priphrique permet de paramtrer des tchesralisables uniquement dans le cadre du logiciel de DAO afin de crer, dditer, et depublier le dessin. On retrouve dans cette zone priphrique le gestionnaire de calques,ainsi que les palettes de couleur, lhistorique des actions ralises dans le dossier etlensemble des outils de dessin.Nous regroupons les logiciels de dessins prsents en trois catgories :- Les diteurs dimages vectorielles, adapts au dessin symbolique/explicatif(cartographie, schmas, pictogrammes).- Les diteurs dimages matricielles, adapts au dessin figuratif artistique (montage photo,croquis perspectifs)- Les logiciels de CAO/DAO, adapts au dessin technique (plans, dtails et coupestechniques).2) Notion de calque virtuelFigure 26 : Schma illustrant la notion de calque virtuel; ric PIGNON 22/08/2012Une adaptation cruciale de linterface graphique au DAO est la notion de calquevirtuel. Si lon considre le plan de dessin virtuel comme un repre orthonorm deuxdimensions et , chaque pixel ou chaque vecteur est rfrenc selon ce repre sur unmme plan. Le calque virtuel rajoute une troisime dimension (perpendiculaire au plan( ; ) au reprage du pixel ou du vecteur (fig. 26). On peut donc avoir un pixel ou un vecteurpossdant des coordonnes X;Y identique, mais une coordonne Z diffrente. Il est doncpossible de travailler sur diffrents plans superposs et indpendants. Chaque calque sesuperpose lautre comme une feuille de calque physique, le dessinateur choisissant surquel calque il souhaite dessiner. Chaque logiciel propose une gestion des calques diffrents Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201221dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 32. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngerset un ensemble de paramtres modifiables par lutilisateur. Les constantes dans la gestiondes calques sur lensemble des logiciels de CAO/DAO sont les suivantes :- Possibilit de nommer le calque et de lui attribuer une couleur.- Possibilit de masquer ou dafficher le calque.- Possibilit de verrouiller (empcher sa modification) le calque.Les calques peuvent prsenter dautres particularits en fonction des types delogiciels utiliss. Nous dtaillerons le cas chant ces spcificits.3) Le dessin symbolique/explicatif : Les diteurs dimagesvectorielles.Figure 27 : Application de la courbe de Bzier avec loutil Plume dAdobe Illustrator; ric PIGNON 22/08/2012Nous avons voqu prcdemment les notions dimages vectorielles, courbes deBzier et primitives. Les diteurs dimages vectorielles permettent de crer des images partir de primitives gomtriques et de courbes de Bzier. On retrouve doncsystmatiquement une catgorie doutil permettant de crer des formes gomtriques(ellipses, polygones, droites, arcs et symboles), et un outil courbe de Bzier (le clbre outilplume crer par Adobe Illustrator (fig. 27)). Quand lutilisateur dessine une forme, il traceau moyen de linterface graphique un chemin (path en Anglais) qui correspond unequation mathmatique pour lordinateur. Ce chemin donne uniquement les informations surla position et le trac de la forme. La couleur de remplissage de la forme, la couleur etlpaisseur du trait sont configures sparment par le dessinateur qui doit renseigner sesparamtres. Afin de crer des formes plus complexes, il est possible dappliquer desdformations (Fig. 19) aux formes simples cres (oprations boolennes, changementdchelle, spirale, modification du trac, torsion). Encore une fois, ces dformationscorrespondent des quations mathmatiques calcules par lordinateur partir duchemin. Tout chemin est donc dformable l'envie, car lordinateur conserve lquation dela forme de base laquelle il ajoute le membre dquation correspondant la dformation.Ce systme permet donc de modifier une forme sans avoir la redessiner entirement. Lesditeurs dimages vectorielles incluent galement une gestion des calques. Outre lesgnralits voques plus haut, les calques des diteurs dimages vectorielles peuvent trergls suivant diffrents paramtres. Tout dabord, on peut rgler lopacit du calque (faireque celui-ci soit plus ou moins transparent). On peut galement appliquer des modes defusion avec le calque en dessous du calque paramtr : produit, claircir, obscurcir Cesmodes de fusion permettent une interaction entre les diffrents calques, autre quune simple Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201222Figure 28 : Logo de Inkskape dessin avecce logiciel libre de dessin vectoriel ;Inkskapeteam ; 07/05/2009dumas-00739647, version 1 - 8 Oct 2012 33. Mmoire de fin dtudes dingnieur en paysage spcialit matrise doeuvre et ingnierieAgrocampus-Ouest centre dAngerssuperposition des tracs. Les diteurs dimages vectorielles permettent galement deraliser des zones de texte se comportant comme des vecteurs : on peut en paramtrer lecontour, le remplissage, et leur apporter des dformations. Lensemble des oprations citesci-dessus est ralis laide de la souris (pour le dessin et lutilisation des menus) et duclavier (pour le paramtrage). Les fichiers raliss sous ce type de logiciels sont enregistrs laide de formats qui permettent de conserver lensemble du dessin et des calquesraliss : ainsi, un dessin est toujours modifiable de manire non destructive. On peut citer larfrence professionnelle Adobe Illustrator et son format .ai, ainsi que le logiciel libreInkscape (fig. 28) sous License GNU/GPL. Son format est le format Scalable VectorGraphics (SVG). Les diteurs dimages vectorielles proposent de travailler sur des supportsde tailles choisies par lutilisateur. Des pr-configurassions permettent le plus souvent detravailler sur des supports rpondant aux formats de papier, dcrans et de photosinternationaux. Un outil de zoom avant arrire est possible, permettant de travailler diffrents niveaux de dtails. Une fois lillustration termine, il est possible de lexporter selonles formats standards dimage : .jpg, .tiff, .png, .pdf, .bmp (Adobe Systems ; 2010).En rsum, les diteurs dimages vectorielles proposent une approche trsmathmatique et informatique du dessin (paramtrage, usage de la souris et des primitives)qui sloigne du dessin la main. Nanmoins cest un outil puissant, car il permet deretravailler une image de manire trs flexible et non destructive, tout en ajoutant lesavantages dj cits des images vectorielles (lgret, zoom infini). L o limagevectorielle permet un contrle parfait du trait, elle perd en spontanit. Cependant les deuxlogiciels cits ci-dessus commencent proposer des outils hybrides de dessin : il sagitdoutils qui permettent un trac libre laide de la souris ou dune tablette graphique, qui esttransforme en un trac vectoriel par lordinateur. La spontanit du trait la main estconserve, et le trac peut tre modifi comme un trac vectoriel..4) Le dessin figuratif/artistique et les diteurs dimage matriciellePar souci de clart, les noms utiliss pour dsigner les outils types des diteursdimages matricielles sont ceux des outils dAdobe Photoshop. Les diteurs dimagematricielle remplissent deux rles principaux :- diter des images matricielles par le biais doutils de retouche des pixels. Les imagesmatricielles comprennent aussi bien les photos que les images scannes ou ralises parordinateur.- Crer des illustrations matricielles laide doutils de dessin numrique, utilisant leprincipe de limage matricielle.Voici les outils que lon trouve couramment dans un diteur dimages matricielles :- Des outils de slection permettant soit de dfinir une zone de slection par diffrentsmoyens (carr de slection contour main leve, courbes de Bzier, ellipses), soit deslectionner les pixels selon leur couleur.- Des outils de manipulation de la slection, permettant dappliquer diversestransformations celle-ci.- Des outils de dessin permettant de peindre et deffacer des pixels (brosses), de remplirdes zones de couleur (pot de peinture) de crer des formes vectorielles (outil plume,formes gomtriques).- Des outils de manipulation des pixels permettant de retoucher limage cre en ajustantses couleurs, sa saturation, sa luminosit- Des outils de dformation de limage permettant dappliquer des effets globaux ou prcis limage (floue, nettet, change de couleur) Impact du dveloppement du dessin assist par ordinateur sur le dessin appliqu au paysageEric PIGNON Septembre 201223dumas-00739647, version 1