ENS d'Alger Linguistique .L'étude menée par Léopold Il a étudié également le développement

download ENS d'Alger Linguistique .L'étude menée par Léopold Il a étudié également le développement

of 24

  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of ENS d'Alger Linguistique .L'étude menée par Léopold Il a étudié également le développement

  • ~

    ENS d'Alger

    Linguistique contrastive

    2me PEP/3me PEM

    4me PES.

  • A.Boualili

    Cours 4 : Bilinguisme prcoce

    On dit d'un bilingue qu'il est prcoce simultan lorsque deux langues (L1, L2) sont prsentes

    simultanment dans une priode d'acquisition du langage (1 5 ans). Il s'oppose d'autres types de

    bilinguisme. Pourquoi l'intrt port ce genre d'tude ?

    Nous sommes dans une re ou l'acquisition de plusieurs langues pour un enfant est frquente;

    On suppose que l'enfant a plus de facilit pour assimiler une langue.

    Quel est l'impact du bilinguisme prcoce sur l'enfant ?

    Sur le plan psychologique: comment la personnalit de l'enfant bilingue va-t-elle se dvelopper ?

    Sur le plan ducatif: relations parents/ ducateur/ enfant ; quel serait l'avantage qu'aurait l'enfant en

    apprenant deux ou plusieurs langues?

    Schma 1: 1 pers 1 langue (enseignement individuel)

    Schma 2: Gp1 enfant gp2

    (Bilinguisme social)

    L1 L2

    L'tude mene par Ronjat

    Psychologue franais, c'est le premier avoir dcrit en 1913 le dveloppement linguistique d'un enfant

    bilingue en l'occurrence son enfant. Il a essay de voir l'volution de son enfant dont la mre est

    Allemande. Il a abouti ces constatations :

    L'aspect phonique : les parents ont constat que la prononciation de leur enfant tait celle d'un

    unilingue dans les deux langues ;

    Le dveloppement de la morphologie et de la syntaxe des deux langues a lieu de

    faon parallle. L'enfant est trs vite conscient de l'utilisation de deux codes linguistiques distincts, il

    est mme capable de jouer le rle de traducteur. Les mlanges entre les deux langues sont rares et

    tendent disparatre avec l'ge.

    Sur le plan cognitif l'enfant acquiert l'abstraction de la langue sans difficult (schma1).

    Ronjat affirme que le bilinguisme prcoce ne retarde aucunement le dveloppement psychologique

    gnral de l'enfant. Cette conclusion est confirme par une tude sudoise dans des familles mixtes

    avec Arnberg en 1981. L'quipe autour de ce chercheur adhre ce point de vue, cependant, il est

    difficile selon eux d'atteindre un bilinguisme quilibr dans les deux langues si le contact avec une des

    deux langues est limit aux seules interactions avec un parent (schma2)

  • L'tude mene par Lopold

    Il a tudi galement le dveloppement linguistique de sa fille par rapport deux langues en contact

    savoir l'allemand - langue du pre - et l'anglais - langue de la mre. Les parents ont suivi le

    dveloppement de leur enfant jusqu' l'ge de deux ans puis ils se sont contents d'observer les

    ractions de leur enfant jusqu' l'ge de 16 ans.

    D'emble, ils remarquent un dsquilibre vident du fait que l'enfant vivait aux Etats-Unis dAmrique

    o l'anglais se trouvait en situation de supriorit. Comment ce bilingue a-t-il volu?

    Pendant plus d'un an, il s'est servi d'un seul systme de communication agglomr d'lments anglais

    et allemands (systme linguistique mixte) ;

    Sparation des deux langues partir de la troisime anne de vie : l'enfant a russi liminer

    quasiment tous les mots d'allemand de son usage de l'anglais ; par contre, il n'a pas pu liminer les

    mots anglais de son usage de l'allemand. Le milieu environnant o vit l'enfant est prpondrant.

    En dpit de tout, Lopold signale que le dveloppement linguistique de son enfant n'a pas t

    endommag. Il signale mme des avantages. Titone dira que Lopold souligne "une plus grande

    attention au contenu et moins la forme, c'est--dire, une proccupation plus marque pour les choses

    et les situations exprimes par le langage plutt qu'un culte de la parole elle-mme".

    Etude mene par Kenyers

    Elle a t mene sur une fille de six ans dont la langue maternelle est l'hongrois, installe Genve

    do le contact avec la langue franaise. Il constate aprs dix mois de contact que :

    La fillette parlait le franais avec la perfection d'un natif ;

    La langue hongroise est maintenue parce que parle en famille ;

    L'acquisition de la langue seconde s'est faite d'une manire harmonieuse, sauf qu'elle n'a pas travers

    les diffrents stades ;

    La seconde langue exige un effort intellectuel moindre. Cependant dans ce cas-l d'apprentissage

    l'effort passe par la langue maternelle.

    Etude mene par Tits

    Elle s'est faite sur une fillette espagnole de six ans immigre en Belgique. Elle quitte un milieu

    d'origine hispanique pour atterrir dans un milieu francophone. Il constate que :

    L'apprentissage est plus rapide par rapport l'tude mene par Kenyers (moins de dix mois) ;

    Le rsultat d'acquisition est meilleur de celui d'un natif ;

    Au bout de quelques mois, perte totale de sa langue d'origine ; la langue seconde s'enracine de plus en

    plus chez l'enfant.

    Swain (1972) est arriv une conclusion selon laquelle l'acquisition simultane de deux langues ne

    diffre pas de l'acquisition d'une seule langue. Les mmes stratgies d'apprentissage sont mises en jeu.

    Christine de HEREDIA-DEPREZ, Comment est-on bilingue en famille ? Elments de

    mthodologie

    La famille nuclaire, en Europe est le lieu privilgi de la transmission des langues aux enfants. On la

    considre traditionnellement comme le lieu o se conservent les langues minoritaires (ethniques,

    locales, rgionales) L'tude de la communication familiale fournit donc un indice fiable de rgression

    de ces langues lorsqu'elles n'y sont plus parles et un indicateur sr de progression d'une langue

    lorsqu'elle y pntre.

    Les premires enqutes sociolinguistiques inspires des modles proposs par Fishman considraient

    la famille comme un domaine , comme un tout, au mme titre que l'cole ou le travail, avec lesquels

    elle rentrait en distribution fonctionnelle. A la langue parle la maison tait alors attribu un

  • caractre intimiste, familier, informel, affectif. Son maintien tait gnralement affect par des

    donnes sociodmographiques externes.

    Cependant la vraie nature de la communication familiale bilingue restait gnralement mconnue, sauf

    de la part des linguistes-parents (Burling, Lopold, Taeschner, Fantini, Slobin, Sanders, etc.) qui

    tudient les comportements de leurs propres familles dans la tradition initie par Ronjat en 1913.

    Les premires et encore rcentes approches systmatiques du dedans ont vite fait apparatre la

    question de l'identification de cette langue au vu de lhtrognit des comptences et des pratiques

    langagires de chacun de ses locuteurs. Trop vite tiquete de l'extrieur comme du portugais, du turc,

    etc., on ne (95) sait plus de l'intrieur si on a affaire une langue, une varit, un parler ou une faon

    de parler reconnaissable pour tout un groupe, pour une famille ou parfois pour une seule personne.

    La famille bilingue apparat alors comme lieu dlaboration des conduites langagires permettant la

    gestion de lasymtrie des comptences entre les diffrents membres et avec lextrieur.

    Ce sont ces deux approches, sociolinguistique et interactionnelle que nous essayerons de mener de

    concert.

    De ce double point de vue, la distinction entre bilinguisme d'lite et bilinguisme de masse n'est plus

    retenir proprement parler comme variable externe puisque les mmes problmes d'amnagement de

    la communication familiale se posent dans les deux cas. On laissera aussi provisoirement de ct les

    variables classiques de classe d'ge, sexe, scolarisation, dure de sjour, etc., qui pour le moment

    brouillent notre entendement par la fragmentation, l'miettement d'une ralit qu'on voudrait pour un

    temps garder compacte et entire la frontire entre bilinguisme et monolinguisme tant dj par

    elle-mme, tout la fois, trop forte et bien fragile. En consquence tous les couples de langues

    pourront tre pris en compte et compars. Par contre on retiendra la distinction que fait Andre

    Tabouret -Keller entre bilinguisme stable, volution lente (de type souvent rgional), et bilinguisme

    instable, volution rapide (de type urbain et migratoire), pour nous intresser exclusivement ce

    dernier. Le lieu central de notre travail, c'est la ville dimmigration, cosmopolite, vritable vivier de

    langues et son personnage principal, c'est l'enfant en contact quotidien avec deux langues ou plus.

    Enfant -sujet (et non plus informateur ) impliqu comme agent social dans des rseaux de

    communication familiaux et extra -familiaux parfois contradictoires quant aux modles proposs et

    aux valeurs affrentes des modles partir desquels il va dvelopper ses propres comptences et

    stratgies langagires et construire avec et travers elles son image identitaire.

    Le travail est men au premier abord de faon classique par questionnaires et entretiens auprs

    d'enfants de 10 16 ans. Les terrains d'enqutes choisis sont Paris et Dakar. On s'intresse

    principalement aux points suivants :

    a/ la transmission des langues : aspect quantitatif et comparatif. (96) Quel est le taux de transmission

    des diffrentes langues de parents enfants ? Y a-t-il des langues qui se transmettent mieux que

    d'autres ? Aspect prospectif aussi : quels sont les projets des enfants pour eux-mmes et pour leurs

    propres enfants en matire de langues. Des tudes de cas permettent de dresser l'arbre gnalogique

    linguistique de certaines familles et de pointer les maillons faibles ou for