EnquêteEnquête sur les Effets Secondaires sur les · PDF file... ce qui est le...

Click here to load reader

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of EnquêteEnquête sur les Effets Secondaires sur les · PDF file... ce qui est le...

  • EnquteEnquteEnquteEnqute

    sur les Effets Secondaires sur les Effets Secondaires sur les Effets Secondaires sur les Effets Secondaires

    des Vaccinationsdes Vaccinationsdes Vaccinationsdes Vaccinations

    en Europeen Europeen Europeen Europe

    Effets Secondaires Epidimiologie Lgislation

    Propositions du EFVV

    Rapport du groupe europen

    EFVV partir de 1000 tmoignages de victimes

    Site Web : www.efvv.org

    Ces documents peuvent tre copies et distribus toute personne intresse.

  • 1

    SOMMAIRE

    pg

    1. Remerciements 2

    2. Historique du groupe 3

    3. Epidmies et vaccinations en Europe 4

    4. La lgislation vaccinale dans 8 pays dEurope 13

    (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne,

    Italie, Luxembourg, Pays-bas)

    5. Les effets secondaires et la pharmacovigilance 22

    6. Cot dun traitement pour un autiste (aprs vaccination) 24

    7. Les effets secondaires de vaccination: 26 Analyse des fiches de tmoignage

    - Objectifs et mthode 27 - France 28 - Belgique francophone 32 - Belgique flamande 35 - Allemagne 39 - Grande-Bretagne 44 - Pays-Bas 49 - Espagne 52 - Quelques lettres de tmoignage 59

    8. Conclusions gnrales 61

    9. Les propositions du EFVV 64

    Annexes Version imprime

    Annexe 1 : Graphiques (tuberculose en France et courbes diverses) 69 Annexe 2 : Etude ralise au Pays-Bas (comparaison de ltat de sant 72

    entre un groupe vaccin et un groupe non vaccin) Annexe 3 : Questionnaire utilis pour lenqute 76 Annexe 4 : Liste des associations et des personnes qui dfendent le 78

    libre choix en matire de vaccination En complment sur le CD

    Annexe 5 : Les rfrences bibliographiques (plus de 1800) Annexe 6 : Exemple de recueil de donnes (Grande-Bretagne) Annexe 7 : Les constituants des vaccins

  • 2

    1. Remerciements

    Nous tenons remercier Monsieur Paul LANNOYE, qui lors de son mandat de dput europen pour la Belgique, a organis Bruxelles, au sein du Parlement Europen, un colloque international sur les vaccinations en avril 2002. Cette rencontre, au cours de laquelle ont pu sexprimer plusieurs courants de pense, a t pour le EFVV un moment dcisif. Nous remercions galement toutes les personnes qui de prs ou de loin ont apport leur contribution au travail du groupe et nous pensons tout particulirement aux victimes qui, malgr leur dure ralit quotidienne, ont accept de tmoigner. EFVV - Fevrier 2005 -

  • 3

    2. Historique du groupe

    En 1998, une rencontre eut lieu Barcelone entre des membres de la Liga para la Libertad de Vacunaciones et de lassociation ALIS loccasion du salon BIOCULTURA . Par ailleurs, le groupe catalan Grup mdic de reflexi sobre les vacunes , compos de mdecins, avait entam, depuis plusieurs annes, une rflexion sur les effets secondaires des vaccins et collect des donnes. Ctait un travail quil fallait amplifier et nous avons dcid ensemble de runir nos forces et de rassembler nos observations. Cest ainsi que sest constitue une alliance franco-espagnole. Les contacts se sont intensifis et nous avons t amens largir cette alliance tous les pays europens dans lesquels nous avions des relations suivies avec des groupes ou des personnes, prts travailler dans le mme sens. Ds 1999, un lieu de runion a t choisi et la structure dun groupe europen de rflexion sur les vaccinations a t mise sur pied. Depuis, tous les ans, en juillet, le groupe sest retrouv Yenne (France) pour laborer un projet qui sest intitul au dpart Strasbourg 2004 . Plus tard le groupe a pris le nom de EFVV (European Forum for Vaccine Vigilance). De 1999 2005, le groupe EFVV a runi des reprsentants, pour la plupart mdecins, de dix pays : France, Espagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Italie, Luxembourg, Isral, Suisse. Ce qui anime le groupe, cest une conscience commune, une recherche de la vrit, un souci de prserver la sant des tres humains, le dsir que soient respects les droits de lhomme. Cest pour cette raison que nous avons mis en place une collecte de tmoignages de personnes victimes deffets indsirables conscutifs des vaccinations. A partir de questionnaires qui ont circul dans les diffrents pays concerns, nous avons pu laborer une base de donnes dont lanalyse fait lobjet de ce rapport. Les associations qui ont particip au travail du EFVV sont :

    Liga para la Libertad de Vacunacin (Espagne) Association Libert Information Sant (France) The Informed Parent (Grande-Bretagne) Society of Homeopaths (Grande-Bretagne) The Alliance of Registered Homeopaths (Grande-Bretagne) Nederlandse Vereniging Kritisch Prikken (Pays-Bas) Stichting Vaccinatieschade (Pays-Bas) Groupe Mdical de Rflexion sur les Vaccins (Suisse) COMILVA (Italie) Associazione Vittime dei Vaccini (Italie) Preventie Vaccinatieschade (Belgique) AEGIS (Luxembourg) LiSa (Allemagne)

    (voir listing dadresses des associations en annexe)

  • 4

    3. Epidmies,

    Infections

    et

    Vaccinations

    Dr Juan Manuel MARIN OLMOS de Barcelone (Espagne)

    Les graphiques concernent lEspagne et sont prsents en espagnol.

  • 5

    Epidmies et vaccinations en Europe

    Les vaccinations systmatiques sont toujours prsentes comme une des victoires les plus clatantes de la mdecine prventive. Cette ide est ancre profondment dans lesprit des gens et tout particulirement dans celui des membres du corps mdical, contribuant ainsi crer ce que lon peut appeler, dun point de vue critique, le mythe de la vaccination . Ce mythe est bas sur trois lments fondamentaux : la croyance gnralise en la disparition des redoutables pidmies du pass grce la vaccination ; la croyance en linnocuit des vaccins qui ne provoqueraient que trs peu deffets secondaires ; la croyance en une balance bnfice/risque largement en faveur des vaccins. Le fait de rduire la pathologie infectieuse au binme microorganisme/hte sans tenir compte dautres lments, constitue la base mme de la pratique vaccinale. Cependant, si lon se penche attentivement sur lvolution pidmiologique de la plupart des maladies prvention vaccinale systmatique, sur plusieurs dcennies, on constate que cette croyance na pas de bases solides. Quant aux effets secondaires des vaccins, l aussi, la croyance ne repose pas sur des ralits. La rduction de la pathologie infectieuse et contagieuse au binme microorganisme/hte demande aussi une rvision profonde. En effet, les couvertures vaccinales sont calcules partir dune formule mathmatique base sur un modle qui essaie de reproduire la dynamique infectieuse ; or, ce procd ne permet pas de prendre en considration des variables fondamentales de la ralit biologique et des interrelations entre les tres vivants dans un habitat dtermin. Les pidmies

    Nous savons que la Rvolution Industrielle a engendr des changements profonds dans les formes de vie des populations europennes durant le 18me et le 19me sicle. Lentassement des familles dans les faubourgs des villes, dans des conditions dplorables, est un fait bien connu et qui a inspir de nombreuses uvres immortelles en littrature. Une des consquences du colonialisme et des changements acclrs des modes de vie que lindustrialisation ont imposs, fut lclosion, sous forme dpidmies, de maladies inconnues sur notre continent (cholra, fivre jaune), lintensification des maladies dj connues (variole, diphtrie, scarlatine, coqueluche, tuberculose) dont certaines prenaient la forme dpidmies galement, et lmergence de maladies lies aux dures conditions de travail de la classe ouvrire, dnommes par la suite pauprisme . Plus tard, on emploiera la place, le terme de pathologie du sous dveloppement qui voque clairement la situation dans laquelle se trouvent de vastes zones du tiers monde . Les caractristiques socio-conomiques et sanitaires de ces zones nous ramnent la situation dans laquelle ont vcu nos anctres au 19me sicle, savoir, dnutrition, promiscuit, logements insalubres, manque dhygine, analphabtisme, taux de natalit et de mortalit lev, etc Un nouveau concept tait n : la maladie comme fait social. Bien que la conception sociale de la maladie ait dj exist durant les sicles prcdents (en 1700, B. RAMAZZINI publia le Trait des maladies des artisans ), la relation entre pauvret et maladie commena saffirmer dans la pense mdicale au 19me sicle, renforce dailleurs par les pidmies de cholra. Les premires tudes statistiques ont dmontr clairement les ingalits des classes sociales face la maladie. Lapparition de lhyginisme et son essor qui conduisit la notion de Sant Publique, fut le corollaire logique de ces observations. Lvaluation conomique de la maladie mene par les hyginistes de diffrents pays, en mme temps que la lutte des classes et la tradition bnfique, furent des arguments qui contriburent considrablement lamlioration de lhygine et des infrastructures sanitaires ainsi quau dveloppement des systmes

  • 6

    nationaux de sant. Ces mesures, voques succinctement ici, et le dveloppement conomique ont fait que, tout au long du 20me sicle, les conditions de vie ont chang radicalement. Paralllement, le profil pidmiologique des affections qui dcimaient les populations europennes au 19me sicle a aussi radicalement chang. Ainsi, alors quen 1900 la principale cause de morbidit et de mortalit revenait aux maladies infectieuses, en 2000, ce sont les processus dgnratifs et les maladies cardiovasculaires qui lemportent. Nanmoins, lessor des vaccins jennriens contre la variole et la dcouverte de la microbiologie, puis ses applications mdicales