Enfant spectateur en quête de sens

download Enfant spectateur en quête de sens

of 31

  • date post

    30-May-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Enfant spectateur en quête de sens

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    1/31

    l enfant spectateuret la qute du sens

    par Serge Tisseron

    31 J ANVIER 2001IMAGES EN BIBLIOTHQUES

    CEMEA

    STAGEOBSERVATOIRE DUJEUNE SPECTATEUR

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    2/31

    3

    PAR

    SERGE

    TISSERON

    psychiatre et psychanaliste

    spcialiste des enfants.

    Auteur (entre autres) de :l Psychanalyse de l image (d. Dunod 1995)

    l Le bonheur dans l image(d. Les empcheurs de penser en rond 1996)l Y a-t-il un pilote dans l image?(d. Aubier 1998)l Petites mythologies d aujourd hui(d. Aubier 2000)

    L E N F A N T S P E C T A T E U R E T L A Q U T E D U S E N S

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    3/31

    5

    L E N F A N T S P E C T A T E U R E T L A Q U T E D U S E N S

    STAGEOBSERVATOIRE DU JEUNE SPECTATEUR

    Objectif affirmer des comptences au sein des bibliothques,

    pour - l enrichissement des propositions de documentsaudiovisuels au jeune public, partir de collectionsexistantes dans l tablissement - l accompagnement des jeunes spectateurs (6/12ans) dans leurs choix de visionnement ou d emprunt.- Une volont d'ducation l'image des jeunes

    spectateurs, en les amenant dcouvrir et appr-cier des documents audiovisuels diffrents des

    programmes tlviss de flux.

    A l issue de la session, les stagiaires auront la possi-bilit de poursuivre et approfondir la recherche,

    par une participation au groupe de travail "Jeune public" d Images en bibliothques.

    Contenu- Apports thoriques sur le thme la place de l enfant

    spectateur. Interventions de spcialistes : psychologue, exploitant de salle de cinma, vidothcaire.- Connaissance des films

    4 5 films visionns, analyss, tudis. L objectif est de crer un ensemble de repres, pour travailler ensuite partir de ces documents avec les jeunes lec-teurs.- Rflexion sur le rle du bibliothcaire mdiateur.

    Mise en situation, pratique de l observation des jeunes spectateurs lors d'une projection publique. A partir de cette exprimentation, mise en place d unemthode pour susciter la curiosit, l intrt, lademande des enfants autour des films spcifiques pro-

    poss par l tablissement. l

    Lintervention de Serge Tisseron s estdroule dans le cadre du stage

    Observatoire du jeune spectateur organis par Images en bibliothques

    en partenariat avec les CEMEA,du 31 Janvier au 5 Fvrier 2001.

    Cette session a rassembl une vingtaine devidothcaires venus de diffrentes rgions,

    pour une rflexion thoriqueet pratique sur le visionnement des films pro-

    poss par les collectionsaudiovisuelles des mdiathques.

    Dominique Margot, Dlgue gnrale

    Images en bibliothques

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    4/31

    7

    SERGE TISSERON

    Il faut prendre encompte les enfants, cequ ils sont, leur his-toire, et galement leur environnement familialet ducatif. Sans

    omettre leur environnement de pairs, c'est--direleurs camarades de la mme classe d ge. Cet envi-

    ronnement de pairs est extrmement important, car aujourd hui la plupart des enfants ne parlent pas desimages qu ils voient avec des adultes, ils n en par-lent qu avec leurs camarades de classe, dans la cour de rcration.

    La place de l enfant spectateur oblige donc envi-sager des problmes de psychologie, de cognition,de rception mais aussi des problmes lis l orga-nisation familiale et l organisation des groupes.En premier lieu, nous allons donc voir le problmede la rception des images du point de vue de la vie psychique, de ce qui se passe dans la tte de chacun.Ensuite, j'aborderai le problme des phnomnes degroupe par rapport aux images, dans la mesure ovous avez probablement plus faire des groupesqu' des enfants spars. Cette dmarche a un butunique: comment faire en sorte que les imagessoient le mieux possible assimiles par les enfants,qu'ils se protgent le mieux possible de leurs ven-tuels effets ngatifs ou problmatiques.l

    Que faut-il prendre en compte pour apprhender la

    comprhension des effets des images sur les enfants?

    Pas seulement les images elles-mmes, bien sr.

    L E N F A N T S P E C T A T E U R E T L A Q U T E D U S E N S

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    5/31

    La re la t ion aux images

    es t en t ra in d 'voluer

    considrablement :

    les causes

    d 'un te l bouleversement .

    Aujourd hui on parle beaucoup des effets desimages, et vous tes peut-tre sensibles au faitqu on en parle d une part en terme quantitatif et

    d autre part en terme de violence : trs souvent,lorsqu on parle des images, on dit d abord " Il y ena de plus en plus ", et puis " Elles sont de plus en plus violentes ". A ce sujet, je voudrais d'abord atti-rer votre attention sur le fait que les changements encours ne concernent pas seulement la quantit desimages, mais leur qualit. La relation que lesenfants entretiennent avec les images est en train dechanger compltement. Beaucoup de gens qui ontaujourd hui 40, 50 ans n arrivent plus comprendrela relation que les enfants ont avec les images, du

    fait qu'eux-mmes ont grandi en s habituant uneautre forme de relation aux images.

    1 - Une interactivit prcoce,grce au dveloppementdes nouvelles technologies

    Pourquoi cette relation aux images change-t-elle?Parce qu aujourd hui les enfants sont introduits de plus en plus tt un monde d images qui n a rien decomparable avec celui dans lequel leurs propres parents ont vcu au mme ge. Aujourd hui, unenfant apprend trs tt avoir une relation interac-tive avec les images. Il est important de savoir quela perception du cinma par les enfants d'aujour-d'hui est insparable de tous les processus psy-chiques qu ils mettent en place par le biais d'uneinteractivit prcoce avec les images.e La tlcommande de la tlvision,un enjeu de pouvoir Cette interactivit prcoce se met d abord en place

    8

    avec la tlcommande de la tlvision. Commevous le savez, c est un outil trs dcri, a feraitzapper sans arrt sans aucun sens, etc. Mais il faut bien se rendre compte qu'il s'agit d'un instrumentqui a permis d introduire une possibilit de choix, etgalement des enjeux de pouvoirs familiaux etgroupaux autour des programmes. On utilise biensr la tlcommande pour changer de programme,mais aussi pour dire qu on est le chef. Celui quitient la tlcommande tient le pouvoir. Si vousvoyez des groupes d enfant, vous verrez qu il y atoute une dynamique du pouvoir, du contrle, de lamatrise sur le groupe, qui passe par la tlcom-mande de la tlvision. Ce n est pas seulement uninstrument pour contrler la tlvision, c est un ins-trument pour dire qu on est le patron, dans le groupe

    et dans la famille. Mais je reviendrai plus loin sur lerle de la tlcommande.

    e Les jeux vido et l'exprience "tamagoshis" : lesenfants apprhendent beaucoup mieux les nouvellestechnologies que les adultes.Les enfants sont galement trs tt introduits l in-teractivit avec les images par l'intermdiaire des jeux vidos. Vous allez me dire que les jeux vidos,c est rserv aux riches, mais n oubliez pas qu il y aquelques annes on trouvait, et on en trouvera

    nouveau bientt, des tamagoshis pour 20 ou 30francs. Les tamagoshis, ce sont ces petits objets dela taille d une montre qui proposent des animauxvirtuels qu il faut nourrir, nettoyer, promener, etamuser, pour qu ils vivent bien.J'aimerais voquer une enqute anglaise qui a tfaite il y a trois ans, au moment o les tamagoshissont arrivs en Europe. Cette enqute a consist comparer les ractions des enfants et celles desadultes face aux tamagoshis. Et cela s'est rvlextrmement intressant : en fait, les enfants utili-saient les tamagoshis pour leur seul plaisir et enfonction de leurs besoins. Si tout d un coup ilsavaient envie de se mettre l cart, de sortir de laclasse ou de quitter leur groupe, ils disaient " Bon et bien il faut que je m occupe de mon tamagoshi".S ils se trouvaient en prsence d adultes, il y enavait toujours un pour dire " Pauvre enfant ! Ilconfond la ralit avec la fiction ". Mais l enqute amontr qu en ralit c tait uniquement une affairede convenance et que l enfant qui disait " Je m envais, il faut que je m occupe de mon tamagoshi " pouvait trs bien jeter son tamagoshi la poubelle

  • 8/14/2019 Enfant spectateur en qute de sens

    6/31

    ou le laisser hurler dans sa poche si a l arrangeait.La mme tude a montr que les adultes qui l'onoffrait un tamagoshi taient au contraire immdiate-ment pris dans une problmatique d'obligation et dencessit. Ces adultes, qui l'on avait offert untamagoshi souvent de faon un peu factieuse, sesentaient obligs de s en occuper. Et les enquteursont recueilli des phrases du genre " Maintenant qu ilest l, il faut bien qu on fasse avec, il faut bienqu on s en occupe, quand il est sale il faut bien lenettoyer ", et ainsi de suite.

    Cette enqute a donc montr que ce n'tait pas dutout les enfants qui confondaient la ralit et la fic-tion, mais les adultes. C'est intressante parce amontre que les enfants sont beaucoup mieux pr-

    pars aux nouvelles technologiesque les adultes ne l imaginent, etsurtout sont beaucoup mieux pr- pars que les adultes eux-mmes.J'ai d'ailleurs eu personnellementdans ma pratique thrapeutiquel exemple de familles quivenaient me voir pour savoir s ilfallait enterrer le tamagoshi aprsqu il soit mort... Vous voyez ledegr d absurdit que ces

    familles atteignaient. Il est bienvident que pour l enfant le tama-goshi tait un jouet, un objet qu il prenait et qu il laissait, commeune peluche qu il pouvait balan-cer dans un coin ou au contrairecaresser. Mais pour l adulte, le tamagoshi taitimmdiatement pris dans un ensemble d attitudes,de comportements, qui relvent normalement deceux que l'on a avec les tres vivants, et pas du toutavec les objets ou le