Enfances perdues

Click here to load reader

  • date post

    21-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Environ 800 000 enfants ont été obligés de fuir leurs foyers en raison du conflit dans le nord du Nigéria entre Boko Haram, les forces militaires et les groupes d'autodéfense civile, affirme un nouveau rapport de l'UNICEF. Publié un an après l'enlèvement de plus de 200 écolières à Chibok, le rapport Enfances perdues (en anglais) révèle que le nombre d'enfants qui fuient les violences à l’intérieur du Nigéria, ou qui traversent les frontières pour se réfugier au Tchad, Niger et Cameroun, a plus que doublé en à peine un an.

Transcript of Enfances perdues

  • SOS Enfants en danger !

    SOS Enfants en danger !

    Enfances perdues L'impact du conflit arm sur les enfants au Nigria et au-del

  • SOS Enfants en danger ! 2

    Enfances perdues L'impact du conflit arm sur les enfants au Nigria et au-del

    Nombre de rfugis et de personnes dplaces

    l'intrieur du pays

    Nigria : 1 235 294

    Niger : 100 000

    Tchad : 41 300

    Cameroun : 146 000

    Une fuite dsespre Plus de 1,5 million de personnes ont fui leurs

    foyers cause de la violence. Ce chiffre

    comprend 1 200 000 personnes dplaces

    l'intrieur du Nigria et environ 200 000 qui

    ont travers la frontire pour se rfugier dans

    les pays voisins, le Cameroun, le Tchad et le

    Niger, aprs que leurs villages eurent t

    attaqus ou menacs.

    Le nombre d'enfants obligs de fuir leurs

    foyers a plus que doubl en un an, pour

    atteindre 800 000.

    La grande majorit des personnes dplaces

    - plus de 880 000 sest installe dans des

    communauts d'accueil qui ne disposent que

    dun accs limit l'aide humanitaire, ce qui

    accentue la pression sur des services

    sociaux, de sant et dducation dj soumis

    rude preuve.

    Dans tout le nord-est du Nigria et dans les

    rgions frontalires au Cameroun, au Tchad et

    au Niger, les enfants courent dimmenses

    dangers. Linscurit provoque dans le nord-est

    du Nigria par le conflit entre le groupe arm

    Jama'atu Ahlis Sunna wal-Jihad Lidda'awati,

    communment appel Boko Haram ,

    les forces militaires et les groupes d'autodfense

    civile ne cesse de saggraver, approfondissant la

    crise humanitaire dans la rgion.

    Le conflit a contraint des milliers de personnes

    fuir leurs foyers. Un nombre incalculable

    d'enfants, de femmes et d'hommes ont t

    enlevs, maltraits et recruts de force, et les

    femmes et les filles ont t la cible de svices

    particulirement horribles, y compris l'esclavage

    sexuel. Des villes et des villages ont t pills et

    dtruits. Des coles ont t attaques. Le conflit

    fait payer un lourd tribut aux enfants : non

    seulement il affecte leur bien-tre et leur scurit

    mais il entrave galement leur accs la sant

    de base, ducation et aux services sociaux.

    SOS Enfants en danger ! est une srie dexposs prsentant les principaux dfis auxquels les enfants sont confronts dans une rgion en crise un moment donn. Ce numro sintresse au Nigria, un pays qui vient dentrer dans lhistoire en organisant rcemment des lections pacifiques. Mais cest galement un pays qui fait souvent la une des journaux cause de la violence qui y svit, une violence qui prend souvent les femmes et les enfants pour cibles. Alors que le pays ouvre un nouveau chapitre de son histoire, l'UNICEF exhorte les nouvelles autorits placer les enfants et leur scurit au coeur de l'ordre du jour national.

    U

    T C H A D

  • SOS Enfants en danger ! 3

    UNICEF/NYHQ2015-0474/Esiebo

    Rose ( droite) a vu des membres de Boko

    Haram attaquer son village et commencer

    tuer les hommes qui y vivaient, y compris son

    mari. Alors quelle senfuyait en courant dans

    la brousse avec ses neuf enfants, elle a vu sa

    maison brler. Nous navons rien pris avec

    nous, dit-elle. Nous avons couru, cest tout .

    Son petit garon de deux ans est dcd

    pendant quils se cachaient. Le stress la

    tu , explique-t-elle. Maintenant, Rose et ses

    enfants vivent dans un camp pour personnes

    dplaces l'intrieur du pays Yola, dans

    l'tat d'Adamawa, au Nigria. Mme si elle

    sait qu'elle a perdu sa maison et son btail,

    Rose a envie de rentrer chez elle. Je veux

    rentrer la maison et amasser les rcoltes

    pour que nous puissions manger.

    SOS Enfants en danger ! 3

  • SOS Enfants en danger ! 4

    Les enfants : cibles et armes de guerre la fois

    UNICEF/NYHQ2015-0719/Mustapha

    UNICEF/NYHQ2015-0727/Umar

    Depuis 2009, lorsque le groupe Boko Haram

    sest orient vers la violence, au moins 15 000

    personnes ont t tues. Le bilan, rien que pour

    2014, se monte 7 300 tus. Ces derniers

    mois, les attaques de Boko Haram ont

    augment en frquence et en brutalit, et plus

    de 1 000 civils ont t tus depuis le dbut de

    l'anne.

    Les enfants sont pris dlibrment pour cibles

    et sont souvent victimes dune extrme

    violence, abus sexuels, meurtres, mariages

    forcs et enlvements.

    Les enfants sont galement devenus des

    armes, obligs de combattre aux cts des

    groupes arms et parfois utiliss comme

    bombes humaines, comme dans le cas de cette

    jeune fille envoye sa mort, une bombe

    attache la poitrine, Maiduguri.

    SOS Enfants en danger ! 4

  • SOS Enfants en danger ! 5

    Lducation prise pour cible

    Selon les statistiques de l'UNESCO, le nombre

    d'enfants en d'ge de frquenter lcole primaire

    mais qui ne sont pas scolariss au Nigria a

    considrablement augment, passant de 8

    millions en 2007 10,5 millions le chiffre le

    plus lev du monde. Prs de 60 pour cent de

    ces enfants vivent dans le nord du pays.

    Comme le conflit se poursuit, ce nombre

    impressionnant risque encore daugmenter.

    cause de ce conflit, il est extrmement difficile

    pour beaucoup d'enfants au Nigria et dans la

    rgion d'aller l'cole.

    Dans le nord-est du Nigria, les tudiants et les

    enseignants ont t dlibrment pris pour

    cible. Plus de 300 coles ont t gravement

    endommages ou dtruites et au moins 196

    enseignants et 314 lves ont t tus entre

    janvier 2012 et dcembre 2014.

    Dans les communauts qui hbergent des

    populations de personnes dplaces ou de

    rfugis au Nigria et dans les pays voisins, les

    coles sont surpeuples et ont du mal accueillir

    le flot de nouveaux enfants.

    UNICEF/NYHQ2015-0477/Esiebo

    Ci-dessus : lorsque les membres de Boko

    Haram ont attaqu la ville natale dAisha, 13

    ans, dans l'tat de Borno, ils ont tu son pre

    et enlev sa mre. Elle sest enfuie avec une

    sur plus ge au camp Damare pour les

    personnes dplaces Yola, o elle va

    l'cole et reoit un soutien psycho-social.

    Jaime l'cole ici, dit-elle, mais je veux

    quand mme retourner dans mon village.

  • SOS Enfants en danger ! 6

    De graves violations des droits de lenfant

    L'enlvement de 276 colires Chibok, une

    ville rurale de l'tat de Borno, le 14 avril 2014, a

    captur l'attention de la communaut

    internationale. Un an plus tard, plus de 200 de

    ces filles restent en captivit. Un grand nombre

    dautres filles et garons sont ports disparus

    aprs avoir t enlevs, recruts par des

    groupes arms ou forcs de fuir la violence.

    Des enfants gs d peine quatre ans sont

    embrigads dans les rangs de Boko Haram -

    comme cuisiniers, porteurs ou guetteurs. Selon

    des informations transmises par des personnes

    qui ont russi svader, les jeunes femmes et

    les jeunes filles qui ont t enleves ont t

    soumises des mariages forcs, des

    conversions religieuses forces, des actes de

    violence physique et psychologique, des

    travaux forcs, au travail forc et violes.

    En outre, des enfants auraient t recruts par

    des groupes d'autodfense contre Boko Haram

    dans le nord-est du Nigria.

    Lorsque les familles fuient leurs foyers, beaucoup

    denfants se retrouvent spars de leurs parents

    et ce nombre augmente. Une valuation mene

    dans 33 endroits dans les tats nigrians de

    Borno et Yobe a recens prs de 2 400 enfants

    spars de leur famille et non accompagns dans

    une population de prs de 150 000 personnes

    dplaces.

    Je me suis enfui, seul, quand jai vu les gens de ma communaut se faire massacrer. Cest ce qui ma fait le plus peur pas les fusillades , dclare un garon de 15 ans qui a cherch refuge au Tchad. Je suis inquiet pour mes parents, on ma dit que ma famille avait t tue, mais je ne pense pas qu'ils soient tous morts; je pense que certains d'entre eux sont peut-tre encore en vie.

    UNICEF/NYHQ2015-0481/Esiebo SOS Enfants en danger ! 6

  • SOS Enfants en danger ! 7

    Dtresse motionnelle

    Les enfants subissent dimmenses souffrances.

    Nombre dentre eux ont vu leurs parents, leurs

    frres et surs, dautres membres de leurs famille ou des voisins se faire tuer, torturer ou

    enlever. Beaucoup ont d courir dsesprment

    pour chapper la mort et marcher pendant des

    jours pour atteindre un lieu sr. Dautres ont t

    tmoins dactes dextrme violence.

    Certains enfants sont trs timides, constate

    Marzia Vigliaroni, de COOPI, un partenaire de

    l'UNICEF responsable de la gestion d'un espace

    pour les enfants Diffa, au Niger. Ils ne vont pas

    parler ni participer nos activits; ils ont besoin

    dun soutien psychosocial. Nous leur demandons

    de dessiner ce quils ont vcu lors de l'attaque. Ils

    dessinent des gens qui ont t gorgs et des

    gens qui se noient dans la rivire. Cela nous

    montre quel point ces enfants sont touchs.

    Nous travaillons avec chacun dentre eux

    individuellement; nous essayons de les aider

    oublier les vneme