Ecriture Sms

Click here to load reader

  • date post

    24-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    178
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Ecriture Sms

LE DOSSIER DU TIGREcoord. par

ltitia bianchi

OSKOUR UN SMS!Ils sont assis tout au fond de la classe, prs du radiateur. Ils ont un tlphone qui ne joue mme pas du Vivaldi quand il sonne. Les mains sous le bureau, ils senvoient des SMS longueur de journe. Leurs copies commencent par 2 tt tps et ttes l zpok, lom a cherch d moy de komunikation. Ils ne lisent pas les Cahiers de mdiologie. Ils ne savent pas que lUniversit Catholique de Louvain mne des tudes linguistique sur leur drle de faon dcrire. Dailleurs bientt ils ne sauront plus du tout crire. Ils: ce sont les cancres immobiles, accrochs leur tlphone mobile. Le Tigre, en cette priode de rentre scolaire, a pris la parole en leur nom. Pas pour les dfendre, non! Mais pour expliquer. Do vient cette criture, pourkoa, komen. Si, pour les dfendre, un peu.pages 54 58 page 59 pages 60 61 pages 62 65 De la mobilit des tlphones et de la langue Du chat Si jeusse su ce lapsus: les risques de lcriture intuitive Vite! Vite! Petite histoire de la stnographieSEPTEMBRE - OCTOBRE

2008

53

DOSSIER SMS PAMPHLET

LANGUEpar

DE LA MOBILIT DES TLPHONES ET DE LA

ltitia bianchi

Trs priss par les jeunes, les messages envoys par tlphone portable et crits en langage SMS, cd kom sa, sont rgulirement accuss de nuire la bonne orthographe franaise. Pourtant, les SMS ne touchent pas la langue en tant que telle: ils en constituent une forme drive, ne dune contrainte technique.

Le SMS nest pas une langue; cest une criture. Une criture qui dcoule de deux contraintes: la structure des touches du clavier, o les lettres de lalphabet ne sont pas quidistantes (l o un geste, tap! suffit pour obtenir un a, il en faut deux pour un b, trois pour un c), et le nombre limit de caractres (160) par messages 1. Ces deux contraintes nont pas les mmes consquences. La seconde, celle du cot financier de chaque message, est simple: lutilisateur va chercher rduire la longueur de ses messages. Il est donc port compresser la langue. On est dans un cas similaire aux abrviations des petites annonces amoureuses, o un jeune homme de quarante-cinq ans aux nombreuses qualits de cur, paratra surtout tre dot dun solide portemonnaie face au J.H. 45 ans, nbses qual. de cur, qui ravira

la femme conome. Bien sr, on peut ne pas tenir compte de ces deux contraintes techniques. Ainsi, selon une tude mene par le Cental 2, de trs nombreuses personnes (majoritaires parmi les 45-65 ans) crivent des SMS comme elles criraient une carte postale ou un tlgramme: en ponctuant, en accentuant, et en nrodant rien. Ce qui est trs long et trs fastidieux, je parle dexprience. On souffre en allant chercher grand-peine (tap tap tap tap tap tap) le de o, si simple lorsquon tient un stylo. Mais, puisquon a prfr ce mode de communication au message tlphonique, il faut croire que lon souffre moins de cet tat de fait que de (au choix) dranger notre interlocuteur, lui parler, outrepasser son forfait tlphonique, ou faire la queue la poste pour envoyer... un beau tlgramme 3.

Certains utilisateurs russ de SMS (la ruse tant rpandue parmi la tranche dge des 15-25 ans) ont donc fait voluer lcriture de la langue franaise en fonction des contraintes techniques de lenvoi dun SMS, ce qui a conduit, progressivement, la naissance dune criture spcifique. Cest ainsi une adaptation intelligente la contrainte technologique et non pas la seule paillardise des collgiens et lycens qui les a pouss crire ki plutt que qui. Puisque ki = tap tap (jkl), tap tap tap (ghi), alors que qui = tap tap (pqrs), tap tap (tuv), tap tap (ghi). Gain dun mouvement. Autre exemple: toi (tap, tap tap tap, tap tap tap) est plus de deux fois plus long taper que twa (tap, tap, tap). Et ce nest pas de la faute des jeunes si le w arrive en premire position de son groupe de lettres alors que le o narrive quen troisime... On

54

SEPTEMBRE - OCTOBRE

2008

DOSSIER SMS PAMPHLET

ne va tout de mme pas les accuser davoir maniganc la position des lettres associes aux chiffres du clavier tlphonique, qui fait la part belle au k, plus encore au w. Et cest ainsi, ironie du sort, que le k, lettre savante

A-t-on eu des gnrations de stnographes pratiquant la mthode Speedwriting ayant perdu leur orthographe du fait davoir trop crit le mot aj au lieu de ge ?en voie de disparition dans la langue franaise, souvent mal-aime des collgiens et lycens car plus difficile tracer quun simple c, connat un revival qui fait le dsespoir des professeurs. lorigine du langage SMS, il y a donc lide de minimiser le temps dcriture. Lide dcrire le plus vite possible, aussi vite que la pense, aussi vite que la parole ne date pas dhier [cf. article page 62]. Le SMS, quant lui, est une sorte de stnographie de la lenteur: cest--dire la forme dcriture la plus rapide au sein dun systme contraignant qui fait qucrire est terriblement lent. crire en langage SMS, cest reconqurir une vitesse dcriture acceptable au sein de la contrainte reprsente par le clavier numrique. Lcriture SMS a dailleurs de fortes proximits avec des systmes stnographiques existants. Non pas les plus rapides, qui se dfont de lalphabet au profit de tracs plus simples, mais par exemple la mthode Speedwriting, mise au point en 1924 par un professeur amricain, Emma Dearborn, et rvise en 1950 par Leon Sheff. Dans ce systme, les

sons et les mots sont reprsents par les lettres de lalphabet et les signes de ponctuation. Un C majuscule, par exemple, figure le son ch. Exemples: recevez scrit rsv, autoriser scrit otrse, monopole scrit mnpl, ge scrit aj. Sajoutent des mots usuels: lequel, laquel, lesquels scrivent lc, vtre ou vous scrivent v, commerce se dit co, amricain se dit am, financier se dit fi, et ainsi de suite... Se souvient-on des cris dorfraie de lAcadmie? A-t-on eu des gnrations de stnographes ayant perdu leur orthographe aprs avoir trop crit aj? Non. Mais la mthode Speedwriting tait une criture de bureau, une criture qui, loin dinquiter qui que ce soit, tait perue comme un savoir utile. Dans leurs CV, on imagine les secrtaires marquer stnographie (mthode Speedwriting) l o aujourdhui, dans les curriculum vit, la rubrique Langues ou Comptences, a ferait mauvais genre de marquer criture SMS (crit, lu). Ce serait pourtant dfendable. Autre systme de gain de temps dcriture, immmorial: les abrviations des coliers. Vous vous souvenez, lcole? Moi jcrvs svt cmm a. Cmm ds bcp de lngs bzrres: sans voyelles. Certains sinsurgent contre ces abrviations par retranchements multiples: Ici, cest le rgne du nimporte quoi. Ces graphies doivent tre cantonnes aux notes manuscrites et aux brouillons, tout en tentant de rationaliser le procd: Dans un texte ou un ouvrage donn, une abrviation ne doit remplacer quun mot ou quun groupe de mots. Si dm. abrge dmonstratif, il convient de trouver une forme diffrente si lon souhaite abrger dmotique ou dmographie [...] Il faut tre assez loin de ses chausses pour dguiser des habitants en habit. [...] Quelques abrviations courantes transgressent cette rgle: article > art., capitale > cap., diteur > dit., volume > vol. Dans la plupart

LEncyclopdie voque quant elle le retranchement de quelques lettres, soit des voyelles comme dans lhbreu, & supprimant quelquefois des consonnes, qui est assez suivi par ceux qui crivent dans les classes, comme sed. pour secundm, &c. [...] Les Jurisconsultes, les Mdecins &c. se servent frquemment dabrviations, tant pour crire avec plus de diligence, que pour donner leurs crits un air mystrieux 5. LEncyclopdie met ce faisant le doigt sur le fait que la stnographie, quelle quelle soit, est toujours proche de la cryptographie. Dans la forme, un SMS sapparente une criture secrte, comme tout jargon une criture qui exclut les autres, tout en laissant les clefs la porte de tous.

des cas, le contexte limine lquivoque, mais on vitera dabrger article nouveau ou diteur de Nantes 4.

27 septembre 1822. Champollion crit la fameuse Lettre monsieur Dacier, dans laquelle il fait part de sa dcouverte dun systme de dchiffrement des hiroglyphes. Devant la phrase tu n x pa 6 bi1 dir, les petits Champollion que nous sommes tous pourrions, en une mme intuition sublime que celle qui vint lesprit de notre illustre prdcesseur, nous crier: Cest un systme complexe, une criture tout la fois figurative, symbolique et phontique, dans un mme

SEPTEMBRE - OCTOBRE

2008

55

DOSSIER SMS PAMPHLET

texte, une mme phrase, je dirais presque dans un mme mot. Cette phrase est en effet semblable un hiroglyphe: elle mle des signes alphabtiques (tu), phontiques (le 6 qui se lit si), des rbus (la x qui se lit crois). Quelle complexit, quelle criture millnaire! Et les smileys 6, cette invention de gnie: ajouter un signe typographique permettant de prciser la tonalit psychologique de la portion de phrase qui prcde, nest-ce pas dune subtilit merveilleuse? Imaginons: Oh, Gilgamesh, pouse-moi, offremoi ton fruit! :-} Non, je ne veux pas. Tu nes quune outre perce, un palais qui scroule, une chaussure qui blesse :-, Cest bien simple: les linguistes strangleraient de bonheur devant une telle trouvaille, si elle avait le bon got de se glisser dans des textes du deuxime millnaire avant notre re plutt que sur les portables de leurs enfants qui ne savent plus le grec et le latin.

Prenant conscience de ses possibilits, lcriture SMS est devenue un langage crit, abandonnant mme en chemin son but premier: la rapidit. lorigine, lcriture SMS tait donc une stnographie. Mais cest une stnographie qui, prenant conscience de ses possibilits, est devenue un langage crit, ou du moins un jargon crit part entire. Abandonnant son but premier, la rapidit, elle dveloppe dsormais tous les attributs dune langue se renouvelant, inventant des mots et des

codes grammaticaux... Par lmme, elle perd ses aspects stnographiques. Ainsi, lors