DOSSIER SPECIAL INDUSTRIE IAA_XERFI.pdf · Innocent: si la marque de smoothies est désormais...

download DOSSIER SPECIAL INDUSTRIE IAA_XERFI.pdf · Innocent: si la marque de smoothies est désormais présente

of 28

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of DOSSIER SPECIAL INDUSTRIE IAA_XERFI.pdf · Innocent: si la marque de smoothies est désormais...

  • Lessentiel des problmatiques et des enjeux dcembre 2010

    DOSSIER SPECIAL INDUSTRIE

    AGROALIMENTAIRE

    A travers les diffrentes tudes ralises ces derniers mois, le Groupe Xerfi propose dans ce dossier spcial un tour dhorizon des problmatiques et enjeux auxquels sont confronts les acteurs de lindustrie agroalimentaire (IAA). Ce dossier recense les communiqus de presse relatifs aux diffrentes tudes et donne accs la prsentation synthtique de chacune dentre elles. Ce dossier permet galement daccder la base dintelligence sectorielle du Groupe Xerfi travers la prsentation dune slection dtudes.

    Au sommaire par grands thmes 1. La filire : les dbouchs hors GSA et RHF, la restauration collective, les coopratives agricoles, les viandes labores. 2. Les grands marchs : les sandwiches, salades traiteur et box ; les produits exotiques ; les produits appertiss ; les produits rgionaux 3. Le mieux manger : lpicerie fine et les produits haut de gamme, les aliments sant, les aliments antiallergiques, les aliments nutritionnellement corrects . 4. Laccs la prsentation dune slection dtudes sectorielles : le chocolat, la confiserie de sucre, les boulangeries et ptisseries, les boissons, les grandes surfaces alimentaires.

  • Dossier spcial industrie agroalimentaire - dcembre 2010

    Contact presse : Pascale Mollo 01.53.21.85.57 ou 01.53.21.81.51 pmollo@xerfi.fr

    Les dbouchs hors GSA et RHF, une manne pour les industriels de lagroalimentaire

    XERFI vient de publier une tude approfondie, aprs plusieurs semaines denqutes et danalyses, sous le titre : Les marchs des industriels agroalimentaires hors GSA et RHF. Stations-services, distribution automatique, cinmas, boutiques en propre,

    e-commerce, etc. : quelles perspectives sur les circuits alternatifs ?. Auteur de ltude : Isabelle Senand. Voici quelques-uns des principaux enseignements de cette analyse de 200 pages :

    Les industriels de lagroalimentaire pourraient bien avoir encore davantage les yeux de Chimne pour les circuits alternatifs. Distribution automatique, salles de cinma, parcs dattractions, stations-services et autres boutiques en propre constituent en effet de vrais relais de croissance dans un contexte de consommation alimentaire atone. Les experts de Xerfi ont ainsi estim plus de 10 milliards deuros ce march de la distribution alternative . Un march promis un bel avenir la faveur de la monte en puissance du nomadisme alimentaire, de la dstructuration des repas ou de la civilisation des loisirs. Les acteurs de lIAA ont donc tout intrt explorer des pistes distinctes de lhypermarch et de la restauration hors foyer. Aux cts du dbouch majeur de la GMS, globalement en panne de croissance, les professionnels de lagroalimentaire devront aussi composer avec une restauration hors foyer qui sessouffle. Les pressions exerces par les centrales dachats des GMS pseront galement sur les marges de la filire. Laquelle ne pourra pas non plus compter sur la consommation alimentaire dont la croissance annuelle moyenne ne dpassera pas 1% en volume dici 2012, selon Xerfi. La distribution automatique, vitrine incontournable Sur la dizaine de circuits alternatifs analyss par Xerfi dans cette tude, la distribution automatique recle un confortable potentiel de croissance. La possibilit dimplanter de nouvelles machines dans des lieux jusquici inexploits (rsidences de loisirs,) mais aussi llargissement de loffre aux sandwiches ou aux aliments politiquement correct y sont pour beaucoup.

    Les salles de cinma et parcs dattraction constituent dautres rseaux alternatifs attractifs avec une gamme alimentaire largie au-del du traditionnel pop-corn. Si les stations-services reprsentent elles aussi un relais de croissance pour les industriels, ce circuit reste largement verrouill par la distribution alimentaire.

    Si les acteurs de lIAA ont compris lintrt de ces rseaux afin de conserver, voire gagner, des parts de march, chaque catgorie dacteurs dploie une stratgie lie son positionnement. Le dveloppement des boutiques en propre reste lapanage des acteurs revendiquant une offre de qualit, limage de Hgen-Dazs. Les expriences dans le-commerce se multiplient, en particulier chez les PME spcialises dans lpicerie fine. Les offensives hors circuits alimentaires sintensifient galement, limage du concept de restauration propos par Ikea.

    Estimation des marchs alimentaires alternatifs (hors GSA / hors RHF)

    Un ensemble de 9-10 milliards deuros

    Boulangeries-ptisseries :

    1 Md en confiserie / chocolaterie

    Boucheries-charcuteries : 400 M en charcuterie - traiteur

    Epiceries fines :

    1,3 Md de chiffre daffaires

    Magasins bio :

    2 Md de chiffre daffaires

    E-commerce :

    1 Md de CA dans lalimentaire

    Distribution automatique :

    1,3 Md de CA Salles de cinma :

    200 M de CA dans les

    ventes annexes (boissons, alimentaire)

    Parcs dattractions :

    300 M de CA dans les ventes annexes (boissons,

    alimentaire)

    Stations-services : 1,2 Md de chiffre daffaires

    dans les ventes hors carburants et accessoires

    Source : Xerfi Research estimations 2009

  • Dossier spcial industrie agroalimentaire - dcembre 2010

    Contact presse : Pascale Mollo 01.53.21.85.57 ou 01.53.21.81.51 pmollo@xerfi.fr

    Les diffrents objectifs dun positionnement multi-circuits

    Source : Xerfi Research

    Stratgie dvitement : ne plus dpendre totalement de la grande

    distribution et de la RHF

    Stratgie de premiumisation : viser le haut de gamme alimentaire via les circuits les mieux adapts

    Stratgie dimage : Se dvelopper dans les circuits permettant de mettre en valeur une identit spcifique.

    Stratgie de volume : Etre prsent dans lensemble des circuits, rendre le produit accessible un maximum

    de consommateurs.

    Ex. Michel & Augustin, Ben & Jerrys

    Ex. Coca Cola, Mars (Chocolat)

    Ex. Mariage Frres, Ducs de Gascogne

    Ex. la quasi-totalit des acteurs des IAA

    Les acteurs concerns

    Les principales stratgies

    Joue

    r la

    cart

    e du

    mul

    ti-ci

    rcui

    ts

  • Dossier spcial industrie agroalimentaire - dcembre 2010

    Contact presse : Pascale Mollo 01.53.21.85.57 ou 01.53.21.81.51 pmollo@xerfi.fr

    Les stratgies dimage

    mettre en avant une identit forte

    Les principaux objectifs

    Soigner son image de marque en investissant des lieux spcifiques, gnralement plus haut de gamme que les GMS classiques :

    restauration rapide branche , cinmas Crer le buzz : faire parler de la marque : vnements, animations spcifiques (le plus souvent possible hors de lhypermarch),

    blogs Dvelopper un capital sympathie autour de la marque

    Exemples

    Ben & Jerrys : la marque amricaine de glaces distribue ses produits travers plusieurs circuits : la grande distribution alimentaire et freezer centers (Picard), dans des chanes de restaurants comme Hippopotamus ou Planet Sushi, dans les rseaux de cinmas (Gaumont, Path, MK2, CGR), et les parcs dattractions (Disneyland Resort et Parc Astrix). Le groupe a aussi des boutiques sous enseigne.

    Michel et Augustin : la marque dpicerie et de produits laitiers frais est rfrence par la plupart des enseignes nationales dhypers et

    supermarchs, elle est galement prsente dans certaines enseignes de restauration rapide (Class Croute, Caf Berts). Michel & Augustin a par ailleurs cre sa propre boutique, La Bananeraie (galement sige de lentreprise), Boulogne Billancourt (92) et est un adepte des animations en tous genres : oprations portes ouvertes dans certains bars par exemple o la marque prsente ses nouveauts. Lentreprise a dailleurs rcemment inaugur son bar vaches La Grande Epicerie de Paris. Du 3 juin au 3 juillet 2010, les clients ont pu crer leur propre yaourt dans un gobelet vache servi la louche.

    Innocent : si la marque de smoothies est dsormais prsente chez presque toutes les enseignes de grande distribution alimentaire, elle

    a commenc tre commercialise dans des endroits spcifiques tels que certaines enseignes de restauration rapide / sandwicherie plutt haut de gamme (Bleu canard, Cojean, Eat Me,), le Drugstore Publicis, La Grande Epicerie de Paris, les cinmas UGC et MK2, etc.

    Source : Xerfi Research PRESENTATION DE LETUDE cliquez ici

    http://www.bleucanard.com/http://www.cojean.fr/http://www.eatme.fr/http://www.publicisdrugstore.com/Website/site/fra_accueil.htmhttp://www.lagrandeepicerie.fr/http://www.xerfi.fr/etudes/0DIS46.pdf

  • Dossier spcial industrie agroalimentaire - dcembre 2010

    Contact presse : Pascale Mollo 01.53.21.85.57 ou 01.53.21.81.51 pmollo@xerfi.fr

    La restauration collective contrainte de poursuivre sa mue

    XERFI vient de publier une tude approfondie, aprs plusieurs semaines denqutes et danalyses, sous le titre : La restauration collective lhorizon 2015 quelles opportunits de croissance dans un contexte de pressions sur les marges .

    Auteur de ltude : Isabelle Senand. Voici quelques-uns des principaux enseignements de cette analyse de 220 pages :

    Le march franais de la restauration collective est sous pression. Le taux de rsultat courant avant impt des PME du secteur se contractera pour la quatrime anne conscutive pour reprsenter moins de 9% de la valeur ajoute en 2011, selon le panel exclusif dentreprises tabli par Xerfi dans cette tude. Et la tendance ne semble pas prte de sinverser entre la morosit de lenvironnement conomique et les tensions la hausse sur les cots dapprovisionnement dans un contexte de croissance molle lhorizon 2015. Certes, lvolution favorabl