DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

of 55 /55
1 PRÉFET DE LA RÉGION AUVERGNE PRÉFET DU PUY-DE-DÔME Organisation de la Réponse de SEcurité Civile DÉPARTEMENTALE DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC Modes d’action ORSEC « Nombreuses Victimes » (NoVi) Direction Départementale de la Protection des Populations Service Sécurité Civile Décembre 2012

Embed Size (px)

Transcript of DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

Page 1: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

1

PRÉFET DE LA RÉGION AUVERGNE

PRÉFET DU PUY-DE-DÔME

Organisation de la Réponse de

SEcurité Civile

DÉPARTEMENTALE

DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC Modes d’action

ORSEC « Nombreuses Victimes » (NoVi)

Direction Départementale de la Protection des Populations

Service Sécurité Civile

Décembre 2012

Page 2: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

2

Page 3: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

3

DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS

Service Sécurité Civile

AARRRRÊÊTTÉÉ

approuvant le mode d’action ORSEC Nombreuses Victimes (NoVi)

des dispositions générales ORSEC du département du Puy-de-Dôme

LE PREFET DE LA REGION AUVERGNE PREFET DU PUY DE DOME

Chevalier de la Légion d’Honneur Chevalier de l’Ordre National du Mérite

VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 2212-1 à 4 ; VU le code de la sécurité intérieure, notamment son livre VII ; VU le décret 2005-1157 du 13 septembre 2005 relatif au plan ORSEC ; VU l’arrêté préfectoral N°00/01671 du 8 juin 2000 approuvant le plan Rouge du Puy-de-Dôme ; SUR proposition de M. le Sous-Préfet, Directeur de Cabinet.

ARRÊTE ________

Article 1er : Le mode d’action ORSEC « Nombreuses Victimes (NoVi) » des dispositions générales ORSEC du département du Puy-de-Dôme, annexé au présent arrêté, est approuvé.

Article 2 : Le plan Rouge approuvé par arrêté préfectoral N°00/01671 du 8 juin 2000 est abrogé.

Article 3 : M. le Secrétaire Général de la Préfecture du Puy-de-Dôme, M. le Sous-préfet, Directeur de Cabinet, MM. les Sous-Préfets des arrondissements d’AMBERT, ISSOIRE, RIOM et THIERS, M. le Directeur Départemental de la Protection des Populations, M. le Chef du Service Sécurité Civile, M. le Directeur Départemental des Services d'Incendie et de Secours, M. le Médecin-chef du SAMU, M. le Directeur de l’Agence Régionale de Santé, M. le Commandant le Groupement de Gendarmerie du Puy-de-Dôme, Mme le Directeur Départemental de la Sécurité Publique, sont chargés chacun en ce qui le concerne de l'exécution du présent arrêté.

18, boulevard Desaix – 63033 CLERMONT-FERRAND cedex 01 – Tél : 04.73.98.63.63 – Télécopieur : 04.73.98.61.00 Internet : http://www.puy-de-dome.gouv.fr

Page 4: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

4

Page 5: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

5

LISTE DES DESTINATAIRES - M. le Secrétaire Général de la Préfecture du Puy-de-Dôme - M. le Directeur de Cabinet de la Préfecture du Puy-de-Dôme - M. le Secrétaire Général pour les Affaires Régionales de la Région Auvergne - M. le Sous-Préfet d'Ambert - Mme. la Sous-Préfète d'Issoire - M. le Sous-Préfet de Riom - M. le Sous-Préfet de Thiers - Mme le Chef du SDSIC de la Préfecture du Puy-de-Dôme - M. le Directeur Départemental des Territoires (DDT) - M. le Directeur du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS) - M. le chef de la base hélicoptère de la sécurité civile de Clermont-ferrand - M. le Médecin Chef du SAMU 63 - M. le Directeur Départemental de la Sécurité Publique (DDSP) - M. le Commandant du Groupement de Gendarmerie du Puy-de-Dôme (CORG) - M. le Directeur Régional de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) - M. le Directeur de l’Agence Régional de Santé (ARS) - MM. les Préfets des départements de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et de la Creuse, Mmes les Préfètes de la Corrèze et de la Loire. - M. le Préfet de la Zone de Défense Sud-Est - M. le Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités Territoriales et de l’Immigration DGSCGC

Page 6: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

6

Page 7: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

7

SOMMAIRE

PRÉAMBULE ........................................................................................................................................................ 9 Chapitre 1 : Mise en œuvre du dispositif .............................................................................................................. 11 ORSEC NoVi........................................................................................................................................................ 11

1.1 – Critères de déclenchement ....................................................................................................................... 11 1.2 – Alerte et mise en oeuvre...........................................................................................................................13 1.3 – Critère de levée du dispositif.................................................................................................................... 13

Chapitre 2 : Organisation des secours ................................................................................................................... 15 2.1 – Organisation Fonctionnelle ...................................................................................................................... 15

2-1-1 . Zone Rouge .......................................................................................................................................15 2-1-2 . Zone Blanche.....................................................................................................................................15 2-1-3 . Zone Bleue ........................................................................................................................................ 15 2-1-4 . Dispositions Particulières .................................................................................................................. 17 2-1-5 . Adaptabilité de l’organisation des secours ........................................................................................ 18

2.2 – Organisation du commandement.............................................................................................................. 19 2-2-1 . Le Directeur des Opérations de Secours (DOS) ................................................................................ 19 2-2-2 . Le Commandant des Opérations de Secours (COS) .......................................................................... 19 2-2-3 . Le Commandant des Opérations de Police et de Gendarmerie (COPG) ........................................... 19

Chapitre 3 : Missions des Acteurs......................................................................................................................... 21 Chapitre 4 : Fiche Actions par fonction ................................................................................................................ 25

FICHE N° 1 : La Direction des Opérations de Secours ........................................................................... 26 FICHE N° 2 : Le Commandant des Opérations de Secours (COS)........................................................... 29 FICHE N° 3 : Le Directeur des Secours Incendie (DSI)........................................................................... 30 FICHE N° 4 : Le Directeur des Secours Médicaux (DSM) ..................................................................... 31 FICHE N° 5 : Le C.O.P.G........................................................................................................................ 33 FICHE N° 6 : Les 1er intervenants ............................................................................................................ 36 FICHE N° 7 : Le Point de Rassemblement des Moyens (PRM)............................................................... 37 FICHE N° 8 : La Fonction « Ramassage » .............................................................................................. 38 FICHE N° 9 : Le Point de Rassemblement des Victimes (PRV) .............................................................. 41 FICHE N° 10 : Secteur Poste Médical Avancé (PMA)............................................................................. 43 FICHE N° 11 : La Fonction « Évacuation » ............................................................................................ 46 FICHE N° 12 : Le Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI) .................................................................... 48 FICHE N° 13 : La Cellule d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP) .................................................. 49 FICHE N° 14 : Le dépôt mortuaire et la gestion des décès....................................................................... 50 FICHE N° 15 : L’identification des impliqués.......................................................................................... 51 FICHE N° 16 : Établissement de la liste des personnes impliquées.......................................................... 53 FICHE N° 17 : Communication et gestion de la presse............................................................................ 54

GLOSSAIRE......................................................................................................................................................... 55

Page 8: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

8

Page 9: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

9

PPRRÉÉAAMMBBUULLEE

Le mode d’action ORSEC « Nombreuses Victimes (NoVi) » des dispositions générales ORSEC du dispositif opérationnel ORSEC départemental traitant du secours à nombreuses victimes, est institué en application code de la sécurité intérieure, notamment son livre VII, et du décret 2005-1157 du 13 septembre 2005 relatif au plan ORSEC. Le dispositif ORSEC « NoVi » remplace l’appellation « Plan Rouge », en vigueur jusqu’alors.

Le dispositif ORSEC NoVi organise les procédures de secours d’urgence à

engager en vue de remédier aux conséquences d’un événement majeur provoquant un grand nombre de victimes (accidents du trafic routier et autoroutier, accident ferroviaire, aérien, événements sociaux, incendies, effondrements etc …).

Il définit et organise le regroupement, sous un commandement unique , de 2 chaînes des secours, l’une chargée de la gestion du sinistre et de son traitement, l’autre de la prise en charge des victimes. Cette organisation particulière met en œuvre le principe d’évacuation non immédiate des victimes. Les victimes sont dans un premier temps soustraites au sinistre, et dirigées vers un Poste Médical Avancé (PMA) installé sur les lieux de l’intervention. Elles y sont prises en charge, triées et traitées selon leur état. Leur évacuation ne se fait qu’ensuite, après régulation médicale, par ordre de priorité. Le dispositif ORSEC NoVi obéit à plusieurs impératifs :

- Rapidité de mobilisation et de mise en place des moyens, - Organisation rationnelle du commandement, - Emploi de moyens (notamment médicaux) suffisants et adaptés, - Coordination dans l’emploi de ces moyens.

Dans le respect de la primauté des secours et des soins, ces accidents entraînent également l’ouverture d’une information judiciaire, qui nécessite une collaboration avec le procureur de la République ainsi qu’entre les enquêteurs techniques et les enquêteurs judiciaires.

Cette Disposition Générale ORSEC vise à établir, da ns le département du Puy-

de-Dôme, le rôle et la responsabilité de chacun des acteurs pouvant prendre part, sous l’égide du préfet, aux opérations visant à fai re face à une situation à l’origine d’un nombre important de victimes, ou susceptible d e l’être.

Après une présentation synthétique du dispositif (sections 1 et 2), ce document

présentent plus avant les missions et le rôle de chaque intervenant, en fixant les missions des services (section 3), ou en définissant les responsabilités de chacun dans le cadre spécifique de chaque fonction opérationnelle (section 4). Le dispositif ORSEC NoVi peut être asso cié simultanément à la mise en œuvre d’autres dispositions ORSEC : ORSEC PPI, ORSEC TMD, etc ...

Page 10: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

10

Page 11: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

11

CChhaappii tt rree 11 :: MMiissee eenn œœuuvvrree dduu ddiissppoossii tt ii ff OORRSSEECC NNooVVii

1.1 – Critères de déclenchement

Les critères généraux aboutissant à la mise en œuvre de ce dispositif sont : - Le caractère collectif d’un accident, entraînant un grand nombre de victimes , - La notion de risque collectif , que ce soit dans le temps ou dans l’espace,

entraînant la probabilité de victimes potentielles, - L’existence d’un besoin sanitaire massif et urgent , - La notion de risque évolutif.

Sur la base de ces critères, on identifie plusieurs types de situations susceptibles de mettre en œuvre le dispositif ORSEC NoVi, toutes ne nécessitant pas le même dispositif.

���� PAS DE MISE EN ŒUVRE :

SITUATION

Accident ou aléa impliquant des victimes en nombre restreint (< 10), présentant des pathologies de faibles gravités. Situation pouvant être gérée dans le cadre de l’act ion quotidienne des services de secours (SDIS, SAMU).

ACTION

La situation ne nécessite aucune action particulièr e dans le cadre d’ORSEC NoVi

���� MISE EN ŒUVRE : O NIVEAU 1 :

SITUATION

Accident ou aléa dépassant dans des proportions limitées les capacit és opérationnelles quotidiennes des services de secours, du fait du nombre de victimes en présence (>10), et/ou de part la gravité de leur état . Les besoins médicaux sont réels mais aucune problématique particulière ne complexifie la situation ni ne fait craindre d’évolution défavorable de la situation.

ACTION

Les acteurs principaux sont prévenus et le dispositif ORSEC NoVi est mis en oeuvre. Le sous-préfet de l’arrondissement est Directeur de s Opérations de Secours (DOS). Un Poste de Commandent Opérationnel (PCO) interservice n’est pas nécessaire à ce stade. Un sapeur-pompier, un représentant SAMU, un représentant des forces de l’ordre et un gestionnaire de la voirie ou de l’établissement concerné gèrent avec le DOS la situation sur le terrain et informent la Préfecture. Le Service Sécurité Civile (DDPP) assure un suivi t éléphonique et la synthèse des informations des différents services au profit du directeur de cabinet ou du sous-préfet de permanence.

La catégorisation suivante donne un cadre indicatif pour la mise en œuvre du dispositif ORSEC NoVi, qui devra être adapté selon la situation rencontrée.

Page 12: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

12

O NIVEAU 2 :

SITUATION

Accident ou aléa notable, notamment sur la voie publique, impliquant un nombre élevé de victimes (> 15). Des désordres significatifs menacent la population (risque explosion, incendie …) qu’il convient de confiner et/ou d’évacuer dans un certain périmètre. Il peut y avoir un impact sur l'environnement (pollution) et/ou la circulation . La situation peut évoluer défavorablement.

ACTION

Une coordination entre les services est nécessaire et entraîne l’activation d’un PCO. Le Préfet ou un membre du corps préfectoral est DOS .

O NIVEAU 3 :

SITUATION

L’accident ou l’aléa nécessite la mobilisation de moyens importants, pour faire face à de nombreuses victimes (> 15) . Peuvent être activées simultanément plusieurs dispositions ORSEC . L’évacuation d’une population nombreuse est nécessaire. Le risque pour l’environnement ou l’impact sur la circulation est grave . Des problématiques particulières complexifient l’intervention (risques particuliers, victimes étrangères, forte pression médiatique, présence d’autorités…).

ACTION

Un PCO est installé à proximité, à l'abri du sinistre, et le Centre Opérationnel Départemental (COD) est activé.

O NIVEAU 4 :

SITUATION

L’accident dépasse les capacités de réponse des secours départementaux et nécessite l’évacuation d’une population nombreuse, l’interven tion de moyens zonaux ou nationaux . Des moyens complémentaires militaires peuvent s’avérer nécessaires dans la mesure où les moyens civils sont insuffisants, inexistants, inadaptés ou indisponibles.

ACTION

Un PCO est installé à proximité, à l'abri du sinistre, le COD est activé, le Centre Opérationnel Zonal (COZ) participe à la prise de décision. Le Préfet de Zone de Défense et de Sécurité ou son représentant est le DOS.

La décision de mettre en oeuvre le plan ORSEC NoVi appartient au Préfet ou à un

membre du corps préfectoral, compte tenu des éléments portés à sa connaissance (avis du DDPP/SSC sur informations transmises par le SAMU, les sapeurs-pompiers, les forces de l’ordre …).

En dehors de la mise en oeuvre de toute disposition ORSEC, les principes opérationnels prévus par le plan ORSEC NoVi peuvent être mis en oeuvre par les acteurs du secours lorsque les circonstances d’un événement de sécurité civile le justifient.

Page 13: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

13

PRÉFET ou membre du corps préfectoral

POLICE GENDARMERIE

17

Événement Témoin(s)

CTA/CODIS

18

CRRA 15

15

Hôpitaux

SMUR

Centres de secours

� Activation du Dispositif ORSEC NoVi Engagement des premiers

moyens opérationnels

Unités opérationnelles

Remontée d’informations

DDPP / SSC

112

1.2 – Alerte et mise en oeuvre

L’alerte se déroule suite à l’appel d’un « témoin » - Soit au CTA/CODIS, organe du SDIS pour la régulation des appels et la coordination des

moyens de secours, - Soit au CRRA 15 (Centre de Réception et de Régulation des Appels 15), organe du SAMU. - Soit aux forces de l’ordre (CIC de la Police Nationale ; CORG de la Gendarmerie Nationale).

Devant une situation identifiée de multiples victimes, le 1er service recevant l’alerte la répercute sans délais aux autres services, et si possible, organise une conférence téléphonique entre ces 3 acteurs pour une meilleure coordination. Du fait de l’ampleur de l’événement, l’alerte sera retransmise au maire de la commune concernée, ainsi qu’à l’autorité préfectorale afin qu’elle prenne rapidement la Direction des Opérations de Secours.

Dès réception de l’alerte , le SDIS, le SAMU et les forces de l’ordre prennent les dispositions opérationnelles nécessaires pour la mobilisation et l’envoi des moyens adaptés sur les lieux de l’événement.

Dans le cas particulier des unités héliportées, la base hélicoptère de rattachement du Dragon 63 veille à informer systématiquement l'officier CODIS 63 des départs en intervention de l’appareil et de sa disponibilité. L’utilisation de cet engin dans le cadre du dispositif ORSEC NoVi est prioritaire par rapport à ses autres utilisations.

Tout au long de l’opération, les services veillent à s’informer réciproquement de

l’évolution de la situation et des informations utiles dont ils auront connaissance. Ils participent ensembles à l’information complète des décideurs.

1.3 – Critère de levée du dispositif

Le dispositif ORSEC NoVi est levé sur décision du DOS , en concertation avec le Commandant des Opérations de Secours (COS). Cette décision peut intervenir dès lors qu’il n’y a plus lieu de garder le Poste Médical Avancé en fonc tion , c’est-à-dire lorsque toutes les victimes concernées ont été acheminées vers les centres médicaux adaptés, ou sont en train de l’être.

Page 14: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

14

Page 15: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

15

CChhaappii tt rree 22 :: OOrrggaanniissaatt iioonn ddeess sseeccoouurrss

2.1 – Organisation Fonctionnelle

Après évaluation de la gravité de la situation par les 1ers moyens sur les lieux et la désignation du Commandant des Opérations de secours (COS), le déploiement des moyens de secours du dispositif ORSEC NoVi va s’effectuer à partir d’un Point de Rassemblement des Moyens (PRM).

Ce PRM est désigné par le COS et communiqué immédiatement aux différents services intervenants. Il accueille l'ensemble des moyens de secours publics et privés à leur arrivée sur le lieu d’intervention, ce qui facilite leur coordination et leur bon emploi. Les forces de l’ordre sont chargées de gérer la circulation à ses abords et d’en garantir le libre accès. Le COS est également chargé de découper le lieu d‘intervention en trois zones distinctes :

- Zone Rouge - Zone Blanche - Zone Bleue

Et d’y positionner les différentes entités prévues par le Dispositif ORSEC NoVi (voir ci-après).

2-1-1 . Zone Rouge

La zone rouge est la zone incluant le sinistre et ses abords, où se déroulent les actions de lutte contre le sinistre et le ramassage des victimes (abordage, dégagement, 1ere évacuation).

Les équipes de ramassage sont constituées de sapeurs-pompiers, éventuellement assistés de moyens médicaux (médecins, infirmiers) et secouristes. Ces équipes sont chargées :

- De la lutte contre le sinistre (incendie, pollution, risque chimique…) et de toute action nécessaire à la localisation et au sauvetage des personnes,

- De l'abordage, du dégagement et des 1ers soins d’urgence aux victimes, - De l’étiquetage et de l’acheminement de ces victimes vers la zone Blanche.

Le transport des victimes depuis le lieu du sinistre vers la zone blanche constitue la « petite noria » ou « noria de ramassage ». Elle peut se faire par brancardage ou par transport en véhicule.

2-1-2 . Zone Blanche

La zone Blanche est la zone dans laquelle s’effectue le tri, la catégorisation, les soins et le conditionnement des victimes.

Elle est composée en premier lieu d’un Point de Rassemblement des Victimes (PRV). C’est là que toutes les personnes touchées par l’événement (les « impliqués ») sont regroupées, puis examinées médicalement. afin de les catégoriser en fonction de leur état : indemne (physiquement), décédée, Urgence Relative, Urgence Absolue.

Les victimes décédées sont transportées vers un dépôt mortuaire. Les personnes indemnes sont regroupées et prises en charge au Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI). Elles peuvent être orientées vers une Cellule d’Urgence Médico Psychologique (CUMP) si nécessaire.

Les Urgences Absolues et Relatives sont conduites à un Poste Médical Avancé (PMA). Elles y recevront les premiers soins d’urgence que nécessite leur état et seront conditionnées pour leur évacuation.

2-1-3 . Zone Bleue

La zone Bleue est la zone dans laquelle s’organise l’évacuation des victimes vers les centres médicaux. L’ordre d’évacuation des victimes et leur destination sont établis après régulation médicale, en fonction de leur état, des capacités des hôpitaux, des cliniques ....

Page 16: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

16

Cellule d’Urgence Médico- Psychologique

SSCCHHÉÉMMAA RRÉÉCCAAPPIITTUULLAATTIIFF :: OOrrggaanniissaatt iioonn FFOONNCCTTIIOONNNNEELLLLEE ddeess sseeccoouurrss

Dépôt mortuaire

ZONE ROUGE

Traitement du sinistre

Ramassage Brancardage Transport

ZONE BLANCHE ZONE BLEUE

Enregistrement Médicalisation Catégorisation Orientation

Évacuation

noria d’évacuation

= mission SDIS = mission SAMU

Centre d’Accueil Des Indemnes

= mission Forces de l’Ordre

Sécurité des périmètres Respect de l’ordre public Gestion de la circulation

PP..RR..VV..

= mission du Maire

PP..MM..AA..

Urgences Absolues et Relatives

noria de ramassage

Page 17: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

17

2-1-4 . Dispositions Particulières

Certains événements nécessitant l’activation du dispositif ORSEC NoVi peuvent présenter des caractéristiques spécifiques . C’est notamment le cas de tous les événements mettant en jeu des substances dangereuses (chimiques, toxiques, radiologiques, biologiques…), que ces événements soient d’origine accidentelle (incident dans une entreprise de produits chimiques) ou non (actes terroristes). Dans ce contexte particulier, si le dispositif ORSEC NoVi s’avère nécessaire en supplément du plan de secours adapté, il s’adapte de la manière suivante :

� Au premier zonage propre au dispositif ORSEC NoVi (Zones rouge, blanche et bleue), vient

s’ajouter un second zonage, spécifique à la lutte contre cette nouvelle dimension du risque :

� Zone d’exclusion . Les personnels qui oeuvrent dans cette zone considérée comme contaminée, quel que soit leur service d'appartenance, doivent obligatoirement porter les protections adaptées.

� Zone contrôlée . L’accès en est strictement réservé et sert de zone « tampon » pour les intervenants. En cas de besoin, les personnels portent les protections adaptées.

� Zone de soutien (à l’extérieur de la zone contrôlée). Exemple :

Extrait de la Circulaire 700, [ 7 novembre 2008 ]

« Relative à la doctrine d’emploi des moyens de secours et de soins face à une action terroriste

mettant en œuvre des matières chimiques »

-- Annexe 3--

Page 18: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

18

� Un module de décontamination est ajouté au dispositif ORSEC NoVi . Placé en amont

du PMA, ce module a pour objectif de décontaminer les victimes avant que ne leur soient prodigués les soins. Le PMA peut ainsi fonctionner de manière saine, sans problématique chimique, biologique ou autre.

2-1-5 . Adaptabilité de l’organisation des secours

Dans certaines situations, la mise en place d’un point de rassemblement des victimes (PRV) distinct du poste médical avancé (PMA) peut ne pas être judicieuse.

En conséquence, la présente disposition ORSEC NoVi permet au directeur des secours

médicaux, lorsqu’il le juge utile et en accord avec le COS, de choisir de regrouper ces deux entités en une seule et même structure. Un médecin unique (« Médecin chef du PMA ») cumulera les responsabilités de médecin chef PRV et de médecin chef PMA. Un officier de sapeur-pompier (« Officier PMA ») pourra exercer les fonctions cumulées d’officier PRV et d’officier PMA. Les missions attribuées à ces fonctions ne changent pas.

Plan ORSEC départemental destiné à porter secours à de

nombreuses victimes

Page 19: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

19

2.2 – Organisation du commandement 2-2-1 . Le Directeur des Opérations de Secours (DOS )

D’ordinaire, le Directeur des Opérations de Secours (DOS) est le maire, du fait de ses

pouvoirs de police municipale. Cependant, dans le cadre d’un événement majeur engendrant de nombreuses victimes, l’autorité préfectorale prendra rapidement le relais, du fait de la gravité de la situation et de l’importance des moyens à mettre en œuvre pour y faire face.

L’autorité préfectorale (le Préfet ou un membre du corps préfectoral) est la seule à pouvoir activer

le dispositif ORSEC Nombreuses Victimes . Lorsque c’est le cas, elle prend la direction des opérations de secours . Elle est informée en permanence de la situation par les différents services intervenants. Elle est chargée exclusivement de la communication extérieure .

2-2-2 . Le Commandant des Opérations de Secours (CO S)

Le COS est la personne chargée de la mise en œuvre des moyens de secours sur les

lieux de l’intervention. Il agit sous l’autorité du DOS, auquel il rend compte.

Dans le cadre du dispositif ORSEC NoVi, le rôle de COS est attribué à un sapeur-pompier . En attendant l’arrivée du ou des officier(s) compétent(s), il s’agit du 1er gradé présent sur les lieux.

En collaboration avec ses agents et les autres services intervenants, le COS définit le périmètre des différentes zones d’intervention et l’emplacement des diverses entités.

Le COS est assisté de deux adjoints :

- Un Directeur des Secours Incendie et du sauvetage (DSI) Le DSI dirige, sous l’autorité du COS, la chaîne incendie et secours , c'est-à-dire l’ensemble des moyens humains et matériels employés pour la lutte contre le sinistre et le ramassage des victimes (Zone Rouge).

Le DSI, officier de sapeur-pompier , est à la tête de l’organisation mise en œuvre dans cette zone. Il définit des secteurs d’intervention qu’il confie à des chefs de secteurs, devant chacun remplir une mission précise (secteur lutte incendie, secteur dégagement des victimes, secteur dépollution, secteur Ramassage …).

- Un Directeur des Secours Médicaux (DSM) Il est responsable de la chaîne médicale des secours , qui s’étend de la prise en compte des victimes, jusqu’à leur évacuation. Le DSM est un médecin du SDIS ou du SAMU inscrit sur la liste départementale d’aptitude aux fonctions de DS M. Cette liste est établie par les services et validée par arrêté préfectoral (voir fiche n°14 ). Le DSM est désigné dans cette liste par le médecin régulateur du SAMU, en lien avec le CODIS, en fonction des disponibilités des agents. L’organisation médicale que dirige le DSM doit permettre :

- de prendre en compte les victimes et de les enregistrer, - de les trier et les catégoriser (PRV) en vue de les soigner (PMA), - d’évacuer vers les structures adaptées les victimes qui en ont besoin, par les moyens

adaptés et après régulation médicale.

2-2-3 . Le Commandant des Opérations de Police et d e Gendarmerie (COPG)

Il dirige l’action des forces de police et de gendarmerie dans la zone d’intervention. En concertation avec le COS, il veille par exemple au respect des périmètres de sécurité et de l’ordre public. Il fait procéder aux opérations de police judiciaire. Les forces de l’ordre participent également à la prise en charge des personnes indemnes et à la gestion des personnes décédées. Elles interviennent dans la coordination et la régulation de la circulation, et facilitent le déplacement des moyens de secours.

Page 20: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

20

SSCCHHÉÉMMAA RRÉÉCCAAPPIITTUULLAATTIIFF :: OOrrggaanniissaatt iioonn dduu CCOOMMMMAANNDDEEMMEENNTT

Commandant Opérations Secours

Chaîne médicale des secours

- Prise en compte, enregistrement, catégorisation et orientation des victimes au PRV

- Enregistrement, soins d’urgence, conditionnement des victimes au PMA

- Évacuation des victimes vers les centres médicaux

Chaîne incendie et sauvetage

- Recherche, localisation, sauvetages - Dégagement et ramassage des victimes - Lutte contre les incendies - Lutte contre les effets secondaires - …

PP..RR..VV..

Directeur Opérations Secours

- Ordre public - Périmètre de sécurité

(en lien avec le COS) - Gestion des indemnes - Gestion des décès - Circulation routière - Police judiciaire - Renseignements

Directeur Secours Incendie

Maire

Soutien à la population

Mise à disposition de locaux

Commandant Opérations Police Gendarmerie

Médecin chef

PMA

Médecin chef

PRV

Médecin chef

Évacuation

Directeur Secours Médicaux

Médecin

Ramassage Officier

Ramassage

Page 21: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

21

CChhaappii tt rree 33 :: MMiissssiioonnss ddeess AAcctteeuurrss

LE MAIRE

- Après avoir relayé l’alerte, assure la Direction des Opérations de Secours (DOS), dans l’attente d’un membre du corps préfectoral auquel il passera le relais. - Met en œuvre les premières mesures d’urgence (en lien étroit avec le Commandant des Opérations de Secours). - Se tient informé de l’évolution de la situation. - Même lorsque le Préfet est DOS, le Maire peut activer le Plan Communal de Sauvegarde et un Poste Communal de Commandement si nécessaire. Il assure les missions que le Préfet (en tant que Directeur des Opérations de Secours) pourrait être amené à lui confier. - Participe à l’alerte de la population concernée par l’événement (ensemble mobile d’alerte, mégaphone …) - Met en œuvre et est responsable des mesures de sauvegarde de la population :

o procède si nécessaire à des évacuations préventives (en lien avec le COS) et met à l’abri les personnes évacuées (hébergement d’urgence) ;

o Met à disposition les structures nécessaires au Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI), au dépôt mortuaire, et éventuellement au PRV et/ou PMA.

o assure si nécessaire le ravitaillement de sa population (eau, médicaments, nourriture …) - Après l’intervention, il fait procéder si nécessaire à la remise en état de la voierie et du domaine public sinistré

PRÉFET ou membre du corps

préfectoral

- Prend la décision d’activer le Dispositif ORSEC Nombreuses Victimes. - Informe ou fait informer le(s) maire(s) concerné(s), le COS et les services impliqués dans l’opération ou ayant le besoin d’en connaître. - Après activation, prend la Direction des Opérations de Secours :

o procède à la mobilisation des moyens publics, à la réquisition des moyens privés, aux éventuelles demande de renforts zonaux ou nationaux.

o assure la coordination des moyens et des services engagés. o définit le périmètre de mise en sécurité des populations et prescrit le cas échéant l’éloignement des

personnes, au besoin en recourant à la force publique. o Si nécessaire, interdit ou fait interdire la circulation sur les infrastructures de transport concernées, fait

interrompre les réseaux et canalisations aux abords du sinistre. - En accord avec le niveau choisi pour l’activation du dispositif ORSEC NoVi, demande au SSC l’activation de la Conférence Téléphonique Opérationnelle, du PCO, e t du COD dont il prend la direction. - Assure la politique de communication (communiqués, conférence de presse, déclenchement du plan ORSEC Communication, activation des cellules d’information …) - Informe le procureur de la République en tant que de besoin - Rend compte à l’échelon supérieur du déclenchement du dispositif ORSEC NoVi.

DDPP/

Service Transports et

Prévention des Risques Routiers

(STPRR)

- Conseille le Préfet en matière de transport et de sécurité routière - Est le correspondant des gestionnaires routiers (Conseil Général, Mairie …) et des transporteurs routiers professionnels . - Élabore les mesures à prendre , après approbation du Préfet, en matière de transport et sécurité routière (interdiction/restriction du trafic routier…) sur le réseau autoroutier . - Recherche sur demande du Préfet et met à disposition les moyens (dans son champs de compétence) nécessaires à la gestion de l’événement ou de ses conséquences (notamment avec l’aide du logiciel PARADE ) : grues, moyens de levage, groupes électrogènes, citernes… - Participe à la Conférence Téléphonique Opérationnell e ou aux points de situation, et si nécessaire au COD lorsque celui-ci est activé.

Gestionnaires de voirie

- Participent à la matérialisation de la zone à risque, en collaboration avec les forces de l'ordre.

Page 22: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

22

DDPP/ SSC

- Assure le suivi de l’évènement lorsque PCO et COD ne sont pas activés. - Recueille les informations relatives à l’évènement. - Alerte les personnes et services concernés par la mise en œuvre de la disposition ORSEC. - Active et fait fonctionner le cas échéant, la Conférence Téléphonique Opérationnelle , le PCO et le COD : convoque les services/acteurs au COD, organise les points de situation… - Assiste et conseille le Préfet dans sa mission de DOS (coordination des services, préparation des réquisitions …) et dans la mise en œuvre des dispositions ORSEC (prépare le message de déclenchement du plan …). - Assiste et conseille également le responsable du PCO , lorsque COD et PCO sont activés simultanément. - Est le correspondant des élus dans le département. - Renseigne l'événement dans le PORTAIL ORSEC, après val idation de ces éléments par le DOS . - Prépare et diffuse un communiqué de presse pour les médias en lien avec l’attaché de presse de la préfecture.

BASE HÉLICOPTÈRE

de la Sécurité

Civile

La base hélicoptère de rattachement du Dragon 63 veille à informer systématiquement l'officier CODIS 63 des départs en intervention de l’appareil et de sa disponibilité. - L’utilisation de cet engin dans le cadre du dispositif ORSEC NoVi est prioritaire par rapport à ses autres utilisations. L'engagement du dragon 63 se fait sur demande du CODIS 63 .

PRÉFECTURE - Direction de la

Réglementation

- Instruit et délivre les autorisations nécessaires pour les transports de corps sur le territoire national ou vers l’étranger.

PRÉFECTURE / SDSIC

- Le standard est actif 24h/24 et 7jours/7. - Met en œuvre et maintient les moyens de télécommunication nécessaires à la Préfecture (COD) et au PCO pour gérer au mieux l’événement et/ou ses conséquences. - Met en place, si nécessaire et sur demande du Préfet, la Cellule d’Information du Public.

SDIS

- Le CODIS alerte de toute situation comportant de multiples victimes et/ou susceptible de nécessiter l’activation du dispositif ORSEC NoVi le CRRA 15, le CORG et / ou le CIC (selon le lieu de survenue du sinistre), et via le standard de la Préfecture, l’autorité préfectorale : directeur de cabinet ou sous-préfet de permanence + Service Sécurité Civile chargé d'assurer un suivi téléphonique et une synthèse des informations des différents services au profit du sous-préfet de permanence. - Assure le Commandement des Opérations de Secours , le COS étant le conseiller technique du DOS (proposition de manœuvre, de moyens, d’activation de plan …). - Engage les moyens adaptés à la situation (Hélicoptère de la sécurité civile, PMA, CMIC ...). - Assure les missions de localisation, de secours et d’évacuatio n des victimes, de protection des biens, de lutte contre les sinistres . - Participe à la gestion des blessés en liaison avec le Directeur des Secours Médicaux , selon l’organisation définie par la présente disposition ORSEC Nombreuses Victimes. - Participe à la Conférence Téléphonique Opérationnell e, au COD et au PCO si ceux-ci sont activés, ainsi qu'aux points de situation. - Ouvre , consulte et complète l’événement ouvert dans le POR TAIL ORSEC .

ARS

- Conseille le préfet pour les problématiques de santé publique . - Propose et élabore les mesures à prendre, après appr obation du Préfet, en matière sanitaire et sociale :

o Participe, sous l’autorité du DSM, à l’organisation de la gestion des blessés et/ou décès massifs. o veille au déclenchement des plans blancs si nécessaires. o veille à l’accueil de la population évacuée, à son alimentation et organise son suivi médical si nécessaire,

en lien avec les communes. o évalue les demandes de relogement ; si nécessaire, active et suit le fonctionnement des lieux

d’hébergements, en lien avec les communes et associations de secourisme. o active, si nécessaire, le réseau de surveillance de la mortalité et morbidité des populations concernées.

- Consulte l’événement ouvert dans le PORTAIL ORSEC - Participe à la Conférence Téléphonique Opérationnell e, aux points de situation et si nécessaire au COD si celui-ci est activé.

Page 23: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

23

SAMU

- Le CRRA 15 alerte le CODIS, et (selon le lieu de survenue du sinistre) le CORG et / ou le CIC de toute situation comportant de multiples victimes et/ou susceptible de nécessiter l’activation du dispositif ORSEC NoVi. - Engage les moyens médicaux nécessaires , de manière réflexe dans un premier temps, puis selon les informations transmises par les équipes sur place, selon les indications du Directeur des Secours Médicaux. - Participe à la gestion des blessés en liaison avec le SDIS , sous l’autorité du DSM , selon l’organisation définie par la présente disposition ORSEC Nombreuses Victimes. - Assure la régulation médicale , l’orientation des victimes et centralise toutes les informations et demandes d’ordre médical - Organise les évacuations vers les centres médicaux adaptés. - Active et met et en place la Cellule d’Urgence Médico Psychologique , sur décision du DOS. - Consulte l’évènement ouvert dans le PORTAIL ORSEC - Participe à la Conférence Téléphonique Opérationnelle .

ASSOCIATIONS AGREES

SECURITE CIVILE

- Proposent au DOS et mobilisent les moyens associatifs qui pourraient être utiles pour faire face à l'événement ou à ses conséquences (moyens radios ADRASEC, moyens humains et matériels de l’ADPC, de la Croix Rouge…) - Apportent leur concours aux opérations de secours, sous l'autorité du COS, par la mise à disposition de ces moyens, en renfort des éléments engagés par le SDIS, le SAMU et les services de l’Etat. Ces associations peuvent prendre part, selon les besoins et leurs agréments,

o Au ramassage des victimes, o Au fonctionnement du PMA, o À l’organisation des évacuations (brancardages + transports si elles disposent de véhicules agréés), o A l’assistance des personnes prises en charge au sein de la CUMP, o A la gestion des centres d’accueil des indemnes (CADI).

- Peuvent apporter leur concours dans le cadre des opérations de soutien à la population. - Participent si nécessaire à la Conférence Téléphonique Opérationnelle , aux points de situation et/ou au COD si celui-ci est activé.

BASE HÉLICOPTÈRE

de la Sécurité

Civile

La base hélicoptère de rattachement du Dragon 63 veille à informer systématiquement l'officier CODIS 63 des départs en intervention de l’appareil et de sa disponibilité. - L’utilisation de cet engin dans le cadre du dispositif ORSEC NoVi est prioritaire par rapport à ses autres utilisations. L'engagement du dragon 63 se fait sur demande du CODIS 63 .

GENDARMERIE POLICE

- Le CORG ou le CIC alerte de toute situation comportant de multiples victimes et/ou susceptible de nécessiter l’activation du dispositif ORSEC NoVi le CODIS, le CRRA 15, et via le standard de la Préfecture, l’autorité préfectorale : le sous-préfet de permanence et la DDPP/SSC. - Transmet à l'autorité préfectorale les renseignements obtenus , sans préjudice du secret de l'enquête, et se tient informé de l'évolution de la situation, en consultant l'événement ouvert dans le PORTAIL ORSEC . - Sécurisent le lieu du sinistre (déviations, périmètres de sécurité ), afin notamment de le surveiller et d’en contrôler l’accès. - Participent à la gestion des flux de circulation aux abords de l'évènement comme dans la profondeur du territoire du département, en liaison avec les gestionnaires routiers et facilitent le déplacement des moyens de secours, au besoin en les escortant. - Assurent le maintien de l’ordre public aux abords du lieu de l'évènement ainsi que des lieux plus éloignés utilisés par les services concourant aux opérations de secours et d'identification des victimes. - Participent aux opérations d’évacuation de la population. - Notifient, le cas échéant, les réquisitions émises par l’autorité. - Procèdent ou participent à l’identification des personnes impliquées : Indemnes au centre d’accueil des impliqués, décédés au dépôt mortuaire. - Prennent en charge la gestion des victimes décédées et participent à la gestion des personnes indemnes . - Adoptent les mesures de police judiciaire nécessaires à l’enquête, en lien avec le Procureur de la République. - Participent à la Conférence Téléphonique Opérationnelle , aux points de situation et sont représentés au COD et au PCO si ceux-ci sont activés.

Page 24: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

24

Page 25: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

25

CChhaappii tt rree 44 :: FFiicchhee AAcctt iioonnss ppaarr ffoonncctt iioonn

Fiche n°1 : La Direction des Opérations de secours

o Directeur des Opérations de Secours (DOS) …………………………. p. 28 o Centre Opérationnel Départemental (COD) …................................... p. 29 o Poste de Commandement Opérationnel (PCO)……………………… p. 30

Fiche n°2 : Le Commandant des Opérations de Secours (COS) ……………………... p. 31 Fiche n°3 : Le Directeur des Secours Incendie (DSI) …………………………………… p. 32

Fiche n°4 : Le Directeur des Secours Médicaux (DSM) ………………………………… p. 33

Fiche n°5 : Le Commandant des Opérations de Police et de Gendarmer ie (COPG). p. 35

Fiche n°6 : Les 1er intervenants ……………………………………………………………. p. 36

Fiche n°7 : Le Point de Rassemblement des Moyens (PRM) …………………………. p. 38 Fiche n°8 : La Fonction « Ramassage »

o Secteur « Ramassage » ………………………………………………… p. 39

o Officier « Ramassage » ………………………………………………… p. 40

o Médecin chef Ramassage ….. …………..……………………………... p. 41

Fiche n°9 : Le Point de Rassemblement des Victimes (PRV) o Le PRV ……………………………………..…………………………….. p. 42 o Médecin chef PRV ………………………………………………………. p. 43 o Officier PRV………………………………………………………………. p. 43

Fiche n°10 : Secteur « Poste Médical Avancé » (PMA) o Le PMA ................ ……………………………………………………….. p. 44 o Médecin chef PMA ………………………………………….…………… p. 45 o Officier PMA ……………………………………………………………… p. 45 o Pharmacien PMA ………………………………………...……………… p. 46

Fiche n°111 : La Fonction « Évacuation »

o Secteur « Évacuation » …………………………………………………. p. 47 o Médecin chef Évacuation …………..…………………………………… p. 48

o Officier « Évacuation » ………………………………………………….. p. 48

Fiche n°12 : Le Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI) ………………………………… p. 49

Fiche n°13 : La Cellule d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP) …………………... p. 50

Fiche n°14 : Le dépôt mortuaire, et la gestion des décès ………………………………. p. 51

Fiche n°15 : L’identification des personnes impliquées ……………………………… p. 52

Fiche n°16 : Établissement de la liste des personnes impliquées ....………………… p. 54

Fiche n°17 : Communication et gestion de la Presse ....……………………………… p. 55

Glossaire ………………………………............................................................................................. p. 57

Page 26: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

26

FICHE N° 1 : La Direction des Opérations de Secours Directeur des Opérations de Secours (DOS) Le Directeur des Opérations de Secours (DOS) est le Préfet ou un membre du corps préfectoral.

�Il a autorité sur l’ensemble des moyens publics ou privés, humains ou matériels, mis en œuvre au cours de l’intervention.

� Il est secondé dans son rôle par le Commandant des Opérations de Secours (COS), le Commandant des Opérations de Police et de Gendarmerie (COPG), les représentants des services concernés.

� En cas de désaccord entre les acteurs, le DOS tranche toute question relative à la mise en œuvre du schéma tactique.

� Il dirige le COD et le PCO. Missions du DOS

o Mise en œuvre du dispositif

� Après information et évaluation de la situation, mettre en œuvre le dispositif « ORSEC NoVi », prendre la direction des opérations de secours .

� Informer ou faire informer les services concernés de ces dispositions (maire, services extérieurs, intervenants …) et, selon le niveau choisi, activer le PCO voire le COD et y convoquer les membres désignés.

� Faire activer si nécessaire d’autres dispositions ORSEC ou plans complémentaires. � S’assurer que le COGIC et le COZ Sud-Est on été prévenus de l’événement et sont

régulièrement informés.

o Direction des opérations de secours

� Procéder à la mobilisation des moyens publics, à la réquisition des moyens privés, aux éventuelles demandes de renforts zonaux ou nationaux.

� Assurer la coordination des moyens et des services engagés. � Décide de l’activation de la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique , sur proposition

du DSM relayée par le COS. � Définir le périmètre de mise en sécurité des populations et prescrire le cas échéant

l’éloignement des personnes, au besoin en recourant à la force publique. � Si nécessaire, interdire ou faire interdire la circulation sur les infrastructures de transport

concernées, faire interrompre les réseaux et canalisations aux abords du sinistre.

o Communication

� Se mettre en relation avec le Procureur de la République . � Assurer le rôle de responsable exclusif de la politique de communication à l’égard des

médias (communiqués de presse …), du public (cellules d’informations …), des familles (en concertation avec le Procureur de la République).

o Levée du dispositif

� Décider de la levée du dispositif , en concertation avec le COS. Cette décision peut intervenir dès lors qu’il n’y a plus lieu de garder le Poste Médical Avancé en fonction , c’est-à-dire lorsque toutes les victimes concernées ont été acheminées vers les centres médicaux adaptés, ou sont en train de l’être.

� Organiser ou faire organiser le retour d’expérience .

Page 27: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

27

FICHE N° 1 (suite) : La Direction des Opérations de Secours Le Centre Opérationnel Départemental (COD) Le directeur du COD est le préfet ou un membre du corps préfectoral.

� Le directeur du COD est sous l’autorité du DOS, si ce dernier n’assure pas lui-même cette fonction. � Le directeur du COD est en lien avec le directeur du PCO, les autorités zonales et nationales.

La présente disposition ORSEC prévoit la mise en œuvre du COD dès l’activation des niveaux 2 et suivants du dispositif ORSEC NoVi. La personne désignée comme le directeur du COD convoque ou fait convoquer les membres du COD.

Le Centre Opérationnel Départemental du Puy-de-Dôme est implanté dans la salle de

situation du Service Sécurité Civile (SSC) de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), en Préfecture du Puy-de-Dôme, 3ème étage du bâtiment Desaix. Missions du COD

� Regrouper les représentants des services concernés par la situation et centraliser l’information à disposition du DOS.

� Proposer au Préfet ou au membre du corps préfectoral concerné les mesures utiles à l’exercice de sa fonction de Directeur des Opérations de Secours.

� Assurer la mobilisation et la coordination des moyens nécessaires à l’organisation des opérations de secours.

� Assurer la direction des opérations de communication .

� Faire des points de situation réguliers avec le responsable du PCO et les services présents au COD.

� Assurer la mise à jour du recensement des personnes impliquées .

� Assurer la remontée d’informations permanente vers le DOS si celui-ci n’est pas directeur du COD, vers le COZ et le COGIC.

En cas de difficulté de circulation ou de délai de route important pour certains membres du COD, une conférence téléphonique entre les intervenants pourra être organisée afin de faciliter la circulation de l’information.

En cas d’évolution favorable de la situation, des points de situation réguliers pourront

être organisés en salle de situation en lieu et place d’un COD permanent.

Page 28: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

28

FICHE N° 1 (suite) : La Direction des Opérations de Secours

Le Poste de Commandement Opérationnel (PCO) Le directeur du PCO est un membre du corps préfectoral désigné pour tenir cette fonction.

� Le directeur du PCO est sous l’autorité du DOS.

� Le PCO est en lien permanent avec le COD, si celui-ci est activé.

La présente disposition ORSEC prévoit la mise en œuvre du PCO lors de l’activation des niveaux 3 et 4 du dispositif ORSEC Nombreuses Victimes.

Le Poste de Commandement Opérationnel est implanté à proximité du lieu du sinistre, dans

une zone non dangereuse, à proximité des PC sapeur-pompier et forces de l’ordre dans la mesure du possible.

Missions du directeur du PCO :

� Déterminer avec le COS l’emplacement du PCO.

� Activer le PCO et en prendre la Direction .

� Diriger et coordonner les opérations sur site .

� Informer régulièrement le directeur du COD (ou à défaut le DOS) de l’évolution de la situation et proposer des mesures pour y faire face.

� Procéder à des points presse réguliers, en lien avec le COD (ou à défaut le DOS).

Page 29: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

29

FICHE N° 2 : Le Commandant des Opérations de Secours (COS) Il s’agit du Directeur Départemental des Services d’Incendie et de Secours du Puy-de-Dôme, ou de son représentant désigné selon le Règlement Opérationnel du SDIS 63.

� Le COS organise, coordonne et met en œuvre les moyens de secours privés et publics engagés dans les opérations de secours.

� Il est placé sous l’autorité du DOS, et identifié par une chasuble « COS ». � Il est assisté du Directeur des Secours Incendie (DSI) et du Directeur des Secours

Médicaux (DSM). � Il est en lien avec le Commandant des Opérations de Police et de Gendarmerie (COPG).

� En cas de désaccord entre les acteurs, le DOS tranche toute question relative à la mise

en œuvre du schéma tactique.

Missions

� Répartir les moyens à sa disposition et commander l’ensemble du dispositif de secours sur site, selon les directives du DOS.

� Désigner le Directeur des Secours Incendie . � Rester en contact permanent avec le DSM , et établir avec lui des synthèses régulières.

� Déterminer l’emplacement du PC de site sapeur-pompier . � Déterminer l’emplacement du PRM, de la DZ � Déterminer l'emplacement du PRV, préalablement recherché par le premier médecin et le

premier COS sur les lieux, en concertation avec le DSM si celui-ci est présent. � Déterminer en concertation avec le DSM l’emplacement du PMA � Déterminer en concertation avec le Commandant des Opérations de Police et de

Gendarmerie et le(s) maire(s) concerné(s) l’emplacement du Centre d’Accueil Des Indemnes . � Valider l’emplacement du dépôt mortuaire proposé par le DSM et le COPG. � Déterminer en relation avec le COPG le périmètre de sécurité indispensable à

l’organisation des secours et à la protection des personnes et des biens. � Proposer au DOS un emplacement pour le PCO , si celui-ci devait être activé. � Transmettre au DOS l’avis technique du DSM concernant l’activation de la CUMP. � Sur décision du DOS, demander l'activation de la Cellule d’Urgence Médico

Psychologique au médecin régulateur du SAMU. � Valider l’emplacement de la CUMP proposé par le DSM � Solliciter les renforts nécessaires pour l’accomplissement des missions de secours, par

le biais du CODIS, du CRRA 15 et/ou du COD en fonction de la nature des moyens demandés. � Limite le nombre de véhicules sur place afin de fac iliter la fluidité des opérations

d’évacuation � Rendre compte régulièrement au DOS du déroulement des opérations, et lui

communiquer la liste des victimes établie par le DSM. � Proposer au DOS, si nécessaire, l’activation d’un autre plan de secours. � Lever le dispositif sur décision du DOS. � Participe au REX.

Page 30: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

30

FICHE N° 3 : Le Directeur des Secours Incendie (DSI) Le DSI est un officier de sapeur-pompier désigné par le Commandant des Opérations de Secours.

� Il est placé sous l’autorité du COS, avec qui il reste en liaison constante. � Il est en lien avec le DSM. � Il dirige l’ensemble des moyens de secours publics et privés attribués à la chaîne de

secours incendie et sauvetage. Il est identifié par une chasuble « DSI ».

Missions

� Le DSI est responsable de : - La lutte contre le sinistre et ses effets secondaires, - La recherche et la localisation des victimes, - Le dégagement, la prise en charge et le transport de ces victimes vers le Point de

Rassemblement des Victimes (appelé « Ramassage »).

Des personnels médicaux peuvent être affectés au secteur « ramassage » par le DSM, sous la direction d’un « médecin chef ramassage », dans le cadre de la médicalisation de l’avant (réalisation d’actes médicaux urgents sur les lieux même du sinistre). Pour accomplir ses missions, le Directeur des Secours Incendie :

� Définit en concertation avec le COS les secteurs d’intervention (ramassage, incendie, désincarcération …) et désigne les chefs de secteurs.

� Affecte les moyens à sa disposition aux différents secteurs d’intervention.

� Demande si nécessaire des moyens supplémentaires au COS.

� Supervise et coordonne l’ensemble de ces moyens et secteurs, conformément aux directives du COS.

� Rend compte régulièrement au COS de l’évolution de la situation. Dans le périmètre de la zone rouge, le Directeur des Secours Incendie et les chefs de secteurs collaborent avec les autorités de police judiciaire. Dans la mesure du possible, ils oeuvrent à la préservation des indices, les opérations de secours restant prioritaires

� Fait remonter au COS ses éléments pour l’élaboration du REX.

Page 31: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

31

FICHE N° 4 : Le Directeur des Secours Médicaux (DSM) Le DSM est un médecin du SDIS ou du SAMU. Il est désigné par le médecin régulateur du SAMU, en lien avec le CODIS, sur liste d’aptitude départementale aux fonctions de DSM.

� Il est placé sous l’autorité du COS, et assure la responsabilité des décisions ayant un caractère médical. Il est identifié par une chasuble « DSM ».

� Il peut être assisté d’un officier sapeur-pompier, sur décision du COS, qui prendra le

nom « d'officier adjoint DSM » � Il est en lien avec le DSI et les médecins référents des différents secteurs de la chaîne

médicale des secours (médecin chef PRV, médecin chef PMA …). � Il dirige l’ensemble des moyens affectés à la chaîne médicale des secours, et mis à

disposition par les services de secours. La liste d’aptitude aux fonctions de DSM est validée par arrêté préfectoral. Elle accrédite,

sur proposition des services de secours (SAMU et SDIS), les personnels détenteurs des compétences spécifiques, régulièrement entretenues, capables d’endosser cette fonction. Elle est remise à jour annuellement, à compter de la date de 1ere édition. Missions du Directeur des Secours Médicaux

� Organiser et coordonner la médicalisation des victi mes (de leur prise en compte jusqu’à leur évacuation), en lien avec le COS.

� Déterminer avec le COS l'emplacement du PMA et, si celui-ci n'a pas déjà été déterminé par le COS, l'emplacement du PRV.

� Proposer l’emplacement de la Cellule d’Urgence Médico Psychologique au COS. � Proposer au COS, en lien avec le COPG, l’emplacement du dépôt mortuaire . � Désigner le médecin chef ramassage, le médecin chef PRV, le médecin chef PMA, le

médecin chef Évacuation, le pharmacien PMA parmi les personnels des services de secours.

� Déterminer et gérer les effectifs médicaux, paraméd icaux et secouristes nécessaires au bon fonctionnement de la chaîne médicale et en faire la demande.

� Affecter ces personnels en fonction des besoins et des compétences aux différents postes (Ramassage, PMA, CUMP, Évacuation …).

� Estimer le besoin de soins psychologiques . � Proposer au DOS, par le biais du COS, son avis technique sur l’activation de la CUMP. � Proposer au COS l’emplacement de la CUMP, en cas de décision d’activation.

� Solliciter d’éventuels renforts au COS. � Participer à des synthèses régulières avec le COS. � Rendre compte régulièrement au COS du décompte des victimes (établi au PRV). � Jouer le rôle d’interface exclusive du SAMU , dans le cadre de ses missions sanitaires.

� Lever le dispositif sur instruction du COS. � Fait remonter au COS ou au médécin-chef du SAMU ses éléments pour l’élaboration du

REX.

Page 32: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

32

AARRRRÊÊTTÉÉ NN°° 22001122 // PPRREEFF 6633 // DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Fixant la liste des personnels habilités Service Sécurité Civile pour exercer la fonction de

Directeur des Services Médicaux

dans le cadre d’ORSEC Nombreuses Victimes

LE PRÉFET DE LA RÉGION AUVERGNE PRÉFET DU PUY DE DÔME

Chevalier de la Légion d’Honneur Chevalier de l’Ordre National du Mérite

VU le code de la sécurité intérieure, notamment son livre VII ; VU le décret 2005-1157 du 13 septembre 2005 relatif au plan ORSEC ; SUR proposition de M. le Sous-préfet, Directeur de cabinet,

ARRÊTE ________

Article 1er : La liste des personnels du Puy-de-Dôme aptes à exercer la fonction de Directeur des Services Médicaux (DSM) est la suivante :

- Dr François DISSAIT (SAMU) - Dr Denis GONZALEZ (SAMU) - Dr Jacques MEYRIEUX (SAMU) - Dr Paul-Henri GENDRE (SAMU) - Dr Christine LESPIAUCQ (SAMU) - Dr Marie-Sophie VIALLARD (SAMU) - Dr Frédéric GUERET (SDIS) - Dr Thierry TAILLANDIER (SDIS)

Article 2 : Cette liste sera mise à jour annuellement, après transmission de la liste des personnels susceptibles d’assurer cette mission, par le M. le Médecin-chef du SAMU du Puy-de-Dôme et M. le Directeur Départemental des Services d'Incendie et de Secours du Puy-de-Dôme.

Article 3 : Le SAMU63 et le SDIS63 s’engagent à assurer une permanence d’une semaine complète selon un planning annuel à définir conjointement. En cas d’indisponibilité, ces services se suppléent l’un à l’autre. En l’absence de personnel disponible, il sera fait appel aux DSM des départements voisins. Article 4 : M. le Sous-préfet, Directeur de Cabinet, M. le Directeur Départemental de la Protection des Populations, M. le Directeur Départemental des Services d'Incendie et de Secours, M. le Médecin-chef du SAMU, sont chargés chacun en ce qui les concerne de l'exécution du présent arrêté.

18, boulevard Desaix – 63033 CLERMONT-FERRAND cedex 01 – Tél : 04.73.98.63.63 – Télécopieur : 04.73.98.61.00 Internet : http://www.puy-de-dome.gouv.fr

Page 33: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

33

FICHE N° 5 : Le C.O.P.G.

Cette fonction est assurée par un cadre de la gendarmerie nationale ou de la police nationale en fonction de la zone géographique d’intervention, désigné selon les règles de commandement interne de la DDSP et de la GN.

� Il est sous l’autorité du DOS ou son représentant sur site, avec qui il reste en lien constant. Dans l’hypothèse d’un fait commun aux deux services , le DOS peut designer un coordonnateur général parmi les deux responsables . � Il est en lien direct avec le Commandant des Opérations de Secours (et à travers lui avec le Directeur des Secours Incendie et le Directeur des Secours Médicaux) et les services gestionnaires des voies de circulation. Le COS et le COPG mettent constamment en commun les éléments de situation tactiques dont ils disposent, afin de délimiter les zones à contrôler ainsi que les instructions à donner au public. Cette synergie doit permettre d'évaluer l'impact des mesures de protection des populations. � En cas de désaccord entre les acteurs, le DOS tranche toute question relative à la mise en œuvre du schéma tactique. � Il a autorité sur l’ensemble des moyens mobilisés par la police et la gendarmerie nationales ou mis à sa disposition. Missions :

� Commander les Opérations de Police et de Gendarmerie, selon les directives du DOS ou de son représentant sur site.

� En cas de besoin, solliciter les renforts nécessaires pour l’accomplissement de ses missions, par le biais du CORG et/ou du COD en fonction de la nature des moyens demandés.

� Assure la gestion des véhicules, à proximité de la zone d’accident, en réalisant les périmètres et bouclages nécessaires ainsi que dans la zone bleue afin de faciliter les évacuations.

o Diffusion de l'alerte � Informe dans les meilleurs délais les services concernés par la disposition ORSEC NOVI

o Renseignement :

� Au sein du P.C, où les forces de l'ordre sont représentées, le COPG renseigne le DOS sur

les faits portés à sa connaissance, en lien direct avec l'évènement (lieu, nombre de victimes, notamment) ou ayant des conséquences sur la conduite des opérations (conditions de circulation notamment).

� Il contribue à l'identification des victimes et informe l'autorité administrative de ses

constatations.

� Faire procéder, en relation avec le Procureur de la République, aux constatations et investigations nécessaires , dans le respect de la primauté des secours.

� Faire procéder, s’il y a lieu, au recueil des déclarations des personnes indemnes par le secrétariat du CADI.

� Veiller à l’établissement par le secrétariat du CADI de la liste des indemnes . � Veiller à l’établissement par le responsable du dépôt mortuaire de la liste des personnes

décédées . � En lien avec les activités de renseignement, faire procéder s’il y a lieu à l’établissement de

la liste des personnes disparues.

� Rechercher et prendre en compte les éventuelles personnes impliquées qui n’auraient pas été identifiées et prises en charge par le dispositif.

Page 34: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

34

FICHE N° 5 (suite) : Le C.O.P.G.

o Renseignement (suite) :

� Recenser le cas échéant les personnes disparues et procéder aux recherches.

� Transmettre à l’Officier de Police Judiciaire désig né les listes de personnes établies

par les forces de l’ordre ou transmises par le DSM (voir fiche n°15, p 46 ). � Veiller à l’établissement de la liste unique des personnes impliquées par l’OPJ désigné

et à sa mise à jour, et la transmettre régulièrement au DOS et au Procureur de la République.

� Rendre compte au DOS et lui transmettre régulièrement les informations obtenues (origine / causes du sinistre …).

o Gestion des flux de circulation :

� Gérer la circulation routière , mettre en place les déviations nécessaires, baliser les itinéraires autour du sinistre en lien avec les gestionnaires de voirie.

� Faciliter l’acheminement et l’évacuation des moyens de secours, au besoin en les escortant. Il assure la liberté de manoeuvre de l'ensemble des moyens concourant aux opérations de secours. A cet effet, il organise, en tant que de besoin, les courants de circulation et la gestion des aires d'attente des véhicules intervenant sur le polygone de l'évènement. Il garantit la priorité de passage aux véhicules évacuant des victimes ou concourant à leur sauvetage.

o Maintien de l'ordre public Sécuriser :

� le lieu du sinistre, � les abords du lieu de l'évènement, notamment les sites d’implantation des différentes

structures (Postes de commandement, PMA, PRM, DZ …) et les axes de circulation afférents. Il interdit les actions faisant obstacle au bon déroulement des opérations de secours et assurent la préservation des biens et de l'état des lieux.

� Aux abords d'autres lieux Il assure le bon ordre aux abords des lieux utilisés dans le cadre des opérations (PCO, le lieu d'accueil des victimes décédées, les hôpitaux, le lieu d'accueil des personnes indemnes)

o Protection et bouclage

� Déterminer en relation avec le Commandant des Opérations de Secours le périmètre de sécurité indispensable à l’organisation des secours et à la protection des personnes et des biens, et le faire respecter.

� Déterminer l’emplacement du PC de site de la police ou de la gendarmerie nationale. � Déterminer, en concertation avec le COS et le(s) maire(s) concerné(s) l’emplacement du

Centre d’Accueil Des Indemnes . � Proposer au COS, en concertation avec le DSM et le Maire, l’emplacement du dépôt

mortuaire .

o Gestion des personnes impliquées :

� Participer aux opérations d’évacuation et/ou de mise à l’abri des populations en fonction des décisions du DOS, voire du COS en cas d’urgence.

� Assure la recherche des personnes disparues.

� Affecter au Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI) le personnel nécessaire pour tenir le secrétariat d’entrée et veiller à la sécurité du site.

� Veiller à l’établissement de la liste des Indemnes par le secrétariat d’entrée du CADI.

Page 35: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

35

FICHE N° 5 (suite) : Le C.O.P.G.

o Gestion des décès

� Une fois menées les investigations, faire assurer le transport des dépouilles au dépôt mortuaire par les services de pompes funèbres.

� Affecter les personnels compétents au dépôt mortuai re et nommer un responsable chargé de son bon fonctionnement et de la gestion des décès, en particulier l’établissement de la liste des personnes décédées.

o Fin d’opérations

� Encadrer le rétablissement post-accidentel des activités. � Lever le dispositif sur décision du DOS. � Participe au REX

Page 36: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

36

FICHE N° 6 : Les 1 er intervenants Il s’agit principalement :

- Du 1er médecin sur les lieux , - Du 1er Commandant des Opérations de secours . En attendant l’arrivée du ou des

officier(s) compétent(s), il s’agit du 1er gradé présent sur les lieux.

A leur arrivée sur les lieux, dès lors qu’une situation à multiples victimes susceptible de nécessiter le déclenchement du plan rouge est identifiée, ils s’attachent à remplir les missions suivantes :

Missions du 1 er COS et du 1 er médecin sur les lieux

� Evaluer la situation (circonstances et type d’incident survenu, nombre et état des victimes, risques en présence, renforts nécessaires …).

� Pour le 1er COS : - Faire réaliser par ses équipes les 1eres actions de secours et de lutte contre le

sinistre. - Déterminer l’emplacement du PRM.

� Pour le 1er médecin :

- Évaluer les besoins de médicalisation de l’avant - Faire réaliser par ses équipes les premières actions de secours.

� 1er COS et 1er médecin conjointement : - Prédéterminer l’emplacement du Point de Regroupement des Victimes (PRV). - Prédéterminer l’emplacement du Poste Médical Avancé (PMA).

� Rendre compte de ces éléments après concertation (au médecin régulateur du SAMU

pour le médecin – au CODIS pour le sapeur-pompier).

� Gérer l’intervention en anticipant la montée en puissance,

� Renseigner et coordonner les moyens arrivés en renforts .

� Renseigner l’autorité compétente et lui transmettre la responsabilité de l’intervention à son arrivée.

Missions Forces de l’ordre

� Les premières unités de police et de gendarmerie sur les lieux doivent mettre

immédiatement en place un dispositif visant à : o garantir la liberté de circulation sur les axes permettant l’accès à la zone, o boucler la zone afin :

- d’éviter toute entrave au bon déroulement des secours et recenser les personnes sortant de la zone, et notamment les impliqués non blessés,

- d’éviter la commission de délits , - de préserver les indices qui peuvent s’avérer utiles à la manifestation de la

vérité et à l’identification des victimes.

Page 37: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

37

FICHE N° 7 : Le Point de Rassemblement des Moyens (PRM) Emplacement du PRM :

Le PRM est le lieu où sont accueillis à leur arrivée l'ensemble des mo yens de secours publics et privés mobilisés pour les opérations de secours. Ils y sont stationnés, dans l’attente de leur engagement.

C’est le Commandant des Opérations de Secours qui détermine définitivement son

emplacement. Le point de rassemblement des moyens doit : - Être simple d'accès et facile à trouver pour des moyens de secours ne

connaissant pas le secteur d'intervention, - Être à l'écart du sinistre et à l'abri de toute évolution , sans en être trop distant, - Disposer d’une capacité d’accueil suffisante au regard des moyens mobilisés.

Dès que le PRM est localisé, les différents services intervenants (SAMU, Forces de l’ordre…)

en sont immédiatement informés. Les forces de l’ordre, même si elles ne s’y regroupent pas, sont chargées de baliser les itinéraires y conduisant, de gérer la circulation à ses abords, et d’en garantir le libre accès.

Responsable PRM :

C’est un officier ou sous-officier de sapeur-pompier désigné par le COS. � Il est sous l’autorité du COS, avec qui il reste en contact permanent.

� Il est en lien avec le Poste de Commandement sapeur-pompier.

� Il a autorité sur l’ensemble des moyens de secours stationnés au PRM.

Missions

� Assurer le fonctionnement du Point de Rassemblement des Moyens � Faciliter la localisation du PRM (baliser les entrées et sorties, faire baliser par les forces de l’ordre les

itinéraires d’accès, installer d’éventuels éclairages …).

� Prendre en compte et recenser les moyens se présentant au PRM, et en rendre compte régulièrement au COS

� Engager les moyens à la demande du COS, et enregistrer leur destination. � Transmettre les consignes aux moyens engagés (canal radio utilisé, lieu d’affectation, chef de

secteur, mission…).

� Assurer la discipline au PRM (stationnement en bon ordre, organisation de la circulation …). � Veiller à ce que les personnels présents restent dans leurs engins.

Page 38: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

38

FICHE N° 8 : La Fonction « Ramassage » Secteur Ramassage

Parmi ses missions, le Directeur des Secours Incendie (DSI) est chargé d'organiser les opérations de ramassage. Pour cela, il fait effectuer dans le cadre des opérations de lutte contre le sinistre la recherche et la localisation des victimes, ainsi que les sauvetages nécessaires. Sera ensuite confiée au secteur « ramassage » la prise en charge de ces victimes.

Le DSI est en relation avec le directeur des secours médicaux (DSM) qui lui fournit, si

nécessaire, les moyens médicaux ou paramédicaux, notamment les médecins ou infirmiers « de l'avant » (agents intervenant sur les lieux même du sinistre). Organisation et missions

Le secteur « ramassage » est placé sous la direction d‘un « officier ramassage », assisté éventuellement d’un « médecin chef ramassage » mis à disposition par le DSM. Ce secteur organise les équipes chargées d’assurer :

- L'abordage , le dégagement , la prise en charge des victimes (gestes de premiers secours et médicalisation de l’avant)

- Le transport des victimes en direction du Point de Rassemblement des Victimes , soit par brancardage, soit par transport en véhicule (petite noria).

Les équipes de ramassage sont constituées de sapeurs-pompiers, éventuellement

assistés de moyens médicaux et/ou secouristes (associations de sécurité civile). L'ensemble des intervenants chargés du ramassage des victimes est identifiable grâce au

port d'une chasuble ou d'un brassard de couleur rouge .

Concernant les victimes décédées :

Le dégagement et le transport des corps est de la responsabilité du service de police ou de

gendarmerie chargé de l’enquête. A moins que des circonstances particulières ne le nécessitent, les corps ne doivent ainsi

être déplacés ou relevés que sur instruction d’un responsable de la gendarmerie ou de la police nationales, après les constatations initiales détaillées. Les moyens du secteur ramassage peuvent éventuellement participer à ces opérations, sur demande des forces de l’ordre, dans le respect de la primauté des secours, et après accord du DSI.

Page 39: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

39

FICHE N° 8 : La Fonction « Ramassage » Officier ramassage C’est un officier de sapeur-pompier désigné par le DSI.

� Il est sous l’autorité du DSI, avec lequel il reste en lien. � Il agit de concert avec le médecin chef ramassage, avec lequel il est en contact direct et permanent. � Il agit de concert avec les autres chefs de secteurs de la zone rouge. � Il a autorité sur les personnels et moyens de secours non médicaux attribués au secteur ramassage.

Missions

� Assurer le commandement général du secteur ramassage .

� Organiser et coordonner les dégagements de victimes, en suivant les recommandations du médecin chef ramassage (ordre de priorité notamment).

� Organiser et coordonner les secours aux victimes dès que celles-ci sont accessibles, en lien avec le médecin chef ramassage (ordre de priorité, éventuelle médicalisation).

� Évacuer les victimes de la zone du sinistre vers le Point de Rassemblement des Victimes .

� Veiller à ce que l’ensemble des personnes impliquées passent par le Point de Rassemblement des Victimes.

� S’assurer du respect des procédures de prise en compte des victimes décédées .

� Demander si nécessaire des renforts non médicaux au DSI.

� Assurer la sécurité des équipes engagées (médicales ou non).

� Gérer avec l’officier PMA et le pharmacien PMA la distribution du matériel médico-secouriste et de l’oxygène aux équipes de ramassages.

� Faire distribuer les brassards et chasubles rouges identifiant les personnels engagés dans les opérations de ramassage.

� Rendre compte au DSI.

� Prioriser la prise en charge et l’évacuation des vi ctimes .

� Organiser et coordonner en concertation avec l’officier ramassage les secours aux

victimes dès que celles-ci sont accessibles.

� Demander si nécessaire des renforts médicaux au DSM.

Page 40: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

40

FICHE N° 8 (suite) : La Fonction « Ramassage »

Médecin chef ramassage C’est un médecin des services de secours désigné par le DSM.

� Il agit de concert avec l’officier ramassage, avec lequel il reste en contact direct. � Il est sous la direction du DSM pour toute décision à caractère médical. � Il dirige l’ensemble des moyens et personnels médicaux attribués au secteur ramassage (médecin, infirmiers …).

� Lorsqu’elle est décidée, organiser la médicalisation de l’avant , depuis le dégagement

des victimes jusqu’à leur évacuation en direction du PRV, en coordination avec l’officier ramassage.

� Veiller à ce que l’ensemble des personnes impliquées passent par le Point de Rassemblement des Victimes.

� S’assurer du respect des procédures de prise en compte des victimes décédées .

Page 41: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

41

FICHE N° 9 : Le Point de Rassemblement des Victimes (PRV) Le PRV

Le Point de Rassemblement des Victimes (PRV) est le site où aboutit la petite noria, c’est-à-dire où sont rassemblées les victimes après leur évacuat ion de la zone du sinistre .

L’emplacement du PRV est prédéterminé par le 1er COS et le 1er médecin sur les lieux, et définitivement confirmé par le COS en fonction lors de l'activation de l'ORSEC NoVi, en concertation avec le DSM.

Cas particulier :

Dans certaines situations, la mise en place d’un PRV distinct du poste médical avancé peut ne pas être judicieuse (faible distance PRV-PMA, nombre suffisamment limité de victimes). En conséquence, la présente disposition ORSEC NoVi permet au directeur des secours médicaux, lorsqu’il le juge utile et en accord avec le COS, de choisir de regrouper ces deux entités en une seule et même structure. Ainsi, en cas de fusion du PRV avec le PMA, le rassemblement et la catégorisation des victimes se fait à l'entrée du PMA.

Organisation et missions

Le PRV est placé sous la responsabilité d’un « Médecin chef PRV », assisté d’un officier sapeur-pompier appelé « Officier PRV ».

Le PRV accueille l’ensemble des personnes extraites de la zone du sinistre, quel que soit leur état physique ou moral . A leur arrivée, les personnels médicaux du PRV sont chargés d’apprécier l’état de santé de ces personnes, et de les catégoriser en fonction du traitement qu’elles nécessitent :

� Les personnes requérant des soins immédiats sont catégorisées en Urgences Absolues et Urgences Relatives , en fonction de la gravité de leurs lésions. Elles sont ensuite immédiatement orientées vers le point d’entrée du PMA. � Les personnes n’ayant pas subi d’atteintes physiques, ou dont les blessures légères peuvent être soignées par des moyens secouristes sans nécessiter d’évacuation sont catégorisées en tant qu’Indemnes . Elles sont alors orientées vers le point d’entrée du Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI), ou directement vers la Cellule d’Urgence Médico Psychologique , sur avis du médecin chef PRV. � Les personnes reconnues décédées sont transportées en direction du dépôt mortuaire .

Les personnels du PRV veillent, pour chaque individu, à l’attribution de la fiche médicale de l’avant qui lui est rattachée. Ils tiennent à jour la liste des personnes qu’ils ont examinées et de leurs orientations. L'ensemble du personnel affecté au Point de Rassemblement des Victimes est identifiable grâce au port d'une chasuble ou d'un brassard de couleur blanche .

Page 42: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

42

FICHE N° 9 (suite) : Le Point de Rassemblement des Victimes (PRV) Médecin chef PRV : C’est un médecin des services de secours (SDIS, SAMU) désigné par le DSM.

� Il est sous la direction du DSM, avec lequel il est en lien constant. � Il est assisté d’un officier PRV, avec lequel il reste en contact direct. � Il dirige l’ensemble des personnels et moyens médicaux attribués au PRV.

Missions

� Organiser et coordonner l’action du PRV .

� Assurer la réception des personnes impliquées , évacuées de la zone rouge, et leur attribuer une Fiche Médicale de l’Avant .

� Assurer leur catégorisation après examen médical (Urgences Absolues, Urgences Relatives, Indemnes et Décédées) et leur orientation vers la structure adaptée à leur état (CADI, PMA, dépôt mortuaire).

� Mettre en oeuvre si besoin des mesures de médicalisation .

� Veiller au décompte des victimes des personnes passées au PRV (recensement du nombre d’UR, d’UA, de décédés, d’impliqués) et à l’enregistrement de leurs orientations.

� Demander des renforts médicaux au DSM si nécessaire. � Rendre compte régulièrement au DSM des données médicales et du décompte des

impliqués.

Officier PRV : C’est un officier de sapeur-pompier désigné par le COS.

� Il assiste le médecin PRV, avec lequel il reste en contact direct et permanent. � Il a autorité sur les personnels et moyens non médicaux du PRV.

Missions

� Organiser matériellement le PRV pour l’accueil des victimes. � Mettre du personnel et des moyens à disposition pour le transport des victimes une fois

celles-ci catégorisées. � Gérer avec l’officier PMA et le pharmacien PMA la distribution du matériel médico-

secouriste et de l’oxygène � Demander au COS des moyens non médicaux supplémentaires si besoin.

� Faire distribuer des chasubles ou brassards de couleur blanche à tous les personnels

oeuvrant au PRV.

Page 43: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

43

FICHE N° 10 : Secteur Poste Médical Avancé (PMA) Le Poste Médical Avancé Moyens et missions :

Le PMA a pour mission de prodiguer les soins d’urgences aux victimes caractérisées en tant qu’urgences absolues et urgences relatives, et de les conditionner pour leur évacuation. Chaque victime blessée qui transite par le PMA est enregistrée par le secrétariat d’entrée, qui procède si possible à son identification, qui sera reportée sur la Fiche Médicale de l’Avant (.

Pour mener à bien ses objectifs, le PMA dispose de moyens médicaux (médecins et infirmiers

du SAMU ou du SDIS, matériel du PMA) et non médicaux (sapeurs-pompiers, secouristes).

Organisation : Il est dirigé par un médecin chef du PMA (« Médecin chef PMA ») assisté d’un officier

sapeur-pompier (« Officier PMA »), et éventuellement d’un pharmacien (« pharmacien PMA »). Le PMA s’organise autour de 2 zones de soins (urgences relatives et urgences absolues). Il

compte également un secrétariat d’entrée, tenu par les personnels médicaux et paramédicaux du PMA. Ce secrétariat est chargé de l’établissement de la liste des personnes blessées (liste des personnes accueillies au PMA).

C’est au PMA que sont gérées les ressources en oxygène (fournies par le SDIS 63) et en matériel médico-secouriste (fournies par le SAMU 63, dans le cadre de la référence [XXX]). Emplacement et installation : La zone PMA est située dans un lieu :

- le plus près possible du sinistre, afin de réduire au maximum les norias, mais à l’abri de tout risque évolutif (hors de la zone d’exclusion par exemple).

- Aisément accessible, en amont pour les équipes de ramassage, en aval par les moyens d’évacuation (VSAV, ambulances …), avec au minimum 2 accès.

- Disposant d’un minimum de possibilités d’accueil pour le stationnement des véhicules. - Pouvant jouir d’une zone sécurisée d’atterrissage d’hélicoptère à proximité (D.Z.). - A proximité des énergies disponibles (électricité, chauffage, éclairage…) et moyens de

communication (téléphone, fax si existant)).

Le site d’implantation du PMA est prédéterminé par le 1er COS et le premier médecin sur les lieux, et définitivement confirmé par le COS en fonction lors de l'activation de l'ORSEC NoVi, en concertation avec le DSM. Le PMA est aménagé par le SDIS.

Page 44: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

44

FICHE N° 10 (suite) : Le Poste Médical Avancé (PMA) Médecin chef PMA C’est un médecin des services de secours désigné par le DSM. � Il est sous la direction du Directeur des Secours Médicaux.

� Il est en lien direct avec l’officier PMA et le pharmacien PMA.

� Il dirige l’ensemble des personnels et moyens médicaux affectés au PMA.

Missions

� Organiser et coordonner la zone PMA en lien avec l’officier PMA. � Organiser le secrétariat d’entrée , et veiller à l’établissement de la liste des personnes

accueillies et à sa mise à jour.

� Affecter les personnels de santé en fonction de leurs compétences et des besoins aux différents postes.

� Désigner les responsables des différentes zones (Urgences Relatives, Urgences Absolues, secrétariat) chargés de contrôler l’action des différents intervenants.

� S’assurer du bon fonctionnement des différentes zones et de la bonne réalisation des missions du PMA (enregistrement, soins, conditionnement, priorisation des évacuations).

� Demander des renforts médicaux au DSM si besoin.

� Rendre compte régulièrement au DSM. Tenir à disposition du DSM la liste des personnes blessées (personnes accueillies au PM

Officier PMA

C’est un officier de sapeur-pompier désigné par le COS. � Il assiste le médecin chef PMA, avec lequel il est en contact direct et permanent. � Il a autorité sur l’ensemble des personnels et des moyens non médicaux affectés au PMA.

Missions

� Organiser matériellement la zone PMA : faire monter le PMA à l’emplacement désigné ou faire aménager les locaux choisis.

� Baliser les entrées et sorties du PMA. � Faire protéger et baliser la zone et les accès par les forces de l’ordre.

� Assurer le fonctionnement logistique de la zone PMA en lien avec le médecin chef PMA. � Assurer le brancardage et le transport des victimes dans la zone PMA. � Organiser la distribution du matériel médico-secouriste et de l’ oxygène aux secteurs

ramassage, PRV et PMA, en liaison avec le pharmacien PMA. � Demander des moyens non médicaux au COS si besoin � Agir en concertation avec le médecin chef PMA � Être en liaison permanente avec les officiers PRV et Évacuation

Page 45: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

45

FICHE N° 10 (suite) : Le Poste Médical Avancé (PMA) Pharmacien PMA

C’est un pharmacien des services de secours désigné par le DSM. � Il est sous l’autorité du médecin chef PMA. � Il est assisté d’un infirmier du SAMU. � Il est en lien les responsables de secteur ramassage, PRV et PMA.

Missions

� Organiser et gérer la pharmacie : gestion des stocks, approvisionnement / réapprovisionnement, délivrance des médicaments et matériels de santé au PMA, à la CUMP.

� Assurer la distribution du matériel médico-secouris te et de l’oxygène aux secteurs ramassage, PRV et PMA.

Page 46: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

46

FICHE N° 11 : La Fonction « Évacuation » Secteur Évacuation

Le secteur Évacuation a vocation à organiser de manière cohérente l’évacuation des

victimes . Ce secteur régule et gère l’emploi des vecteurs de transports, et permet d’évacuer les victimes traitées et conditionnées au PMA :

- Dans le respect des priorités fixées médicalement , - Par le vecteur de transport le plus adapté (ambulance privée, ambulance médicalisée,

hélicoptère), - A destination de l’établissement de soins approprié . - Selon les instructions du DSM .

Organisation et missions

Le secteur « Évacuation » est placé sous la direction d‘un « médecin chef évacuation », assisté d’un « officier évacuation ».

Le secteur évacuation, en contact permanent avec le secteur PMA, prend en charge les victimes à leur sortie du Poste Médical Avancé.

Le bilan médical réalisé au PMA est tenu à disposition du DSM. C’est lui qui transmet ces données au SAMU et sollicite une orientation appropriée à l’état de la victime. Lorsque la destination d’évacuation est connue, le DSM transmet au médecin chef évacuation les instructions utiles pour la prise en charge de la victime considérée.

Un secrétariat évacuation est mis en place, et veille à l’enregistrement de toutes les informations relatives aux victimes et à leur évacuation (vecteur, destination, horaires, état de santé lors du départ…).

Fonctionnement

Les vecteurs d’évacuation possibles peuvent être (selon les cas) des moyens héliportés, des véhicules (médicalisés ou non) mis à disposition par le SAMU, le SDIS, les associations agréées de sécurité civile, les transporteurs sanitaires privés, d’autres moyens privés ...

Le secteur évacuation est aménagé et balisé pour permettre une circulation aisée des

véhicules arrivants et partants et le stationnement des engins. Le cas échéant, une zone permettant l’atterrissage d’hélicoptères est aménagée.

Les forces de l’ordre assurent le balisage et le contrôle des accès à ce secteur et

régulent la circulation à ses abords. Elles peuvent éventuellement escorter les véhicules d’évacuation en vue de faciliter leur circulation, sur demande du COS et après accord du COPG.

L'ensemble des intervenants affectés au secteur évacuation est identifiable grâce au port

d'une chasuble ou d'un brassard de couleur bleue .

Page 47: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

47

FICHE N° 11 (suite) : La Fonction « Évacuation » Médecin Évacuation : C’est un médecin des services de secours désigné par le DSM.

� Il est sous la direction du DSM, avec qui il reste en lien constant.

� Il est en lien direct avec l’officier Évacuation.

� Il dirige l’ensemble des personnels et moyens médicaux affectés au secteur évacuation.

Missions

� Organiser l’utilisation des vecteurs d’évacuation, en liaison avec l’officier Évacuation. � S’assurer de l’adéquation des moyens d’évacuation avec l’état des victimes et leur

destination. Informer les vecteurs d’évacuation de la mission à accomplir. � Donner les consignes de surveillance aux personnels non médicaux des vecteurs

d’évacuation. � Répondre aux besoins éventuels de médicalisation entre la sortie du PMA et le vecteur

d’évacuation.

� Informer le DSM du départ des victimes, en précisant le vecteur et en confirmant la destination. Notes sur l’évacuation : Le SAMU assure le suivi du transport jusqu’à destination. Il gère la remise à disposition des SMUR et ambulances. Le CODIS gère la remise à disposition des moyens sapeurs-pompiers.

Officier Évacuation : L’officier Évacuation est désigné par le COS.

� Il est en lien direct et permanent avec le Médecin Évacuation.

� Il est en lien avec COS et le responsable du Point de Rassemblement des Moyens.

� Il a autorité sur l’ensemble des personnels et des moyens non-médicaux affectés au secteur Évacuation.

Missions

� S’informer des moyens d’évacuation disponibles au PRM. � Demander au COS l’engagement des moyens d’évacuation nécessaires en attente au

PRM. � Assurer les norias d’évacuation selon les directives du médecin chef évacuation /

médecin chef PMA

� Organiser le stationnement des moyens d’évacuation aux abords de la zone d’évacuation. � Garantir une aire d’embarquement dégagée en sortie du PMA. � Prévoir le cas échéant une aire d’atterrissage pour les évacuations héliportées. � Entrer en contact avec le DSM si une escorte s’avère nécessaire.

� Faire distribuer des chasubles ou brassards de couleur bleue à tous les personnels

oeuvrant au secteur évacuation.

Page 48: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

48

FICHE N° 12 : Le Centre d’Accueil Des Indemnes (CADI)

Afin de ne pas engorger le PMA, tout en évitant la dispersion des personnes, des Centres d’Accueil des Indemnes (CADI) sont installés, avec pour mission essentielle l’accueil des personnes catégorisées par les personnels médicaux comme « indemnes ». Missions

L’accueil des personnes indemnes a pour but : - De les prendre en charge après leur catégorisation en tant qu’indemnes au Point

de Rassemblement des Victimes (médicaments, alimentation, hébergement …). - De recueillir leur identité afin de renseigner les familles et les autorités, - D’enregistrer leurs déclarations et témoignages , - De les orienter vers le soutien psychologique dont elles peuvent avoir besoin.

Installation

Le choix des CADI peut se faire à partir des sites répertoriés dans la disposition ORSEC « Hébergement » (installations sportives, hôtelières…) ou dans le Plan Communal de Sauvegarde (PCS).

Le choix de leurs emplacements est fait par le COS , en lien avec le commandant des opérations de police et de gendarmerie , et le ou les maires concernés . Une fois arrêtées, les coordonnées du ou des CADI doivent être communiquées à tous les services intervenants.

Par principe, l’accueil, le soutien et l’hébergement des indemnes sont du ressort de la

commune où est survenu le sinistre. Les CADI sont installés par les services municipaux qui en assurent également la logistique, avec éventuellement le concours des associations agréées de sécurité civile ou des réserves communales de sécurité civile. Le cas échéant, le plan communal de sauvegarde peut être mise en oeuvre. Organisation

Les CADI sont placés sous la responsabilité du maire, en lien avec les forces de l’ordre .

Le transport et/ou l’accompagnement des personnes indemnes depuis le point de

rassemblement des victimes jusqu’au CADI est assuré par le maire, ou à défaut par les forces de l’ordre sur décision du DOS. En dernier recours, lorsque les moyens du maire ou des forces de l’ordre s’avèrent dépassés, le membre du corps préfectoral réquisitionne les moyens nécessaires.

Le centre d’accueil des indemnes comporte un secrétariat d’entrée. Il est tenu par les forces de l’ordre , qui travaillent à l’identification des personnes , et peuvent également procéder au recueil de leurs déclarations , selon les besoins. Même les personnes ne souhaitant pas être prises en charge par cette structure sont obligatoirement soumises à cette étape d’identification.

Ce secrétariat CADI élabore et tient à disposition des autorités compétentes la liste des Indemnes .

Des moyens secouristes y sont affectés (services de secours, associations de sécurité civile),

pour assurer le soutien à la population et la prise en charge secouriste. Si cela s’avère nécessaire, une personne accueillie au CADI peut être conduite au PMA.

En cas de besoin, une Cellule d’Urgence Médico-Psychologique est mise en place par

SAMU, afin d’apporter les soins psychologiques. Si cela s’avère nécessaire, une personne accueillie au CADI peut être conduite à cette CUMP.

Le fonctionnement logistique de ces centres est assuré par la municipalité,

éventuellement en lien avec l’ARS.

Page 49: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

49

FICHE N° 13 : La Cellule d’Urgence Médico-Psychologique (CUMP)

La Cellule d’Urgence Médico-psychologique a pour mission principale la prise en charge Médico-psychologique des personnes choquées, et l’orientation de ces personnes vers les structures de suivi adaptées . Elle peut également faire office de conseiller technique, et intervenir dans l’accompagnement des services intervenants en phase post-accidentel.

Elle travaille en collaboration avec la CAMPSY 63 lorsque celle-ci est présente sur les lieux, pour ce qui relève de ses compétences Implantation

L’emplacement de la CUMP est décidé par le COS, sur proposition du DSM . La CUMP peut être installée dans des locaux mis à disposition par la commune ou dans une structure amovible.

Les forces de l’ordre sont informées de la position de la CUMP, afin de pouvoir assurer le respect des périmètres de sécurité autour de celle-ci.

Fonctionnement

La CUMP est activée par le médecin régulateur du SAMU sur deman de du DOS en accord avec le médecin psychiatre référent.

Le fonctionnement de la CUMP relève entièrement du SAMU. La cellule est constituée de personnels médicaux placés sous la direction d’un médecin psychiatre coordinateur, lui-même sous l’autorité du Directeur des Secours Médicaux.

La pharmacie de la CUMP est assurée par le pharmacien PMA. Le secrétariat de CUMP, tenu par les personnels du SAMU, procède à l’identification

nominative des personnes, et recense pour chacune son origine (PRV, CADI, PMA) et sa destination. Médecin psychiatre coordinateur de la CUMP : C’est un médecin identifié par le SAMU � Il est sous la direction du DSM. � Il dirige l’ensemble des personnels et des moyens médicaux affectés à la CUMP.

Missions :

� Veiller à l’aménagement et au bon fonctionnement de la CUMP

� Solliciter les personnels médicaux et paramédicaux nécessaires et les répartir en fonction des besoins et des compétences.

� S'assurer que les personnels ne délivrent pas d'indications relatives aux circonstances de l'évènement afin de ne pas influencer le témoignage de témoins potentie ls .

� S’assurer que les personnes prises en charge par la CUMP ont bien été enregistrées par

le secrétariat de la CUMP.

� Assurer la liaison avec le DSM.

Page 50: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

50

FICHE N° 14 : Le dépôt mortuaire et la gestion des décès Le dépôt mortuaire Le dépôt mortuaire est le lieu où sont accueillis les corps des victimes décé dées en attendant leur prise en charge par le service des pompes funè bres . Il s’agit d’un espace, si possible un local, situé dans un lieu retiré, à proximité du PMA, et confié aux forces de l’ordre. En zone urbaine, il peut s'agir d'un local municipal si possible. A défaut l’implantation d’une tente afin de soustraire les corps à la vue des passants ou des habitants des immeubles riverains doit être privilégiée. Une simple bâche n’est pas adaptée . En zone plus rurale ou voie à grande circulation, l’implantation d’une tente sera également la solution la plus adaptée. Si besoin, les associations agrées de sécurité civile pourront être mobilisées afin de monter ce type de tente.

Son emplacement est validé par le COS, sur proposition du DSM et du COP G, en lien

avec le Maire mettant les lieux à disposition.

Gestion de décès o De la zone du sinistre au dépôt mortuaire.

Sauf nécessité dans le cadre de l'exercice des secours, le dégagement et le transport

des corps sans vie ne revient pas aux secours, mais est de la responsabilité du service de police ou de gendarmerie chargé de l’enquête , en lien avec le Procureur de la République. Pour cette tâche, les forces de l’ordre mobilisent les services des pompes funèbres. Il en est de même pour la rédaction des certificats de décès.

A moins que des circonstances particulières ne le nécessitent, les corps ne doivent ainsi être déplacés ou relevés que sur instruction d’un responsable de la gendarmerie ou de la police nationales, après réalisation des investigations et constatations utiles à l’enquête.

Les moyens du secteur ramassage peuvent éventuellement participer à ces opérations, sur demande des forces de l’ordre, dans le respect de la primauté des secours, et après accord du DSI.

Une fois menées les investigations, les forces de police font assurer le transport des

dépouilles au dépôt mortuaire par les services de pompes funèbres.

o Dépôt mortuaire

Les forces de l’ordre sont responsables de la prise en charge et de l’identification des corps (prise de photos, relevés d’empreintes et de l'ADN, pose de bracelets d’identification). Un Officier de police judiciaire établit la liste unique des personnes décédées. Les forces de l’ordre gèrent les éventuelles reconnaissances de corps par les familles ou les proches des décédés.

Les forces de l’ordre assurent également la surveillance et la protection du dépôt .

o Évacuation des corps Pour l’évacuation des corps, les forces de l’ordre font appel à un service de pompes

funèbres . Les moyens privés mobilisés se rendent au Point de Rassemblement des Moyens, d’où ils sont escortés vers le dépôt mortuaire.

En cas de décision de transport des corps vers l’étranger , le COD doit être alerté au plus

tôt afin que les mesures administratives soient réalisées, en particulier en ce qui concerne l’édition des autorisations nécessaires (Préfecture – Direction des Renseignements).

o Communication et renseignement

Le directeur des opérations de secours et le Procureur de la République sont les seules

autorités autorisées à communiquer au sujet de l’identité ou du nombre des victimes. Elles veillent à communiquer de manière concertée, et respectueuse des obligations de chacun (voir fiche n°16 ).

Page 51: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

51

FICHE N° 15 : L’identification des impliqués Identification par étiquetage

� L’identification des personnes impliquées (ensemble des personnes présentes sur le lieu du sinistre, quel que soit leur état) est mise en place au Point de Rassemblement des Victimes . Chaque individu se voit attribuer un bracelet individuel codé , ainsi que la fiche médicale de l’avant correspondante (voir ci-après). Cette fiche qui est propre à chaque victime, reprend les éléments du premier bilan réalisé, et s’enrichit au fur et à mesure du traitement de la victime, facilitant ainsi leur dénombrement, leur identification, leur suivi ultérieur.

� A cette étape est également réalisé le décompte des personnes impliquées , c’est-à-dire le nombre d’urgences absolues, d’urgences relatives, d’indemnes et de décédées ayant transité par le Point de Rassemblement des Victimes.

Identification nominative

Dans un 2e temps, il importe de procéder à l’identification nominative des personnes impliquées.

� Cette identification se fait par l’établissement de listes nominatives, selon les conditions suivantes :

- La liste des indemnes , établie au centre d’accueil des indemnes par les forces de l’ordre gérant le secrétariat d’entrée.

- La liste des décédés , établie au dépôt mortuaire par les forces de l’ordre.

- La liste des personnes blessées établie par le secrétariat PMA . Cette liste identifie les personnes prises en charge par le PMA.

- La liste des victimes psychologiques traitées par la Cellule d’urgence Médico-Psychologique. Cette liste est établie par le secrétariat de la CUMP.

D’après les informations qu’elles auront recueillies, les forces de l’ordre établiront si

nécessaire une liste des personnes portées disparues , et la transmettront également.

� Pour chaque individu, ces listes mentionnent à minima le numéro d’indentification de la Fiche Médicale de l’Avant, et si possible nom , prénom , date et lieu de naissance . Elles précisent également le cas échéant, le lieu d’évacuation de la victime, ou le lieu de destination du corps .

� Les listes de personnes sont complétées par les services concernés à mesure que les impliqués sont pris en charge. Elles sont tenues à disposition des autorités compétentes .

� Sont responsables de l’établissement de ces listes, chacun en ce qui les concerne, le Commandant des Opérations de Police et de Gendarmerie, et le Directeur des Secours Médicaux. Toute communication sur l’identité, l’état de santé, le nombre des victimes est faite sous l’égide du Directeur des Opérations de Secours et du Procureur de la République, agissant de manière coordonnée (voir fiche n°16 ).

Page 52: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

52

FICHE N° 15 : L’identification des impliqués

Fiche médicale de l’avant – Exemple N° F 63 – 0047 . Fiche de la zone de défense et de sécurité Sud-Est

Page 53: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

53

FICHE N° 16 : Établissement de la liste des personnes impliquées

� Le DSM et le COPG veillent, chacun en ce qui les concerne, à l’établissement des listes de personnes indemnes, blessées ou décédées (voir fiche n°14 ).

� Un Officier de Police Judiciaire désigné se procure et centralise ces différentes listes de personnes. Il les utilise pour produire une liste unique des personnes impliquées . Il est chargé de la mise à jour régulière de cette liste.

� La liste des personnes impliquées est mise à disposition du Directeur des Opérations de Secours et du Procureur de la République , qui restent les seules personnes autorisées à communiquer à ce sujet (voir fiche n°16 ).

Procureur de la République

Directeur des Opérations de Secours

Communication (Voir fiche n°16)

COPG

Liste nominative des blessés

Secrétariat CADI

(Forces de l’ordre)

Secrétariat PMA

(SAMU)

Secrétariat CUMP

(SAMU)

Liste nominative des victimes

psychologiques

Liste nominative des personnes

impliquées

Liste nominative des personnes décédées

Secrétariat dépôt mortuaire

(Forces de l’ordre)

Médecin Chef PRV

DSM

COS

Demande

Liste unique des personnes impliquées

Établit

Met à disposition

Décompte des personnes

impliquées

Tiennent à disposition

Officier de Police Judiciaire

Page 54: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

54

FICHE N° 17 : Communication et gestion de la presse Communication

Le Directeur des Opérations de Secours (ou la personne qu’il aura désignée) est le responsable exclusif des actions de communication, que ce soit à destination du public, des familles, des autorités …

� Il assure la rédaction et la diffusion des informations destinées au public. � Il active, lorsqu’il l’estime nécessaire, les cellules d’information. Il contrôle la rédaction des

communiqués de presse, l’organisation des conférences de presse …

� L’officier de police judiciaire désigné lui transmet, ainsi qu’au Procureur de la République, la liste unique des victimes.

Toute communication se rattachant à cette liste doi t avoir été approuvée par ces autorités. Pour toute communication concernant l’identité des personnes, le directeur des opérations

de secours doit disposer de l’accord du procureur d e la république.

Gestion de la presse

� Les événements entraînant l’activation du dispositif ORSEC Nombreuses Victimes suscitent le plus souvent un fort intérêt médiatique. Il importe cependant de contrôler et de canaliser la presse et les médias, pour des raisons multiples :

- Empêcher que les activités de la presse ne viennent perturber l’action des secours. - Éviter que les victimes ne puissent être incommodées par les médias. - Garder le contrôle sur la communication faite à propos du sinistre et de sa gestion.

Dans ce but, l’ensemble des intervenants a pour consigne de ne pas communiquer avec la presse.

Seuls les personnes disposant de l’autorisation du Directeur des Opérations de Secou rs , et reconnues aptes à la communication peuvent se livrer à cet exercice, dans les limites fixées par le DOS.

� Dans le cadre de leur mission de sécurisation du site, les forces de l’ordre veillent au respect des périmètres de sécurité , et en interdisent de fait l’accès à la presse.

� Sur décision du directeur des opérations de secours, la presse peut être autorisée à exercer sur les lieux du sinistre, dans le strict respect des conditions fixées par lui. En particulier, tout représentant des médias présent sur le site d’intervention doit être encadré par un responsable préalablement désigné par le DOS (représentant des forces de l’ordre, responsable communication du SDIS, sous- préfet …).

Page 55: DISPOSITIF OPERATIONNEL ORSEC

55

GGLLOOSSSSAAIIRREE

A .

ADRASEC : Association Départementale des RadioAmateurs de la SEcurité Civile ADPC : Association Départementale de la protection Civile ARS : Agence Régionale de Santé C .

CADI : Centre d'Accueil des Indemnes CAMPSY : Centre d'Accueil Médico PSYchologique (cellule de soutien psychologique du SDIS 63) CIC : Centre d'Information et de Commandement (Police nationale) CMIC : Cellule Mobile d'Intervention Chimique COD : Centre Opérationnel Départemental COGIC : Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle de crise COPG : Commandant des Opérations de Police et de Gendarmerie CORG : Centre Opérationnel et de Renseignement de la Gendarmerie COS : Commandant des Opérations de secours COZ : Centre Opérationnel Zonal CRRA 15 : Centre de Réception et de Régulation des Appels 15 (organe du SAMU) CTA / CODIS : Centre de Traitement de l'Alerte / Centre Opérationnel Départemental d'Incendie et de Secours (organe du SDIS) CUMP : Cellule d'Urgence Médico-Psychologique D .

DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations DDPP / SSC : Direction Départementale de la Protection des Populations / Service Sécurité Civile (service de la DDPP) DDPP / STPRR : Direction Départementale de la Protection des Populations / Service Transports et Prévention des Risques Routiers (service de la DDPP) DDSP : Direction Départementale de la Sécurité Publique (Police Nationale) DRAGON 63 : Dénomination de l'hélicoptère EC-145 de la Sécurité Civile basé dans le Puy-de-Dôme. DSI : Directeur des Secours Incendie DSM : Directeur des Secours Médicaux DZ : "Dropping Zone". Terme désignant la zone d'atterrissage d'un hélicoptère. I .

INPT : Infrastructure Nationale Partagée des Transmissions G .

GN : Gendarmerie Nationale N .

NoVi : Nombreuses Victimes (« dispositif ORSEC NoVi ») O .

ORSEC : Organisation de la Réponse de Sécurité Civile P .

PCO : Poste de Commandement Opérationnel PMA : Poste Médical Avancé PPI : Plan Particulier d'Intervention PRM : Point de Rassemblement des Moyens PRV : Point de Rassemblement des Victimes S .

SAMU : Service d'Aide Médicale Urgente SDIS : Service Départemental d'Incendie et de Secours SDSIC : Service Départemental des Systèmes d’Information et de Communication (service de la préfecture) SMUR : Service Médicale d'Urgence et de Réanimation SSC : Service Sécurité Civile (service de la DDPP) SSSM : Service de Santé et de Secours Médical STPRR : Service Transports et Prévention des Risques Routiers (service de la DDPP) T .

TMD : Transport de Matières Dangereuses