Developpement Dessin

of 56/56
Développement du dessin chez l’enfant Quelques pistes Introduction à la didactique des activités Artistiques et artisanales Tilo Steireif HEP 2008 (extraits du cours)
  • date post

    19-Nov-2014
  • Category

    Travel

  • view

    14.704
  • download

    2

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Developpement Dessin

  • 1. Dveloppement du dessin chez lenfant Quelques pistes Introduction la didactique des activits Artistiques et artisanales Tilo Steireif HEP 2008 (extraits du cours)

2. Pistes Bibliographiques Betty Edward, (2002 ), Dessiner grce au cerveau droit , Ed. Mardaga, Paris, (biblio. HEP).Sylvia Fabrizio & Laurence Calame Brun, Mmoire SCES,Sons et couleurs: lapport de la crativit musicale et/ou picturale comme support pdagogique,Lausanne (biblio. C-34, HEP). Philippe Greig (2001), Lenfant et son dessin , d. Ers, (biblio. HEP). Daniel Lagoutte (2002),Enseigner les arts visuels ,d. Hachette, Paris. Luquet G. H , (1967),Le dessin enfantin , Neuchtel, Delachaux et Niestl. 3. Michel Perraudeau,Piaget aujourdhui, rponse une controverse , chap. Piaget, producteur de pense, d. Armand Colin, Paris, (biblio. HEP). Jacqueline Royer (1995),Que nous disent les dessins denfants?,d. Hommes et perspectives, Paris, (biblio. HEP). Claude Reyt:Les arts plastiques lcole,bordas, 2002. Gottfried Tritten ( 1969): Education par la forme et par la couleur ,d. Delta, La Tour-de-Peilz. Jacques-Albert Wallot ( 1993 ), Apprendre limage, Recherche et exprimentations en enseignement des arts au Qubec ,Les Ed. L'Image de l'Art, Montral . 4. Besoins et dsir des enfants et la place des arts visuels Instinct de marquage Activit auto-rcompense Besoin de communiquer Prise de possession de la ralit Dsir de dtourner le rel Activit de sublimation Action rparatrice Objet transitionnel Potentiel de crer ce qui nexiste pas 5. Evolution du dessin: ontogense Premiers stades de lintelligence de l'enfant et ce que l on peroit dans le dessin enfantin selon les tudes piagtiennes(complment au chapitre de. Jacqueline Royer, (1995),Que nous disent les dessins denfants?,d. Hommes et perspectives, Paris, p. 63-69. 8-9 mois : la coordination de la vision et de la prhension entrane la coordination des diffrents espaces. Lenfant prend conscience de ses propres mouvements, lespace devient le milieu commun tous ses dplacements. Il reste soumis aux limites de la perception. 18-24 mois: la reprsentation de lobjet permet lenfant de tenir compte des dplacements invisibles. En se librant de la perception, il conoit la permanence de lobjet. 6.

  • prhistoire du dessin
  • Registre gestuel
  • Lexpression enfantine commence par legribouillage
  • 1 ans et demi : gribouillages primitifs.
  • Stade vgtatif moteur
  • 2 ans et demi:gribouillages centriptes et hachures. Exprience du mouvement de son propre corps travers une trace visible (oscillation centripte).
  • Action de freiner et darrter son geste
  • Double direction possible des tracs
  • Dans le temps
  • Apparition simultane du trait et de la parole chez lenfant.

7. Besoin de se confronter la matire Brassage de pure, pte pain, bouillie provoquant un plaisir intense .A tester: des matriaux comme la terre glaise dabord mouille puis modele. Barbouillage, mlanges,agglomration de matriaux. Ltape intellectuelle duplaisir de souiller , ceci rpond un besoin dedcharger une agressivit(sentiment de puissance souvent suivi par un apaisement). 8. Du geste aux formes Ds 2 ans et 7 mois: matrise du trait, apparition des formes isoles: encadrements, figures closes, polygones, cercles, carrs, triangles, cercles tangentes Ralisme fortuit selon Luquet gribouillis composs font apparatre des formes isoles rendues possibles par le lev du crayon: ralentissement du rythme, uncommentaire verbal accompagne le dessinet premire tentative de reproduction dun objet. 9. Le dessin anthropomorphe Le premier dessin de lenfant reconnaissable par ladulte est souvent le bonhomme-ttard ( ds 3 ans) ,cest direlvocation du visage humain .Le corps est dabord vu par lecorps-visagecar du visage passe le premier contacte identifiable dune prsence humaine.Le tronc est ici secondaireet napparat que plus tard, le dessin est une image rsiduelle de lui mme.Chaque image constitue parlenfant est pour lui habite de sa prsence en elle (une forme danimisme). 10. In: Greig 11. Dans le dtail: La figure du bonhomme (schma corporel de lenfant) Il traduit comment il vit son corps et comment il se sent apprhend par les autres. Mme lorsquil dessine une maison, une fleur, un animal, un soleil apparaissent souvent des figures animes (pense animiste). Lenfant dessine toujours sa propre image mais sous diverses faons.Arno Sterndfinit trois figures: Le bonhomme-patate (rectangle oblong et jambe courte) Le bonhomme-route (tte ovale et jambes bton) Le bonhomme-fleur (cercle munis de tentacules ou corps en allumettes) 12. Le bonhomme-patate (rectangle oblong et jambe courte) Le bonhomme-route (tte ovale et jambes bton) Le bonhomme-fleur (cercle munis de tentacules ou corps en allumettes) 13. Maisons visages, in: Greig 14. Lenfant projette dans le dessin son propre schma corporel Il traduit comment il vit son corps et comment il se sent apprhend par les autres (3-8 ans). Besoin graphique fort, les couleurs sont choisies de manire fortuites. 15. R alisme manquselonLuquet LA REPRESENTATION CLAIRE 4-5 ans Lenfant peut nommer consciencieusement toutes les parties de son dessin (maison construite sur le sol, personnages marchent dans la rue alors que les objets flottent dans lespace) 16. Registre de dessins des enfants : Soleil Personnage ou animal cphalopode (grande tte et tentacules) Vise frontale Traces Matires et mlanges des couleurs Choix de couleurs fortuit 17. In: Greig Exercices ludiques au CIN Le moule des reproductions strotypes lcole, in Greig . 18. Ralisme intellectuelou enfantin (4 ans-10 ans) ou registre logique Il tente de fixer le monde environnant non pas travers ce quil voit mais ce quil sait: mode de reprsentation spatiale dans lequel les rapports euclidiens et projectifs dbutent peine et de faon incohrente encore en leur connexions Reyt, les arts plastiques lcole, Bordas 2002. Progressivement ses dessins sont reprsentsavec dtails, plus daspects narratifs,dtails typiques. 19. A ce stade (ds 5 ans) on peut parler de code de reprsentation issu du monde des adultes pour lire un dessin denfant: lespace le plus simple construire serait donc pour lenfantun espace topologique. Dfinition: il concerne les rapports de voisinage, de sparation, dordre, denveloppement et de continu. Il porte sur lobjet considr en lui-mme et en ses proprits tablies de proche en proche. Dans le dtail: Contrle double psycho-physiologique: accompagnement du dessin par le geste et le perceptuel. 20. Exercice de reprsentation dune table: Reprsentation graphique avec priorit de laspect sensible (HAUT) et priorit de laspect rationnel (BAS),in Greig. 21.

  • Premires proprits spatiales de lenfant:
  • Reproduction de lespace du type topologique: rapports de proximits sont respects.
  • B) Espace de projection psychologique: le schma de lobjet est le rsultat dune apprhension sensible (Lagoutte, 2002).

22. (Ill. in Lagoutte) Exercice effectuer au CIN: qui la fille donne-t-elle manger ?. Vrification de la vision enfantine sur l es rapports de voisinage, de sparation, dordre, 23. Registre de dessin des enfantsIntgrit de la surface (absence de hors champ) Objets flottants selon Greig Objets lisibles (plusieurs points de vue) Espace topologique 24. Dessin localis (6-8 ans) Registre logique:la description verbale est conforme au dessin. Llve cherche langle le plus adquat pour une reprsentation claire. ge de raison : unit de lieu et de sujet. Lil oriente le trac. Il ressent pour sa partla ncessit compulsive respecter les limiteset fixer les contoursavec crayon noir sparant mentalement la masse intrieure.Conscience de sa gauche et de sa droite vers 6 ans pour soi et 8 ans pour autrui. 25. AVI: CYP 1 Objets flottants: les cloches 26. In: Greig Strotypie sans relation Matrialisation de laction: Bais, tir, coups (Ide de temporalitselon Royer) Expression dun lien: Hirarchie des tailles et identification 27. In Royer 28. In: Greig 29. Dans le dtail: Lenfant dessine principalement ce quil sait et non ce quil voit. Ainsi,il se construit un vocabulaire de formesanalogues aux mots du langage verbal.Cest une volont dtre syncrtique qui se peroit dans le dessin des enfants de cet ge. 30. In: Greig 31. Dans le dtail: Daniel Wildlcher(Le dessin comme expression de la personnalit) pense quil sagit dune phase o lenfant cherche plutt rendre les lments de son dessin identifiables parlexemplarit du dtail . Ce vocabulaire des formes, cetterecherche de la bonne forme , globale et syncrtique tendrait mettre en vidence le phnomne de simplification otoute forme relativement ronde est pense comme un cercle parfait . Ceci est vrifiable par les reprsentations du visages qui gnralement sont ronds et sallongent par la suite seulement. 32. Registre de dessins des enfants : Alignement Points de vue exemplaires Objets dlimits par une ligne de contour Etagement, coupe, rabattement, dveloppement Utilisation simultane de plusieurs stratgies de reprsentation 33. SOURCES ICONOGRAPHIQUES EXPERTES Alignement------------------------------ Un point de vue exemplaire----------- Objets dlimits parune ligne de contour------------------- Etagement------------------------------- Coupe------------------------------------ Rabattement----------------------------- Dveloppement(dessin narratif/explicatif)------------- Utilisation simultane deplusieurs stratgies--------------------- A droite: quel artiste ? Quel type dimage ? 34. SOURCES ICONOGRAPHIQUES sur la base des notions: Comment dpasser lobjets dlimits par une ligne : traits, hachures, courbes, largeur, paisseur de ligne, etc. quel artiste ? Quel type dimage de rfrence donne-t-on ici ? 35. SOURCES ICONOGRAPHIQUES EXPERTES Objets dlimits par une ligneA droite: quel artiste ? Quel type dimage de rfrence serait possible ? 36. SOURCES ICONOGRAPHIQUESObjets dlimits par une ligne 37. 1 pt de vue: Faade vue en lvation In: Tritten 38. 2 pts de vue: le toit de dessus et de ct.In: Tritten 39. Dessin en dveloppement: 3 pts de vue. In: Tritten 40. Point de vue unique (haut) et rabattement (bas)observs par Greig. 41. LE REALISME VISUEL (9-12)Le registre composite: 10-11 ans Illusion de profondeurLenfant se soucie dsormais des distances et des proportions, ainsi que dune cohrence interne son dessin.Dcouverte de la perspective. Moins dhumour , le monde fantastique laisse la place au ralisme, une identification au monde qui est dj-l. 42. Stade intermdiaire Le dessin temporalis SelonJacqueline Royer Essais manqus, erreurs spatiales, dbut de la perspective (minoritaire, non indispensable la reproduction dune uvre dart). Reprsentation de lloignement, de la profondeur du champ visuel (ligne dhorizon), mouvement. Couleur: ralisme choisi en fonction dune temporalit (couch de soleil, noir-nuit). Dessin senrichit de lexpression dune ide, dun sentiment (implicite devient explicite; titre, lgende). 43. CODES DE REPRESENTATION Pradolescence rfractaire la perspectivecar cre le doute instaure des notions peu comprhensibles comme lillimit et linfini. Le traitement de lombre et de la lumireproblmatise le contour net des chose, une vision tranche qui prend ses racines dans le dessin traditionnel de lenfance.Les enfants apprennentle paralllisme du cube puis tout est remis en questionpar la perspective et la convergence des parallles.De plus, sintroduitune notion nouvelle : linfini reprsent par lhorizon, sa ligne et le point de fuite. 44. Pradolescence rfractaire la perspectivecar elle cre le doute et instaure des notions peu comprhensibles comme lillimit et linfini ( droite cubes 2 pts. de fuite). La lisibilit y est plus complexe.Ci-dessus: dessin enfantin enprojection cavalire (face frontale non dforme, faade latrale raccourcie), in: Tritten 45. Hsitations pendant la pradolescence: la perspectivecre le doute instaure des notions peu comprhensibles comme lillimit et linfini (Ill. texte in Greig). La route est encore perue comme longue donc elle est reprsente de faon prendre beaucoup de place sur la feuille (ill. gauche). 46. Le traitement de lombre et de la lumireproblmatise le contour net des choses, une vision tranche qui prend ses racines dans le dessin traditionnel de lenfance (in: Greig). 47.

  • Registre de dessins des enfants :
  • entre 10-12 ans
  • -Proccupation de laspect formel
  • Premires structures de lillusion de laprofondeur ( par loblique, la superposition des objets, la superposition de plans, ligne dhorizon, diminution progressive).
  • - Perspective cavalire.
  • - Rsiduellement utilisation simultane de plusieurs points de vue.

48. Stade critique (11-13 ans) Registre optique selonJacqueline Royer Remise en question de la personnalit avec lavnement de la pubert. Conflit entre espace peru, pens et vcu:Le dessin noffre plus de satisfaction narcissique . () On assiste la dsexualisation des relations et des sentiments, la prvalence de la tendresse sur le dsir, la grande place de la pudeur et du dgot, en mme temps que la sublimation dans les aspirations morales et esthtiques selon Greil. 49. Et soudain tout est li entre le premier plan et larrire plan Linfini signifiela perte du contour Quelques difficults et rsistances sobserventdans la didactique des AVI: La forme ouverte partiellement La nettet et le flou Le point de fuite Le clair-obscur La rsistance provient du fait que lenfant sort de sa priode de latence et quil a besoin de valeurs ou paramtres mesurables. Il ne sait que faire de lillimit, de la qute aventurire de linfini. 50. Encre, plume: classe de 9VSO de L. Matthey 51. Le registre optique Lenfant dessine ce quil voit: 12-13 ans Les objets sont en volume et prennent la forme de figures. 14-15 ans: llves apprend les codes graphiques et les rgles prcises de la perspective pour reprsenter lillusion de lespace. Il vise lhomognit et lassure avec une rgle interne limage. Il fait la distinction entre expressivit et construction formelle 52. Perspective 2 points de fuite main leve, lavis: Classe de 8VSO, L. Matthey 53.

  • 15 ans: la priode du noir et blanc (9me)
  • Vision adopte par lcole Steiner (6 priodes dAVI par semaine):
  • () Le jeune perd le paradis des couleurs de lenfance. Il va rencontrer les forces qui sexpriment dans la dualit du noir et du blanc et il doit apprendre les connatre.
  • ()
  • Techniques exprimenter: traits, fusains, crayons gris gradus, linogravure, encre, plume, pinceau asiatique.

54. ()Il faut intervenir au bon moment dans ce monde naissant des oppositions. Le dessin donne toujours une impulsion vers dautres spcialits: graphisme, architecture, topographieLa rigueur mathmatique est accentue. Fdration des coles Steiner-Waldorf en France 55. je ne suis pas un artiste Ladolescent confronte ses comptences avec des rfrences extrieures et ralise lcart entre ce quil voit et ce quil est en mesure de faire ici et maintenant tandis que lexigence grandissante de ralisme alimente finalement le constat du Dprissement graphique selonGreil . 56. On assiste la fois une perte volontaire des comptences passestablies dans le dessin enfantin. Car ladolescent connat la volont de quitter lenfance, il veut faire table rase des critres symboliques passs (archtypes sociaux, dappartenance une famille, repres identitaires) Qute dune nouvelle identit Monde culturel spcifique Monde idologique propre Besoin dautonomie