Descartes Lettres

download Descartes Lettres

of 86

  • date post

    28-Nov-2015
  • Category

    Documents

  • view

    31
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Descartes Lettres

  • Descartes

    Choix de lettres

    Introduction et commentaire par Eric Brauns

    (1re dition : 1988)

    Profil Textes philosophiques Collection dirige par Laurence Hansen-Lve

    P h i l o S o p h i e T e x t e s o u m i s c o p y r i g h t

    s e p t e m b r e 2 0 0 8

  • Table des matires

    Introduction .............................................................................. 4

    La correspondance de Descartes ................................................. 4

    I. Lettres 1 3 : lide dune science universelle. La mthode..... 6

    II. Lettres 4 6 : la mathmatique. Les vrits ternelles ........ 10

    III. Lettres 7 9 : astronomie et physique ................................ 14

    IV. Lettres 10 14 : la mtaphysique..........................................17

    V. Lettres 15 20 : morale, libert ............................................ 25

    VI. Lettres 21 23 : mdecine et technique .............................. 29

    Choix de lettres ....................................................................... 34

    I. Ide dune science universelle. La mthode ........................... 34

    Lettre 1 : Au P. Mersenne, 20 novembre 1629 ......................... 34

    Lettre 2 : Au P. Vatier, 22 fvrier 1638 ..................................... 35

    Lettre 3 : A X (destinataire inconnu), 27 avril 1637 .............. 39

    II. La mathmatique. Les vrits ternelles .............................. 40

    Lettre 4 : Au P. Mersenne, 15 avril 1630 ................................... 40

    Lettre 5 : Au P. Mersenne, 6 mai 1630 ..................................... 42

    Lettre 6 : Au P. Mersenne, 27 mai 1630 ................................... 43

    III. Les sciences : astronomie et physique ................................ 45

    Lettre 7 : Au P. Mersenne, 10 mai 1632 .................................... 45

    Lettre 8 : A Debeaune, 30 avril 1639 ........................................ 47

    Lettre 9 : A Vorstius, 19 juin 1643 ............................................ 49

    IV. La mtaphysique .................................................................. 50

    Lettre 10 : Au P. Mersenne, juillet 1641 .................................... 50

    Lettre 11 : A Hyperaspistes, aot 1641 ...................................... 54

    Lettre 12 : Au P. Mersenne, 16 octobre 1639 ............................ 56

    Lettre 13 : A Silhon, mars ou avril 1648 ................................... 58

  • 3

    Lettre 14 : A Chanut, 6 juin 1647 .............................................. 60

    V. La morale. La libert ............................................................. 63

    Lettre 15 : A Chanut, 1er fvrier 1647 ........................................ 63

    Lettre 16 : A Elisabeth, juillet 1647 ........................................... 66

    Lettre 17 : A Elisabeth, 6 octobre 1645 ..................................... 67

    Lettre 18 : A Elisabeth, 15 septembre 1645 ............................... 69

    Lettre 19 : Au P. Mesland, 2 mai 1644 ...................................... 73

    Lettre 20 : Au P. Mesland, 9 fvrier 1645 ................................. 75

    VI. Mdecine et technique ......................................................... 77

    Lettre 21 : Au Marquis de Newcastle, octobre 1645 ................. 77

    Lettre 22 : Au Marquis de Newcastle, 23 novembre 1646 ........ 80

    Lettre 23 : A Reneri pour Pollot, avril ou mai 1638 .................. 83

    propos de cette dition lectronique ...................................86

  • 4

    Introduction

    La correspondance de Descartes

    Lensemble des lettres crites par Descartes reprsente en volume la moiti de son uvre et nous devons considrer quune part importante a disparu. Pour un esprit qui sest vo-lontairement loign de son pays afin de mener bien une uvre difficile dans la paix, le lien pistolaire avec la commu-naut scientifique et avec tous les chercheurs authentiques est indispensable. Descartes consacre au courrier au moins une journe par semaine. Rdiges pour tre lues et diffuses, les lettres jouent un peu le rle des revues et des congrs scienti-fiques. On y fait la recension critique des livres rcemment pa-rus, on y dresse le compte rendu dexpriences que lon a me-nes soi-mme ou dont on a t tmoin et surtout on sadresse questions, problmes et solutions. La lettre permet de formuler des objections ou dy rpondre publiquement. Descartes fait le point sur lavancement de ses travaux, sur ses projets, ou de-mande des informations ncessaires la poursuite de son inves-tigation. La richesse philosophique semble parfois recouverte par le foisonnement de questions trop diverses et trop ingales en intrt. La numrotation des thmes permet de sorienter. La forme plus libre de lchange dialogu nous fait percevoir sous un nouveau jour la dmarche que son auteur expose ses pairs et dfend sans relche.

    La difficult de choisir une vingtaine de lettres est dj

    grande ; elle lest davantage quand il sagit dextraire quelques

  • 5

    paragraphes dune lettre quon ne peut donner in extenso1. Le principe de cette dition consiste retenir six thmes centraux de la pense de Descartes et proposer au moins trois textes sur chacun deux. Il ny a par consquent ici aucune prtention rsumer la philosophie de notre auteur en un florilge de ses lettres : notre choix dans la correspondance est destin ac-compagner un autre volume contenant lexpos incomparable-ment clair de F. Alqui auquel nous renvoyons le lecteur2. En outre, notre brve introduction ne pouvait sintituler com-mentaire . Le commentaire philosophique a ses rgles et on ne peut les transgresser sous prtexte dun espace exigu, prcis-ment dans un ouvrage destin des lves et des tudiants. Trop dlments significatifs auraient t passs sous silence. Cest pourquoi nous avons choisi de prsenter chaque groupe de lettres dans un expos succinct qui, directement en rapport avec le texte, souligne les articulations principales de la pense cart-

    sienne3. Notre but sera atteint si le plaisir prouv tudier ces pages si claires et mesures dtermine le lecteur prolonger sa dcouverte en explorant lensemble do nous avons extrait cet chantillon.

    1 La seule lettre entire dans notre slection est la lettre 18. Un

    choix plus large a t propos dans Descartes Lettres, par M. Alexandre, P. U. F., 1954.

    2 Cf. dans la mme collection : F. Alqui, Descartes, Lhomme et luvre, d. du site PhiloSophie.

    3 Le prsent livre renvoie aux deux ditions les plus accessibles : 1. Descartes, uvres et Lettres, par A. Bridoux, d. Gallimard, Biblio-thque de la Pliade, 1953, cit PL ; 2. Descartes, uvres philosophiques, 3 vol. publis par F. Alqui, d. Garnier, 1963-1973, cits FA I, II et III ; on trouvera une bibliographie des ditions de la correspondance de Des-cartes dans FA I, pp. 9-13.

  • 6

    I. Lettres 1 3 : lide dune science universelle. La mthode

    Dans la lettre 1, Descartes dveloppe son jugement pro-pos dun ouvrage sur le langage dont le P. Mersenne lui a rsu-m le projet en six propositions. Lauteur de ce livre, aprs avoir mdit sur la diversit des langues naturelles, sur leur quivoci-t, se donne pour fin de constituer une langue universelle, une sorte despranto avant la lettre. Il sagira ddifier un lexique pur de toute ambigut, une grammaire sans exceptions et mme une criture nouvelle. Non sans railler, Descartes rcuse non pas le projet mais la dmarche annonce, non lintention mais la mthode. Lauteur vis ici cherche inventer une langue partir dunits univoques qui seraient les mots. Or il ny a pas de mots universels et il ne peut y en avoir puisque les mots sont solidaires les uns des autres, sont relatifs un usage et ne ces-sent dvoluer. Descartes saisit loccasion pour affirmer quil nexiste pas de vocables universels. Ce quil faut absolument chercher, en revanche, pour tre sr de commencer par le commencement, ce sont les ides universelles.

    Vers la fin de la lettre, dlaissant la rfutation de cette r-

    forme du langage, Descartes redit ses convictions fondamen-tales. En quelques lignes, les principes de sa philosophie sassemblent rigoureusement. Pour btir une langue o toutes les expressions seraient bien formes (comme disent les lo-giciens), il faudrait que chaque mot ne signifie quune ide. La constitution dun lexique, ensemble des mots de la langue, pr-suppose donc ltablissement de la liste de toutes les ides pos-sibles. Or ce dnombrement est impossible. Premire affirma-tion cartsienne : le savoir na pas la forme dune collection, la science nest ni catalogue, ni encyclopdie dopinions juxtapo-ses. La science est dabord saisie dun ordre de succession, dinfrence. Qui dit ordre, dit commencement. Dnombrer les ides est analogue compter les nombres de lunit linfini. Si les ides sordonnent comme les nombres sont rgis par lordre

  • 7

    arithmtique, alors il faut et il suffit de remonter par lanalyse, jusquaux ides premires pour pouvoir partir delles parcou-rir les ides qui en dcoulent selon leur enchanement. Si lensemble des ides obit comme tout ensemble une loi de composition, il est indispensable de saisir les ides primitives, celles partir desquelles les autres sont composes. Car lordre va du simple au complexe, des principes aux consquences.

    Linvention de cette langue dpend de la vraie philoso-

    phie : faute de cette vraie philosophie, faute de la mthode, la rforme des langues ne peut quchouer. Le chemin de la science consiste dcomposer le complexe jusquen ses l-ments simples (analyse) afin de sassurer dun ordre entre les penses, entre les propositions, et de pouvoir ainsi, grce cet ordre vrifi, rassembler les lments pour rebtir ce qu