Dermatologie Enfant Dr CHABANI

download Dermatologie Enfant Dr CHABANI

of 103

  • date post

    11-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    623
  • download

    14

Embed Size (px)

Transcript of Dermatologie Enfant Dr CHABANI

Dr. S. CHABANI 2008Clinique Mdicale des enfants Pr. A. LEBIED

www.Medecine-Algerie.org

Les problmes dermatologiques tiennent une grande place en pratique pdiatrique courante. La difficult est de choisir un traitement adapt. Le grand nombre et lextrme diversit des agents locaux sont souvent droutants.

Loin dtre une simple enveloppe, la peau est un organe complexe, le plus tendu de lorganisme. Elle remplit plusieurs fonctions : . Protection physique et chimique . Thermorgulation . Sudation - excrtion sbace . Renouvellement continuel de lpiderme . Production de kratine Mais le rle essentiel est celui de barrire sopposant la pntration des substances toxiques.

Chez le nourrisson lpiderme est fin , tout particulirement la couche corne. Les systmes de dfenses immunitaires sont immatures, ce qui rend la peau facilement irritable et trs sensible aux infections. En raison de la minceur de lpiderme et de limportance du rapport surface sur volume, les applications locales ont un coefficient dabsorption accru, avec des risques plus levs deffets systmiques. Les glandes sbaces qui participent la lubrification de la peau sont inactives ce qui favorise la scheresse et les gerures. Le dfaut de sbum constitue un facteur favorisant des mycoses. Pendant la petite enfance la cohsion entre le derme et la membrane basale est relativement mauvaise, ce qui facilite de dcollement de lpiderme et la formation de vsicules et bulles en cas de traumatisme ou dinfection.

Il faut savoir qu surface traite proportionnellement identique, la quantit de produit dlivr dans la circulation et de 3mg/kg chez un nourrisson alors quelle reste de 1mg/kg chez ladulte, do le danger des traitements topiques dautant qu cette ge la moindre application topique recouvre rapidement 20 30 % de la surface corporelle. Cette toxicit et dautant plus importante quelle intresse l rgion prinale (sige de prdilection dapplications topiques) ainsi que la rgion des paupires, des plis, des aisselles o lpiderme est trs fin. De plus lhumidit et laltration du stratum cornum augmente cette absorption.

Produits potentiellement dangereux - Camphre : ce produit est cit avec les antiseptiques, il entre dans la composition des pansement camphrs (tulle gras). Il entrane des convulsions quand le taux srique dpasse 2mg/l. - Iode : lapplication sur la peau dantiseptiques iods peut entraner une augmentation considrable de liodmie plasmatique chez les nouveau ns terme et plus encore chez ceux dont la barrire cutane est altre. Cette surcharge en iode peut entraner une hypothyrodie transitoire. - Nitrate dargent : 1 % anti septique utilis dans la prvention des infections chez les brls, dans les escarres et les maladies bulleuses. La transformation des nitrates en nitrites par la flore bactrienne mthmoglobinmie

- Acide actyl salicylique : des intoxications salicyles avec acidoses graves et comas, des dcs ont t dcrits aprs application de vaseline salicyle comme kratolytique. La rgle et de ne pas prescrire de concentration suprieure 2 % et de ne pas traiter de surface trop tendue. - Corticodes : seront dtaills ultrieurement

INTRODUCTIONLes thrapeutiques locales en dermatologie gardent une importance primordiale qui na pas t entame par lavnement de nouvelles molcules utilises par voie gnrale.

DEFINITION GENERALITESA. Buts du traitement local :* Les traitements locaux ont pour but : - Soit de gurir de manire complte certaines dermatoses (Dermatoses infectieuses ou parasitaires) - Soit de rduire de manire significative la symptomatologie subjective et/ou objective dautres (dermatite atopique) - Soit enfin de corriger transitoirement laspect du tgument (diverses varits dichtyose) et se rapprochent dans ce cas des buts poursuivis par la cosmtologie.

B. Topiques locaux :

* Diffrentes dfinitions La dermatologie a comme spcificit dutiliser des traitements locaux dont la nature de lexcipient dfinit. - La pommade : caractrise par un excipient gras (lanoline ou vaseline) pauvre en eau et lments hydrosolubles indique : lsions sches et hyperkratosiques - La crme : au contraire, qui a un excipient riche en eau et lments hydrosolubles, moins paisse et moins grasse que la pommade indique : lsions inflammatoires, plis. - La pte : qui comprend eau et lments micro cristallins (Talc Calcaire).

- Le gel : qui a un excipient riche en eau avec ou sans alcool, est un excipient fluide, de qualit cosmtique suprieure la crme, adapt aux muqueuses surtout (cuir chevelu rgion pilaire). - La lotion qui a un excipient trs fluide et indique pour les rgions pileuses et le cuir chevelu - la solution : qui a un excipient trs fluide : eau, alcool, le principe actif est soluble dans leau ou alcool : . Les solutions acqueuses : ne pntrent pas dans lpiderme donc pas de toxicit gnrale, indiques sur les lsions inflammatoires aigus, proprits rafrachissantes par pansements humides, bains, pulvrisations badigeonnage, pulvrisations. . Les solutions alcooliques : (Alcool Ethylique) : sont plus rafrachissantes et antiseptiques. Effet asschant des peaux dj sches.

- Les poudres substances organiques ou inorganiques rduite en particules trs fines, homognes : . dorigine minral : talc et oxyde zinc . dorigine vgtale : (Amidon) . Sont protectrices, absorbantes et donc utilises surtout dans les plis.

C. Les principes gnraux en vue dune bonne tolrance des mdications locales : Nature de lexcipient : elle doit tre en fonction de ltat de la dermatose Le potentiel irritant des principes actifs : doit tre bien connu du mdecin prescripteur Les topiques mdicamenteux : les excipients doivent tre peu allergisants.

ANTISEPTIQUESCe sont des produits destins dtruire ou liminer les bactries sur un organisme vivant par opposition aux dsinfectants utiliss sur les milieux inertes (matriels) A. Agents oxydants : 1. Chlore oxydant : est employ sous forme de solution aqueuse 5/1000 dhypochlorite de sodium (solut de DAKIN), parfois irritant. 2. Iode et ses drivs : Utilis en solutions aqueuses ou alcooliques. - Alcool iod (teinture diode 5g dalcool 60 ad 100ml) - Soit li a un polymre hydrosoluble la polyvinyle pyrrolidone ou P.V.P. forme de Btadine.

- Indication : . Folliculites. Intertrigos microbiens (bactriens) . Mycoses - Son emploi et incompatible avec celui du mercure (ncrose) - Il peut tre irritant, (solution alcoolique)

3. Eau Oxygne : peu utilis de nos jours 4. Permanganate de potassium : KMN 04 antiseptique large spectre qui agit en prsence deau par dnaturation de la paroi bactrienne. Concentration 1/10000 ou 1/20000, utilis en pulvrisations, bains, enveloppements humides. A des concentrations plus leves (exposition un risque dirritation et une coloration brune).

B. Les Alcools Lalcool thylique a son efficacit maximum 70 % - Dsinfectant trs efficace mais trs volatil - Utilis en association avec dautres antiseptiques C. Les aldhydes et produits voisins Peu utiliss en thrapeutique locale mais comme dsinfectants : des milieux internes (verrucide, fongicide, bactricide) formol et glutaraldehyde irritants et allergisantes. D. Les phnols : Emploi limit Lhxachlorophne peut entraner des troubles neurologiques.

E. Les composants suractifs 1. Les anioniques actifs et en milieu acide (sulfate de lauryle sodique) : - Mercryl lauryl - Dermacide liquide

2. Les cationiques : bactricides reprsents par les ammoniums quaternaires actifs en milieu alcalin irritants, allergisants entranant des ncroses cutanes.- Bromure de cetromimuim : CETAVLON - Cethexonium : BIOCIDAN

F. Les sels dargent : Solution aqueuse 1. Nitrate dargent : efficace pour asscher des dermatoses suintantes surinfectes, fissures, cicatrisation des plaies 2. Les sels au cuivre et de zinc : agents trs utiliss : fongicides et bactricides. Le sulfate de cuivre, principe actif de leau DALIBOUR ou crme DALIBOUR. . SO4 CU = 60 cg . SO4 Zn = 60 cg . Oxide de zinc =9g Pte Dalibour . Vaseline =9g . Eau q.s.p. = 100 g 3. les Composs mercuriels : bactriostatiques . MERFENE . MERSEPTYL . MERCRYL, LAURYLE Ont un spectre large mais une activit limite, le mercure est sensibilisant, ces produits ne doivent pas tre utiliss conjointement avec les produits iods.

G. Les drivs de lhydroxyquinol : le plus utilis DERMACIDE H. Le chlorhexidine : est une guanidine, solution alcoolique irritante HIBITANE I. Hexamdine : Active sur les gram (-) et les levures, incolore : HEXAMEDINE . Solution 1 % . Pommade

J. Les colorants antiseptiques : largement utilis en dermatologie autrefois. Leur utilisation devient peu frquente, en raison de leur proprit antiseptique modre et de la coloration vive quils confrent au tgument (coloration moins aisment accept de nos jours par les patients). Pour les lsions suintantes des plis ils restent bien utiliss, ils ont un pouvoir asschant, non ngligeable dans les intertrigo, plis axillaires et inguinaux, ombilic,. 1. Solution acqueuse dEosine : . Eosine 2 g. . Alcool 94 10 ml . Eau distille 90 ml

2. Solution alcoolique dEosine . Eosine 2 g . Alcool 60 100 ml 3. Solution de Milian : . Vert de mthyle : . Cristal violet : . Alcool 94 : . Eau : 250 mg 250 mg 50 ml 50 ml

4. Bleu de mthylne : . Asschant . Application sur lsions buccales, anti candidosique

LES ANTIMYCOSIQUESIls ont connu un dveloppement considrable au cours des dernires annes. Les Imidazols (Miconazole Econazole Clotrimazole Isoconazole Tioconazole et dautres venir . Sulconazole), prsentent un triple intrt, spectre large daction stendant aux dermatophytes, au candida et dans certaines limites des souches microbiennes. Bonne acceptabilit cosmtique en raison de leur caractre incolore.

A. Les anticandidosiques : 1. La Nystatine : Mycostatine en pommade , suspension, bains de bouche, ovules gyncolo. 2. Lamphotericine B : ou Fungizone* : active galement sur les levures. N.B. * Mycocide* ( Mycostatine + No + DC) * M