Département d'État américain (U.S. State Department ...· de comprendre comment cela fut...

download Département d'État américain (U.S. State Department ...· de comprendre comment cela fut accompli,

of 23

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Département d'État américain (U.S. State Department ...· de comprendre comment cela fut...

  • 41 citoyens amricains, anciens du Contre-terrorisme et de l'Agence du Renseignement remettent en cause le rapport officiel sur le 11 Septembre.

    Par Alan Miller, alan.miller@PatriotsQuestion911.com Le compte-rendu officiel du 11 Septembre : terriblement dfectueux , bourr de contradictions , une plaisanterie , une faade . 18 mai 2009 - Plus de 40 citoyens amricains ayant travaill pour diffrents services de Renseignement et de Contre-terrorisme ont svrement critiqu le compte-rendu officiel du 11 Septembre ; la plupart d'entre eux demandent une nouvelle enqute. Il est scandaleux que la majorit des Amricains [NdT : des Occidentaux, y compris nos concitoyens franais] soient maintenus dans lignorance totale de leurs dclarations publiques, consquence immdiate du refus des organismes de la presse nationale [NdT : et internationale] comme des mdias de masse de traiter cette question dune extrme importance. La crdibilit de ces personnes et leur loyaut envers leur pays ne peuvent tre mises en doute, ce que dmontrent les annes de service passes collecter et analyser l'information, planifier, et effectuer des oprations cruciales pour la scurit nationale des tats-Unis. Ces 41 personnes ont travaill pour le Dpartement d'tat amricain, l'Agence de la scurit nationale (NSA), l'Agence centrale de Renseignement (CIA), le Bureau fdral dinvestigation (FBI), l'Administration fdrale de l'Aviation (FAA), Le Bureau des douanes et de la protection des frontires ainsi que pour diverses sections de l'arme des tats-Unis. Ils sont prsents ci-dessous en fonction du service pour lequel ils ont travaill.

    Dpartement d'tat amricain (U.S. State Department)

    Terrell E. Arnold, MA - Ancien directeur adjoint du contre-terrorisme et de la planification d'urgence, Dpartement d'tat amricain. M. Arnold, expert de premier ordre en terrorisme et contre-terrorisme, est lauteur de plusieurs ouvrages sur ces sujets. En juillet 2007, M. Arnold crivait dans un long article : Les dirigeants Washington maintiennent les Amricains dans lobsession des vnements du 11 Septembre. Nous en sommes au mme point quau lendemain des attentats pour ce qui est de comprendre comment cela fut accompli, ou par quel ennemi. Ils nous rptent constamment que c'tait l'uvre d'al-Qada, mais ils ne nous en ont toujours pas apport la moindre preuve. Ils nous ont donn une version officielle de ce qui s'est pass ce jour-l, mais leur histoire est truffe de contradictions et les faits tangibles ce

    moment-l dmentent la plus grande partie du compte rendu officiel La guerre contre le terrorisme, prsente comme une posture de dfense de laprs 11 Septembre, est une imposture colossale.

    Terrell E. Arnold, MA

    1

    Quand, au cours d'une interview en fvrier 2009, on lui a demand pourquoi il doutait du compte rendu officiel sur le 11/9, M. Arnold a rpondu : La nature des vnements New York. L'effondrement des immeubles. La notion que la frappe des avions aurait caus leffondrement de tels btiments, construits comme ils ltaient, ne me convient pas. Le dernier btiment qui sest effondr n'a mme pas t attaqu... La simple mcanique de l'vnement. Les probabilits pour que les deux btiments, d'une telle hauteur et structure, s'effondrent de cette manire sur leurs propres fondations sont extrmement faibles. Il a galement affirm : Il est difficile de runir 16 personnes prtes se suicider simultanment. L'argument n'a pas t soutenu. L'histoire officielle n'est pas convaincante, car elle n'aborde pas les vrais problmes de manire complexe. 2 Les doutes de M. Arnold concernant l'effondrement des tours du WTC sont partags par William Christison, ancien directeur de l'Analyse politique et rgionale la CIA, ainsi que par dautres. (voir ci-dessous).

  • Angello Codevilla, PhD - Ancien officier du service tranger au Dpartement d'tat, spcialis dans les oprations de renseignement en l'Europe de l'Ouest. Membre du groupe de transition du Dpartement d'tat lors de l'lection du Prsident Ronald Reagan et principal auteur du rapport du groupe sur le renseignement. Ancien membre du personnel du Comit du renseignement du Snat amricain s'occupant de la surveillance des services de renseignement de 1977 1985. Ancien officier de la Marine. Actuellement, vice-prsident de lU.S. Army War College Board of Visitors.

    Angelo Codevilla, PhD

    En mars 2009, le Dr Codevilla a crit : Sept ans aprs la dernire apparition avre d'Oussama Ben Laden vivant, il y a plus de preuves quElvis [Presley] est toujours parmi nous. Par consquent, on peut se demander si le paradigme Oussama Ben Laden, Deus ex machina du terrorisme, et al-Qada, le prototype du terrorisme, peuvent ntre que le produit de notre imagination exacerbe, et si l'investissement dans ce paradigme a empch les organismes de la Scurit nationale de rflchir srieusement aux causes de nos problmes. Alors, portons un nouveau regard sur les lments de base. Les preuves, ngatives elles seules, portent conclure qu'Oussama est mort depuis longtemps. Depuis octobre 2001, lorsque Tayseer Alouni de la chane Al-Jazeera l'avait interview, aucune personnalit crdible n'a affirm l'avoir rencontr pas mme aprs avoir pris les mesures de scurit ncessaires et tre passs par des intermdiaires. Les enregistrements audio et vido, prtendus tre d'Oussama n'ont jamais convaincu les observateurs impartiaux. Le type ne ressemble pas Oussama. Des vidos le montrent avec un nez aquilin smite, tandis que d'autres le montrent avec un nez plus court et plus large. ct de cela, les diffrences de coloration et le style de barbe sont une moindre affaire. Les enregistrements audio d'Oussama ne ressemblent pas non plus Oussama. En 2007, l'Institut suisse Dalle Molle d'Intelligence artificielle, qui pratique la reconnaissance vocale pour la scurit bancaire, a compar les voix de 15 enregistrements incontestables d'Oussama avec 15 autres voix subsquemment attribues Oussama, auxquelles ont t ajoutes 2 autres voix appartenant des orateurs arabes qui s'taient entrans l'imiter et lisaient ses textes. Tous les enregistrements supposs d'Oussama (outre un cas ambigu) diffraient clairement les uns des autres, tout comme des enregistrements authentiques. En revanche, pour la CIA, tous les enregistrements taient authentiques. Il est difficile de concevoir quelle mthodologie a pu soutenir cette conclusion. 3

    Edward Peck - Ancien coordinateur adjoint des programmes secrets des services de renseignement, au Dpartement d'tat. Il a servi plus tard en tant que sous-directeur de la Task Force sur le terrorisme la Maison Blanche sous le Prsident Ronald Reagan. Mr Peck, 32 ans dexprience au service des Affaires trangres, fut galement ambassadeur et chef de mission en Irak de 1977 1980.

    2

    En octobre 2004, peu aprs la parution du Rapport de la Commission sur le 11/9, Mr Peck et 100 personnalits amricaines ont sign une ptition pressant le Congrs d'effectuer sur le champ une nouvelle enqute sur le 11/9.

    Edward Peck

    http://govinfo.library.unt.edu/911/report/index.htmhttp://govinfo.library.unt.edu/911/report/index.htm

  • Parmi les signataires figuraient d'anciens officiers suprieurs de la CIA, Raymond McGovern et Melvin Goodman mentionns ci-dessous, ainsi que trois anciens membres du Dpartement d'tat non mentionns dans cet article : Daniel Ellsberg ; Fred Burks, ancien interprte des Prsidents George H.W. Bush et Bill Clinton, ainsi qu'un officier du Service diplomatique la retraite, Michael Springmann. La ptition stipulait entre autres : Nous voulons de vritables rponses aux questions, dont celles-ci :

    1. Pour quelles raisons les procdures oprationnelles normales contre des pirates de l'air n'ont pas t suivies ce jour-l ?

    2. Pour quelles raisons les batteries de missiles, et la dfense arienne, prtendument dployes autour du Pentagone, n'ont-elles pas t actives durant les attaques ?

    3. Pourquoi le Secret Service a-t-il laiss Bush poursuivre sa visite l'cole primaire, apparemment peu proccup par sa scurit ou celle des coliers ?

    4. Pourquoi aucune personne n'a-t-elle t renvoye, punie ou rprimande pour lincomptence flagrante dont nous avons t tmoins ce jour-l ?

    5. Pour quelles raisons les autorits, aux tats-Unis comme l'tranger, n'ont-elles pas publi les rsultats de plusieurs enqutes sur des mouvements boursiers suggrant fortement une connaissance anticipe de dtails spcifiques concernant les attentats du 11/9, avec pour consquence des gains de dizaines de millions de dollars ?4

    Plus de quatre ans aprs la soumission de la ptition et plus de sept ans aprs les terribles vnements du 11/9, ces questions et bien d'autres restent toujours sans rponse.

    Agence de Scurit Nationale (NSA) National Security Agency

    Tmoin oculaire au Pentagone et ancien membre du cabinet du directeur de la NSA (Agence de Scurit Nationale), le Lieutenant-colonel Karen Kwiatkowski, PhD, (retraite de l) US Air Force critique svrement le compte rendu officiel de la Commission du 11/9. Ayant contribu au livre 9/11 and American Empire: Intellectuals Speak Out [Le 11/9 et lEmpire amricain : les intellectuels s'expriment], paru en 2006 sous la direction de David Ray Griffin et Peter Dale Scott, elle a crit : Je crois que la Commission du 11/9 a chou dans l'examen approfondi du sujet dans sa globalit, chou appliquer une rigueur scientifique dans l'apprciation des vnements conduisant au 11/9 et sur le 11/9 lui-mme, a chou produire une synthse crdible et impartiale de ce qui s'est pass, a chou expliquer en dtail pourquoi cela s'est produit, et a mme chou inclure un ensemble de questions en suspend pour de futures recherches.

    Lt-Col Karen Kwiatkowski

    Elle poursuivit : C'est en tant que chercheur que j'ai le plus de problmes avec la thorie de la conspiration officielle du gouvernement, principalement parc