De l'intime au social

Click here to load reader

  • date post

    23-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    2

Embed Size (px)

description

mémoire de maitrise d'Arts Plastiques, de Laetitia Bourget (1998) énonce les fondements de sa pratique artistique

Transcript of De l'intime au social

  • De lintime au social

  • 1

    latitia Bourget Mmoire de matrise darts plastiques

    achev en octobre 1998, dirig par Lydie Pearl, avec les conseils de Patrick Baudry, et le soutien de mes proches.

  • 2

    lart ne rflchit pas sur lart mais sur la vie (), lessentiel tant daccomplir une activit

    transformatrice de soi-mme, un acte tourn vers la vie mme. 1

    1 Jean de loisy in Bouleversement de situation, catalogue Hors Limites, centre G.Pompidou, p 20

  • 3

    Table des matires

    Introduction p 5, notes p 7

    Lart aujourdhui p 8, notes p 14

    Le corps dans lintime p 17, notes p 50

    Le social p 56, notes p 87

    Une pratique artistique p 89, notes p 98

    lorigine ; une pratique thrapeutique ; lintime ; limage culturelle du corps ; les stratgies individuelles ; lironie ; la perte ; le deuil de limmortalit ; les limites ; un art de fille ; une pratique sociologique ; de lintime au social.

    Les mouchoirs menstruels p 19 Les sculptures excrments p 22 et p 26 Les animations de photocopies p 30 Les affiches p 33 Ma plaque tombale p 35 Coudre sous la peau p 38 et p 40 Lhygine corporelle p 43 et p 46

    Une stratgie dintgration ; lautonomie ; le relationnel ; dans la vie dans le monde de lart ; le vcu ; la critique ; un certain ralisme ; faire sa place ; une anthropologie empirique ; une mise en question ; les petites histoires ; la situation ; une confrontation du priv et du public ; le commun ; la singularit ; laffirmation didentit

    Le journal dun mois dans lentreprise p 58 Mes collgues de bureau p 62 La correspondance avec les collgues p 66 Au travail p 70 et 74 Les ramassages p 78 et p 82 Les portraits des organisateurs p 85

    Une pratique artistique ; lart et la philosophie orale ; la question de la dfinition de lart ; une proposition

  • 4

    bibliographie p

    Sciences humaines ; Sur lart ; Sur les artistes ; Livres dartistes ; Articles, revues

  • 5

    Introduction

    Ce mmoire dveloppe une rflexion sur une pratique artistique

    naissante mais dont lvolution nous a permis den dterminer la

    direction, les fondements, et les valeurs. Le thme du mmoire repose

    sur la mise en vidence dune vectorisation du lieu de la pratique, du

    priv au public, ainsi que des allers-retours au sein de chaque activit, du

    champ de lintime au champ social et du social lintime. La rflexion

    expose le glissement progressif dune pratique originelle, effectue dans

    le repli, vers la construction de relations sociales. Et nous dcouvrirons

    au fur et mesure de lanalyse le fondement de cette pratique travers la

    recherche daffirmation dune identit, base sur la construction d'un

    sentiment dautonomie, et dhumanit. Lactivit artistique merge de la

    vie quotidienne, de son environnement, et repose sur un questionnement

    existentiel : la recherche dune mesure entre lappartenance de chacun

    au systme de valeur de la socit qui le forme, et un besoin dautonomie

    dcoulant de la ncessit de surmonter ses angoisses, et de construire

    sa vie. Pour aborder lanalyse dune telle recherche, il nous a paru

    ncessaire de proposer une certaine vision de lart aujourdhui, contexte

    dans lequel elle vise sintgrer, afin de cadrer les problmatiques

    possibles, dvacuer certains questionnements obsoltes, et de mieux

    comprendre les objectifs du travail qui nous concerne. Lanalyse se

    droule en triptyque sous la forme de dialogues. Le choix du dialogue

    trouve sa cohrence dans la nature de la pratique mme, ainsi quen

    rapport avec le cadre universitaire au sein duquel cette rflexion est

  • 6

    mene. En effet, nous avons dtermin de cette manire, une mthode

    denseignement et dapprentissage, base sur lcoute la suggestion et le

    questionnement, lacquiescement la contestation et laffirmation.

    Considrant comme Olivier Reboul que la russite dun apprentissage est

    de parvenir ses fins1, nous avons donc prolong le dsir dautonomie

    qui sexprime dans la pratique artistique, par la forme de lanalyse. Le ton

    du dialogue permet de retrouver une proximit avec la vie quotidienne, un

    fonctionnement de la pense dans lchange avec lautre, change

    ncessaire qui nous demande de formuler des opinions, de dvelopper

    des raisonnements clairs, afin dtre compris et dtre ainsi soulag du

    doute de son humanit ; proximit qui se retrouve si frquemment dans

    lart contemporain, annulant la diffrence entre le discours spcifique et la

    discussion ordinaire2. Le dialogue nous rappellera galement la

    maeutique, mthode de Socrate, consistant interroger les autres, afin

    de les faire rflchir sur ce quil sont, dans une perspective de

    changement. Le choix des trois interlocuteurs successifs est effectu en

    fonction du type de conversation possible dans la relation quils

    reprsentent. Lamant, pour le corps dans lintime, permet un change

    personnel, dans un registre affectif. Le critique, pour le social, demande

    une distance plus approprie pour les travaux analyss, et introduit une

    comparaison avec des courants esthtiques et des pratiques artistiques.

    Enfin le professeur soulve des questions plus thoriques, touchant la

    dmarche gnrale, la vision esthtique, et les fondements

    philosophiques de la pratique.

    1 Olivier Reboul, Quest-ce quapprendre ?, puf, lducateur, 1980 le but vritable dun apprentissage suprieur nest pas de reproduire le modle mais de sen passer (). Apprendre, dans tous les domaines, cest apprendre la chose la plus utile mais aussi la plus difficile ; cest apprendre faire ce quon veut. 2 Ainsi le mauvais got si prsent dans lart contemporain relve moins du manque de beaut ou de distinction que de lannulation de la diffrence avec le monde ordinaire, ramenant luvre en de des indices minimaux signalant quil y

  • 7

    a art. Dans cette exploitation systmatique dune trivialit infra-artistique, la cration chappe aux critres permettant de marquer la frontire entre art et non-art. Nathalie Heinich in Le triple jeu de lart contemporain, Editions de Minuit, 1998, p 76

  • 8

    Lart aujourdhui

    Avant daborder lanalyse de cette pratique artistique en particulier, il

    semble ncessaire de situer le contexte de lart contemporain ; ceci afin

    de devancer les questionnements et rapprochements qui pourraient tre

    faits entre certains aspects qui la caractrisent, et certaines pratiques de

    trente ans plus anciennes, ces rapprochements pouvant apparatre

    comme un dni si lon aborde la pratique artistique daujourdhui avec une

    logique de la modernit. Nous allons devoir avant tout dterminer ce qui

    diffrencie le contexte artistique actuel de celui des avant-gardes, en quoi

    lart daujourdhui dit contemporain (nous allons voir pourquoi) ne

    sinscrit plus dans lhistoire de la modernit qui veut quune avant-garde

    succde une autre sans lui ressembler, voire en sy opposant, mais

    plutt dans une filiation avec ces avant-gardes sans en emprunter la

    dmarche, prfrant les petites utopies quotidiennes, aux grandes

    utopies rvolutionnaires. Les artistes actuels sils restent attachs

    certains caractres de lavant-garde, ce nest plus avec lambition de

    transformer le monde, mais avec lintention plus conciliante de contribuer,

    par exemple, lamlioration de lenvironnement urbain, ou de crer des

    conditions nouvelles de communication entre les personnes. 1

    La cration contemporaine a cess de se dfinir dans une relation

    contradictoire avec lart du pass. Disons que lart daujourdhui arrive

    aprs celui dhier et quil nest plus question maintenant de se construire

    en opposition avec lavant, ni dans son ignorance dailleurs, mais de

    savourer le tout est possible autant formel quidologique hrit de la

  • 9

    modernit2. Finie la grande question de dfinition de lart, il sagit

    maintenant de dfinir son art3. On ne construit plus aujourdhui de

    nouveaux principes en dtruisant ceux qui nous prcdent, mais plutt on

    recycle, on bricole avec des bouts par-ci, des bouts par-l, on cre,

    partir de la culture que lon sest constitue, autour des centres dintrt

    qui sont propres chacun, une pratique artistique singulire qui rpond

    aux attentes individuelles de lart, et dont on propose lexprience. Les

    formes dart historiques ctoient les pratiques les plus contemporaines,

    dans les muses dart moderne et /ou contemporain (selon que la

    sparation de ces deux termes est plus ou moins clairement dfinie) qui

    ne tardent plus sintresser aux nouveauts, et essaient de structurer

    ds aujourdhui lhistoire de demain. Cette synchronisation entre

    linstitution et la cration contemporaine est un des signes qui tmoigne

    du passage dun art qui marque la rupture, en dcalage avec son

    poque, caractristique de la modernit, un art qui opre une soudure :

    lart avec lequel la socit se veut en synchronie, cest lart, au sens

    tymologique, contemporain 4. On a pu observer dans les muses, dans

    le courant des annes quatre-vingt, un phnomne de citation exacerb,

    le phnomne des no, un retour et une coexistence de formes

    empruntes aux avant-gardes historiques mais utilises uniquement

    comme style. Ce phnomne a pu apparatre comme une

    dgnrescence de la notion dart, voire en signifier la mort, en tout cas il

    annonait la fin dun moment historique, celui des avant-gardes5. Lide

    dun ar