D’apr¨s l’‰gar©

download D’apr¨s l’‰gar©

of 12

  • date post

    28-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    1

Embed Size (px)

description

D’après l’Égaré est un journal livré pièces et main d’œuvre dont la notice est à rédiger soi-même. C’est une aventure.

Transcript of D’apr¨s l’‰gar©

  • Lgar no 0 - dcembre 2006 - 1

    ALTITUDE 0DES ALAS DE LEXACTITUDEPrenez un petit rocher, le premier qui vous passe par la tte, et faites lui recevoir deux mares par jour. Cest un rocher au bord de la mer, lorteil de la plage. Rajoutez autour : une dune sauvage (avec des mouettes), des campings et un chemin bord de chnes verts ou de pins parasols, une vigne, tout ce que vous voudrez.

    La moiti du jour, il est sous leau. Il rgle la circulation des crustacs ou bien il swingue avec les anmones. la rigueur, on pourrait se moquer de ce quil fait. Ce qui compte avant tout, cest son altitude.

    Se trouve-t-il laltitude zro ?

    Entre moins un et plus un mtre, avance un goland du pays, qui par chance passait au mme moment.

    Ce nest pas prcis, a na pas de sens. Cest trs probablement inexact. La personne qui parle sappelle Alexan-dre Hogier. Toute lanne technicien Mto-France, il est ici avec sa famille en vacances lhtel ( - imaginez ici un nom dhtel). Le goland continue quand mme.

    Ce rocher est zro mtre deux fois par jour, un court moment, peut-tre une heure en tout. chaque solstice, sans parler des temptes, lcart peut se creuser de moins trois, plus trois mtres. Il nest srement pas toujours au niveau zro lendroit dsign comme tel la mme heure. Croyez-moi, danne en anne, les calendriers en perdent leurs chaussettes quand il est question de savoir o et quand une chose se trouve sa place.

    Monsieur le goland,

    ZRO EST ARRIVDACCORD : LGAR NE SAIT PLUS TRS BIEN O IL EST. ET ALORS ? Faut pas se moquer. Car voil une excellente nouvelle : cest le dbut de son autonomie. Se sachant gar, il est dsormais oblig, parmi le flux dinformations qui saturent son environnement, de lier ensemble celles qui lui permettront de sorienter, dun peu mieux comprendre comment il est arriv l o il est, de dcider, par lui-mme, dans quelle direction il lui semblera utile daller. Encore une excellente nouvelle : par l, il y aura certainement dautres gars rencontrer.

    SUITE P. 2

    LGAR EST UN JOURNAL ASSOCIATIF, n dune initiative spontane, qui nappar-tient personne dautres que ses contributeurs bnvoles, lesquels ne reprsentent queux mmes. Il ne bncie daucun soutien (nan-cier ou moral) du secteur priv, de collectivi-ts publiques ou dassociations politiques ou confessionnelles, et nen recherche pas. Ses seules ressources sont la vente de ses numros ( ce jour, nous avons 51 abonns. Objectif : 300, pour tre sr de pouvoir impri-mer les 4 numros suivants). Sa seule nergie est celle de ses rdacteurs (aujourdhui nous sommes 10. Objectif : tre plus nombreux). Son seul prot est de continuer se sentir debout (pour linstant, a va peu prs. Objectif : ne jamais se coucher.).Lgar est un chantier ouvert. Ses rdacteurs sont des amateurs. Ils prennent le risque du bancal, du tordu, de lincertain, du mal chu,

    du maladroit, mais ils se protgent du prfabri-qu, du conformisme, du prjug, de la com-plaisance par un travail collectif, coopratif et autocritique. On na pas ni de discuter !Lgar recherche des repres. Pour cela il se plonge dans la complexit des liens qui font interagir les faits particuliers. ce titre, tout lintresse, ds quil est possible den appren-dre un peu plus sur le monde, de partager des questions et den dcouvrir de nouvelles, de vivre des rencontres, dexprimenter de nou-velles formes de travail, de sexercer penser par soi-mme.Cest du temps, des doutes, des soires tardi-ves, de bonnes tranches de rigolade.Ce numro zro est un premier pas. Il donne une impulsion, un lan. Il marque nos pre-miers apprentissages. On a encore beaucoup apprendre.

    LGAR EST UN JOURNAL VIVANT.

    DEDANSLE ZRO est une construction qui peut tre un bon repre. Mais o le placer ? Le temps et lespace hsitent (p. 9). Il est vrai que la nature, vivante, ne facilite pas la tche (ci-dessous : altitude zro).

    Quant aux hommes, lapptit des uns rduit inluctablement les autres zro, nis dans leur singularit, privs de leurs ressources propres, interdits desprance (p. 8).

    Mme quand on prtend agir pour lin-trt de tous, le projet souffre parfois de lincohrence dune pense en miettes o lon ne sait plus ce qui est vritablement recherch. Un exemple, culturel : pp. 3 7. Un autre, ducatif : pp. 10 et 11.

    Alors, pour rester en veil, des ressources moindre cot peuvent tre utiles (p. 2).

    Tout peut commencer par la page 12 : on y comprend un peu de la psychologie de lgar. Elle est aussi le dbut du prochain numro 1.

    NO ZRO - DCEMBRE 2006 - GRATUITdit par lAstrolabe du Logotope

  • 2 - Lgar no 0 - dcembre 2006

    trouve un peu rapide et plutt fantai-siste dans vos conclusions. Vous oubliez la surface de rfrence dnie astrono-miquement par nos soins*. Vous parlez des mares sans voquer la rotation de la terre ni les rayonnements solaires et lunaires. Les phnomnes astrophysi-ques, Monsieur le goland, cest mon domaine. Pour connatre laltitude de votre rocher, une seule solution, il faut passer par lellipsode de rfrence. Nous avons mesur des amplitudes de plusieurs dizaines de mtres entre dif-frentes zones ocaniques. Cest l, o lhtrognit et la densit des sous-sol jouent un rle prpondrants.

    Le goland commence reluquer ses pal-mes de moins en moins discrtement. Sa famille pche autour de ce rocher depuis x ou n gnrations. Il connat tous les crabes du coin par leur prnom.

    Pour connatre la hauteur de ce rocher, il faut tenir compte des vents permanents et des courants. La force de Coriolis et son rfrentiel galilen sont beaucoup

    plus utiles quon ne le pense. Cest aprs avoir intgr toutes ses variables que lon peux tracer le gode, la fameuse surface daltitude zro. A partir de l, les mesures des altimtres radars peu-vent reconstituer son niveau rel. Cest merveilleux nest-ce pas ?

    Le goland balance son mgot et sen-vole avec ddain.

    Alexandre Hogier reste seul devant le rocher. Il a de leau jusquaux genoux.

    Lhistoire est en lutte avec ce quelle raconte.

    Imaginons maintenant un dluge. Un norme dluge, avec la pointe dune montagne comme seul repre spatial. Saupoudrez ce drisoire pic monta-gneux dune poigne dindividus, les derniers rescaps de leur espce.

    Pardon monsieur, o se trouve le niveau daltitude zro sil vous plait ? Je suis gomtre et jaimerais poser le pied cet endroit au moins une fois dans ma vie. Ce serait un vritable orgasme

    Pour vous, lecteurs qui ntes pas quips dordina-teurs, ou qui navez pas internet ou dont la connexion au rseau laisse dsirer, lgar propose quelques pistes pour vrier ses sources ou approfondir certains sujets. Il doit exister pas trs loin de chez vous un E.P.N, un Espace Public Numrique dont la mission est de pro-poser tous un accs Internet ainsi quune initiation aux usages du multimdia. Laccs y est souvent gra-tuit pour de simples consultations. Cette labellisation concerne majoritairement des lieux ddis la jeunesse mais galement des centres socio-culturels ou encore des mdiathques.

    Voici quelques adresses en Loire-Atlantique slectionnes en fonction du libre accs quelles proposent, certaines ont un formulaire de type charte signer, une participation modique peut tre demande pour les impressions.

    Cybercentre de Bouguenais 33 avenue du Gnral de Gaulle 44340 Bouguenais 02-40-04-76-99

    Cyber-base Espace Pluriel Maison des associations 2 rue du stade 44610 Indre 02 40 85 46 15

    Cybercentre de Machecoul rue de la Bourrie 44270 Machecoul 02 40 02 26 24

    CRIJ Tour de Bretagne, RDC 44000 Nantes 02 51 72 94 55

    Cybercentre du Pays du Vignoble Nantais, 1, place Charles De Gaulle 1er tage 44330 Vallet 02 51 71 75 07

    Cyber-base Trignac 9 rue Jean Jaurs 44570 Trignac 02.40.00.65.28

    Ecole municipale darts plastiques 24 avenue Lon Blum 44600 Saint Nazaire 02 40 00 42 60

    Maison de Services au Public SIVOM du canton de Riaill 182,

    rue du Cdre 44440 Riaille 02 40 97 35 23

    Mdiatheque Diderot Place Lucien Le Meut 44400 Rez 02 40 04 05 37

    Chaque mairie doit tre en mesure de vous renseigner sur les points daccs les plus proches.

    RECYCLAGE MUSICALAttention! Attention! Avis aux petits et grands mlomanes! Le grand REKUPERTOU dbarque dans les bacs avec Bric a brac , un cd de musiques varies (calypso, blues, valse, etc...) pour les enfants bien sr, mais aussi pour tou-

    tes celles et ceux qui le sont rests.

    Derrire REKUPERTOU ne se cache pas Bruno Blandy, musicien tou-che tout que lon con-naissait travers ses

    expriences dans Bunny Ray, Tapak Lagoul ou encore au sein du Steel band nantais CalypsAtlantic. Lartiste dploie ici des tr-sors dingniosit et redonne une seconde vie une batterie de vieilles casseroles, bidons, bouteilles, piquets de tentes, bocaux, tuyaux Dans ce bric brac l, 100 % bricolo, tient tout un univers malin, rigolo et rveur. Entour de sa tribu, Bruno Blandy parvient installer une complicit rare avec lauditeur, 19 morceaux la fois simples et originaux, dsinvoltes et

    exigeants, o la richesse des arran-gements se mlange avec bonheur la fragilit des voix denfants.

    Le rsultat est mirobolant, pous-touant et pour tout dire macrom-

    gabien !

    Pour se procurer la chose : chez la plupart des disquaires de lagglomration nantaise ou directement chez le producteur au prix de 15 La Compagnie des Ondes, 9 rue Victor Hugo, 44400 Rez, cdondes @free.fr, 06.70.63.19.19

    Chaque jour les mdias inondent la population din-formations terriantes, le type dinfos que lon aime-rait mieux ne pas connatre : conits arms, pidmies, crises sanitaires, etc... des vnements rester clotr chez soi dans son petit abri anti-bactriologique bricol avec un vieux frigo, trois bouts de carton et du papier alu. Oui, a fout les jetons!

    Heureusement que dans cet enfer, il y a quand mme des amis qui nous veulent du bien : Les Renseignements Gnreux!

    Les Renseignements Gnreux, cest le nom dun col-lectif de