Couverts végétaux : quelle destruction mécanique pour ...

of 2/2
C’est la question que l’on s’est posée à Crédin (56) le 14 février dernier lors d’une démonstration organisée par la Chambre d’Agriculture de Bretagne et Nov’Agri et financée dans le cadre du contrat territorial du Bassin Versant de l’Oust. 7 outils de destruction étaient en démonstration à cette occasion sur une plateforme de 14 couverts végétaux différents. Les couverts végétaux sont implantés par les agriculteurs depuis de nombreuses années et leurs intérêts agronomiques et environ- nementaux ne sont plus à prouver, tant pour la gestion du salissement en inter-culture que pour le maintien, voire l’amélioration, de la fertilité physique, chimique et biolo- gique des sols. Dans un même temps, de plus en plus d’exploitants choisissent de limiter le travail du sol, voire l’abandonnent dans une démarche d’agriculture de conserva- tion des sols. Se pose alors la question de la destruction mécanique du couvert, étape importante dans la réussite de la gestion de son interculture afin que celle-ci ne soit pas ensuite source de nouveaux problèmes dans la culture à suivre. Il existe un panel d’outils à disposition des agriculteurs pour la destruc- tion des couverts, plus ou moins nouveaux et surtout plus ou moins efficaces selon les espèces semées, la biomasse produite, l’état du sol, etc.. L’objectif de la démonstration était de donner aux producteurs des éléments de réflexion et de choix de couverts adaptés à leurs objectifs et d’outils de destruction mécanique efficaces dans notre contexte pédoclimatique breton peu gélif. Une diversité de couverts semés tôt Les 14 modalités de couverts mises en place sur une parcelle du CFPPA de Kérel à Crédin ont été semées le 3 août 2019, le jour de la moisson du blé, avec la moisson- neuse batteuse de la station expérimentale de Kerguéhennec. Celle-ci est équipée d’une ligne de semis montée sous la barre de coupe permettant de semer au plus près de la mois- son et donc de bénéficier de l’humidité rési- duelle du sol pour une levée rapide et une production maximale de biomasse. Après des essais concluant menés avec des espèces à petites graines (phacélie, moutarde,…), la machine a été équipée en 2019 d’un 2 e semoir permettant le semis d’espèces à plus grosses graines (maïs, féverole, ...). Afin de mesurer l’importance du semis précoce des couverts, 2 autres dates de semis ont été appliquées sur la plateforme pour le mélange phacélie-radis-moutarde. Le résultat de développement est sans appel 1 . Les modalités présentées sur l’essai ont été choisies pour représenter les 3 principaux types de cultures intermédiaires que l’on peut rencontrer selon l’objectif de valorisa- tion choisi : - des mélanges d’espèces à vocation four- ragère dont l’objectif est de permettre une coupe à l’automne et une récolte au printemps. Constitués d’une base de gra- minées-légumineuses et/ou crucifères, étaient présents des couverts de type RGI + Trèfles (Rapid Herb, NRGI Goliath) avec ou sans colza fourrager et des couverts à base de seigle et/ou d’avoine rude. - des mélanges d’espèces pour une valorisa- tion énergétique via la méthanisation (Cive). Ces couverts ont été sélectionnés pour leurs pouvoirs méthanogènes et leurs capacités à produire un maximum de biomasse avant l’automne, ainsi que pour leur facilité de destruction permettant l’implantation d’une céréale d’automne ensuite : maïs, sorgho, tournesol, moha, nyger. Ils étaient déjà détruits en grande partie au 14 février. - des mélanges multi-espèces de type Cipan (radis, phacélie, moutarde, avoine) dont l’objectif est de piéger les nitrates et de couvrir les sols pour les protéger de l’éro- sion tout en offrant des bénéfices agrono- miques importants dans les systèmes de cultures (diversité racinaire et structure du sol, couverture du sol et effet d’étouffement contre les adventices, absorption et fixation Couverts végétaux : quelle destruction mécanique énergie volaille légumes lait porc bovin-viande environnement observatoire pondeuse ovin-caprin agrobiologie culture 17 avril 2020 26 agronomie De gauche à droite : AGXtend Xpower des Ets Blanchard à Ploermel, Dynadrive Bomford de la SARL JP Audo à Moréac, Roll Krop Actisol des Ets Odic à Neulliac, Ecorouleau Bonnel de la SARL Lamour à Moréac, Déchaumeur à disques indépendants et broyeur de la station expérimentale de Kerguéhennec, rouleau Cambridge de la Cuma de Naizin. 1 Plateforme couvert Kérel - Date de semis et biomasse Mélange Phacélie + Radis Chinois + Moutarde tardive Modalité Semis moissonneuse Semis classique Semis date réglementaire Date de semis 03/08/2019 14/08/2019 06/09/2019 Déchaumage non oui oui Biomasse au 26/11/19 (TMS/ha) 3,5 2,7 2,1 Le mélange phacélie-radis-moutarde est nettement mieux développé s'il est semé précocément.
  • date post

    07-Jul-2022
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Couverts végétaux : quelle destruction mécanique pour ...

C’est la question que l’on s’est posée à Crédin (56) le 14 février dernier lors d’une démonstration organisée par la Chambre d’Agriculture de Bretagne et Nov’Agri et financée dans le cadre du contrat territorial du Bassin Versant de l’Oust. 7 outils de destruction étaient en démonstration à cette occasion sur une plateforme de 14 couverts végétaux différents.
Les couverts végétaux sont implantés par les agriculteurs depuis de nombreuses années et leurs intérêts agronomiques et environ- nementaux ne sont plus à prouver, tant pour la gestion du salissement en inter-culture que pour le maintien, voire l’amélioration, de la fertilité physique, chimique et biolo- gique des sols. Dans un même temps, de plus en plus d’exploitants choisissent de limiter le travail du sol, voire l’abandonnent dans une démarche d’agriculture de conserva- tion des sols. Se pose alors la question de la destruction mécanique du couvert, étape importante dans la réussite de la gestion de son interculture afi n que celle-ci ne soit pas ensuite source de nouveaux problèmes dans la culture à suivre. Il existe un panel d’outils à disposition des agriculteurs pour la destruc- tion des couverts, plus ou moins nouveaux
et surtout plus ou moins effi caces selon les espèces semées, la biomasse produite, l’état du sol, etc.. L’objectif de la démonstration était de donner aux producteurs des éléments de réfl exion et de choix de couverts adaptés à leurs objectifs et d’outils de destruction mécanique efficaces dans notre contexte pédoclimatique breton peu gélif.
Une diversité de couverts semés tôt Les 14 modalités de couverts mises en place sur une parcelle du CFPPA de Kérel à Crédin ont été semées le 3 août 2019, le jour de la moisson du blé, avec la moisson- neuse batteuse de la station expérimentale de Kerguéhennec. Celle-ci est équipée d’une ligne de semis montée sous la barre de coupe permettant de semer au plus près de la mois- son et donc de bénéfi cier de l’humidité rési- duelle du sol pour une levée rapide et une production maximale de biomasse. Après des essais concluant menés avec des espèces à petites graines (phacélie, moutarde,…), la machine a été équipée en 2019 d’un 2e semoir permettant le semis d’espèces à plus grosses graines (maïs, féverole, ...). Afin de mesurer l’importance du semis précoce des couverts, 2 autres dates de semis ont été appliquées sur la plateforme pour le mélange phacélie-radis-moutarde. Le résultat de développement est sans appel 1 .
Les modalités présentées sur l’essai ont été choisies pour représenter les 3 principaux types de cultures intermédiaires que l’on peut rencontrer selon l’objectif de valorisa- tion choisi : - des mélanges d’espèces à vocation four-
ragère dont l’objectif est de permettre une coupe à l’automne et une récolte au printemps. Constitués d’une base de gra- minées-légumineuses et/ou crucifères, étaient présents des couverts de type RGI + Trèfl es (Rapid Herb, NRGI Goliath) avec ou sans colza fourrager et des couverts à base de seigle et/ou d’avoine rude.
- des mélanges d’espèces pour une valorisa- tion énergétique via la méthanisation (Cive). Ces couverts ont été sélectionnés pour leurs pouvoirs méthanogènes et leurs capacités à produire un maximum de biomasse avant l’automne, ainsi que pour leur facilité de destruction permettant l’implantation d’une céréale d’automne ensuite : maïs, sorgho, tournesol, moha, nyger. Ils étaient déjà détruits en grande partie au 14 février.
- des mélanges multi-espèces de type Cipan (radis, phacélie, moutarde, avoine) dont l’objectif est de piéger les nitrates et de couvrir les sols pour les protéger de l’éro- sion tout en offrant des bénéfi ces agrono- miques importants dans les systèmes de cultures (diversité racinaire et structure du sol, couverture du sol et effet d’étouffement contre les adventices, absorption et fi xation
Couverts végétaux : quelle destruction mécanique pour quels résultats ?
énergie volaille légumes lait porc bovin-viande environnement observatoire pondeuse ovin-caprin agrobiologie culture
17 avril 2020
17 avril 202026 agronomie
De gauche à droite : AGXtend Xpower des Ets Blanchard à Ploermel, Dynadrive Bomford de la SARL JP Audo à Moréac, Roll Krop Actisol des Ets Odic à Neulliac, Ecorouleau Bonnel de la SARL Lamour à Moréac, Déchaumeur à disques indépendants et broyeur de la station expérimentale de Kerguéhennec, rouleau Cambridge de la Cuma de Naizin.
1 Plateforme couvert Kérel - Date de semis et biomasse
Mélange Phacélie + Radis Chinois + Moutarde tardive
Modalité Semis moissonneuse
Déchaumage non oui oui
Biomasse au 26/11/19 (TMS/ha) 3,5 2,7 2,1 Le mélange phacélie-radis-moutarde est nettement
mieux développé s'il est semé précocément.
nouveaux marchés vie des stations énergie volaille légumes lait porc bovin-viande pondeuse
de l’azote du sol afi n d’éviter son lessivage, solubilisation du phosphore, nourriture pour la microfaune du sol,…).
Destruction des couverts : des efficacités différentes selon les outils et les espèces Le gel étant rare en Bretagne ces dernières années, il ne peut à lui seul constituer une solution de destruction effi cace des couverts chaque année. Classiquement, les couverts sont détruits mécaniquement sur les exploi- tations avec des outils de labour, de déchau- mage à disques ou à dents, de roulage ou de broyage. Ainsi, les outils classiques (rouleau Cambridge, déchaumeur à disques indépen- dants et broyeur) ont été comparés aux outils moins fréquents sur les exploitations que sont les rouleaux à lames, dit rouleaux hacheurs (Rouleau Roll Krop d’Actisol, Ecorouleau de Bonnel), le Dynadrive de Bomford, ou encore au désherbeur électrique (Xpower d’AG Xtend). Les outils ont été passés en travers de la plateforme pour observer leur effi cacité sur chaque type de couvert végétal en place. Le premier constat est le faible impact des outils sur les modalités avec RGI et colza fourrager, hormis le Dynadrive qui, en agis- sant par arrachement et réglé sur une pro- fondeur de travail de 10-12 cm, arrivait à détruire en grande partie le couvert. Réglé à faible profondeur (5 cm), celui-ci a mon- tré également une bonne effi cacité sur tous types de couvert, hormis sur les touffes de graminées. Les rouleaux à lames ont été globalement effi caces sur le reste des espèces de la même façon, les lames coupent le couvert de façon
agressive pour en faire un paillage. Ils pré- sentent l’avantage de ne pas travailler le sol ou très peu, de ne pas avoir un besoin de puissance important et d’être polyvalents sur tous types de couverts mais également sur cannes de maïs ou de colza. Ils néces- sitent par contre une production de biomasse suffi sante pour une bonne effi cacité. Le dés- herbeur électrique, passé 4 heures avant la démonstration, n’a quant à lui pas eu le temps de montrer visuellement son effi ca- cité. Son besoin de puissance particulière- ment important et son faible débit de chantier en font un outil destiné pour l’instant à des systèmes à forte valeur ajoutée (légumes de plein champ, maraîchage).
La parcelle sera suivie dans le temps pour évaluer la qualité de destruction permise par les différents outils. L’impact sur le salisse- ment du maïs qui, dans quelques semaines y sera semé en direct, sera également mesuré. Résultats à suivre ! Nous remercions tous les fournisseurs de matériel qui ont pris part à cette démonstration.
* vidéo de la machine en fonctionnement sur www.youtube.com/ watch ?v=R7iXweYSRh0
Couverts végétaux : quelle destruction mécanique pour quels résultats ?
* vidéo de la machine en fonctionnement sur www.youtube.com/ watch ?v=R7iXweYSRh0 * vidéo de la machine en fonctionnement sur www.youtube.com/ watch ?v=R7iXweYSRh0
Louis-Marie Léopold, Céline Bruzeau Conseillers- agronomie
RAPPEL RÉGLEMENTAIRE
Destruction mécanique et roulage possible avant le 1er février si montée à graines.
Une centaine d’agriculteurs est venue participer aux échanges et discussions au cours de cette après-midi placée sous le signe de l’agronomie et du machinisme.
Sulky : L’épandeur DX30+ compatible Isobus
L’épandeur d’engrais Sulky DX30+ W-Control à commandes élec- triques accède désormais à la tech- nologie Isobus. Cet appareil est ainsi équipé du terminal Quartz 800 ou d’un convertisseur Isolink per- mettant d’utiliser une autre console isobus. L’épandeur accède par la même occasion à la coupure de sec- tions par GPS.
Arbos : des épandeurs d’engrais pneumatiques à rampe L’Italien Arbos, propriété de la so- ciété Lovol, propose deux épandeurs d’engrais pneumatiques à rampe. Ces appareils, dénommés MD790R et MD1700R, sont équipés d’une rampe de 12 m d’envergure. Dotés d’un système de dosage DPAE, ils sont capables, à 12 km/h, d’appor- ter de 50 à 900 kg/ha d’engrais et jusqu’à 50 kg/ha de microgranulés. Ces distributeurs sont également utilisables pour l’implantation de cultures à la volée, comme les cou- verts végétaux. Ils disposent d’une trémie en inox et respectent au transport une largeur de 2,5 m. Capacité : 900 à 1200 l et 1700 l
nouveau 27