cours monnaie

download cours monnaie

of 128

  • date post

    31-May-2018
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of cours monnaie

  • 8/14/2019 cours monnaie

    1/128

    Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THORIE DE LA MONNAIE Mars 2001

    Chapitre I

    Les dfinitions empiriquesde la monnaie en France et en Europe

    Quest-ce que la monnaie ? Cette question par laquelle il faut bien commencer, nadmet pas derponse simple, accepte par lensemble des conomistes, ni sous langle empirique, ni sous langlethorique. Paradoxe des socits marchandes : la monnaie est de plus en plus prsente dans tous lesinstants de la vie quotidienne des agents conomiques et, paralllement, ses formes sont de plus enplus complexes et multiples. La monnaie est lun des concepts les plus difficiles dfinir de la thorieconomique.

    Do le choix de rejeter au dernier chapitre ce qui forme habituellement la matire du premierchapitre dun cours sur la monnaie, lexamen critique et rigoureux des diffrentes dfinitions thoriquesqui ont t proposes de la monnaie par les diffrents auteurs. Elles supposent en effet, pour trecomprises, la connaissance pralable des mcanismes par lesquels la monnaie est cre et dtruite etdes dterminants des comportements de dtention de monnaie des agents conomiques : cest--diredes institutions montaires et financires qui forment lobjet de ce cours.

    Et la consquence de ce choix : commencer par le recensement des formes actuelles de ce qui estconsidr par les autorits montaires comme de la monnaie ou de la quasi monnaie et la prsentationdes dfinitions empiriques quelles utilisent pour le besoin de la politique montaire, de la monnaieappeles les agrgats montaires .

    Mais cette dmarche dlibrment empirique exige malgr tout quelques dfinitions gnralespralables provisoires permettant simplement de lamorcer.

    I. Dfinition provisoire de la monnaie et de la monnaie de crdit

    1.1 La monnaie

    Depuis Aristote, la monnaie est dfinie par les trois fonctions quelle est suppose exercer : lamonnaie comme intermdiaire des changes, la monnaie comme rserve de valeurs et, enfin, lamonnaie comme unit de compte. Le fait quelle soit dfinie par trois fonctions et non une seule indiquedj lexistence dune difficult conceptuelle.

    1.1.1 La monnaie intermdiaire des changes

    En tant quintermdiaire des changes, la monnaie est un instrument qui permet dchanger deuxbiens, en vitant les contraintes du troc.

    Dans le troc, deux biens Met Mschangent directement lun contre lautre :

    M M

    Dans lchange montaire, deux biens, M et M schangent par lintermdiaire dun instrumentspcifique, la monnaie :

    MAM

    Lagent qui dtient le bien Met souhaite lchanger contre M, le cde dabord contre de la monnaie A :

    M A

    puis cde de la monnaie A contre M:

    A M

  • 8/14/2019 cours monnaie

    2/128

    Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THORIE DE LA MONNAIE Mars 2001

    2

    Cette dfinition simple suggre le bnfice quune socit peut tirer de la circulation de la monnaie,lorsquil existe une division du travail dveloppe, cest--dire lorsque les producteurs sont spcialissdans la production de certains biens, en sorte quils sont tenus de vendre ce quils produisent pouracheter ce quils consomment.

    Ce bnfice consiste surmonter la contrainte de la double concidence exacte des besoins duvendeur et de lacheteur en qualit et en quantit, sur un mme lieu, contrainte propre au troc.

    Ainsi, dans une conomie de consommation (sans production avec des dotations initiales) tellequelle est dfinie par la thorie microconomique, un agent isouhaitant diminuer ses dotations en bienskdune quantit di(k) contre une augmentation de sa dotation en bien ldune quantit di(l) doit trouverun agent j souhaitant raliser lopration symtrique consistant augmenter sa dotation en biens kdune quantit dj(k) pour diminuer sa dotation en bien ldune quantit dj(l), tels que :

    di(k) = dj(k)

    di(l) = dj(l)

    Lexemple clbre de K. J. Arrow et F. H. Hahn illustre bien les contraintes de la double concidenceen montrant que dans une conomie de troc, des changes souhaits par les agents peuvent ne pas seraliser faute dintermdiaire des changes, cest--dire de monnaie.

    Pour le comprendre, imaginons une conomie compose de trois agents : A, Bet Cet trois types debiens dgale valeur : 1, 2et 3. A dtient des quantits de biens 1 et 2mais ne souhaite pas dtenirde biens 3. B dtient des quantits de biens 2 et 3 mais nesouhaite pas dtenir de biens 1 et Cdtient des quantits de 3etde 1 mais ne souhaite pas dtenir de biens 2. Aucun changedirect nest possible sil nexiste pas de monnaie. Par exemple, siA et Bveulent changer entre eux du bien 2(A veut en vendre B), ils ne peuvent le faire, faute dun autre bien changer : A neveut pas de 3 et B ne dsire pas de 1. Les changes nedeviennent possibles que si un bien est utilis comme inter-mdiaire (A accepte que B le paye en bien 3 non pas pour endtenir mais pour lchanger avec Ccontre du bien 1).

    Agents

    Biens A B C

    1 X X

    2 X X

    3 X X

    Linstrument qui a, historiquement, le plus souvent servi dinstrument des changes (A) est unemarchandise particulire choisie spcifiquement pour cette fonction, lue au rle d quivalent

    gnral de toutes les autres marchandises. Ce processus dlection est socialement complexe et il aport sur des marchandises trs diverses.

    Dans les socits dveloppes, ce sont lor et largent qui ont le plus souvent exerc le rle dinter-mdiaire des changes, parce quils prsentaient au plus haut point les caractres dimmuabilit, detransportabilit et didentifiabilit qui constituent les qualits attribues aux monnaies prfres par toutesocit.

    1.1.2 La monnaie rserve de valeur

    1.1.2.1 La monnaie comme rserve de valeur

    Le modle prcdent de la monnaie comme intermdiaire des changes fait apparatre que les deuxmoments de lchange (MA et A M) ne sont pas simultans et que pendant le temps qui les

    spare, la monnaie exerce une fonction de rserve de valeur .La fonction dintermdiaire des changes est donc insparable de celle de rserve de valeur,

    cause de la non-synchronisation de lachat et la vente. Lexercice de cette fonction peut tre tendu dautres cas.

    Dune manire gnrale, la monnaie exerce une fonction de rserve de valeur pour deux raisons : lanon-synchronisation entre les recettes et les dpenses dune part et lincertitude sur les rserves futuresdautre part. Elles constituent deux motifs de demande de monnaie .

    Mais la monnaie nest pas le seul moyen dont disposent les agents conomiques pour conserver dela valeur, cest--dire dtenir de la richesse.

    1.1.2.2 Les formes de la richesse

    La richesse peut tre dtenue sous plusieurs formes. On distingue : la richesse non financire, qui est constitue des biens matriels (or, maison, bijou, usine) et

    immatriels (comme, par exemple, un fonds de commerce, une qualification) ;

  • 8/14/2019 cours monnaie

    3/128

    Cours Mario Dehove INSTITUTIONS ET THORIE DE LA MONNAIE Mars 2001

    3

    la richesse financire, qui est constitue des titres qui peuvent schanger directement contre desbiens matriels ou qui, en gnral, doivent dabord se transformer en monnaie pour schangercontre des biens matriels :

    les premiers sont des titres montaires, ou les actifs montaires ; les seconds sont les titres financiers, ou les actifs financiers.

    Les actifs financiers se divisent en deux grandes catgories : les obligations et les actions.

    Les obligationsreprsentent une crance en gnral long terme sur un agent conomique,tat, entreprise, banque, en monnaie nationale ou en devise. Le coupon dune obligation est le montant de lintrt qui est annuellement (en gnral)

    pay au dtenteur de lobligation par le crancier. Le nominal est le montant de chaque obligation, lmission. Une obligation prsente cette particularit de ntre pas toujours change au nominal.

    Le prix de cession dpend du taux dintrt courant. On tablira que lvolution du prix de march dune obligation est inverse de celle du taux

    dintrt des obligations. Par exemple, une obligation de 100 F mise lanne nau taux dintrt de 10 % pourra

    tre revendue sur le march obligataire lanne n + 1 un prix suprieur 100 F si le tauxdintrt est devenu infrieur 10 %, et un prix infrieur 100 F si le taux dintrt est

    devenu suprieur 10 %. Les actionssont des parts de proprits sur des actifs rels, en gnral des entreprises.

    Elles schangent en bourse des valeurs fluctuant selon lvaluation que les marchsfont de la valeur de lentreprise. Si entre deux dates cette valeur a augment, ledtenteur de laction bnficie dune plus-value, si elle a diminu, le dtenteur delaction enregistre une moins-value.

    Elles donnent droit un dividende annuel, la part du bnfice qui est distribu. Leur rendement est la somme du dividende et de la plus ou moins-value sur la valeur de

    laction. Elles ne sont pas remboursables.

    Dans cette classification de la richesse, il apparat que la monnaie est un actif sans risque, paropposition lobligation dont la valeur varie avec le taux dintrt et laction dont la valeur varie aveclestimation par le march de la valeur de lentreprise quelle reprsente.

    La monnaie est toujours cde sa valeur faciale, contrairement lobligation et laction.

    Cest cause de cette proprit appele liquidit dont on essaiera de donner une dfinitionplus prcise ultrieurement que les agents utilisent la monnaie comme rserve de valeur, parcequelle nexpose pas des pertes en capital, malgr le fait quelle ne rapporte ni intrt, ni dividende.

    1.1.3 La monnaie comme talon de valeur et comme unit de compte

    Sans monnaie, dans une conomie marchande, il y a autant de prix que de paires de biens, de typesdchanges entre deux biens. Sil y a nbiens, il y a n(n-1)/2prix relatifs. Pour oprer ses arbitrages dansun systme de troc, chaque consommateur doit avoir en tte tous ces prix.

    Si un de ces biens est utilis comme talon des valeurs, le systme des prix