Cours De Sociologie Des Médias Institut Français De Presse

Click here to load reader

  • date post

    11-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    520
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Cours De Sociologie Des Médias Institut Français De Presse

SOCIOLOGIE DES MEDIAS Le terme informer vient du latin et adopte deux sens : donner une forme, faonner ide, instruction, enseignement Le terme communication apparat dans la deuxime moiti du 14 sicle est lui aussi possde deux sens : mettre en commun, en relation au 16, prend galement le sens de transmettre Sciences de linfo et de la communication : deux champs de recherche diffrents. Champ rcent des sciences sociales. Medias de masse dvelopps partir de la Rev Industrielle Debut 19 : devt de la presse crite Leur spcificit : moyens collectifs de diffusion de linfo. Transmission distance. Caractristiques : - augmentation rapide du nombre de messages (auj notre socit croule sous linfo) - rgularit de linfo - rapidit de transmission - augmentation de laudience ( phnomne de culture de masse). Donc presse crite est le vritable premier mdia de masse. En parallle, lutte pour la libert de la presse // dev de linstruction, de lalphabtisation, galement grace lurbanisation. La radio merge entre les deux guerres : media de masse qu partir de 1920 aux USA. Ide de diffusion de dvelopper les rcepteurs. Tv : aux USA ds 1950 . En Europe ds 1960. Importance croissante dans la vie sociale, pol , culturelle. Dbat aprs 1ere guerre : ds lorigine, champ de recherche travers par diffrents courants des sciences sociales. Pour la psychosociologie : importance des messages sur lindividu behavioristes, emergence du paradigme des effets des mdias. Pour la Science Politique : Laswell, Lazarsfeld Le courant fonctionnaliste (aux US avec Parson et Merton) : considr comme un syst en quilibre. Chacun sa fonction, suivant les secteurs du champ social. Les mdias de masse ont un rle dans lquilibre gnral, contribuant lintgration des individus dans la socit, la cohsion sociale. Etude des medias studies : tude de cinq lments : LASWELL : Qui ? dit quoi ? a qui ? par quel canal ? avec quel effet ? Schma linaire : E-M-R

Modle mathmatique de la communication : mis au point par Shannon. .. aux travaux de Laswell, mme anne. Autre courant : la cyberntique de Wiener. Etude des mcanismes de rgulation dans les organismes vivants et dans les machines. Met en avant limportance des processsus de rtroaction. Mais jusqu la 2 GM courant fonctionnaliste domine. Parmi ce courant, lcole de Francfort, pionnire dune pense critique sur la culture de masse. Dev de la standardisation des messages. Annes 60/70 Structuralisme et applications linguistiques Importance de lchange et de la communication dans une socit Roland Barthes : tude de smiologie. Sociologie de la culture de masse. Etude du rle des mdias de masse dans la culture de masse (importance de limage, de la fiction). Courant technologique : importance de la nature du support, importance de la technique. Annes 80/90 : Ethnographie de la communication : travaux centrs sur les communications interpersonnelles. 4 courants dtudes : sur le rcepteur sur le role actif de lusager sociologie des professionnels de la com de la philo de la com : accent sur la place de limage dans notre socit. Cf Braudillard. Aujourdhui, plus de courant dominant. On est sorti du paradigme empiricofonctionnaliste. Accent sur les tudes microsociales. Eclatement du champ de la socio des mdias de masse. De plus en plus de spcialisations. En France les recherches sur les mdias de masse sont rcentes : dbut 60 70. Dans 70, mergence des SIC. Revues Communication ou Hermes . Centres : institut national de laudiovisuel , socit franaise des SIC PARTIE 1 LES SYSTEMES DE PRODUCTION Chapitre 1 : les industries culturelles Les mdias sont dabord des industries, dev partir de lextension de la production capitaliste de nouveaux biens culturels. Trois grands modles de fonctionnement : le modle ditorial : ex > dition de livre, disques, films Caractris par la prod de marchandises culturelles et unicit du produit culturel (chaque film est unique). Do ncessit de renouveler en permanence.

PBS : mconnaissance permanente de la P malgr les tudes. On est jamais sur des nos ventes. Do la volont de miser sur le succs (tubes, comdies musicales). On sadresse un march de masse segment Ex : radio commerciale finance par la pub FICHES : Chapitre 1 : les industries culturelles Les mdias sont dabord des industries. Trois grands modles de fonctionnement : Le modle ditorial : dition de livres, disques, production de films Caractris par la production de marchandises culturelles et lunicit du produit culturel. Donc renouveler en permanence. Pb : on nest jamais sr des ventes. Il faut valoriser la sortie du produit et sadresser un march de masse segment. Le modle de flot : Mdias radio-diffuss Financ par la pub, redevance ou subventions tatiques. Caractristique : lintersection du champ de linfo et de la culture. Sadresse un march de masse indiffrenci. Obsolescence des produits. Renouvellement permanent. Importance de la programmation, continuit de la diffusion. Le modle de la presse crite : renouvellement permanent (flot) mais vendu des consommateurs individuels. March de masse segment Les frontires deviennent floues. Le flot tend lemporter, surtout sur le modle ditorial. Ex : relations Tv / cinma. Ds 1986, les recettes des films hors salles sont suprieures des films au cinma. Depuis 10 ans, arrive dans le modle de flot de nouvelles chaines TV payantes. Le flot se segmente : spcialisation des chaines. Emission sur Internet : les mdias se compltent, ne se menacent pas. Lindustrie culturelle : A merg avec lEcole de Francfort. Au dbut, connotation ngative, il y a pour cette cole une dgradation culturelle par lmergence de la culture de masse. Le but de ces industries est de distraire. Objectif populaire. Selon le modle conformiste : rle dans la prservation du statu quo voire un effet rgressif sur lhomme (mme sil peut avoir un certain esprit critique). Dans les annes 60, connotation dj plus positive.

Edgar Morin, 1961 : lindustrie culturelle Montre quavec le devt des mdias de masse, la culture et la vie prive de lindividu vont entrer dans le systme industriel. De plus en plus de concentration des infrastructures de Production Faire entrer dans la production culturelle les besoins individuels. Plusieurs caractres : Standardisation et originalit du produit : le produit est toujours standardis, seul le contenu est original. On donne limpression de faire du nouveau sur des besoins standardiss. Rationalisation de la production, (des tches) : ex : cinma Logique de la consommation maximum, elle mme fonde sur deux processus : le syncrtisme (mlange des genres, fusion pour toucher un max de monde) et lhomognisation (nouvelle culture) Dans les annes 30, merge un nouveau public de masse, mlange de classes sociales. Attnue les barrires entre les classes sociales, dmocratisation de la culture. Lindustrie culturelle est aussi fonde sur une grande qualit technique (lvation de la qualit technique). Doit-on regretter la grande culture dautre fois ? Illustration : DALLAS Commence en 1978, personne ne sattendait ce succs. Devient le premier feuilleton du soir aux USA. Dure : 13-14 ans. Un soap opra : feuilleton financ par la pub des producteurs de lessive (diffrent des sitcoms) Fil conducteur : la srie met en scne des personnages Trs bonne conjonction entre un mode de production culturelle et un mode de conjonction artisanale. Conu par trois scnaristes qui se runissaient une fois par an. Propose une bible CBSChaque pisode est ensuite crit par un scnariste. Chaque pisode doit tre imagin en quatre actes (pub). Sujet : une saga familiale. Combat entre clans, hritiers. Mythe largent ne protge pas des drames . On rve et on se projette. Modle de production fond sur la demande du public. Le ralisateur a presque aucun rle aux US. Il est un agent technique qui suit les injonctions des scnaristes. 7jours / 1pisode. AB Productions : J.L AZOULAY, ex : les filles d ct Trois filles dans un appart. Azoulay crit la Bible et les premiers pisodes, dcrit les caractres, les biographies Dimension de cration individuelle. 4 pisodes par semaine. Courrier centralis et exploit par service spcifique. On construit limage des personnages (magazines, fanzines). Sries calques sur laudimat. Modle de flot ditorial. La France dfend lexception culturelle (ou diversit culturelle), les produits audio et marchandises culturelles doivent tre organises de faon particulire.

Chapitre II : les mutations de la tlvision A fait du neuf avec du vieux 1, principaux types de programmes : Le JT quotidien : rle de prsentateur qui personnalise linfo. Image devenu trs importante. Dans les reportages, angles et prises de vues ont un rle car ils construisent lvnement. Les fictions : au dbut retransmission des pices de thatre, de romans, de classiques Puis prolifration de feuilletons et sries TV. Artistes du music hall vont inspirer les varits. Sport : sest dvelopp avec lindustrialisation, spectacle populaireLe passsage la tl change la nature du sport. 2, volution en chiffres France a t longtemps en retard 1954 : 1% des mnages ont un poste 1960 : 13% 1969 : 64% 1998 : 98% 2% rsistent ce mdia 1982 : abrogation du monopole sur la TV, plan cable 1984 : premire chaine prive : Canal +, page, puis la Cinq 1987 : privatisation de la premire chaine 1992 : arrt de la Cinq Arte 1994 : la Cinquime 1996 : lancement de la Tv numrique Offre en constante lvation : nombre de fictions X 5 entre 83 et 89 3, volution considrable Avec la drgulation, plus de chaines satellites, do logique de marchs, Nouvelle logique de programmation. Programmation : travail de placement et dagencement des programmes dans la recherche dune adquation entre un contenu et un public (dfinition savoir). Elaboration de grilles Fin 80 : toutes les grandes chanes copient les grilles : Uniformisation M6 : programmation diffrente, public plus jeune, lass par le caractre conventionnel des programmations. La grille

Fonctionne comme un agenda. Emission doivent se raccrocher les unes aux autres. : flux continu. Lobjectif est de crer de