Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions 1 ... Corentin Audiard UPMC, Laboratoire...

Click here to load reader

  • date post

    31-Jul-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions 1 ... Corentin Audiard UPMC, Laboratoire...

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Conditions aux limites pour les équations dispersives

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions

    1 décembre 2014

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Plan

    1 L’exemple de KdV

    2 Le cas général

    3 Conditions aux limites absorbantes

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Un résultat contre intuitif pour KdV :

    ∂t u + u∂x u + ∂3x u = 0,

    les ondes se déplacent vers la droite (solitons de la forme u(x − ct), c > 0), mais il faut imposer trois conditions au bord : une à gauche et deux à droite. Argument d’énergie : sur [0,∞[

    ‖u(·,T )‖2L2(R+) − ‖u(·, 0)‖ 2 L2(R+) =

    ∫ T 0

    2u3(0) 3

    − ∂x u(0, t)2 + 2u(0, t)∂2x u(0, t)dt ,

    l’unicité requiert u(0, t) = 0, mais sur ]−∞, 0]

    ‖u(·,T )‖2L2(R−) − ‖u(·, 0)‖ 2 L2(R−) =

    ∫ T 0

    −2u3(0) 3

    + ∂x u(0, t)2 − 2u(0, t)∂2x u(0, t)dt ,

    l’unicité requiert u(0, t) = ∂x u(0, t) = 0.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Ce n’est pas un artefact des calculs :

    Theorem (Holmer 06)

    Il existe une infinité de solutions au problème ∂t u + u∂x u + ∂3x u = 0, (x , t) ∈ R− × [0,∞[ u|t=0 = u0, u|x=0 = 0,

    ainsi qu’à  ∂t u + u∂x u + ∂3x u = 0, (x , t) ∈ R− × [0,∞[ u|t=0 = u0, ∂x u|x=0 = 0,

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Une interprétation algébrique dans le cas linéaire : on fixe τ = γ + iδ, γ > 0 et on liste les solutions de la forme eλx+τ t , de limite nulle à l’infini. Alors

    λ3 + τ = 0 et Re(λ) < 0.

    On note E−(τ) l’espace vectoriel engendré par ces solutions, ie

    E−(τ) = { ∑

    αj e λj x+τ t , αj ∈ C}

    Pour −τ = reiθ, θ ∈]π/2, 3π/2[ fixé, il n’y a qu’une seule solution, λ− = r1/3jeiθ/3, et on a simplement

    E−(τ) = {αeτ t+λ −x}, dim(E−(τ)) = 1.

    Remarque : la dimension de E− est indépendante de τ , c’est lié à une propriété algébrique du symbole de l’équation.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    La condition aux limites B(u, ∂x u, ∂2x u) = 0 donne unicité des solutions sous réserve que

    ∀ u ∈ E−, B(u) = 0⇒ u = 0.

    Autrement dit, B est une injection. On peut aussi montrer que l’existence d’une solution requiert que B soit une surjection, donc

    Condition de Kreiss-Lopatinskii il existe γ > 0 tel que l’opérateur B est un isomorphisme E−(τ)→ Im(B), ∀ τ = γ + iδ.

    Quelques exemples :

    1 Dirichlet B(u) = u(0), B(eλx+τ t ) = 1, KL est vérifiée.

    2 Neumann B(u) = ∂x u(0), B(eλx+τ t ) = (−τ)1/3, ok aussi.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Sur R−, on a deux solutions à l’équation

    λ3 + τ = 0, Re(λ) > 0,

    qui sont λ+k = j −k r1/3eiθ/3, k = 0, 1, l’espace E−(τ) est donc

    E−(τ) = { 1∑

    k=0

    αk e τ t+λ+k x}.

    A nouveau, on remarque dim(E−) = 2 ne dépend pas de τ , la condition de Kreiss-Lopatinskii B : E− → Rk bijectif implique k = 2.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Condition de Kreiss-Lopatinskii uniforme : l’espace E−(τ) a été défini pour Re(τ) ≥ 0. On remarque que l’espace E−(τ) “admet une limite” pour Re(τ)→ 0, c’est à dire eτ t+λx a une limite. On “prolonge par continuité” E− à Re(τ) ≥ 0. Pour certaines formes de B, la condition de Kreiss-Lopatinskii est équivalente à

    ∀ τ ∈ S1, Re(τ) > 0, B : E−(τ)→ Im(B) est un isomorphisme.

    La condition de Kreiss-Lopatinskii uniforme s’écrit

    ∀ τ ∈ S1, Re(τ) ≥ 0, B : E−(τ)→ Im(B) est un isomorphisme.

    La version uniforme assure que “la condition ne dégénère pas sur les bords du demi-cercle”.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Plan

    1 L’exemple de KdV

    2 Le cas général

    3 Conditions aux limites absorbantes

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Pour une classe d’équations aux dérivées partielles satisfaisant les mêmes propriétés algébriques, on peut définir similairement la condition de Kreiss-Lopatinskii. Classe considérée

    P(∂t , ∂x1 , · · · , ∂xd )u = f , P polynôme “quasi-homogène”,

    P(iδ, iξ) a toutes ses racines réelles en δ pour ξ ∈ Rd fixé (on peut inclure les systèmes quitte à remplacer P par un polynôme caractéristique). Problème posé sur le demi espace {xd > 0}. A nouveau, on liste les solutions de la forme eτ t+iξ

    ′·x′+λxd , τ = γ + iδ, γ > 0, ξ′ ∈ Rd−1, Re(λ) < 0 et on note E−(τ, ξ′) l’espace vectoriel engendré par ces solutions. Les nombres (τ, ξ′, λ) satisfont

    P(τ, iξ′, λ) = 0,

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    On considère maintenant le problème avec condition au bord{ P(∂t ,∇) = P(∂t ,∇)u = 0, Bu = g, avec B à valeurs dans Rn.

    A nouveau, l’unicité des solutions requiert l’implication

    ∀ u ∈ E−(τ, ξ′), B(u) = 0⇒ u = 0.

    Deux faits importants : l’espace E−(τ, ξ′) a une dimension indépendante de (τ, ξ′), l’espace E−(τ, ξ) peut se prolonger par continuité dans la limite Re(τ)→ 0.

    On peut définir comme pour Airy Condition de Kreiss-Lopatinskii : pour tout (τ, ξ′) ∈ {γ + iδ, δ ∈ R} × Rd−1, l’opérateur B est un isomorphisme E−(τ, ξ′)→ Im(B).

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    La condition de Kreiss-Lopatinskii uniforme générale : pour certaines formes de B, la condition de Kreiss-Lopatinskii est équivalente à

    ∀ (τ, ξ′) ∈ Sd , Re(τ) > 0, B : E−(τ)→ Im(B) est un isomorphisme.

    La condition de Kreiss-Lopatinskii uniforme s’écrit

    ∀ (τ, ξ′) ∈ Sd , Re(τ) ≥ 0, B : E−(τ)→ Im(B) est un isomorphisme.

    La version uniforme assure que “la condition ne dégénère pas sur les bords de la demi-hypersphère”.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Exemple : l’équation de Schrödinger

    P(∂t ,∇) = i∂t u + ∆u = i∂t u + d∑ 1

    ∂2j u = 0.

    P est quasi-homogène et P(iδ, iξ) = −δ + |ξ|2 n’a effectivement que des racines réelles en δ. Espace stable : solution particulière eτ t+ξ

    ′·x′+λxd , donc

    iτ − |ξ′|2 + λ2 = 0⇔ λ2 = (−iγ + δ + |ξ′|2).

    Une seule racine de partie réelle négative, qu’on note √ −iτ + |ξ′|2, donc

    dim(E−(τ, ξ′)) = 1.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    KL et KL uniforme pour les conditions de Dirichlet et les conditions de Neumann :

    1 Conditions de Dirichlet : B(u) = u(0) = 1, donc KL et KLU sont respectées.

    2 Conditions de Neumann : B(u) = √ −iτ + |ξ|2, donc KL est respectée, mais pas

    KLU (échec pour τ = 0− i|ξ|2, aux points dits de glancing). C’est le même problème que pour l’équation des ondes. L’équation de Schrödinger avec condition de Neumann homogène est cependant un problème bien posée.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Conditions au bord et régularité : le problème i∂t u + ∂2x u = 0, u|t=0 = u0, u|xd =0 = g

    a une solution d’énergie finie (H1) pour g ∈ H3/4(R+), g(0) = 0. Plus généralement, si u est 2n fois dérivable en espace et n fois en temps, elle doit satisfaire les conditions de compatibilité

    u ∈ CT H2n+1 ∩ CnT H 1 ⇒ g ∈ Hn+3/4(R+) et ∂nt g|t=0 = (i∂2x )nu0.

    Les conditions de compatibilités avec un second membre f , en dimension supérieure, peuvent s’écrire similairement : posant ϕ0 = u0, ϕn+1 = −i(∂nt f |t=0 −∆ϕn), nécessairement ∂nt g|t=0 = ϕk |∂Ω.

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Plan

    1 L’exemple de KdV

    2 Le cas général

    3 Conditions aux limites absorbantes

    Corentin Audiard UPMC, Laboratoire Jacques-Louis Lions From GP to EK

  • KdV Cas général CLT, CLA

    Pour l’analyse numérique, il faut évidemment restreindre l’étude de l’EDP{ P(∂t ,∇)u = 0, x ∈ R, u|t=0 = u0,

    à un intervalle