CONTROLE ETANCHEITE GEOMEMBRANE

of 18 /18
CONTRÔLE DES ETANCHEITES PAR GEOMEMBRANES

Embed Size (px)

Transcript of CONTROLE ETANCHEITE GEOMEMBRANE

CONTRLE DES ETANCHEITES PAR GEOMEMBRANE S

1.

INTRODUCTION ET DEFINITIONS

Un article rcent (Rollin et al, 2002), a mis en vidence que 97 % des dfauts dtects sur les Gomembranes taient gnrs en phase de construction des ouvrages en dpit dun programme dassurance qualit rigoureux. Daprs les auteurs, les dfauts dans les Gomembranes dans les centres de stockage de dchets seraient de lordre de 17 lhectare avec une surface moyenne de 1,8 mm2. Ces 17 dfauts correspondraient pour 65% des dfauts de soudage et pour 35% des dfauts en partie courante des Gomembranes. Il sagit pourtant de dfauts dtectables en phase de construction ou lors de la rception des dispositifs d tanchit, avant ou aprs mise en place de la couche de protection suprieure lorsquelle est prvue. A ces dfauts, il faut ajouter toutes les non-conformits qui ne conduisent pas instantanment une fuite mais qui constituent une faiblesse potentielle dans le DEG (Dispositif dEtanchit par Gosynthtiques) et qui pourront conduire ultrieurement une altration prmature du complexe dtanchit, et donc des fuites plus ou moins long terme. Cest dire limportance que revt le contrle des gosynthtiques et de leur installation, tout particulirement dans les ouvrages rpertoris comme installation classe. Nous nous attacherons dans ce qui suit, dcrire lorganisation et les moyens du contrle des gosynthtiques avec un regard plus

1.

OBJECTIF DU CONTROLE

La finalit du contrle est de contribuer la garantie de ltanchit des DEG. Le contrle consiste donc valider, toutes les tapes du projet: - les dispositions prises par le Matre duvre, - le constructeur et ses sous-traitants afin quelles soient en conformit avec le CCTP, les textes officiels lorsquils sappliquent, les recommandations de la profession et les rgles de lart. Le contrle des gosynthtiques ne se rsume donc pas la seule recherche de fuites, il concerne tous les points qui sont susceptibles de conduire la non-fonctionnalit du dispositif dtanchit, instantane ou plus long terme, cest dire : le dimensionnement ; ladquation matriau-milieu ; la stabilit des gosynthtiques ; leur vieillissement dans les conditions de service. Lobjectif est la durabilit de louvrage.

1. c.

ORGANISATION DU CONTROLE Le contrle intrieur Un contrle interne Un contrle externe

h. Le contrle extrieur Le contrle extrieur agit en tierce partie indpendante, pour le compte du Matre dOuvrage, qui souhaite sassurer les services dune socit ou dun organisme comptent afin de valider lensemble des dispositions mises en uvre sur son ouvrage

1. c) d) i) o)

LES PRINCIPALES ETAPES DU CONTRLE DES GEOSYNTHETIQUES Rdaction du Plan dAssurance Qualit Contrle avant installation Contrle des plans dexcution Contrle des approvisionnements ( sur site et en laboratoire) Contrle en cours dinstallation Contrle des moyens de lentreprise Contrle des dispositions constructives Contrles des soudures Contrle avant rception Vrification des plans de recollement

1.

LES PRINCIPAUX CONTRLES SUR GEOSYNTHETIQUES

Le tableau suivant rsume les types de soudure rencontrs pour chaque famille de matriau. PVC-P : Polychlorure de Vinyle Plastifi PP : Polypropylne PEhd : Polythylne Haute Densit EPDM : Ethylne Propylne Dine Monomre

A.

Lexamen visuel

Cet examen permet la mise en vidence de dfauts de soudage tels que des plis dans les soudures, des bulles ou cloques, des soudures partielles (par exemple lorsque la machine souder est a dvi et quil reste un seul cordon de soudage sur la double soudure), des brlures dans le cas des soudures manuelles sur PVC et PP, des meulages excessifs dans le cas des extrusions de Pehd, Des largeurs de soudures insuffisantes, Cet examen permet en outre au contrleur extrieur ou externe de vrifier que les contrles par mise en pression des doubles soudures ont bien t effectus par lentreprise.

A.

Le contrle la pointe sche

Cet essai trs qualitatif a pour but la dtection de zones mal ou insuffisamment soudes. Le passage dune pointe mousse le long du bord de la soudure conduit ainsi dtecter ces zones, parfois de surface importante, qui doivent tre rpares. Un contrle satisfaisant la pointe sche nest pas suffisant pour garantir ltanchit de la rustine ou de lextrusion. Il sagit seulement dun test darrachement.

A.

Les contrles la cloche vide

Cet essai facile mettre en uvre ncessite une cloche vide, un compresseur et de leau savonneuse. Le principe consiste mouiller leau savonneuse la surface des soudures manuelles ou des extrusions et de placer la cloche vide sur lensemble. Avec une dpression de 0,5 bar pour les matriaux rigides (PEhd,) et de 0,3 bar pour les matriaux souples (PVC-P, PP,), toute fuite ou micro fuite se manifeste par lapparition de bulles sous la cloche. Une dure minimale de 30 secondes est requise afin quun quilibre sopre.

A.

Contrle par mise en pression des doubles soudures

Cet essai concerne uniquement les Gomembranes polymres pouvant tre assembles par fusion avec des machines double soudure. Lessai consiste mettre le canal de contrle situ entre les deux soudures en pression, le plus souvent pneumatique, et vrifier labsence de baisse de pression qui signifierait la prsence dune fuite. Les pressions sont de lordre de 3 bars pour les matriaux rigides comme le PEhd et denviron 1 bar pour les matriaux plus flexibles comme le PVC-P ou le PPf.

A.

Les contrles lectriques

Lessai dilectrique consiste vrifier labsence de passage de courant entre les faces infrieure et suprieure dune rustine ou dune extrusion. La mise en uvre de ce test passe par la mise en place dun fil conducteur sous la rustine ou lextrusion pralablement au soudage. Le passage dun peigne lectrique en surface permet la dtection de fuite. Comme dans le cas de la cloche vide, il sagit dun test dtanchit ne permettant nullement une apprciation de la rsistance mcanique des soudures.

Jet deau

Sonde mobile

A.

Les contrles par ultrason

Cette mthode est actuellement utilise sur les Gomembranes bitumineuses et sappuie sur la mesure de lpaisseur de la Gomembrane et de ses soudures. Dans un joint soud, o lpaisseur globale est de lordre de 1,5 1,8 fois lpaisseur de la Gomembrane, lexamen par ultrasons localise des zones de moindre paisseur qui correspondent le plus souvent des dfauts de soudage.

A.

Les contrles destructifs

La plupart des entreprises dtanchit disposent aujourdhui de tensiomtres de chantier permettant la lecture de la rsistance en traction-cisaillement ou en traction-pelage des soudures.

A.

Le contrle des points singuliers Pntration de ltancheit par les tuyaux

Raccordement aux ouvrages bton

Les tranches dancrage de la Gomembrane

A.

Conclusion

Aujourd'hui, il est possible de mettre en uvre des contrles quils soient intgrs dans loffre du constructeur ou pris en charge par le Matre douvrage. Les mthodes et les moyens existent, aussi bien sur site quen laboratoire pour prvenir les risques contre notre environnement. Si la rglementation est aujourdhui peu prcise sur le contenu des missions de contrle , la profession sest organise pour fournir aux dcideurs des normes dessais et des recommandations de mise en uvre et de contrle.