Connaissance des médias et nouveaux médiasbenoit.lafon.free.fr/mdoc/CMNM_1617_03.pdf1 Connaissance...

of 26 /26
1 Connaissance des médias et nouveaux médias Benoit Lafon Master Information-communication, tronc commun Institut de la Communication et des Médias, Université Grenoble-Alpes Résumé du cours Introduction Chap. 1 - Définitions : des médias aux nouveaux médias 1/ Médias, nouveaux médias, presse, Tics : distinctions 2/ Médias : définitions 3/ Médias sociaux : le "numérique" comme industrialisation du relationnel 4/ Médias et médias sociaux : une définition commune Chap. 2 - Situer : quelques repères sur l’histoire des médias 1/ Repères sur l’émergence de la presse 2/ Repères sur la radio-TV 3/ Des médias recomposés : libéralisation et "numérique" Chap. 3 - Analyser : quelles méthodes pour appréhender les médias ? 1/ Approches socio-politique, socio-économique & temporalités 2/ Publics, audiences : qualifications et quantifications 3/ Quelles méthodes pour analyser des productions médiatiques ? Plan

Embed Size (px)

Transcript of Connaissance des médias et nouveaux médiasbenoit.lafon.free.fr/mdoc/CMNM_1617_03.pdf1 Connaissance...

  • 1

    Connaissance des médias et nouveaux médias

    Benoit Lafon

    Master Information-communication, tronc communInstitut de la Communication et des Médias, Université Grenoble-Alpes

    Résumé du cours

    Introduction

    Chap. 1 - Définitions : des médias aux nouveaux médias1/ Médias, nouveaux médias, presse, Tics : distinctions2/ Médias : définitions3/ Médias sociaux : le "numérique" comme industrialisation du relationnel4/ Médias et médias sociaux : une définition commune

    Chap. 2 - Situer : quelques repères sur l’histoire des médias1/ Repères sur l’émergence de la presse2/ Repères sur la radio-TV3/ Des médias recomposés : libéralisation et "numérique"

    Chap. 3 - Analyser : quelles méthodes pour appréhender les médias ?1/ Approches socio-politique, socio-économique & temporalités2/ Publics, audiences : qualifications et quantifications3/ Quelles méthodes pour analyser des productions médiatiques ?

    Plan

  • 2

    Chap. 2 - Situer : quelques repères sur l’histoire des médias

    1/ Repères sur l’émergence de la

    presse

    Cf. synthèses générales, nombreuses ces dernières années

  • 3

    XVe au XVIIe s. : l'information avant les périodiques

    Dès 1480 : «occasionnels », opuscules de quelques pages.

    années 1520 : « canards », bulletins illustrés consacrés à des récits spectaculaires…

    A la même période : « nouvelles à la main », recueils de correspondances manuscrites, ancêtres des « lettres confidentielles », destinées à des seigneurs, marchands et banquiers moyennant de coûteux abonnements.

    « ce rapide inventaire permet de réinscrire les imprimés périodiques dans le temps long des techniques de communication et laisse entrevoir l'ensemble des conditions qui ont rendu possible l'apparition des journaux en Europe. L'invention de l'imprimerie au milieu du XVe siècle, le développement des routes et administrations postales à la fin du même siècle, l'essor des échanges commerciaux et intellectuels, la construction des États et la création d'une noblesse de cour : l'ensemble de ces processus, eux-mêmes interdépendants, a contribué à un accroissement singulier de la demande et de l'offre de « nouvelles ». »

    Sources : Breton et Proulx [1993], Feyel [1999], cités par Hubé et al.

    Mai 1631 : Hebdomadaire La Gazette par Théophraste Renaudot (bénéficie d’un privilège royal : monopole) sous l’impulsion de Richelieu

  • 4

    1777 : Le Journal de Paris, premier quotidien.

    1789-1792 : prolifération de journaux d’opinion (plus de 500 créations)

    Jusqu’à 1870 : essor continu des publications et combats politiques pour la liberté de la presse

    Cazenave et Ulmann-Mauriat, 1994, 23

    Mais la presse reste peu abordable (coût)-> action centrale de Emile de Girardin (1802-1881) :

    Journaliste et homme politique fondateur de journaux bon marché, mais denses :Journal des connaissances utiles, puis La Presse, quotidien parisien (1836)

    -> Multiplication des inserts publicitaires.

  • 5

    Diversification des titres, qui prennent progressivement une tournure plus commerciale :

    1829 : La Revue des deux-mondes, revue de « haute culture » publiant des œuvres littéraires, toujours publiée.1843 : L’Illustration, images centrales

    1832: fondation de l’agence de presse Havas (aujourd’hui AFP) par Charles-Louis Havas (1753-1858).

    http://www.advertisingtimes.fr/2013/04/charles-louis-havas-et-le-groupe-havas.html

    1er fév. 1863 : Le Petit Journal, quotidien populaire à un sou (5 cts), faits divers et feuilletons centraux.

    le journal devient produit industriel et outil d’éducation populaire : progrès scientifiques exaltés

  • 6

    Loi du 29 Juillet 1881

    Article 1 : « l'imprimerie et la librairie sont libres ».

    -> Suppression des autorisations et cautionnements autrefois exigés en matière de presse périodique (déclaration d'intention de paraître suffit, suivie d'un dépôt légal à la préfecture et auprès du procureur de la République) ;

    -> suppression des délits d'opinion, à l'exception du délit d'offense au président de la République ;

    -> instauration d ’une procédure très protectrice de la liberté de la presse. Ex. : le délai de prescription des délits de presse (injures, diffamations...) est limité à 3 mois au lieu de 3 ans pour les autres délits...

    -> régime de responsabilité limitée au directeur de la publication.

    2/ Repères sur la radio-télévision

  • 7

    2 juin 1896 : Brevet sur la TSF, télégraphie sans fil, déposé par Guglielmo Marconi (1874-1937)

    Années 1900-1910 = essor de la radio-télégraphie ou TSF.Essor de la radio dans le contexte militaire, commercial (navires) et de la radio-amateur.

    Cf. http://radio-clubdetretat.hautetfort.com/archive/2012/12/09/postes-a-galene.html

    Développement de pratiques amateurs

    Titanic : 1912, le naufrage du Titanic (711 rescapés, 1490 morts) permet à la TSF d'acquérir une immense notoriété : la TSF a permis de suivre le naufrage « en direct ».

    • Conséquences : en 1912, deux conférences (avec 60 pays) établissent des règles et procédures radio :

    • Radio à bord des navires transportant des passagers obligatoire • Bande de fréquences spéciale signaux de détresse • Etablissement du signal de détresse S.O.S. (save our soul) qui,

    en code Morse, se compose de trois émissions brèves, suivies de trois longues, etc.

  • 8

    • A L'occasion de l'élection présidentielle de 1920, lancement de la première station de radio par Westinghouse, filiale de Radio Corporation of America : KDKA.

    • En France, importance des acteurs publics : 1re station à émettre avec un programme régulier : station de la Tour Eiffel dès la fin de 1921 (Général Ferrié). 1re station privée en juin 1922 : Radiola.

    Développement de la publicité

    Nipper, mascotte de la RCAhttp://www.doctsf.com/nipper.html

    Rôle croissant de l’Etat :

    • Interdiction de création de nouvelles stations à partir de 1928 en France : certains investisseurs privés vont installer leur émetteur à l’étranger, en laissant leurs bureaux à Paris = radio périphériques (Radio-Luxembourg, 1933).

    • 1933 : Georges Mandel, ministre des PTT, instaure la redevance (+ tentative de créer un monopole)

  • 9

    La guerre des ondes :

    • Années 1930 : montée des nationalismes, régimes fascistes => radio instrument de propagande (cf. Goebbels en Allemagne).

    • Appel du 18 juin 1940 sur la BBC par de Gaulle (suite à l’allocution de Pétain du 17 juin)

    • Radio Londres, radio Vichy, radio Paris = phénomène d’oppositions stratégiques, « guerre des ondes »

    Libération : reconstruction du réseau d’émetteurs.

    Années 1950 : succès des radios périphériques = Radio Luxembourg (RTL), Europe n° 1 (créée en 1955), RMC…

    Transistor : miniaturisation, portabilité, mobilité de la radio.

    Crise, puis réaction de la radio publique : en 1963, Roland Dhordain crée France Inter, France Culture et France Musique.

  • 10

    Premiers programmes télévisuels en Grande-Bretagne :

    • Système televisor de Baird en 1926 : système à 30 lignes et à 12,5 images par seconde régulièrement amélioré.

    • Puis nouveau système de TV électronique en 1936 : système EMI à 405 lignes et 25 images/sec.

    • 1939 : 20 000 récepteurs à Londres, 24 heures de programme par semaine

    • USA en retard : nombre des récepteurs très faible : 5000 seulement en 1941.

    • En France : rôle central de René Barthélemy (1889-1954), Compagnie des Compteurs de Montrouge.

    • Le 14 avril 1931 : première transmission d'une image de 30 lignes de Montrouge à Malakoff.

    • G. Mandel, ministre des PTT de 1934 à 1936 : programmes réguliers, précédés par le générique Radiovision-PTT, diffusés en 180 lignes.

    • A la libération : choix de la norme des 819 lignes, techniquement excellente, rend les transmissions internationales plus difficiles et les récepteurs plus coûteux.

    • pas de réseau : il faut attendre 1950 pour que s'ouvre la première station régionale, à Lille.

    • Dès 1957, la télévision diffuse sur 50 % du territoire.

  • 11

    Dès 1947, programmation régulière :• 12 heures par semaine en 1947,• 34 heures en 1953,• 46 heures en 1956.

    En 1949 naît le journal télévisé, grâce à P. Sabbagh (avec G. Larriaga, P. Dumayet, R. Debouzy, P. Tchernia et G. de Caunes).Sous l'impulsion de Jean d'Arcy, directeur des programmes de la RTF de 1952 à 1959, sont créées les premières « grandes émissions »

    • Le statut de la télévision gaullienne : l'ORTF• Deux textes : Ordonnance de 1959 et Décret sur le statut des

    personnels du 2 février 1960• la RTF devient un établissement public et commercial (EPIC).• le monopole de production est réaffirmé.• Un nouveau statut est voté en 1964 : pas de changement notable,

    mais changement de nom : Office de Radiodiffusion Télévision Française = ORTF

  • 12

    Logo et horloge (écran diffusé en interlude) de l’ORTF

    Alain Peyrefitte, ministre de l’information de de Gaulle :En décembre 1962 : « Vous savez, vos journalistes de la presse écrite, vous pouvez toujours essayer de leur expliquer les choses, vous n'y arriverez pas. Ce sont des adversaires et ils sont bien décidés à le rester. Alors, servez-vous au moins de l'instrument que vous avez entre les mains, la télévision; mais servez- vous-en à bon escient. N'essayez pas de persuader les responsables, donnez-leur des instructions. La presse est contre moi, la télévision est à moi »(A. Peyrefitte dans « C'était de Gaulle », p. 500).

    A. Peyrefitte (1925-1999) sera l’artisan de la régionalisation de la TV sous la Ve République (projet politique lié à la régionalisation)

    Mais, déjà, sous la IVe République : 4 expériences pionnières de télévision régionale :

    Télé Lille, 1950 Télé Strasbourg, 1953 Télé Marseille, 1954 Télé-Lyon, 1954

    -> Est de la France, zones denses et urbaines

  • 13

    Réorganisation et achèvement du réseau = une politique active de régionalisation

    Alain Peyrefitte est nommé le 15 avril 1962 : principal artisan de la régionalisation de la télévision.

  • 14

    A partir d'octobre 1963 :

    Mise en place des journaux télévisés régionaux.

    23 centres de collecte et de traitement locaux de l'information (les CAT, Centre d'actualité télévisé) sont créés sur quatre ans, regroupés au sein de 11 stations régionales.

    Date Journal télévisé régional

    15/11/1963 Nord Actualités (CAT de Lil le, Télé Lil le)

    22/11/1963 Alsace Actualités (CAT de Strasbourg, Télé Strasbourg)

    29/11/1963 Provence Actualités (CAT de Marseille, Télé Marseille Provence)

    06/12/1963 Midi-Pyrénées Actualités (CAT de Toulouse, Télé Toulouse)

    07/12/1963 Aquitaine Actualités (CAT de Bordeaux, Télé Bordeaux Aquitaine)

    10/01/1964 Rhône-Alpes Actualités (CAT de Lyon, Télé Lyon)

    03/02/1964 Bretagne Actualités (CAT de Rennes, Télé Bretagne Loire Océan)

    22/02/1964 Nice Actualités (CAT de Nice, Télé Marseille Provence)

    03/04/1964 Lorraine Actualités (CAT de Nancy, Télé Lorraine Champagne)

    26/06/1964 Loire Océan Actualités (CAT de Nantes, Télé Bretagne Loire Océan)

    17/09/1964 Auvergne Actualités (CAT de Clermont-Ferrand, Télé Lyon)

    27/11/1964 Normandie Actualités (CAT de Rouen, Télé Paris Normandie Centre)

    04/12/1964 Maine Anjou Touraine Actualités (CAT du Mans, Télé Bretagne Loire Océan)

    25/02/1965 Champagne actualités (CAT de Reims, Télé Lorraine Champagne)

    05/05/1965 Languedoc-Roussillon Actualités (CAT de Montpellier, Télé Toulouse)

    28/05/1965 Limousin Actualités (CAT de Limoges, Télé Limoges Centre-Ouest)

    21/06/1965 Centre Actualités (CAT d’Orléans, Télé Paris Normandie centre)

    29/10/1965 Franche-Comté Actualités (CAT de Besançon, Télé Bourgogne Franche-Comté)

    15/11/1965 Bourgogne Actualités (CAT de Dijon, Télé Bourgogne Franche-Comté)

    06/01/1966 Télé-Normandie Manche Orne Calvados (CAT de Caen, Télé Paris Normandie Centre)

    03/01/1966 Quercy Rouergue Actualités (CAT de Toulouse – Emetteur de Labastide du Haut Mont, Télé Toulouse)

    31/01/1966 Poitou Charentes Actualités (CAT de Poitiers, Télé Paris Normandie Centre)

    10/02/1967 Picardie Actualités (CAT d’Amiens, Télé Lil le)

    TV comme média dominant :

    • De 1958 à 1968, le taux d'équipement des ménages en TV passe de 5 % à 62 %

    • On inaugure la seconde chaîne (1964), puis la couleur (1967).

    • Janvier 1973 (31/12/1972) : lancement de la 3ème chaîne en couleur

    • Progressivement, la télévision devient la source d'information et de divertissement dominante

  • 15

    La chaîne 3 de l’ORTF symbolise un renouveau de la télévision régionale par l'importance des moyens consentis à la production régionale :

    « la capitale se fait moins interventionniste, ou du moins affiche une volonté claire de développer une certaine forme de culture régionale (...). Les budgets des centres régionaux augmentent dans des proportions notables, une plus large autonomie est laissée aux stations pour leurs propres réalisations. » (Bourdon & Méadel, 1994)

    Pourtant, TV reste au cœur des préoccupations politiques : le Président Georges Pompidou déclare, le 22 septembre 1972, au cours d'une conférence de presse :• « Qu'on le veuille ou non, et je sais qu'il y en

    a qui ne me croient pas, les journalistes de la télévision ne sont pas tout à fait des journalistes comme les autres. Ils ont des responsabilités supplémentaires. Qu'on le veuille ou non, la télévision est considérée comme la voix de la France, et par les Français et par les étrangers. Cela impose une certaine réserve. »

    Après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing :

    • Choix d’un éclatement de l'ORTF en sept sociétés partiellement concurrentes.

    • Les 7 sociétés créées sont les suivantes :• Programmes : TF1, A2, FR3, Radio France• Services : TDF, SFP, INA.

  • 16

    Logos des trois chaînes de télévision

    • Liberté de ton va croissant, liée aux événements politiques : IVG par ex.

    • La réforme de 1974 induit une immédiate évolution dans la gestion des programmes : + de divertissement.

    • Le « prime time » - première tranche horaire de la soirée -constitue dorénavant le point nodal de toute programmation.

    Georges Fillioud, ministre de la communicationen 1982

    Vote de la loi sur la liberté de la communication audiovisuelle du 29/07/1982 : parallèle symbolique 1881.

    Statut de 1982 comportait deux innovations essentielles :

    - la consécration de la liberté de communication

    - la consécration de la séparation de l'audiovisuel et du pouvoir politique.

  • 17

    • La consécration de la séparation de l'audiovisuel et du pouvoir politique est réalisée par l'institution d’une l'instance de régulation (incarnée aux USA par la FCC) :

    • En 1982, la Haute Autorité de la Communication audiovisuelle ou HACA (CSA aujourd'hui et depuis 1989) est chargée de garantir l'indépendance de l'audiovisuel.

    • Les radios privées sont d'abord légalisées sous forme associative en 1981.

    • Puis la loi du 1er août 1984 renonce à leur imposer la forme associative et autorise l'appel aux ressources publicitaires

    • Conséquence : émergence de puissants réseaux de type commercial.

    Du côté de la télévision régionale :

    FR3 doit devenir selon la loi du 29/07/1982 un réseau décentralisé de télévisions régionalesMais échec de la loi : la télévision régionale reste sur un modèle centralisé. => Création du 19/20 en 1986

  • 18

    • novembre 1984, Canal Plus (=Havas puis Vivendi) est lancée.• 31 juillet 1985, le Conseil des ministres se prononce en faveur de deux

    réseaux : l'un à dominante musicale TV6, l'autre à vocation généraliste, La Cinq. La mise en place de ces deux réseaux se fera dans la précipitation (échéances électorales).

    Après 1986 : 1re Cohabitation Mitterrand/Chirac :

    • La 5 et TV6 sont réattribuées à des opérateurs proches de la droite après le changement de majorité de 1986 (loi Léotard).

    • Privatisation de TF1 (=Bouygues).

    Logos des nouvelles chaînes privées, Canal +, La Cinq et TV6

    3/ Des médias recomposés : libéralisation et "numérique"

  • 19

    A l’origine, l’informatique. Des racines anciennes et un essor récent

    http://forrestercomputing.wikispaces.com/file/view/Techie_Timeline.jpg/346224008/Techie_Timeline.jpg

    En version très simplifiée :

    Après 1971 : micro-informatique, Tics et Internet

    1971 : microprocesseur par Intel

    « Loi de Moore », formulée pour la première fois par Gordon E. Moore (cofondateur de la société Intel) en 1965.postule le doublement tous les ans (estimation passée à 18 mois en 1975) du nombre de transistors sur un circuit intégré (mémoires et processeurs), à coût constant.

    => Essentiel = effet de réel http://news.cnet.com/i/ne/p/photo/gmoore_young_400x548.jpg

  • 20

    Développement en 1er lieu de la micro informatique non connectée.

    Par ex., lancement du PC d’IBM en 1981.3 ans plus tard, Macintosh d’Apple.

    Rôle clé de Microsoft dans les deux cas

    Essor des réseaux numériques. Principales dates/événements :

    ARPANET ?

    ancêtre d’Internet, développé par l’armée américaine en 1969, pour relier les services entre eux et faire circuler rapidement l’information.

    protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet depuis 1983, mis au point par Vinton Cerf et Bob Kahn: TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol). Puis 1990 : Protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol) et langage HTML : naissance du world wide web (www)

    TCP/IP ?

    Question des réseaux très tôt perçue comme déterminante.

    A titre d’exemple, le n° 5 de Science et Vie Micro (SVM) de 1984 : on voit à quel point l’informatique est déjà perçue comme un nouveau territoire d’activités.

  • 21

    Et le minitel ? Date importante dans l’histoire des TIC en France : le rapport Nora-Minc sur l’ « informatisation de la société » remis à Valéry Giscard d’Estaing en 1978. 3 objectifs :- Rattraper le retard de la France dans le développement de

    l’informatique après les plan calcul 1 (1966-1970) et calcul 2 (1971-1975)

    - Réfléchir aux liens possibles entre le développement informatique et la société (ancêtre de la CNIL créé le 6 janvier 1978

    - contexte de crise : relance de l’industrie et résorber le chômage.

    Le rapport propose de « miser » sur les nouvelles technologies pour sortir de la crise. Terme « télématique » inventé : il repose sur l’interpénétration des ordinateurs et des télécommunications.

    Le minitel va se développer dans les années 80, avec ce que l’on appelle la « e-communication », s’appuyant sur le plan câble => dérives déjà observées, marchandisation du réseau

  • 22

    Octobre 1994 : fondation du W3C,

    World Wide Web Consortium, par Tim Berners-Lee = organisme veillant à la compatibilité des standards du web, géré conjointement par des universités et centres de recherche américains, européens et japonais.

    Après les années 2000 : densification des réseaux

    Une illustration : la loi de Metcalfe

    Robert Metcalfe : ingénieur américain, inventeur d'Ethernet et fondateur de la société 3Com.Actuellement : Professor of Innovation, Murchison Fellow of Free Enterprise

    « L’utilité d’un réseau croît proportionnellement au carré du nombre de ses membres »

    Au delà d’un « seuil critique », les non-utilisateurs se rallieraient au réseau, dépassant leurs réticences antérieures (outils incontournables).

  • 23

    « L’utilité d’un réseau croît proportionnellement au carré du nombre de ses membres »

    C’est-à-dire que :le nombre de liens potentiels dans un réseau avec n nœuds est n(n−1)/2 (équivalent à n²/2), n tendant vers l'infini

    Loi de Metcalfe remise en cause par la Loi de Reed.

    Après des études au MIT, David Reedreçoit le grade docteur en sciences de l’informatique. Ses travaux de recherche sont nombreux : il a collaboré avec Lotus, IBM, Sofware Arts (création de Visicalc, le premier tableur sur PC).

    Source : PY. Badillo

  • 24

    Attention : sur évaluation de certaines plateformes de RSN avec l’application de la loi de Metcalfe

    http://www.forbes.com/sites/anthonykosner/2012/05/31/facebook-values-itself-based-on-metcalfes-law-but-the-market-is-using-zipfs/#c4c50ae62593

    Sur-évaluationchronique des valeurs technologiques, notamment au tournant des années 2000 : éclatement de la bulle internet

  • 25

    Dans ce contexte, évolution des médias audiovisuels :

    2016

    http://www.zone-numerique.com/wp-content/uploads/2016/04/159677.jpg

    • Vagues de rachats se soldant par la présence accrue des grands groupes « historiques »

    TF1 (Bouygues) : TF1, TMC, NT1, HD1, LCI…C+ (Vivendi-Bolloré) : C+, C8, Cstar, iTélé-Cnews…M6-RTL (Bertelsmann) : M6, W9, 6Ter, Paris Première…France Télévisions pour le public : France 1re, 2, 3, 4, 5, Ô, FranceInfo

    • + groupes émergents : NRJ (NRJ 12, Chérie 25), NextradioTV (BFM, RMC Découverte) racheté par Numéricable

    • Idem pour la radio : Présence des grands groupes de communication (RTL, Lagardère, NRJ, NextradioTV, Radio France)

  • 26

    • TV : Erosion de l’audience des chaînes historiques.

    http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2011/05/14/tf1-peau-de-chagrin_952914

    Après la redistribution massive des audience, une stabilisation.Mais de nouvelles chaînes de type « premium » tentent de gagner des points d’audience (C8, TMC)

    http://www.ozap.com/actu/france-televisions-le-bilan-d-audience-de-remy-pflimlin/457254

    La radio numérique aurait dû se déployer à partir de 2008 (plan Albanel).

    • Mais échec : internet mobile prend-il le relais ? Cf. essor et abaissement des coûts des techniques numériques mobiles (4G par ex.)

    • Essor des webradios• Essor du podcast = désynchronisation du flux, cf. Arte Radio• Essor des services de streaming musicaux