Congo - Projet d'appui institutionnel pour l'amélioration du climat ...

of 65 /65
Langue : FRANCAIS Original : Français FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET : PROJET D’APPUI INSTITUTIONNEL POUR L’AMÉLIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET LA DIVERSIFICATION DE L’ÉCONOMIE CONGOLAISE PAYS : RÉPUBLIQUE DU CONGO RAPPORT D’ÉVALUATION DE PROJET 26 Juillet 2010 Equipe d’évaluation Chef d’équipe T. HOUENINVO, Macroéconomiste Supérieur, OSGE.2 Membres de l’équipe : C. MBENG MEZUI, Economiste Financier OSGE.2 C. AHOSSI, Coordonnateur Régional des acquisitions, CMFO K. HOMAWOO, Assistant des opérations, OSGE2 M. LABBEN, Consultant, ORPF2 ; J.N TALLA Consultant, OSGE2 Chef de Division Sectorielle : M. KANGA Directeur pour le Secteur : G. NEGATU Directeur Régional : J. M. GHARBI ; Révision par les pairs A. MOUMMI, Economiste de recherche, EDRE2 E. DIARRA Economiste Financier Principal, OSGE.2 C. MOLLINEDO, Macroéconomiste Supérieur, OSGE.2 A. EYEGHE, Socioéconomiste Supérieur, OSHD1 V. LOSSOMBOT, Analyste Financier CDFO S. BEN ABDALLAH, Conseiller Juridique Supérieur, GECL1 A. TARSIM, Consultant, OSGE.2

Embed Size (px)

Transcript of Congo - Projet d'appui institutionnel pour l'amélioration du climat ...

  • Langue : FRANCAIS

    Original : Franais

    FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT

    PROJET : PROJET DAPPUI INSTITUTIONNEL POUR LAMLIORATION

    DU CLIMAT DES AFFAIRES ET LA DIVERSIFICATION DE LCONOMIE

    CONGOLAISE

    PAYS : RPUBLIQUE DU CONGO

    RAPPORT DVALUATION DE PROJET 26 Juillet 2010

    Equipe dvaluation

    Chef dquipe T. HOUENINVO, Macroconomiste Suprieur, OSGE.2

    Membres de lquipe : C. MBENG MEZUI, Economiste Financier OSGE.2

    C. AHOSSI, Coordonnateur Rgional des

    acquisitions, CMFO

    K. HOMAWOO, Assistant des oprations, OSGE2

    M. LABBEN, Consultant, ORPF2 ;

    J.N TALLA Consultant, OSGE2

    Chef de Division Sectorielle : M. KANGA

    Directeur pour le Secteur : G. NEGATU Directeur Rgional : J. M. GHARBI

    ;

    Rvision par les pairs

    A. MOUMMI, Economiste de recherche, EDRE2

    E. DIARRA Economiste Financier Principal, OSGE.2

    C. MOLLINEDO, Macroconomiste Suprieur, OSGE.2

    A. EYEGHE, Socioconomiste Suprieur, OSHD1

    V. LOSSOMBOT, Analyste Financier CDFO

    S. BEN ABDALLAH, Conseiller Juridique Suprieur, GECL1

    A. TARSIM, Consultant, OSGE.2

  • TABLE DES MATIRES

    Equivalences montaires .................................................................................................................... i

    Sigles et abrviations ......................................................................................................................... ii

    Fiche de projet ................................................................................................................................... ii

    Rsum du projet .............................................................................................................................. iv

    Cadre logique ax sur les rsultats .................................................................................................... v

    Calendrier dexcution du projet .................................................................................................... viii

    I Orientation stratgique et justification ......................................................................................... 1

    1.1 Liens du projet avec la stratgie et les objectifs pays ...................................................... 1

    1.2 Justification de lintervention de la Banque ..................................................................... 1

    1.3 Coordination de laide ...................................................................................................... 4

    II Description du projet............................................................................................................ 4

    2.1 Objectifs du projet ............................................................................................................ 4

    2.2 Composantes du projet ..................................................................................................... 4

    2.3 Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies ................................ 7

    2.4 Type de projet................................................................................................................... 7

    2.5 Cot du projet et dispositifs de financement .................................................................... 7

    2.6 Zone et bnficiaires viss par le projet ........................................................................... 9

    2.7 Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre du projet........ 10

    2.8 Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la

    conception du projet ....................................................................................................... 10

    2.9 Principaux indicateurs de performance .......................................................................... 11

    III Faisabilit du projet............................................................................................................... 12

    3.1 Performances conomiques et financires ..................................................................... 12

    3.2 Impact environnemental et social ................................................................................... 12

    Environnement ...................................................................................................................... 12

    Changement climatique ........................................................................................................ 12

    Genre ..................................................................................................................................... 12

    Social..................................................................................................................................... 13

    IV Excution .............................................................................................................................. 13

    4.1 Dispositions en matire dexcution .............................................................................. 13

    Instance de pilotage............................................................................................................... 14

    Passation des marchs ............................................................................................................ 14

    Gestion financire ................................................................................................................. 14

    4.2 Suivi ............................................................................................................................... 15

    4.3 Gouvernance................................................................................................................... 16

    4.4 Soutenabilit ................................................................................................................... 16

    4.5 Gestion des risques ......................................................................................................... 17

    4.6 Dveloppement des connaissances................................................................................. 17

    V Cadre Juridique ...................................................................................................................... 18

    5.1 Instrument lgal .............................................................................................................. 18

    5.2 Conditions associes lintervention de la Banque : ..................................................... 18

    5.3 Conformit avec les politiques de la Banque ................................................................. 18

    VI RECOMMANDATION ....................................................................................................... 18

  • Appendice I. Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays ................................................ 1

    Appendice II. Tableau du portefeuille de la BAD en Rpublique du Congo ................................. 1

    Appendice III. Principaux projets connexes financs par la Banque et dautres partenaires au

    dveloppement du pays ................................................................................................................... 1

    Appendice IV. Carte de la zone du projet ....................................................................................... 1

    Appendice V. Cots dtaills du projet 5

    Liste des annexes techniques

    A -Agenda de dveloppement du pays, aperu du secteur et soutien des bailleurs de fonds

    A1-Agenda de dveloppement du pays

    A2- Aperu du secteur et soutien des bailleurs de fonds

    A3- Matrice dintervention des diffrents bailleurs dans le cadre du projet dappui la

    Diversification conomique

    B- Soutien des arguments cls du rapport

    B1- Principaux enseignements

    B2- Dispositions dexcution

    B3-Gestion financire et dispositions de dcaissement

    B4- Dispositions de passation des marchs

  • i

    Equivalences montaires Juillet 2010

    1 Unit de Compte (UC) = 790,559 FCFA

    1 Unit de Compte (UC) = 1,20 520 EUR

    1 EUR = 655,957 FCFA

    1 Unit de Compte (UC) = 1,47890 $ US

    Anne fiscale 1

    er janvier 31 dcembre

    Poids et mesures

    1 tonne mtrique = 2204 livres

    1 kilogramme (kg) = 2,200

    1 mtre (m) = 3,28 pieds

    1 millimtre (mm) = 0,03937 pouce

    1 kilomtre (Km) = 0,62 mile

    1 hectare (ha) = 2,471 ares

  • ii

    Sigles et abrviations

    ADPME : Agence de Dveloppement des PME

    APIX : Agence de Promotion des Investissements et des Exportations

    APNI : Association Pointe Noire Industrielle

    BAD : Banque Africaine de Dveloppement

    BM : Banque Mondiale

    CFCO : Chemin de Fer Congo Ocan

    CFE : Centre de Formalits Administratives des Entreprises

    CNSEE : Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques

    COGEPACO : Confdration Gnrale du Patronat du Congo des PME, PMI PMEA

    DPUE : Direction des Programmes de lUnion Europenne

    DSP : Document de Stratgie Pays

    DSRP : Document de Stratgie de Rduction de la Pauvret

    FAD : Fonds Africain de Dveloppement

    FGS : Fonds de garantie et de Soutien

    FJEC : Forum des Jeunes Entreprises du Congo

    FIGA : Fonds dImpulsion de Garantie et dAccompagnement

    HCDPP : Haut Conseil de Dialogue Public Priv

    OHADA : Organisation pour lHarmonisation en Afrique du Droit des Affaires

    MEC : Maison de lEntreprise du Congo

    MEPATI : Ministre de lconomie du plan de lamnagement du territoire et de lintgration

    MPMEA : Ministre des Petites, Moyennes Entreprises et de lArtisanat

    MDIPSP : Ministre du Dveloppement Industriel et de la Promotion du Secteur Priv

    PACADEC

    :Projet dAppui institutionnel pour lAmlioration du Climat des Affaire de lEconomie

    Congolaise

    PME : Petite et Moyenne Entreprise

    PPTE : Pays Pauvre Trs Endett

    RDB : Rwanda Development Board

    TPE : Trs Petite Entreprise

    UC : Unit de Compte

    UCP : Unit de Coordination du Projet

    UE : Union Europenne

    UNICONGO : Union patronale et interprofessionnelle du Congo

    Fiche de projet

    Fiche du client

    EMPRUNTEUR : Gouvernement Congolais

    ORGANE DEXECUTION : Unit de Coordination du Projet / Ministre de lEconomie, du Plan,

    de lAmnagement du Territoire et de lIntgration

    Plan de financement

    Source Montant (UC) Instrument

    FAD

    3,44 M

    don

    Gouvernement 3,44M (idem)

    COT TOTAL 6,88 M

  • iii

    Importantes informations financires de la BAD

    Monnaie du prt / don

    UC

    Type dintrts* (SO)

    Marge du taux dintrt* (SO)

    Commission dengagement* (SO)

    Autres frais* (SO)

    Echance (SO)

    Diffr damortissement (SO)

    TRF, VAN (scnario de base) (SO)

    TRE (scnario de base) (SO)

    *si applicable

    Dure principales tapes (attendues)

    Identification :

    Prparation :

    Approbation de la note conceptuelle

    21.09-05.10 2009

    12-26 Fvrier 2010

    21 Avril 2010

    Evaluation

    Equipe Pays

    Approbation du projet

    24.04-11.05 2010

    26.07.2010

    Septembre 2010

    Entre en vigueur Novembre 2010

    Dernier dcaissement Dcembre 2015

    Achvement Dcembre 2016

    Dernier remboursement (SO)

  • iv

    Rsum du projet

    Aperu gnral du projet Le Projet dAppui institutionnel pour lamlioration du Climat des

    Affaires et la Diversification Economique (PACADEC) a pour objectif principal de contribuer

    faciliter la cration dentreprises et la promotion du secteur priv hors ptrole travers

    lamlioration de lenvironnement des affaires. Le projet est conu dans le cadre du programme

    dappui la diversification conomique du Gouvernement, galement financ par la Banque

    mondiale et lUnion Europenne. Il a une couverture gographique nationale. Les rsultats

    escompts sont (i) la rduction du cot de cration des entreprises ; (ii) la rduction des litiges lis

    au foncier en pourcentage du total des litiges ; (iii) la rduction du dlai de cration des entreprises ;

    (iv) laugmentation du nombre de cration dentreprises formelles dont celles cres par les femmes

    avec lassistance du Centre de Formalits des Entreprises (CFE)/Maison de lEntreprise ; (v) la

    rduction du temps consacr par les entreprises au paiement des impts ; (vi) le choix de la

    configuration juridique approprie de garantie par le Gouvernement. Les bnficiaires directs

    sont le CFE et ses 5 antennes rgionales, les 7 administrations partenaires (Greffe, Direction

    gnrale des impts, Direction Gnrale du Commerce, Chambre de commerce, etc.), le ministre

    des petites et moyennes entreprises, le ministre du dveloppement industriel et de la promotion du

    secteur priv, le Haut conseil du dialogue Public-priv, le ministre des affaires foncires, les

    Associations professionnelles du secteur priv, les porteurs de projets de cration et de reprise

    dentreprises, les TPE, les PME, les salaris des administrations publiques et lensemble des

    populations congolaises. Le projet sexcute sur 5 ans de 2011-2015. Son cot total est de 6,88

    millions dUC. Le cot global du programme que finance lensemble des trois bailleurs est estim

    40 millions de $ US, soit 26 millions dUC.

    Evaluation des besoins. Le Gouvernement a adopt un plan daction damlioration du climat des

    affaires en vue de promouvoir le secteur priv hors ptrole et rduire la dpendance du pays vis--

    vis des ressources ptrolires. Lintervention de la Banque constitue un facteur catalyseur pour la

    ralisation des objectifs du programme et en cela, une bonne utilisation des ressources de la

    Banque.

    Valeur ajoute. La Banque dispose dexpertise et dun avantage comparatif puisquelle a financ

    des oprations similaires au Rwanda avec le Rwanda Development Board (RDB), au Burkina

    Faso avec la Maison de lEntreprise du Burkina Faso et au Sngal avec lagence de Promotion des

    Investissements et des Exportations(APIX).

    Gestion des connaissances. La collecte et la diffusion des connaissances tires de ce projet auprs

    des bnficiaires seront assures par lUnit de Coordination du Projet (UCP) travers la presse

    nationale, les lettres de nouvelles, les rapports trimestriels dactivit, le rapport de revue mi-

    parcours, le rapport dachvement, les sites Web puis le rapport dvaluation de performance

    ralis par OPEV. Enfin les connaissances acquises serviront rpliquer le projet ailleurs.

  • v

    CONGO : PROJET DAPPUI INSTITUTIONNEL POUR LAMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET LA

    DIVERSIFICATION ECONOMIQUE

    Cadre logique ax sur les rsultats

    HIERARCHIE DES OBJECTIFS RESULTATS ATTENDUS PORTEE INDICATEURS DE

    PERFORMANCE

    CALENDRIERS DES

    OBJECTIFS

    INDICATIFS

    HYPOTHESES /

    RISQUES

    1. Finalit :

    Contribuer la diversification de lconomie

    congolaise

    Long terme

    1. La dpendance de lconomie congolaise au

    secteur ptrolier est rduite

    1. Population du Congo, Etat congolais, secteur

    priv, porteurs de projets

    de cration et de reprise

    dentreprise, TPE, PME,

    secteur informel,

    investisseurs trangers,

    salaris, administrations

    publiques

    1. Augmentation de la part du secteur priv non ptrolier dans le

    PIB (Source : DGE/MEPATI)

    1. 5% en 2009 10% en 2015

    2. But du projet

    Contribuer lamlioration du climat des affaires

    Moyen-terme

    1. Les formalits administratives de

    cration dentreprises

    sont simplifies

    2. Laccs au foncier sur la base dune action pilote

    sur la ville de Pointe

    Noire est amlior

    3. Le processus de paiement des impts travers le

    tlpaiement est

    simplifi

    4. Le mcanisme de financement des

    entreprises est facilit

    1. Secteur priv, TPE, PME, Etat congolais,

    population congolaise

    2. Population de Pointe Noire, TPE, PME, Etat

    congolais

    3. Secteur priv, TPE, PME, Administrations

    partenaires (Direction

    des Impts, INS,

    CNSS, CCIAM,

    Direction du Travail,

    Greffe, Direction du

    Commerce)

    4. Secteur priv, TPE, PME, porteurs de

    projet de cration ou de

    1.1 Cot de cration dentreprise en % du PNB per capita (Source :

    Doing Business)

    1.2 Le dlai de cration dentreprise rduit

    1.3 Le nombre de cration dentreprises formelles par

    lintermdiaire de la Maison de

    lentreprise

    1.4 Pourcentage de femmes ayant immatricul une entreprise

    (Source : CFE)

    2. Litiges lis au foncier en

    pourcentage du total des litiges

    Pointe Noire. (Source : Ministre de

    la justice/Ministre des affaires

    foncires)

    1.1 86,5 % en 2010 40% en 2014

    1.2 37 jours en 2009 20 jours en 2015

    1.3 2792 en 2009 4000 en 2015

    1.4 29% en 2008 35% en 2015

    2. 81% en 2009 71%

    en 2015

    Hypothse : Poursuite

    des rformes

    structurelles et dune

    gestion

    macroconomique

    satisfaisante

    Risque : Relchement

    de la volont des

    autorits poursuivre

    les rformes

    structurelles,

    notamment celles visant

    lamlioration du climat

    des affaires.

    Mesure dattnuation : Existence dun

    programme soutenu par

    la Facilit Elargie de

    Crdit du FMI, excut

    de faon satisfaisante.

    Dialogue renforc par la

    coordination des

    bailleurs de fonds au

  • vi

    3. Activits et intrants

    Court terme

    dveloppement, secteur

    informel dont les

    femmes entrepreneurs

    3. Le temps consacr au

    paiement des impts et taxes par an

    (Source : Doing Business)

    4. Choix de la configuration

    juridique approprie de garantie par

    le gouvernement

    3. 606 heures en 2009

    360 heures en 2014

    4. Au plus tard fin

    2014

    sein du sous groupe du

    secteur priv du cadre

    de Coordination des

    partenaires Techniques

    et Financiers.

    Composante 1 : Appui lidentification et mise en uvre des rformes prioritaires du climat des affaires dans le cadre dun dialogue public-priv renforc

    Activits

    - Mise disposition assistances techniques

    - Acquisition matriels et quipements

    - Mise disposition budget fonctionnement

    1. Les capacits du HCDPP

    sont renforces

    2. Les rformes prioritaires

    du climat des affaires sont

    identifies avec le dialogue

    publique-priv et adoptes

    2.1 Les procdures administratives de

    cration dentreprise

    sont rformes

    2.2 le cadre rglementaire du CFE est reform

    2.3 le systme fiscal des entreprises est rform

    2.4 les textes portant mesures de facilitation

    de laccs des PME et

    TPE au financement

    sont reforms

    2.5 les sections cadastrales sont mises jours

    Pointe Noire

    2.6 le mcanisme de garantie est rvis

    1. HCDPP

    2. Population du Congo,

    Etat congolais, secteur

    priv, porteurs de projets de

    cration et de reprise

    dentreprise, TPE, PME,

    secteur informel,

    investisseurs trangers,

    salaris, administrations

    publiques

    1.1Nombre dassistant technique

    1.2 Nombre matriels didactiques

    1.3 Nombre de lots dquipements

    1.4 Montant budget

    2.1Textes rformant les procdures

    administratives de cration

    dentreprises adoptes

    2.2 Textes rformant le cadre

    rglementaire du CFE adopts

    2.3 Textes rformant la fiscalit des

    entreprises adopts

    2.4 Textes portant mesures de

    facilitation de laccs des PME et

    TPE au financement adopts

    2.5 Nombre de sections cadastrales

    mises jour

    2.6 Configuration juridique et

    modle conomique du fonds de

    garantie adopts

    1.1 2 assistants

    techniques de 2011

    2014

    1.2 matriels

    1.3 Lots quipements

    1.4 montant budget

    2.1 Au plus tard fin 2012

    2.2 Au plus tard fin 2012

    2.3 Au plus tard fin

    2013

    2.4 Au plus tard fin

    2013

    2.5 De 0 en 2009 90

    000 en 2015

    2.6 Fin 2011

  • vii

    Composante 2 : Appui la facilitation de la cration et du dveloppement des entreprises

    Activits

    Acquisitions Equipements informatiques

    Mise disposition Assistance technique

    Inputs :

    BAD : 3,44 millions UC

    Gouv : 3,44 millions UC

    1 les antennes du CFE

    Mise en rseau

    2 le CFE et les 7

    administrations partenaires

    sont connects

    3 le personnel du CFE et

    des Administrations

    partenaires sont forms

    4 La maison de lentreprise

    est cre, le CFE est intgr

    en son sein comme socle

    5 Ltude des modalits et

    spcifications techniques du

    tlpaiement est ralise

    6 Le tlpaiement est mise

    en uvre et intgr au sein de

    la Maison de lentreprise

    1. Idem

    1 Nombre dantennes du CFE

    interconnectes

    2 Nombre dadministrations

    partenaires connectes avec la CFE

    3 Nombre dagents du CFE et des

    administrations partenaires form

    4.1 Textes crant la Maison de

    lentreprise adopts

    4.2 Nombre doprateurs

    conomiques forms par la MEC

    4.3 Totalit supports

    pdagogiques de prennisation des

    formations ralises

    5 Choix de la solution technique de

    tlpaiement

    6 Mise en uvre de la solution de

    tlpaiement

    1. 5 fin 2011

    2. Le CFE et 7

    administrations fin

    2012

    3 45 du CFE et 35 des

    administrations au plus

    tard fin 2013

    4.1 Au plus tard fin

    2013

    4.2 200 dici 2015

    4.3 Au plus tard fin

    2014

    5 En 2012

    6 En 2014

    Hypothse : Bonne

    coordination et mise en

    uvre du projet

    Risque : Difficults de

    coordination et de mise

    en uvre du projet

    Mesures

    dattnuation : Tutelle

    et coordination assure

    par le Ministre dEtat

    lEconomie et au plan

    (coordonnateur du pole

    conomique).

    Utilisation par

    lensemble des bailleurs

    de la mme agence

    dexcution. Le projet

    prvoit de lassistance

    technique qui permettra

    de renforcer les

    capacits et dattnuer

    ce risque.

    Hypothse : Le

    Gouvernement est en

    mesure de dcaisser les

    fonds de la contrepartie

    Risque : Retard dans la

    contre partie

    Mesures

    dattnuation : La

    dtermination de la

    contrepartie 50% a t

    consigne dans lAide

    mmoire de la mission

    conjointe dvaluation.

    Les autorits prennent

    les dispositions dans le

    CDMT et le budget

    2011.

  • viii

    Calendrier dexcution du projet

  • RAPPORT ET RECOMMANDATION DE LA DIRECTION DU GROUPE DE LA BANQUE AU

    CONSEIL DADMINISTRATION CONCERNANT UN DON A LA REPUBLIQUE DU CONGO POUR

    LE PROJET DAPPUI A LAMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES ET LA

    DIVERSIFICATION ECONOMIQUE.

    La Direction soumet le Rapport et la Recommandation ci-aprs sur une proposition de don dun montant

    de 3,44 millions dUC au Gouvernement de la Rpublique du Congo pour le financement du Projet

    dAppui institutionnel pour lAmlioration du Climat des Affaires et la Diversification de lEconomie

    Congolaise (PACADEC).

    I Orientation stratgique et justification

    1.1 Liens du projet avec la stratgie et les objectifs pays

    1.1.1. Principaux axes stratgiques du pays retenus dans le DSCRP et programmes oprationnels. Le

    DSRP (2008-2010) sappuie sur les cinq axes stratgiques suivants (i) Amlioration de la gouvernance,

    consolidation de la paix, de la scurit; (ii) Promotion de la croissance conomique et la stabilit du cadre

    macroconomique; et (iii) Amlioration de laccs des populations aux services sociaux de base ; (iv)

    Amlioration de lenvironnement social ; et (v) Renforcement de la lutte contre le VIH/SIDA. Le projet

    est en ligne avec le DSCRP 2008-2010 du pays notamment laxe 2 qui vise la promotion de la

    croissance conomique et la stabilit macro-conomique et son programme oprationnel. Cet axe, selon les autorits, sera maintenu dans le DSCRP 2011-2016 en cours de prparation. Loprationnalisation dudit axe

    sest traduite en 2009 par ladoption dune politique nationale de dveloppement du secteur priv accompagne

    dun plan daction pour lamlioration du climat des affaires et la diversification conomique dont

    lobjectif gnral est damliorer lenvironnement des affaires afin de mettre en place un cadre propice

    au dveloppement de lentreprenariat et la cration dentreprises au Congo .

    1.1.2 Lien du projet avec le Document de stratgie pays (DSP). Le projet est en ligne galement avec le

    Document de stratgie pays (DSP) 2008-2012 revue mi-parcours en 2010 qui a, confirm au niveau de

    son deuxime pilier, la priorit accorde la promotion de la stabilit du cadre macroconomique et la

    croissance. Ce pilier se subdivise en deux sous-piliers que sont :(i) la stabilit macroconomique ; et (ii)

    lenvironnement des affaires et la diversification de lconomie. Le PACADEC fait partie des oprations

    sous tendant la mise en uvre de ce dernier sous pilier.

    1.2 Justification de lintervention de la Banque

    1.2.1. Le projet est ncessaire parce que le faible dveloppement du secteur priv hors ptrole et son

    corollaire, linsuffisante exploitation du potentiel de croissance du secteur non ptrolier (insuffisante

    diversification conomique) constituent un obstacle essentiel latteinte des objectifs de la stratgie

    nationale de croissance et de rduction de la pauvret du Congo. En effet, le secteur priv congolais est

    caractris par une structure duale o quelques grandes entreprises, pour lessentiel trangres, coexistent

    avec une myriade de petites entreprises informelles. Les Trs Petites Entreprises (TPE)1 reprsentent

    97,6% du total des entreprises, les PME reprsentent (2,4%) et les grandes entreprises (0,1%) (2).

    Plusieurs facteurs limitent le dveloppement du secteur priv, en particulier les PME. On note, entre

    autres :

    1 On distingue 4 catgories dentreprises au Congo : les Trs petites entreprises (TPE) caractrises par un effectif de moins de

    5 personnes, les petites entreprises avec un effectif de 5 19 employs, les moyennes entreprises avec un effectif de 20 99

    personnes et les grandes entreprises qui ont plus de 100 employs. 2 MPMEA, Projet de politique nationale de dveloppement des petites et moyennes entreprises et de lartisanat, version de

    dcembre 2009, pp 8-9.

  • 2

    linefficacit des mcanismes dappui : ces mcanismes existent mais sont trs disperss et

    peu efficaces. Parmi eux on peut citer le Fonds de Garantie et de Soutien aux petites et

    moyennes entreprises (FGS), lAgence de Dveloppement des PME (ADPME) et le Centre de

    Formalit des Entreprises (CFE), le Forum des Jeunes Entrepreneurs du Congo (FJEC) et

    lAssociation Pointe Noire Industrielle (APNI). Non seulement ces structures sont mal

    organises et manquent de moyens mais, leurs tutelles hirarchiques sont miettes et ces

    institutions sont dissmines gographiquement. De plus, le secteur priv souffre dun manque

    de cadre appropri de dialogue de haut niveau avec le secteur public, notamment pour les

    mesures prendre pour desserrer les contraintes au dveloppement dun secteur priv robuste.

    En effet la multitude dassociations professionnelles ou de syndicats du secteur priv

    existantes (Chambre de commerce, UNICONGO, COGEPACO etc.) discute en rang dispers

    avec le Gouvernement sur les mesures cls damlioration du climat des affaires ;

    le difficile accs au financement : laccs au crdit est particulirement difficile pour les PME.

    En effet, face linefficacit des structures dappui financier actuelles au secteur priv, les

    PME/PMI se financent quasiment sur fonds propres et recourent rarement au crdit bancaire.

    Le Congo compte six banques essentiellement commerciales. Laccs au financement demeure

    selon ltude de la Banque (dcembre 2009), lun des obstacles majeurs des petites entreprises

    congolaises. Cette situation relve du paradoxe lorsquon prend en compte limportance des

    liquidits dtenues par les banques congolaises. Dans le Doing business 2010, le pays est

    class 135me sur 183 pour laccs au crdit. Lune des causes de cette situation est labsence

    dun systme de garantie oprationnel ;

    le poids excessif de la fiscalit et de la parafiscalit : selon des tudes menes rcemment par

    lUnion Europenne, les entreprises congolaises payent 2,3 fois plus dimpts que dans les

    autres pays africains. La parafiscalit est de loin le problme le plus pnalisant pour les

    entreprises. En effet, davantage que la question des taux, ce sont surtout les pratiques des

    administrations fiscales qui posent des difficults aux entreprises, la corruption de certains

    agents administratifs se traduisant par une parafiscalit illgale et onreuse souvent

    gnre en marge du Code Gnral des Impts, par les collectivits locales, les administrations

    et les socits publiques - et un harclement des entreprises par les administrations ;

    les tracasseries administratives et le difficile accs au foncier : pour les conditions de cration

    dune entreprise, le pays occupe le 166me

    rang sur 183. Les questions foncires reprsentent

    81%1 des litiges enregistrs par les tribunaux et constituent un frein la cration et au

    dveloppement des entreprises ;

    1.2.2 Refltant cette situation densemble dans ce pays post conflit en situation fragile, le Congo a vu

    son classement global dans le Doing Business (2010) chuter sur les trois dernires annes passant du

    175me

    rang en 2008 au 179me

    en 2010, sur 183 pays. Dans ce contexte, la part du secteur priv hors

    ptrole ne dpasse gure 5%. Ce manque de diversification conomique constitue un risque socio-

    conomique lev face la menace dune baisse des ressources ptrolires dans le futur. Lintervention

    de la Banque est ainsi justifie.

    1.2.3 La Banque intervient maintenant pour quatre principales raisons. Premirement, il existe une

    feuille de route pour lamlioration du climat des affaires. En effet, pour remdier cette situation difficile

    voque supra, le Gouvernement a adopt en octobre 2009, avec le soutien des bailleurs de fonds, un plan

  • 3

    daction pour lamlioration du climat des affaires et la diversification dont les objectifs spcifiques sont

    entre autres de : (i) faciliter la mise en uvre concrte du dialogue public-priv pour amliorer le climat

    des affaires ; (ii) simplifier et allger la fiscalit et la parafiscalit et lassortir dun systme de fiscalit

    des entreprises davantage orient vers la croissance du secteur priv ; (iii) structurer le dispositif

    institutionnel dappui au dveloppement du secteur priv en vue de crer une maison de lentreprise dont

    les missions ventuelles seraient de faciliter la cration et le dveloppement des entreprises, promouvoir la

    culture entrepreneuriale et promouvoir les investissements ; (iv) dvelopper des mcanismes dappui

    financier et non financier aux PME congolaises pour un meilleur accs au crdit ; (v) promouvoir

    lentreprenariat. Deuximement, pour amliorer sa connaissance sur le problme, la Banque a entrepris

    une tude sur la problmatique de laccs au financement des entreprises au Congo. Cette tude a t

    finalise fin 2009 et recommande des interventions dans les domaines prvoir dans le cadre dun projet

    financer par la Banque et dautres bailleurs de fonds. Troisimement, le Gouvernement a adress la

    Banque une requte de financement en dcembre 2009. Enfin, les principaux partenaires au

    dveloppement du pays ont mis en place un cadre conjoint dappui au plan daction au quatrime trimestre

    2009. Ainsi, il a t convenu que lappui de la Banque Mondiale porte sur le recrutement dun staff

    technique pour le HCDPP, la mise en uvre des rformes, les zones conomiques de Pointe Noire, la mise

    en place dun dispositif de financement frais partag matching grants 3 ciblant les activits agricoles

    respectueuses de lenvironnement, le recrutement du personnel technique de Direction de la future Maison

    de lEntreprise ; puis lassistance la restructuration/privatisation de la compagnie de chemin de fer

    CFCO. LUE quant elle financera les activits de sensibilisation/formation des parlementaires, des lus

    locaux, les journalistes et la plateforme du secteur priv sur les questions lies au dveloppement du

    secteur priv. Elle financera le renforcement pralable des structures dappui existantes (ADPME, APNI,

    FJEC, etc.) dans la perspective de leur intgration au sein de la Maison de lEntreprise. Elle mettra

    galement en place un dispositif de chques services afin de permettre aux TPE et aux PME

    congolaises daccder aux services de consultants locaux. Elle apportera un appui la justice commerciale

    ainsi qu la simplification des procdures douanire et la facilitation du commerce. Le PACADEC est

    donc justifi maintenant car il vise appuyer le Gouvernement dans la mise en uvre de ce plan

    conjointement avec les autres partenaires.

    1.2.4 Avantage comparatif et valeur ajoute. Lexprience rcente russie dans divers pays (Rwanda,

    Burkina et Sngal par exemple) dans lappui lamlioration de lenvironnement des affaires donne un

    avantage comparatif la Banque. En effet, au Rwanda, lintervention de la Banque a contribu

    amliorer la comptitivit de lconomie rwandaise et son classement dans le Doing business qui est

    passe du 143me

    rang au 6me sur 183 de 2009 2010. De mme, lappui de la Banque au Burkina Faso a

    permis dintgrer sur le plan informatique le Centre de Formalits des Entreprises (CEFORE) et le Centre

    de Facilitation des Actes de Construire (CEFAC) et contribu la rduction des dlais de cration de 7

    jours en 2007 5 jours en 2008 avec un objectif de 2h en 2010. Il en est de mme de lappui au Sngal

    dans le cadre du Programme dAppui lAjustement du Secteur Priv (PAASP). Cette opration a permis

    3 Il sagit dun dispositif dans lequel le promoteur supporte un pourcentage minimum et le fonds frais partag supporte le

    reste. La Banque mondiale mettra en place un manuel de procdure du matching grant en coordination avec le dispositif

    similaire de lUE chques services

  • 4

    damliorer la synergie entre lAPIX et les diffrentes structures dappui. Elle a de mme fait avancer les

    rformes dans des domaines tels que le code des investissements, le cadre juridique des projets

    dinfrastructures financement priv, lamlioration des systmes financiers de gestion et amlior

    lenvironnement des affaires au Sngal. Par ailleurs, ltude sur la problmatique du financement des

    entreprises lui confre a permis la Banque dinfluencer la conception du projet dans ce domaine. La

    complmentarit de lintervention de la Banque avec celles des autres partenaires lui confre une certaine

    valeur ajoute. En effet, les domaines4 retenus par la Banque en concertation avec les autres bailleurs, le

    Gouvernement congolais et les structures reprsentant le secteur priv, sont principalement, le

    renforcement des capacits du HCDPP concevoir et mettre en uvre des rformes cls pour

    lamlioration du climat des affaires, la simplification des procdures administratives de cration

    dentreprise, le texte crant la maison de lentreprise ainsi que son modle conomique (business plan), la

    scurisation de laccs au foncier, la simplification fiscale et le tlpaiement, la facilitation de laccs des

    TPE et PME au financement.

    1.3 Coordination de laide

    Il existe depuis dcembre 2008, le Cadre de concertation des partenaires techniques et financiers (CCPTF)

    constitu des reprsentants des principaux PTF bilatraux et multilatraux rsidents au Congo sous la

    direction du PNUD. Le CCPTF se runit tous les trois mois. Treize Groupes thmatiques /sectoriels ont

    galement t crs au sein du CCPTF dont celui du secteur priv et des politiques commerciales. Les

    partenaires de ce sous-groupe comprennent en dehors de la Banque, la Banque Mondiale, lUnion

    Europenne (UE), lAgence Franaise de Dveloppement (AFD), le PNUD, la Coopration Franaise, la

    FAO, le FIDA. Les facilitateurs de ce sous-groupe sont la Banque Mondiale, lUE et lAFD. Le prsent

    projet a t prpar dans le cadre de missions conjointes avec les autres bailleurs du sous-groupe secteur

    priv notamment la Banque mondiale, lUE et lAFD.

    II Description du projet

    2.1 Objectifs du projet

    La finalit du projet est de contribuer la diversification de lconomie congolaise. Le but du projet est

    damliorer le climat des affaires. Le projet sera excut sur une priode de cinq ans allant de 2011

    2015, il sera structur en trois composantes : (i) Appui lidentification et la mise en uvre des

    rformes cls pour lamlioration du climat des affaires travers un meilleur dialogue public-priv ; (ii)

    Appui la facilitation de la cration et du dveloppement des entreprises prives ; et (iii) Gestion du

    projet. Une assistance technique fournie par la Banque aidera dfinir et mettre en uvre toutes ces

    activits.

    2.2 Composantes du projet

    Composante 1 : Appui lidentification et la mise en uvre des rformes cls pour lamlioration

    du climat des affaires travers un meilleur dialogue public-priv

    4 Il sagit de financement parallle

  • 5

    2.2.1 Lobjectif de cette composante est de contribuer identifier et mettre en uvre des rformes cls

    damlioration du climat des affaires travers un meilleur dialogue public-priv. Les activits de cette

    composante comprennent la production et ladoption des propositions de rformes rglementant le climat

    des affaires travers la mise disposition dune Assistance Technique spcialise. Il sagit entre autres de

    textes rformant les procdures administratives de cration dentreprise, le cadre rglementaire du CFE,

    la fiscalit des entreprises et des textes portant mesures de facilitation de laccs des PME et TPE au

    financement. Cette composante soutiendra galement les rformes permettant de faciliter laccs au

    foncier notamment par le biais dune assistance technique et la fourniture dquipements destins

    actualiser une centaine de sections cadastrales (96000 parcelles) dans la zone portuaire de Pointe-Noire.

    Des sessions sur des questions spcifiques relatives limpact des rformes seront animes par une

    assistance technique pour les groupes de travail du HCDPP. Par ailleurs du matriel didactique sera mis

    la disposition du HCDPP afin de prenniser les acquis techniques.

    Composante 2 : Appui la facilitation de la cration et du dveloppement des entreprises prives

    2.2.2 Lobjectif de cette composante est de faciliter la cration et le dveloppement des entreprises

    travers la simplification des procdures de cration, les procdures fiscales et travers la mise en place

    dun dispositif de services financiers de garantie. Les activits de cette composante comprennent : la mise

    en rseau des 5 antennes du CFE, la mise en rseau du CFE avec les 7 administrations partenaires, la

    formation du personnel du CFE (45) et des Administrations partenaires (35), la cration de la Maison de

    lEntreprise et lintgration du CFE en son sein. Elle inclut la formation des oprateurs conomiques (200

    dont le pourcentage de femmes allant de 29% en 2009 35% en 2015), la mise disposition de la

    Maison de lEntreprise des modules de formation et du matriel pdagogiques permettant de former

    dautres acteurs et de prenniser les acquis des formations. En outre, cette composante comprendra

    llaboration dune tude des modalits et spcifications techniques du tlpaiement fiscal et lintgration

    de la solution retenue au sein de la Maison de lentreprise. Enfin elle permettra la rvision du mcanisme

    existant de garantie devant conduire la configuration juridique et son modle conomique.

    Composante 3 : Gestion du projet

    2.2.3 Depuis le Gouvernement de septembre 2009, le Ministre dEtat, de lEconomie, du Plan de

    lAmnagement du Territoire et de lIntgration (MEPATI), coordonnateur du ple conomique est

    responsable de coordination de lensemble des activits conomiques y compris celles du secteur priv. A

    ce titre le MEPATI a la responsabilit institutionnelle de coordonner les activits de tous les Ministres du

    pole (Ministre des PME, Ministre de lIndustrie et de la promotion du secteur priv, Ministre de

    lagriculture, Ministres des Zones conomiques spciales, etc.). Cest la principale raison pour laquelle la

    tutelle du projet a t place sous le MEPATI. Cet arrangement institutionnel a entre autres lavantage

    dviter de multiplier les organes dexcution en conformit avec la Dclaration de Paris. Cette

    composante regroupe les activits lies la gestion et la coordination du projet.

    2.2.4 Lobjectif de cette composante est de faciliter lexcution du projet. A ce titre, les activits

    suivantes seront ralises: (i) la coordination globale des activits de projet; (ii) la maintenance de

    registres et de comptes pour toutes les transactions de toutes les composantes du projet ; (iii) la

    prparation dans les dlais impartis de Rapports de Suivi Financier (RSF) trimestriels, des tats financiers

    et dautres rapports selon les procdures; (iv) la gestion de la trsorerie et les demandes

  • 6

    dapprovisionnement de tous les comptes spciaux ; (v) assurer la liaison avec les autres partenaires de

    dveloppement; (vi) prparer les programmes de travail annuels, le budget annuel, les comptes, les

    rapports dtat davancement; (vii) la supervision et lexcution de tous les contrats de consultants; (viii)

    faire auditer chaque anne par des auditeurs indpendants acceptables par la Banque les tats financiers

    labors sous la responsabilit de lUCP.

    2.2.5 La description des composantes et leurs cots sont rsums dans le tableau ci-dessous (cf.

    Appendice V pour les cots dtaills)

    Tableau 2.1 : Les Composantes du Projet et actions prvues

    NOM DE LA

    COMPOSANTE

    Cots

    Estimatifs

    (en millions

    dUC)

    DESCRIPTION DES COMPOSANTES

    Composante 2 :

    Appui la facilitation de la cration

    et du dveloppement des entreprises

    prives

    3,874

    -Facilitation de la cration des entreprises prives par la

    simplification des procdures

    mise en rseau des antennes du CFE, mise en rseau du CFE et des administrations partenaires,

    cration de la maison de lentreprise.

    -Facilitation du dveloppement des entreprises prives par la

    simplification fiscale travers

    llaboration des modalits et spcifications techniques du

    tlpaiement5,

    la mise en uvre et lintgration du dispositif au sein de la Maison de lEntreprise

    -Facilitation du dveloppement des entreprises par

    la mise disposition de lassistance technique pour la rvision du mcanisme de garantie.

    Composante 3 : Gestion du projet

    0,676 -Fonctionnement (personnel, gestion financire et des acquisitions,

    suivi-valuation)

    -Audit

    5 Le temps consacr au paiement des impts et taxes par an tait de 606h par an selon le rapport DB 2009. Soit environ 75 jours par an ce qui reprsente un cout

    norme dopportunit s pour les entreprises.

  • 7

    2.3 Solutions techniques retenues et solutions de substitution tudies

    2.3.1 Deux autres options ont t examines avant la dcision finale. La premire option base sur la

    requte initiale du Gouvernement tait dappuyer uniquement la rvision du mcanisme de garantie de

    faon isole. La deuxime option consistait largir lintervention de la Banque dautres domaines du

    programme damlioration du climat des affaires du gouvernement mais avec une structuration des

    composantes non aligne sur celle des composantes des autres bailleurs. Ces deux options ont t

    abandonnes pour amliorer lorientation stratgique de lintervention de la Banque et son impact.

    Lapproche choisie ici est celle de lintervention de la Banque dans le cadre dun programme

    damlioration du climat des affaires adopt par le gouvernement en 2009 avec une structuration

    commune des composantes et des activits complmentaires entre bailleurs. Cette approche a lavantage

    de rduire les couts de transaction et dassurer une meilleure efficacit de lintervention de la Banque au

    sens de la dclaration de Paris.

    2.3.2 Ce projet comprend trois aspects novateurs. Le premier est que toutes les missions et les discussions

    ont t organises de faon conjointe avec la Banque mondiale et lUnion Europenne avec un aide-

    mmoire commun. Le deuxime est que la Banque et la Banque mondiale auront une Unit Commune de

    Gestion du Projet. Le troisime est que le Gouvernement contribuera pour 50% dans le cot total du projet

    pour les financements de la Banque et de la Banque mondiale.

    2.4 Type de projet

    Le PACADEC est un projet dappui institutionnel visant renforcer les capacits pour lamlioration du

    climat des affaires.

    2.5 Cot du projet et dispositifs de financement

    Le cot global du projet, hors taxes et droits de douane, est estim 6,88 millions dUC et est financ

    50% par le FAD et 50% par le Gouvernement. Cette rpartition est fonde sur les leons tires des

    oprations de la Banque et des autres bailleurs au Congo (cf. 2.2.2 et section 2.7). Le cot du projet

    comprend un montant de 2,31 millions dUC en devises et 4,57 millions dUC en monnaie locale. Il

    comprend galement une provision de 2 % pour les alas dexcution, et une provision de 5 % pour

    hausse des prix. Les tableaux de 2.3 2.6 ci-dessous prsentent les cots du projet par composantes, par

    sources de financement, par catgories de dpenses, et par annes de dpenses.

    Tableau 2.2 : Cot estimatif par composante [en millions dUC] Composante Millions de FCFA

    Millions d'UC % en

    devises Devises M.L. Total

    Devises M.L. Total

    I.

    Appui lidentification et la mise en uvre des

    rformes cls pour lamlioration du climat des

    affaires travers un meilleur dialogue

    public-priv

    404 1,165 1,569 0.54 1.56 2.10 25.75%

    II.

    Appui la facilitation de la cration et du

    dveloppement des entreprises prives

    1,194 1,530 2,725 1.60 2.05 3.65 43.84%

    III. Gestion du projet 0 505 505 0.00 0.68 0.68 0.00%

    Total cot de base 1,598 3,200 4,799 2.14 4.29 6.43 33.31%

    Alas physiques (2%) 32 64 96 0.05 0.08 0.13 41.09%

    Hausse de prix (5%) 80 160 240 0.12 0.20 0.32 36.42%

    Total cot projet 1,710 3,424 5,135 2.31 4.57 6.88 33.60%

    Note : les taux de change utiliss sont indiqus en introduction du rapport (page (i)) [spcifier les taux de change et les dates de rfrence si

    diffrents]

  • 8

    Tableau 2.3 : Sources de financement [montants en millions dUC]

    Tableau 2.4 : Cot du projet par catgorie de dpense, [montants en millions dUC]

    Code CATEGORIES DE DEPENSES Millions de FCFA Millions d'UC % en

    devises Devises M.L. Total Devises M.L. Total

    1 Biens 585 1,531 2,116 0.78 2.05 2.83 27.6%

    1.1 Equipement informatique et logiciels 585 242 827 0.78 0.32 1.11

    1.2 Vehicules 0 135 135 0.00 0.18 0.18

    1.3 Matriels et Equipements topographiques 0 89 89 0.00 0.12 0.12

    1.4 Amnagement de local 0 1,040 1,040 0.00 1.39 1.39

    1.5 Manuels et Documentations 0 25 25 0.00 0.03 0.03

    2 Services de Consultants 1,014 1,163 2,177 1.36 1.56 2.92 46.6%

    2.1 Consultants et Assistants techniques 956 1,074 2,030 1.28 1.44 2.72

    2.2 Formation 58 14 72 0.08 0.02 0.10

    2.3 Audit 0 75 75 0.00 0.10 0.10

    3 Fonctionnement 0 507 507 0.00 0.68 0.68 0.0%

    3.1 Indemnits des membres de l'EP 0 364 364 0.00 0.49 0.49

    3.2 Autres Dpenses de fonctionnement 0 143 143 0.00 0.19 0.19

    Total Cot de base 1,598 3,201 4,799 2.14 4.29 6.43 33.3%

    Alas physiques 32 64 96 0.05 0.08 0.13 41.1%

    Hausse de prix 80 160 240 0.12 0.20 0.32 36.4%

    Total cot projet 1,710 3,424 5,135 2.31 4.57 6.88 33.6%

    Source de

    Financement

    Millions d'UC % du

    total

    Devises M.L. Total

    BAD - FAD 2.31 1.13 3.44 50%

    Gouvernement 0.00 3.44 3.44 50%

    Total cot projet 2.31 4.57 6.88 100%

  • 9

    Tableau 2.5 : Calendrier des dpenses par composante [montants en millions dUC]

    Composante 2011 2012 2013 2014 2015 Total

    I. Appui lidentification et la mise en

    uvre des rformes cls pour

    lamlioration du climat des affaires

    travers un meilleur dialogue public-priv

    0,48 0,49 0,41 0,41 0,32 2,10

    II. Appui la facilitation de la cration et du

    dveloppement des entreprises prives

    0,48 0,84 0,84 0,84 0,65 3,65

    III. Gestion du projet 0,18 0,12 0,12 0,12 0,12 0,68

    Total cot de base 1,15 1,45 1,37 1.37 1,09 6,43

    Alas physiques (2%) 0,02 0,03 0,03 0,03 0,02 0,13

    Hausse de prix (5%) 0,06 0,07 0,07 0,07 0,05 0,32

    Total cot projet 1,23 1,55 1,47 1,47 1,17 6,88

    2.6 Zone et bnficiaires viss par le projet

    2.6.1 Le projet a une couverture nationale. Les bnficiaires du projet sont : Le CFE ainsi que ses 5

    antennes rgionales de Brazzaville, Pointe Noire, Dolisie, Nkayi et Ouesso , les 7 administrations

    partenaires (Greffe, Direction gnrale des impts, Direction Gnrale du Commerce, Chambre de

    commerce, Direction du Travail, Centre national de la Statistique et des Etudes Economiques, Centre

    National de Scurit Sociale), le Ministre des petites moyennes entreprises et de lartisanat, le ministre

    du dveloppement industriel et de la promotion du secteur priv, le Haut conseil du dialogue Public-priv,

    le ministre des affaires foncires, lADPME. A ces structures, il faut ajouter des Associations

    professionnelles du secteur priv, les porteurs de projets de cration et de reprise dentreprises, les TPE,

    les PME, les salaris des administrations publiques et lensemble des populations congolaises.

    2.6.2 Les principaux rsultats attendus sont : (i) la rduction du cot de cration des entreprises ; (ii) la

    rduction des litiges lis au foncier en pourcentage du total des litiges ; (iii) la rduction du dlai de

    cration des entreprises ; (iv) laugmentation du nombre de cration dentreprises formelles par le

    Composante FAD Gouv. Total % FAD

    I. Appui lidentification et la mise en

    uvre des rformes cls pour lamlioration

    du climat des affaires travers un meilleur

    dialogue public-priv

    0,66 1,44 2,1 31%

    II. Appui la facilitation de la cration et du

    dveloppement des entreprises prives 1,98 1,67 3,65 54%

    III. Gestion du projet 0,57 0,11 0,68 84%

    Total cot de base 3,22 3,22 6.44 50%

    Alas physiques (2%) 0,06 0,06 0,12

    Hausse de prix (5%) 0,16 0,16 0,32

    Total cot projet 3,44 3,44 6,88 50%

  • 10

    CFE/maison de lentreprise dont celles cres par les femmes ; (v) la rduction du temps consacr par les

    entreprises au paiement des impts ; (vi) le choix de la configuration juridique de garantie par le

    Gouvernement.

    2.7 Approche participative pour lidentification, la conception et la mise en uvre du projet

    2.7.1 Il y a eu une large consultation des acteurs du secteur priv, des organisations patronales et

    syndicales et la socit civile. En outre, cinq groupes de travail comprenant des syndicats patronaux, des

    structures dappui au secteur ont t forms et ont travaill durant toute la dure de prparation du projet.

    Les thmes discuts dans les groupes de travail sont les suivantes : appui conseil la cration

    dentreprises / formalits CFE, logistique et Implantation de la MEC, financement des TPE et PME,

    appui conseil, dveloppement restructuration et transmission dentreprises, cadre juridique de la Maison

    de lEntreprise. Deux ateliers ayant regroup les acteurs et les services de lEtat impliqus dans le Ple de

    Dveloppement Economique, ont t organiss Brazzaville. Les conclusions de ces ateliers ont t

    refltes dans la conception du projet. Ces groupes ont de mme valid les diffrentes composantes. Les

    acteurs non tatiques participeront la ralisation du projet travers les structures existantes dappui

    comme le FJEC et lAPNI mais aussi travers la participation des organisations patronales et syndicales

    reprsentes au sein du HCDPP. Enfin la socit civile et le secteur priv seront reprsents au sein du

    comit de pilotage.

    2.8 Prise en considration de lexprience du Groupe de la Banque et des leons tires dans la

    conception du projet

    2.8.1 Le portefeuille des oprations finances par la Banque depuis la normalisation des relations avec le

    Congo fin 2004 comporte 7 oprations (y compris 2 oprations rgionales) avec un montant total de

    94,525 millions dUC. A cela il faut ajouter une allocation de 3,22 MUC au titre de lappui technique

    cibl de la facilit des Etats fragiles. Les secteurs couverts sont le multisectoriel pour 2,55 millions dUC

    (2,7%) ; le secteur des quipements collectifs avec 12,75 millions dUC (13,5%) ; le secteur social pour

    14,8 millions dUC (15,6%) ; le secteur des transports pour 63,315 millions dUC (67%) ; le secteur

    agricole pour 1 million dUC (1,1%) ; et le secteur priv pour 114 000 UC (0,1%). La revue de

    portefeuille ralise par la Banque en septembre 2009 indique que la performance du portefeuille a t

    juge globalement satisfaisante. Le taux de dcaissement moyen du portefeuille des projets nationaux est

    de 9,43% (28,56% sans les oprations rgionales). Le Gouvernement a respect ses engagements dans la

    budgtisation et le dcaissement des fonds de contrepartie nationale. Dans certains cas comme le projet

    PACDIP, la contrepartie a t dcaisse entirement (100%) pendant que le dcaissement sur le FAD est

    autour de 34,71%. Lexprience rcente avec dautres bailleurs a montr que le Congo a contribu quatre

    fois ce que le Bailleur apporte comme financement et que le Gouvernement a dj libr une importante

    partie de sa contribution au premier dcaissement6. Le principal problme du portefeuille concerne le

    manque de familiarisation des homologues nationaux avec les procdures de la Banque et les difficults

    de coordination, consquence de la longue suspension de la coopration avec la Banque. Le nouveau code

    6 Le Congo dispose des ressources et na pas de problmes de dcaissement de contrepartie. Cest pour cela que la stratgie

    actuelle de la communaut internationale est dapporter surtout de lassistance technique. Dans le mme ordre dide la banque

    mondiale dans sa stratgie avec le Congo sest accorde avec le Gouvernement pour la rpartition 50%-50% dans toutes ces

    oprations. Mieux dans le cas du projet PEEDU (lectricit et dveloppement urbain) approuv rcemment par le Conseil de la

    Banque mondiale au Congo la BM contribue pour 25 millions de dollars et le Gouvernement contribue pour 100 millions de

    dollars pour lesquels le Gouvernement a dj fait un premier dcaissement de 15 millions de dollars.

  • 11

    des marchs ayant t approuv rcemment, on note quelques difficults des structures dans la maitrise

    des nouvelles rgles de la passation des marchs.

    2.8.2 Les leons ci-dessus voques ont t prises en compte dans la conception du projet notamment

    dans (i) la dtermination et la rpartition de la contrepartie nationale dans le financement du projet (50%-

    50%); (ii) la coordination et la tutelle assure par le Ministre dEtat de lEconomie, du plan de

    lamnagement du territoire et de lintgration, coordonnateur du ple conomique (iii) le recrutement

    dun expert en passation des marchs est prvu ; (iii) le recrutement dun spcialiste en suivi-valuation ;

    (iv) le renforcement des capacits des cadres du ministre sur les rgles de la Banque et ; (iii) le

    renforcement des capacits des structures intervenant dans la mise en uvre du projet.

    2.8.3 La conception du projet a bnfici par ailleurs dexpriences russies dans des oprations

    similaires finances par la Banque comme ce fut le cas au Rwanda avec le Rwanda Development Board

    (RDB), au Burkina Faso avec la Maison de lEntreprise du Burkina Faso et de lAPIX au Sngal. Au

    Sngal et au Rwanda, le fait que les structures dappui taient disperses rendait difficile la coordination

    et engendrait des inefficacits. La cration du RDB regroupant lensemble des structures a contribu

    amliorer le climat des affaires et faire passer le Rwanda du 143me

    rang au 67me sur 183 de 2009

    2010. Au Burkina le fait davoir les services de crations, dappui conseil et fonds frais partags au sein

    de la maison de lentreprise ainsi que la connexion avec les administrations partenaires et la cration des

    antennes rgionales dans les cinq principales ont contribu rduire le dlai de cration de 7 jours en 2007

    5 jours en 2008 avec un objectif de 2h en 2010. Ces expriences ont inspir pour le Congo, loption

    dune structure intgre dappui avec interconnexion des antennes rgionales et les administrations

    partenaires.

    2.8.4 Enfin la conception du projet a bnfici de divers travaux analytiques dont ltude de la banque

    sur laccs au financement des PME/PMI (2009), Le projet de politique nationale de dveloppement des

    PME et de lartisanat (2009) et lEtude BizClim (2009) du Gouvernement, ltude Congo Investment

    Climate Policy Note de la Banque mondiale (2009).

    2.9 Principaux indicateurs de performance

    Les principaux indicateurs de performance pour le projet :

    Au niveau des rsultats :

    Le cot de cration des entreprises en % du PNB passe de 86,5% en 2010 40% en 2014 (Doing

    Business)

    Les litiges lis au foncier passent de 81% en 2009 71% en 2015 (Ministre de la justice et

    Ministre des affaires foncires)

    Le dlai de cration dentreprise passe de 37 jours en 2009 20 jours en 2015 (Doing Business)

    Le nombre de cration dentreprises formelles avec lassistance du CEF/maison de lentreprise

    passe de 2792 en 2009 4000 en 2015 (CFE/Maison de lentreprise)

    Le temps consacr au paiement des impts et taxes passe de 606 heures en 2009 300 heures en

    2014 (Doing Business)

    Le choix de la configuration juridique approprie de garantie par la Gouvernement au plus tard fin 2014 (HCDPP, Ministre des PME, Ministre de lIndustrie)

  • 12

    Au niveau des produits

    Textes rformant les procdures administratives de cration dentreprises

    Textes rformant la fiscalit des entreprises

    Interconnexion des antennes du CFE

    Cration de la Maison de lEntreprise

    Modalits et spcifications techniques de la solution de tlpaiement

    Formation de 45 agents du CFE et 35 des administrations partenaires

    Formation de 200 oprateurs conomiques dont 35% de femmes

    Supports pdagogiques de prennisation des formations ralises (cf. cadre logique)

    Ces indicateurs seront suivis par lexpert en suivi-valuation au sein de lUnit de gestion du projet.

    III Faisabilit du projet

    3.1 Performances conomiques et financires

    Ce projet tant un projet dappui institutionnel lanalyse en termes de taux de rentabilit ne sapplique

    pas. Cependant le projet a des avantages conomiques et sociaux (cf. para 3.2 ci-dessous)

    3.2 Impact environnemental et social

    Environnement

    Le projet est essentiellement de lassistance technique et na pas deffets ngatifs significatifs sur

    lenvironnement. Aucune mesure de sauvegarde nest requise. Il est class dans la catgorie 3.

    Changement climatique

    Le projet naura pas deffet direct visible ou perceptible sur le changement climatique. Aucune mesure

    spcifique nest requise.

    Genre

    La rduction des dlais de cration dentreprise ainsi que les cots associs, la formation des entrepreneurs

    et porteurs de projet par la MEC sont autant dactions qui toucheront le secteur informel qui compte une

    large proportion de femmes. Trois facteurs limitent gnralement lentreprenariat des femmes en Afrique

    subsaharienne : le systme rglementaire (systme dhritage, accs la proprit foncire, accs aux

    financements bancaires, insuffisances de ressources propres et de fonds de roulement), les normes sociales

    (la responsabilit des femmes faces aux obligatoires mnagres, le poids des coutumes ou de la religion,

    etc.) et les limites cognitives (ducation insuffisante, formation ou culture technique limite, etc.)7. Le

    projet apportera une contribution la leve des contraintes lies au systme rglementaire grce la

    simplification des procdures administratives de cration dentreprise. Le Projet veillera ce que les

    offres de formation de la Maison de lEntreprise bnficient une majorit de femmes (discrimination

    positive) afin de crer un effet de levier sur leurs capacits de cration dentreprises. Les capacits de

    lUCP ainsi que celles du CFE/MEC seront renforces par des formations et outils danalyse du genre. Il

    7 Voir sur ce point, larticle de Lyn S. Amine* and Karin M. Staub,Women entrepreneurs in sub-Saharan Africa: An

    institutional theory analysis from a social marketing point of view, Entrepreneurship & Regional Development, Vol. 21, No. 2,

    March 2009, 183211

  • 13

    est attendu que le projet permette daccrotre le nombre de femmes chef dentreprise immatricules au

    CFE passe 35% dici 2015, soit environ 1400 femmes immatricules la fin 2015.

    Social

    La mise en uvre du projet permettra de renforcer les capacits des acteurs du secteur priv, des

    associations professionnelles et de ladministration publique. Par lamlioration du climat des affaires le

    projet va contribuer crer des emplois qui contribueront rduire la pauvret des populations congolaises

    notamment les femmes. Le nombre dentreprises inscrites au CFE pourrait passer de 2792 en 2009 4000

    en 2015, soit un accroissement de plus de 40 % en quatre annes Un business plan sera tabli

    ultrieurement et permettra de quantifier plus prcisment limpact sur le plan conomique et financier

    mais on estime que sur la base des 1208 crations dentreprises prvues lhorizon 2015, ce sont prs de

    1200 emplois (celui du dirigeant) qui seront crs, et ce chiffre pourrait tre port terme 2400 personnes

    en activit, si lon considre limplication probable du conjoint ou dun proche parent dans lentreprise.

    IV Excution

    4.1 Dispositions en matire dexcution

    4.1.1 Lorgane dexcution du projet est lUnit de Coordination du Projet (UCP) commune la Banque et la Banque mondiale, sous la tutelle du Cabinet du Ministre en charge de lEconomie et du Plan8. LUCP

    assurera lexcution gnrale, la mise en uvre technique du projet et la gestion financire. Le personnel

    de lUCP comprendra cinq experts expriments et trois personnels dappui (secrtaire, chauffeur et

    planton) recruts de faon comptitive. En ce qui concerne le personnel technique, Il sagit dun

    coordonnateur, un responsable financier, un expert en acquisition, un expert en suivi-valuation et un

    comptable. Le Coordonnateur et le responsable financier seront recruts sur le financement de la Banque

    mondiale. LExpert en Suivi valuation, lExpert en Passation des Marchs et le cadre comptable qualifi

    et expriment seront recruts sur le financement du FAD selon les procdures de la Banque pour le

    recrutement des consultants individuels. Le personnel dappui sera de mme recrut sur le financement de

    la Banque selon les mmes procdures.

    4.1.2 LUCP assurera les tches suivantes : (i) prparer les documents pour la satisfaction par le Gouvernement des conditions du prt, (ii) veiller au respect des engagements de ltat figurant dans

    lAccord de prt; (iii) assurer la programmation et le suivi des diverses activits du projet ; (iv) soumettre

    la Banque les rapports dactivits trimestriels; (v) prparer les budgets de contrepartie et sassurer de

    leur mise disposition dans les dlais prvus ; (vi) grer le compte spcial, tenir la comptabilit et

    laborer les tats financiers (vii) procder au recrutement du cabinet daudit externe; et (viii) procder au

    recrutement et la supervision des diffrents prestataires qui seront chargs de lexcution du projet.

    4.1.3 Un Manuel des Procdures commun Banque-Banque mondiale, comprenant un plan d'excution du projet, des procdures administratives, dacquisitions, financires et comptables, de suivi et

    d'valuation, sera finalis et soumis lapprobation de la Banque. Lemprunteur, aux termes du Protocole

    du don, sengage laborer et adopter ce manuel des procdures administratives, comptables et

    financires et le manuel dexcution du projet au plus tard trois mois aprs la mise en vigueur du don. Un

    draft de ce manuel a t dj labor avec lassistance de la Banque mondiale et a reu les commentaires

    8 Une unit responsable du programme de l'UE a t tablie la Direction de lUE sous le mme Ministre depuis 2003. Elle

    est soutenue par les conseillers ayant une expertise spcifique, qui sont recruts selon les besoins. L'UE prvoit d'employer

    cette mme unit pour son soutien au dveloppement du secteur priv.

  • 14

    de la Banque. Le comit de pilotage tablira et valuera annuellement un contrat de performance avec le

    personnel cl impliqu dans la gestion du projet.

    Instance de pilotage

    4.1.4 La supervision du projet sera assure par le Ministre charg du plan (MEPATI). Le Ministre

    crera un comit de pilotage interministriel de haut niveau, prsid par le Ministre en Charge du Plan et

    compos du reprsentant de la Prsidence de la Rpublique, des Ministres en charge de lIndustrie, des

    Finances, des PME, des Affaires Foncires, du Commerce, des reprsentants de la plateforme du secteur

    priv et de la socit civile.

    4.1.5 Le Comit de pilotage (CP) du projet veillera entre autres larticulation des activits du projet

    ainsi qu sa cohrence avec les politiques sectorielles en vigueur. De manire spcifique, le CP devra : i)

    approuver les documents de planification et de budgtisation ; ii) sassurer que les budgets annuels

    approuvs sont consolids et inscrits chaque anne dans la loi de finance ; et iii) suivre lavancement

    gnral du projet sur la base des rapports davancement fournis par lUCP.

    Passation des marchs

    4.1.6 Toutes les acquisitions de biens et services connexes et de services de consultants se feront selon les Rgles et Procdures de la Banque pour lacquisition de biens et travaux (Edition de mai 2008) ou, selon le

    cas, les Rgles et Procdures de la Banque pour lutilisation des consultants (Edition de mai 2008), laide

    des dossiers dappels doffres types et de consultation de la Banque. Les dtails sur les modes dacquisition et

    les procdures de revue sont dfinis lannexe technique B4.

    4.1.7 LUCP sera charge de lacquisition des biens et services connexes et des services de consultants, tels que dcrits en dtail lannexe technique B4 avec le recrutement sur une base comptitive dun expert en

    passation des marchs expriment et familier avec les procdures de la Banque Mondiale ou de la BAD, La

    capacit de lUCP sera renforce dans toute la phase d'excution du projet par des formations appropries,

    en vue dtablir les conditions permettant la mise en uvre efficace des activits dacquisition selon les

    procdures de la Banque.

    Gestion financire

    4.1.8 La gestion administrative, financire et comptable du projet sera assure par lUCP. LUCP assurera la comptabilit financire des oprations et tablira les tats financiers du projet ainsi que les

    rapports des dpenses par composante et par catgorie. La comptabilit financire sera tenue

    conformment au systme de lOrganisation pour lHarmonisation en Afrique du droit des Affaires

    (OHADA) sur un logiciel appropri acquis cet effet. Pour que ces attributions saccomplissent

    convenablement, un systme dinformation cohrent de gestion financire sera mis en place au niveau de

    la CEP avec notamment : le recrutement dun comptable qualifi et expriment, llaboration dun

    manuel de procdures, lacquisition dun progiciel avec paramtrage et formation et la dfinition dun

    systme de contrle interne efficace et permanent. LUCP ouvrira un compte spcial pour recevoir les

    fonds du don quelle grera.

    4.1.9 Les dispositions du projet en matire de dcaissement du financement FAD sont celles du Manuel des dcaissements de la Banque. Parmi les quatre mthodes de dcaissement proposes par la Banque

    ses clients, deux seront utilises pour le projet : (i) la mthode du Compte spcial, par laquelle la Banque

    mettra la disposition du Donataire une avance sur le don, verse dans un compte spcial, utiliser

  • 15

    exclusivement pour les dpenses ligibles aux ressources du don ; et (ii) la mthode du paiement direct par

    laquelle la Banque paiera directement le fournisseur de biens, travaux ou services, sur demande du

    Donataire. Les dcaissements se feront selon le calendrier des dpenses du projet et la liste des biens et

    services. Le premier dcaissement sera effectu aprs la mise en vigueur du don et la satisfaction des

    conditions pralables au premier dcaissement du don. Le premier fonds de roulement sera pay par le

    FAD dans le compte spcial ouvert cet effet, sur prsentation dun programme dactivits et dun budget

    prvisionnel. Les paiements suivants se feront aprs justification de : (i) lutilisation d'au moins 50% du

    prcdent dcaissement, et (ii) la totalit des dcaissements antrieurs, le cas chant.

    L'approvisionnement par le FAD du compte spcial destin recevoir les ressources du don visera

    financer les dpenses de fonctionnement ligibles couvrant une priode de six (6) mois d'activits. Les

    dcaissements au titre des marchs relatifs aux biens et travaux, et aux services seront effectus

    directement aux fournisseurs, entrepreneurs et consultants par la Banque.

    4.1.10 En matire de dcaissement sur la contrepartie, le Gouvernement ouvrira un compte dans une banque acceptable par le Fonds et affectera dans ledit compte le quart du fonds de contrepartie pour la

    premire anne du projet correspondant 0,86 MUC soit environ 680 Millions de FCFA. Par ailleurs, sur

    la base du calendrier des dpenses, le compte de fonds de contrepartie sera aliment semestriellement.

    4.1.11 Audit des comptes : Le dispositif daudit externe sera assur par un Cabinet daudit externe indpendant qui sera recrut sur une base comptitive selon les procdures de la Banque. Les travaux

    daudit seront mens conformment aux normes internationales daudit ISA de lIFAC et aux exigences

    de la Banque. Des TDR spcifiques daudit des projets financs par le groupe de la Banque seront remis

    aux cabinets daudit soumissionnaires. Les tats financiers audits par un cabinet indpendant seront

    transmis la Banque au plus tard six (06) mois aprs la clture de lexercice concern. Laudit du projet

    fournira des opinions spcifiques sur les tats financiers, les tats des dpenses des comptes spciaux, et

    de la contrepartie nationale, les systmes de contrle interne, les modes de passation des marchs.

    4.1.12 Lvaluation faite des capacits des organes et des dispositions de gestion financire permet de conclure, sous rserve de la mise en place des dispositifs de contrles interne et externe et de gestion du

    projet prconiss ci-dessus, que le systme en place de gestion administrative, financire et comptable

    exig par la Banque pour un projet du secteur public est acceptable et que le risque fiduciaire rsiduel est

    ramen, dans lensemble, un niveau modr.

    4.2 Suivi

    4.2.1 Un comit de pilotage prsid par le Ministre en charge de lconomie et du plan sera cr et

    comprendra les structures impliques dans la mise en uvre du projet. LExpert en suivi-valuation

    soccupera en collaboration avec les structures bnficiaire du suivi des indicateurs de performances

    retenus. Il sera responsable de la conduite des activits de Suivi-valuation (S&E). de la collecte des

    donnes de base correspondant tous les indicateurs de performance en partenariat et en collaboration

    avec le personnel technique et financier responsable de lexcution des composantes du projet. Il sera en

    charge de la mise jour et de la consolidation des rapports de S&E et de leur soumission au

    Coordonnateur du projet. Il sera par ailleurs responsable de la validation, lanalyse et la diffusion des

    donnes et prsentera des rapports dtape trimestriels la Banque qui portera sur ltat davancement du

    projet et les progrs vers les rsultats escompts. Les bnficiaires, la Banque et la BM seront tenus

    informs grce la soumission rgulire des rapports trimestriels dactivits rdigs par la cellule, selon

    un format convenu avec la BAD et la BM. Les rapports couvriront, pour le trimestre concern, les aspects

    lis lexcution du projet, y compris ltat davancement, les dpenses, le programme de travail, le suivi

    des indicateurs de performances, lanalyse des carts enregistrs, les ventuels problmes rencontrs et les

  • 16

    solutions proposes. Ils donneront aussi un aperu des activits du trimestre suivant. Une attention

    particulire sera accorde aux progrs raliss comme dfinis dans le cadre logique du projet.

    4.2.2 Le suivi de l'excution du projet par la Banque se fera galement travers les missions de

    supervision sur le terrain dune frquence moyenne de 1,5 supervision par an, et de revue mi-parcours.

    De mme, un suivi rapproch la fois par le Bureau rgional de la Banque en RDC et la Reprsentation

    de la BM Brazzaville contribuera la bonne mise en uvre du projet.

    Dure : Etapes : Activits de suivi/boucle de rtroaction :

    Septembre 2010 Approbation du don FAD/Rsolution du Conseil /lettre au Gouvernement

    Novembre 2010 Mise en vigueur du don Gouvernement/FAD

    Dcembre 2010 Notice gnrale/spcifique dacquisition UN Development Business/Journaux nationaux

    Fvrier 2011 Recrutement du personnel Gouvernement

    Mars 2011- Dc. 2013 Acquisition des quipements Gouvernement

    Mars 2011 Dc. 2015 recrutement des consultants Gouvernement

    Mai 2013 Revue mi-parcours du projet Gouvernement/FAD/Banque Mondiale. UE

    Dcembre 2015 Rapport dachvement du projet Gouvernement/FAD/Banque Mondiale/UE

    Dcembre 2015 Clture du projet Gouvernement/FAD

    4.3 Gouvernance

    4.3.1 Les problmes de gouvernance constats au Congo sont essentiellement lis aux faibles capacits en matire de passation des marchs et de gestion financire des projets. Les rformes du systme de

    passation des marchs en cours ne sont pas acheves et la dcentralisation adopte nest pas entirement

    effective. Afin de rduire les risques lis la faiblesse de la Gouvernance, le projet prvoit le

    renforcement des capacits des administrations et des diffrents acteurs impliqus dans la ralisation du

    projet. En particulier, le projet prvoit le recrutement dun expert en passation des marchs. Il est prvu

    par ailleurs le recrutement dun spcialiste de gestion financire au sein de la CEP du projet, et les

    comptes feront lobjet dun audit et dune certification par un expert-comptable indpendant la clture

    de chaque exercice. Tous ces facteurs devraient contribuer rduire le risque fiduciaire. En outre, les

    revues des acquisitions, les missions de supervision financire devraient permettre la cration dun cadre

    favorable la bonne gouvernance.

    4.3.2 Par ailleurs, la prsence des reprsentants du secteur priv et la socit civile au sein du comit de

    pilotage, pour le suivi et la supervision locale des oprations de mise en uvre et de dcaissement devrait

    favoriser la bonne gouvernance.

    4.4 Soutenabilit

    Plusieurs facteurs constituent des preuves de lengagement et de lappropriation du pays dans ce

    projet. Le premier est que les structures impliques dans la prparation et la mise en uvre du projet sont

    des structures prennes. Le deuxime est la forte contribution financire du Gouvernement soutenir le

    prsent projet. Le troisime est le transfert de comptence issu de lassistance technique et les formations

    prvues par le projet. Les modules de formations que les consultants laisseront la disposition de la

    maison de lentreprise ainsi que le matriel didactique que laisseront les consultants auprs des

    structures contribueront la prennisation des acquis. Le quatrime facteur est le business plan de la

    Maison de lEntreprise qui sera labor dans le cadre du projet et qui permettra dassurer la viabilit

    financire (mode appropri de tarification des services et de mobilisation des ressources) et la durabilit

    de cette dernire.

  • 17

    4.5 Gestion des risques

    Quelques risques pourraient affecter le bon droulement du projet.

    4.5.1 Un premier risque porte sur un relchement de la volont des autorits poursuivre les rformes

    structurelles, notamment celles visant lamlioration du climat des affaires. Une des mesures dattnuation

    de ce risque est lexistence dun programme soutenu par la Facilit Elargie de Crdit du FMI en cours

    excut de faon satisfaisante. Une autre mesure est le dialogue renforc par la coordination des bailleurs

    de fonds au sein du sous-groupe du secteur priv du cadre de Coordination des partenaires Techniques et

    Financiers (cf. section 1.3).

    4.5.2 Le deuxime risque serait li la complexit du projet lie la multitude des structures

    bnficiaires et de bailleurs source de difficults de coordination et de mise en uvre. Ce risque est

    attnu par la coordination qui est assure par le Ministre dEtat en charge de lconomie, du plan et de

    lintgration Coordonnateur du ple conomique du ct du Gouvernement. Le fait que la Banque et la

    Banque mondiale utilisent la mme agence dexcution (UCP) et que lUE utilise la DPUE sous le

    Cabinet du mme Ministre contribuent rduire ce risque. Enfin, le fait que le projet prvoit de

    lassistance technique permettra de renforcer les capacits et dattnuer ce risque.

    4.5.3 Un troisime risque est associ au risque de non dcaissement de la contrepartie. Ce risque est

    attnu par le fait que le Congo nait pas de problme pour la programmation et le dcaissement des

    contreparties (cf. 2.7). Par ailleurs, la rpartition de la contrepartie a t discute au plus haut niveau avec

    les autorits qui ont dj pris lengagement de linscrire dans le budget de 2011 et le CDMT.

    4.6 Dveloppement des connaissances

    Plusieurs types de connaissances peuvent tre tirs de la mise en uvre de ce projet. La premire

    connaissance proviendrait de la faon dont les capacits dune structure de dialogue public-priv peut

    efficacement tre renforce concevoir et mettre en uvre des rformes pour le dveloppement du secteur

    priv. La deuxime proviendrait de la manire dont la cration et le dveloppement des entreprises

    peuvent tre facilites travers une structure intgre du type Maison de lEntreprise . La troisime

    proviendrait de faon dont un systme fiscal de tlpaiement peut tre efficacement conu et mis en

    uvre. La collecte et la diffusion des connaissances tires de ce projet auprs des bnficiaires seront

    assures par lUCP du Projet travers de diffrents moyens de communication : presse nationale, lettres

    de nouvelles, rapports trimestriels dactivit, Rapport de revue mi-parcours et rapport dachvement.

    Paralllement, la Banque diffusera lensemble des leons tires de la conception la mise en uvre du

    projet travers son site Web, les rapports annuels et le rapport dvaluation de performance de projet qui

    sera tabli par le dpartement charg de lvaluation des oprations de la Banque (OPEV).

  • 18

    V Cadre juridique

    5.1 Instrument lgal

    Linstrument de financement propos est un don de 3,44 millions dUC au profit de la Rpublique du

    Congo.

    5.2 Conditions associes lintervention de la Banque

    Conditions pralables lentre en vigueur de lAcceptation du Don : Le protocole daccord du don

    entrera en vigueur la date de sa signature par le bnficiaire et par le Fonds.

    Conditions pralables au premier dcaissement : Les obligations du Fonds deffectuer le premier

    dcaissement seront subordonnes la ralisation des conditions suivantes la satisfaction de la Banque :

    i) Apporter une preuve satisfaisante sur le fond et sur la forme, de louverture dun (1) compte bancaire spcial prt recevoir les versements du Fonds Africain de Dveloppement (FAD), selon

    les dispositions prvues au paragraphe 4.1.8.

    ii) Apporter la preuve de la cration dun comit interministriel de pilotage de haut niveau supervis par le Ministre du plan et Prsid par le Ministre charg du plan et compos de reprsentants des

    ministres comptents, du secteur priv et de la socit civile (para 4.1.3).

    iii) Apporter la preuve satisfaisante sur le fond et sur la forme, de louverture dun (1) compte bancaire et de laffectation dans ledit compte du quart du fonds de contrepartie pour la premire

    anne du projet correspondant 0,86 MUC soit environ 680 Millions de FCFA.(para 4.1.10)

    Autres conditions

    iv) Communiquer la Banque au deuxime semestre 2012 un projet de texte (dcret ou loi) crant la Maison de lEntreprise du Congo en tant que dispositif intgr dappui conseil aux

    entreprises/investisseurs (paragraphe 2.1.2).

    v) Le Donataire sengage fournir la preuve de lalimentation, sur une base semestrielle du compte de fonds de contrepartie vis au paragraphe (iii) section 5.2. (para 4.1.10)

    5.3 Conformit avec les politiques de la Banque

    Ce projet est conforme toutes les politiques applicables de la Banque.

    VI RECOMMANDATION

    La Direction recommande que le Conseil dadministration approuve la proposition de don d'un

    montant de 3,44 millions d'UC au Gouvernement de la Rpublique du Congo pour contribuer

    lamlioration du climat des affaires et la diversification de lconomie congolaise dans la perspective

    dune baisse de la production ptrolire long terme. En favorisant la cration et le dveloppement des

    entreprises, le projet favorisera la cration de richesses, de lemploi et contribuera la rduction de la

    pauvret.

  • Appendice I. Indicateurs socio-conomiques comparatifs du pays

  • Appendice II. Tableau du portefeuille de la BAD en Rpublique du Congo (au 30 Juin 2010, en millions dUC)

    Secteur Opration Date

    d'Approbation

    Date de

    Signature

    Date de Mise

    en Vigueur

    Montant

    Approuv

    Montant

    Dcaiss

    % de

    Dcaissement Date de Clture

    Multi-Secteur

    Projet dappui lamlioration

    du circuit de la dpense et des

    indicateurs de la pauvret

    (PACDIP)

    20 Dcembre

    2006

    25 Avril

    2007 25 Avril 2007 2,55 0,88 34,71%

    31 Dcembre

    2010

    Total Multi-Secteur 2,55 0,88 34,71%

    Eau et Assainissement Projet AEPA de Brazzaville et

    Pointe noire

    16 Septembre

    2009 10 Mars 2010 10 Mars 2010 12,75 0,114 0,89%

    31 Dcembre

    2014

    Total Eau et Assainissement 12,75 0,114 0,89%

    Social

    Projet dappui la rinsertion

    socio-conomique des groupes

    dfavoriss (PARSEGD)

    15 Mars 2006 17 Mai 2007 17 Mai 2007 14,80 7,92 53,51% 31 Dcembre

    2011

    Total Social 14,80 7,92 53,51%

    Transport

    Etude du pont route-rail

    Brazzaville-Kinshasa (Congo-

    RDC)

    03 Dcembre

    2008 13 mai 2009 13 mai 2009 1,415 - 0% 30 Juin 2011

    Transport Projet de route Ketta-Djoum

    (Congo-Cameroun)

    25 Septembre

    2009

    11 Janvier

    2010

    11 Janvier

    2010 61,90 - 0%

    31 Dcembre

    2015

    Total Transport 63,315 - 0%

    Agriculture Etude du secteur agricole 23 Octobre 2008 16 Avril 2009 16 Avril 2009 1,00 - 0% 31 Dcembre

    2015

    Total Agriculture 1,00 - 0%

    Priv Don FAPA la Banque

    congolaise de lhabitat

    16 Septembre

    2009 10 Mars 2010 10 Mars 2010 0,11 - 0%

    31 Dcembre

    2010

    Total Priv 0,11 - 0%

    TOTAL 94,525 8,914 9,43%

  • Appendice III. Principaux projets connexes financs par la Banque et dautres partenaires au dveloppement du pays

    Organisme Titre du projet Secteurs Montant Date dapprobation/

    dmarrage

    Date de clture

    BAD Don FAPA la Banque Congolaise de

    lHabitat

    Secteur priv 0,11 MUC Septembre 2009 Dcembre 2010

    Union europenne Projet de renforcement des capacits

    entrepreneuriales et commerciales

    Appui au secteur priv

    Renforcement des capacits

    commerciales

    3,5 M EUR Juin 2009 Juin 2013

    Union europenne Projet d'actions pour le renforcement de l'Etat

    de Droit et des Associations

    Amlioration du

    fonctionnement des cours,

    des tribunaux et de la

    qualit des services de la

    justice

    3,0 M EUR Juin 2010 Juin 2014

    ONUDI Programme intgr dassistance de lONUDI

    la relance industrielle (PIRI)

    Appui la relance

    industrielle

    5,4 M EUR Septembre 2008 Aot 2012

  • Appendice IV. Carte de la zone du projet

  • Appendice V. Cot