Coaching[1]

17
Coaching 1 Coaching Le coaching est un accompagnement professionnel permettant d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans la vie professionnelle et personnelle. A travers le processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances. Différentes sortes de coaching existent : coaching en entreprise (business coaching), coaching de vie (life coaching), coaching sportif. Le coaching professionnel se caractérise par une déontologie définie par les fédérations, une posture, des compétences spécifiques, un mode opératoire et des techniques. Histoire et enjeux du coaching Histoire du coaching Le coaching (dont l'origine du nom vient de coche), est orienté vers l'accompagnement et l'épanouissement du client, "le coaché". Le coaching est apparu en France et en Europe dans les années 80 et 90, en provenance d'Amérique du Nord. Il semble que Vincent Lenhardt en soit l'un des précurseurs en France. Enjeux du coaching Le coaching permet de réaliser un accompagnement professionnel [1] . On parle aussi d'accompagnement opérationnel ou encore d'accompagnement personnel au changement, hors de la sphère strictement professionnelle. Le coaching se distingue légèrement du mentorat par le niveau d'égalité entre l'accompagnant (« coach ») et le client (« mentoré » ou « coaché »). Le mentor est généralement un supérieur hiérarchique, a un rôle de guide, et agit bénévolement. Deux approches distinguent le coaching du mentorat : - le lien à des techniques de psychologie telles que la PNL, l'Analyse transactionnelle ou la Gestalt-thérapie, - le côté marketing de l'emploi du terme anglosaxon, qui a pour but de faire apparaître cette activité sous un aspect « dépoussiéré ». Néanmoins, une fois le terme coaching validé, certains praticiens font remonter ces pratiques jusqu'à Socrate avec sa maïeutique. Le mentorat est légèrement différent car il suppose de la part de l'accompagnant une position haute, un statut de guide. Le coach est en position haute sur le processus de changement, mais en position basse sur le contenu pour aider le client à progresser en autonomie. Cependant, la francisation officielle de coaching est « mentorat ». Il faut aussi distinguer le coaching du conseil et de la psychothérapie. Il faut d'ailleurs aussi la différencier de certaines idéologies qui déclarent l'utiliser : certaines sectes, certains mouvements se déclarant religieux, et certains mouvements se déclarant philosophiques utilisent le coaching. Cependant, la philosophie est l'une des racines du coaching, dans la mesure où elle est un exercice autonome de la raison, même quand celle-ci est guidée par le dialogue ou par la maïeutique socratique. Savoir poser les problèmes, trouver par soi-même des solutions
  • date post

    21-Oct-2014
  • Category

    Education

  • view

    1.424
  • download

    7

description

 

Transcript of Coaching[1]

Page 1: Coaching[1]

Coaching 1

CoachingLe coaching est un accompagnement professionnel permettant d’obtenir des résultatsconcrets et mesurables dans la vie professionnelle et personnelle. A travers le processus decoaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances.Différentes sortes de coaching existent : coaching en entreprise (business coaching),coaching de vie (life coaching), coaching sportif. Le coaching professionnel se caractérisepar une déontologie définie par les fédérations, une posture, des compétences spécifiques,un mode opératoire et des techniques.

Histoire et enjeux du coaching

Histoire du coachingLe coaching (dont l'origine du nom vient de coche), est orienté vers l'accompagnement etl'épanouissement du client, "le coaché".Le coaching est apparu en France et en Europe dans les années 80 et 90, en provenanced'Amérique du Nord. Il semble que Vincent Lenhardt en soit l'un des précurseurs enFrance.

Enjeux du coachingLe coaching permet de réaliser un accompagnement professionnel[1] . On parle aussid'accompagnement opérationnel ou encore d'accompagnement personnel au changement,hors de la sphère strictement professionnelle.Le coaching se distingue légèrement du mentorat par le niveau d'égalité entrel'accompagnant (« coach ») et le client (« mentoré » ou « coaché »). Le mentor estgénéralement un supérieur hiérarchique, a un rôle de guide, et agit bénévolement.Deux approches distinguent le coaching du mentorat :

- le lien à des techniques de psychologie telles que la PNL, l'Analyse transactionnelleou la Gestalt-thérapie,- le côté marketing de l'emploi du terme anglosaxon, qui a pour but de faire apparaîtrecette activité sous un aspect « dépoussiéré ». Néanmoins, une fois le terme coachingvalidé, certains praticiens font remonter ces pratiques jusqu'à Socrate avec samaïeutique.

Le mentorat est légèrement différent car il suppose de la part de l'accompagnant uneposition haute, un statut de guide. Le coach est en position haute sur le processus dechangement, mais en position basse sur le contenu pour aider le client à progresser enautonomie. Cependant, la francisation officielle de coaching est « mentorat ».Il faut aussi distinguer le coaching du conseil et de la psychothérapie. Il faut d'ailleurs aussila différencier de certaines idéologies qui déclarent l'utiliser : certaines sectes, certainsmouvements se déclarant religieux, et certains mouvements se déclarant philosophiquesutilisent le coaching.Cependant, la philosophie est l'une des racines du coaching, dans la mesure où elle est unexercice autonome de la raison, même quand celle-ci est guidée par le dialogue ou par lamaïeutique socratique. Savoir poser les problèmes, trouver par soi-même des solutions

Page 2: Coaching[1]

Coaching 2

variées, faire progresser une façon de voir les choses et la vie, font partie intégrante ducoaching comme de la philosophie.

Caractéristiques du coachingIl existe différents coachings : Le coaching individuel Le coaching d'équipe. Le coaching devie. (ou life coaching) pour les particuliers Le coaching en entreprise.Le coaching peut être aussi :- un coaching conseil (le professionnel a un rôle de conseiller)- un coaching formation (le professionnel a un rôle de formateur)- un coaching "pur"Il est essentiel de savoir à quel type de coach, on a affaire. Les 2 premiers paraissentparfois plus "rassurants" au départ pour le client(transfert de savoir ou de savoir-faire duconseiller ou du formateur). Les bénéfices sont cependant souvent supérieurs lors d'uncoaching totalement centré sur le client et ses ressources car les changements viendrontvraiment de lui.

Techniques et savoirs-faireAutrefois apanage des élites, des hauts dirigeants puis des hauts potentiels, le coaching sepopularise progressivement et le « middle management » peut désormais en bénéficierdans un certain nombre de structures et de cas. Ce milieu lui reconnaît une efficacité et desrésultats rapides.Différentes approches ou disciplines appuient la démarche de coaching :• Le psychanalyste part du principe que le « patient » trouvera lui-même la clef de ce qu’il

cherche. La technique majeure d’intervention est le questionnement, parfoisl'interprétation. Ce qui est prohibé est de donner des conseils. Une psychanalyse durelongtemps.

• Le coach qui se réfère à l’Analyse Transactionnelle part du principe que le coaché estcapable de changer ses croyances sur lui-même, le monde et les autres qui l’empêchentde développer son potentiel. Les techniques majeures d’intervention sont l’établissementde contrats relationnels ainsi que l’utilisation du questionnement, d'explications, de liensavec la psychologie et la communication. Ce qui est prohibé est la manipulation.

• Le coach qui se réfère à la Systémique ne voit pas la personne du coaché comme uneentité en soi, mais comme la composante d’un système relationnel : la relation prime surl'individu. Au moins deux systèmes sont alors à prendre en compte : le systèmecoach/client et le système client/contexte où le problèmese manifeste. Suivant lesapproches, les interventions seront différentes (intervention directive, parfoisparadoxale, dans l'approche de Palo-Alto[2] ). Hypothèses ou identification de processusparallèles, prise en compte du coach comme acteur influent dans la relation (2èmesystémique qui s'enrichit du constructivisme méthodologique).

• Le coach qui se réfère à la PNL part du principe que le coaché peut « reprogrammer »son cerveau pour parvenir à l’état d’excellence qu’il souhaite. Les techniques majeuresd’intervention sont la visualisation de l’état désiré et le questionnement sur le « commenty parvenir? », le modèle des parties, les déplacements dans l'espace, les stratégiesmentales.

Page 3: Coaching[1]

Coaching 3

Le piège est de n'avoir qu'une seule approche ou discipline à sa disposition.Un autre point est la place du client, et des techniques qui lui sont mises à disposition. Lequestionnement interne du coach en rapport à sa théorie s'appelle le « contre-transfert ducoach »[3] .

Savoir-faire• Le coach doit savoir repérer et maîtriser les processus relationnels, c’est-à-dire la façon

dont des relations s’établissent et se développent en fonction d’objectifs conscients ouinconscients. Ceci nécessite une très grande maîtrise de la métacommunication (ou «position méta », dans le jargon professionnel), qui consiste à se mettre en coursd’entretien en observateur extérieur de soi-même, de l’autre, et de la relation.

• Il doit avoir une déontologie, l’afficher, et la respecter.• Sa déontologie doit être ou personnelle (et clairement affichée) ou celle d'une fédération

de coachs à laquelle il adhère. (AEC, FFCPRO, ICF, SFC, SRC, AFCSE). Elle doit êtreremise avec chaque contrat de coaching, sinon elle devrait être réclamée par le client.

• Il doit avoir fait un important travail de développement personnel afin de ne pas selaisser entraîner dans ses propres « zones d’ombre » lors du coaching. Si cela arrivaitnéanmoins, il doit aborder cette difficulté auprès d’un superviseur (le « coach du coach») et savoir faire appel à un thérapeute.

• Plus le coach a de l’expérience du coaching et continue à se former, mieux cela est. Il afréquemment plus de quarante ans (ce qui n'est cependant pas en soi un critère suffisantde maturité émotionnelle, d'expérience des relations interpersonnelles et de compétenceprofessionnelle !).

• Au niveau de la personne, le coach doit disposer d’une méthode de diagnosticpsychologique (des notions de psychopathologie). Pourtant, les disciplines qui vontpermettre le diagnostic ne sont pas équivalentes, à la fois par la philosophie qui lessous-tend, et par la pertinence des techniques d’intervention employées.

• A un niveau plus général, le coach doit savoir traiter certaines problématiques telles quela gestion des « deuils », les jeux de pouvoir et les manipulations, et maîtriser destechniques telles que la régulation. Une dimension de formateur permet en outred’enseigner au « coaché » certains concepts, ce qui s’avère parfois très utile.

- les approches stratégiques privilégient les savoirs du coach (AT, PNL, Systémique baséesur la 1a cybernétique, et, tous les profils de personnalité). La posture du coach est dans lesavoir et le savoir-faire, l'anticipation.- les approches collaboratives privilégient les savoirs du client (constructivisme,constructionisme, Orientation Solutions, démarche narrative). La posture du coach est celledu "non-savoir et de perplexité" (pour Elkaïm), décentrée et influente (Michael White), decuriosité abondante et authentique" (Harry Goolishian et Harlene Anderson).- Les approches "mixtes" sont les plus riches mais demandent une bonne expériencepratique et beaucoup de recul de la part du coach (il ne s'agit pas de "collectionner" lesapproches ou les outils !). Elles s'appuient souvent sur l'approche collaborative pourconstruire la relation avec le coaché puis utilisent les différents outils & stratégiesd'accompagnement du changement les plus adaptés au cours du coaching, selon lesobjectifs et l'urgence ... (Cf. Article de Marshall Goldsmith cité plus haut).

Page 4: Coaching[1]

Coaching 4

Durée d’une intervention de coachingUne seule séance (c’est rare), ou plusieurs mois (plus fréquent) mais pas des années, lecoaching rend autonome, pas dépendant. Certains coachs demandent une première étapede deux ou trois séances avant de s’engager dans la durée. L’essentiel reste que les chosessoient claires au départ et que les limites de la durée du coaching soient convenues.La durée des séances de coaching dépend du coach et de la situation, et se situegénéralement entre 1/2h à 3h.

LieuPlusieurs options sont possibles :• l’entreprise ;• le cabinet du « coach » ;• le téléphone ;• la webcam ;• le lieu public.Le coach doit apporter un soin particulier au lieu où se déroule le coaching. En effet, on nepeut pas mener un entretien de coaching de la même manière partout. Qu'en est il de laconfidentialité? Les murs peuvent avoir des oreilles (entreprise, lieu public) Il est parfoisbon de sortir son coaché de son univers (entreprise) Le coach doit aussi veiller au confortde son coaché par rapport au téléphone ou à la webcam.

La déontologie du coaching : paradoxe, limites et solutionsL’objet de ce paragraphe est de développer les enjeux déontologiques du coaching etprésenter les solutions et bonnes pratiques qui permettent d’en contrôler les dangerspotentiels. Cette profession n'est pas règlementée[4] .Plusieurs associations de coaching ont proposé des référentiels de compétences décrivantles aptitudes et connaissances requises pour pratiquer le coaching (par exemple ceux de laFFC Pro, ICF ou la SF Coach). Malheureusement il n'y a pas encore d'unification de cesréférentiels. Une association, la FFCPro, a eu une démarche originale en construisant unréférentiel de compétences qui a donné lieu à une certification indépendante validée parl'AFAQ/AFNOR [5] . Ce référentiel de compétences a été ajusté à la pratique du coach qui l'ademandé (et qui l'a donc payé).

Le paradoxe du coaching et la déontologieDans le présent paragraphe, nous ferons référence à la déontologie telle que définie parMalarewicz[6] à savoir : « l’ensemble des règles de fonctionnement qu’une profession sedonne à elle-même, pour tenter de résoudre tout ou partie des problèmes éthiques quepeuvent rencontrer ses membres ».La question de déontologie est d’autant plus primordiale pour le coaching que celui-ci peutêtre considéré comme une pratique paradoxale[7] . On veut en effet aider quelqu’un àdevenir autonome précisément en proposant une intervention extérieure. Cela pose denombreuses questions sur la position du coach par rapport au coaché et sur les règles quirégissent cette interaction. Mais chaque coach doit avoir un code de déontologie sur lequelil s'appuie pour bien coacher et qu'il se doit de respecter impérativement...

Page 5: Coaching[1]

Coaching 5

Quels enjeux déontologiques pour la relation de coaching ?Le coaching présente certains dangers potentiels inhérents à toute prestation intellectuellemais du fait de la proximité de la relation – et de la méconnaissance même du coaching -ces difficultés se trouvent exacerbées. Le problème le plus évident, qui est commun auconseil, est celui de la confidentialité : le coaché livre souvent des informations trèspersonnelles sur sa personne ou des informations critiques sur ses collègues ou sonorganisation (cas du coaching tripartite). Ces informations peuvent être utilisées contre leclient si elles ne sont pas gardées confidentielles. La confidentialité est très importantepour le coaché. La question se pose principalement lorsque le coaché n'est pas le payeur(l'entreprise) et lorsque l'entreprise utilise des coachs en interne.De plus, de par la posture du coach, le coaching peut en théorie présenter un risque demanipulation du coaché comme dans toute relation ou message entre des individus[8] . Enprincipe ce risque de manipulation est faible puisque la prestation de coaching elle-mêmeest limitée dans son objet (contrat définissant les objectifs) et dans le temps (un coaching selimite en général à 15 à 20 séances soit sur moins d’un an et ne doit pas êtrereconductible)[9] . Il est a priori aussi indispensable pour une organisation de faire appel àplusieurs coachs avec des cursus variés afin d’éviter d’être dépendant d’un seul individu.Ces problèmes sont à priori réduits car contrairement à une relation asymétrique(maître-élève ou mentor-disciple) la relation coach-coaché est basée sur un lien d’égal àégal, qui vise de plus à donner toute l’autonomie au coaché.Le coaching présente aussi certaines limites spécifiques aux relations d’aides ou liées auxpsychothérapies même si le coaching ne doit pas être confondu avec ces pratiques. On peutentre autres citer les plus connues : sentiment de puissance ou transfert/contre–transfert. «En thérapie, c’est le mécanisme par lequel le patient reporte sur le thérapeute lessentiments inconscients de tendresse ou d’affection (transfert positif), de peur ou d’hostilité(transfert négatif) qu’il éprouve pour une autre personne. (…) Face au transfert, celui-ciréagit par le contre-transfert qui caractérise les sentiments et émotions qu’il éprouve enretour»[10] .D’autres problèmes particuliers se posent notamment dans le cas d’un coaching tripartiteentre le prestataire (coach), le bénéficiaire (coaché) et le payeur (entreprise) : que fairequand les objectifs du coaché et de l’entreprise ne coïncident pas ? Ces problématiques neseront pas pour l’instant développées dans cet article.Enfin, on a mentionné que le coaching pouvait présenter des risques de dérives sectaires(Wikipedia Lutte Anti-Sectes) ou même être utilisé par des sectes[11] sans que des cassignificatifs soient pourtant relevés en France. Ce risque est d’autant plus limité que lescoachs sont souvent des professionnels indépendants ou des membres de petits cabinets etne constituent donc pas de grand groupes organisés.

Page 6: Coaching[1]

Coaching 6

Eléments de solutions : comment encadrer la pratique du coaching ?Les solutions pour encadrer la pratique du coaching et limiter les risques potentielspeuvent être mises en œuvre sur quatre niveaux :• Au niveau du coach et du coaché• Au niveau du groupe de pratique du coach• Au niveau des associations de coachs• Au niveau d'organismes indépendants de certificationTout d’abord au niveau de la relation coach-coaché, le contrat de coaching permetd’encadrer les dérives. Ce contrat est de préférence écrit et adapté aux besoins du client. Ilse révélera d’autant plus indispensable dans le cas d’un coaching tripartite. Par ailleurs, lecoach peut présenter en annexe la charte de déontologie à laquelle il se réfère.Ensuite au niveau du groupe de pratique, le coach peut bénéficier d’une supervisionc’est-à-dire « un coaching de coach »[12] . Plus généralement, « la supervision peut êtredéfinie comme la rencontre qui s’effectue généralement entre deux personnes exerçant lamême activité professionnelle et travaillant sur une même situation »[13] . Cela permetd’introduire un tiers dans la relation coach-coaché et donc de limiter certains effetsindésirables comme le contre-transfert. Dans certains pays, comme l’Allemagne, lespratiques d’intervision (échange de pratiques à plusieurs) semblent plus développées quecelle de supervision.Les associations de coaching sont des lieux d’échanges pour les praticiens. Elles édictentpar ailleurs certaines règles regroupées sous forme de codes de déontologie. Il existe doncplusieurs codes de déontologie (Voir la liste des codes de déontologies ci-dessous). Cesdocuments relèvent d’un esprit commun et présentent de fortes similitudes (respect de laconfidentialité, contrat écrit, supervision). Pourtant ils peuvent aussi présenter desdifférences significatives d’une association à une autre comme par exemple au sujet dutélé-coaching ou du respect des organisations clientes (voir la comparaison de quelquescodes[14] ). Ces codes restent des documents génériques et doivent bien sûr être adaptésaux spécificités de la demande du client ainsi qu’à celles de la pratique professionnelle ducoach.Enfin, on peut mentionner la récente certification francophone professionnelle de AFAQCompétences (AFNOR Certification) basée sur le référentiel de compétences déjàmentionné ci-dessus. Cette démarche est réservée aux coachs ayant déjà une expériencecertaine et pratiquant régulièrement le coaching[15] .Ainsi, le coaching est une démarche complexe et sensible qui nécessite un encadrementdéontologique à plusieurs niveaux. Dans tous les cas, au-delà des mécanismes décritsci-dessus, il conviendra de faire appel à son bon sens pour éviter toute surprise ou dérive.

Page 7: Coaching[1]

Coaching 7

Codes de déontologie des associations de coachsLes codes de déontologie sont :• soit ceux des associations de coachs• soit ceux de coachs en exercice• soit ceux proposés par les centres de formations en coachingLes grandes associations de coaching les plus connues en France sont• Code de déontologie de l'AEC [16]

• Code de déontologie de la FFC Pro - Fédération Francophone de Coachs Professionnels[17]

• Code de déontologie ICF [18]

• Code de déontologie SFcoach [19]

• Code de déontologie AFCSE [20]

Elles ont chacune leurs particularités. L'adhésion en tant que coach n'est pas obligatoire. Ilexiste aussi d'autres associations moins connues, quelles soient régionales (commel'association des coachs de Midi-pyrénées) ou internationales comme l'EMCC.

Voir aussi

Etudes et enquêtes sur le coaching• 2004 "Le coaching en région PACA" - INEO CONSEIL [21] : l'avis des entreprises, ses

bénéfices, son prix.• 2004 "Les entreprises parlent du coaching en 2004" - SYNTEC Conseil en Evolution

Professionnelle [22]

Articles connexes• Psychologie• Médiation - accompagnement d'aide à la prise de décision pour la définition de projet

dans des situations dont les relations sont délicates voire conflictuelles• Systémique• Coaching individuel• Coaching d'équipe• Coaching pédagogique• Co-coaching• Coaching tripartite

Page 8: Coaching[1]

Coaching 8

Notes et références[1] sources : DGLF, base de donnée CRITER et le grand dictionnaire terminologique[2] L’École de Palo Alto, quels apports ? (http:/ / www. approchesystemique. net/ telechargement12/ projets/

ecole_palo_altopdf. pdf), Dominique Bériot et Chantal George[3] Voir un très bon article (en anglais) par l'un des coachs américains les plus éminents Marshall Goldsmith :

Coacher les leaders et lutter contre son propre EGO (http:/ / www. marshallgoldsmithlibrary. com/ cim/articles_print. php?aid=362)

[4] Le Coaching, un métier non réglementé et professionnalisé (http:/ / www. ffcpro. org/ FFC2/ html/ formations.htm#reglementation)

[5] http:/ / www. afaq. org/ web/ Espace_clients. nsf/ ?OpenDatabase& URL=/ web/ afaqinstit. nsf/ volfr/serica?OpenDocument La Certification de compétences]

[6] Systémique et entreprise, Malarewicz ,Village Mondial , 2000, p. 146, ISBN 2744061611[7] Les paradoxes du métier de coach, Philippe Bigot, YOUman.fr, 2008, http:/ / www. youman. fr/ articles/

29-paradoxes-metier-coach. html[8] Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, Joule et Beauvois, Presses Universitaires de

Grenoble, 2004, ISBN 2706110449[9] Foire aux questions, Site Web International Coach Federation France, Item 8 et 15, FAQ (http:/ / www.

coachfederation. fr/ component/ option,com_simplefaq/ task,display/ Itemid,85/ catid,81/ )[10] Le coaching, Caby, 2002, De Vecchi., p. 171[11] Etes-vous coach ou psy ?, Prevensectes.com, Source mentionnée Le Point 2003, http:/ / prevensectes. com/

former18. htm[12] Le coaching, Higy-Lang C. et Gellman C., 2000, Éditions d’Organisation[13] Aspects Relationnels du coaching: supervision et transfert, Sybil Persson, 2008, YOUman.fr, http:/ / www.

youman. fr/ articles/ 33-Aspects-Relationnels-coaching-supervision-transfert. html[14] Quel code de déontologie choisir? Quelles sont les différences ?, Sybil Persson, 2008, YOUman.fr, http:/ /

www. youman. fr/ articles/ 25-Quel-code-deontologie-choisir-Quelles-sont-differences. html[15] AFAQ Compétences Coach Professionnel - Les critères de certification (http:/ / www. afaq. org/ web/

ressources. nsf/ vpdf/ AFAQComp-CoachPro-Criteres. pdf/ $file/ AFAQComp-CoachPro-Criteres. pdf)[16] http:/ / www. aecoaching. eu/ site/ La_charte_de_deontologie-35. html[17] http:/ / www. ffcpro. org/ content/ view/ 68/ 30/[18] http:/ / www. coachfederation. fr/ content/ blogcategory/ 22/ 26/[19] http:/ / www. sfcoach. org/ infos_coaching/ deonto. htm[20] http:/ / www. afcse. fr/ deontologie. html[21] http:/ / www. ineoconseil. fr/ download/ ineoconseil_etude_coaching. pdf[22] http:/ / www. syntec. evolution-professionnelle. com/ drh00620. htm

Page 9: Coaching[1]

Coaching individuel 9

Coaching individuelLe coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Le coachingindividuel est un terme généralement employé dans les domaines touchant à l'entreprise,aux cadres, au développement personnel et à la gestion des carrières, pour différencier leprocessus de coaching de la connotation plus populaire de coaching sportif. Cependant, lessports et le coaching individuel ont la même origine.

Un contratLe coaching est une relation qui est désignée et définie dans un contrat entre un client etun coach. Il est basé sur les intérêts exprimés du client, et des objectifs.

Une aide personnaliséeLe coaching individuel est un processus d'apprentissage. Un coach individuel peut utiliserun questionnaire, une réflexion, des requêtes et une discussion pour aider les clients àidentifier des objectifs personnels, et/ou d'affaires et/ou relationnels.''Le coach laisse aucoaché toute la responsabilité de ses décisions et actions. Les clients sont responsables deleurs propres réalisations et succès, et un coach ne peut pas promettre qu'un client fera desactions spécifiques ou atteindra des buts spécifiques. Il est un partenaire qui accompagne,clarifie, aide à déterminer des objectifs réalisables, à identifier les obstacles à surmonter, àélaborer des plans d’action, il soutient le coaché lors de leur mise en œuvre. Un coachpersonnel agit comme un miroir humain pour les clients en partageant une perspectiveexterne et non biaisée de ce qu'ils observent sur leurs clients. Ensemble, ils élaborent etmodifient le plan pour mieux s'adapter aux besoins du client et aux relations del'environnement social.

Ce que le coaching n'est pasLe coaching individuel n'est pas du conseil ni de la thérapie. Ces différents ensembles decompétences et d'approches du changement peuvent être des compétences et des profilsprofessionnels supplémentaires.

Un objectifLa finalité du coaching est d’atteindre les objectifs fixés et de rendre le coaché autonome, ilest limité dans le temps. Il est donc essentiel de bien spécifier la demande et les objectifsque le coaché s’est fixé. Conscient de sa position, le coach s'interdit d'exercer tout abusd'influence. Il se comporte avec loyauté vis-à-vis du coaché dont il a accepté la confiance. Iladapte son intervention dans le respect des étapes de développement du coaché, auquel ilreconnaît le droit de renoncer au coaching à tout moment, sans avoir à s'en justifier.

Page 10: Coaching[1]

Coaching individuel 10

Liberté du coachDans le cas où il constaterait que les conditions de réussite du coaching ne sont plusréunies, le coach s'autorise, en concertation avec le coaché, à interrompre la mission.

Coaching en France• écoles spécialisées qui forment notamment au coaching individuel. A l'issue de la

formation, ces écoles proposent une certification au coaching. Celles qui se distinguentpar leur sérieux sont celles qui sont rattachées à une fédération ou un syndicat tels ICF,AEC, EMCC ou SF Coach.

• universités : Paris 8

Voir aussi

Articles connexes• Co-coaching

Coaching d'équipeLe coaching d'équipe est une pratique spécifique du coaching. C'est une démarchecomplexe car elle doit prendre en compte toutes les personnes de l'équipe à titre individuelmais aussi le groupe dans son ensemble.

Définition du coaching d'équipeLe coaching d'équipe est une forme de coaching qui vise à prendre en compte l'ensembled'un groupe et pas uniquement des personnes individuelles (coaching individuel).L'équipe en question peut être un groupe permanent (comité de direction, unité,département) ou un groupe temporaire avec une durée de vie limitée (coaching de projet [1]

).

Pratique du coaching d'équipe

La posture du coach d'équipeLe coach d'équipe suit dans la durée l'ensemble de l'équipe à travers ses intervenants. Il neremplace pas le manager de l'équipe ou le chef de projet. Ce n'est pas un membre del'équipe, il doit plutôt être considéré comme un miroir ou un observateur de l'équipe : "Lecoach d'équipe n'est pas un "animateur" : c'est un "miroir" (M. Moral et M. Giffard) [2]

la réalisation d'un coaching d'équipeLe coaching d'équipe peut comprendre entre autres:• un coaching du manager ou chef d'équipe• des séances de coaching individuelles pour chacun des membres de l'équipe• des séances en groupes pour privilégier une interaction entre les membres et une prise

de recul.

Page 11: Coaching[1]

Coaching d'équipe 11

Quand faire appel à un coach d'équipe ?Le coach d'équipe peut intervenir :• proactivement: pour préparer une équipe ou un projet, notamment en cas de changement

ou mutation à venir, et anticiper les difficultés.• réactivement: pour résoudre des conflits

Différence entre coaching d'équipe et team buildingLe coaching d'équipe et le team building sont deux approches différentes qui peuvent êtrecomplémentaires. Le coaching d'équipe utilise parfois des outils du team building. Lecoaching d'équipe se distingue du team building par trois points [3]

• la posture du coach• les méthodes utilisées• la durée de l'intervention

Notes et références[1] Coaching de projet, Lucien Lemaire, YOUman.fr, 2008, http:/ / www. youman. fr/ articles/ 40-coaching-projet.

html[2] Coaching d’équipe : Outils et pratique, Michel Moral et Michel Giffard, p.6, Armand Colin, 2006[3] Coaching d’équipe : Outils et pratiques, Michel Moral et Michel Giffard , p.9, Armand Colin, 2006 et 2007

Voir aussi

Articles connexes• Coaching• Coaching tripartite

Liens externes• Rubrique coaching d'équipe YOUman.fr, http:/ / www. youman. fr/ coaching-ressources/

16-Coaching-d%92equipe. html• Accréditation Coaching d'équipe SF Coach, http:/ / www. sfcoach. org/ sfcoach/ p_admis.

htm#coaching

Bibliographie• Outils et pratiques, Michel Moral et Michel Giffard , Armand Colin, 2006 et 2007, ISBN

978 2 200 34767 3

Page 12: Coaching[1]

Coaching pédagogique 12

Coaching pédagogiqueLe coaching pédagogique est une forme de pédagogie, différente de celles pratiquéescouramment dans le cadre de la salle de classe ou de l'amphi. En effet plutôt, qu'un rôlemagistral de transmission d'un savoir, elle donne à l'enseignant un rôle d'accompagnateurde l'apprenant, non seulement dans l'acquisition de savoirs au sens classique, mais aussi decompétences collectives et d'un développement personnel

Objectif et méthode• un développement cognitif, par exemple l'acquisition de nouvelles représentations, de

nouvelles manières de construire les connaissances.• un développement de la personne sociale, par exemple dans la construction d'une

identité professionnelle, de savoirs-être en situation• un développement de la personne affective, notamment de la confiance en soi• il peut aussi s'articuler avec la construction d'objectifs de vie professionnelle (voire

personnelle).Le coaching pédagogique peut être l'accompagnement d'un apprenant individuel, maisaussi d'une équipe d'apprenants, voire d'une classe. L'intervenant s'appelle rarementcoach, mais plutôt tuteur, pilote de projet, parrain, moniteur, conseiller ou professeur ...

Différence entre coaching pédagogique et coachingLe coaching pédagogique s'inspire du coaching, mais il s'en distingue par certains aspects :1. Le coach n'est pas un spécialiste formé à la psychologie, il assume avant tout un rôle à

vocation pédagogique. Il peut-être un enseignant, un professionnel ou un pair (parexemple un autre étudiant formé pour cela).

2. Contrairement au coach classique (sport, entreprise) il est souvent en situationd'encadrement et surtout dans un deuxième temps, d'évaluation du travail fourni.

Le coaching pédagogique est pratiqué dans des activités comme l'apprentissage par projetou l'apprentissage par problèmes. Bien que de plus en plus pratiqué comme démarchepédagogique, il est souvent mal reconnu par rapport aux méthodes d'enseignementmagistrales classiques.

BibliographieBricage P. & al. (2007) Systémique & accompagnement.155 p., AFSCET, Pau.[1]

Voir aussi• Apprentissage par problèmes• Coaching• Co-coaching• Styles d'apprentissage• Phases de l'apprentissage• Tutorat

Page 13: Coaching[1]

Coaching pédagogique 13

Liens externes• Cours de coaching pédagogique [2] : formation d'étudiants au coaching/tutorat d'autres

étudiants (en licence CC).

Notes et références[1] HAL-SHS :: [halshs-00130212, version 1] SYSTÉMIQUE & ACCOMPAGNEMENT (http:/ / halshs.

archives-ouvertes. fr/ halshs-00130212)[2] http:/ / rb. ec-lille. fr/ l/ CoachingPedagogique. htm

Co- coachingDémarche par laquelle deux personnes s'aident mutuellement à améliorer leur capacité oucomportement dans un domaine précis (sportif, artistique, technique, management, gestionde son temps). Dans la 1re demi-heure une personne est le coach et l'autre le client, dans la2e demi-heure c'est l'inverse.

Contrat de Co-coachingCet échange de bon procédé gagnant-gagnant est basé sur un contrat oral ou écrit, enprincipe bénévole et équilibré. Ce contrat précise :• les objectifs que chacun se fixe,• la périodicité et la durée de chaque séance et du contrat,• les modalités (mode de fonctionnement, lieu de rendez-vous, préparatifs),• les règles du jeu (confidentialité, écoute active, bienveillance, assiduité...),• les questions que chacun posera à l'autre et qui serviront de structure aux entretiens, par

exemple :• "quelles sont les améliorations que tu as apportées cette semaine ?",• "quelles sont tes difficultés concernant tel sujet et à quoi les attribues-tu ?",• "comment procéderas-tu dans les jours qui viennent ?".

Les participants n'ont pas besoin d'avoir un niveau élevé dans le domaine à améliorer. Lequestionnement socratique (voir Maïeutique) bienveillant peut être suffisant ; a noter quece questionnement requiert lui même des capacités !Le domaine à améliorer peut être identique pour les deux personnes ou différent.

Page 14: Coaching[1]

Co- coaching 14

VarianteUne variante est sous forme d'un groupe de quelques personnes ou chaque membre devientle "client" pendant un temps imparti tandis que les autres sont les coaches.

AvantagesSouplesse, gratuité, étendue des domaines possibles.

Liens internes• Mentorat

Coaching tripartiteOn peut distinguer plusieurs types de coaching suivant les personnes impliquées dans lademande et celles participant la réalisation. Cet article explique et détaille les notions decoaching tripartite et coaching prescrit.

Définitions

Rôles dans la relation coachingOn peut distinguer deux ou trois rôles directs :• le bénéficiaire : c'est le coaché ou le groupe coaché• le prestataire : c'est le coach ou un groupe de coachs conduisant la prestation de

coaching• l'entreprise ou l'organisation (optionnel): c'est la structure dans laquelle peut se dérouler

le coaching. Elle est représentée par un dirigeant ou un DRH. Le coaching peut bien-sûrêtre effectué en dehors de toute structure.

D'autres entités peuvent avoir un rôle indirect dans la relation de coaching : un organismeintermédiaire qui encadre formellement la prestation de coaching et sous-traite saréalisation à un coach, un organisme publique qui finance une partie de la prestation, unsuperviseur qui contrôle le coach, etc.

Origine de la demandeDans le cas où la demande[1] provient d'un tiers (DRH ou supérieur hiérarchique) qui nesera pas le bénéficiaire du coaching on parle de coaching prescrit. On peut aussi distinguerdeux cas de prescription, suivant qu'il existe ou non un lien contractuel entre leprescripteur et le prestataire (coach)[2] .La prestation de coaching peut bien sûr être demandée directement par le ou lesbénéficiaires.

Page 15: Coaching[1]

Coaching tripartite 15

Réalisation du coachingQui est impliqué dans une relation de coaching ? Si le coaching se déroule dans le cadred'une entreprise ou d'une organisation, on parle de coaching tripartite. On retrouve donctrois intervenants: bénéficiaire, prestataire et l'entreprise à travers son représentant (DRH,dirigeant, supérieur hiérarchique). La société est impliquée notamment dans l'élaborationdu contrat (notamment la définition des objectifs), l'évaluation des résultats du coaching etbien sûr le paiement partiel ou totale de la prestation. Il convient de bien distinguer lesobjectifs du bénéficiaire de ceux de l'entreprise, qui peuvent parfois diverger.Le coaching peut aussi être bipartite c'est-à-dire directement effectuée entre le coach et lecoaché sans tiers.

Comment choisir son coach dans le cas d'un coachingtripartite ?Le DRH ou prescripteur doit bien sûr définir ses propres critères spécifiques pour le choixdes coachs qui correspondent le mieux aux besoins des coachés et aux valeurs del'entreprises. Néanmoins on peut déterminer plusieurs qualités ou talents de base[3] :• Intrapsychique: Le coach a réalisé un travail de développement personnel, s’est formé au

coaching et est supervisé.• Cognitif: En amont, le coach explique sa démarche, clarifie la demande de l’entreprise et

maîtrise ses outils.• Social et politique: Le coach connait l’entreprise, le management et les hommes.• Éthique: Le coach construit un contrat avec l’entreprise, explique la dimension

déontologique de sa pratique et est éventuellement membre d’un groupementprofessionnel.

Synthèse : coaching tripartite et coaching prescrit Typologie du coaching

Demandeur = Bénéficiaire final(Coaché)

Demandeur = Tiers (DRH,supérieur...) Coaching prescrit

coaching bipartie entre coach etbénéficiaire final (coaché)

Coaching direct avec contratbipartite

Rare

coaching tripartite entre coach,bénéficiaire final et entreprise

Coaching demandé par le coachéavec contrat tripartite

Coaching prescrit avec contrattripartite

Notes et références[1] Comment mettre en place une prestation de coaching ? (http:/ / www. youman. fr/ articles/

51-Comment-mettre-place-prestation-coaching. html), Eric Mercier et Catherine Besnard-Péron[2] Coaching, Outils et pratiques, M. Moral et P. Angel, Armand Colin , 2006, p. 65, (ISBN 978 2 200 34125 1)[3] Les critères de choix d’un coach pour un DRH : quels talents pour le coach ? (http:/ / www. youman. fr/

articles/ 24-criteres-choix-d�un-coach-pour-quels-talents-pour-coach. html), Sybil Persson, YOUman.fr, 2008

Page 16: Coaching[1]

Sources et contributeurs de l'article 16

Sources et contributeurs de l'articleCoaching  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=41727061  Contributeurs: (:Julien:), 123 christophe, Aiolia, Ardus Petus, Artmail CONSEIL,Balougador, Cumulus, D4m1en, Deelight, DocteurCosmos, Dodoïste, Expertom, Hexomedine, Hégésippe Cormier, JLM, Juste-vrai, Laurent Nguyen,LeMorvandiau, Loveless, Maurilbert, Mblecoz, Mro, Nanoxyde, Ordifana75, P-e, Papa6, Pascal Jussac INEO CONSEIL, Pcarnicelli, Powermike,Propulsion, Pyerre, Sherbrooke, Sigeorges, Valorisation.rh, Vate, Zil, 59 modifications anonymes

Coaching individuel  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=40031456  Contributeurs: Alpicoach, Bel Adone, Décapitation, El-fafa, Fluti,Jamcib, Jbm747, Joluthi, Laddo, Malta, Mblecoz, Mica, Nanoxyde, Ordifana75, Pautard, Powermike, Yugiz, 7 modifications anonymes

Coaching d'équipe  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=39529243  Contributeurs: Hexomedine, Litlok, Mikefuhr, Ordifana75, Speculos

Coaching pédagogique  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=36232061  Contributeurs: Alpicoach, Badmood, Cyberugo, Jbm747, Litlok,Loveless, Mica, Nono64, Ofol, Ordifana75, 4 modifications anonymes

Co- coaching  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=36230244  Contributeurs: Alpicoach, HybridTheory2, Jbm747, Mica, Ordifana75,Papa6, 1 modifications anonymes

Coaching tripartite  Source: http://fr.wikipedia.org/windex.php?oldid=39333435  Contributeurs: Ertezoute, Hexomedine, Litlok, Mro, Ordifana75

Page 17: Coaching[1]

Source des images, licences et contributeurs 17

LicenceCreative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unportedhttp:/ / creativecommons. org/ licenses/ by-sa/ 3. 0/