sophiasapiens.chez.comsophiasapiens.chez.com/cinema/Le cinema francais.docx · Web viewTout au long...

of 41 /41
Le cinéma français des origines à la fin des années 50 Nous allons suivre une ligne chronologique, nous nous intéresserons à la question des genres. On s'en tiendra au cinéma français, et non francophone. Nous suivrons une perspective nationale. Quel crédit apporter à la notion de progrès ? On raconte souvent l'histoire du cinéma dans une optique d'amélioration. L'idée de progrès est assez piégeuse : on est toujours amené à conclure que le présent est l'état le plus avancé du cinéma. La notion de progrès doit être mise de côté. Il faut replacer le film dans son contexte : Quelles sont les attentes du public ? En quoi le film aboutit à un résultat ? Est ce que les réalisateurs sont empêchés de faire quelque chose ? Films au programme : Coffret de courts-métrages de Max Linder, Sous les toits de Paris , René Clair, La règle du jeu, Jean Renoir, Remorques , Jean Grémillon, Les enfants de paradis , Marcel Carné, Touchez pas au Grisbi , Jacques Becker, Bibliographie : René Prédal, Histoire du cinéma français des origines à nos jours Claude Beylie, Une histoire du cinéma français Jean-Pierre Jeancolas, 15 ans d'années 30 Michel Chion Burch Noël et Sellier Genevieve, La drole de guerre des sexes du cinéma francais Raphaelle Moine, Le cinéma francais face aux genres LES FRÈRES LUMIÈRE 1895 est une année conventionnelle, un peu arbitraire. C'est la date de dépôt du brevet du Cinématographe, appareil des frères Lumière, et de la première projection publique et payante (28 Décembre). A partir de cette date, il y a eu des projections récurrentes. C'est un point de départ à retenir. En 1892, Edison met au point son Kinétoscope, cette date est mise en valeur par exemple aux Etats Unis. Au XIX ème siècle, la France est une grande patrie pour les inventeurs. En 1881, Jules Marey crée son fusil photographique très performant. Emile Reynaud invente le Praxinoscope (1887-1889). Edison est la figue majeure avant les frères Lumière. Il invente le Phonographe et commercialise le Kinétoscope. Lorsque le Kinétoscope, en Octobre 1894, est diffusé en France, les frères Lumière ont l'idée de se lancer dans leur aventure commerciale. Le 35mm en revanche est un héritage des années Edison. Les frères Lumière ont une usine de plaques photographiques dont la réputation va leur être utile pour la diffusion de leur Cinématographe. S'ils s’intéressent à

Embed Size (px)

Transcript of sophiasapiens.chez.comsophiasapiens.chez.com/cinema/Le cinema francais.docx · Web viewTout au long...

Le cinma franais des origines la fin des annes 50

Nous allons suivre une ligne chronologique, nous nous intresserons la question des genres. On s'en tiendra au cinma franais, et non francophone. Nous suivrons une perspective nationale.

Quel crdit apporter la notion de progrs ? On raconte souvent l'histoire du cinma dans une optique d'amlioration. L'ide de progrs est assez pigeuse : on est toujours amen conclure que le prsent est l'tat le plus avanc du cinma. La notion de progrs doit tre mise de ct.

Il faut replacer le film dans son contexte : Quelles sont les attentes du public ? En quoi le film aboutit un rsultat ? Est ce que les ralisateurs sont empchs de faire quelque chose ?

Films au programme :

Coffret de courts-mtrages de Max Linder,

Sous les toits de Paris, Ren Clair,

La rgle du jeu, Jean Renoir,

Remorques, Jean Grmillon,

Les enfants de paradis, Marcel Carn,

Touchez pas au Grisbi, Jacques Becker,

Bibliographie :

Ren Prdal, Histoire du cinma franais des origines nos jours

Claude Beylie, Une histoire du cinma franais

Jean-Pierre Jeancolas, 15 ans d'annes 30

Michel Chion

Burch Nol et Sellier Genevieve, La drole de guerre des sexes du cinma francais

Raphaelle Moine, Le cinma francais face aux genres

LES FRRES LUMIRE

1895 est une anne conventionnelle, un peu arbitraire. C'est la date de dpt du brevet du Cinmatographe, appareil des frres Lumire, et de la premire projection publique et payante (28 Dcembre). A partir de cette date, il y a eu des projections rcurrentes. C'est un point de dpart retenir. En 1892, Edison met au point son Kintoscope, cette date est mise en valeur par exemple aux Etats Unis.

Au XIX me sicle, la France est une grande patrie pour les inventeurs. En 1881, Jules Marey cre son fusil photographique trs performant.

Emile Reynaud invente le Praxinoscope (1887-1889). Edison est la figue majeure avant les frres Lumire. Il invente le Phonographe et commercialise le Kintoscope. Lorsque le Kintoscope, en Octobre 1894, est diffus en France, les frres Lumire ont l'ide de se lancer dans leur aventure commerciale.

Le 35mm en revanche est un hritage des annes Edison. Les frres Lumire ont une usine de plaques photographiques dont la rputation va leur tre utile pour la diffusion de leur Cinmatographe. S'ils sintressent l'invention d'Edison, c'est qu'ils pensent que leur mtier est la veille d'une rvolution majeure.

Louis et Auguste veulent mettre au point un appareil de projection publique et multifonctionnel (enregistrement, tirage et projection). Louis Lumire dcide de fixer la cadence 16 images par seconde. Cette frquence est suffisante pour viter le problme du scintillement de l'image. Ils veulent mettre en place une production franaise de nitrate de cellulod.

Le 22 Mars 1895, les frres Lumire filment les photographes lors du congrs national de photographie. Le 28 Dcembre, c'est la premire exploitation commerciale. Le principe de l'oprateur permet aux frres Lumire dtoffer leur catalogue de films. Ils mettent en place une comptabilit complexe. Alexandre Promio est un oprateur form par Lumire, il a la rputation d'avoir invent le travelling grce un bateau Venise. Ce film lance la mode des vues panoramiques qui sera dcline avec tous les moyens de locomotion existants. Les chasseurs d'images de Lumire alimentent le public en permanence avec des images nouvelles, de faon a fidliser le public.

Louis Lumire va filmer son cadre de vie, son jardin, son enfant, son usine. Nol Burch a beaucoup travailler la dimension bourgeoise du cinma des premiers temps, la notion de rflexe de propritaire. Le public bourgeois allait au cinma principalement pour voir ces vues documentaire refltant cet tat d'esprit. Le public populaire irait davantage voir les vues fictionnelles.

En Mai 1897, les frres Lumire mettent en vente leur appareil. Ils les adaptent au format Edison, et ne parviennent pas s'affirmer sur le territoire amricain et se recentrent sur leur industrie originelle.

En 1900, pendant l'exposition universelle, les frres Lumire projettent sur un cran gant de 16m sur 21. Il y aura plus d'1 million et demi de spectateurs. En 1897, il a 358 films dans le catalogue Lumire, 1400 en 1907 dont on estime reprsenter le tiers de la production totale de films effectue pour le compte des frres Lumire.

En 1905, la production est arrte. Les frres Lumire possdent quelques salles, leurs films sont projets par exemple dans la salle des galeries Dufayet. En 1908 la dernire salle est vendue.

Le bazar de La charit brle, l'intrieure cette galerie tait projets des films. Cet incident a nuit la frquentation des classes aises.

GEORGES MLIS (1861-1938)

Mlis sintresse un public populaire, en se plaant du ct du divertissement, la diffrence de linformation. Mlis fait le lien entre les arts de la scne et le cinma, dans la tradition des formes thtrales, du cirque, de la pantomime, du musical, du thtre d'ombre. Il est issu d'une famille d'industriels, cossues, spcialise dans la chaussure de luxe. Il sintresse au dessin et va devenir caricaturiste et illusionniste. Il achte le thtre Robert-Houdin sur le Boulevard des Italiens en 1888. Dans ce thtre, il donne des spectacles d'illusions, de prestidigitation, de ferie, parfois caractre grivois. Il s'inspire dans une veine plus populaire et satirique des spectacles du thtre du chtelet. Il va tre un des premiers a se servir des lanterne magiques et du kinescope. Il est un des premiers spectateurs des projections Lumire. Il propose Louis Lumire de lui acheter un appareil mais il n'est pas encore produit en srie.

Le 10 Juin 1896 il tourne son premier film avec le Kintographe, un kintoscope dtourn. Il fait projeter ses films dans son thtre et fonde une socit de production, la Star Film. Il fait amnager un studio dans l'hiver 1896, un atelier de pose pour l'poque. Son studio reprend la scne de son thtre, 6 mtres de large, 17 mtres de longueur. En 1908 il fait construire un deuxime studio. Mlis est un touche tout, un homme orchestre, il prside toutes les tapes de production des films. Il filme ses propres tours de magie. Mlis ne se spcialisera jamais dans le comique. Il reconstitue une affaire Dreyfus en 11 tableaux. Il propose des actualits reconstitues, par exemple en 1902 Le sacre d'Edouard VII. Il adapte des pices de thtre, des contes. Certains de ses films sont considrs comme prcurseurs de la science fiction, comme le Voyage dans la lune en 1902, inspir de Jules Verne, Le voyage travers l'impossible en 1904. En 1907 il adapte Jules Verne avec 20000 lieues sous les mers. Il propose des films caractre mythologiques.

Il est clbre pour ses trucages dont il distingue 5 catgories :

Les trucages par arrt

Les trucages de type photographique ( expositions multiples par exemple, le personnage peut se multiplier, se dmembrer grce des caches, se recomposer)

Les trucages de types chimiques (fondus, surimpressions)

Les trucages de types pyrotechniques (fumes, explosions)

Les trucages de types thtral (trappes).

Ces trucages sont raliss de manire artisanale, mais avec une grande maitrise. Il utilise ponctuellement l'image par image, le ralenti.

Il prpare souvent ses films l'aide de dessins. Ces films sont organiss sur le plan narratif. Il fait un travail sur la profondeur de champ. Il recrute des danseurs, des acrobates et veut donner du dynamisme ses films.

Il est marginalis par Gaumont et Path, les deux firmes les plus puissantes l'poque. Path devient sa tutelle, il devient le distributeur de ses films, il est sous la tutelle de Zecca, lui mme cinaste, dtest par Mlis en raison d'un soupon de plagiat. On rpertorie 500 films de Mlis, il en aurait tourn plus, dont 80 en 1896. Des centaines de copies de ces films sont utilises pour la fabrication de talonnettes pendant la premire guerre mondiale.

Cf Hugo Cabret, Scorsese

Cf Didel : Confrence sur Mlis

PATH

Path est l'industrie qui a eu le plus d'influence. On distingue cette premire priode, qu'on appelait avant le cinma primitif. On retient souvent la date de 1907, directement lie l'histoire de la firme Path. C'est le moment o on passe de la vente des films un systme de location qui reste le principe de la distribution cinmatographique aujourd'hui encore. Cette volution se fait en parallle la construction de salles permanentes. On a des essais de cinma en couleur, de cinma en grand cran (cinorama 360).

C'est sur ce terrain commercial que Path va imprimer sa marque. L'tat de l'industrie cinmatographique ne possde pas un budget assez lourd pour ces inventions.

Le cinma repose sur 3 modes d'exploitation, on diffuse les films dans les caf concerts, music-hall, cirques, petites entreprises de projection, d'autre part dans des salles polyvalentes, des salles de fte, paroissiales, parfois dans des thtres. Ces salles sont loues par des tourneurs pour un nombre de reprsentations limites. Enfin, on diffuse les films dans des baraques foraines, en province ou Paris la foire du trne.

L'industrie du cinma est face une difficult car le mode de distribution est limit, le public n'est pas fidlis car les projections ne sont pas rgulires et le stock de films proposs ne se renouvelle pas de manire trs rapide.

La qualit des copies en souffre beaucoup. Path va mettre en place son systme en analysant le systme dans lequel il progresse.

Charles Path, n en 1863, est le fils d'un commerant. L'histoire de la firme va tre lie l'histoire de la bourgeoisie vincennoise. En 1895, il commence frquenter des inventeurs en leur demandant de construire un appareil quivalent celui des frres Lumire. En 1896 il fonde Path frres, il trouve son appui prs de banques.

Path va s'installer Vincennes, il va construire un thtre de poses qui est reconstruit en 1904-1905. Les tournages sont juxtaposs sans qu'il n'y ait de problme grce au muet. Les films produits par la firmes sont vendus des milliers puis des dizaines de milliers d'exemplaires. Le chiffre d'affaire de la socit va passer de 350 000 F 24 millions entre 1900 et 1907. En 1908 Path vend partout dans le monde, et vend aux Etats Unis un mtrage deux fois suprieure la production des Etats Unis. Path est hgmonique sur toute la production cinmatographique.

En 1907, il dcide de passer un systme de location des films et met en place des socits satellites qui ont pour objectif la construction de salles, ce sont les concessionnaires Path.

En 1908, ce systme a permis la mise en place de salles assez luxueuses mais en nombre limit. Gaumont inaugure des salles cette mme annes.

Le Gaumont palace est une des plus prestigieuses, partir de 1911 c'est la plus grande salle du monde. Il sera dtruit en 1972.

En 1909 on met en place le format Edison 35mm qui met fin l'anarchie antrieure. La dure des films diffuses s'allonge considrablement.

Le dveloppement du trs long mtrage se fait en Italie. En France, Les Misrables (1912) de Capellani dure prs de 3 heures.

Path s'entoure de collaborateurs efficaces, comme Zecca, issu du thtre. Il fait en 1901 Les sept chateaux du Diable, une super-production tire 1500 copies. On retient Ferdinand Zecca pour ses drames naturalistes comme Histoire d'un crime (1901), les victimes de l'alcoolisme (1902), La grve (1904) et Au pays noir (1905), qui utilise abondamment le panoramique.

Zecca cde sa place Albert Capellani, Gaston Velle, Lucien Nonguet (le Cuirass Potemkine, la vie et passion de Jesus), Andr Heuz. Alfred Machin est un des pionniers du cinma d'exploration documentaire, il convainc Path de financer ses explorations en Afrique. Il s'installe dans le Benelux et sera un des pioniers du cinma en Hollande et en Belgique.

Le concurrent principal de Path est le Film d'art. Le 17 Novembre 1908, c'est la premire projection de L'assassinat du Duc de Guise, un film de 18min qui a la particularit d'tre interprt par de grands acteurs de la comdie franaise. Le film est mis en scne par Andr Calmettes. Le filme est clbre parce qu'on commande une partition spciale pour l'accompagner, par Saint-Sans. Il cherche ramener un public bourgeois qui dlaisse les salles. C'est un film admir par des cinastes comme Griffith ou Dreyer.

Le Film d'Art est une structure mise sur pied par les frres amricains Laffitte qui veulent faire des films de qualits qu'ils trouvent dlaisss l'poque. Path s'assure de la distribution de leurs films, pour mieux les controler, les touffer.

Courcelles concurrence le film d'art en reposant sur le talent de Capellani. Il adapte de nombreux romans. Capellani est rest dans l'histoire du cinma comme celui qui recherche une expressivit retenue, recherchant le ralisme, tournant dans les studios de Vincennes et parfois en extrieur. Il ralise Germinal en 1913.

Gaumont cre le Label des grands films artistiques pour concurrencer cette tendance. Eclair cre une association cinmatographique des auteurs dramatiques. Eclipse va mettre en scne une Reine Elisabeth avec Sarah Bernhardt. Le gros de la production est cependant constitu de la veine comique. Le cinma prolonge la tradition du cirque, du caf concert. Path va surtout se faire connatre grce aux grandes figures du cinma comique comme Andr Deed qui cre le personnage de Boireau, prototype du hros rcurrent. Deed va quitter Path pour le cinma italien pour cretinetti, un comique burlesque.

Il y a galement une veine du film de poursuite. Il y a l'acteur Prince, qui connait un succs considrable avant d'tre clips par Max Linder, engag par Zecca en 1905. Son personnage ne s'impose que progressivement. Son personnage est un personnage de bourgeois. Sa popularit est assure en 1909, il devient le faire valoir Path. Il va produire jusqu' 150 films jusqu'au dbut de la premire guerre mondiale. Le comique est porteur d'une dimension burlesque contrle. Ces films s'apparentent des petites comdies.

On lui propose de prendre la succession de Chaplin lorsque vient la premire guerre mondiale. Paradoxalement Chaplin est vu comme un hrit de Linder. Linder n'aura pas un grand succs aux Etats Unis. Les films laissent une grande part l'improvisation des numros.

Amour tenace, Linder, 1912

Max Linder finit par se suicider en 1924.

La notion de genre est la fois esthtique et industrielle. C'est un outil de communication et de ngociation. L'tablissement des genres est complexe, on a une multiplicit de termes gnriques. Le catalogue recense 12 catgories:

Plein air, vues gnrales et scnes de genre

Scnes comiques

Scnes trucs et scnes transformations

Scnes de sport ou acrobaties

Scnes historiques, politiques, militaires ou d'actualit

Scnes grivoises caractre piquant

Scnes de danse et ballet

Scnes dramatiques et ralistes

Scnes de fries et contes

Scnes religieuses et bibliques

Scnes cin-phonographiques (scnes qui proposent un accompagnement sonore)

Scnes art et industrie

Path assume le caractre commercial de sa production. Des protocoles de production se mettent en place. Ces catgories permettent la composition de catalogues qui permettent d'viter le plagiat. Les scnes comiques sont des films burlesques et se differencient des comdies. Elles reposent sur les cabrioles, courses poursuites, marqus par une absence de ralisme, elles s'approchent de du rel. Les comdies auquelles appartiennent les films de Linder apparaissent en 1909 s'inscrivent dans le sillage d'une traidtion thatrale, les ractions psychologiques priment sur l'action physique.

Le public franais n'est pas l'essentiel du public touch par Path, l'hexagone ne reprsente que 8% du chiffre d'affaire. Path propose des films d'inspiration populiste. Les exploitants proposent de plus en plus de films venus de l'tranger.

Lon Gaumont est issu d'un milieu populaire. Il se forme dans le milieu de la physique et de l'optique. Il se fait engager comme secrtaire chez Jules Carpentier. Il s'installe aux Buttes Chaumont sur un terrain de 200m2 qui va servir de socle la cration de la firme. Il rachte une socit d'optique et va la mettre son nom. Lorsqu'il fait la dcouverte de l'appareil Lumire, il dveloppe d'abord des projecteurs. En 1897, il cre un dpartement production avec 12 ouvriers. La production de films est mineure mais va gagner en importance. Il sait s'entourer de personnes comptentes comme Eiffel. Il installe sa production de films Belleville. Au dbut, il prnomme ses studios la cit Elg (LG pour Lon Gaumont).

En 1905, il cre un thtre de prise de vue qui va rester le plus grand studio au monde pendant longtemps (40m de haut, 30m de long).

Gaumont attend 1910 pour adopter ce systme de location des films. Gaumont se spcialise dans le cinma sonore avec le chronophone (1902).

Son cinma reprend la tarification valable du thatre. Le budget des films est relativement bas.

Alice Guy a la rputation d'etre la premire femme ralisatrice de l'histoire de cinma, elle est la secrtaire de Gaumont. Elle lui propose de raliser des petits films de fiction. Les premiers films Gaumont sont donc tourns son initiative en dehors de ses heures de travail. Elle reste directrice artistique jusqu'en 1907 et passe le relais Feuillade. Elle quitte la france pour les Etats Unis o elle fait la promotion de Gaumont.

Elle ralise des comdies, des captations de numros danss, etc... Elle attache en particulier son nom une Vie du Christ.

Les cambrioleurs, 1898. Elle est galement clbre pour un Fe aux choux.

L'anatomie du conscrit est une phonoscne de 1905.

Flix Mayol est une des vedettes du music-hall a cette epoque. Pour enregistrer une phonoscne, on enregistre d'abord le son, puis l'image.

Romo Bosetti a la rputation d'avoir influenc Max Ennett. Il est issu du cirque, du music-hall, il cascadeur et funambule. Il sera connu pour son got pour les scnes de destruction du dcor. Il associe son nom au personnage de Calino. Il se socialise dans les trucages de type physiologiques destin concurrencer ceux de Path.

Jean Durand prend la suite dans la ralisation des Calino, ou encore les Zigoto ou Onsime. Gaston Modot est le plus grand de la troupe d'Onsime. On a l'exemple de Onsime horloger.

Les westerns se dveloppent, on les associe au nom de l'acteur. Jo Hamman a une exprience authentique de l'ouest. Tout au long du XIX, les romans ont des influences, comme Le dernier des Mohicans. Jean Durand ralise aussi des Westerns.

Gaumont produit des petits films comiques qui marchent trs bien, comme les Bb, qui deviendra Ren Dary. Feuillade finit par lui trouver un remplacant.

On retient de Feuillade son importance dans la mise en place du film a episode. En 1911-15 il fait La vie telle qu'elle est. Les Vampyr se contruisent autour de la figure d'Irma Vep.

Longtemps on a vu les films de Feuillade dans une optique de retard de l'expression cinmatographique, comme Mlis. Des troupes sont constitues, c'est une des caractristiques Gaumont.

Feuillade pose une question de mise en scne, peut on considrer son cinma comme primitif ?

Feuillade utilise la bi-dimensionnalit de l'cran pour attirer l'attention du spectateur. Il y a une tension entre le premier plan et le deuxime plan.

Il y a 10 pisodes aux Vampires. Tout au long des pisodes, l'ampleur narrative se dveloppe, il y a une variation autour du thme de la fuite. Les squences confortent le spectateur dans sa connaissance de l'univers narratif.

Des rfrences invoquent le contexte de premire guerre mondiale.

Le prcurseur du film pisodes est Victorin Jasset. Il cre Nick Carter, Zigomare, le docteur Phantom. On a parfois mis en parallle ses srials et l'expressionnisme allemand.

La veine du film criminel irrigue les crans europens.

Lonce Perret est connu pour L'enfant de Paris (1912), il se voit chez Gaumont confier les drames, des productions plus haut-de-gamme. Il est davantage du cot de la comdie que des vues comiques. L'enfant de Paris est un film long, il dure plus de deux heures. Il frappe par son retour la filiation Lumire.

On a fait une quantit de filiation entre Lonce Perret et le ralisme potique. C'est lui qu'on attribue l'arrive du nom du ralisateur et des acteurs dans le gnrique d'ouverture. Il se montre attach l'ancrage dans le monde rel, au dtail. Il ralise aussi Le mystre des roches de Kador. C'est dj un film sur le cinma.

Cohl est form aux beaux arts, il devient caricaturiste. Il connait une carrire tardive. On lui attribue l'invention du procd image par image. On le connait pour le personnage de Fantoche. Il ralise Fantasmagorie en 1908, film de moins de 2 minutes. Aprs un passage aux Etats Unis, il adapte en France Les pieds Nikels.

Le cinma franais est la fois assez hgmonique sur le plan commercial, tout en possdant des faiblesses qui participe sa chute internationale, comme la premire guerre mondiale y participera. Nol Burch voit ce retard car le cinma franais a dliberement fait le choix de laisser le spectacle cinmatographique aux couches populaires, ce qui est aussi li aux conditions de diffusion des films. Pour lui, le cinma anglais est plus moralisateur car la vision de la classe ouvrire en Angleterre est celle d'une classe dangereuse. Les ouvriers en grand nombre sont une menace pour le pouvoir en place, alors que le dveloppement de l'industrie franaise a t plus progressif. L'industrie conserve une dimension familiale. Il montre que le pouvoir politique va plus ou moins tolerer le caf-concert en Angleterre, on fait en sorte de maitriser le spectacle populaire. On investie le cinma pour etre le vecteur de messages, tandis qu'en France, il y aura selon Burch une forme de complicit entre la classe dirigeante et populaire. Les lites franaises vont tre plus lentes accepter la lgitimit du cinma. On propose meme des procds permettant de laisser les salles allumes, permettant la fois de rassurer le public bourgeois et leur proposant de lire leur journal pendant les vues qui ne les interessent pas.

Les sances de cinma sont htrognes mme si majoritairement les vues sont comiques. L'quilibre refltent la divergence de got entre le public.

Burch procde des statistiques relevant le pourcentage de scnes populistes dans les films. Sur 292 films (principalement Path et Mlis) entre 1900 et 1909, 93 traduisent un populisme notable, soit parce que le peuple refletent des prjugs sur la classe borugoise, soit car il glorifient le peuple. 117 sont des feries ou des films trucs, donc moins du ct de l'rudition savante. 13 seulement sont porteur d'un discours difiant: les victimes de l'alcoolisme, la probit rcompense, etc.. 5 sont vraiment d'inspiration religieuses. L'encrage est donc trs nettement d'un public populaire.

Beaucoup de films jouent sur le thme de l'alcool, du caf, et en font une chose positive o s'panouit un savoir vivre ouvrier.

Beaucoup jouent galement des inimitis de classes, surtout contre les paysans.

Le public va se mettre adopter le cinma amricain qui lui ne se positionne pas de la mme faon. Sa vision des milieux ruraux est assez flatteuse.

Les vocations politiques restent distance du contexte franais. La grve, de Zecca, mnage les aspirations potentielles d'un public populaire. Les films populaires clbres sont par exemple Un drame l'usine (1912), un film non sign et intressant du ct du discours, qui est lhistoire d'un contrematre violent dans une petite fabrique de petites pices.

Alice Guy ralise L'enfant de la barricade (1907), elle se place du cot des insurgs.

Les films Feuillade reprennent la fascination de la bande Bonnot.

En parallle, on assiste la naissance d'un discours sur le cinma. Le cinma franais est jug dfaillant au niveau de l'art par rapport au cinma amricain. Les premiers journaux sont des sortes de catalogues qu exposent partiellement l'tat de la production disponible. On s'interesse aux questions du ralisme, de la reproduction cinmatographique. Path propose un bulletin cinmatographique.

Edmond Benoit-Lvy fait publier une revue, le phono-cin gazette. Ils notent l'importance artistique des films et des crateurs, des dcorateurs, et des oprateurs. Guillaume-Michel Coissac crit sur le cinma car il veut, comme en Angleterre, insister sur ce que devrait etre le cinma. Il insiste sur les vertues difiantes qui devraient tre celles du film. Il publie Le fascinateur, explicitement catholique. Il cherche dfendre la morale publique.

On date en 1908 l'apparition des vraies critiques de films, lies bien sur au dvelppement du film d'art. Des acadmiciens sont recruts. On passe progressivement de l'age des forain a l'age des intellectuels; La guerre de 14 concide avec lmergence d'une nouvelle gnration de cinphiles voulant vanter les caractristes propres du mdium. Canudo forge le terme du 7me art.

LA PREMIRE GUERRE MONDIALE

La premire guerre mondiale a un rle dterminant dans le pays, et l'industrie cinmatographique franaise, alors au sommet en 1914. Elle perd son hgmonie en quelques semaines. Ds 1910, on peut diagnostiquer des faiblesses dans l'industrialisation. Le retard par rapport l'industrie hollywoodienne sera mis en relief par la guerre. La France exporte 7 fois plus qu'elle n'en importe la veille de la 1ere GM, elle ralise 80% du commerce extrieur mondial de films.

Le film est un bon produit d'exportation, c'est une denre non prissable et peu volumineuse. La France sait tirer parti de ce dveloppement outre-atlantique de film. Les principaux clients sont les USA, lAngleterre, l'Allemagne, la Russie. On estime que 25 30% de lensemble des films projets en Europe sont distribus par Path. Aubert diffuse le Quo Vadis italien, il possde une socit de production ponyme.

La premire guerre mondiale frappe tous les secteurs de l'industrie de manire brutale et inattendue. Le secteur se fige, se dstructure, en raison de la mobilisation, de l'occupation d'une partie du territoire, des perturbations administratives, conomiques et politiques. Par exemple, Path voit son usine de Vincennes rquisitionne, et devient une usine d'armements, Max Linder est mobilis ce qui est rest emblmatique.

Path est oblig de fermer ses succursales l'tranger, lAllemagne en premier lieu puis ailleurs. Elle russit survivre grce son lien aux Etats Unis (Path Exchange). Des premiers mois l'annes 1915, la production est quasiment nulle, en particulier dans la rgion parisienne. On initie la cration de studios de remplacement dans le Sud (Nice par exemple).

Les forains sont les premiers touchs, ils se retrouvent dans une position sdentaire, leurs chevaux sont rquisitionns, certains d'entre eux sont victime de prjugs (beaucoup venant du Nord) des habitants franais. On interdit les fte populaires, les bastringues, les parades. Les salles parisiennes sont dans un premier temps fermes, elles redmarrent en partie au printemps 1915. On constate alors que le mtrage s'est effondr, l'essentiel est import d'Italie et des Etats Unis. Le secteur de l'exportation souffre.

En 1917, les conditions de vie souffrent, on restreint le charbon, on a l'impression que Paris va tre pris. On dcide de fermer les cinmas un jour par semaine.

La grande difficult est la perte de position dans l'exportation. La suprmatie amricaine semble implacable en raison de leur qualit et de leur budget. Les distributeurs eux mme vont dmarcher les producteurs amricains. Il y a galement un alourdissement des taxes. Le problme des films est un problme d'offre. Des firmes amricaines installent des studios sur place, comme MGM, Paramount.

Cependant, la location devient au pourcentage dans cette poque, l'exploitant reverse un pourcentage des recettes contrairement une somme fixe, ce qui contribue stabiliser le secteur. C'est le systme moderne.

La firme Gaumont est rduite cause des blesss et des morts, qui reprsentent 10%. Des projecteurs ont t rquisitionns pour l'clairage des tranches. Les oprateurs Path et Gaumont sont envoys sur le front, mais restent distance, le combat est hors-champ pour des raisons stratgiques (on a la peur que les images tombent dans les mains de l'ennemis).

Les films produits en 1915 sont rattachables une nouvelles veines, parfois bellicistes, patriotiques. Par exemple chez Gaumont, Les fiancs de 1914, Union Sacre, Franaises veilliez !, Dettes de haine, Alsace, La fille du Boche. Ces films ne sont pas des trs grands succs, ils reprsentent 5% du catalogue. Les grands succs sont les films de Feuillade. La firme Gaumont produit 145 films en 1914, seulement 11 en 1919. On passe du moyen mtrage au long.

Charles Path revient en 1918, il encourage le passage la location au pourcentage plutot qu'au forfait, ce qui obligent les exploitants annoncer leur chiffre. Pour lui, il faut produire davantage et mieux, pour cela mettre en avant les auteurs. Il y a un conflit, la reconnaissance des acteurs est progressive. En 1917, le jour de changement de programme se modifie, on passe du Vendredi au Jeudi puis plus tard au Mercredi.

La premire guerre mondiale n'affaiblit pas le got du public pour le cinma. Il y a une cimentation du got pour le cinma, associ comme le repos du soldat, une compensation prcieuse.

Forfaiture (The Cheat) de Ccil B. DeMille marque une gnration lorsqu'il arrive en France.

Louis Delluc meurt en 1924, il est journaliste pour Cina, une revue ambitieuse. Il est un des principaux thoriciens de cette avant garde francaise, et ralise quelques films. Ses textes sont considrs comme les premiers mmorables sur le cinma. Il contribue tablir la rputation du cinma sudois, il abomine les productions feuilletonesques du cinma franais, comme Judex. Il contribue mettre en place certaines structures du cinma franais, il invente le terme de Cin-Club, on lui doit galement le terme de Cinaste. Il prne l'utilisation du dcors naturel, un usage modr des pripties pour latmosphre. Le prix Delluc est cre en 1937. La cration de salles d'art et de recherche participe cette vie cinphile parisienne, comme le Studio des ursulienne, le Studio 28. Le premier cin club est fond en 21. Canudo fonde le Club des amis du 7eme Art.

La production Gaumont reste de milieu de gamme. Leon Poirier dirige la collection Pax par laquelle passe beaucoup de cinastes importants des annes 20 comme Feder, L'herbier. Gaumont sa rapproche des productions italiennes, sudoises. Une novlisation des pisodes dans la presse accompagne la sortie du film, comme la srie Tih-Minh. Pouctal adapte Zola avec Travail. Il utilise des dcors naturels et durait 8 heures dans sa version complte. Il renforce le ralisme social lintrieur de la production francaise. Pouctal est un des acteurs du thatre d'Antoine, il est issu du film d'art. Il est connu pour avoir inject une dose de ralisme dans le cinma.

La SCAGL propose Antoine de l'engager. Il adapte ensuite La terre. L'hirondelle et la msange est d'un des films pour lesquels on se souvient de lui, car c'est un film inachev. Ses films sont rapprochs de Grmillon, mais aussi des productions sudoises (comme Seastrom)

En 1919, Abel Gance fait J'accuse qui tient un discours puissant sur la premire guerre mondiale, certains gards anti-militariste, patriotique.

Ren Le Somptier fait La Sultane de l'Amour, film tourn Nice, produit par Louis Nalpas. C'est une adaptation des Conte des Mille et une Nuits. Le dcorateur est Gastyne. Ren Le Somptier reste clbre pour ses films 'coloniaux' comme Le fils du soleil.

Capellani, 93

Les Annes 20 sont marques par une certaines morosit. Plusieurs coles et mouvements de cinastes restent clbres mais ne sont pas reprsentatif de la priode. La premire avant-garde est autour de Delluc, la seconde autour de Bunuel et du surralisme. C'est une premire vague.

Une autre cole est celle des cinastes russes tablie Montreuil. Ils louent Path puis rachtent ses studios, ils ont la firme Albatros, cre en 1922.

La socit des cinromans est la plus active dans le srial, elle est cre par Ren Navarre (acteur Fantomas), elle est reprise par Jean Sapne et Louis Nalpas qui amplifient la stratgie Gaumont. Cette stratgie est imite des Amricains. Elle produit 25 films pisodes. Ces sries sont partiellement rabilites pour les historiens.

Germaine Dulac va galement donner dans cette veine, du film srie, comme L'herbier. Parmi ces sries, L'enfant Roi ou Fanfan-la-tulipe.

Jean Nalpas cre la villa Liserb Nice, une petite structure de production qui lorsqu'elle s'largit au terrain de la Victorinne, restera clbre. On y tourne de nombreux films, comme Les visiteurs du soir ou Les enfants du Paradis.

LA PREMIRE VAGUE

Dans les annes 20, la premire vague, avant-garde est compose de Delluc, L'herbier, Germaine Dulac, Jean Epstein. Ils sont crivains, journalistes, thoriciens, avant dtre cinastes. Ils font la promotion du septime art. Ils tiennent, comme Delluc, en trs haute estime une partie de la production hollywoodienne.

Jean Epstein a d'abord une formation scientifique. Il tente de dgager ce qui fait la qualit artistique du cinma, il reprend le concept de photognie Delluc. Il en fait le centre de sa thorie.

Le terme de photognie vient de la photographie et qualifie des objets d'o mane la lumire, puis qu'il la rflchissent, suffisamment lumineux pour imprimer la plaque photographique. Puis, il devient qualitatif en dsignant une certaine qualit de lumire. Puis, la notion se rduit au genre humain, la peau, les cheveux, le regard. Ce terme est repris par Delluc qui lui donne un sens assez flou. Elle n'est pas lie au scnario, mais une substance mystrieuse. Selon les auteurs, elle est lie au mouvement, ou au montage, ou encore au gros plan (Epstein), ventuellement au ralenti. Elle dsigne une qualit potique, musicale.

Bergson fait du cinma un art premier. Il l'utilise pour rflchir sa thse.

Epstein reprend ce concept de photognie et forge les nologismes. Il propose le terme de lyrosophe. Il fait la promotion de l'intriorit psychique. Il inspire la peinture par l'cran de l'intriorit des personnages, il rejette la tradition thtre, laffaiblissement symbolique du thatre de la belle poque. Il est l'auteur de trs nombreux textes thoriques qu'il rassemble dans les annes 30, comme Photognie de l'impondrable ou Lintelligence d'une machine. Il essaye de donner une dimension scientifique ses crits. Pour Epstein le cinma est ce qui permet de bouleverser les reprsentations du temps et de l'espace, en cela en adquation avec les thories d'Einstein. Il voit du cinma une machine intelligente. Le temps et l'espace n'existe pour lui pas en eux-mme, ils ne sont pas mesurables, ils sont subjectifs. Il considre que le cinma permet l'tre humain de renouveler son rapport au temps et l'espace, qui propose des parcours spatio temporels indits qui permettent au public de faire un gymnastiques intellectuel. Il permet donc le dveloppement de facults intellectuel au public. Il est fascin par le ralenti, le flou, le montage altern, les mouvements d'appreil, les sur impression, superposition, alternance de cadence, cadence inverse en particulier. Il aboutit l'ide que le cinma est crateur d'une pense indpendante de celle du cinma. Le cinma est une sorte de cerveau qui ne peut pas tre control par celui du cinaste. Il a une conscience non humaine qui produirait une pense spcifique.

Son film le plus clbre est La chute de la maison Usher en 1928, adaptation de nouvelles fantastiques de Poe.

Marcel L'herbier est issu de la bourgeoisie, se destinait la littrature, il se destinait au thatre. Pendant la guerre, il est effectu au service cinmatographique du cinma, fait la rencontre de Delluc et commence sa premire fiction, Rose France (1918). Dans les annes 20, il fait El Dorado (1921), L'inhumaine (1923), et l'argent (1928). Avec El Dorado, il est qualifi de cinma d'avant garde. Il propose une forme indite qui permet d'acceder une intensit motionnelle nouvelle. Trs clbre dans les annes 20, il continue sa carrire dans les annes 40.

Cette avant-garde est juge svrement dans les dcennies suivantes, suivant leur excs, leur propos polmiques, leur jugements dfinitifs, par comparaison aux cinastes allemands des annes 20.

L'herbier souffre de ce jugement, mais est sur un premier plan sur le plan institutionnel. Il est le fondateur de l'IDHEC.

L'avant garde a un got pour la recherche formelle, reproch par les critiques de l'poque.

Marcel L'Herbier est certains gards plus institutionnel, issu de la bourgeoisie et se diestinait la littrature, survient alors la guerre et intgre le service cinmatographique des armes o il fait la rencontre de Louis Delluc. Aprs la guerre il accde rapidement sa premire ficiton, Rose France, 1918. Dans les annes 20 il fait El Dorado en 1921, L'Inhumaine en 1923, L'Argent en 1928. Il emblmatique de l'ambition nouvelle du cinma franais, permettant alors d'accder une intensit motionnelle nouvelle et psychologique. Il est historiquement associ aux excs de cette avant-garde. Ils crivent beaucoup sur la ncessit de dpasser le rcit, avec des propos polmiques et des jugements un peu dfinitifs. Ils vont se faire des ennemis et se feront juger svrement par les historiens, souvent en comparaison avec leurs contemporains allemands et sovitiques. L'Herbier en souffre beaucoup et sera rhabilit tard. Il est nanmoins le fondateur de l'IDEC, ancien nom de la Fmis. El Dorado est tourn Grenade, c'est le nom d'un cabaret dans lequel volue une femme malheureuse, Sibilla, pour soigner son fils malade. Ce film est produit par Gaumont bien qu'il aurait beaucoup dplut au patron de la firme, du fait de la recherche de flou, de faux-raccords etc. L'Herbier est un amoureux de l'Espagne et l'un des premier obtenir une autorisation de tournage dans les chteaux andalous.

Dans les annes 20, dans ces films, il y a une vision utopique du progrs technique, une fascination pour la machine, le cinmatographe.

La glace trois faces, 1927, Epstein.

C'est une adaptation de Paul Morant.

L'argent, 1928, Lherbier

Adaptation de Zola qui transpose le roman d'origine dans la finance des annes 20. Un des plus importants films de l'poque.

Germaine Dulac laisse l'image d'une exprimentatrice. Elle ralise La coquille et le clergyman.

Le miracle des loups, 1924, Raymond Bernard

Film historique qui met en scne Louis XI. C'est un film qui en prsente une vision plutot positive. Ce film a l'ambition de produire un grand film d'art en opposition aux cin-romans policier. C'est une adaptation de Dupuy-Mazuel.

C'est un trs grand succs commercial.

La RCA, Western Electric et la Tobis (procds allemands ou amricains) quipent une majorit de salles franaise au moment du passage du muet au parlant. Il faut isoler les camras, quiper les salles de projection.

Les premiers studios franais sont quip en Automne 1929, il y a un retard. Les premiers films francais parlant sortent fin 1929, mais pour la plupart sont tourns Londres o Berlin. On retient Le collier de la reine, film sonoris, ou Les 3 masques, sorti par Path quelques mois plus tard.

Certains sont septiques l'arrive du parlant. Marcel Pagnol en dira du bien. Le parlant apparat comme un retour vers le thatre ou au contraire s'en dtacher, en perdant la gestuelle.

Auriol dnonce le prestige dtestable des mots. L'arrive du parlant, c'est en quelque sorte la mort de l'art cinmatographique.

Ce discours laisse des traces dans la critique dans les annes 30, pour quelque chose qui restera comme un age d'or.

Ren Clair exprimera de trs fortes rticences la fin des annes 20.

Des studios se dveloppent Epinay sur Seine. Les studios Paramount Paris se heurte la resistance des exploitants francais et fermera en 1942 mais elle reste emblmatique de cette priode de transition.

Coeur de Lila lance Gabin et Fernandel. Au bonheur des dames de Duvivier souffre du passage au parlant, tant encore muet. C'est un echec complet. Il dfend la necessit d'une formation, d'une grande rigueur dans la technique. Duvivier se fait remarquer par une adaptation de Poil de carotte. Il est galement clbre pour une Tragdie de Lourde. Il fait des films religieux. En 1935 il fait la Bandera, puis La belle equipe et Pp le Moko.

L'arrive du cinma parlant apparat comme une chance d'un cot, en pensant que les films amricains auront plus de mal toucher le public. La production franaise est relativement preserve pendant quelques mois. La technique du doublage est effective depuis 1932. Les investissement dans l'exploitation se diffuse. Le cinma dans ces annes apparat comme une industrie prospre. L'exploitation se porte mieux que la production.

Path et Gaumont vont connatre dans les annes 30 des dvl assez dramatiques, les deux firmes sont touches par la crise.

Le gaumont palace est rnov. La firme s'endette.

La firme Gaumont va timidement reprendre en 1932. On reprend quelques productions franaises. Les banques qui financent Gaumont sont touches. Le cinma franais n'est pas aid par les pouvoirs publics.

La firme Gaumont est oblige d'abandonner ses programmes de recherche.

En 1935 a lieu un dpt de bilan chez Gaumont. L'histoire Gaumont s'arrete et reprendra sur des bases sensiblement diffrentes en 1938. Pour Path, la chute est encore plus spectaculaire.

Bernard Nathan est l'ancien directeur de Path qui devient le bouc-missaire de la faillite de Path. La faillit intervient en 1936. Path ne sera repris qu'en 1944.

On adapte les auteurs de thatre, souvent celui des thatres de boulevard, comme Henri Berstein. Beaucoup de ces films refltent le climat de fbrilit de ces annes.Yvs Mirande est associ ces adaptations thatrales des annes 30.

Ren Clair est un des plus grand exprimentateurs de cette poque.

Michel Chion parle de travelling sonore, point de vue et point d'coute sont les mmes, au dbut de Sous les toits de Paris.

JEAN RENOIR (1894-1979)

Jean Renoir, Pascal Mrigeau

Il s'est beaucoup dit adepte de l'improvisation dans un cinma qui repose, dans les annes 30, majoritairement sur la parole. D'un autre ct, dans ses travaux il est pris de rigueur dans la construction de ses rcits et dans la direction d'acteur.

Il passe quelques mois dans l'Italie fasciste, prchant pour un cinma latin qui se dmarque de l'hgmonie amricaine avant de partir aux Etats Unis o il finira sa vie naturalis.

Il reste permable a toute sorte d'influence, persuad que tout le monde peut avoir ses raisons (Octave, La rgle du jeu). Sa personnalit se retrouve dans ses films avec le got de donner la parole a tous ses personnages, ne pas construire des films thses.

Il crit des scnarios a l'poque du muet, se destine la cramique, et finit par raliser La fille de l'eau, rest clbre par ses squences oniriques. Il a un got pour une imprgnation naturaliste, la nature environnante, mais aussi le dpassement narratif, une transfiguration de la ralit. Il a beaucoup dit que ce qui compte, c'est la vrit intrieure des personnages.

Il ralise en 1926 Nana d'aprs Zola. Le film propose une tude du milieu social mais aussi du spectaculaire. Ce film est un chec qui freine ses ambitions la fin des annes 20.

Dans les annes 30, il ralise une srie de films extrmement clbres. Il se concentre sur la maitrise de la dimension technique et de la captation sonore. Il aborde des genres trs varis. Un tragi comdie avec la chienne, l'improvisation bouffonne avec Boudu sauv des eaux, un theatre film avec On purge bb (1931, d'aprs un vaudeville de Fdo), des adaptations littraires de Zola, Gorki et Pagnol (Toni). Les films s'inscrivent dans un contexte li au front populaire.

On purge bb, avec Michel Simon

On lui reproche une thtralit anti-cinmatographique.

Il accorde une importance aux dialogues, aux contre points sonores.

La bte humaine, adapt de Zola

L'imaginaire du chemin de fer renvoie la technique. Il montre aussi l'alination du personnage rduit l'tat de machine.

Les films renseignent galement sur le parl des annes 30

La marseillaise, 1938

Il s'inscrit dans une volont de produire un film militant. C'est une vocation de la rvolution franaise. Il se concentre sur le dbut de la rvolution. Il est entre le film historique et le got pour la mise en scne de personnages. Il se concentre sur des anonymes, il rhabilite l'individu. L'ancrage politique est trs fort. C'est un film command par la CGT et le parti communiste. Le comportement des personnages voque bien plus les ouvriers de 1930 que les marseillais de 1789. Il montre la coalition de personnages venant de milieux diffrents.

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Pendant la seconde guerre mondiale, beaucoup de cinastes s'exilent comme Ren Clair, Duvivier et Renoir. La guerre est dclenche en Septembre 1939. Le 10 Mai 1940, l'arme franaise est mise en droute aprs la drle de guerre. L'occupation dure jusqu'en 1944-45 selon les rgions. Le cinma franais de l'occupation a t beaucoup tudi comme mergeant dans des conditions historiques exceptionnelles.

En 1940, c'est une saison blanche pour cinma franais cause des vnements. On continue diffuser peu prs normalement les films amricains, comme Capra et Lubitsch, qui disparaissent par la suite. Air pur de Ren Clair ne sera jamais achev. L'exploitation reprend rapidement, ds la fin de l't 1940. Dbut 1941, le cinma allemand connait une sorte d'age d'or de 18 mois. Il occupe le terrain laiss libre par l'absence de production franaise et ils rencontrent un succs relatif. La disparition du cinma amricain est totale. Il y a peu de films propagandistes, mis part le Juifsuss. Il y a des tentatives de films en couleur comme la Ville Dore du mme ralisateur que le Juifsuss. Il y a quelques succs italiens comme Roses Ecarlates, La nave Blanca, La couronne de fer. Dans la zone libre, les films britanniques et amricains restent autoriss jusqu'en Octobre 1942.

Le cinma franais souffre de l'absence de structure. Raoul Ploquin est le directeur de COIC, il travaillait la UFA. On cre la carte professionnelle qui sert contrle la prsence de techniciens, d'acteurs indsirables dans le cinma franais, comme les juifs. On met en place l'interdiction du double programme, cela favorise la production de courts mtrages. L'IDHEC est cre, avec sa tte Lherbier. Le COIC est remplac par le CNC en 1946. Un loi de 1941 met en place le financement par avance par le Crdit National. Le cinma franais s'panouit ds 1942. Le rgime de Vichy tablit pourtant la censure. Avec Renoir et Clair, des acteurs comme Gabin fuient galement. Les premiers films tourns dans le Sud sont d'une grande mdiocrit, mais la production se rtablit grce la cration d'une structure. Ce systme permet la production de films assez couteux, comme Les enfants du paradis.

Elle voit la mise en place de la socit allemande Continental dirige par Greven. Greven essaye de capter les nouveaux talents comme Fernandel, Albert Prjean, Pierre Fresnay. Christian-Jaque ralise L'assassinat du pre Nol. Le niveau et le volume des films s'lve rapidement.

On a 60 films en 1941, 78 en 42, et 60 en 43. La qualit s'lve, on voit l'mergence de nouveaux noms comme Claude Autant-Lara qui ralise Douce, Jacques Becker qui ralise Goupi Mains rouges, Henri-Georges Coulzot avec Le corbeau. C'est les visiteurs du soir qui a le plus de succs. Les films voquent une france indtermine. Robert Bresson ralise Les ange du pchs, Le ciel est vous de Jean Grmillon.

Ces films seront jugs svrement la libration.

Philippe D'Hugues considre que peu de films refltent une idologie vichyssoise. Le cinma franais ne produit pas de films nazi au sens stricte. Il y a un dcalage entre les dclarations d'intention de la production et les films. Certains auteurs ont une vision plus pessimiste de la priode.

Le corbeau est considr comme emblmatique de l'occupation. Il est adapt d'un fait divers. C'est un film jug immoral mais produit par la Continental. Pierre Frenay passe 6 semaines en prison la libration. Ginette Leclair sera incarcre un an. Clouzot sera suspendu.

Les visiteurs du soir a une intrigue la limite du fantastique, le personnage est la limite de l'incarnation de Diable. La lecture contextuelle est possible. Le producteur est Andr Paulv. Sa socit, DisCina produit Lumire d't galement, l'ternel retour, Sylvie et le fantome. Il est impliqu dans les productions de La belle et la bete, Casque d'or, Les enfants du paradis. Sa socit s'arrte en 1952.

Dans les premires annes de l'occupation, Nice fait figure de refuge. Les co-productions avec l'Italie y trouvent un terrain d'ancrage. Les enfants du paradis y est produit. Les visiteurs du soir s'inspire des Riches heures du Duc de Berry, un rcit mdival. Le film se heurte la question de l'puration dont sont victimes certains de ces collaborateurs, comme son dcorateur, Kosma. On les engage de manire anonyme. Le film souffre de la pnurie, par exemple les animaux.

La production des enfants du paradis est trs couteuse, on parle de 1500 figurants ramener dans des rues devenues dsertes. Lors du dbarquement, le tournage est interrompu. Il reprend en Fvrier 44. Le film est montr la libration.

Jean Delannoy ralise Macao, dans lequel l'acteur principal doit tre remplac par Pierre Renoir, le tournage est interrompu. Macao devient l'Enfer du jeu. Il ralise galement Les vicissitudes du temple et l'Eternel Retour d'aprs un scnario de Cocteau. Ce film fait la clbrit de Jean Marais.

Des films comme Monsieur de Lourdines, Venus Aveugle et la Fille du puisatier sont qualifis de nationalistes.

A production est soumise des contraintes.

LA LIBERATION

La priode de la libration est domine par les communistes et les Gaullistes. Les films ne sont pas revus.

Jean Painlev est un ralisateur qui a du succs. Certains discours pointent du doigt le retard du cinma franais.

La bataille du rail (Ren Clment 1946) est un succs. Jericho (Henri Calef 1946) est un film sur la rsistance. Gremillon ralise en 1945 6 Juin, l'aube. Melville ralise en 1947 Le silence de la mer. Il y a aussi Le pre Tranquille. En 1946, Carn fait Les portes de la nuit. Les films restent assez loin du thme de la guerre. On reproche sa tideur au cinma de la quatrime rpublique.

Pagliero ralise Un homme marche dans la ville. Il peint le milieu des dockers du Havre, on peut le rapprocher des films no-ralistes. Dde d'Anvers se rapproche du ralisme potique. Certains films d'Allegret sont qualifis dexistentialistes.

Jean Grmillon ralise ses premiers films dans le cadre du documentaire. Il ralise son premier film qui est un chec, il se tourne vers un cinma plus populaire, avec Gueule d'amour (1937). Puis Remorque, en 1941, Lumire d't et Le ciel est vous avec lesquels il assoit son originalit. Il met en place un hrosme du quotidien.

Il y a des tensions syndicales, mais rien de change dans la production. Dans les annes 40-50, la stabilit peut surprendre en raison du taux de syndicalisation. On parle de la coca-colonisation de la France. La production franaise est vue comme de masse mais dgrade.

Il y a les accords Blum-Byrnes signs le 28 Mai 1946 entre James Byrnes et Lon Blum et Jean Monnet, destins liquider une partie de la dette franaise. Uen des contreparties de l'accord est la fin du rgime d'interdiction des films amricains, impos en 1939 et rest en place aprs la libration. Byrnes voudrait un retour aux accords de 1933, qui prvoyaient un quota fixe de films amricains par an projets dans les salles franaises. De son ct, le secteur du cinma franais demande que sept semaines sur treize soient rserves uniquement la diffusion de films franais. Le compromis final est d'une part un abandon du quota de films amricains et d'autre part une exclusivit accorde aux films franais quatre semaines sur treize, ce qui correspond une diminution de moiti de la diffusion de films franais par rapport aux annes 1941-1942.

Pour le Parti communiste et les syndicats du secteur cinmatographique franais, il s'agit d'un moyen pour les Amricains de diffuser l'American way of life une population pouvant tre tente par le socialisme et de favoriser l'industrie cinmatographique hollywoodienne. En raction, les autorits franaises crent le 25 Octobre 1946 le CNC (Centre national de la cinmatographie) avec pour mission de protger la cration cinmatographique franaise. On craint la production hollywoodienne qui pourrait dtruire la production nationale. Cette production est attendue par le public franais. La cration du CNC est la cl de voute du systme. Il est sous la tutelle du ministre de l'information, puis de l'industrie. Il aliment par l'tat et des cotisations des professionnels.

8 Avril 2014

Les films ont du mal trouver des distributeurs, il y a une sorte d'auto-censure qui s'en suit. La part des adaptations littraires reste importante. Les annes 50 sont dvolues un cinma de genre. On parle de cinma du samedi soir qui repose sur les polars et les comdies. Le comique dispose sur la dimension verbale, il est difficilement exportable pour cette raison. Le polar se dtache du ralisme potique et est influenc par le cinma hollywoodien. Les films reposent sur Tino Rossi, le succs de Fernandel, Nol-Nol (ralisateur des Casse pieds), Robert Dhry (ralisateur des Grands guignols).

Pierre Chenal ralise des films sombres, il ralise par exemple en 1934 La rue sans nom. Il revient en France aprs la guerre, aprs s'tre exil en Argentine.

Dans ce contexte, on doit comprendre la rvolution comique de ralisateurs comme Tati.

La veine du film noir vient de la Srie noire.

Les annes 50 sont centres sur l'ge d'or des scnaristes et des vedettes comme Constantine et Lemmy Caution. Des acteurs comme Simone Signoret apparaissent. On note dans une veine plus populaire l'mergence de Martine Carol.

Dans les annes 50, il y a peu de cohrence esthtique. Les deux scnaristes rests clbres aprs l'attaque de Truffaut sont Aurenche et Bost, attitrs de Autant-Lara. Il adapte le principe de l'quivalence dans l'adaptation, qui est la possibilit d'inventer une nouvelle scne pour peu qu'on reste dans l'esprit de l'oeuvre, si d'autres sont juges inadaptables. Pour Truffaut et Bazin, il faut se confronter au texte plutt que de trouver des quivalences. Bazin cite pour exemple l'adaptation d'un Cur de campagne par Bresson.

La fin des annes 40 et 50 est caractrise par une sorte de rvolution culturelle dans le rapport du public au film. Les salles sont trs frquentes. Cette priode voit le dveloppement de la cinphilie. Le statut social des films volue. Le dveloppement de la cinphile va de pair avec la promotion financire d'un certain type de film et le besoin politique de dfendre l'exception culturelle franaise.

Les cin-clubs se regroupent dans des fdrations de cin-club qui seront parfois l'origine de publications. Elles sont souvent soutenues par le CNC. Il va de pair avec un renouvellement de la critique cinmatographique. On voit l'mergence de nouvelles revues, comme L'cran franais, la Revue du cinma reparait. Les lettres franaises sont reprises par le communisme. La revue du cinma disparat en 1949. Cree en 1936, dans les annes 40 c'est la monte en puissance de la cinmathque franaise, comme celle de Bruxelles et Toulouse. Les festivals se dveloppent, comme celui de Cannes en 1946, de Biarritz. Il y a les Rendez vous de Marly le roi. Tl-cin et Radio-cin fusionnent, Tl-radio-cinma deviendra Tlrama. Les cahiers font paratre leur premier numero en 1951. Cinma est une revue fonde en 54.

En Janvier 1954, Truffaut fait paratre son article Une certaine tendance du cinma franais. Les cahiers mettent en place une rupture de ton.

Postitif est plus gauche que les Cahiers du cinma. Ces derniers refusent que la mise en scne soit soumise des choix politiques ou la contextualisation. Positif privilgie le rcit, une cinphilie de l'apprentissage.

Le renouvellement ne se situe pas dans le long, mais dans le court-mtrage, par exemple d'Alain Resnais, Franju. On parle en 53 du groupe des trente.

Trois films marquent la fin des annes 40, comme Farrebique, Le silence de la mer ou Les dernires vacances (Leenhardt) qui utilise la profondeur de champ.

La bataille du rail.

En 1954, on invente le Alekan-Gerard qui reprend le principe de la transparence, c'est un principe de projection. Il est utilise par exemple dans l'Odysse de l'espace. Il travaille pour Wyler, Cocteau, Wenders.

Max ophuls

On lui reproche sa virtuosit. Il fait jouer Danielle Darrieux. L'avant plan permet de souligner le mouvement de la camra, on a trs peu de gros plans.

Becker ralise Casque d'or.

RENOIR avait approch le ralisme potique, mais on aprs discours comme quoi il n'aurait pas t vraiment dans le courant (dire qu'il tait plutt dtach, surtout que ralisme potique plutt vu comme pjoratif).

De son vivant, ne faisait pas l'unanimit. On le voit trs engag gauche, mme si en ralit, son parcours idologique fut assez complexe. Proche du PC pendant le Front Populaire, passera qql mois dans l'Italie fasciste, prchant un cinma latin pour se dmarquer du cinma US puis partira aux USA, o il sera naturalis. Meurt en 1979 Beverly Hills. On lui reproche un certain opportunisme, permable toute sorte d'influence, comme Octave dans La rgle du jeu: persuad que tout le monde a ses raisons. Pas adepte de certitudes figes, ce qui se retrouve dans ses films: donner la parole tous, pas de films thse trop dmonstrative.

Assez insaisissable, il avait un discours tout fait sur son cinma:adepte de l'improvisation, importance de la parole (comme le cinma des annes 1930), recherche d'un parl naturel. Mais pris de bcp de rigueur, de rationalit dans la construction de ses rcits et dans sa direction d'acteur (faire la part des choses entre le discours du cinaste et leur faon de faire rellement).

crit des scnarios l'poque du cinma muet: l'adaptation lui dplaisant, il dcide de tourner sans aucune formation La fille de l'eau (1922), connue pour ses squences oniriques. Imprgnation naturaliste, contact avec la nature environnante + dimension onirique, dpassement narratif, transfiguration de la ralit. RENOIR n'a pas une tiquette raliste (ce qui compte c'est la vrit intrieure des personnages).

1926: Nana => milieu social (adaptation de ZOLA) + spectaculaire (intentions de RENOIR). Il est le producteur: l'chec du film va le calmer: films plus modestes et populaires.

Les annes 1930: srie de films extrmement clbres. Captation du son direct, travail sur le contre-point musical (genres varis, sans transition).

La chienne (1931): comdie grinante; Boudu sauv des eaux (1932): improvisation; Le crime de Monsieur Lange (1936) nigme policire; Toni (1935) semble annoncer le noralisme italien;

=> Tous ces films des annes 1930 sont empreints des annes du Front Populaire

On purge bb (1931): thtre film

Extrait: les deux hommes lancent un pot de chambre. Il se casse. Plan fixe, profondeur de champ, dialogue long coups par le dialogue entre la mre et le fils. Mais diction thtrale.

Certains ont jug la mise en scne anti-cinmatographique (mme si le fait de dire a= essayer de donner des normes au cinma).

RENOIR ne va pas se spcialiser dans ce genre de cinma.

La bte humaine: adaptation de ZOLA (roman noir, sanglant, aux personnages pulsionnels). Ouverture du film sur symphonie des bruitages. Contraste presque total avec On purge bb.

Contact physique, charnel, entre Lentier et sa locomotive (innovation de RENOIR), absence total de dialogue.

Extrait: ouverture du film

Imaginaire du chemin de fer dans les annes 1930, particulirement en GB: renvoi au rapport la technique (machine fascinante, ivresse de libert: possibilit vasion + MAIS enfermement dans une routine professionnel, rduction du personnage l'tat de machine). Routine professionnelle inquitante et pourtant semble libert: alternance dans les connotations. loge aussi d'une camaraderie qui finalement se retournera contre le personnage pour une issus tragique.

Ancrage gographique: Le Havre, Paris,... Parcours qui renvoi au parcours de la Seine: zone de libert, d'vasion, de posie et de grand danger, zone inconnue.

Humanit par les dialogues, films qui documenteraient presque sur la faon de parler l'poque. Pas de thtralit: le parl populaire des annes 1930.

La Marseillaise (1936): s'inscrit dans le contexte du Front Populaire (film avant La bte humaine), film militant. Aussi exemplaire: presque film officiel du PC (film command par PC et par la CGT, au dpart le film devait tre raliser par plusieurs ralisateurs). Camaraderie utopique, avec utopies qu'on retrouvera 10 ans plus tard.

Reprend les vnements qui prcdent la prise de la Bastille: compromis entre les canons du film historique et ce got de la mise en scne populaire. Film singulier, qui davantage sur les annes 1930 que sur 1789-1790 (rappelle ouvriers de 1936 travers les Marseillais). Ne se consacre pas sur les vnements appris l'cole et sur des personnages importants: personnages peu connus ou anonymes (montrer que ce sont eux qui font l'Histoire). Volont d'tre au plus prs des petites gens. Personnages invents mais inspirs des archives du Bouche du Rhne. Forme d'exaltation, de lyrisme collectif (ne montre pas les travers suivants de la Rvolution).

Choix de cette priode et cette commande: assez paradoxale car PC met plus en avant internationaliste que nationalisme. La marseillaise vue comme appartenant aux valeurs bourgeoises. Dans les annes 1930, le PC rentre dans une priode de compromis, alliance avec le SFIO (ancien PS): valeur galit juridique, des droits, retour du patriotisme.

Extrait: runion publique, on discute, on essaie de trouver un compromis. Les Marseillais rentrent dans la ville et par une ruse (se cache dans un tonneau), prennent les armes

runion publique, transposition presque direct du bouillonnement ouvrier des annes 1930.

Conciliation entre personnages venus de diffrentes classes et univers. Importance du costume. On cherche ne pas nuire l'image de la rvolution: soucis du bien commun, d'avancer ensemble. On a la sensation que ce sont ces petites actions qui ont donn la Rvolution. Allgresse du Front Populaire.

=> Le film ne sera pas vraiment un succs: le passage entre ce film et La bte humaine puis La rgle du Jeu annonce le contexte de plus en plus pesant de cette France de la fin des annes 1930.

Exils, dont celui de RENOIR ou CLAIR, librent un espace dans les annes 1940. Permettent l'mergence de nouveaux cinastes.

22 Juin 1940: aprs la dbcle de l'arme, c'est l'armistice.

La production cinmatographique sous l'Occupation: a d'abord t occulte puis a bcp intresse les historiens. Cinma de l'Occupation: soit les films projets pendant, soit les films produits pendant.

L'anne 1940: presque saison blanche pour le cinma FR alors qu'il fonctionnait normalement durant la drle de guerre (1939-1940). Ninotchka fait parti des derniers films US vu avant la censure. Presque aucune production avant le printemps 1941, paralysie forte de l'exploitation mme si de courte dure.

Bcp de civils ont fuit la Zone Occupe pour la Zone Libre; bcp de films jamais achevs (comme Hercule de R. CLAIR).

Aot 1940: Paris, 300 salles FR fonctionnent (ce qui reste norme) et projettent les films FR des annes 1936-1939, la censure n'tant pas encore vraiment mise en place.

1941: ge d'or de 18 mois du cinma allemand, qui profite de l'absence de production franaise. Succs relatif. Certain savoir-faire spectaculaire qui plat. Disparition totale des films US.

On trouve quelques intentions propagandistes assez lointaines; les films ouvertement propagandistes n'auront aucun succs en FR et les producteurs n'insisteront pas trop. Pas vraiment de tentatives de lobotomisation. L'idologie ouvertement nazie est rare sur les crans FR de 1914-1942 mme si quelques films comme Le jeune hitlrien (chec total)

1942: retour de la production FR, la production allemande ralentie en FR mais reste tout de mme prsente. Tentative en couleur: Les aventures fantastiques du Baron Munchausen.

Succs italiens galement sur les crans FR: prfigure la collaboration fin 1940 franco-italienne (qui a permis le redressement de la production FR).

La couronne de fer de BLASETTI: tiquet mussolinien (tlphone blanc)

Le navire blanc de ROSSELINI; Roses carlates de DE SICA: films dont le succs sera l'une des causes de l'accs la production de ces cinastes aprs la guerre dans le Noralisme.

Dans la Zone Libre, les films US et Britanniques restent autoriss jusqu' 1942: pas les plus rcents, mais ceux avant projets ne seront pas interdis.

Sur le plan institutionnel, l'Occupation est fondatrice du cinma FR de la seconde partie du 20me sicle (paradoxalement). La relative rsistance du cinma FR sur le cinma US aujourd'hui vient d'une structure sous l'Occupation.

Vichy met en place le COIC: le comit d'organisation de l'industrie du cinma. Va contribue l'puration du cinma FR MAIS aussi la restructuration du cinma FR (prend le contre-pieds de l'inaction de l'Etat dans les annes 1930). Li industrie et commerce du film. Systme de soutien (***) qui contribuera l'panouissement artistique du cinma FR en 1942-1943.

Sur le plan artistique, les annes 1942-1943 sont d'une grande richesse, avec de nouveaux talents (critiqus pour certains par la Nouvelle Vague par la suite).

L.E. GALEY sera la tte du cinma FR.

PLOQUIN directeur de la COIC, ancien de la UFA (cinma allemand) jusqu'en 1942. Change de nom (je ne sais pas lequel) qui mne rformes venant de l'Etat.

Cration de la carte professionnelle qui servira contrler l'absence de techniciens, d'acteurs,...

Diffusion de deux films pour un ticket: favorise la diffusion des courts mtrages.

Cration de l'IDEC (ancienne FEMIS) qui fonctionnera dbut 1944 avec sa tte M. L'HERBIER.

Censure allemande et franaise + puration du cinma (antismitisme qui s'impose de plus en plus, trouvant son origine par l'occupant et par la tradition de l'extrme droite franaise). Les juifs ne peuvent plus travailler dans le cinma: clandestinit ou fuite de nombreux talents. Certains acteurs ou techniciens mobiliss par la guerre restent prisonniers. Hmorragie du cinma FR. Rtablissement dans les mois venir d'autant plus surprenant mme si qualit mdiocre pour les films tourns dans la Zone Libre.

Solidit de l'exploitation: il est le divertissement incontournable, d'autant plus que moyen d'vasion vu que mobilit rduite durant l'Occupation. Les salles de cinma sont des lieux chauffs.

Avec redressement: mise en chantier de films assez coteux (comme Les enfants du Paradis, tourn Nice, au dpart coproduction avec l'Italie). PATHE et GAUMONT, nouvelles socits, profitent de ce redressement et de l'aide financire. Sont toujours prospres aujourd'hui.

Nouvelle socit: Continental. Droits FR mais capitaux Allemands, fonde sous la demande de GOEBBLES, dirig par le Doc GREVEN, francophile. Premier plan sur le cinma FR: il faut produire des films qui rapportent de l'argent pour alimenter le besoin de budget du Reich, et non des films de propagande. Certain pragmatisme.

Veut capter les meilleurs talents: proposent des contrats au star des annes 1930: FERNANDEL, RAIMU, PREJEANT, FRESNAY,... Continental lche du leste aux autres socits vu le succs de leurs productions (bonne qualit). L'assassinat du Pre Nol de CHRISTIAN JAQUE.

Le niveau et le volume des films augmentent en 1942. Les films Continental ne sont pas soumis la censure et seront de ce fait plus oss que les films FR.

Production Continental: 60 en 1941 78 en 1942 et 60 en 1943: production relativement limit mais qualit.

Nouveaux cinastes FR comme C AUTANT-LARA, J. BECKER, HG COUZOT (Le Corbeau), A CAYATTE

Autre productions:

Les visiteurs du soir de CARNE est le plus grand succs (1943): film d'vasion, France indtermine, dpaysement historique.

BRESSON (Les anges du pch), GREMILLON (Remorques; Le ciel est vous: donne une vision moderne du couple)

Bcp de ces films de l'Occupation seront jugs svrement la Libration. Pourtant seuls quelques films semblent proches de Vichy. Films souvent ambigus pour passer entre les mailles du filet. Continuation entre le cinma sous l'Occupation et celui de la 4me Rpublique.

L j'ai lch, pardon.

Le Corbeau (1943) de FRESNAY: A VOIR film assez immoral (on dnonce aprs avoir bu, adultre...). Selon Vichy, le film donne une mauvaise vision de la France mais comme c'est Continental, on ne fait rien. Il sera cependant jug svrement par la presse communiste et par la rsistance car rabaisse l'image nationale. Traite sans le dire du sujet de la dlation, de la lchet de certains des citoyens FR. Moyen technique de la Tobis.

Extrait: Lettre anonyme ordurire. On ne fait confiance personne. Lors de l'enterrement, chasse aux sorcires. Un personnage ne retrouve victime des soupons. Quand elle rentre chez elle, tout est saccag.

=> Dpeint un certain pourrissement moral. Dans une scne clbre, FRESNAY (qui apparat comme la caution morale): vous croyez que la lumire est le bien et que l'ombre est le mal (tandis que la lampe se balance). Dlation comme mcanisme destructrice.

Film interdit par le comit de Moralisation du cinma FR la Libration, on lui reprochera d'avoir t produit par Continental, d'avoir t distribu en Allemagne, on reprochera CLOUZOT sa vision, les acteurs du films seront inquits et certains emprisonns (FRESNAY sera en prison pour 6 semaines car aussi prsidence du syndicat des acteurs sous l'Occupation; l'actrice *** sera emprisonne pendant un an; CLOUZOT interdit de tournage et sera dnonc puis dfendu par SARTRE, DE BEAUVOIR, CAMUS,... Reprendra activit en 1947).

Les visiteurs du soir: Retour aux sources de la culture FR, s'inscrit dans la fin du 15me sicle, intrigue la limite du fantastique (personnage de BERRY est la figure du diable).

Extrait: dans le chteau, passage onirique qui se rappelle un clbre film US des annes 1930 (films interdits dans les annes 1940: autre forme d'vasion). Il se fait fouetter, elle et lui disparaissent en fondu. Ils se retrouvent dans un souvenir o apparat le diable. Il leur montre un combat entre deux chevaliers dans un tournoi.

COURS

Priode assez exprimentale. L'arrive du parlant semble contribuer en Europe un renforcement de la production nationale.

Ren Clair va rentrer dans le monde du cinma en tant qu'acteur. Il va accder la ralisation au milieu des annes 20 (se fait connatre avec Entracte en 1924, film qui runit son gnrique toute l'avant-garde des annes 20, qui est aussi un hommage aux films de poursuite Path). Apparat comme un ennemi jur du parlant. S'entoure d'une quipe de collaborateurs talentueux (par exemple, L. MEERSON pour les dcors).

A nous la libert, Ren CLAIR (1931)

Film connu pour l'inspiration qu'il a fournie Chaplin pour Les temps modernes (Clair va aller jusqu' intenter une action en justice). Forme de fantaisie. Le scnario assume une certaine invraisemblance.

Annes 30 animes par la querelle du thtre film. Pagnol et Guitry ont une trajectoire assez exceptionnelle: hommes de thtre qui deviennent des cinastes de premier plan.

Sacha Guitry (1885-1957): clbre pour ses pices de thtre de boulevard. Affiche du mpris pour le cinma parlant au dbut mais partir de 1935 va donner un nombre important de films un rythme trs soutenu. Style trs reconnaissable (notamment au niveau de la voix off). La hirarchie entre image et son tmoigne de l'hritage du thtre. Intrigues mondaines, mais galement spcialiste des mises en scne historiques. (Le roman d'un tricheur, 1939; Remontons les Champs-Elyses,...)

Marcel Pagnol (1895-1974): romancier, essayiste, metteur en scne. Dfend le cinma parlant et le thtre film. Il dfend galement un cinma provincial (en particulier marseillais). Rencontre un trs grand succs public au cinma aprs ses succs au thtre. Apprend le mtier aux studios Paramount: c'est l qu'il se familiarise avec la technique. Rencontre le cinaste Alexandre Korda (qui ralise l'adaptation de sa pice Marius). Seul auteur/producteur totalement indpendant de ces annes 30. Met l'accent sur le rgionalisme, le pittoresque. Va adapter Jean GIONO. Dfend une forme d'humanisme cologique. Rassemble autour de lui une troupe d'acteurs fidles qui seront indissociables de sa signature de cinaste (Raimu, Fernandel, Charpin,...).

Le Schpountz, Marcel PAGNOL (1938)

Jacques Feyder (1885-1948): origine belge qu'il va cultiver d'une certaine faon. Fait un peu de thtre avant d'tre engag chez Gaumont. Va signer assez rapidement des films (ds les annes 10). Va beaucoup tourner dans les annes 20. Thrse Raquin (1928): film majeur mais perdu trs longtemps; tourn en Allemagne et d'inspiration expressionniste. Il va travailler lui aussi avec Lazare Meerson. Feyder s'exile quelques temps aux USA au dbut des annes 30. Le grand jeu (1934), Pension Mimosas (1935), La kermesse hroque (1935). Laissera l'image d'un cinaste trs mticuleux possdant une trs grande matrise technique. On lui a reproch une certaine froideur dans la mise en scne (un got tellement marqu pour le dcor que les personnages se retrouvent un peu l'arrire plan).

La kermesse hroque, Jacques FEYDER (1938)

L'un des rares films franais des annes 30 qui dispose d'un gros budget. Rest clbre pour ses qualits plastiques (critiqu pour cela galement): dynamisme des clairages, compositions qui font cho la peinture flamande de l'poque ( laquelle se situe le film). Sous-entendus grivois qui le rendront immoral aux yeux de certains. Film qui va contribuer la prennit du motif du banquet au cinma (sorte de passage oblig strotyp dans la littrature mdivale).

Critiques:

Georges SADOUL (communiste)

Henri JEANSON (Canard Enchan)

Roger LEENHARDT (au centre de l'chiquier politique)

Philippe SOUPAULT

Jean George AURIOL (participe la fondation du Studio 28, fera financer La Revue du Cinma)

1936: victoire du Front Populaire

Jean Vigo (1905-1934): immdiatement considr comme un grand cinaste. Fils d'un anarchiste militant qui est mort dans sa cellule.

Zro de conduite, Jean VIGO (1933)

Contre les lyces de caserne (censure leve seulement en 1945). Film qui semble faire la promotion de la pense anarchiste.

L'Atalante, Jean VIGO (1934)

Difficile aprs Zro de conduite d'obtenir des financements: son producteur lui propose d'adapter une histoire sentimentale l'eau de rose. C'est partir de ce scnario sous-dimensionn pour lui que Vigo va raliser le grand film que sera L'Atalante.

Destin qui va traumatiser certains de ses collaborateurs, en particulier Michel SIMON. Il donnera ensuite une nouvelle tournure sa carrire: il optera pour des rles moins risqus.

Maurice Jaubert: compositeur qui meurt au front en 1940. Ami d'enfance de Renoir. D'abord avocat avant de se tourner vers la musique. Va crire la musique de films d'avant-garde, en particulier pour Jean Painlev qui l'introduira Vigo. Directeur de la musique Path Cinma entre 1922 et 1935. Composera pour Clair, Litvak, Carn, Duvivier. Il dira que le compositeur de cinma doit d'abord essayer de comprendre la vision du cinaste.

Michel Simon, L'art de la disgrce, Gwenaelle LE GRAS

Marcel Carn: cinaste qu'on associe au ralisme potique. Il est controvers certains gards (son talent de cinaste est parfois contest au profit de ses collaborateurs comme Prvert et Trauner).

Jean Renoir (1894-1979): pas rductible l'tiquette du ralisme potique

Histoire du cinma: une priode

Introduction:

Notre priode va peu prs de 27 55. Le cours va se subdiviser de la manire suivante, de faon ingale:

Le premier chapitre est consacr larrive du parlant Hollywood et ses consquences. a nous explique dj la premire borne chronologique, donc on choisi dordinaire cet vnement historiquement assez discriminant du cinma muet basculant dans le parlant et cest Hollywood quil arrive en 1927. Cest donc le premier chapitre, larriv du parlant, son contexte, et ses consquences conomiques, structurelles et esthtiques.

Le second chapitre, le plus consquent, sera consacr au systme des studios qui est la grande structure dans laquelle advient la production classique hollywoodienne. Etudier le systme des studios a voudra dire comprendre ce quest un studio, comment, ils fonctionnent, comment interagissent les studios entre eux qui sont des usines et des ateliers de production. Et puis distinguer chaque studio, comment se cre le systme le systme dun studio, et comment interagissent les individualits, le cinaste, le producteur, le scnariste, lacteur, avec lconomie global du studio. A lintrieur du systme des studios, nous verrons les structures les structures qui accompagnent les studios et en particulier les structures de la censure puisque cest une structure auto-inflige pour viter de se voir infliger la censure par dautres organes institutionnels ou moraux.

Ensuite nous passerons ltude des genres hollywoodiens. Lide sera dexpliquer comment, pourquoi la structure des studios repose sur la logique gnrique, la logique des genres, et nous aider comprendre la logique de chaque genre et nous verrons quel point la permabilit entre les genres est trs grande. Le public vis par les productions hollywoodiennes est pens gnriquement, on fait ce type de film pour ce type de public, mais on voudrait aussi ce type de public-l donc on met un genre dans le genre. Tous les films ou les cinaste ou les acteurs ne sont pas des inconnus ou des artistes mineurs, ce sont des artistes qui ont dune part une dimension de crativit artistique mais qui ont eut une importance dans le cinma hollywoodien et donc dans lhistoire du cinma. Les deux grands genres matrices hollywoodienssont les genres qui sont le plus enracins dans la tradition amricaine, puisquavant Hollywood il y a lAmrique, les traditions culturelles amricaines : le mlodrame et le western.

Le dernier chapitre sera vou aux mutations techniques, esthtiques, des annes 50, cest--dire le point darrive. On sarrte en 55 car la production Hollywood existe au cur du systme des studios et cest dans ces annes que le systme des studios connait sa premire vague de mutation et deffritement (budgtaire, technologiques, stratgies, du son, de la tlvision etc.).

Il est important davoir accs aux individualits (films, cinastes etc.).

Cest les annes 2000 qui pour Hollywood sont dune dcadence crative incroyable. a ne veut pas dire quil ny a pas de bon film, a veut dire que le degr doriginalit, le degr de cette capacit quHollywood a toujours eu mlanger la capacit tre un art populaire, un art qui rassemble, qui runifie autour dune chose simple, qui en mme temps es dune richesse formelle, dune varit incroyable, aujourdhui a perdu sa force. La facult dtre un art qui rassemble diminue. Le cinma hollywoodien tait autre chose. Tout film parle de ltat desprit de son poque. Il ny a pas de vieux film comme il ny a pas de vieux tableau, de vieux livre etc. Alors pourquoi est-ce quon le rserve au cinma? Parce que le cinma est affubl ds le dbut de cette identit schizophrne qui explique toute son histoire. Le cinma est n sous le parrainage de Lumire et le parrainage de Mlis et ne se destinait pas tre un outil fictionnel, ctait scientifique, ctait un outil pour re/dcomposer le mouvement. Quand les frres Lumires lont dvelopp et ont vendu le dispositif, il y a eu un changement de lutilisation du cinma. Il y a une dimension photo-raliste du cinma qui nest pas la mme que la peinture ou la littrature qui ne sont pas photo-ralistes. Mlis, lui, ne le voyait .pas comme photo-raliste. Et donc, ce dialogue entre une dimension photo-raliste du cinma et son contraire, une essence qui est une essence de lartifice (au sens de la construction de quelque chose). Le photoralisme donne une impression dauthenticit, deffet de rel mais en art, lartifice nous dit des choses aussi vraies sur la nature humaine et sur les comportements que le photoralisme. Le cinma a cette schizophrnie-l ds lorigine. A cause de cette dimension de cette dimension photo-raliste on peut se dire quun film est des annes 30, il parle comme a, il shabille comme a, et penser que cest trs dat. Mais cest dat parce que nimporte quel film est dat (au type de pellicule, type de photo, vtement, musique, coiffure etc.), mais ce nest pas dprciatif. On se pose moins la question pour les autres arts parce quils ne sont pas photo-raliste.

Cest une priode dusine et datelier: il y a des uvres intressantes toutes les poques mais dans tous les arts, il y a des priodes repres sur lesquelles ont revient toujours parce quelles ont un lgue, une descendance incroyable. Ce sont des priodes qui ont t un modle, un lgue de technique, dhistoire, de traits stylistiques. Mais aussi parce que ces priodes ont cristallis quelque chose de quasi miraculeux, ils taient au bon endroit au bon moment. Cest--dire, ce qui sest pass dans telle priode, dans tel contexte historique, ces gens qui vivaient ce moment-l, lensemble a fait que a a t un ge dor. En peinture, par exemple, il y a eu de tout temps des choses intressantes, mais on revient toujours la Renaissance, limpressionnisme. En littrature, il y a eu le romantisme etc. Pour le cinma amricain, voire mondial, cest un ge dor. Il ny a pas dhistoire linaire, il y a plutt des processus plus actifs une certaine priode, des chocs, des processus en retour, cest plutt une srie dramatique quune srie linaire. En 2012, quand on regarde les crateurs importants (Scorcse, Coppola, Burton), quel que soit leurs volutions, leurs styles, leurs relations, leur modle cest le cinma hollywoodien, et dautres dont toute luvre sest construite consciemment contre le cinma classique hollywoodien (Fincher, Lynch etc.), avec certains choix visuels, sonores. Baz Lhurman, que lon peut dsigner comme licne de la Pop culture certes, mais qui est dans la continuation profonde du cinma hollywoodien. Le lgue classique hollywoodien est vivant constamment par la richesse des films, le foisonnement des films, la varit des modles formels et par la rapport du cinma hollywoodien chaque poque du cinma hollywoodien qui a suit a par rapport son modle. Chaque artiste aprs les annes 60, consciemment ou pas, a se positionner par rapport ce que ce cinma-l lguer.

La notion de classicisme:

Le mot classique est assez dlicat, il faut lutilis prudemment. Les catgories esthtiques classiques, baroque, moderne, romantiques sont des catgories largement appliquer lhistoire de la peinture, de la musique, de la littrature, et largement dbattues au fil du XVIIe/XVIIe par les thoriciens de lart. En cinma, pour le meilleur et pour le pire, on a une histoire du cinma, une histoire de la thorie cinmatographique, qui sest dpatouill avec un foisonnement brouillon de ces questions-l. Quand on prend lhistoire de la peinture, de la musique, de la littrature, on la coup de manire convaincante (romantisme, baroque, impressionnisme etc.), au cinma a ne marche pas, ces partitions-l ne fonctionnent pas. Dans le classicisme hollywoodien il y a tout. Le cinma classique: on ne doit pas appliquer le terme dans le sens commun (Shakespeare, Racine, sont des classiques). Le classicisme que les historiens ont fini par appliquer la priode qui nous intresse, dsigne la fois un mode de production et un type de rcit, une vision du monde.

Mode de production:

*Les grands studios: MGM: Metro Goldwyn Mayer(le lion qui rugit) ; Warner Bros; Paramount.

Est appel un cinma classique un cinma qui correspond aux modes de productions des studios qui advient dans une poque le mode de production des studio est en plein fonctionnement. Tant que ce systme des studios nest pas tabli on nest pas dans un cinma classique. Une fois que la structure de production seffrite, on sort conomiquement du cinma classique. Est-ce que la chronologie du cours correspond a? Les annes 55, oui, pas pour les annes 27. Mme si larriv du parlant a t un choc pendant un ou deux ans, cest un vnement sans consquence. Le fonctionnement des studios a commenc au lendemain de la Premire Guerre Mondiale. Le systme des studios est mis en place au dbut des annes 20. Le premier studio se fait en 1919/20 et le dernier se cre en 1935, mais cest une construction tardive. Larriv du parlant ne change rien conomiquement la structure de production. Est-ce que les films de 25/26 sont trs diffrents de ceux des annes 32/33? Non. Lesthtique hollywoodienne na pas du tout t modifie par larrive du parlant. Il ny a pas eu jusquici de rvolution, mme avec larriv dans la couleur, dans le cinma hollywoodien. Quand on parle de rvolution on parle de quelque chose qui modifie lessence-mme de cet art. Le basculement a eu lieu avec lge numrique dans la mesure o jusque l, le cinma gardait un pouvoir central dans le don dimage, le pouvoir essentiel de limage tait dans le cinma. Les sociologues de limage disent quavec les anne 2000, le Feature film(distingu le film des autres choses projetes - news etc.) cest quelque chose qui est aujourdhui un domaine parmi au milieu de plein dautres domaines. Dans les annes 80, la sortie dun film tait un vnement, aujourdhui, avant mme la sortie dun film en salle, les studios sintressent dj au devenir di film (DVD, VOD etc.). Aujourdhui les sries sont plus vendeurs et recherchs que le film de fiction. Le cinma est devenu un phnomne parmi dautres. On a pris les deux plus gros succs de lhistoire du cinma (Avatar et Titanic) et on a compar la sortie de Titanic et dAvatar. La sortie de Titanic a t un vnement culturel mondial, Avatar moins.

Type de rcit:

Cest aussi une vision du monde. Cest en ce sens quonre trouverais les catgories de lhistoire de lart. la classicisme reflte un temprament quilibr, ordonn, par rapport au sentiment qui sexprime dans le romantisme, par rapport la fragmentation qui sexprimerait dans la modernit. Ces tiquettes sont exactes. Le classicisme hollywoodien a renvoie un certain type de rcit, linaire, organis, avec les caractristiques suivantes: dramatique, empathique, divertissant et pdagogique.

Dramatique: dans le sens anglais drama. Drama cest laction, pas seulement physique, laction, la confrontation entre les gens, les dialogues. Le film hollywoodien se repose sur du drame. Quelque soit les ides qui sy dveloppes, elles sont mises en drame, mises en fiction. Cest une story telling.

Empathique: le cinma hollywoodien met en scne des personnages et le spectateur est encourag tre prit pas les motions et les aventures de ces personnages. a ne veut pas dire que ce cinma empche le spectateur de rflchir.

Divertissant: cest une traduction franaise un peu faire du mot entertainment. le cinma hollywoodien, a nest pas pjoratif, a fait partie de sa dimension populaire. Cest un aspect que lintelligentsia franaise comprend souvent mal. Le cinma est populaire mais a nest pas un gros mot, cest plutt noble quelque part, en tout cas, a a t conu comme cela. Il est souhaitable de faire passer des choses complexes en donnant limpression quelles sont aises et plaisantes. Sduisant est une bonne dfinition de lentertainment.

Pdagogique: va aveclentertainment. Le cinma dHollywood a toujours voulu tre un cinma qui duque les masses, qui apporte les connaissances au plus grand nombre. Shakespeare, par exemple, tait un art populaire, il crivait pour le peuple, une uvre accessible, mais est devenu trs acadmique. Pareil pour Hollywood, le temps a sanctifi les cinastes du pass. Le Hollywood classique est devenu une sorte de forteresse culturelle respectable. Mais il faut se rappeler que le cinma hollywoodien tait certes meilleur avant mais ntait pas moins commercial.

1. Evnement du parlant

Le cinma amricain vient dabord de la cte est. Le cinma simplante en Californie au dbit des annes 10. Autant cest facile de dat lmergence dun phnomne technique, autant cest plus difficile de dire quand on a commenc les essais de ces avances, puisquelles ne sont pas arrives dun coup. Pour la cration dHollywood cest pareil, on tourne autour de 1908/10, mais on ne peut pas donner une date prcise sur le commencement dHollywood. On va de la cte est ouest dans un esprit de conqute, de pionniers. a a un ct aventure complte. En 1910 les studios ressemblent des granges, on fait du cinma avec 2/3 personnes, la distribution est hasardeuse. Les diffrents studios sont des bandes rivales, on est oblig denfermer ce quon a tourn dans des coffres sinon on va nous voler ce quon vient de tourner, Hollywood est un western lpoque. Aujourdhui la rivalit est plus polie entre les studios. On part de la cte est la cte ouest pour lespace et le climat qui sont plus clments. On gagne galement les tremblements de terre, mais a na pas dcourag. Pour des raisons desprit dexpansion, des raisons de climats, despaces, on part continuer cet art qui sest dvelopper sur la cte est en Californie. Dans le cinma des annes 0, les genres nexistent pas beaucoup lpoque. Il y a des films de boxe, il y les slapsticks (courts mtrage burlesques), les films sur la Passion du Christ sont galement lgion, les films sur le rve etc. On est dans une fragmentation de genre dans les annes 0. On a reprer des figures