Christie,Agatha-Les pendules(1963)..doc

download Christie,Agatha-Les pendules(1963)..doc

of 170

  • date post

    21-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    16
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Christie,Agatha-Les pendules(1963)..doc

Fondation

AGATHA CHRISTIE

LES PENDULES

(THE CLOCKS)

Traduit de langlaispar Th. GUASCO

LIBRAIRIE DES CHAMPS-LYSES

AVANT-PROPOS

Ctait le 9septembre, un aprs-midi comme tous les autres. Aucun de ceux qui furent mls aux vnements de ce jour ne purent se vanter davoir t effleurs par le moindre pressentiment. (Il y aurait bien eu MrsPacker qui, trs verse dans les sciences de lavenir, dcrivait toujours ses prmonitions aprs coup, bien sr mais elle habitait au 47, Wilbraham Crescent, si loin du 19, quelle estima superflu ce jour-l den avoir.)

lagence Cavendish Secrtaires et Dactylos; Directrice: MissK. Martindale le 9septembre sannonait comme particulirement morose. Sonnerie du tlphone; cliquetis des machines: le train-train quotidien, sans rien dintressant.

2h35, le timbre de MissMartindale rsonna et, du bureau du personnel, Edna Brent ayant fait rapidement glisser son caramel le long de ses gencives, lui rpondit de sa voix toujours un peu essouffle et nasillarde:

Oui, MissMartindale?

Voyons, Edna, ne parlez pas comme cela au tlphone. Je vous lai dj dit. Articulez et ne soufflez pas si fort.

Excusez-moi MissMartindale.

Cest dj mieux. Vous y arrivez quand vous le voulez. Envoyez-moi Sheila Webb.

Elle nest pas encore revenue de son djeuner, MissMartindale.

Ah? (De lil, MissMartindale interrogea la pendule de son bureau. Trs exactement six minutes de retard. Cette Sheila Webb en prenait son aise depuis quelque temps.) Ds son retour, dites-lui que je lattends.

Bien, MissMartindale.

Ayant rcupr le caramel sur sa langue, Edna se remit suoter paisiblement tout en dactylographiant LAmour sans voile, dArnold Levine. Cet rotisme laborieux la laissait froidecomme la plupart des lecteurs de MrLevine, en dpit de ses efforts. Quoi de plus mauvais quune mauvaise pornographie? Malgr leurs couvertures allchantes, leurs titres prometteurs, danne en anne la vente de ses livres baissait; et voil trois fois dj quon lui renvoyait la facture de sa dernire dactylographie.

La porte souvrit devant Sheila Webb lgrement hors dhaleine.

Le Fauve vous rclame, fit Edna.

Sheila grimaa.

Cest bien ma veine! Juste le jour o je rentre en retard.

Stant liss les cheveux, elle saisit crayon et bloc, puis cogna la porte de la Direction.

De derrire son bureau, MissMartindale leva les yeux. Femme dune quarantaine dannes, ctait le vritable prototype de lefficacit, qui sa toison carotte avait fait donner le surnom de Fauve.

Vous tes en retard, MissWebb, dit-elle.

Dsole, MissMartindale; mon autobus sest trouv coinc dans un encombrement.

cette heure-ci cest fatal. Vous navez qu le prvoir. (Elle consulta son bloc.) Une MissPebmarsh a tlphon. Elle demande une stno 3heures; vous de prfrence. Vous avez dj travaill pour elle?

Pas que je sache, MissMartindale. En tout cas pas dernirement.

Elle habite au 19, Wilbraham Crescent. (Elle sarrta, lair interrogateur.)

Sheila secoua la tte.

a ne me dit rien, non.

MissMartindale regarda sa pendule.

Pour 3heures, vous y serez facilement. Pas dautres rendez-vous cet aprs-midi? (Du regard, elle parcourut son agenda.) Ah! si, le professeur Purdy vous attend lhtel Curlew 5heures. Vous serez de retour temps, je pense. Autrement jenverrai Janet.

Et du geste elle la congdia.

Sheila regagna la salle des employes.

Quoi de neuf, Sheila?

Oh! rien. Toujours la mme routine. Une vieille taupe qui mattend Wilbraham Crescent et, 5heures le professeur Purdy avec son affreux jargon archologique. Oh! si seulement un jour il pouvait se passer quelque chose dun peu plus excitant!

La porte directoriale se rouvrit.

Dites-moi, Sheila, jai ici un petit mot pour vous, fit MissMartindale. Si par hasard MissPebmarsh ntait pas l, entrez a ne sera pas ferm et allez lattendre dans la pice tout de suite droite. Dois-je vous linscrire?

Inutile, MissMartindale. Je men souviendrai.

De sous sa chaise o elle lavait cach, Edna repcha un soulier dun got douteux dont le talon aiguille stait dtach.

Mon Dieu, comment vais-je rentrer chez moi? se lamenta-t-elle.

Fais pas tant dhistoires on trouvera bien une solution, jeta une fille en sarrtant un instant.

Soupirant, Edna insra une nouvelle feuille dans sa machine: Il tait en proie au dsir. De ses doigts impatients, il arracha la frle toffe qui recouvrait ses seins et la bascula sur son divin.

Crotte, fit Edna et elle plongea vers sa gomme.

Sheila prit son sac et sortit.

Bti vers 1900, Wilbraham Crescent tait dune conception architecturale hautement fantaisiste qui se prsentait sous forme dune demi-lune, dont les maisons taient accoles dos dos. Ce qui fait quen arrivant du ct extrieur, on tait incapable de reprer les premiers numros; alors que dans lintrieur, on cherchait vainement les derniers. Ses maisons guindes, avec leurs balcons artistiquement ouvrags, dnotaient une bourgeoisie cossue. peine modernises, sauf lintrieur o un vent de transformations avait pass sur salles de bains et cuisines.

Rien ne distinguait particulirement le numro 19: petits rideaux trs propres, poigne de cuivre tincelante et une alle borde de buissons de rosiers.

Ayant pouss la grille, Sheila Webb marcha jusqu la porte et sonna. Pas de rponse. Aprs un instant, elle tourna la poigne comme on le lui avait dit et pntra lintrieur. Dans lentre, la porte sur sa droite tait entrebille. Elle frappa, attendit, puis sintroduisit dans un petit salon agrable avec peut-tre un peu trop de bibelots pour notre poque. Seule originalit, dinnombrables pendules: tic-tac dune horloge de grand-mre dans un coin; pendule en porcelaine de Saxe sur la chemine; et l, sur le bureau, un gros oignon dargent, tandis que sur une tagre prs du feu reposait une montre de vermeil et que plus loin, prs de la fentre, une vieille pendulette de voyage inscrivait sur un des angles de son cuir fan le nom de Rosemary en lettres dun or pli.

tonne de voir 4heures moins dix la pendule du bureau, Sheila leva les yeux vers celle de la chemine. Elle aussi indiquait la mme heure.

Bruissement, dclic; Sheila sursauta violemment. Par la porte dune petite horloge de bois sculpt, jaillissait un coucou qui, fortement et premptoirement, annona: Coucou, coucou, coucou, sur trois notes railles, presque menaantes. Puis, nouveau dclic; le coucou disparut.

Sheila eut un sourire, contourna le canap, sarrta brusquement, ptrifie. tendu par terre, un homme les yeux ouverts, aveugles avec une tache sombre sur son costume gris fonc. Machinalement, Sheila se pencha, tta la joue, la main, froides; puis la tache humide et elle en retira vivement ses doigts, les yeux agrandis dhorreur.

cet instant, le claquement de la grille, dehors, lui fit inconsciemment tourner la tte. Dans lalle, une femme se htait. Sheila dglutit pniblement, tant sa bouche tait sche. Elle restait plante l, incapable de bouger, de crier les yeux fixes.

La porte souvrit devant une grande femme dge mr, portant un sac provisions. Cheveux gris et flous rejets en arrire sur le front et de grands yeux dun bleu extraordinaire qui dpassrent Sheila, sans la voir.

Sheila mit une espce de geignement, peine audible. Les yeux bleus revinrent vers elle.

Il y a quelquun ici? dit la femme dune voix forte.

Je cest commena Sheila.

La femme contournait le canap pour la rejoindre.

Alors elle hurla:

Non non, vous allez marcher dessus sur lui et il est mort.

CHAPITRE PREMIER

RCIT DE COLIN LAMB

Comme dirait la police, le 9 septembre, 14h59, je marchais direction ouest le long de Wilbraham Crescent. Ctait la premire fois que jy venais et franchement Wilbraham Crescent me droutait compltement.

Jtais en train de vrifier une de mes intuitions avec dautant plus dacharnement quelle savrait moins fonde. Mais cest moi tout crach, a.

En qute du numro 61 existait-il seulement? je venais de remonter consciencieusement du numro 1 au numro 28, o Wilbraham Crescent sinterrompait brusquement, coup par une large artre au nom sans quivoque dAlbany Road. Je rebroussai chemin. En bordure du trottoir nord, il ny avait quun mur derrire lequel dnormes blocs modernes projetaient vers le ciel leurs tages dappartements auxquels on devait certainement avoir accs par une autre rue. Donc, de ce ct-l, aucun espoir.

Sur mon passage, je contrlais les numros 24, 23, 22, 21. Diana Lodge le 21 sans doute avec un chat roux en train de faire toilette sur un pilier de sa grille, le 19

La porte du 19 souvrait et, jaillissant telle une bombe dans un hurlement suraigu, inhumain, qui parachevait cette ressemblance, une jeune fille fonait dans lalle. Elle passa la grille, me heurta si violemment que je faillis tomber, puis sagrippa moi avec dsespoir.

Allons, dis-je en retrouvant mon quilibre. Du calme, voyons, du calme.

Elle se calmait, sarrtait de crier, le souffle court, bris de sanglots.

On ne peut pas dire que je me sois montr vraiment la hauteur des circonstances.

Avez-vous des ennuis? demandai-je. (Puis, devant la maladresse dune telle phrase, jajoutai:) Que se passe-t-il?

Reprenant haleine, la jeune fille tendit le doigt:

L, dit-elle, l-dedans

Eh bien?

Il y a un homme par terre mort elle lui a presque march dessus.

Qui a? Pourquoi?

Parce quelle est aveugle, je crois. Lui, il est couvert de sang.

Et baissant les yeux sur ses mains, elle me lcha.

Et moi aussi, je suis pleine de sang, ajouta-t-elle.

En effet, constatai-je, considrant les taches sur ma manche avec un soupir. Moi galement, maintenant. (Puis, aprs rflexion:) Je crois que vous feriez mieux de me