Charte officielle du peuple kanak

Click here to load reader

  • date post

    24-Jun-2015
  • Category

    Law

  • view

    919
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Document juridique et coutumier d'une portée très novatrice. Le tout premier espace public consacré à la culture kanak en Nouvelle-Calédonie.

Transcript of Charte officielle du peuple kanak

  • 1. 3 Le Peuple Kanak est le peuple autochtone de Nouvelle-Caldonie MEMOIRE Les populations mlansiennes, comme les autres peuples autochtones dans le monde, ont une vision du cosmos, un rapport lespace, une organisation sociale et une pra- tique coutumire qui tend une recherche permanente dquilibre et dharmonie. Cest cette vision dialectique, vcue chaque fois dans des conditions singulires de par le monde, que les peuples autochtones transmettent de gnration en gnration et qui leur donne des capacits infinies dadaptation et de rsilience dont tmoigne la socit Kanak en Nouvelle Caldonie. Les mlansiens en tant que groupe civilis constitu sont prsents en Nouvelle Caldo- nie depuis 4000 ans ce dont attestent les traces archologiques prsentes sur le territoire, en particulier les poteries Lapita fabriques par les anctres austronsiens. Les populations mlansiennes sont dissmines sur lensemble du Pacifique Sud sur un vaste ensemble appel lArc mlansien comprenant la Nouvelle-Caldonie, les Etats de Fidji, du Vanuatu, des les Salomon et de la Papouasie Nouvelle-Guine. Elles par- tagent des caractres culturels communs, en particulier sagissant de la province des Iles de Nouvelle Caldonie et des Iles toutes proches de la Province de Tafea au sud du Vanuatu.

2. 4 Le peuplement de la Grande Terre et des Iles sest fait naturellement au cours de ces trois derniers millnaires. La mmoire de cette histoire et les conditions particulires de lapparition de lAnctre ont t transmises, de manire continue et pour chaque clan, travers les rcits, contes et lgendes. Lhistoire conte par les grands groupes de popu- lations mlansiennes prsente une nature et une identit communes. Au cours de cette histoire et sur le territoire de Nouvelle-Caldonie, les clans Kanak se sont rpartis du centre au nord et vers le sud ainsi que vers les Iles. Tout comme dans la plupart des rgions de lOcanie, lhistoire premire des clans Kanak et de leur dplacement dans lespace a t totalement bouleverse par la coloni- sation et par larrive de la religion au milieu du XIXe sicle. La prise de possession de la Nouvelle-Caldonie par la France proclame Balade le 24 septembre 1853 sera pour le Peuple Kanak une nouvelle tape de son destin. La colonisation va riger les nouvelles frontires de cette colonie franaise des anti- podes dont la population sera dsormais juridiquement et artificiellement spare du reste du monde mlansien. La colonisation a frapp la totalit des chefferies du pays Kanak. Dans pratiquement toutes les rgions de la Grande Terre, la violence de la colonisation a engendr la dispa- rition de clans et de chefferies, le dplacement de tout ou partie de populations de tribus et de rgions entires. Les traumatismes de ces violences ont marqu durablement les structures coutumires et les Hommes qui les habitent. Dans les Iles Loyauts, lhistoire des clans et chefferies a t marque plus particuli- rement par limplantation des religions la fois catholique et protestante. Cette his- toire na pas fondamentalement remis en cause, lorganisation sociale tablie mais de nouveaux rapports de forces entre chefferies ou internes aux chefferies apparurent la faveur de ladhsion lune ou lautre des deux glises protestante ou catholique. La cration des rserves lors de lindignat a t un instrument de sgrgation et de contrle des Kanak tout en favorisant laccaparement des terres pour la colonisation. Au mme moment, la cration des missions chrtiennes a permis de contourner la rpres- sion coloniale et a favoris la reconstruction des tribus et le rtablissement dun ordre coutumier nouveau. Pour rsister lentreprise coloniale de spoliation et danantissement, les atouts du peuple Kanak auront t, dune part, lautonomie des chefferies entre elles, ce qui leur a permis dviter une guerre coloniale frontale et, dautre part, la capacit de la Civili- sation Kanak sadapter en sappuyant sur des valeurs socitales sres. Ces valeurs qui fondent encore aujourdhui lorganisation sociale Kanak, sont lhospitalit, la gnrosi- t, le respect tous les niveaux, la dignit, le travail, encadres par la force des relations 3. 5 et de lorganisation sociale de la chefferie. Elles ont port une dynamique interne forte, laquelle a permis de sadapter et dintgrer les nouveaux arrivants. Par ailleurs, les valeurs chrtiennes et la croyance en un Dieu tout puissant ont trans- form la conscience des hommes et des femmes Kanak sans remettre en cause fonda- mentalement leur vision spirituelle de ltre et de la nature, la rfrence lesprit de lAnctre ainsi que les fondements de la Coutume. La spiritualit Kanak et la spiritualit chrtienne ont pour fondement la mme croyance en un Etre - Esprit divin. Pour le Kanak, croire en Dieu se situe dans le prolongement de la croyance lEsprit des anctres. Ainsi a t accompli lenracinement ds lorigine de la chrtient dans le monde Kanak. Durant les annes sombres de son histoire et jusqu ce jour, le Peuple Kanak nabdi- quera donc jamais, ni sa mmoire, ni son lien la terre, ni son identit culturelle et sociale et conservera une volont indfectible de maintenir et restaurer sa souverainet. Suite ladoption le 5 mai 1946 de la loi abrogeant le Rgime de lindignat et octroyant la citoyennet aux indignes des TOM dont les Kanak, le 13 avril 1949, le premier Conseil de notables et ensuite lUnion Caldonienne seront crs par lUnion des Indi- gnes Caldoniens, Amis de la Libert dans lOrdre (UICALO) et lAssociation des Indignes Caldoniens et Loyaltiens (lAICLF) respectivement dobdience protestante et catholique. Le 23 juin 1956 une loi-cadre ouvre la voie de lautonomie avec la cration de lassem- ble territoriale. Mais devant la pousse des Kanak majoritaires, la France supprimera ce rgime dautonomie, ce qui donnera naissance au mouvement nationaliste Kanak en faveur de lindpendance et marquera le dbut de la radicalisation des deux courants politiques loyaliste et indpendantiste. En 1975, le Peuple Kanak va affirmer son identit en tant que peuple issu de cette terre de Mlansie loccasion du Festival desArts Mlansien, Mlansia 2000, et sins- crire dans une dynamique dmancipation politique. La priode de 1984 1988 connue comme celle des vnements sera marque par la mobilisation nationaliste Kanak qui aboutira la signature de lAccord de Matignon par le FLNKS, le RPCR et lEtat Franais. En 1998, lAccord de Nouma, sign par les mmes partenaires, lui succdera. LAccord de Nouma souligne que: La colonisation de la Nouvelle-Caldonie sest inscrite dans un vaste mouvement historique o les pays dEurope ont impos leur domination au reste du monde Le prambule de lAccord de Nouma rappelle le caractre unilatral de la prise de 4. 6 PREAMBULE possession de la Nouvelle-Caldonie et la prsence sur son sol dun peuple autochtone souverain. Dans la logique de ce contexte et en accord avec le Droit international lAccord de Nouma a proclam que: La dcolonisation est le moyen de refonder un lien social durable entre les communauts qui vivent aujourdhui en Nouvelle-Caldonie, en per- mettant au peuple kanak dtablir avec la France des relations nouvelles correspondant aux ralits de notre temps Le pass a t le temps de la colonisation. Le prsent est le temps du partage, par le rquilibrage. Lavenir doit tre le temps de lidentit, dans un destin commun Considrant que le choc de la colonisation est un choc de civilisation qui a mis en confrontation deux visions de lHomme et de la Nature, deux visions du Monde; Considrant que la conciliation et la symbiose de ces deux visions dans le cadre dun destin commun appelle une comprhension mutuelle, une intelligence de soi-mme et de lautre qui seuls peuvent conduire des relations reposant sur le respect et la bonne foi et ainsi concourir au plein panouissement de chacun et une paix sociale durable; 5. 7 Relevant cet gard que lobjectif dune identit commune dans un destin commun commence par la caractrisation de lIdentit Kanak, des principes et valeurs qui la fondent ainsi que par leur intelligibilit tant par les Kanak eux-mmes que par les autres citoyens non autochtones; Relevant que vingt-six annes aprs la signature de lAccord de Matignon et seize an- nes aprs la signature de lAccord de Nouma, la reconnaissance formelle de lIdentit Kanak ne sest pas traduite de manire concrte par une mise en uvre de bonne foi du dispositif de lAccord de Nouma et par le respect des droits internationalement recon- nus aux peuples autochtones; Constatant que malgr lessor conomique prodigieux engendr par lAccord de Nou- ma, les ingalits et discriminations envers les populations Kanak sur le plan social, conomique, culturel, ducatif ainsi que sur le plan de la formation des cadres et de la prise de responsabilit, se perptuent et senracinent dans de nouvelles formes dexclu- sion; Considrant cet gard que le Peuple Kanak a t maintenu tous les niveaux dans un rapport de sujtion; Considrant lhistoire millnaire de la civilisation Kanak qui a forg et transmis une vision de lHomme et de la Nature ainsi que des vestiges archologiques importants; Guids par les buts et principes noncs par la Charte des Nations Unies et par la Dclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones adopte le 13 septembre 2007 par lAssemble Gnrale des Nations-Unies avec le concours de la Rpublique Franaise; Affirmant que les peuples autochtones sont gaux tous les autres peuples, tout en reconnaissant le droit de tous les peuples dtre diffrents, de sestimer diffrents et dtre respects en tant que tels; Affirmant galement que tous les peuples contribuent la diversit et la richesse des civilisations et des cultures qui constituent le patrimoine commun de lhumanit; Considrant que le respect des savoirs, des cultures et des pratiques traditionnelles au- tochtones contribue une mise en valeur durable et quitable de lenvironnement et sa bonne gestion; Considrant en particulier le droit des familles et des communauts autochtones de conserver la responsabilit partage de lducation, de la formation, de linstruc