Chap i consommateur

Click here to load reader

  • date post

    05-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    2.172
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of Chap i consommateur

  • 1. 1 UNIVERSIT IBN TOFAILUNIVERSIT IBN TOFAILUNIVERSIT IBN TOFAILUNIVERSIT IBN TOFAIL ENCG de Knitra Cours de : micro-conomie Professeur : Hamid Ait Lemqeddem Introduction Si lon interroge au hasard des non-conomistes sur lobjet de lanalyse conomique, on recueille le plus souvent une liste de sujets concrets dont soccupe lconomiste : la production, la consommation, les changes, la monnaie, la croissance, linflation, le chmage, etc.Le rflexe consiste ici isoler dans les phnomnes sociaux observables ceux qui seraient spcifiquement conomiques et donneraient ainsi un contenu concret lanalyse conomique. Cependant, il faut distinguer lanalyse macro-conomique de celle microconomique. Lanalyse macroconomique sintresse principalement linteraction entre des variables conomiques agrges au niveau de lconomie nationale (produit intrieur, chmage, indices de prix, monnaie, consommation des mnages etc).Pour lessentiel, tous les grands problmes conomiques sont macroconomiques (croissance, chmage, inflation, rpartition, dveloppement, etc). Le dveloppement de la thorie macroconomique moderne est largement issu des travaux de John Maynard Keynes dans les annes 1920 et 1930 et des dbats quils ont suscit. La plupart des conomistes contemporains sentendent pour reconnatre que toute thorie macroconomique srieuse est fonde, explicitement ou implicitement, sur une thorie microconomique. Lanalyse microconomique sattache principalement expliquer les comportements individuels et leur interaction. Son niveau dobservation privilgi est celui de lentreprise et du march dun bien ou dun service particulier. Lanalyse microconomique moderne a amorc son vritable dveloppement la fin du XIXme sicle avec les conomistes noclassiques (ou marginalistes).

2. 2 1) Dfinition de la microconomie Du grec micro signifie petit. La microconomie est la partie de la science conomique qui analyse les comportements des individus ou des entreprises et leur choix dans les domaines de la consommation, de la production et de la fixation des prix ou des revenus. Elle conoit la socit comme un ensemble dindividus ayant des relations dchange, elle suppose en outre quils agissent rationnellement c'est--dire quils utilisent au mieux les ressources dont ils disposent, compte-tenu des contraintes quils subissent : - les mnages organisent leurs achats en vue de maximiser leur niveau de satisfaction (utilit en termes conomiques) ; - Les entreprises fixent leur niveau de production en vue de maximiser leur profit. 2) Objet de la microconomique La thorie microconomique a pour objet principal lanalyse de la dtermination simultane des prix et des quantits produites, changes et consommes. Elle prtend respecter dans ses formulations abstraites lindividualit de chaque bien et de chaque agent. Par opposition, le reste de la thorie est le plus souvent macro-conomique raisonnant directement sur les agrgats de biens (PIB) et dagent (mnages et entreprises). Pour le courant noclassique, cette approche doit satisfaire aux exigences de lindividualisme mthodologique. Cette position est vivement conteste par dautres conomistes pour qui la primaut doit tre donne aux institutions collectives et aux normes sociales comme facteurs explicatifs du jeu social. La thorie microconomique est dite un peu improprement thorie des prix et de lallocation des ressources. 3. 3 3) Les objectifs de la microconomie Les objectifs de la microconomie sont : - analyser et prdire le comportement dagents dans un environnement conomique, technique et social donn ; - analyser et prdire les interactions sociales entre agents rsultant de ces comportements ; - analyser le produit de ces interactions, quil sagisse dinstitutions charges de les organiser ou du rsultat du jeu de mcanismes dinteraction moins formaliss comme les changes. 4) Le but de la microconomie Le but de la microconomie est de trouver lquilibre du march, autrement dit les prix et les revenus qui quilibrent loffre et la demande sur le march. Pour cela, la microconomie sappuie sur des modles mathmatiques : le consommateur possde ainsi une fonction dutilit, et le producteur une fonction de production. Ainsi, le programme du consommateur est de maximiser son utilit sous la contrainte de son revenu. Le programme du producteur est de maximiser son profit sous la contrainte des prix des facteurs de production. Il y a confrontation sur le march des consommateurs (la demande) et des producteurs (loffre). La rencontre entre les deux, donne lieu lchange dune quantit de biens et de services un certain prix, soit la ralisation dun quilibre. La dmarche est microconomique, puisquil sagit du comportement du consommateur et du producteur, chacun considr individuellement. Si la rgle est valable pour un consommateur, elle est suppose ltre pour tous les autres consommateurs de mme si elle est valable pour un producteur, elle lest pour tous les producteurs. 4. 4 5) Biens, Agents, Economie a- Biens : le pain, le lait, lnergie lectrique etcsont considrs comme des biens. La quantit de chacun dentre eux tant mesure dans une unit approprie ; b- Agents : sont des individus, groupes dindividus ou organismes qui constituent des units lmentaires agissantes. A chaque agent correspond un centre de dcision autonome. La thorie microconomique, distingue deux principaux types dagents : - les agents producteurs : qui transforment certains biens en dautres biens (entreprises ou firmes) ; - les agents consommateurs : qui utilisent pour leurs besoins propres certains biens (satisfaction directe de leurs besoins) : se sont les mnages. c- Economie : elle est dfinie par une liste de biens, une liste de consommateurs, une liste de producteurs et un vecteur W de ressources initiales. Questions : Dans cet tat de cause, comment les consommateurs et les producteurs vont agir lorsquils se trouvent situs dans un cadre institutionnel caractris par une libre concurrence pure et parfaite et quels prix vont stablir pour les changes entre eux et quel est le meilleur systme de productions et de consommations pour chaque agent conomique ? Pour rpondre ce questionnement ainsi pos, nous allons tudier sparment la thorie de lquilibre du consommateur et la thorie de lquilibre du producteur. 5. 5 CHAPITRE ICHAPITRE ICHAPITRE ICHAPITRE I :::: Lquilibre du consommateur Ce chapitre rpond la question suivante : comment un individu dcide-t-il de rpartir son budget entre les diffrents biens et services disponibles ? La dtermination des conditions dquilibre du consommateur nous permettra de dduire, aux sections suivantes, la thorie du consommateur et les lois dvolution de la demande dun bien. Section 1 : La thorie du consommateur Influencs par la philosophie utilitariste, les conomistes noclassiques de la fin du XIX sicle (essentiellement lAnglais Jevons, lAutrichien Menger et le Franais Walras) ont dvelopp une thorie dans laquelle lindividu rationnel est suppos rechercher le maximum de satisfaction ou dutilit . On suppose dabord que lindividu est capable de mesurer par un indice quantitatif prcis lutilit quil retire de la consommation dun bien, cette approche cardinale de lutilit dbouche sur un principe qui reste fondamental pour lanalyse conomique moderne : les choix individuels rsultent toujours dune galisation la marge des cots et avantages lis aux diffrentes possibilits qui leur sont offertes. Trois concepts importants seront utiliss dans cette analyse : le concept dquilibre (principe n1), le concept de cot dopportunit (principe n2) et le concept danalyse la marge (principe n3). Le consommateur cherchera : 1) tre en quilibre, c'est--dire, quilibrer entre ses dsirs et ses moyens ; 2) en choisissant son achat il renoncera un autre, son choix lui cotera le renoncement un choix de substitution ou cot dopportunit ; 3) en choisissant, il compare chaque fois le cot additionnel (cot marginal) lutilit additionnelle (utilit marginale). Le consommateur cherchera donc maximiser son utilit sous la contrainte du budget. Lorsquil y arrive, il est satisfait : on dit quil est en quilibre. 6. 6 Cet quilibre est analys dans un premier temps par la thorie de lutilit marginale. I- Lquilibre du consommateur par la thorie de lutilit marginale Un consommateur est dit en quilibre lorsquil arrive maximiser sa fonction dutilit compte-tenu des ressources dont il dispose (maximisation de lutilit sous la contrainte budgtaire), ou encore lorsquil russit une allocation optimale de ses ressources, c'est--dire, le revenu quil affecte la consommation constitue sa contrainte budgtaire, lquation du budget scrit ainsi : R= Px X + P y Y (forme implicite) Y= R - Px X (forme explicite) P y Py A- Les concepts dutilit totale et marginale et la fonction dutilit Selon les thoriciens de la valeur utilit, la valeur dun bien quivaut au degr de satisfaction procur par la consommation de ce bien. Ce degr de satisfaction (U) dpend de la quantit du bien utilis : Si le consommateur achte un seul bien, sa fonction dutilit totale scrira: U = f (x) ; Sil achte plusieurs biens (X, Y, Z), sa fonction dutilit totale devient : U=f (X, Y, Z) ; X, Y et Z tant les quantits des biens X, Y et Z. 1) La fonction dutilit La fonction dutilit exprime mathmatiquement lordre de prfrence accord par le consommateur aux diffrents biens qui lui sont proposs : Exemple: si le consommateur achte un kilogramme de viande et 2 kilogrammes de carottes et 3 kilogrammes dorange, sa fonction dutilit, sera : U=f (1 Kg de viande, 2 Kg de carottes, 3 Kg dorange). Elle signifie qu partir du premier Kg de viande, le consommateur prfre acheter les carottes et qu partir du deuxime Kg de carottes, il prfre acheter des 7. 7 oranges. La fonction dutilit permet au consommateur de calculer mme lutilit totale ralise, une fois ces biens acquis. 2) Lutilit totale (U) Lutilit totale, U, dun bien X quelconque, mesure la satisfaction globale que lindividu retire de la consommation de ce bien. Le niveau de U dpond donc de la quantit du bien X. Autrement