Carrière et trajectoires professionnelles des directeurs ... · PDF file 2014...

Click here to load reader

  • date post

    10-Jul-2020
  • Category

    Documents

  • view

    4
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Carrière et trajectoires professionnelles des directeurs ... · PDF file 2014...

  • 2 0

    1 4

    Carrière et trajectoires professionnelles des directeurs

    des services pénitentiaires

    Laurence Bessières

    Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire

    CIRAP

    « Développons nos compétences »

    Dossiers thématiques

  • Dossier thématique - Carrière et trajectoires professionnelles des directeurs des services pénitentiaires - Novembre 2014

    Auteur

    Laurence Bessières (enseignant-chercheur - énap)

    Comité de rédaction

    Paul Mbanzoulou (directeur de la recherche et de la documentation - énap)

    Catherine Pénicaud (adjointe au directeur de la recherche et de la documentation, responsable du département des ressources documentaires - énap)

    Philippe Pottier (directeur de l’école nationale d’administration pénitentiaire)

    Conception graphique et mise en page

    Odette Baix, Laëtitia Eleaume (infographistes - unité édition - énap)

    Ont participé à la relecture de ce numéro

    Julien Morel-d’Arleux et Charlemagne Simplice Moukouta

    Comité de lecture dossiers thématiques du CirAp

    Antoinette Chauvenet (directrice de recherche CNRS, CEMS-EHESS)

    Philippe Combessie (professeur des universités, faculté Paris X Nanterre, chercheur au Grass)

    Julien Morel d’Arleux (sous-directeur, PMJ, direction de l’administration pénitentiaire)

    Valérie Decroix (directrice interrégionale des services pénitentiaires de Strasbourg)

    Nicolas Derasse (maître de conférences, université de Lille 2)

    Astrid Hirschelmann (maître de conférences, HDR, université de Rennes 2)

    Annie Kensey (chef de bureau études et prospective, PMJ5, DAP)

    Isabelle Laroque (directrice pénitentiaire d’insertion et de probation)

    Yann Maurin (conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation)

    Yves Montoya (maître de conférences, université Victor Segalen - Bordeaux 2)

    Charlemagne Simplice Moukouta (maître de conférences, expert judiciaire, université de Picardie Jules Vernes)

    Yves Perrier (directeur honoraire des services pénitentiaires d’insertion et de probation)

    Linda Piwowarczyk (capitaine, responsable de formation au CP de Fresnes)

    Pierrette Poncela (professeur des universités, université Paris X Nanterre)

    Jean Redon (premier surveillant, formateur - énap)

    Laurent Théoleyre (directeur pénitentiaire d’insertion et de probation)

    Marion Vacheret (professeur, université de Montréal)

    Impression Mérico Delta Print

    Comité de lecture

  • CIRAP Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire

    Valèrie Decroix, directrice interrégionale des services pénitentiaires de Strasbourg

    Le mérite premier de cette étude réside dans son objet et dans sa mé- thode : les cadres de cette administration sont peu questionnés et ont peu l’occasion de prendre la parole hors situation événementielle. Et peu d’occasion leur est faite de se raconter, d’exprimer ce qui consti- tue leur sens de l’engagement, leurs questionnements, leurs envies mais aussi leurs doutes et leurs difficultés dans la pratique quotidienne des responsabilités qui sont leurs. Les directeurs de services pénitentiaires - puisqu’il s’agit d’eux - œuvrent le plus souvent dans le cercle des qualités qui leur sont prescrites et prê- tées également, soit celles de constance et continuité, de disponibilité et de loyauté. Ces assignations vertueuses obligent le plus souvent à une forme d’obéis- sance et de fidélité. Or c’est bien l’inquiétude vis-à-vis de la subsistance de ce dernier devoir qui est questionnée. Plus que de s’interroger sur la motivation à entrer dans la carrière, il s’agit aussi de s’interroger sur ce qui peut motiver le fait de la quitter.

    L’encadrement des services pénitentiaires est profondément renouvelé depuis ces quarante dernières années au travers de l’évolution du profil des candidats n’ayant jamais exercé préalablement au sein des services pénitentiaires, de leur féminisation et d’une forme de surqualification. Le recrutement externe des chefs de services pénitentiaires il y a vingt ans – désignés depuis officiers – est le second élan donné à l’encadre- ment des détentions.

    Ces présences et regards nouveaux ont participé à l’ouverture et à l’évolu- tion de notre administration, mais aussi à son questionnement. Au travers des étonnements suscités par et du fait de ces acteurs , les fonctions de direction et d’encadrement se sont réformées par elles- mêmes avant d’être accompagnées par l’institution, notamment par la création, in fine récente, d’un bureau dédié à la gestion des cadres. La dotation d’un uniforme de cérémonie n’aura donc pas suffi à conférer un prestige à la fonction de direction. La reconnaissance ne peut être formelle vis à vis de personnels travaillant encore essentiellement dans l’ombre des établissements pénitentiaires ou de services encore si mal connus et donc estimés par la société civile. S’il y a le plus souvent un véritable attachement à l’exercice de la profes-

    Préface

  • Dossier thématique - Carrière et trajectoires professionnelles des directeurs des services pénitentiaires - Novembre 2014

    sion, les exigences posées par la progression attendue de carrière et par son corollaire de mobilité fonctionnelle et géographique cèdent peu à peu le pas à une réorientation professionnelle permettant de préserver l’équi- libre et la sphère personnelles.

    L’autre mérite de cette étude est ainsi de placer l’administration péniten- tiaire face à la nécessité de définition de l’avenir des cadres, à l’heure où ceux de la filière d’insertion et de probation sont en train de se structurer – le recrutement externe ouvert depuis six années des directeurs péniten- tiaires d’insertion et de probation y participe là encore grandement – et dépassent désormais numériquement les directeurs de services péniten- tiaires. Le départ prématuré des DSP est une manifestation qui ne peut être banalisée et ce d’autant que la profession accueille encore peu d’autres cadres en détachement. La fraicheur nécessaire à la vitalité de l’administration pénitentiaire risque de se tarir. Si Georges Bernard Schaw a pu écrire, de la pertinence et la malice de sa plume, que « l’homme le plus inquiet d’une prison est le directeur », il s’agit bien encore aujourd’hui pour l’institution de conférer repères et orientations à l’exercice de la fonction. Le modèle dominant ici décrit s’essouffle. Il ne correspond d’ailleurs peut être plus aux attentes de l’institution. Les modèles de développement de ce que devront représenter les trajec- toires professionnelles des cadres pénitentiaires de demain, pour porter la politique des services au profit de l’exercice de Justice, restent donc sûrement à inventer.

  • CIRAP Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire

    Liste des sigles utilisés ............................................................................................................................... 7

    Introduction ............................................................................................................................................................. 9

    Le corps des dsp

    Du statut de 1966 au statut de 2007 ................................................................................ 10 Le recrutement des DSP ...................................................................................................................... 12 La socialisation professionnelle ................................................................................................... 13 Les DSP aujourd’hui .................................................................................................................................. 15 La féministation du corps ............................................................................................................... 15 Une population « sur » diplômée .......................................................................................... 16 Une majorité d’externes ................................................................................................................... 17 Une population expérimentée ................................................................................................... 18 Des hommes de terrain ..................................................................................................................... 19

    Un modèle dominant de carriere

    Un modèle de carrière classique ................................................................................................ 20 La mobilité verticale ............................................................................................................................ 20 La mobilité géographique ............................................................................................................... 22 L’intégration du modèle de référence .................................................................................. 25 Une prise de responsabilité croissante ........................................................................... 26 Un cadre géographiquement mobile ................................................................................. 39

    La carrière : une équation au