BULLETIN - academie- .27 Cancerdurein —Actualit és—Diagnosticsetth érapeutiques Renall cell

download BULLETIN - academie- .27 Cancerdurein —Actualit és—Diagnosticsetth érapeutiques Renall cell

of 210

  • date post

    13-Dec-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of BULLETIN - academie- .27 Cancerdurein —Actualit és—Diagnosticsetth érapeutiques Renall cell

Tome 188 No 1 2004

BULLETINDE

LACADMIE NATIONALE

DE MDECINE

publi par

MM. Jacques-Louis B, Secrtaire perptuelet Raymond A, Secrtaire adjoint

Rdacteur en chef : Professeur Jean C

ACADMIE NATIONALE DE MDECINE16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX O6

http://www.academie-medecine.fr

BULLETINDE

L ACADMIE NATIONALE

DE MDECINE

Tome 188 2004

2004 Tome 188 No 1

BULLETIN

DE LACADMIE NATIONALE

DE MDECINE

publi par MM.

Jacques-Louis B, Secrtaire perptuelet Raymond A, Secrtaire adjoint

Rdacteur en chef : Professeur Jean C

Les sommaires du Bulletin de lAcadmie Nationale de Mdecine sont reproduits dans les Current Contents de lInstitute for Scientific Information (Philadelphie). Les articlessont indexs dans le Bioresearch Index du Biosciences Information Service (Philadel-phie), dans lindex Medicus, dans Excerpta medica et dans le Bulletin Signaltique du

C.N.R.S. (Paris).

sommaire

loge

9 de Marcel Legrain (1923-2003)Gabriel Richet

Communications

15 Avances diagnostiques et thrapeutiques dans le cancer du reinAdvances in diagnosis and treatment of renal cell carcinomaBernard Debre, Michal Peyromaure, Djillali Saighi, Marc Zerbib

5

27 Cancer du rein Actualits Diagnostics et thrapeutiquesRenall cell carcinoma Diagnostic and therapeutic UpdateDidier Jacqmin

39 La chirurgie coelioscopique des cancers du rein

Laparoscopic surgery for renal cancers

Guy Vallancien, Nathalie Cathala, Xavier Cathelineau, Franois Rozet

47 Les infections au cours des bronchopneumopathies obstructives

Paul Leophonte

67 Avances thrapeutiques dans les bronchopneumopathies chroniques obstruc-tives

Modem therapy of COPD

Ren Pariente et Michel Aubier

77 Le Centre dAction Mdico-Sociale Prcoce spcialis pour la dficienceauditive de lenfant (CHU de Nantes). Une exprience de vingt deux ans

The early medico-social center for hearing loss (Nantes University Hospi-

tal). A twenty two years experience

Franois Legent, Catherine Calais

87 Le traitement actuel du syndrome de Guillain-Barr

Present treatment of Guillain-Barre syndrome

Jean-Claude Raphal

97 Chirurgie et recherche. Expriences franaises

Research and surgery. French experiences

Michel Huguier

Opinion

109 Le devoir de sant

mile Aron

Informations

115 La vaccination contre lhpatite B en France : Enqute sur la couverture

vaccinale en 2002

Hepatitis B vaccination in France : vaccination coverage en 2002

Franois Denis

125 Une exprience dinformatisation intgre du circuit du mdicament

An experience of the presciption process

Jacques Hureau, Marc Simard, Ren Cabrit, Philippe F. Bernard

Acadmie Nationale de Mdecine

6

Rapport

139 Sur laptitude mdicale la conduite

Henry Hamard

Communiqus

141 Remarques et recommandations de lAcadmie nationale de mdecine

propos de l Amendement Garraud

Claude Sureau

147 Remarques sur la charte de lenvironnement

Maurice Tubiana

153 La vaccination contre lhpatite B en France : Enqute sur la couverture

vaccinale en 2002

Franois Denis

Vie de lAcadmie

155 Bilan de lactivit acadmique 2003

Louis F. Hollender, prsident sortant

165 Allocution du prsident pour lanne 2004

Claude Boudne

173 Composition de lAcadmie nationale de mdecine au 1er janvier 2004

187 Prix et mdailles dcerns par lAcadmie nationale de mdecine

195 Actes

Recommandations aux auteurs

209 Instructions

Abonnements au Bulletin de lAcadmie nationale de mdecine

211 Tarifs et modalits

Sommaire

7

logede Marcel Legrain(1923-2003)

Gabriel RICHET

Un loge nest pas un hommage mais dit Bichat un prcis de travaux. Ceux deMarcel Legrain rendent la tche aise.

Marcel nous a quitts le 21 juin 2003. A 18 ans, en 1941, il ne savait dans quelle voiesengager. Une matine chez R. Moreau et ce fut la mdecine, servie 60 ans parlesprit et par le cur. Interne, il dcouvrit chez M. Drot la nphrologie avec letraitement de lurmie aige. Puis il sillustra dans tous les moyens de suppler aurein dfaillant avant de sorienter vers la Sant Publique.

En 1945, lurmie aigue fit irruption en mdecine, lanurie emportant blesss etmalades qui venaient dtre sauvs dune intoxication ou dun choc le plus souventinfectieux. De 47 51, le traitement de lurmie aige fit rver, chercher et agir avecune hardiesse qui marqua dfinitivement la nphrologie. Ainsi fut isol le syndromeanatomo-bioclinique, urmie aigue jusque l fatale, lsions rversibles, chimiepathologique identifie permettant un traitement mtabolique adapt et efficace.Une rvolution !

Lesmthodes proposes furent lexsanguino-transfusion, la perfusion intestinale et,seule puration extra rnale ayant rsist au temps avant le rein artificiel, la dialyse

Bull. Acad. Natle Md., 2004, 188, no 1, 9-13, sance du 13 janvier 2004

9

pritonale. Celle-ci fut le sujet de la thse de Marcel Legrain, riche de 63 casdanurie traits en 1949-50 avec 60 % de succs. Ce travail couronnait les effortscontinus de lcole de Drot consigns dans 24 articles dbutant par celui deP. Tanret et J.C. Reymond en 1947 qui suscita plus de sourires que dintrt et suivipar ceux connus de nous tous mdecins et pharmaciens J.J. Bernier, M. Arthuis,G. Lagrue, Pignard et P. Delaveau. Marcel alla ensuite Boston chez Merrill, unitde rfrence alors pour le rein artificiel aux rsultats impressionnants. Il narrivaitpas les mains vides car il apportait la mthode de dialyse pritonale intermittenteet courte mise au point lHtel Dieu avec J.J. Bernier, aussitt adopte au PeterBent Brigham. Marcel et Merrill la publirent dans le New England Journal ofMedicine.

son retour, tout en gardant un pied lHtel Dieu, Marcel fut chef de clinique deMoreau puis chef de laboratoire de Fey lui aussi Cochin. Cest l que naquit unintrt jamais dmenti pour la nphro-urologie ainsi que lamiti lunissant R.Kss.

lHpital Foch en 1960, Kss et Legrain sunirent pour une allogreffe de rein desur frre. Ce cas aurait t abandonn sans laudace raisonne de nos deux amis.Le receveur avait un carcinome sur rein restant aprs nphrectomie pour cancer. Sasur offrait avec insistance un des siens. Le rein unique fut donc enlev et latransplantation tente aprs irradiation immuno-suppressive, mthode appliqueun an avant par Merrill et par J. Hamburger dans deux greffes entre jumeaux non

identiques. Le rein fonctionna quatre mois avant que le cancer ne se gnralise. Dansla Presse Mdicale, Kss et Legrain publirent cette premire, signe avec onzeexperts. Trois seront de lAcadmie de mme que trois autres, cits pour avis donn.

Dans la foule, furent menes deux greffes sans lien parental, la mercaptopurinecompltant la radiothrapie. Une autre avance, une perce mme, bien quun rejetchronique soit survenu.

La russite des allotransplantations fut certes le fruit dune biologie cernant lesobstacles. Mais crucial fut aussi lapport des premires tentatives, toutes uniques et lavenir imprvisible ! Oeuvres de cliniciens exprimentateurs, elles en tirrent biendes leons, clairant parfois la biologie. Quon en juge en suivant la squence royalemenant la russite : technique opratoire de R. Kss, rigueur du suivi bio-cliniquedu cas de M. Renard qui permit J. Hamburger et J. Crosnier disoler les signesannonant le rejet subaigu accessible aux corticodes, immuno-suppression par laradiothrapie efficace dans lallo-transplantation de Legrain et Kss comme chez lesjumeaux non identiques, mercaptopurine de Calne premier immuno-suppresseur

chimique, serum anti-lymphocytes prconis par J. Traeger et enfin groupes HLA deJ. Dausset. Ds lors, le lien de parent ntant plus impratif, la greffe de rein decadavre devint espoir, bientt combl.

Mesure-t-on aujourdhui la dette contracte envers ceux capables doser parce quilsavaient rflchi ? Nos jeunes collgues cliniciens ont-ils conscience que la moraleaccepte et le savoir vrifi ne doivent inhiber ni lesprit de dcision ni celui

Bull. Acad. Natle Md., 2004, 188, no 1, 9-13, sance du 13 janvier 2004

10

dinvention mais au contraire les servir, le danger pathologique devenant uneexigence lemportant sur lala thrapeutique.

Les trois greffes de Kss et Legrain dmontrent que linitiative mdico chirurgicalea toujours sa place dans les progrs de la mdecine. Si la permission avait tdemande un Comit, celui-ci aurait cit le Prix Nobel Mac Farlane Burnetdniant tout intrt la transplantation, traite de chimre thrapeutique. Un avisbiologique ne peut interdire une tentative cliniquement motive. La partie semblantperdue, il faut encore conserver la volont de penser et dinnover. Bien des progrs ensont ns. Le cancer sur rein unique lgitimait laction de nos amis et ce fut un pasdcisif vers lentre de lallogreffe en thrapeutique.

En 1960, B.H. Scribner adapta le rein artificiel la dialyse itrative pour traiterlurmie chronique. Marcel fut avec Traeger lun des premiers en France montercette technique ncessitant de passer dartifices bricols des solutions fiables. Ensimplifiant et codifiant ce traitement, ils en favorisrent la diffusion.

Puis Marcel, avec C. Jacobs, son successeur la Piti, J. Rottembourg, A. Baumelou,G. Deray, T. Petitclerc et dautres sattaqua lurmie chronique des diabtiques, sicomplexe par ses multiples atteintes viscrales. Ses rsultats lui valurent en 1993 lePrix Maurice Drot, son Patron aim, nphrologue et diabtologue.

Marcel enseignait et bien. Ses cours et son prcis, crit avec