Bruno Groening ~ Sur Les Traces Du Guerisseur Miraculeux

download Bruno Groening ~ Sur Les Traces Du Guerisseur Miraculeux

of 19

  • date post

    19-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    141
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Bruno Groening ~ Sur Les Traces Du Guerisseur Miraculeux

BRUNO GROENING SUR LES TRACES DU GUERISSEUR MIRACULEUX

Le phnomne Bruno Grning (1906-1959) Sur les traces du gurisseur miraculeux , film documentaire en 3 parties (chacune denv. 95 min.) Projections publiques sur la base de dons, dans de nombreux pays. En 1949 un nom fait les gros titres des journaux : Bruno Grning. Des ditions spciales lui sont consacres. La radio et les actualits parlent de lui. On tourne un film sur lui. O quil apparaisse, des centaines, des milliers des dizaines de milliers de personnes se pressent autour de lui. Ils viennent de partout dAllemagne, dAutriche, de Suisse, mais aussi de Belgique, de France et des Etats-Unis. Grning devient un vnement mondial. Mais ceux qui se pressent autour de lui ne sont ni des disciples, ni des fans, ni des groupies. Ce sont des malades. Nombreux sont ceux pour qui il reprsente lultime espoir. Frapps par la guerre, abandonns par les mdecins ils nont quun seul dsir : gurir tre librs des misres et des douleurs. Que Bruno Grning les aide. Et il aide : Il nexiste rien dincurable. Dieu est le plus grand des mdecins ! , ce sont ses paroles. Et lincomprhensible se ralise : dinnombrables malades gurissent des paralytiques marchent, des aveugles voient Le documentaire Le phnomne Bruno Grning sur les traces du gurisseur miraculeux dpeint les vnements dramatiques de lpoque dune manire objective. Documents originaux films et enregistrs, archives, interviews de plus de 50 tmoins du temps de Bruno Grning, auxquels sajoutent des scnes dispendieusement filmes. Tout cela fait de ce film un vnement fortement impressionnant. Mais ce film est plus quun documentaire tourn vers le pass. De nombreux spectateurs disent quen le regardant, ils ont soudain ressenti une force,

un picotement, un courant dans leur corps. Exprience toute nouvelle pour la plupart dentre eux. Certains rapportent mme la disparition de douleurs, de gnes et autres affections. Film documentaire sur Bruno Grning http://www.bruno-groening-film.org Cercle des Amis de Bruno Groening. L'une des plus grandes associations de gurison par voie spirituelle du monde entier : http://www.bruno-groening.org/francais

http://video.google.com/videoplay?docid=-3617676387852515716#

Approfondissement de lenseignement de Bruno Groening"Cet enseignement, mon enseignement, contient des maximes, selon lesquelles de nombreux amis vivent dj et obtiennent des succs. Par lacceptation de cet enseignement, une conversion complte eut lieu, qui mme dans de nombreux cas a amen la sant." Bruno Groening n'a jamais formul par crit son enseignement II ne voulait pas crer une philosophie ou idologie nouvelle. Ses efforts n'avaient qu'un but: aider les personnes souffrantes. II leur donna un enseignement qui ntait pas bas sur des rflexions intellectuelles ou mme scientifiques mais qui rsultait de la sensation intuitive de la lgalit spirituelle. Celui qui approfondit cet enseignement y trouvera une

complexit imprvue et reconnatra qu'il stend bien au-del de l'aspect de la gurison. II appelait les hommes croire au bien et le mettre en pratique. Le commandement chrtien de l'amour du prochain constitue le noyau de son enseignement.

La cause des maladies

Beaucoup d'hommes croient aujourd'hui que la maladie est due au hasard, qu'elle survient brusquement et atteint les gens comme si elle venait de nulle part. Bruno Groening disait au contraire ceci: "Plus l'homme s'est cart de Dieu, que ce soit consciemment ou inconsciemment, moins il y a de vie en son corps pour que ses organes ragissent son commandement. II ne pouvait plus, plein de force, vivre sa vie. Ici il sest loign de cette source de force. Pour finir, il a perdu la liaison la grande, divine source de force. II n'a plus t capable de capter en lui la force de Dieu. Et ainsi son corps devint-il une pave." Bruno Groening dcrit aussi la faon dont I'homme peut retrouver la sant: "Dieu a cr l'homme beau, bon et sain. II veut donc qu'il soit ainsi. A l'origine les hommes taient compltement relis Dieu, il n'y avait qu'amour, harmonie et sant, tout tait un. Mais quand le premier homme commena couter la voix, l'autre, la mauvaise voix, celle qui parlait de l'extrieur de cette unit, et quand il commena lui obir, alors ce lien se dchira et depuis lors Dieu se trouve ici et l'homme l. Entre Dieu et l'homme apparut un grand foss. II n'y a plus de lien. L'homme livr lui-mme, aussi croyant quil puisse tre et pouvant prier tant qu'il le souhaite, sera sur le chemin de sa vie tent par le mal qui l'entranera dans ses profondeurs. Sur le chemin de votre vie, vous tes arrivs l, en bas. Vous vivez le malheur, vous souffrez, vous avez des maux incurables. Je vous le dis: Ne descendez pas encore plus bas, je vous appelle la grande conversion. Venez vers le haut et, au-dessus du foss, je vous construirai un pont! Quittez le chemin de la souffrance pour aller sur le chemin divin! Sur ce chemin il n'y a pas de malheur, pas de douleurs, pas de choses incurables, l tout est bien. Ce chemin reconduit vers Dieu!"La grande conversion

Sans cesse Bruno Groening appelait les hommes la "grande conversion". II les invitait mettre en pratique la foi dans le bien, et abandonner les mauvaises habitudes. II exhortait en premier lieu les hommes ne pas penser la maladie. II faisait ressortir que la maladie vient du malin et qu'elle est le mal. Se proccuper d'elle signifie qu'on fraye avec le malin. Cela gne le processus de gurison et peut mme le rendre impossible. "Celui qui s'occupe de la maladie la retient et il barre la route la force divine." L'homme doit se sparer de la maladie, ne pas la considrer comme sa proprit, mais voir en elle un mal. "La maladie n'appartient pas l'homme!"

Bruno Groening proposait aux hommes de leur prendre les maladies :

"Donnez-moi vos maladies et vos soucis! Vous ne vous en sortez pas. Je les porterai pour vous. Mais donnez-les moi volontairement car je ne suis pas un voleur !" "Si vous vous dtachez de la maladie de faon ce que je puisse la prendre sur moi, cela est bien; mais si vous la retenez, alors je ne peux rien faire non plus. Le septime commandement l'interdit: tu ne dois pas voler! Si j'enlevais la maladie un homme contre sa volont, je commettrais un pch. Je n'ai pas le droit de voler! Celui qui aime sa maladie la retient. A celui qui peut l'oublier, je l'enlve. Mais il faut qu'il la lche, pas seulement en penses, mais aussi par ses actes. Il faut que vous m'coutiez! Je ne veux pas vous influencer. Si vous abandonnez la maladie, je vous enlve tous vos maux!" Limportance que Bruno Groening attachait la conversion intrieure de chacun en particulier est mise en relief par l'extrait suivant du livre de Kurt Trampler. "La grande conversion": "Au cours de conversations prives, jai aussi entendu Groening dire trs souvent quil porte la responsabilit devant Dieu de raliser la gurison par la pure force divine des personnes souffrantes qui ont, au moins, la bonne intention de vivre conformment aux lois divines, et dexclure de la gurison celles qui ne sont pas disposes renoncer au mal." Il disait: "Je pourrais galement effectuer une gurison de masse en disant : tous les malades dune ville ou dun pays sont guris! Mais, ce faisant, ny aurait-il pas plus de pertes que de gains? Parmi les malades, les mauvaises personnes seraient-elles alors disposes se convertir? Nabuseraient-elles pas nouveau de la sant retrouve? Non! Lhomme doit dabord raliser une conversion intrieure, il doit dabord tre dispos extirper le mal en lui et trouver le chemin vers Dieu. Cest alors seulement quil est digne dobtenir la gurison." Les paroles de Bruno Groening qui vont suivre rendent clairement ce propos et expliquent l'origine des maladies: "Comment est-il vraiment arriv que l'homme soit devenu malade? L'homme originel n'tait pas malade. Les hommes sont devenus mauvais, toujours pires, de gnration en gnration. La mchancet s'est rpandue de telle faon qu'il ne sera bientt plus possible de vivre. Des querelles et des disputes, mme dans les familles; plus de guerre que de paix parmi les peuples! Les soucis ont apport aux hommes les souffrances de l'me et se sont enracins si profondment que l'humanit ne pouvait que tomber malade. Les hommes se dtruisent psychiquement les uns les autres. Ils reoivent une mauvaise ducation, ils se sont loigns du naturel, beaucoup ont perdu la foi en Dieu. Celui qui s'carte de la voie divine s'carte aussi de sa sant." Si I'homme veut retrouver la sant par Bruno Groening, il doit tre prt renoncer la "mchancet". II doit tourner Ie dos au mal, la maladie; il doit s'en sparer, ne plus penser: "mon asthme, mon rhumatisme", etc. Ce n'est pas toujours facile, et cela demande une transformation intrieure. L'homme doit changer fondamentalement sa faon de penser. Il ne doit pas, comme il en a l'habitude, avoir foi en la maladie mais en la sant. Il doit croire que mme les maladies incurables peuvent gurir.

Mais que demande l Bruno Groening de la part des personnes en recherche d'aide! Un esprit logique ne s' insurge-t-il pas I'ide d'accepter pareille invitation? Comment des articulations dformes par les rhumatismes pourraient-elles redevenir saines, et des membres paralyss retrouver leur mobilit? Comment serait-il possible de donner ses maladies Bruno Groening sans que celui-ci n'effectue la moindre intervention et mme sans qu'on ne lui ait dcrit l'affection? N'est-ce pas l une offense pour tout homme un tant soit peu sens? C'est l en ralit une grande transformation que Bruno Groening attend des hommes; elle signifie qu'il faut mettre de ct toute faon de penser oriente vers la science et la raison logique, et qu'il faut accueillir en soi la foi en quelque chose de plus leve. Son enseignement est bas sur des principes en tout point diffrents des habituels raisonnements intellectuels d'aujourd'hui, issus d'un esprit matrialiste. Cest pour cela qu'il disait souvent: "On ne peut certainement pas