BASSINS DE BOULSAhorizon.documentation.ird.fr/.../divers14-09/04501.pdf · 1 1 1 1 l,-1 1 1 1 1 1 1...

Click here to load reader

  • date post

    12-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    12
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of BASSINS DE BOULSAhorizon.documentation.ird.fr/.../divers14-09/04501.pdf · 1 1 1 1 l,-1 1 1 1 1 1 1...

  • Office de la Recherche Scientifique

    et Technique Outre-Mer

    RÉPUBLIQUE DE HAUTE;, VOLTA

    Ministère de l'Économie Nationale."...

    Service du Génie Rural

    ÉTUDE HYDROLOGIQUEDE BASSINS VERSANTS EXPÉRIMENTAUX

    DANS L'EST-VOLTA

    BASSINS DE BOULSACampagne 1961

    AOUT 1961

  • OFFICE de la RECHERCHE SCIENTIFIQUE République de HAUTE-VOLTAet TECHNIQUE OUTRE-l':ŒR ----

    -=-=-=-=-=- MLYlistère del'ECONONIE N.ATIONilLE

    Service du GENIE RURAL

    ETUDE WIDROLOGIQUE DE

    BASSINS VERSLHTS EXPERIl

  • 1111l,-

    111111111:1

    111,1-

    SOMMAIRE1 e •

    INTRODUCTION

    r - DONNEES GEOGRAPHIQUE~

    Ir - DONNEES CLIMATOLOGIQUES

    III - REALISATION du PROGRAMME

    IV - PLUVIO}ŒTRIE de ltANNEE 1961

    v - ANALYS.E des CRUES du NIEBSDODE à KOGHNERE

    VI - ANALYSE des CRUES de la POGORAYA à KOGHO

    VII - ETUDE de l'ECOULEMENT du KOULOUOKO à NIEGHA

    CONCLUSION

    Pages·

    2

    3

    4

    6

    8

    J.O

    2J.

    29

    46

  • r -,1!I1:111'11fi

    1':11.1

    iil

    1l,1Ill'1

    - 2 -

    INTRODUCTION

    Le Service du GENIE RURAL de la République deHAUTE-VOLTA a prévu dans l'Est du Territoire la création deplusieurs barrages d'accmilulation destinés à permettre lamise en valeur de nouvelles surfaces cultivables.

    La mise au point des projets du GENIE RUJU{L sup-pose la connaissance de certaines données hydrologiquesessentielles,tellG.J que les volumes d'apports annuels et lesdébits de crues exceptioru~elles.

    Par convention du Il Avril 1960, Monsieur le Mi-nistre de l'Agriculture et de la coopérat~oni représenté parle che~ du Service du GENIE RUR~L, a chargé IOffice de laRecherche Scientifique et Technique Outre-11er, d'entrepren-dre des 8tudes systumatiques d'écoulement sur un ensemblede trois bassins versants expérimentaux de la région deBOULSA ..

    Une première campagne d'étude a été effectuée en1960 et a fait l'objet d'un rapport achevé en Aodt 1961.

    Aux teriiles de l'Avenant N° l du 4 Juillet 1961 àla Convention du Il Avril 1960 une deuxième campagned'étude a été entreprise en 19l1, dont les résultats sontprésentés et interpr€tis dans le présent rapport. M.Le DUOa été l' hydrologue responsable de la 2ème campagne des bass:in~'versanin expérimentaux de BOULSA. Il a assuré la permanencedes mesures pluviométriques et hydrométri~ues depuis lami-Juin jusqu'au dGbut d'Octobre, c'est-à-dire pendant tou-te la durée de la saison des pluies.

  • 11111111111,11111111

    3 -

    l - DONIŒES GEOGRhPHIQUES--..- ..Le lecteur est prié de se reporter au Rapport de

    la Campagne 196Q, dans lequel une description ~éographiquedes bassins expcrimentaux de BOULSA a été donnee de façondétaillée. Nous rappellerons ici seulement les caractéris-tiQues essentielles.

    Les bassins versants expérimentaux' étudiés dmlSla région de BOULSA sont au nombre de trois :

    l Le NIEBSDODE à KOGHNERE (21,5 km2)

    2 La POGORAYJ:. à KOGHO (82 k1ï12 )

    3 - Le KOULOUOKO à NIEGHA (1 010 km2)

    Ces trois bassins sont "emboités n , c'est-à-direque le premier bassin est situé à l'intérieur du second,qui est lui-m~me compris dans le troisième. Leur reliefassez mou est celui d'une vieille pénéplaine granitique,que ravivent seulement quelques collines de schistes birri-miens au Nord et au Sud-Ouest du bassin du KOULOUOKO.

    La majeure partie de ce bassin est occupée pardes sols ferrug.ineux tropicaux, généralemen-t cuirassés etpeu perméables. Des sols argileux à hydromorphie temporairese rencontrent également dans les plaines de débordement.

    La v8~étation naturelle, de type soudano-sahélien sest très dégradee ; cependant~ le boisement est encorenotable sur les zones cuirassées.

    Le r8seau hydrographique présente un net carac-tère sahélien, de pal' sa dégradation. Seules les branchessupérieures du KOULOUOKO bénéficient d'une pente suffisantepour conserver un li~G mi.neur bien défini. Le reste du ré-seau est manifestement en voie de comblement : le lit mi-neur tend à s'estomper ou ne subsiste çà et là que 'sous laforme de mares ,allongées séparées par,des seuils d'allu-vionnement. L'écoulement des crues s'etaIe dans de vastesplaines d'inondation encombrées de gr~ülllées.

    L'accumulation des eaux de ruissellement dansces plaines d'épandage contribue fortement à amortir lescrues et [email protected] très sensiblement les pertes par évapo-transpiration.

  • 1il11111111111111111

    4 -

    Le lecteur pOl~ra,se reporter au rap]ort de laC[~mpagne 1960 pour Wl expose plus complet. Hous nous con'(;en-terons ici de rappeler les données essentielles.

    Le Cl~lCt de la région de BOULSA est de typesoudanien et comporte deux saisons bien tranchées :

    • Une longue p2riode de sècheresse quasi absolue d'Octobreà Avril

    - Un hivernage pluvieux qui débute en Mai et Juin et s'af-firme de Juillet à Septembre.

    La l:>luvioYi1~ trie Mnuelle est d'environ

    775p

    mm en annee moyenne600

    ,sèche décennale- mm en annee

    - 950 mm en année humide décennaleLa majeure partie des précipitations tombe sous

    forme de tornades courtes et intenses J qui se produisentrarement deux fois dans la m~me journee. La répartitionmensuelle des pluies est en moyenne la suivante :

    ~ =================:=====-========-=======-=:========'===:::-:::===='===='===='======'.•. .:-...-------------':--_.:--.-,.:----':----.:---': .._-:--_.:---':--_.:---_.: ..__ .: ...._.: ..---_.:::Précipit'-menslle: 0 :: 2 :: 6 :: 15:: 70::105::170.:240::135:: 30:: 2~: 0 ::775mm::

    • •• 0. G •• 0 ••••• 0--------------- --- --- -~~ --- --- .-_~ ~-~ --- --- --.. --- --- -----':Nb jours pluie ': ': ': .: 2 ': 5 ': 8: 12: 15':10': 3 ': ': ': 55 .:

    • •• • • • • 6 • • 0 •• 0'• •• • • CI • • • • • •• il

    =======;==========;=~==============~=====~=========================~.~

    La répartition mensuelle est d'Gilleurs très ir~régulière d'une année à l'autre. Pour le mois d'Aodt parexemple, les valeurs extr~Yi1es observées à OUAGADOUGOU su~r34 ans oscillent entre 135 et 425 mm.

    En ce qui concerne les précipitations' exception-nelles, on peut retenir les hauteurs suivantes :

  • =================.=====================================

    . ============='======'::====='=========~========'::===========

    ~=======================================================~===~~

    D

    'C

    30 :.66 .:••72 :.90 :•'. .• .• 0

    : 230 : 190 : 138 :. . . .:: 5' rnn:: 10 Dm,:15 mn,:30 mn:: 45 mn:: l h. .: lh! .:

    • Il • • • Q • Il

    Durée

    - 5 -

    L'averse décennale admet en première approxima-tion les intensit~s suivantes :

    '.•'.·------------- -~~~- ----- ----- ~---- ----~ ----- -----'. "... '. '. '. '. '. '.• ••••••• g': Intens i té: (mm/h)

    '. '. Fréquence • FréCluence '. Fréquence• • • ·'. '. annuelle '. d8ce1ll1ale ': cin9.~~4~1~~· · ·'. '. '. '.· ,. • •':Prucipitations en 24 h '. 60 mm '. 110 mm '. 145 mm ("t' )•• · •: '. '. ':• •':Précipit. en 5 jours '. 95 mm '. 165 mm '. (200)• • ·• • •• · •

    . =======================~====~====================~========~~~=

    1111111111111111111

  • \

    'f.lECTRICI1E DE FRANC[.lNSPECTION GtNtRAU POUR L,t. COOPtRATlON HORS MtTROPOLEC'!TUBE Ao DATE: 9-61 DESSINe.: J.t1érayer EO!'l 1 1 1 VOL.61.001

    e'ASSINS VERSANTS DE BOULSAStation "n!.3 (NIEGl-iA) : t010 Km 2

    - V~4 ;; ~CHELLE : 11200.000 é~"~.9...:

    0(,

    ~~ \~~(---~. ~

    "-'.f~ " ~ ,,~J ~ --, ~~ 1 ~'I\./ ~/ \, \. ~

    .,-,,-'7 ~\ \ \li>'13 J ~\,/, ( 1 \' l ' dOO/ . ,\

    / -' _\ l" 1 \\ 'eb~,""----- -...{ ; " 1 ~~, , Ifl

  • BASSINS VERS.ANT S DE BOULSA

    Station n! 1 (KOGHN~Re) :21 1 5 Km 2 _

    Stat.ion n! 2 (KOGHO) : 82,0 Km 2 _

    1·111111111111111111

    _____Piste

    1Station Iimnlmétrique, Pluviomètre associat.ionIl Pluvio ra he

    ELECTRICITE DE FRA'NeE..ltISPlcTlON GtNtRAU POUR LA COOPtRATION HORS MtTROPOLEC!TUBE A 1 DATE: !I-61 DESSIN!: 3'.l'Iét.ayer Eo!'1 1 1 1 VOL.61.002

  • Il111111111111111111

    - 6 -

    III - REALISATION du PROGRM~m_ • r-.=+ d ••

    Le pro&Tam.me des travaux sur le terrain a été 8n·-<tièrement réalise par M.Le DUC qui a séjournd à BOULSA du16 Septembre au 5 Octobre 1961.

    l - Pluviométrie----------~-

    L'équipement pluviométrique a été remis en servicetel qu' il avait été installé Ir année précédente. Il compor~·tait :

    - Sur le B.V. de la NIEBSnODE :

    - 1 pluviographe enregistreur (Pl)4 pluviomètres ordinaires Il Association" (N° 2 ?'-.. 5)

    - Sur le B.V. de la POGORAYA (non compris B.V. NIEBSDODE)

    - 2 pluviographes enregistreurs (P7 ét P12)7 pluviomètres "Association" (N° 6, 8 à il, 13 & J.A

    - Sur le B.V. du KOULOUOKO (non compris B.V. POGORAYA) :

    - l pluviomètre "Association" (N° 16)7 pluviomètres totalisateurs (NO 17 à 23)

    La seule modifioation par rapport à 1960 a étél'adjonction de cinq nouveaux pluviomètres totalisateurs(NO 19 à 23) sur le bassin du KOULOUOKO. La densité du ré.-seau est ainsi nettement améliorée sur cë bassin r quil'ann8e dernière comportait seulement trois pluv~omètresplacés sur sa bordure orientale, en plus des pluviomètresdes deux autres bassins.

    A cet ensemble de pluviomètres installés spécia-lement pour notre étude, il faut ajouter celui du ServiceMétèorologique qui est observ8 par la Mission Catholique deBOULSA (pluviomètre N° 15). '

    Les observations pluviométriQues ont été assu-·r8es sans interruption du 18 Juin au 5 Octobre (sauf pourles cratre totalisateurs N° 18 et 21 à 23, qui n'ont étémis en place que les 28 et 29 Juin).

  • il

    111111111111111111

    - 7 -

    Les observations étaient bi-guotidiennes pour leEpluviomètres "Association" et hebdomad20ires pour les plu-viomètres totalisateurs •. Les pluviographes étaient sur-veillés quotidiennement. On trouvera en annexe les résul-tats complets de ces observations.

    Les stations de mesure du NIEBSDODE et de laPOGORAYA ont été installées aux [email protected] emplacements qu'en1960, à proximité des villa.ges de KOGHNERE et de KOGHO,chacune était dotée de l'équipement suivant :

    - W1e échelle limnuaétrique de 3 mètres- un limnigraphe Ott type X ou XV, à révolution jour-

    nalière- une passerelle de jaugeage sur le lit mineur

    un c~ble gradué prolongeant la passerelle de KOGHOpour les mesures de débordement, à l'aide d'une em-barcation (catamaran).

    La station de lîleSure du KOULOUOKO a été aménagéecon~e It8~ée pr~cédente près du villa~e de NIEGHA, maisdepuis 1960 l'ancien pont en bois a éte abando!ll1é et unenouvelle chaussée submersible a été construite. Celle-ciest bordée à l'aval par une diguette dévers2~te, qui a étéutilisée corame section de jaugeage de basses et moyenneseaux. Les mesures de débit peuvent y ~tre effectuées defaçon satisfais~tet à condition d'employer un micro-mou-linet. Pour les hautes eaux, une autre section de jaugeag_avai t 8té aménagée dans le VOiSll1.age irnnlédiat. Les mesuresy auraient étê exécutées à l'aide d'une embarcation! lnaisl'absence de tL~ès fortes crues en 1961 n'a pas donné l'oc-casion d'utiliser cette section.

    Les limnigraphes des trois stations ont été misen service dans la 2ème quinzaine de Juin et ont fonctionnésans interruption jusqu'aux derniers jours de Septembre.

  • ==~:=================================:~========s=~=========c=========

    . =~=2=C===~=~=======~==========~======:======~==~=================='

    8 -

    Les précipitations moyennes sur les trois bassinsversants présentent des éC2~ts moins marqués, mais on noteoependant Clue les bassins du NIEBSDODE et de la POGORAYAont été sensiblement moins arrosés que celui du KOULOUOKO

    ,--

    IV - PLUVIOMETR,.:çE.

  • l,111111111111111111

    - 9 -

    qui a reçu des pluies abondantes dans sa partie Est et Su&

    ====z=============================================================..: ': Juin ':Juil1e"'I,:Aodt :Septemb':Tota1 du ':Total ap-':':Bassin versant': (du 18 au': ': : ':18/6 au :proximat~:: :__J..Q,L·: ._• .': . ': __ ':3oL9 __ ·:de. If ar.Œe'::: NIEBSnODE .: 63 :: 118 :: 243:: 107:: 531.: (685) ,:

    • ••••• • Il

    -----~-------- ------~ ~----- ~----~ ~-~---~ ----~----- ---------'. '. '. •• '. -0 '. -0.: POGORAYA .: 68.: 102 .: 243: 107: 520 .: (675) .:• ••••• • e~~-----~----- ------~ ------- ~----- ------- ---------- ---------

    ': KOULOUOKO: (55)': 172 .: 270: 188': 685 ': (840)":· .. . .====================~=============================================

    Les deu.."C bassins du NIEBSDODE et de la POGORi::.YAont eu une pluviosité à peu près senwlable Qui accuse und8ficit d'environ 100 mm par rapport à la moyenne annuelle.Par contre, le bassin du KOULOUOKO a bênéfici8 d'un excé-dent voisin de 65 mr~.

    La plus forte pluie observée localement a étécelle du 2 Septeulbre qui a totalisé en deux ondées III mraau pluviomètre de NIEGHA (N° 16). Mais cette précipitationélevée, de :fréquence probablement décennale, a été circons-orite au voisinage de NIEGHA.

    Une pluie très importante et intéressant unezone plus étendue a éte observée le 18 Aodt sur les bassinsdu NIEBSnODE et de la POGOR1~YA. Ella a atteint un maxililUl1lponctuel de 98 nnn au pluviographe N° 1. L"intensité maxi-male a été forte1 ümis non exceptionne~le : ~37 mm(h,pen-dant 5 minutes. Par contre, on a releve une J.ntens~té rarede 90 mm/h pendant 30 minutes.

  • 1111111111111111111

    - 10 -

    v - ANALYSE des CRUES_Cl..u NIEBSDODE à E;0GHNERE (21,5 km2 )

    l - Mesure des débits------...---.........-...--.....

    La courbe d'étaloID~age établie en 1960 offraitune précision très satisfaisante pour les débits inférieursà 10 m3/s. Trois jaugeages effectués cette année ont confir-mé la stabilité de la courbe :

    ======~==~=====~~==============================~'. ': " Débit '.• Date Hauteur •: ., " "• , ,---~-------------

    --_-...._--------... ----..----------'. .. "• • m3/s ,, 3 Aodt 196~ " 1,60 m 4,68 i,, • ,, '. 1, •" 18 " " " l,50 m 2,48 ft '., · ,"

    l8 " 1,78 8 80'", n " • fi 11,

    • · , ,• • .==~~~=~=~==~===_===============~===============c

    . On a donc a1mis le m~me êtaloIDluge que l'ar der-nier. Au-delà de 10 m /s, l'extrapolation en a été faite entenant compte de, la seot~on mouillée qui a pu ~tre relevéesans difficulté. La hauteur de crue maximale en 1961 a étéde 2,03 m. ~ débit correspondant a été évalué à 14,5 m3/s,avec une préoision de l'ordre de 7%.

    La courbe d'étalonnage est pratiquement linéaire,sauf au-dessous de 2 m3/s. Four les hauteurs inférieures à1,32 m, le débit s'annule (seuil dénoyé en aval).

    2 - Averses et crues observées-~----------~~-------~----

    Les tableaux pluviométriques dOl~és en annexemontrent le nombre et l'importance des averses observées.A titre d'exemple, nous avons classé les averses observéesau pluviographe nO l'lui oocupe une position centrale dansle bassin :

  • Le NIEB5DOOE à KOGHNËRE (Station n! 1)

    0,20

    150

    11)0

    3,00

    VOL.51.00S

    COURBE DES VITESSES MOYENNES

    COURBE DE LA SECTION MOUILL~E

    1o

    0,00 1,00 2,00

    ELECTRICITE DE FRANCE.lNSP!CTION GtNtRAU. pOUR LA CpoPtRATlON HORS MtTROPOLEC~ TUBt: Ao DATE: 9 -G1 DEssiNE: 3'. "1 ité/yer ECJ.!'II 1 1 1

    111l'l,

    1I-I11111111111

  • VOL.51.00S

    • J'JjugeBgB~ (,Dlll '-nU$

    o JIJUgeB9U 'cDmplet",

    KOGHNËRË..a

    COURBE D'~TALONNAGE

    J!6-

    1o

    NIEB5000ËLe

    1,00 1,502,00

    4

    2

    8

    tLECTRICITt DE FRANCE.lNSPfCTION GtNtRAU POUR LA CooptRATION HORS MtTROPOL!C! TUBE A0 DATE: 9-61 Dt.88INt::J. pté/"a1 ar E~ 1 1 1 1

    11111111111111·

    11111

  • .: ...-------------: -------...._--_.: ...-------":-......----- : .....-......----_.:----------':

    , ========:::===~,,:::============,=======::=-=========,::=;::======='===:::=========.

    '. '. '. -il '. 8 '.· 0 10 mm • 0 • 6 • 9 • · 23'. '. '. '. '. '. '.· · • • · · ·':10 20 11 ': 2 '. 2 '. 3 '. 3 '. 10 '.• • • • 0'. '. '. '. • '. '.,:20 30 11 · 1 • 1 • 3 • 0 • 5 •'. '. '. '. '. '0• · • · • · ·':30 40 n '. '. 1 • 0 · a '. 1 ':0 · • · •'. -. '. '. '. '. ':,:40 50 fi · • · 0 • 1 • 1': '. '. • '. ':· • • • ·'. > 50 11 ': '. ,il 1(9&m): '. 1 :· • • ·': ------______0: ___.....____.........:_.................: ...~.....___...: __________0: ____________':'. '. 3 '. la '. 16 '. 12 '. 41 ':• · • · · •: • • ·· • •e==s===~============~=========;===;==============================

    Aodt ':Septembre': Total du ':': ':18/6 aU 30/9':

    '1 Juin ': Juillet':'~du 18 au 30) ': ':

    ll-

    Sur les 41 averses observées, il y en a eu quatreseulement qui ont donni lieu à un ruissellement appréciableà la station de NIEBSDODE :

    - L'ê,verse du 18 Aotlt a été de loin la plus imports.nte del'année. De fréquenoe sensiblement quinquennale, elle aatteint un maximum de 98 mm au centrre du bassin et unevaleur moyenne de 79,5 Dll'll. Elle a cependant épargné lapartie Nord ,du bassin qui nIa reçu qu'une trentaine demillimètres. Au pluviographe nO ~, on a enregistré deuxpointes d'intensité décalees d'une heure, l'une de ~15 ~

    - L'averse du 20 Juin, avec une hauteur moyenne de 22,5 mm,ne peut pas ~tre classée parmi les fortes averses, maiselle avait été prêcédèe un jour et demi auparavant parune pluie de 20 ram qui avait assurd une certaine satura-tion préalable du terrain. La crue observée à NIEBSnODEa dfailleurs été très minime~ Elle correspondait à descondit~ons limites de ruissellement (débit m~~imum :0,20 mJ/s )

    - L'averse du 3 Aodt, assez hétérogène, a donné une hauteurmoyenne de 35,5 mm avec un maximum de 54,5 ram à l'extr~mité-Est du bassin. Une petite pluie avait eu lieu laveille (5,5 mm) et une autre un peu plus importante(20,6 mm) trois jours auparavant. L'intensité a été fortependant une oourte durée. La crue engendrée a été la deu-xième~en importance de la campagne 196~ (débit maximum :4,4 Ill-'/s) •

    Pluies-.•'.•

    1111111111111111111

  • '-1

    111111111111111111

    -12-

    pendant 5 minutes et l'autre de 137 mm/h pendant égalemen;5 minutes. La saturation du terrain était incomplète:depuis une semaine, il n'était tombé ~ue deux pluies insi-gnifiantes. La crue engendrée a étb la plus forte observéEen 1960 et en 1961 (d0bit maximum: 14,5 m3/s).L'averse du 2 &eptembre a comporté deux ondèes ; la pre-mière a eu lieu entre 7 et 8 h, la seconde entre 16h30 et17h30. La hauteur moyenne de pluie a été au total de46,3 mm. La répartition spatiale a été assez homogène(maximwn ponc.tue'l : 53,3 mm) et l'intensité pluviométri-que très modérée. La saturation initiale du sol étaitincomplète! la del"nière 'Pluie notable remontant à quatrejours. La deuxième ondée, surtout forte dans l'Est- dubassj, a provoqué une faible orue (dGbit maximum :2,9 ID ls).

    On trouvera en annexe les cartes d'isohyètes etles hyétogrammes des deux principales averses du 3 Aodt etdu 18 Aodt, ainsi que les hyclrogrammes de crue oorrespon-dan.ts.

    Le lit du NIEBSDODE dans la réGion de KOGHNEREest constitué, rappelons-le, de biefs profonds séparés pardes seuils d'alluvionnement dds à lteffondrement progressifdes berges ou aux apports solides localisés d'un petitaffluent.

    Le remplissage des biefs profonds s'effeotue deproohe en proche au cours des premières petites crues dela saison des pluies. A la mi-Juin 1961, au moment de lamise en route des observations sur le NIEBSnDDE, oe rem-plissage était d~jà assUl~é. Il était un peu plus préooceque l'année précédente, où il ne s'était achevé que le 2Juillet.

    L'année 1960 avait permis d'observer six crues;1961 n'en a fOUl~ni que quatre, dont deux seulement dignesd'intér~t : oelle du 3 Aodt et surtout celle du 18 Aofit,la plus forte enregistrée.

    - La crue du 3 Aodt, qui peut ~tre oonsid8rée com-me unitaire, a eu un temps de montée très court (45 minu-tes), car elle n'a pas comporté la pointe prélliainaire ha-bituelle dde à un petit affluent de rive droite qui débou-

  • 1111111111111111111

    - 13 -

    che dans le NIEBSDODE, près de la station de KOGHlTI?RE. Cefait s'explique par la r:~::partition des pr~cilJita:Gions c.:.uiont été surtout irJ1:portantes à l'extr~mité Est 0.U bassin.Le temps de r~~ponse est voisin de la normale (2h40) t maisla d;crue s'amorce aSSEZ lentement à cause de l'a.rr~v8eplus tardive du ruissellement issu de l'extr~rilité Est dubassin. Le ruisselle~~nt total dure environ Il heures.

    - La crue du 18 Aodt produite par deux fortesondées rapprochées, peut à la rig~eur ~tre consid8rée.comme unitaire, son temps de montee et son temps de reponsesont très voisins et respeotivement égaux à 2h40 et 2h30.La décrue est relativement rap'i4e, probabl~Qent parc~ quel'extr~mité Nord du bassin a été peu arrosée. La duréetotale de ruiasellement est par contre très longue, d'envi-ron 19 heures.

    -La crue du 2 Septembre a ét8 provoCluée par ladeuxième pluie de la jO!J.rnée, celle du matin ayant assuréune saturation à peu près complète du terrain. Cette deu-xième pluie a été nettement plus abondante dans la partieEst du bassin, de sorte que la majeure partie du ruissel-lement a eu son origine dans cette région. C'est pourquoile temps de' montée et le temps de réponse sont anormale-ment longs : 6h40 et Bh. La dm"'ée t.otale du ruissellementa été également longue 18h environ.

    Dans le tableau ci-après, on trouvera condenséestoutes les valeurs .caractéristiques des crues de 196~ ain-si que celles de l'am18e précédente, à savoir:

    Pluie moyenne Pmoy et maximale ponctuelle PM' avec lecoefficient d'abattement pour passer de la 2ème à la 1ère.

    Données relatives à la pluie utile (hauteur Pu, durée tu-intensité moyenne lu), c'est-à-dire la fraction del'averse dont IGS intensités sont assez élevées pouravoir d01ll1é lieu à ruissellement.

    - Intervalle de temps ta à la pluie préc~dente, ll1dice del'état dG satur~tion du terrain.

    Volume d'écoulement Ve et coefficient d'écoulement Ke.

    TGmps de montée t n1 et temps de réponse t p des crues.

  • ---------------~---

    VALEU]lS Cj3RACTERIS~IQ.UES ~JL qRUES

    du N:ç8]3SDQ..DE à KOGHNE~(21~

    . =====================c========~========================~============~=====~================~=~

    .: N°': Date ': PM ': K ':Pmoy '::Pu ': lu ': tu ':ta(l)': Ve ': Ke ': t m ': t ': % ': Tr ': '-t'M '1':--': ':Iiiiil':"'"'d7':-ûûn~':~ .mriï~':·ÎnÏrl'-n:':minut ':-:TQurs':"-33':~-':hëure·s':hefU.Gêm3-rs':hi'iïrë':-m3"""--:,.'. .• ..70. '. .• IJ./.LL.. ..JUl ·• .J..O m '0 ~ '. '. '0 li::i .• ~- '. I~ 3'.•• • •• • • • • • • 0 • • • • 100 OOOIn •.:-.:...........-.-.-.:----.:-: .: ': : :-==- ':---.': .: -':- .: ':- .. ': ----':

    :"o

    '.·'.•'.·

    '.•'.·

    -.·

    '.·

    '.·

    '.•

    '.•'.•

    '.·

    '.·

    ..•

    ..•'.•

    8,27,34,65,15,44,7

    ",-----

    ··

    '.·

    '.·

    '.·

    '.·'.·'.·

    '.·'.•'.•'.•

    ...'.·'. '.2 .: 4,8 ,:· .3h20': 4,1 ':

    2h55::19.L2 ::.. .4 ': 7,2 .:'. '.6: 1,4 ,:

    • •6h40': 1,9 ':

    :

    '.2 0'.·3 ':'.3hlO :·3h30 ':lh2eP~·2h40 ':

    '..

    :

    '.·:: 58,8:: 8,2 ::· . .': 56, l': 9 t 7 '::~227 :~25,2'~': 142 ': 13 , 8 '::: 25,8:: 8,6 ::· . .': 39,3 ': 6,9 ':

    2

    '41

    1"

    ~

    ': 1!'.·'.·

    '.·

    '.·

    '.·54 ':

    31

    '.45 ,:·19 ':

    ··

    '.•

    '.·

    '.·

    '.·'.·

    48 ':

    '.38 ,:•

    81 ':

    36 ':

    '.·

    '.•'.·'.·

    '.o'.•'.•

    28 2':, '.•25,6':

    32

    ··

    '.·33,4::

    , .27 ':41,9::·47,8':'.14 ,:

    •26,6': 25

    :

    '..

    ..••••

    ..· ': 1960: '::: 1:: 6-7 ::56,4::59 ::.. ., . ..: 2 ': 17-7 ':39 ':69 '::: 3 :: 17-7 ::58 ::72::.. . . .': 5 ': 1-8 ':62,1': 77 '::: 6:: 4-8 ::20, i:68 ::.. . . ..: 8 ': 5-9 ':34 ': 78 ':': ': ': ':.: ': ': ': .: ': .: ': ': ': '. '.:~-l~,~--=;;I":=·;:-;: ~r-'-:::-:2-8-,6-:~~-7-8~:~-2-2-~-5..:.~--.13-,-5-:-:-~ -5-3-"':'::--1-5---::~.:"-1--!-T~ ,6~ -1-,3--:~-0-h-2'-O-(2--}.---3-~-4-5-:';"'~-~,2 .~ -lh30.r,; 2 ,; 3 8 ';54,5;65 ,; 35,5'; 8,5'; 102 ': 5 ': l ,; 56,1'; 7,3 :~ Oh4~~ 2h40'; 4

    14 ,; il ,;

    :: 3 :: 18 8 :: 98,0:: 81 :: 79, ~:: 50, O:~ 40 ,: 75'~ 3 :: 23 6 ::14 :: 2h40 ,: 2h30::14,5 ': 19::,; 4 ,; 2-9 ;53,3;86 ;46~3),; 15,3': 30 ,; 30 ': 4 ,; n,7'; 7,1 ,; 6h40 ,; 8 ';;Z=;g ,; 18 ,;===========================~=============================~============================~=~===~===

    Nota (1) 4 signifie : pluie supérieure à 20 mm 4 jours auparavùnt(2) Ruissellement partiel(3) Averse double

  • 1111111111111111111

    - 15 -

    Durée totale du ruissellement TrDébit maximal ~aD2bit maximal Q'M rapporté à un volume d'écoulement de100 000 m3

    Les conclusions que l'on peut tirer de la Ccun-pagne.196l confirm~nt ce~les de la ci~apagne.prêoédente, ence qU1 concerne l'èVolut10n des orues o La Methode des hy-drograrames unitaires ne s'adapte pas très bien au bassindu NIEB8DODE ; les différentes crues observées, bienqu'ayant entre elles une certaine parenté, ne peuvent sedédtüre par simple affinité. La fOl"me des hydrograrmîleset la durée du ruissellement dépendent dans une trop largemesure de l'intensité des préoipitations, de leur r8parti-tion sur le bassinet également de l'état de saturationinitial du terrain.

    Ce fait s'explique par l'absence de relief trèsmarqué : le ruissollement est relativement lent et le stcc-kage d' ea.u à la surface du terrain t important. Une partieprobablement non né~ligeable du bassin a un régime d'écou-lement "micro-endore.ïque", tout au moins pour les faibleset moyennes averses. L'eau de pluie ruisselle d'abord versles petites dépressions du sol pour y former des flaqueset des mares qui restent indépendantes du réseau hydrogra-phique. C'est seulement dans le cas d'averses intenses etprolongées que ces mares débordent, communiquent entreelles et finissent par trouver un exutoire vers le réseauhydrogra.phi~ue.

    On conçoit donc que la superficie effectivementdrainée par le réseau hydrographique du NIE:BSDODE variedans une assez largGmesure avec la saturation du terrain,autrement dit avec l'état de remplissage des flaques etmares qui parsèment le bassin.

    On cOTIlprend ~galement que la répartition spatialedes averses a une ll~luenoe marquée sur la forme des hy-drognammes de orues. Une averse excentrée dont le noyauintense frappe une zone p~riphérique ma~ drainée, engendreraune crue d'évolution plus lente qu'une averse tombant surla partie centrale du bassin où le réseau hydrographiqueest mieux dessiné. Ce phénomène classique prend ici uneimportance particulière, du fait de la lenteur du ruissel-lement ..

  • 1111111111111111111

    - 16 -

    Dans ces conditions, il est difficile de définirun hydro.gr3l11Il1e w1itaire qui soit vraiment typiCiue du bassinversant. Cependant, Itex~ulen du tableau des caractéristiquespermet en première approximation de re"Genir les valeurssuivantes pour les crues importante8, ctest-à-dire dW1s lescas où le ruissellement tend à se généraliser :

    Temps de rèponse : ~

    Temps de montée, plus vari~ble que le temps de réponse,mais du m~me ordre :.3~ ,environ.

    Temps de base, ou durée totale de ruissellement: 18 heure:

    - Dêbit de pointe r.~iDPort2 à un volume d'é~oulement. de100 000 mj : 6 m~~ environ (les valeurs observées va-rient entre 4~ . mJ/s';= 0ë11es qui d

  • ======~==================================================~

    17 ...

    , ===~==;=============~=====~===:==================:=======~

    affectant d'un coefficient de pond~ration variable avecleur antériorité. On peut espèrer qu'un tel indice de satu-ration pOUl1 ra ~tre ébauché après une troisième c3mpagned' obsel1 vation.

    "c

    ,.,·C

    .,,

    .,.

    .,t

    110 mm0,8593,5 mm30 %28 I1ll11

    600 000 IIl3

    ;36, m3js.1 675 1/s.1an2

    Pour la crue déoenl1ale, l'évaluation est plus in-oertaine. On pourl1 a provisoirement admettre un coefficientd'écoulement de 30%, compte-tenu de la valeur de 25% re-lative à la crue du 17 Juillet 1960 (pluie de fréquenceannuelle, saturation bien établie)~ Cette estimation estpeut-~tre un peu forte t mais jusqu'à plus ample informé ilconvient de rester prUdent.

    4 - Esti.mat~~d~ crues e_xceptio~~.!e~

    En s'appuyant sur les considérations précédentes,l'estimation des crues exceptioru1elles se r~nène à un cal-cul simple, résumé dans le tableau c;-dessous, dont lesrésultats ne devront pas ~tre utilisGS h~tivelilent, sanstenir com2te des remarques qui suivent :

    Aotuellement, nous propocons d'adl1lettreun coef-ficient d'écoulement de 15% pour la crue annuelle. Cetteestimùtion s'appuie sur la crue du 1er Aodt 1960 (pluie defréquenoe sensiblement annuelle t conditions de satlœationmoyennes, Ke ~ 13,8%) et celle du 18 Aodt 1961 (pluie defréquencequinquel'lnale, état de satl:Lration assez faible iKe ~ 14%).

    .; :: Crue annuelle :~ Crue décennale:~---------..----...---~-----.. --------------...- -----------...",>,--~- .. ,~.'. ". '. ..

    • • 0 •

    ·:Pluie maximale ponctuelJ.e: 60 mm ':.: Coeffic. de réduction ,: 0,80 ::• • •':Pluie moyenne sur B.V • ': 48 !IlJ.ll .::: Coefficient d' écot.1lement:: 15 % ::· . .·:Pluie nette: 7,2 mIll ':::Volume d récoulement: 155 000 .ro3 ::';Débi t maxima.1 de orue ': 9,3 Ill3/S ,;'::Débit specif. de crue ': 430 lis .icm2 ':· . .

    1111111111111111111

  • 1111111111111111111

    18 -

    Nous avons supposé que l'averse utile n'excèdaitpas la durée unitaire; cette hypothèse très plausible? sur-tout en ce qui concerne la crue annuelle, ne nuit pas sensi-blement à la precision du calcul dont le point faible restela détermination du coefficient d'écoulementt

    On reIilq..Tquera que la crue annuelle du tableauci-dessus (9,3 mj/s) est inféri~ure à la crue maximale dechacune des années 1960 (10,5 mj/s) et 1961 (14,5 m3/s) cequi peut paraïtre à priori légèrement suspect puisque ces.deux années ont eu une pluviosité inf8rieure à la moyenne c

    On a admis que la crue annuelle résultait de laconjonction d'une averse de fréquence annuelle et d'un étatde saturation moyen. Cette supposition légitime pour denombreux petits bassins versants expérImentaux, n'est sansdoute pas très justifiée pour les bassins de BOULSA où lasaturation joue un rOle important. En toute rigueur, ilaurait fallu établir non seulement la loi de probab~litéde dépassement de telle hauteur d'averse P , mais éga-lement la loi de probabilité de dépassement dé tel étatde saturation caractérisé par un indice la , comme il aété dit plus haut. Parmi tous les couples de valeurs(p, Is) dont la probabilité globale de dépassement seraitde SQ%, il y aUl~ait eu lieu de choisir celui ~ui conduiraitau plus fort dsbit de orue. Les données eJ::périmentales né-cessaires pour un tel calcul sont encore très insuffisantes~Aussi n'avons-nous pas essayé de l'entreprendre.

    Cependont, on peut en J?rem~ère approximationadmettre qu'une averse de 50 mra

  • .: ...._ae..-__ ..... _ ........... .: .: .:

    ===================:=====~===============================

    ,"•1961'.•

    19 -

    480 1/sokm2

    l 675 l/s ,laisoitsoit

    1960'.•

    ••Crue annuelle- , - ----.-.-....-..-Crue décennale :- ..

    '. '. '. '.:Volume total des apports • 000 m3 • m3 •'. 625 '. 365 000 '.• annuels · • ·'. '. '. '.• • • ·'zLar.le d'eau écoulée '. 29 mm '. 17 mm '.· • ·::Pluvioraétrie moyenne de '. '. '.· • •'. 725 mm '. 685 mm '.': l'année s/le B.V .. • • ·'. '. '.· • • •': OoefficienJG d'écoulement '. % '. % '.• 4 • 2,5 ·'. annuel '. ': '.• • ·::Déficit d'écoulement '. '. '.· · •'. 696 mm '. 668 mm '.· annuel • • e• ·· •

    '.•

    La ~récision est de l'ordre de 15 %pour la crueannuelle et de 25 %pour la crue déceru~ale~

    Les apports annuels en 1961 se sont strictementlimités au volume global d'écoulement des Cluatre crues quiont été étudiées précédemment. Ce volume l"essort à365 000 mJ , valeur très inférieure à celle de l'année pré-cédente, en raison d'un déficit pluviométrique aggl"avé. Letableau ci-dessous établit la comparaison des deux bilanshydrologiques annuels :

    . =================:::==========c:============================='

    On voit que le volume des apports annuels esttrès &ensible à la pluviométrie de l'année. Une diminutionde 40 mm du total des pluies de 1961 par rapport à celuide 1960, soit un écart de 5,5 %, conduit à une rêduction de40 %des apports annuels.

    Ce calcul montre une tendance très nette qui aété souvent observ~een régime soudano-sahélien, mais iln'a dans le cas présent qu'une valeur indicative, car larépartition des précipitations dans le temps joue égalementun rele important. Une seule pluie de 60 nw, par exemple,donnera lieu à un écoulement notable, tandis que quatrepetites pluies isolées de 15 mm resteront totalement impro-ductives. Il peut donc arriver qu'une amlée de faible plu-

    1111111111111111111

  • 1111111111111111111

    - 20 -

    viosité bénéficie d'un vol~le d'apports excédentaire, siles rares ohutes de pluies observees se sont groupéesd'une façon particulièrement favorable. M~is il s'agit là,à vrai dire, drQ~e éventualité assez rare.

    Eh f~it, le volmûe d'sooulement annuel peut ~treconsidéré connlle un résidu aléatoire. L' ~;vapo-transpirationpotentielle du bassin est, en effet, nettement supérieure àla pluviométrie annuelle et gr~ce aU stock.:'l,ge de surfacecréé par les nmres et plaines d'inondation, elle peut ef-fectivement absorber presque la totalité des précipitations.

    Si la fraction du volume précipité qui donne lieuà ruissellement superficiel est très faible, il ne faut pasen d8duire que l'infiltration profonde est plus favorisée.Il est certain ~ue la proportion des apports de la saisondes pluies mise en réserve à une profondeur suffisantepour ~tre encore disponible en Avril et en Mai est trèsminime. Le vollli~e des eaux d'infiltration qui s'échap~edu bassll1 versant par cheminement souterrain, parait egale-ment très f~ible. En définitive, plus de 90% des trécipi-tations mot perdus par évapo-transp1ration directe ou dif-férée.

    Pour conclure, il nous est difficile, après seu-lement deux années d'observation, de donner une estimationcorrecte du volume d'écoulement en année moyenne. On pourra~rovisoirement admettre la valeur c~lculée pour 1960(625 000 m3), qui constitue probablement une estimationprudente. L'annde 1960 a été, en effet, légèrement défici-taire et n'a pas connu de orues très importantes.

  • - 21 -

    VI - AN~LYÊ~ de~_qg~~s!'~__~ I:0

  • . 200

    3,00

    00

    va L.61,ODe

    2,502.°0

    .~.;:;/ ~1o

    COURBE DES VITEsSES MOYENNESCOURBE DE LA SECTION MOUILL~E

    Le PDGORAYA à KOG H0 (St.ation nt 2)

    0,00 1,00 2,00

    Hlll/tellr il /'Echeil• •" ",ëtl"ëso.oa'---------..,---..:..:..::..::=--=-:~:::.=~...;;.;.;:~I.:.:.......,--

    1,50

    tLECTRICITE DE FRANCE.lNSPECTION'GtNtRAL~ POUR LA CooptRATIONHORB MtTROPOLlC!TUBE Ao DATE: 9-61 DESSINi: J. ",étdlyer Eft.!l1 1 1 1

    1111,1

    11111111111111

  • 0-t-_r--.&- r-- --:.:.;HII=u(,='=ur_";:-"...:./...::;·~="It=~IA=-e =e":...;;m=;=:tr~_

    o V.ltWrA C.,/cu/Ù.s ~i .pilrtir de !J ~ollrlJede.. Vm.

    VOL.S1.007

    1

    1

    COURBE 0 r~TALONNAGE

    Le POG·ORAYA à' KOGHO

    10

    20

    40

    30

    'f:LECTRICITt DE FRANCE.fNSPECTION GtNlRAU POUR LA COOPlRATION HORS MtTROPOLE. C! TUBE AO DATE': 9- 61 DESSINe.: .J .l'\étayel' ECI,!C 1 1 1 1

    1111111111111111111

  • . ===========:::='==========::::===========-========'======================='

    ': ---_---.------': - ...__ ........_---_.: -------': --,..-- ....:---------':-...------_.-.'";.~

    ===~====:z===============================================:========

    '. '. '. .. '. '. ,~· 0 10 mm · 0 0 l · 14 • 10 · 25 ·'. '. '. .. ': '. '.• 0 · • 0 •'0 10 - 20 0 • 4 '. 2 '. 4 '. 10 '.• • • • • •'. '0 '. '. '. '.• 20 30 3 • l • 0 • l 0 5 •'. • '. .. '. '. "· 0 • • • · •'. 30 40 '. '. .. 0 '. '. 0 '.• • • · , · •" '. '. " " '. '.• 40 50 , , • 0 , , 0 ·'. " '. '0 '. ': '0• , • • , ·'. 50 - 60 .. " '. 1 " '. l '.• · · • • • ·'. " '0 '0 " '. '.• 60 70 , · , 0 · , 0 ·" .. '. .. " '. '.• • · • • • •'. 70 80 ., '. '. l '. '. l ..• • • • • · ·.: ------------_.:-------------': ......_-_....:-------':--------_.:---------_...... ~'. Total 3 '. 6 '. 18 '. 15 '0 42 '.• · • · • ·• • • • •• • • • •

    ':Septembre': Total '~': ':du18/6au30/9'~

    ': Juin ': Juillet: Aol1t: (dtl l8 au 3(1)) ': ':

    - 22 -

    On trouvera en annexe la carte d'isohyètes et leshyétogTammes de cette averse.

    Il est assez surprenant de constater que pendanttoute l'~lée 1961 une seule averse a provoqué un écoule-ment apprêciable à fa B~à~ion de kOGHO.

    Il s'agit de l'averse du 18 Aoftt qui a été deloin la plus importante et (lont nous avons dé ~à parlé àpropos de NIEBSDODE. Sa hauteur maximale a ête de 98 mm aucentre de ce dernier bassin et sa hauteur moyenne de 79,5mm sur le bassin de la POGOR.b.YA. Sa répartition a été assezhomogène r sauf à l'extr~me Nord du bassin de NIEESDODE.Llintens~tu a été élevée et a dépassé 110 mm/h aux troispluviographes pendant cinq à quinze minutes. La pluieutile a duré approx~lativement de 14h 20 à 16h 10, avecune accaLüie de 40 minutes de 15h' 05 à 15h 45. La satura-tion du terrain éta~~t incomplète : depuis mne semaine" iln'était tombé qtle deux petites pluies insignifiantes~

    Sur les 42 averses observées, on note une forteprédominance de petites précipitations inférieures à 20 i.îl.l ;Sept pluies sont supérieures à 20 mm et deux seulementdépassent 30 mm. Cette répartition est analogue à celleétablie préc(:;demment pour les relevés du pluviographe N° l(huit pluies supérieures à 20 mm et trois supérieures à30 mm).

    Pluies'.•'.•

    1111111111111\

    '\

    111111

  • 1111111111111111111

    23 ~

    La crue du 18/19 Aot1t peut ~tre considérée CODliileunitaire, la dur~e de la pluie utile ~yant été de lh 50 1c'est-à-dire inférietu:'e à la mO.itié du temps de montée mO~'enque nous examll1erons plus loin. Elle a cODlporté W1e pre-mière phase drune demi-heure environ pendant laçuelle leniveau est monté :r:apidement, puiii3 une pha.se de ralentissementqui s'est prolongée pendant 2h 30 et au bout de laquelles'est amorcée enfin le:. montée princj.pale de la Orue. Celle-ci a culminé avec un débit de 19 mJ;s. à'2lh 10, soit 5h 20après le d:.~but de la montée initiale .. LI.oriGine de la crues'est située à la fin de la pluie utile. Le temps de ré-ponse a donc été un peu plus long que le temps de montéeet a été de 5h 45.

    Le bassin et le r6seau hydrogra.phique de la POGO-RAYA présentent des caractères très ru1alogues à ceux duNIEBSDODE. Les considérations que nous avons assez longue-·ment développées sur les crues de ce dernier restent doncentièrement applicables ici~

    Si l'on compare l'unique crue de 1961 aux ~uatreorues principales enregistrées en 1960, on constate a pre-mière vue que leurs hydrogrammes respectifs sont loin dese déduire les uns des autres par simpleaffinité ,. cornIllele voudrait la méthode des hydrogrammes unitaires~ On notetoutefois entre eux un air de famille certain. Les diffé-rentes phases de la montée qui ont été décrites plus hautse retrouvent très nettement sur les hydrogrammes du18-19/1/60 et du 1/8/60. Les temps de montée sont presquetous voisins de 5h 15 ; les durées totales de ruissellementoscillent entre 16 et 20 h. C'est d~s la pGriode de décrueque l'on constate les .disparités les plùs marquses d'unhydro~aIl11i1e à l'autre. Celui du JrS-60, par exemple" aune decroissance beaucoup plus rapide que celui du 1~19/8/6Jprobablement parce que le premier correspond à une aversequi a touché essentiellement la partie Est du bassin où leréseau hydrographique est relativement bien développé, tan-dis que le second résulte d'une averse plus homogène quin'a pas épargné le Centre et le Nord du bassin moins biendrainés. La r::parti tion spatiale des averses joue donc unrOle important, comrae on l'avait d{;jà noto pour le NIEBSDODE,

    Dans le tableau ci-après, on trouvera condenséestoutes les valeurs caractéristi~ues de l'unique crue de1961 et de celles de l'année prec~dentee On a utilisé lesm~mes notations que plus haut.

  • ----------~--------

    VALEURS CARACTERI~TIQUES DES CRUES.de la POGORAYA à KOGHO-- - --~

    (82 km )

    ====:================================================~==========================='~===============~-: N°-: Date : PM -: K ,:p moy': Pu -: lu ': tu ·:ta(l}-: Ve : Ke: t m ': t n : Tr.: % ': Q'M::-': ::-inm ::-%::Iiiîn-:: rnm:min7!i::miriut::·fôurs::·ro3m3::- % ':heuraihet~es::heurë: m37s:: - m3:;S-;:•• • •• • • • • • • • • • • • ~ :.i.,i,JO oOOm-·':--: : ..:-.._.:--.-.....: .: .: --': ': .: ': .: .: : .:.... .:

    - '.•

    ··'.

    ··

    ··-.·

    ..·

    6 2,5,2

    4,353,7.54,955,25

    .Q ••· .· '.: 6,2 ,:· .:14,3 ::~17,6 '~

    -:17,6 ':

    :40,5 ::· .': 2,8 :

    '..3h50:: 4h15 ::· .5h20-: 5h30:

    3h20:: 4h4#~ 16· .5hlO': 4h45 -: J.65h10:: 5h15: 19· ':3h30-:12h30 ':

    -.·-.·'.·'4 :: 99,5:: 3,6 ::· . .1 ':273 ': 9,2:

    l ::403 ::13,3::ï(2);467;J.5,3 -;

    2(2):819 ::16,6::· . .3 ': 53,4': 1,7 ':'.·

    '.·

    '.•'.·

    '.·'.·

    ..·

    ..•

    '.··•'.·'.·60:: 33,6,: 26,3: 44 ': 36· . . .69': 36 ': 35,2: 60 ': 3564:: 37 :: (33 ,3): (22) ': (90) ::· . . . .64': 37,2-: 19,5-: 62: 19

    74:: 60,i: 48,5:: 47 ': 62· . . .64': 38,9-: 29,7': 51 ': 35

    '.•56,4::

    •52 -:'.58 ,:·58,5':81, i:

    •60,7':

    -: 1960 ':'.. .,: 1 ,: 6-7 _:.. .': 2:17-7 -:

    :: 3 ::17-1EYi:•• •': 4:18-19/7::: 5 :: 1-8 _:•• •': 7 ':25-8 ':'. '. '... ..-:: :: 1961 ':.. .': 1 ':18-19;8: 98

    '... '... .--.. '. ..•• •'. '. '.•• •': 81': 79,5-: 61

    '. '. '. '. ... '. '. '. "...!..-. ~_._;;. .;;...., • _~_~~__""o>___ _~________..- ~., .-__ •__ ••• '. ". '. '. '0 '. '. •• • • • • Cl •• •

    ::

    ..·-.•'..

    ·•'. '0 '. 0· . . .: 5h20': 5h45: 20 ':12.··

    7,4···•

    '. '.· .':501 ':3

    ·•'.·'.•···•

    -.·: 75

    '.·•···': 49'.·'.·

    •·•••·•••• ==================================================================================================Nota (1) 4 signifie : "Pluie supérieure à 20 mm, quatre jours iJ.uparavcmt"

    (2) Pluie pr:liminaire 3 heures avant l'averse(3) Averse double

  • 1111111111111111111

    - 25 -

    Bien qu'il ne soit pas possible de définir W~véri t2.ble hydrogramme unitEdre, lJour les r2.isons dé jà si-gnalées, ll6x~men du tableau des caractéristiques permet dedGgager certains ordres de grandeur valabJ.es pour les cruesimportantes ayant donné lieu à un ruissellenmnt gbnéralisé~

    Le temps de montée est voisin de 2.1.?;].~- Le temps de réponse est plus variable (contrairement à

    celui du NIEBSDODE). Il reste compris entre Ah 45 et5h 45. Sa valeur moyenne est comparable à ceITe du tempsCiëïiiOntée.

    - Le temps de base, ou durée totale de ruissellement, estcomnris entre 16 et 20 heures. Sa valeur moyenne, 18heures, est semo1râOre à celie du NIeBSDODE.

    - Le débit de pointe, rapporté à un volume d'écoulementde 100 000 mJ, var1e entre 3,8 et 5,2 m3/s, si l'on ex-cepte une crue d'importance secondalI'e. On admettra5 m3/s, valeur observée pour la plus ,forte crue enregis-trée.

    Reste à définir le volume d' éc.oulement des cruesen fonction de l'importance des averses. Cette questionapparait délicate et m~me assez déroutante. En 1960, cinqpluies comportant des maxinlums ponctuels de 52 à 61 mm onteu des coefficients dl~coulement étalés entre 1,7 et 15,3 %~En 1961, les averses du 3 Aodt et du 2 Septembre qui onteu des maximums ponotuels de 54,5 et 58 mn

    inlont donné

    lieu à aucun éooulement. On voi~ donc que a saturationinitiale joue un rele très important,. plus encore peut-être que pour le bassin du NIEBSDODE, Il faut noter cepen-dant que la pluie.du 3 Aodt 1961 a été assez hétérogène(coefficient de réduction de 52 %) et que celle du 2 Sep-tembre 1961 a été scindée en deux ondées décalées de plu-sieurs heures, Il n'en reste pas moins assez·surprenantque les écoulements de oes deux pluies qui n'ôtaient pasnégligeab~es à la station de KOGH1ŒRE (respectivement56,1 x leP et'7l,7 x 103 m3), ne soient m~me pas p&rvenusjusqu'à KOGHO, situé à 4 km en aval. On se rend ainsi bienconlpte de l'ampleur des débordements qui laminent considé-rablement les crues dans leur cheminement vers l'aval.

    Quel coefficient doit-on adopter pour la crueannuelle? Compte tenu des enseignements de llannée 1960qui a connu des conditions de saturation plus voisines dela normale que 1961, nous proposons un coefficient de12,5 %, un peu inférieur à celui de la crue du 18-19/7/60

  • ========;=;=========~========~==========================

    26 -

    Nous rappellerons également les remarques quenous avons faites pour la détermination des crues exception-nelles du NIEB8DODE, remarques qui restent entièrement

    Une fois admise les valeurs du coefficient d'écou-lement, le calcul des crues exceptionnelles s'établit trèssimplement. On devra cependant se garder d'en utiliser lesrésultats trop h~t;ivement, s,ans tenir COlil]te des réservesque nous signalons plus bas.

    •.

    '. "G60 mm . 110 mm •'. '.. .0,65 ': 0,80 ':

    " '.39 mm .: 88 mm ,:• •

    12 ,5 % ': 20 à 25 cfo ':'. ·414,9 mm .: 17,6 à 22 mm ,:

    400 000 m3 ';1,44à.l,Bxl06m3 .;20 m3/s :: 12 à 90 m3/s ::

    245 lis .km2·;880 à llOO:I/s~

    ··'.•'.•'.•'.•••

    '.•'.·••'.•

    : Crue annuelle': Crue décennale:.:-------....---....:--- .. l'l"'--~--~.~maximale ponctuelle ,~

    ·réduction ':

    ~=========================~=~===========:==============='

    '.•'.·

    Nous avons admis dans les deux C~8 que l'averseutile n'excèdait pas la durée unitaire. Cette suppositionest tout à fait vraipomblable et ne, nuit pas à la préci-sion du calcul. Il est à remar~uer, dlaillol~S, que desaverses plus longues que la durée unitaire conduiraient àdes dêbits de crue moiris élevés.

    quia bénéficié de conditions trop favorables. Ce coeffi-cient est égaJ.ement légèrement plus faible Clue celui adrâspour la crue annuelle du NIEBSDODE, de façon à tenir comptedes pertes accrues du réseau hydrographique.

    En ce qui concerne la crue d'3cenI.!-é.le, nous manquonsd'éléments pour déterminer avec quelque pr8cision son coef-ficient d'écoulement. Il est certainement assez inférieur 'à celui du NIEBSJ)ODE (30%) et sc situe vraisemblablement en-tre 20 et 25 %.

    4 - ~~~!~~~~_~~~_~~~~_~2~P!!2~~!le~

    '.,:Pluie•'s Coeffioient de'.,: Pluie moyenne•:Coef'ficicnt d'écoulement::Pluie nette•':Volume d'écoulement'..;Débit maximal de crue':Débit spécifique de crue:

    1111111111111111111

  • 1111111111111111111

    27 -

    valables ~our la POGOR~YA. Nous avons supposé que la crueannuelle (ou dècem1ale) résultait de la conjonction d'uneaverse de fréquenoeannuelle (ou décennale) et d'un étatde saturation moyen. En toute rigueur, il faudrait consi-d8rer tous les couples "hauteur d'averse - état de satura-tion" dont la probabilité de dipassement est égû.le à 50 %(ou 10%)~ et examiner celui qui conduit au débit de cruele plus elevé. Une telle étude serait évidenmlent prématuréeavec les éléments dont nous disposons actuellement, maison ne devra pas perdre de vue le caractère provisoire denos estimations.

    En oonclusion, on pourra jusqœ'à nouvel ordreadopter le s valeurs maxJ.males suivantes :

    Crue annuelle : 20 m3/s , soit 245 1/sj1~2

    Crue décennale : 70 à 90 m3/s , soit 850 à 1. 100 lis ..lan2

    5 - !~~2~~~_~~!~

    Les apports annuels en 1961 se réduisent au seulvolume d'écouleIllent de la crue 'du 18/19 Aoftt, soit 501~OOV ~I~En proportion des apports de l'année 1960, ce volume ~stencore plus faible que ne l'Jtait colui du NIEBSDODE. Lacomparaison des deux bilans hydrologiques annuels de laPOGORAYA s'établit comme suit:

    . ==O=====:=f::========:!:=====::::===:r;~:::====:e======:::;:===~============''. ': '. '.• 1960 • 1961 •'. '. ': '.• • •------. ._- ....--... ---...------'. '. '. :• • •.: ... Volume tota~ des apports : 2 215 000 m3 ': 501 000 m3':'. annuels '. '. '.· • • •..écoulée '. '. 'z• Lame d'eau • 27 ZlU'l1 0 6,1 mm-'. '. '0 '.• • · ~': ... Pluviométrie moyenne de ,0 '. '.• 775 l'IlITl • 675 mm •" l'année s/bassin versant '. '. '.• • •'. d'écoulement '. '. '.• Coefficient • • •- 3,5 % 0,9 %.. .. '. '.• annuel • • ·'. '. '. ..• • • ·.. Déf'icit d'écoulement '. '. '..- • 748 mm • 669 •': annuel '. '. mm '.• • •

    • • •• · •=======%========e==========~===~:=~======================

  • 1111111111111111111

    - 28 -

    On retrouve enoore accentuée la tend~~oe d~jàsignalée, à savoir que les apports annuels varient consi-dérablement avec la pluviométrie. Une diulinution de 100 mmdu total des pluies de 1961 par rapport à oelui de 1960fsoit un éoart d·· 13 %, conduit à une réduotion de plus de75 %des apporto Wll1uels.

    Le o&raotère résiduel et aléatoire de l'écoulementannuel, déjà noté pour la NIEBSDODE se oon~irme et memes'aggrave pour la POGOR1,YA. La ~raction ruisse12illte desprécipitations est très faible. Celle qui s'infiltre pro-fondément et chemine souterrainement hors du bassin vorsantest vraisembl&blement encore plus infima. En définitivesprès de 95% des précipitationsront perdus par évapQtrans-piration direote ou dif~érée.

    Il est difficile de fixer dès à présent un ordrede grandeur du vollli~e d'écoulement en année moyenne. Onpourra admettre en première approximation un "volume de2 000 000 m3, voisin de celui calculé pour Itannée 1960qui a bénéficié d'une pluviosité nornlale. On devra cepen-dant se souvenir ~ue ce volume d'écoulement est sujet àune très forte irregularité interannuelle o

  • 1111111111111111111

    - 29 -

    VII - ETUDE de l'ECOULEMENT du KOULOUOKO à NIEGHA (1 010 km2)~.~ .. -~. -~--.~... ~l - Mesure des débits

    --~~------~--~-~-

    Depuis la campagne 1960, l'écoulement au droit dela station de jaugeage de NIEGHA a été modifié par la cons-truction d'une chaussée submersible. L'étalonnage a doncdQ ~tre repris entièroment. Dix jaugea.ges ont pu €tre ef-fectués, dont les résultats sont réunis dans le tableau ci-dessous :

    . =cs=c==--=;;;=cc;=;=:~=~=========e=========%=c===========c=====~=====':Hauteurs':117 5':120 5':121 5':122 5':129 1!::':130 5':136 5': 138 ': 141 ': 147 ':'. (cm) '. , '. ,.. , '. , '. , .-1'0 , '0 , '00 '. '0• • 0 • 0 • • • • • • •·: ...-------·:-...--·: ......---·:--....--·: ...--~~·:---- ...·:----..-·l..- ..--.:..-----.: ..----.: ......- ....:'. ,.' '. '. '. '. .. '. '. '. '. ..• Débits • • • 0 • • • • • • •':(m3/s) ':°,175':°,40°':°,600':°,52°': 2,08': 2,60: 5,18: 6,77: 9,25':16,95':• •••••••••••e=;=;=================;=============================================

    La plus forte crue observée en 1961 a atteint unehauteur de 1,62 m. La courbe d'êtalo1ll1age a donc dd ~treassez largement extrapolée pour les débits supérieurs à17 m3/s. On a tenu compte pour cette extrapolation des vi-tesses moyennes relevées au cours des différents jaugeageset de la superficie de la section mouillée. On a pu ainsicalculer les valeurs suivantes :

    ===~~=~==z========================

    'IHauteurs ': 150 ': 155 : 160 ': 165 ';'. (CIll) '. '0 '0 0 '0• •••••.: ---------.-":-...-.....~: ......_..,.......:-----_.: ----.....:': Débits: m3/s=~===============================

    La courbe d r étalonnage ainsi extrapolée demandera 'à ~tre vérifiée au cours de la prochaine campa~e de mesures.Le débit maximal de 1961 a été évalué à 52 m3/s, mais ildoit ~tre entaché d'une erreur de 15 %.

  • 1111111111111111111

    BOULSA _STATION N!!3

    Le 'KOULOUOKO à NIEGHA

    Courbe d" étalonnage1,00 m3/s

    0.80 1AID,GO

    /Ile0,40 / r~40 0,20 /q{/ln 0;;;--E 1,10 1,15 1,20 . 1.-25mc

    Q)

    A Cr~e l jaugeages complets /dl........é Decrue {...Q

    /-(1)A30 r-I1 1

    V20 !~- 11

    //

    10 i / T 1vr1

    ,,~

  • ~=======~============c====================~=====_================

    .: ---.....-..~---....-.: ..._,.- .........~.:-_.....- .......: -....._...~--- ... :-~........-.....-~_.: .....--....-..--...--.:

    . ==:============~==s==========;===z==;;=;=;==~=~======c==========='

    b) .&e..s••

  • 1111111111111111111

    - 31-

    :: :Bass1n:Su erficie': Rapport ': . .A.J2P~rts .l96Q. . :: • Apporjis_ 1961 ':· ': fkm2) ::super;1cie:'oVQlunl

    3e,: Ra~port::1VOQlum3e:: Rap~ort::

    .: • • ~ • .L: 6.m • 70 • 6.m · /0 •·: ..__.. ..·I_... ... ·: ....__~--.....- ...·: ..- ......_-- : ...........--...-.:-------.:------.:

    '. '. '. '. '. ': '. '.,:KOULOUOKO • l. 010 · ~OO · 1.5,15 • 100 29,97 • 100 •': '. '. '. '. '.• • · · · ·':POGORAYA '. 82 '. 8,1 • 2,215': 14 '. 0,50 '. 1,65 '.· • · · · ·'. '. '. '. '. '. '. '.;1TIEBSDODE · 21,5 · 2,1 • 0,625 : 4- • 0,365: 1,2 ·• • •· • · · ·En 1961, les apports du NIEBSTIODE et de la

    POGORbYA sont, en proportion de leurs surfaces respectives,très inférieurs à ceux du KOULOUOKO beaucoup moins arrosé(contrairement à l'année 1960).

    f) !'pJ?,q~ts. Al~..IÇOULO~OKO en ann..é.e .D1ox;e~e

    On peut admettre grossièrement : 20 millions de m3valeur intermédiaire entre oelle de 1960 (pluviométrie dé-ficitaire) et celle de 1961. (pluviom~trie excédentaire).

  • 11 - 32 -1 ~.~1.:l1s•.moxep.s_.j.o.urnaJ:he+~s+en ~...tŒ.

    du KOULOUOKO à ,:N;!f:iG;HA

    1 •t ,

    §h ,12~1

    =%==~=c=s===~======~==:==~=====~=~===================~=====~

    1 '. '. '. '. '. '. '.· Jours · Juin • Juillet · Aodt ,: Septembre,: Octobre ·'. '. ': .. '.• • • • · •-.----_.._-- ----..-.....- --------- ---------- ~--.......- ~------': '. '. '. -. '. '.• • • • • •1 '. 1 '. '. 0,79 • 2 t OO '. 1,00 '.• · • · · ·'. 2 '. '. 0,75 '. 1,95 '. 0'88 '. '.• • • · · , · •'. 3 '. ". 0,08 • 2,08 '. 13,60 '. '.• • • \ • • •1 ". 4 '. '. ° '.

    10,20 .. 41,04 '. '.• • • • • · •'. 5 '. .. 0 .. 9,20 '. 22,30 '. '.• • • · • · •.. 6 '. 0 '. 5,54 .. 12 ,80 '. '.• • ': • • • •'. 7 '. '. a '. 4,30 '. 8,60 .. '.1

    • • • • • • •'. B '. '. 0 '. 3,04 '. 7,08 '. '.• · • • · · •.. 9 .. '. 0,62 '. 2,25 '. 5,00 '. '.• · • · · • •'r 10 '. '. 4,25 '. 1,75 '. 4;50 ': '.• · • • ·1 '. Il '. '. 5,00 '. 3,25

    .. 5,40 '. '.• • · • • • •'. 12 .. '. 3,50 '. Il,66 '. 6,75 '. 'z• · • • · •'. 13 '. .. 2,25 • 13,30 '. 5,35 '.· • • • · •1 · 14

    .. '. 8,58 '. 7,08 '. 3,30 ..· · · • • •• 15 '. .. 14,04 '. 4,50 '. 2,20 '.· · · • · •'. 16 · '. 5,24 '. 3,95 '. 1,90 '. '.• • • · · • •'. 17 '. '. 3,04 3,30 '2 1,00 '. '.1

    • • · • ·'. 18 '. .. 2,50 '. 2,30 ': 0,75 '. '.· • • · • •'. 19 · '. 1,46 '. 1,38 '. 0,58 '. '." · • • • • •'. 20 '. '. 0,58 '. 1,25 '. 0,25 '. '.,. · • • • • •1 " 21

    .. '. 0,12 '. 1,16 '. 0,16 .. '., . • • • • • •,'. 22 '. , .. 0,21 l,54 '. 0,04 '. '.• · • · · ·.. 23 '. '. 1,04 '. ' 3,62 .. 0,54 '. '.• • · · • · •'. 24 '. '. 1,,91 '. 6,10 '. 0,62 '. '.1 • · ·• • • •'. 25 .. '. 2,25 '. 4,50 '. 0,58 ': '.• • · • · •': 26 .. a .. 1,75 '. 3,90 '. 0,37 '. '.• • · • • •'. 27 '. 0,58 '. 0,95 '. 3,37 '. 0,25 '. '.

    1• • • · • • •'. 28 '. 4,67 .. 0,41 '. 2,50 '. 0,08 ': '.• • · • • •'. 29 '. 2,25 '. 0,16 '. 2,30 .. a '. '.• · • • • • ·'. 30 :Or 1,04 '. 0,50 '. ),10 '. 0 '. '.• • • • • ·

    1 ': 31.. '. 0,83 '. 2,00 '. '. '.• • • • · •.:----..------~.: ...- ...- ....--......,--------- :-_.._- ....-_.:------_.:---------':

    '. D4.bit '. '. '. '. '.· • • · • ·'. mo~ren '. 0,28 '. 2,03 '. 4,14 .. 4,89 '. '.1 • • • • · • •mensuel • • • •· · • •======~=====================~============3==================

    1 Débit moyen annuel 0,95 m3/s

    11

  • 11111111111I-I111111

    BOULSALE KOULOUOKO A NIEGHA

    Dt:BITS MOYENS JOURNALIERS EN 1961

    15-+-----~ ___'_ ~ *_--------1

    1Q'+------------+-----f---If-----Ht'---------

    5 - r --:-,r .- -- _-1 11 11 1 11 1 11 1 11 1 11 1

    j- .- ~-, 11 i 11 •. l 1

    --....; --- - ---- - LJ - ~ -1--";'--0 l 1u ~ U! fl?oi.s1

    J A S 1 0M J

    [) J{ S -1 [) J'IJ 1Ao 1DATE: 25-7-62 OESSIN~;.T· '1ètéJyet' 1va L 61029

  • .: -------_...__ .: ------.-.._---':---........-_ .... : .---------":-----....-...-.: -----------_.:

    .:--~---- .....:--..~-_ ...-......-..-_--...__....,: .......-...._........... ,: ....------_....:-----------':

    =.===~=~==========;=~=;====:====~========~==~=========~cm==:=;==

    - 33 -

    ••

    "•

    '.•

    '.•'.•

    '.•".•".•'.•'.•

    '.•'.•

    41

    1612

    432

    1

    2

    1

    '.·9

    '.3 •'.•4 ':'.o ·'.•o ':'.1 ,:

    •o ':'.o ,:

    •l(lllmr~••

    ••

    ••••••

    ·•

    ·a

    ".•

    ".•

    '.·

    '.•

    '.·'.•

    ':Septelilbre': Total du ':': ':18-6 au 30-9':

    l

    762

    1

    Aodt

    17

    '.•'.•'.•'.•'.•

    '.•

    '.·'.•'.·'.•'.•

    '.·

    51

    l

    1

    l

    l

    1

    11

    '.•'.·

    '.·'.•

    '.•'.•'.•'.•'.·

    '.•

    '.•,.•'.·

    4

    1l

    l].

    '.•

    Ce classement est nettement différent de ceux despluviographes NO 1 et S,sur les B.V~ de NIEBSDODE etPOGORAYA:on observe neuf pluies supérieures à 30 mm, aulieu de trois et deux respectivement.

    b) .E;t:.in,c i.J2,8;le..s p;~Et:r:s.e s

    Averse du 27 Juin = 37 nun à NIEGHA ~ Le. hauteur moyennesur le B.V. est lllconnue (totalisateurs pas encore ins-tallés). L'averse a été faible sur NIEBSDODE (16 mm en-viron) et sur POGORAYA (21 mm environ)

    - Averse du 9 Juillet = 58,4 mm à NIEGHA, Faible surNIEBSnODE (9 mm environ) et sur POGORliYA (10 mm environ).

    - Averse du 11 Juillet = 36,5 mm à NIEŒ1A. Elle a été in-signifiante sur NIEBSnODE et POGORAYA (2 mm environ)

    (Sur le Centre et le Sud du bassin du KOULOUOKO, la hau-teur totale moyenne des averses des 9 et 11 Ju~llet a étéde 35 lnm dl après les résultats des totalisateurs).

    10 mm':".·20 tI:,.

    30 " ,:•

    40 Il:'.50 Il:•

    60 Il ':':

    70 " '.•70 fi ':

    · Juin '..Pluies ; (Du lBau30} Juillet ,;

    Total

    ==~~=======K============~=====================Z================='

    3 - Averses et crues observées--------~-------~-----~--~

    .:;.) Classement des averses au pluviomètre de NIEGHA (16).... ._..... .

    '..: 0 -•

    '.•'.•

    '.·'.·

    ':10 -::20fi

    ':30 -'.·40 -'.·':50 -::60•

    1111111111111111111

  • 1111111111111111111

    - 34 -

    - Averse du li Juillet = 6l,6 mm à NIEGIiA. SUi~ le B.V c deNIEBSTIOTIË = J5 mm, StU~ le B.V. de POGORAYi~ = 27 mm. Surle Centre et le Sud du KOULOUOKO = 70 mm environo Surl'ensemble du bassin : 64 mm (y compris petite pluie du17 Juillet). Elle a produit "une des plus fortes crues dela campagne.

    - Averse du 23 Juillet = 28,6 D~ à NIEGHA. Sur le B.V. deNIEBSDODE : 25 mm. Sur le B.V. de POGORAYA : 18 mm. Surl'ensemble du bassin du KOULOUOKO = 35,5 mm (y comprispetite pluie du 20 Juillet), 30 mm environ sans la pluiedu 20 Juillet.

    - Averse du 3l Juillet = 44,4 mm à NIEGHA. Sur le B.V. deNIEBSDODE = 20 rlUll. Sur le B.V. de POGORAYA ::: 20 rarn e1'1-viron. Sur l'e1'1Semble du bassin du KOULOUOKO : 73,5 mm.(y compris petites pluies des 1er, 2 et 3 Aoat) , 40 mm.environ pour la pluie du 31 Juillet seule. La pluie du3 Aodt a été assez forte sur le B.V. de NIEBSDODE =35,5 mm et sur le B.V. de POGOR.AYA = 26 mm.

    - Averse du 10 Aodt = 62,0 mm à NIEGHA. Sur le B.V. deNIEBSDODE = 28 mIlle Sur le :B.V. de POGOR.AYA = 35 nun environ. Sur le B.V. total du KOULOUOKO : 80 mm (y oomprispetites pluies des 5 - 6 - 8 et II Aodt) , 50 nm environpour la pluie du la Aodt seule.

    - Averse du 18 Aodt = 6,7 rom s.eulement à NIEGH:l. Sur leB.V. de NIEBSnODE = 79,5 mm. Sur le B.V. de POGORAYA =79,5 ~n également. Sur le B.V. du KOULOUOKO = 70 mm (ycompris la pluie du 19 Aodt), 65 mm environ pour laseule pluie du 18 Aoat.

    - Averse du 2 S6,.I)"t..6ilbre. = 111,4 mm .à NIEGH.A. Sur le B.VDùü l\Tfiij3SITomr ....= 4 Wâ; Sur le B.V. de POGOR1-lYA = 44 mm"sur le B.V. de KOULOUOKO = .B .I1!!!.Averse du 11 Septembre = 49,1 mm à NIEGHA. Sur le :B.V.de NIEBSD.ODE = 3 mm. Sur le B.V. de POGORAYA = 5 mm. 0Sur le B.V. de KOULOUOKO = ?4 mm (y compris pluies des8 - 10 - 13 et 14 Septembre )., .3.2 mm environ pour laseule pluie du 11 Septembre. •

  • 1111111111111111111

    - 35 ~.

    c) Crues observées• .... ..-r

    Crue du 27 Juin aU 1er Juillet: Elle a été produite pm'rraverse èIù2r-;rüfiï~--r;ahaLlteur moye1ll1e sur le bassinversant ne peut pas ~tre calculée et il n1est pas pos-sible d'exaÏainer directement la repartition des précipi-tations, car les pluviomètres totalisateurs n'étaient pasencore en service. Le débit maximum a été de 6,0 m3/sle 28 Juin à 6h J soit le lendem.ain de l' averse 0 Le chif-fre élevé de N1EGHA tend à ll1diquer Que l'averse a étéintense dans la partie aval du bassin"

    Le temps de montée a été de 16 heures. La durJetotale de la crue a été de 6 jours, mais elle a été pro-longée de 2 jours par des petites pluies qui ont pertur-bé la déorue.

    Il est certain que seule une partie du bassin acontribué à l'écoulement à NIEGHA.

    Crue du 9 au·11 Juillet : Elle a été produite essentiel-!el1lent par fr-àvers'e du 9 Juillet et acoessoirement parcelle du 11. Ces averses ont été fortes, surtout sur ..l'Est et le Sud du bassin. Le d2bit maximum a atteint6 ,0 m3~ le 10 Juillet à minuit. Le temps de montée estde 3'7 eures, ce qui tend à indiquer que non seulementla partie aval du bassin, mais encore le centre, ontcontribué à l'écoulement. Mais la POGORAYA n'a pas vud'écoulement notable. La base très large de Ilhydrogram-me est due en partie à l'averse du 11 qui a beaucoupretardé la décrue, elle ne correspond pas à un ruissel-lement total.-

    - Crue du 14 au 21 Juillet : Cette crue a rencontré desconditions nètfement favorables, elle a été produite enpratique par une seule averse, celle du 14 Juillet,averse intense dans le Centre et .le Sud du bassll1, dG jàassez bien arrosés le 9 et le l~. Le réseau hydrogra-phique avait été rempli par la crue précédente, faitimportant dans cette région. 11 en résulte des pertesmoins grandes que lors~u'il est néce~saire de remplir aupréalable tous les marecages de ce reseau et la vitessede propagation est plus grande, mais le partie Nord duréseau où les averses du 9, du 11 et du 14 avaient étéfaibles ou moyennes, nra que peu contribué au ruisselle-ment. n ne s'agit donc pas d'un ruissellement généraliséce qui explique la forme aigu~ de l'hydrogramme~

  • 1111111111111111111

    - 36 -

    Le maxi~mum a été de 29.2 m3Ls le 14 Juillet à2.0 hcuros.

    Le temps de montée a été de 16 heures, COITlIlle dansla crue du 27 Juin (beaucoup plus localisée). La duréetotale de l~.crue a été de 7 jours ~ le volume écoulé :3 050 000 ~h'est pas trè~ élevé, il vie~t en 5ème rangrang, ceci tient au caractère local de l'écoulement etau fait que l'averse généralisée a été unique.

    - Orue du 23 au 22 Juillet : Cette petite crue a été pro-duiie par l'aversé aù 23 Juillet. Les précipitations unefois de plus ont intéressé surtout le Centre et le Suddu bassin. Le maximum a été de 2,3 mJjs 1e 25 Juilletentre 16 et 22 h.

    Temps de montée : 54 à 60 h. Durée tota1e de lacrue : 6 jours.

    - Crue du 31 Juillet au 10 Aodt : Cette orue complexe a étéproauite a Ia=lôis par 1es averses du 31 Juillet et du3 Aodt. La première, forte surtout au voi2inage de lastation'3a donné lieu à une première pointe très mollede 2,5 m /s le 1er AoQ~ à 17 h. Comme sur presq~e tousles hydrogr2~les, le debut de la crue est marqué par unemontée brusque ~ui correspond presque certainement auxapports de la région de NIEGHA. La crue principale dueà l'averse du 3 Aodt commenoe par une petite pointe dueà la région de NIEGID1, dans la nuit

    3du 3 Aoftt. Le maxi-

    mum de la pointe principale : l6~ m /s est atteint le4 Aodt à 15 heures. le temps de montée est de 25 heures.La majeure partie du bassina ruisselé et cependant .l'écoulement du NIEBSDODE n'a pas atteint la POGORAYA.Durée totale de la crue du 3 Aodt : 8 jours.

    - Crue du 10 ou 20 AoQt : Elle résulte de l'averse du 10AotIt et' accés'soirement ~ une série d 1 averses moins im-portantes qui ~e ,sont succédées du 5 aU Il Aot1t •. Le dé-bit maximum a ,été de 15,9 m3/s le 12 J~ot1t à minuit. Letemps de montée est de 58 h si on considère la premièrepartie de la crue, de 30 h si on ne tient compte que de~a partie la plus raide de l'hydrogl~~le, le manque depluviographes ~mp~che de ~récise~ si le début de lacourbe est dQ a une premiere ond8e ou s'il s'agit de laforme naturelle du limnigraphe. Il semble que la majeurepartie du bassin ait ruisselée l m.ais non la partie Nord.La durée de la crue a été de 10 jours environ.

    Cl) 2 950 000 m3 pour 16 seule pluie du 14/7

  • 1

    11111111111111111J

    - 37 -

    - Crue du 22 au ~Aoat : E~e est due à l'averse du 18Aedt et un'peù ac:èI!e du 19 Aoat. Cette averse a étéfaible sur le premier affluent rive droite, contrairementà ce que l'on observe d'habitude d'où une évolutiontrès lente, elle a été assez forte dans le Centre et trèsforte au Nord du bassin; c'est la seule averse pourla~uelle la POGORAYA ait coulé. Le débit maximum n'aéte ~ue de 7,4 m3/s le 23 Ao~t à 22 heures. Le temps demontee est mal défini, le dGbut de la crue n'est pas net.Le temps de réponse est très long (il .s'agit surtout desparties les plus éloignées du bassin). La crue de KOGHO19 m3/s, a. da. ~tre très amortie et s'est "noyée" dansl'hydrogra.mme ; la pointe aigu~ du 23 est due probable-ment à une averse 1008.1e proche de la station se super-posant à l'onde de crue, c'est la première averse dontl'epicentre ne ·soit pas sur NIEGHA ou le centre dubassin. La durée de la crue est d'une dizaine de jours.

    - Crue du 2 aU 10 Septembre: C'est la plus forte de l'an-iïée. EIre *es·"c·produite pàr une averse wlique, c elle du2 Septembre. Elle a été forte ou assez forte sur l'en-semble du bassin, très forte à NIEGHA. Le centre et sur-tout l'Est étaient favorisés. La hauteur moyenne sur labassin a été de 63 mm • Mais comme le montre lafaible valeur du débit de base t cette Cl"'Ue est tombéesur un sol peu saturé. La crue a. éts faible sur leNIEBSDODE. Il n'y a pas eu d1êcoulement notable sur laPOGORAYA. Cependant, il est tort probable que toute lapartie du bassin ayant reçu plus de 60 mm a ruisselé,or c'est la plus dangereuse, si la partie N~d avait don-né lieu elle aussi à des apports notables à NIEGHA, ellen'aurait pas aggravé la situation, ses apports arr1vantaprè~ la pointe principale. Le débit maximum a été de52 mJ~s. Le temps de montée est de 37 heures, le tempsQë réponse du m~flle ordre. La durée totale dé la crue estde 12 jours. Elle a été prolongée par une série de pe-tites averses du 2 au 6 Septembre.

    - Cr/1e du 10 ..a~ ...~~.J3.§3.l?-.tembre : Cette dernière orue de!Tannée a ete produ~tG par l'averse du 11 Septembre etaccessoirement par celles des 8, la, 13 et 14 Septembre.Elle a été légèrcm.8nt plus forte sur l'Est et le Centredu bassin~ A part la montée brusque du début, llhydro-)-~amme a été assez mou. Naximum 7,1 m3Ls le 12 Septembreà 18 heures'. Temps de montée : 6.6 heures. Du:rée totalede la crue : II jours ! environ ..

  • 1111111111111111111

    - 38 -

    Du 22 au 28 Septembre : On note une reprise temporairede I f écôùlément'fàri complètement le 21 Septembre, ledébit maximum nIa pas excédé 0,8 m3/s.

    d) Tablea~de~ c~ractéristiJLues des crues

    Bien ~ue la méthode des hydrogrammes unitaires nesoit pas applicable, il est nécessaire pour l~analyse del'écoulement, d'établir le tableau des caractèristi~uesdes crues. On le trouvera ci-après avec les m~mes sytilbolesque pour les baSSll1S précédents. Cependant un certain nom-bre de caractéristiques sont difficiles à définir, surtoutle temps de rsponse, le temps de montée, lrintervalle detemps t~ à la pluie précédente et le maximum Q'M corres-pondant a un ruissellement de 106m3 •

    En effet, les crues souvent complexes font inter-venir plusieurs averses, il est très rare que le ruissel-lement intéresse tout le bassin. Il n'est pas toujours pos-sible de localiser les écoulements, il se trouve qu'en1961 le bassin de la POGORAYA,peu arrosé,n'apporte pasbeaucoup de [email protected] sur le processus de formationdes crues, contrairement à ce qui avait été observé en1960. Enf~, pour le centre du bass~, peu accessible, .lestotalisateurs ne fournissent de données ~ue sur les pr8ci-pitations de plusieurs jours consécutifs.

    Pour bien comprendre la signification des tempsde montée et de réponse expérimentaux, examinons à nouveaules hydrogranunes bruts.

    Pour une crue venant de l'extr~mité du bassin,nous avons trois exemples dont un très llet celui du 2Aodt 1960 = temps de montJe : une trentaine d'heures, tempsde réponse : 67 heures.

    - la crue du 17 Juillet 1960 donnerait un temps de montéed'une cinqllantaine d'heures, un temps de rG:ponse d'unesoixantaine d'heures.

    - la crue du 18 Ao~t 1961 a un temps de montée de l'ordrede 60 heurès, un temps de réponse d'une centaine d'heures.

    Le temps de montée d2~s ce cas est donc comprisentre 35 heures 'et 60 heures, mais dans les cruos les plusfréquentes de l'année 196~, ce sont surtout les crues duCentre et de l'Est du bass1n qui ont été prépondérantes~

  • ------------------VALEURS CARACTERISTIQUES des CRUES du KOULOUOKO à NIEGHA

    • u .. (1 010 km2)' -

    . =====~===~=====c======~==================~==============================~====~=~============---~': Date de la: Date des .: PH ': K:Pmo : ta: Ve ': Ka .= t m .: t: Tr .: % .: 00 .: Q'M l •• crue .• averses'· '. .. Y.. • .':l'---J>'. '. '. p '0 '0 ,. ,.~. Im:r>not ,:". • - •• ... .--,;r---.... o-'=-'- --r-=----: eYr\'...ImJ.~·C· • .~..,. •'. • '. mm '. 70 . '. mm. J0UJ:S• ..LU" m '. ,0 ,.Lloun;sheures .. jours..m..../ s.mj/s,.. '•• • D • • • • • • • • ~O~ e_____ ~

    -_.':---':--':---':-_.':~':-._-':---':--':---':-------':---':----":66 :: 90/26::· .

    (50) ':57/45/20:(4-0):: 67 ::· .

    :: 4,2::0,35.::· .':18,2':1 ,20'::: 8,9:: 0,64:::• •

    2,3:: ::4 3'. aœoz bien.:, ,:rép..J.rti .:3 3 •· Jr.ord •, '. ..• •

    .........•...·,....•,. .. ,. ,. ,.• • • • ·'. .. .. ..850::

    ..• • · S ,:1 •'. '. '. '.• • • • • •

    174 '. 55 · 95 .. 1 ':4 200': 4,4':• • •'. · • '. .. '~~ • 56 · A& · 2 .:2 740.: 5,9.•.. '. ·· · · • • •

    ..1961! : ..• ·'. .. . '..:8 au 16/7 • ·.. '.• • •

    ':17 au 26/7 ':17-18-19 ..•,.11/8

    ..1/8

    ..·2 au · •.. .. .•• • ·'Z .. --.':•.: 1961': .:.::.: ': ': .: .: .: ": .: ":.·f ':

    ::27/6 au 1/7:: 27/6 :~39 ..4-1: - :~ -:~"7 :: 695 :: :: 16:: :: 4 :::6,0:: 0 ::8,~5:: ::';9 au 14/7 ';,2 et 11/7 ': 95 ':(42)':(40)': 5;1 500'; 3,1'; 37; - ';(6,5)'; 6,0'; 0 ';4,0 ';Est Sud;::14 au 21/7 :: 11 :: (M>:: ]]; :: (g>: 3" ::2 950:: 4,8:: 16:: :: (7 ,5>::.?:h2:: J..,5::J.O,0::Est Sud :::~31/7 au]o/8~nl7&:l,~,~~ 113 :~ 65 :~73,5:~ 2(l.,.~3 800:~ 5,1:~ (2S):~ - :~(10) :~16!4:~ O,6:~ 5~:~~;: g:-~,; 10 au 20/8 ,; 5,6,8 1Q &;135,6'; 59 ..;. 80 ..••: 5(;2).':.· 4 350,';. 5,3,';. (60)'; _.; (9 î 5) ';15 99'; 1,3 ':3 ,6S':as. bien;': .: 11/8 ': ': . . . . . .. · ': ': .. ': ':réparti:':22 au 29/8 ':1§ et 19/8 ': 130 ': 53 ':69,5': 3 :1 970': 2,8': ';127(7)';(10) ': 7,4-': 1,1:3,7 ':as.bien .:.: ': .: ': .: -: : ': ': ': : .: ': .: ':rAy>r:œti '~':2 au 10/9 ': Y9 ': lli ': 2.1 ': .2l ': 2 ·:101oo:J..5,9': 37': (32) ':(12) .: .2 ': O,3':S,lS':Centre ':.: .: ': ': : ': .: ': .: .: ': ': ': .: ':Sud Est ~':10 au 21/9 ':8,10,1l,13 ': 80 ': 67 .: 54 .: :2 000': 3,7': 66 ': - ':llt5 ':7 71 .: 4,2':3,5 ':': : ei; T419: : : : :: : :: : ;==============_===~========~===~====~===============================~=====~c===============c====~

    (1) Concerne li'averse du 31 Juillet (3) rapportée uniquement à l'averse du 3 AoÜt(2) Concerne l'averse du 10 Aodt

  • 1111111111111111111

    - 39 -

    L'hydrogramme présente en g2néral une premièrEmontée correspondant aux petits ruisseaux de la rigion deNIEGHA, puis W1e crue très brutale correspondent à l'arri-vée simultanée des deux affluents qui se jettent dans leKOULOUOKO près de la station et du petit marigot deKOLOMJ.NDEe Ceci est d'autant plus net pour les orues du 13au 17 Juillet 1961 et du 2 Septembre 1961, que seuls cesbassins partiels ont ruisselé. Les ap~orts de la partieamont du KOULOUOKO et de la. POGORAYA {s 1il ':( en aV2;-i t )n'arriveraient qu'ensuite pour donner Ileu a une décruebeaucoup moins rapide.

    Pour ces orues, les temps de mont~e sont pluscourts : de 16h à 37h, la valeur la plus fréQuente étant24 heures.

    Les temps' de r(;ponse sont beauooup plus oourts tce qui est logique: de 24 à 48 heures.

    La grande dispersion provient de l'influenoe dela position de l'~pact de la plu~er de la forme du hY0-toe;ramme et de l' J.ll1portanoe des. déb~te, les fortes cruesse déplaçant souvent ~lus vite.

    Les valeu~r.s de ta n'ont pas été déterminées avecune grande sécurité ..

    En ~ait, on oonnait bien t pour le bassin de laPOGOR1;YA et NIEGHA ; pour le reste d~ bassin, il est possiblequ'il se produise une ~verse de 15 à 20 mm qui passe à peuprès inaperçue. Aussi nous donnons t = 5 jours entre llaver·-se du 5 Aoftt et celle du 10 Aodt, maïs il n'est pas invrai-seDlblable que le 7 et le 8 se so~ent produites des aversesaux totalisateurs 17 à 23 ; ces pluies ont été oomprisesdans le total relevé pour la période du 5 au 10 Aodt u C'estpourquoi ellee n'ont pu ~tre dissooi~es de l'averse du 10/8pour le oaloul de Ke de la crue du 10/8 r bien que si cespluies sont tombées sur le Sud et l'Est du bassin elles ontsdrement participé au tarissement de la crue du 3/8. Nousen ooncluons que la valeur de t la plus douteuse, oelledont nous venons de parler, estapeut-~tre égale à 3 au lieude 5.

    Dans 1a oolonne P , nous avons porté les pluiesisolées (généralement 24 hetlfes) quand oela a été possiblede les isoler (averses du 1er Aoat 1960, du 9 Se~tembre 1961et du 14 Juillet 1961) ou le total des pr8cipitations ins-crites à la colonne "Dates averses", il est fort heureuxque les deux crues les plus importantes correspondent à desaverses isolées. L'averse du 14 Juillet a Gté reoonstituéeavec de bonnes garanties d'exactitude. On peut .faire lesm~mes remarques pour les oolonnes K et Pmoy.

  • ~

    111111111111111111

    - 40 -

    Peur le calcul du volurl1e dl écoulement, on a éli--miné dans la orue du 14 Juillet les pointes parasites COfil-prises entre le 11 et le 20 Juillet. _ Les valeurs t.) et 'C(flont été estimées tant bien que mal. ...

    Les valeurs du coefficient d'écoulement ont unesignification beaucoup moins nette que d'ordinaire.

    1°_ Il a été nécessaire de grouper les précipita-tions en fonction des relevés des totalisateurs. Il n'a pasété possible, par exemple, de séparer les averses du 31Juillet et du 3 Aoat 1961. Le fait de grouper avec les aver-ses importantes des petites pluies qui ne concourent en rienà l'écoulement, conduit à donner des valeurs trop faiblesde ke - Ceci ne joue pas pour les averses bien isoléestelles que celles dœ 1er AoQt 1960, 14 Juillet 1961 et2 Septembre 1961, mais dans ce cas on rencontre une autredifficulté :

    20- Le coefficient d'écoulement est calculé surles 1010 km2 du bassin où l'écoulement a été obligatoirementhétérogène. Par exemple, pour la crue du 14 Juillet 1961 7il est à peu près certain que la moitié du bassin a ruis-selé; si l'on ne considère que cette moitié pour le calculde Ke on obtient une valeur presque double.

    On commentera plus loin les valeurs obtenues pour

    Qo, débit à l'origine de la crue, exige égalementune certaine in:terprétation. Si Qo est faible, il y a defortes chances pour que le-remplissage de l'ensemble duréseau hydrographique soit à peine amorcé. }fuis si Qo estassez fort, cela peut simplement vouloir dire que au voi-sinage de NIEGHA, le réseau est bien plein sans que cela~soit exact pour l'enseDlble, c'est le cas pour l'averse du14 Juillet 1961. La orue précédente n'a pu remplir que lapartie Sud et Est du réseau.

    Enfin QI est un p~le reflet du pourcentage depointe, on l'a raJ.J~orté autant que possible à un hydrograrn.-me unique. Par exemple, pour la crue du 31 Juillet ou du3 Aoüt 1961, seule la 2ème pointe (celle du 3 AoQt), laplus importante, a ét~ utilisée pour le calcul. Q' estd'autant plus élevé que la crue ne couvre qu'une M partiedu bassin et aussi que le ruissellement est plus élevé dGfaçon gén6rale ; il s'abaisse 2galement si la crue présenteun car~ctère com~lexe (cas de la crue du 10 aU 20 Aodt).

  • ~

    111111111111111111

    41 -

    Du tableau des caractéristiques, on'doit déduirele coefficient d'écoulement et la valeUl~ de Q'Mà appliquerpour les crues annuelles et décennales.

    On peut tout d'abord chercher à obtenir une idéede Ithydraulicité de l'année 1961. Elle a été très fortedans les parties Est et Sud du bassin,nettement déficitaireau Nord. S1 on remarque que les fortes cruest donc les fortsmodules l sont dds surtout à des écoulements des partiesEst et ~ud du bassin on en arrive à la conclusion quel'cmnée 1961 a été d'une hydraulicité élevée à la stationde NIEGHb, mais prob~blement p~s exceptionnelle. Ceci nousconduit à penser que s1 on élimine la crue du 2 Septembre,les valeurs de Ke les plus élevées (5,3 et 5,9%) qui vien-nent immédiatement après ne doivent pas S" èloigner beaucoupdes valeur.s relatives à la crue annuelle : on adopteraKe = 5,5%.

    Pour la valeur de Ke relative à la crue décennale~il faut considérer d'abord le genre do crue susceptible 'de la produire. Dans le rapport de la campagne 1960, onavait montré ~u'une averse homogène centrée stœ le Nordavait très peu de chances de donner une forte crue à NIEGHA.L'exemple de la crue du 1er Ao~t 1960 est frappant ; onavait indiqué qu'une crue localisée aux deux affluents sejetant dans le KOULOUOKO près de NIEGHA serait beaucoup plUEdengereuse, oeci a été illustré de façon éclatante par lesaverses du 14 Juillet et du 2 Septembre 1961.

    'L'averse du 14 Juillet parait beaucoup plus loca-lis8e ; l'exemple du NIEBSDODE montre qu'à hauteur de pré-oipitations égale' des parties du bassin qui ont ruisseléle 2 Septembre n1avaient pas ruisselé le 14 Juillet. Onpeut a.dmettre par exemple que pour la orue du 14 Juillet,la. zone ayant donné lieu à 8coulement jusqurà NIEGHA seraitlimitée par Itisohyète 65 mm. de la crue du 14 Juillet., ou:par l'isohyète 70 mm de la carte du 13 au 17 Juillet? alor:

    que le 2 Septembre la zone ayant donné lieu à écoulement .jusqurà NIEGHA est probablement limitée à l'isohyète 55 mm.Par ailleurs, la durée des temps de montée et la valeur deQr montre b~en que la ~rue du 14 Juillet a été beaucouppltls localisée. Il en résulte donc un volmae Ve beaucoupplus faible, m~me si l'averse a été plus forte 'sur une su-perficie appréoiable et malgré une valeur de Q'M plus élevéun d1bit maximum plus faible~

  • 1111111111111111111

    - 42 -

    En somme il semble que si une averse telle quecelle du 1-8-60 est trop éloignée et trop g6neralisée, uneaverse telle que celle du 14-7-61 est trop localisée ~bienqu'elle ait été décennale pour l'affluent situé sous l'épi~centre). L'optimum correspondrait à une averse qui donnerai~lieu à un fort ruissellement à la f'ois sur les deux affluen-:: crive droite e~ rive gauche et sur le petit r~igot deKOLm~NDE, telle que l'averse du 2 Septembre.

    D'autre part, en 1960, on avait pensé que l'averseserait due à une période pluvieuse de 5 jours. Le fait quela crue déoennale soit due aux affluents près dG NIEGHA 1correspondant à un temps de montée de 25 à 35 heures,ramène l'averse généralisée à une durée de 24 heures ou 48heures, mais pas plus.

    Pour simplifier, an considère une averse décennal~de "24 heures" (en fait quelques heures).

    Avant de rechercher la valeur de Ke à adopter, ilsemble nGcessaire d'examiner pourquoi l'averse du 14 Juilleta donné lieu à un volume et un débit maximWil beaucoup plusfaibles que celle du 2 Septembre.

    Qo est plus élevé pour la première que pour laseconde, mais nous avons v~ que cela ne voulait pas diregrand chose dans le cas present. ta est plus petit pour lacrue du 2 Septembre, en outre

    ila saturation ~énêrale cor-

    respondant à une saison des p uies plus avancee intervientégalement de f'açon favorable pour la m~me averse.

    Une plus grande surfaoe du bassin a ruisselé le2 Septembre, comrae nous l'avons vu plus haut; le réseaud'isohyètes de cette averse est tel que les dGUX affluentsse jetant à NIEGHA ont fortement ruis8elé à la fois, lap.osition de l'impact étant plus favorable ~{)iïarrrve doncà un coefficient Ke de ~5,9% qui n'est qu'w1e moyenne, cer-taines parties du Nord du bassin ayant produit l~r alorsque les environs de NIEGHA ont dtl donner lieu à des valeursdG Ke atteignant peut-~tre 40 ou 50%.

    La crue du 2 Septembre est-elle décennale ? Lemaximum ponctuel est décennal, mais le coef'ficient d'abat-tement K est beaucoup trop faible, l'épicentre étant tropexoentré et les isohyètes un peu trop resserrés autour dece maximum, on peut concevoir un épicentre décalé de quel···ques km vers ItOuest avec des isohyètes W1 peu moins

  • ,1

    111111111111111111

    - 43 -

    resserr6es, sans s'écarter de la fréquence décerulale Kpass2~t de 57% à 70%, valeur déjà obtenue le 14 Juillet5T~ce à un épicentre largement ddplacé vers ~G Sud-Ouest(trop) ..

    Toujours sans s'écarter de la fréquence d8CennalG;on peut supposer des conditions de saturation meilleuresavec ta correspondant à 2 jours, mais.après une pluie no-table, alors que l'averse du 31 Aoat était insignifiante~Tout en conservant la date de d0but Septembre très courantepour les fortes crues, ceci nous conduirait à une valeurde Ke nettement supérieure à 15%zmais inférieure à 25%,quicorrespondrait pour les bassins d.es deux affluents à desvaleurs limites de Ke pour la région. On adoptera donc lafourchette 20-25%.

    , Pour la valeur de Q'M on trouve trois catégoriesde crues :

    -Les orues très localisées avec Q' de l'ordre de8 à 10 m3/s, peut-~tre plus dilllS des cas trèsMparticuliers?mais cette valeur ne s'applique "pas à des volumes Ve ex-tr~mement élevés, et pour cause.

    - TIes crues presque généralisées avec Q'M compri~entre 3 et 4 m3/s.

    - Et des orues, telle Que celle du 2 Septembre1961, avec QIM de l'ordre de 5 mJ/s (peut-~tre entre 5 et6 m.3Js).

    La d0termination de Q' pour la crue annuelleest plus dGlic~te qu'il ne sembl~rait à première vue. Eneffet pour un bassin de 1010 km2 , 11 convient d'abandonnerpo~~ ia cru~ annuelle le principe s~m~le adopté pour lespet~ts bass~s dans lequel on cons~dere que la crued8cennale résulte d'une averse ponctuelle décennale 7 toutesles autres conditions restant voisines de la moyenne. Dansl'exemple .précédent, nous avons supposé que le maximumponctuel était décennal dans une zone très restreinte auSud-Ouest de NIEGHA, de sorte que sr-D-ôn--Cmlsfderè" toutesles autres conditions cowae moyennes!" la fréquence de lacrue résultante reste voisine de la Tréquence d8cGnna16~

  • ============~==========~=======:=========~========~===============

    =~================~==~===========~=========:==========~=======~,

    Notons que pour la crue annuelle les deux caschoisis donnent pour le volume d'écoulement" sensiblementles deux valeurs e~tremes : 2 millions dG m.) et 4,5 millio.''',de m3. La valeur médiane du ~olume maximum annuel seraitvoisine de i .. ~~'J-f.1-2!!-~. de_I!?, ordre de gJ."andeur des va-

    Pour la fréquence annuelle pour ]. 000 km2 etpour oe régime trop de facteurs interviennent pour que 11011.puisse prendre un schéma analogue, c'est-à-dire averseponctuelle annuelle et toutes autres conditions moyennes~On arriveraIt sttrèment à un débit be~ucoup trop faible oN'oublions pas que tous les ans en mo~onne en un E0intEuelcon~ue du bassin il est fort poss~bIe-de trouver uneauteur pénctuelle au moins quinquennale ou décennale.

    Les crues annuelles peuvent résulter d'une aversedu type du 17-19 Juillet 1960t d'une averse assez localiséeet très violente comme celle du 14 Juillet 1961, ou d'uneaverse moins localisée comme celle du 2 Septembre 1961~mais beaucoup moins forte. Nous a~mettrons deux hypothescscorrespond~t aux deux premiers types:: le premier corres-pondant à Q' = 4 m3/s le 6econq à Q' = 9 m3/s avec unmaxima ponct~el de 150'mm en deux ou t~ois jours dans lepremier cas, 80 mm en 24 heures dans le second.

    Avec ces hypothèses, on peut calculer comme suitles averses annuelles et déconnales.

    ,.·".·

    '.•'.•

    '.•'.•

    '.•..·

    , .~

    -i-4 -

    110 mm

    70 %77 mm

    20 à 25 %

    Crue décennale

    ••

    '.•

    '.•

    '.•'.·'.•'.•

    '.•

    '. '.,: 15,4 à 19,3 ram ,:• 6 h •.:15 ,5:x:10 à 19 t 5xlO '1ml:.. ...; 6 m3/s .;•• ·C

    .; 95 à 120 m3/s ,;

    50 %40 mm

    5 %

    80 mm '.·

    2mm2x106m3

    9 m3/s18 m3/s

    'r

    '.·'.•'.•

    ..•

    '.•..•