Barom¨tre generali csa

download Barom¨tre generali csa

of 11

  • date post

    21-Jun-2015
  • Category

    Business

  • view

    657
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Barom¨tre generali csa

  • 1. Baromtre Generali CSALES DECIDEURS FACE AUXNOUVEAUX DEFIS DE SOCIETESynthsen1100079 Avril 20112, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02Tl. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01www.csa.euSA au capital de 1 571 600 Siren 308 293 430 RCS Paris : 308 293 430 APE 741 EGENERALI Baromtre dveloppement durable tude 2011 N 1100079 Avril 2011 TVA intracommunautaire FR 46 308 293 430

2. Les dirigeants de PME-PMI se dclarent engags dans les sujets environnementaux et socitaux De manire gnrale, nous observons un engagement fort de la part des dirigeants de PME-PMI lgard des dfis actuels de la socit. Le questionnaire abordait treize thmatiques couvrant les domaines de lthique, du social et de lenvironnement. 28% des chefs dentreprises interrogspensent que leur entreprise doit sengager sur lensemble de ces domaines. En 2009, 53% considraient que leur entreprise devait sengager sur les dix thmesabords. Cette anne, 83% estiment devoir sinvestir dans au moins 10 thmes sur 13. Le respect des droits fondamentaux de la personne est le thme le plus mobilisateur : en effet, les trois quarts des dirigeants pensent quil est importantque leur entreprise sengage dans ce sens. Dans le domaine du social, les conditions et le bien-tre au travail constituent un axe dengagement pour les deuxtiers alors que dans le domaine de lenvironnement, cest la lutte contre la pollution qui apparat comme tant un thme sur lequel les entreprises estimentdevoir sengager. Le domaine du social semble tout de mme un peu moins mobilisateur : le chmage et la prcarit, la relocalisation de lemploi, laide au dveloppementmais surtout la promotion des arts et culture font partie des cinq derniers thmes parmi les treize. Parmi les dirigeants de PME-PMI, seulement 12% (comme en 2009) se considrent en retard sur les questions environnementales et socitales et 21% sepositionnent comme tant en pointe dans ces domaines. Pour 3 dirigeants sur 4, la prise en considration de ces enjeux a ou va modifi(r) le business modelde lentreprise (la moiti pour laquelle cela est dj effectif).% de dirigeants pensant tout fait devoir sengager dans le domaine Positionnement face ces questionsRespect des droits fondamentaux de la personne75% 1% Conditions et bien-tre au travail67%Lutte contre la pollution65% 12%21% Ethique et transparence dans les affaires 63%Prservation des ressources naturelles 59% Rduction des ingalits58%Achats responsables50%66%Prservation de la Biodiversit et des espaces naturels50% Chmage et prcarit48% Lutte contre le changement climatique44% En pointe Ethique Dans la moyenne des autres Aide au dveloppement 44% SocialEn retard Relocalisation de lemploi38% Environnement NSP Promotion des arts et culture16% 2GENERALI Baromtre dveloppement durable tude 2011 N 1100079 Avril 2011 Evolutions 2009-2011 3. La rponse aux attentes des clients demeure le levier principal de motivation en matire environnementale et socitale Les dirigeants de PME-PMI restent avant tout motivs par des considrations commerciales relatives au march. Leur engagement semble clair par leurvolont de rpondre aux nouvelles attentes de la socit actuelle : La rponse aux attentes des clients est le principal facteur de motivation la mise en placede mesures environnementales et socitales de 8 dirigeants interrogs sur 10 (comme en 2009). La rduction et la prvention des risques, lamlioration de limage sont considres comme tant des motivations trs importantes par 7 dirigeants sur 10,au mme titre que les aspects davantage conomiques tels que la rduction des cots de fonctionnement ou laugmentation de la performance conomique delentreprise. A linverse, lanticipation dune obligation rglementaire, la rponse aux attentes des investisseurs, laccession une certification ou un label ou encore lefait de saligner sur les concurrents impactent moins sur la motivation des dirigeants de PME-PMI. 6 dirigeants sur 10 anticipent des changements des fondamentaux de lorganisation de leur entreprise en lien avec les diffrents enjeux de dveloppementdurable et de responsabilit socitale. Ces mutations pourraient mme avoir lieu dici 5 ans pour la moiti.% de dirigeants pensant quil sagit dune motivation trs importante Modification des fondamentaux delorganisation de lentrepriseRpondre aux attentes des clients81%Rduire et prvenir les risques70% 1%Amliorer limage de lentreprise65%39% NSPRduire les cots de fonctionnement de lentreprise65%Non Augmenter la performance conomique de lentreprise 65%Oui dans 6 ans et +Sadapter au contexte conomique et financier actuel 57% 8% Oui dans 3 5 ansOui avant 3 ans Vos convictions personnelles50%31% En cours ou dj faitRpondre aux attentes des salaris48% Anticiper une obligation rglementaire42% Rpondre aux attentes des investisseurs30% Au moins 2 dirigeants sur 314% 6% Vouloir accder une certification / un label 29%Au moins 1 dirigeant sur 2Saligner sur les autres entreprises du secteur 24%Moins d1 dirigeant sur 2 OUI avant 5 ans : 52% (vs 57% en 2009)GENERALI Baromtre dveloppement durable tude 2011 N 1100079 Avril 2011 Evolutions 2009-2011 3 4. Des obstacles la mise en uvre de mesures environnementales et socitales avant tout financiers et rglementaires Malgr leur volont de sengager dans les domaines de dveloppement durable et de responsabilit socitale, les dirigeants de PME-PMI se trouventfreins dans la mise en uvre de mesures concrtes dans ces domaines. Le principal obstacle est de nature financire : un dirigeant sur deux considre le manque de moyens financiers et/ou le cot de la mise en place commetant des freins trs importants au dveloppement de ces mesures. Les contraintes rglementaires peuvent galement paratre lourdes grer pour 4dirigeants sur 10. Au-del de ces freins objectifs, un quart des dirigeants considrent leur manque de conviction sur limportance du sujet comme un obstacle trs importantdans la mise en uvre dactions lies ces domaines. Ils sont mme 62% se trouver dans cette posture si lon ajoute ceux qui jugent cela comme un freinassez important (contre 51% en 2009). De mme, le manque de temps consacrer ce sujet est un frein pour les trois quarts (dont un quart pour lesquels cefrein est trs important).% de dirigeants pensant quil sagit dune frein trs important Le manque de moyens financiers 49% Le cot de la mise en place43% Les contraintes rglementaires 41%Labsence de retours sur investissements tangibles 35%Lexistence dautres priorits plus urgentes 30%Le manque dintrt de vos clients 25%Le manque de temps consacrer ce type de domaines24% Le manque de conviction sur limportance du sujet24% Labsence de qualification spcifique dans lentreprise22%Au moins 1 dirigeants sur 3La rsistance du personnel 20% Moins d1 dirigeant sur 4GENERALI Baromtre dveloppement durable tude 2011 N 1100079 Avril 2011 Evolutions 2009-2011 4 5. Une motivation encore plus forte en 2011 en comparaison de 2009 pour dvelopperune politique environnementale et socitale en contrepartie davantages financiers Les principaux freins lis la mise en place de mesures environnementales et socitales sont financiers (manque de moyens financiers et cot de la miseen place). Pour faire face ces besoins de financement des entreprises, les Pouvoirs Publics semblent avoir leur rle jouer. En effet, la mise disposition dunecontrepartie financire sous forme davantages fiscaux ou de rductions de charges pourrait constituer un soutien, a priori, performant pour les dirigeants : 54%citent ce levier en premier (contre 47% en 2009). Au total, lincitation financire des Pouvoirs Publics est cite par les trois quarts des dirigeants. Lobtention dun label ou dune certification, des financements taux prfrentiels ainsi que des mthodes et outils de pilotage semblent encore moinsattractifs aux yeux des dirigeants, en 2011 quen 2009. Si lon somme le nombre de citations totales (en premier + en second), ils sont des leviers pourrespectivement 49%, 37% et 30% des dcideurs interrogs, soit dans tous les cas moins dun interview sur deux.% de dirigeants citant en premier ces leviersDes avantages fiscaux ou des rductions de charges54% Lobtention dun label ou dune certification et de la 17%communication associe Des financements taux prfrentiel 13% Des mthodes et outils de pilotage : conseils, 12% accompagnementNSP 3%GENERALI Baromtre dveloppement durable tude 2011 N 1100079 Avril 2011 Evolutions 2009-2011 5 6. Les partenaires internes (salaris) comme externes (clients et fournisseurs)peuvent favoriser lengagement des entreprises dans ces considrations Pour plus des deux tiers des dirigeants de PME-PMI, la prise en charge des enjeux de dveloppement durable et de responsabilit socitale estconsidre comme un investissement collectif. Pour les deux tiers des dcideurs, il est indispensable que cette prise en charge soit valide et suivie par les salaris de leur entreprise. Le fait dassocierles salaris semble incontournable et peut engendrer des adaptations de la politique interne. Les partenaires externes tels que les fournisseurs et les clients de lentreprise sont galement des acteurs incontournables pour la moiti des dirigeants.Malgr une baisse constate entre 2009 et 2011 en tant quacteurs indispensables, les collectivits locales ou territoriales ainsi que les pouvoirs publics ontgalement leur rle jouer dans ce domaine. En revanche, les associations et les organisations (quelles soient locales, nationales, europennes ou mondiales) apparaissent comme tant moinslgitimes dans la prise en charge des enjeux environnementaux et socitaux des entreprises. Acteurs jugs comme indispensables dans la prise en charge de ces enjeuxVos salaris64% Vos clients et fournisseurs51% Les collectivits locales ou territoriales 34% Les Pouvoirs Publics 32% Les partenaires sociaux19% Les syndicats ou associations professionnels17% Dautres PME-PMI16%Les associations locales* 12% Les organisations europennes9% Les associations de consommateurs 8% Les organisations internationales mondia