Baromètre de la relève MINT en Suisse

download Baromètre de la relève MINT en Suisse

of 12

  • date post

    04-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Etude sur l’intérêt des enfants et des adolescents pour les formations en sciences naturelles et techniques

Transcript of Baromètre de la relève MINT en Suisse

  • www.akademien-schweiz.ch

    Vol. 9, No 6, 2014

    Baromtre de la relve MINT en Suisse

    Lintrt des enfants et des adolescents pour les formations en sciences naturelles et techniques

  • 32 Swiss Academies Reports, Vol. 9, No 6, 2014Baromtre de la relve MINT en Suisse

    O sont donc nos spcialistes MINT?

    La Suisse en tant que ple de haute technologie est tribu-taire dun personnel qualifi dans les domaines des ma-thmatiques, de linformatique, des sciences naturelles et de la technique identifis communment par labr-viation MINT. Or cest prcisment dans ces domaines que le personnel qualifi fait dfaut. Lintrt port par les jeunes aux questions scientifico-techniques nest pas souhaitable uniquement pour des raisons conomiques. Des connaissances gnrales et des comptences dans ces domaines sont galement essentielles pour pouvoir sadapter notre socit marque par la technologie et prendre part des discussions socialement pertinentes sur des thmes actuels et futurs.

    La pnurie de personnel qualifi, un phnomne qui existe de longue date, laisse penser que les jeunes ne sintressent pas suffisamment aux disciplines ou aux professions MINT. Si lon songe lenthousiasme avec lequel les jeunes enfants sintressent la nature et aux objets techniques du quotidien, il est logique alors de se poser les questions suivantes: quand et pourquoi cet in-trt disparat-il, en particulier chez les filles? Quelles mesures pourraient nous permettre de conserver ou de ranimer cet intrt? Pour rpondre ces questions, il est utile de se concentrer sur la priode de lenfance entre trois et quinze ans. Diffrentes tudes dmontrent en effet que la dcision dentamer une carrire dans les domaines MINT est gnralement prise la fin de la scolarit obligatoire.

    La pnurie de personnel qualifi ne concerne pas seule-ment les diplms des hautes coles mais galement ceux des formations professionnelles. Cest pourquoi il est capital de prendre des mesures pour les deux voies du systme de formation, autrement dit la formation de base professionnelle et gymnasiale.

    Un sondage grande chelle

    La pnurie de personnel qualifi et le manque dintrt constat chez les jeunes ont incit les Acadmies suisses des sciences examiner la situation actuelle de manire approfondie dans le cadre dune tude empirique. Le baromtre de la relve MINT aborde notamment les questions suivantes: quelles sont les raisons qui poussent les jeunes choisir ou non une profession ou des tudes dans les domaines MINT? Quels facteurs d-terminent lintrt pour la technique et les sciences na-turelles? Comment les tudiants ainsi que les travail-leurs peroivent-ils leurs tudes respectivement leur carrire professionnelle au quotidien? Comment lint-rt pour les disciplines MINT a-t-il volu au fil des ans?

    Pour rpondre ces questions, des questionnaires ont t soumis en t 2012 trois catgories de personnes aussi bien en Suisse almanique quen Suisse romande: 3507 lves des niveaux secondaires I (de la 7e la 9e

    anne) et II (cole professionnelle ou gymnase), des tudiants des domaines MINT et, titre de comparaison, en sciences conomiques (au total 1598 personnes), ainsi que 945 personnes principalement actives dans les domaines MINT.

    Trs peu de diffrence entre la Suisse almanique et la Suisse romande

    Dun point de vue mthodologique, ltude est largement inspire du baromtre de la relve des sciences tech-niques publi en 2009 par lAcadmie allemande des sciences techniques (acatech). Ltude du baromtre de la relve MINT en Suisse, ainsi que le sondage grande chelle permettent dtablir des comparaisons entre la Suisse et lAllemagne ainsi quentre deux rgions lin-guistiques en Suisse. De manire gnrale, on constate que les rsultats du sondage suisse se recoupent avec ceux de ltude allemande dans de nombreux domaines. En Suisse, les diffrences constates entre les rgions linguistiques sont galement faibles. Les rponses de la Suisse romande correspondent en grande partie celles de la Suisse almanique.

    Lencouragement par la famille et lcole est essentiel

    Le baromtre de la relve MINT met en vidence les principaux facteurs favorisant lintrt pour la tech-nique et les sciences naturelles, lment dcisif en ce qui concerne la pnurie de personnel qualifi.

    Lvaluation des rsultats dmontre que lcole influence sensiblement lintrt pour la technique, mais galement que lenvironnement familial joue un rle essentiel dans ce domaine (cf. pages 4 7). Dans de nombreux cas, les expriences-cls qui laissent une impression durable chez les enfants ou les adolescents ont une forte in-fluence sur leur intrt ultrieur pour la technique. Les rponses confirment que cet encouragement est efficace: les lves qui se sentent encourags pour la technique choisissent plus souvent des activits de loisirs lies aux technologies et ont une perception individuelle plus technique. Par consquent, ils nourrissent plus souvent lenvie dune carrire de technicien ou dingnieur.

    Les expriences lcole jouent un rle majeur dans lin-trt pour la technique (cf. pages 8 et 9). La popularit des diffrentes disciplines MINT na gure volu au cours des 30 dernires annes. Comme au milieu des an-nes 80, on constate des diffrences entre les deux sexes: par exemple, les garons prfrent la physique tandis que les filles prfrent la biologie.

    Une image positive des professions MINT

    Le choix des tudes et des professions MINT est gale-ment influenc par la vision que les jeunes ont de ces tudes ou professions (cf. pages 10 et 11). Les rponses des lves dpeignent une image nuance: les sciences de lingnieur sont juges plus progressistes, plus mo-dernes, plus cratives et plus appliques que les sciences naturelles et conomiques, mais galement plus com-plexes et plus risques.

    Enfin, le baromtre de la relve MINT le confirme: les jeunes sintressent aux thmes MINT, mais pas suffi-samment pour tre nombreux franchir le pas dans ce monde professionnel.

  • 32 Swiss Academies Reports, Vol. 9, No 6, 2014Baromtre de la relve MINT en Suisse

    O sont donc nos spcialistes MINT?

    La Suisse en tant que ple de haute technologie est tribu-taire dun personnel qualifi dans les domaines des ma-thmatiques, de linformatique, des sciences naturelles et de la technique identifis communment par labr-viation MINT. Or cest prcisment dans ces domaines que le personnel qualifi fait dfaut. Lintrt port par les jeunes aux questions scientifico-techniques nest pas souhaitable uniquement pour des raisons conomiques. Des connaissances gnrales et des comptences dans ces domaines sont galement essentielles pour pouvoir sadapter notre socit marque par la technologie et prendre part des discussions socialement pertinentes sur des thmes actuels et futurs.

    La pnurie de personnel qualifi, un phnomne qui existe de longue date, laisse penser que les jeunes ne sintressent pas suffisamment aux disciplines ou aux professions MINT. Si lon songe lenthousiasme avec lequel les jeunes enfants sintressent la nature et aux objets techniques du quotidien, il est logique alors de se poser les questions suivantes: quand et pourquoi cet in-trt disparat-il, en particulier chez les filles? Quelles mesures pourraient nous permettre de conserver ou de ranimer cet intrt? Pour rpondre ces questions, il est utile de se concentrer sur la priode de lenfance entre trois et quinze ans. Diffrentes tudes dmontrent en effet que la dcision dentamer une carrire dans les domaines MINT est gnralement prise la fin de la scolarit obligatoire.

    La pnurie de personnel qualifi ne concerne pas seule-ment les diplms des hautes coles mais galement ceux des formations professionnelles. Cest pourquoi il est capital de prendre des mesures pour les deux voies du systme de formation, autrement dit la formation de base professionnelle et gymnasiale.

    Un sondage grande chelle

    La pnurie de personnel qualifi et le manque dintrt constat chez les jeunes ont incit les Acadmies suisses des sciences examiner la situation actuelle de manire approfondie dans le cadre dune tude empirique. Le baromtre de la relve MINT aborde notamment les questions suivantes: quelles sont les raisons qui poussent les jeunes choisir ou non une profession ou des tudes dans les domaines MINT? Quels facteurs d-terminent lintrt pour la technique et les sciences na-turelles? Comment les tudiants ainsi que les travail-leurs peroivent-ils leurs tudes respectivement leur carrire professionnelle au quotidien? Comment lint-rt pour les disciplines MINT a-t-il volu au fil des ans?

    Pour rpondre ces questions, des questionnaires ont t soumis en t 2012 trois catgories de personnes aussi bien en Suisse almanique quen Suisse romande: 3507 lves des niveaux secondaires I (de la 7e la 9e

    anne) et II (cole professionnelle ou gymnase), des tudiants des domaines MINT et, titre de comparaison, en sciences conomiques (au total 1598 personnes), ainsi que 945 personnes principalement actives dans les domaines MINT.

    Trs peu de diffrence entre la Suisse almanique et la Suisse romande

    Dun point de vue mthodologique, ltude est largement inspire du baromtre de la relve des sciences tech-niques publi en 2009 par lAcadmie allemande des sciences techniques (acatech). Ltude du baromtre de la relve MINT en Suisse, ainsi que le sondage grande chelle permettent dtablir des comparaisons entre la Suisse et lAllemagne ainsi quentre deux rgions lin-guistiques en Suisse. De manire gnrale, on constate que les rsultats du sondage suisse se recoupent avec ceux de ltude allemande dans de nombreux domaines. En Suisse, les diffrences constates entre les rgions linguistiques sont galement faibles. Les rponses de la Suisse romande correspondent en grande partie celles de la Suisse almanique.

    Lencouragement par la famille et lcole est essentiel

    Le baromtre de la relve MINT met en vidence les principaux facteurs favorisant lintrt pour la tech-nique et