Bachelard Et Le Vin

download Bachelard Et Le Vin

of 12

  • date post

    12-Jul-2016
  • Category

    Documents

  • view

    14
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Dois artigos sobre essa temática

Transcript of Bachelard Et Le Vin

  • SCIENCE, HISTOIRE ET SOCITCollection dirige par Dominique Lecourt Actualit et postrits

    de Gaston Bachelard

    Sous la direction de

    Pascal Nouvel

    Publi avec le concoursdu Conseil rgional de Bourgogne

    et de lAssociation des amis de Gaston Bachelard

    d

    &

    Presses Universitaires de France

  • Sommaire

    PRFACEJean Gayon

    INTRODUCTIONPascal Nouvel

    COMMENT BOIRE UNE MTAPHORE ?Dominique Lecourt

    LE VIN DE LA MLANCOLIEJean Lbis

    BACHELARD ET LA NGATION POSITIVISTE DE LIMAGINATION SCIENTIFIQUEGervais Koffi Nossdji Maglo

    COULEURS SENSIBLES ET COULEURS INTELLIGIBLES CHEZ GASTON BACHELARDClaude Speranza

    BACHELARD ET LES AGRONOMESJeanJacques Herv

    GASTON BACHELARD ET LES ROMANTIQUES ALLEMANDSAlain Guyard

    BACHELARD ET HEIDEGGER LECTEURS DE NIETZSCHEPascal Nouvel

    GASTON BACHELARD ET LE MILIEU SCIENTIFIQUE ET INTELLECTUEL FRANAISTeresa Castelao

    LINTUITIONNISME DE GASTON BACHELARDJoseph Vidal-Rosset

    RUPTURES ET RVOLUTIONS SCIENTIFIQUES : LA RVOLUTION COPERNICIENNEJean Seidengart

    UNE PISTMOLOGIE NON BACHELARDIENNE EST-ELLE ENVISAGEABLE ?Franck Tinland

    1

    5

    11

    19

    29

    43

    55

    81

    89

    101

    isim f j1(HfiM-H) HHfUrfOf?

    iMfif ltml117

    i fHinn 1097, dcembre

    ' f 1 .1. |- Miner, 1997Mio /5006 Paris

    139

    155

  • COMMENT BOIRE UNE MTAPHORE ?DOMINIQUE LECOURT*

    Contre tous les usages acadmiques, je vais me risquer apporterdemble une rponse la question que je me suis propos de traiter devant vous : Comment boire une mtaphore ? En la dgustant ! Gaston Bachelard naurait pas manqu de faire chanter cemot. Plus que goter qui a quelque chose de ponctuel, de lgeret de parcimonieux, dguster nexprime-t-il pas tout la fois laccs la plnitude dune saveur et la mthodique exploration desnuances les plus dlicates auxquelles il soit possible notre got denous rendre sensibles ? Bachelard aurait sans doute aussi relev lerenversement dialectique de la valeur de ce verbe dans la languepopulaire, du dlice au supplice. Tmoignage sans quivoque de lacharge affective dont il se trouve porteur.

    De la conception bachelardienne de la mtaphore, les philosophes des sciences ne retiennent dordinaire quune mfiance,voire une hostilit dclare. La formation de Vesprit scientifique1 necomporte-t-elle pas des pages dadmonestations trs svres ? Ledanger des mtaphores immdiates pour la formation de lespritscientifique, cest quelles ne sont pas toujours des images qui passent ; elles poussent une pense autonome ; elles tendent se complter, sachever dans le rgne de limage . Le grand inventaire

    * Professeur de philosophie lUniversit Denis-Diderot, Paris-VII.1. G. Bachelard, La formation de Vesprit scientifique,]. Vrin, Paris, 1938.

  • 1312 COMMENT BOIRE UNE MTAPHORE ?DOMINIQUE LECOURT

    former des images que dcrivent si mal les psychologues ; quoi quendisent les fins psychanalystes , elle apparat comme la marqueltre humain de son appartenance paradoxale la Nature.

    Cest du vin que part le philosophe. Ce vin dont il a dj relevles clats chez les potes et les crivains. DAndr Frnaud clbrant,dans Soleil irrductible, le rouge des gros vins bleus Eugne Suequi, dans Gourmandise, montre un chanoine mangeant des ufs depintade frits dans la graisse de caille arross dun coulis dcrevisseLheureux mangeur boit un vin la fois sec et velout . Bachelardcommente: Sans doute tel vin peut se rvler sec dans son attaque

    ible, puis velout la rflexion. Mais le gourmet tient dire dece vin : Ce vin ! Comme cest fondu ! Le philosophe invite voiravec cet exemple le caractre ralisant des mtaphores . Et il com-

    le doigt, les choses sches et les choses veloutes secontrediraient sans rmission, un velours rche mentirait ses commerciales valeurs. Mais transposs du pauvre sens du tact auxrichesses du got, voici que les adjectifs deviendront des touchesplus dlicates .mditant : Et si cela peut se dire, il scouta pendant un instantsavourer le bouquet du vin. Notre vie nest-elle pas remplie,demande le philosophe, de cesriences que nous taisons et qui mnent en notre inconscient desrveries sans fin ?

    Si la mtaphore est ralisante, cest quune dialectique desvaleurs anime Y imagination des qualits. Le sensible schappe toujours lui-mme. Ce qui explique au demeurant pourquoipeut en alerter un autre. Bouquets et parfums mettent en droutetoute conception raliste-empiriste de la perception aussi bien quetoute thorie dsignative du langage.

    Nous ne percevons ni ne parlons jamais sur le mode du constat,malgr les efforts de tous ceux qui croient former les esprits en leurmontrant des objets au risque de leur faire perdre le sens profonddu voir1. Les mtaphores communiquent par les valeurs quelles

    1. G. Bachelard, Potique de la rverie, PUF, Paris, 1960, p. 102.

    des obstacles pistmologiques qui a fait la clbrit de cetouvrage pdagogique invite surveiller et rduire les mtaphores.Le vocabulaire de la psychanalyse ne saurait masquer une certainetonalit morale asctique. Faire son entre dans la cit scientifique , participer l union des travailleurs de la preuve , supposerait que lon se convertisse unemiers intrts quexpriment les mtaphores immdiatespense de Gaston Bachelard ainsi interprte se laisse assez aismentranger dans lorbe des philosophies rationalistes traditionnelles. Audynamisme de la production des connaissances, au tonus rationaliste, soppose la paresse dimages fixes, structures en complexes.

    Pourtant, celui qui prend soin de lire aussi les ouvrages deBachelard sur les lments dcouvre une autre vue des mtaphlaquelle parat excder ce rationalisme-l. Un texte dat de Dijoctobre 1947 en tmoigne sans doute mieux que tout autre. Cedernier chapitre du deuxime volume que le philosophe consacre la Terre 1 porte sur le vin et la vigne des alchimistes. On y voit quelapprofondissement dune interrogation sur le langage en tant queporteur de mtaphores implique une rvaluation du rle de lalchimie dans lhistoire de la pense. Sans doute, dans La formation delesprit scientifique comme La psychanalyse du feu2, expliquait-il djque nous sommes tous des alchimistes - au moins en notre enfance.Mais ctait pour le dplorer et nous inviter cesser de ltre. Lapense des alchimistes intervenait comme illustration dune tratologie de la pense, elle figurait en bonne place au muse des horreurs des connaissances scientifiques. Il en va maintenant toutautrement. Les grandes rveries qui habitent lalchimie sont celles-l mmes qui se donnent libre cours sous la plume des potes lorsquils dlivrent le langage des contraintes utilitaires, quoi quendisent les savants linguistes . Il y a, dans le langage, des forces deconviction luvre qui ne sont autres que celles de limagination.Mais limagination, fonction de lirrel, nest point cette facult de1. G. Bachelard, La terre et les rveries du repos. Essai sur limagination de la matire,Jos Corti,Paris, 1948.2. G. Bachelard, La psychanalyse du feu (1938), Gallimard, Paris, 1965.

    en

    autre vie que celle des pre-La.

    .

    ores,mente : souson,

    Eugne Sue sattarde au spectacle dun buveur

    expriences curieuses, de ces exp-

    un sens

  • 15COMMENT BOIRE UNE MTAPHORE ?14 DOMINIQUE LECOURT

    cessrent de jouer les alchimistes. On peut dire que le vin est le sangde la vigne ou que le sang est le vin animal. Si le vin rouge estsang, le vin blanc est or potable. Ce ne sont pas l de simplesmentations du discours, plus mme que des images, crit Bachelard,ce sont des expriences cosmiques.

    Mtaphores ralisantes : le vin que nous buvons na en tant que telaucune ralit autre que celle de ltre auquel les mtaphores donnent corps. Le vin rchauffe et dsaltre ; grce ces qualitscontraires, il est une chaleur tempre, le signe le plus clatant de lasant. Son tre se rsume en cette valeur. Cela est si vrai quil arrive Bachelard de faire cette trange confidence : Quand il marriveen rve de boire du vin, il ne sent rien, il na point de got et, horreur pour un Champenois, le vin quon boit en rve est chambr. Ilest tide - naturellement-comme du lait. Dans les rves on narrivepas boire frais. 1

    Si son tre est une valeur qui recueille lide de vie et celle desant, on comprend quil ait aussi valeur de puret. Mieux : il porte

    substance le principe de sa purification. Dans le cur de lacuve, de veineux il devient artriel, clair, vif, courant, prt rnoverle cur de lhomme.

    Ne nous htons pas cependant de tenir ces remarques pour ajustes la seule mdecine paracelsienne qui en fournit le prtexte.Bachelard nhsite pas sexclamer : Pour nous, il nous enchantede trouver dans notre verre la dialectique du subtil et du corroborant. Et cest pour cela quil fait mrite aux alchimistes davoir suallier luniversel et le particulier, et reconnatre le vin cosmiquedans le vin individualis .

    On ne boit donc jamais que des mtaphores. Encore faut-il lesavoir pour bnficier de leur fonction active, de leur force ralisante. Ds lors boire nest plus ingurgiter . Du vin, on le sait,cela se boit sans soif. Ce nest jamais tancher sa soif, cest augmenter son tre. Et, sous ce rapport, le privilge du vin apparat clatant puisquil rassemble en lui-mme les forces qui sattachent tous

    expriment. Le sensible nest jamais dissociable du sensuel. Et par lesensuel cest toute une histoire qui sest toujours dj infiltre dansla perception : celle par laquelle chacun acquiert les valeurs quiconstituent son tre.

    unorne-

    Dans lune de ces quelques pages magnifiques o Bachelard selivre ses souvenirs denfance, il crit :

    Il me souvient encore du tisonnier rougi quon plongeait dansle vin frmissant. Ce remde martial tait alors donn avec toutes sesvertus. Il gurissait tout, et le corps et lesprit, et dj il gurissaitlenfant rveur par laction de grandes images.