Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

of 28 /28
# 92 TÉLÉCHARGEZ L’APP CCI SUR VOTRE SMARTPHONE FLASHCODE EN PAGE 21 DE CE NUMÉRO L’INDUSTRIE L’INDUSTRIE DU MADE IN CÔTE D’AZUR DU MADE IN CÔTE D’AZUR INVESTIT INVESTIT SUR SON AVENIR SUR SON AVENIR DOSSIER I P. 10

Embed Size (px)

description

Numero 92 - Actu éco : Etude : TIC et sciences du Vivant Commerce : Un diplôme ingénierie & management du commerce Initiative : Les entrepreneurs azuréens font leur BA

Transcript of Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Page 1: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

# 92

TÉLÉCHARGEZ L’APP CCI SUR VOTRESMARTPHONEFLASHCODE EN PAGE 21DE CE NUMÉRO

L’INDUSTRIEL’INDUSTRIEDU MADE IN CÔTE D’AZURDU MADE IN CÔTE D’AZUR

INVESTIT INVESTIT SUR SON AVENIRSUR SON AVENIR

DOSSIER I P. 10

Page 2: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

SALON PROFESSIONNEL DU BÂTIMENT CAPEB 2012

NEUF &

RÉNOVATION

NICE 15, 16 ET 17 NOVEMBRE

PALAIS DES CONGRÈS ACROPOLIS

2012

FLASHEZ-MOI !

PROFESSIONNELLES

PROFESSIONNELLES

CONSTRUCTIONDE LA

JOURNÉESPROFESSIONNELLES

CONSTRUCTION

JOURNÉESPROFESSIONNELLES

CONSTRUCTION2012

2012

TITION

AAAT AT

NEUF &

RÉNOV

CONSTRUCTION

CONSTRUCTION

CONSTRUCTION12

12

NICE

NICE

15, 16 EAPPALAIS D

NICE E VT 17 NO EM

IS DES CONGRÈS CA RO

ON SALPROFESSIONNEL DU BÂT

NICE MBREROPOLIS

ON PROFESSIONNEL DU BÂTIMENT

PROFESSIONNEL T

LE REN

N OUS V--VDEZDU BÂTIME

DU BÂTCAPE

OUS

DU BÂTIMENT CAPEB 2012

T

DU BÂTIMEVISITEURS 100% PRO

DU BÂTIMEVISITEURS 100% PRO

CONTACAT T - INFORPhilippe Hyerlé

Directeur de la P 01 53 60 50 57/06 08 56 78 09

NTVISITEURS 100% PRO

- INFORMATTA IONPhilippe Hyerlé

ublicitéirecteur de la P 01 53 60 50 57/06 08 56 78 09

Confédération de l’Artisanat et des P

FLASHE -MZ OI !

Confédération de l’Artisanat et des P

01 45 83 43 40 [email protected]

etites Entreprises du BâtimentConfédération de l’Artisanat et des P.cawwww.capeb.fr

01 45 83 43 40 [email protected]

etites Entreprises du Bâtiment.capeb.fr

Page 3: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

N° 92 JUILLET 2012

L E M A G A Z I N E D ' I N F O R M A T I O N É C O N O M I Q U E D E L A C C I N I C E C Ô T E D ' A Z U R

EditeurChambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur - 20, boulevard Carabacel BP 1259 - 06005 NICE CEDEX 1

Directeur de la publicationBernard KLEYNHOFF, Président

Directeur du comité de rédactionJean-Pierre SAVARINO, Vice-président

Directeur de la rédactionSylvain ROUGET, Directeur Communication

Rédacteur en chefChristian PROUD-DIAZ, Responsable é[email protected]

Conception-Rédaction-RéalisationService Editions - Direction de la CommunicationChambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur Tél. : 04 93 13 73 93 - Fax : 04 93 13 73 24 E.mail : [email protected]

Impression : Trulli (Vence)

Tiré à 55 000 exemplaires Dépôt légal à parution / ISSN 1296 - 3755La reproduction, même partielle, de tout matériel publiédans ce magazine est interdite (loi du 11/03/57)

Régie publicitaire du magazine

CCINICE CÔTE D'AZUR

0 800 422 222 gratuit depuis un fixe)

ou 334 898 898 28 (de l'étranger)

www.cote-azur.cci.fr

contactez Michèle Dabbène au 04 93 13 73 93 ou par mail : [email protected]

# 92

TÉLÉCHARGEZ L’APP CCI SUR VOTRESMARTPHONEFLASHCODE EN PAGE 21DE CE NUMÉRO

L’INDUSTRIEL’INDUSTRIEDU MADE IN CÔTE D’AZURDU MADE IN CÔTE D’AZUR

INVESTIT INVESTIT SUR SON AVENIRSUR SON AVENIR

DOSSIER I P. 10

Ce document, en qualité papier PEFC (1), est réalisé par une imprimerie certifiée «Imprim’Vert» respectant les principes du développement durable par la suppression d’alcool isopropylique et l’utilisation d’encres à base d’huile végétale, conditionnées en fût réduisant ainsi leur consommation. Le recyclage papier, plastique, carton, aluminium, est valorisé et bénéficie d’un conditionnementen balles. Les solvants captés sont également biodégradables et recyclés. (1) le bois provient de forêts gérées durablement, comme l’exigent les critères d'Helsinki.

Une bonne nouvelle

Oui, depuis plusieurs mois, l’industrie de notre département investit et c’estune bonne nouvelle. Pour le tissu économique azuréen, c’est un indicateurencourageant dans une conjoncture globale qui l’est pourtant peu.

Quand un chef d’entreprise investit, quel que soit son secteur d’activité, c’estqu’il a confiance. Confiance en l’avenir de son entreprise et en même temps,conscience que c’est le bon moment pour renforcer ses capacités, pour innover,pour oser aller sur de nouveaux marchés. En clair, pour être encore pluscompétitif et se positionner face à la concurrence. Car si elle est davantageconnue pour son tourisme et, depuis quelques décennies, pour ses hautestechnologies, la Côte d’Azur n’en est pas moins une terre d’industrie.

Ce secteur est stratégique : il pèse pour 7 milliards d’euros dans notre économieet représente 9 % de l’emploi dans le 06. A la pointe du mouvement de recon-quête de l’industrie hexagonale, l’industrie du «made in Côte d’Azur» disposed’un atout essentiel : elle est jeune, de nouvelle génération et donc portée versl’innovation, en pratiquant la fertilisation croisée avec le high tech égalementprésent sur notre territoire. Capable d’attirer les talents dont elle a besoin pourpoursuivre sa croissance, elle a aussi la chance d’être très diversifiée, maillée parun réseau de PMI dynamiques qui investissent elles aussi : ce ne sont passeulement les grands groupes qui misent sur l’avenir.

Ce dynamisme, cette foi qu’ont les entrepreneurs industriels leur permettent des’affranchir de bien des obstacles - comme le manque de foncier dans le 06 pourdévelopper localement leurs activités - et on doit les en féliciter. Mieux, il fautles encourager, les soutenir, les accompagner. C’est ce que fait notre CCI auquotidien, fière du «I» de l’industrie que porte son fronton.

Azur Entreprises I N° 92 I 3

Actu écoEtude n p.4/5

TIC et sciences du VivantCommerce n p.6/7

Un diplôme ingénierie & management du commerce

Initiative n p.8/9Les entrepreneurs azuréens font leur BA

Dossiers & thématiquesSalon n p.16/17

Retour sur Innovative cityTourisme n p.18/19

Toursime & shopping, ça marche

Le dossiercomment l’industrie azuréenne investit sur son avenir n p.10/15

Focus sur les investissements réalisés par elsgrands noms du secteur comme par les PMI

Portraits d’entrepreneursAdlynx n p.20

Mer & Design n p.20Finance Immo n p.21

La boîte à outils de l’entreprise

Performance +, les premiers résultats np.22/23

Focus sur le label de Maître restaurateur n p.23Gestion : des outils en cas

de difficultés n p.24Fiscalité : un guide pour les

entreprises du nautisme n p.25Commerce : un guide pour

optimiser sa sécurité n p.26

Sommaire

Bernard Kleynhoff, Président de la CCI Nice Côte d’Azur

Bernard KLEYNHOFF

Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie

Nice Côte d’Azur

Page 4: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

4 I Azur Entreprises I N° 92

Actu & rendez-vous

TIC ET SCIENCES DU VIVANT : LE PARADOXE DE LA C

n ÉTUDE ÉCONOMIQUE. L’OBSERVATOIRE ÉCONOMIQUE SIRIUS CCI A CONSACRÉ UNE ÉTUDE ANNUELLE AUX DEUX P STRATÉGIQUES DU HIGH TECH AZURÉEN.

Regardez et comparez ces deux séries de gra-phiques. Elles surprennent à chaque foisqu'elles sont présentées lors des réunions deconjoncture économique azuréennes. Cesgraphiques représentent l'évolution sur unpeu plus de dix ans des deux principaux piliersdu high-tech azuréen: le pôle des TIC (Tech-nologies de l’Information et de la Communi-cation) et celui des Sciences du vivant. Achaque fois, un graphique pour suivre l'évolu-tion du chiffre d'affaires et un autre pourl'emploi.

Le pôle TIC qui perd du chiffre d'affaires mais garde ses emploisCe qui surprend les observateurs et les inter-pelle c'est que, si l'on considère le chiffre d'af-faires, le pôle TIC (1387 établissements,20440 emplois et 3,76 milliards d’euros de CAdont 2 milliards à l’export) semble baisserinexorablement. Par rapport à son plus hautde la décennie, en 2007 (4,382 m€) il a perduun peu plus de 500 m€. Plus de 10 %. En re-vanche, le pôle sciences du Vivant (246 éta-blissements, 9305 emplois, 2,4 milliardsd’euros de CA en 2011 dont 1,3 milliard à l’ex-port) ne cesse de grimper. En 2000, il ne pe-sait pas plus de 1 921 m€. Un bon 450 m€ degagné en une décennie!A première vue, le pôle TIC qui baisse, celuides Sciences du Vivant qui monte et vientcompenser: la balance reste à l'équilibre pourla Côte d'Azur. Pourtant si l'on regarde lescourbes de l'emploi, ce n'est pas la mêmeimage qui est renvoyée: le pôle TIC est auplus haut en termes d'emploi avec 20440 per-sonnes (20 de moins que le "pic" de 2007 à20460) tandis que le pôle Sciences du Vivanten a perdu. Avec 9305 personnes en 2011, ilperd près de 500 emplois par rapport au plushaut de 2003 (9800 personnes). C'est là le pa-radoxe du high-tech azuréen. Il a de quoi ren-dre perplexe et mérite explications.

Les TIC recentrés sur la Recherche et DéveloppementPour l'Observatoire Sirius CCI, cette explica-tion est simple: le recul du chiffre d'affairesdu pôle TIC est plus liée à un changementdans l'activité qu'à une baisse de celle-ci. Elleprovient majoritairement d’un recentrage decertaines grandes entreprises vers la Re-cherche et Développement. Cela, au détri-ment d’activités directement génératrices dechiffre d’affaires. Ce qui reste d'ailleurs le pluscaractéristique des TIC de la Côte, c'est que

près de la moitié sdes entreprises du pôlemène une activité de Recherche et Dévelop-pement, les plus grandes entreprises étantcelles qui en réalisent le plus fréquemment.Ainsi, d'une façon purement comptable, lenombre d'emplois a pu rester stable voire pro-gresser, tandis que le chiffre d'affaires bais-sait. Et de rappeler que le cœur des TIC reste So-phia Antipolis et qu'il est solide. Pas d'érosiondans la technopole. Le parc technologiqueconcentre à lui seul près du tiers des entre-prises du pôle et plus de la moitié du chiffred’affaires et des effectifs (malgré le départ deSchneider Automation qui a regroupé ses ac-tivités sur son site de Carros). Dans ce secteurd'activité cependant, le mouvement estconstant. Bouillonnant. Un grand nombre decréations d’entreprises est enregistré chaqueannée, mais aussi de disparitions. Ainsi seules46 % des entreprises ont plus 5 ans d’exis-tence. La taille des sociétés aussi reste majo-ritairement petite. Si les trois quarts desentreprises ont au plus 5 emplois, elles ne sontqu’une soixantaine à en avoir plus de 50. Quelques locomotives heureusement comme

Amadeus et Astek Sud-Est à Sophia, IBM à LaGaude, Thales Alenia Space à Cannes ou en-core Texas Instruments à Villeneuve-Loubeten dépit des restructurations de 2009. Cesgrandes entreprises, malgré leur faible nom-bre, représentent 72 % des effectifs et 80 % duchiffre d’affaires ! Elles sont également à l’ori-gine de l’essentiel des exportations.

Sciences du Vivant: un chiffre d'affaires qui monte, mais un niveau d'emploi qui s'érodeLe pôle des sciences du Vivant, lui, se révèlebeaucoup plus stable. Il enregistre peu decréations d’entreprises (et de disparitions) an-nuellement. Près de la moitié de ses entre-prises a ainsi plus de 20 ans. Ce pôle s'appuieprincipalement sur Grasse avec les grands duparfum comme Mane, Robertet et sur laplaine du Var avec les laboratoires pharmaceu-tiques comme Virbac et Arkopharma, ainsique sur Sophia avec le centre de recherchedermatologique de Galderma ou Lundbeck. Les entreprises implantées sur le bassin éco-nomique de Grasse, largement spécialiséesdans les arômes, représentent plus du tiers dupôle et ont connu les plus fortes croissances

1 921 1 9352 050 2 094 2 0042 100

2 089 2 194 2 198 2 2702 088

201120102009200820072006200520042003200220012000

2 387

9 4609 290

9 435

9 800

9 490

9 1809 300

9 1709 346

9 125 9 130

9 305

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

201120102009200820072006200520042003200220012000

3 883 4 1

80 4 332

4 085 4 1

05 4 178 4 3

82

4 200

3 840 3 9

534 329

3 756

20 39020 380

20 05519 830

19 365

18 475

19 185

19 730

20 460

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001

2000

20 09520 19020 440

Sciences du vivant : l’évolution du chiffre d’affaires (en millions d’euros) du secteur et de seseffectifs (en nombre d’emplois) sur la décennie. (chiffres Observatoire économique Sirius CCI)

Technologies de l’information et de la communication : l’évolution du chiffre d’affaire (en millionsd’euros) du secteur et de ses effectifs (en nombre d’emplois) sur la décennie. (chiffres Observatoireéconomique Sirius CCI)

Page 5: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 5

Figure de l’industrie azuréenne, laDirectrice générale de la PME de SaintJeannet a vu son parcours exceptionnelrécompensé.

Michelle Cimelli, dirigeante d’entrepriseparticulièrement active et engagée, dansun milieu d’hommes qu’est l’Industrie, areçu le 25 mai les insignes de Chevalierde l’Ordre National du Mérite.Ces insignes lui ont été remis par leprésident de la CCI Nice Côte d’Azur,Bernard Kleynhoff, en présence denombreux chefs d’entreprise locaux.

A 52 ans, Michelle Cimelli, mère de deuxfilles, est aujourd’hui Directrice Généralede la société One-Too depuis 2008,après y avoir tenu les fonctions deSecrétaire Générale, membre duDirectoire et Responsable administrativeet financière.One-Too basée à Saint-Jeannet, estspécialisée dans le développement, lafabrication d’outils pour les réseauxaprès-vente des constructeurs auto-mobiles, le développement, la fabricationd’outils de mesure industriels pourusines d’assemblage automobile.

Dirigeante active et très impliquée dans

le monde socio-économique, MichelleCimelli exerce notamment des mandatsde conseiller Prud’homal, de Vice-président de l’APPIM – Association pourla Promotion de l’Industrie Méditerra-néenne - et de Membre associé de la CCINice Côte d’Azur dont elle préside laCommission « Industrie ».

Lors de la cérémonie, Bernard Kleynhoffa rappelé ce parcours exemplaire marquépar la création d’une entreprise dans ledomaine floral dès 1987 et undéveloppement rapide avec 7 magasins.Puis, à partir de 1991, une carrière ausein de SEEM (Sud Est ElectroMécanique), devenu One-Too, pour endevenir Directeur Général.

Créé par décret du 3 décembre 1963l'Ordre National du Mérite est le secondOrdre National après la Légiond’Honneur. Il compte aujourd'hui188000 membres et récompense lesmérites distingués soit dans la fonctionpublique, civile ou militaire, soit dansl'exercice d'une activité privée, pendantau moins dix années de service.

Plus sur One-Too : www.one-too.comPlus sur l’ONM : www.legiondhonneur.fr

Distinction

Actu & rendez-vous

MICHELLE CIMELLI (ONE-TOO) CHEVALIER DE L’ORDRE NATIONAL DU MÉRITE A CÔTE D'AZUR

X PRINCIPAUX SECTEURS

d’activité a constaté Sirius CCI. Celles de laPlaine du Var et de Sophia Antipolis, plus cen-trées sur l’activité pharmaceutique, ont égale-ment enregistré de bons résultats. Près de lamoitié des entreprises du pôle a, au plus, 5emplois. Une trentaine en a plus de 50. Cesquelques grandes entreprises emploient lestrois quarts des effectifs et réalisent les troisquarts du chiffre d’affaires. De nombreusesentreprises du pôle, d'autre part, ont une acti-vité de Recherche et Développement, en par-ticulier parmi les plus grandes d’entre elles.Pour ce pôle des Sciences du Vivant, 2011 res-tera comme une année magnifique avec unchiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros, encroissance de 6 %. Les exportations, notam-ment dans la filière aromatique, sont à l’ori-gine du haut niveau d’activité. L'emploi acertes profité de cette hausse d’activité avecprès de 200 personnes supplémentaires en2011 par rapport à 2010. Mais, compétitivitéoblige, pas assez pour retrouver son niveau de2003 (9800 emplois alors contre 9305 en2011). n

Les études sontconsultables en ligne surwww.cote-azur.cci.fr/economie06

Phot

o Ré

dacti

on

Michelle Cimelli, avec Bernard Kleynhoff lors

de la remise des insignesau siège de la CCI Nice Côte d’Azur.

Phot

o Ré

dacti

on

Page 6: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

6 I Azur Entreprises I N° 92

UN DIPLÔME « INGÉNIERIE ET MANAGEMENT DU CO M

n COMMERCE. C’EST LE PREMIER DIPLÔME UNIVERSITAIRE DU GENRE : IL EST LE FRUIT DE LA COLLABORATIO N

ET LES UNIVERSITAIRES AZURÉENS. OBJECTIF : FORMER LES EXPERTS DONT LE SECTEUR A BESOIN POUR SON DÉ

Lorsque professionnels et universitaires serencontrent et travaillent ensemble, des pro-jets aboutissent. Tout a commencé par uneréflexion et une étude menées par la CCINice Côte d’Azur, en concertation avec lespartenaires locaux, auprès des animateursFISAC, des collectivités territoriales et denombreux acteurs du commerce de la ré-gion PACA. Leader dans la mise en place deprogrammes de développement des com-merces de proximité, la CCI est au premierrang pour appréhender les mutations impor-tantes auxquelles est confronté, depuisquelques années, le commerce de proximité.Explosion des sites marchands et de la venteen ligne, apparition de nouveaux conceptscomme les boutiques éphémères ou les «drive », changement de comportements desconsommateurs à la recherche d’authenti-cité (produits bio, productions locales), mul-tiplication des supermarchés de quartier etdes discounters au détriment des hypers, re-tour du troc et des coopératives (AMAP) etc.Des évolutions de plus en plus rapides et

complexes qui changent la donne et obli-gent, les commerçants comme tous les ac-teurs du secteur (consultants, agents dedéveloppement des collectivités, animateurset coordinateurs du commerce, conseillerstechniques au commerce ou aux métiers,responsables d’associations …) à se remet-tre en cause.

Deux ans de travailUne fois les problématiques et les besoinsclairement identifiés, la CCI Nice Côted’Azur s’est rapprochée de l’Université avecqui elle a travaillé pour mettre en place ce di-plôme universitaire. Objectif : professionna-liser les intervenants du terrain et renforcerleurs compétences, mais aussi former auxoutils et concepts nécessaires pour faire faceaux enjeux du commerce de demain. Unchoix d’autant plus pertinent qu’il n’existepas vraiment de formation diplômante dansce domaine. « Ingénierie et Management duCommerce » vise donc à développer une cul-ture managériale au sein du monde du com-

merce et à faciliter la diffusion et le partagede bonnes pratiques pour la gestion de pro-jets de développement privés comme pu-blics. Le cursus est aussi ouvert à tous ceuxqui souhaitent rejoindre ce secteur d’activité :étudiants, demandeurs d’emploi, salariés enreconversion… Pour les personnes évoluantdéjà dans lesecteur du commerce, il permetégalement d’approfondir leurs connais-sances dans un domaine précis (par exempleen matière d’urbanisme, d’environnement,ou de financement). D’une durée d’un an, ilcomprend 256 heures de cours (les vendre-dis et samedis après-midi par quinzaine) et900 heures de stages.

Priorité au terrain A travers des modules très ciblés, « Ingénie-rie et Management du Commerce » permetd’acquérir une vision globale du manage-ment du commerce de centre-ville et d’appro-fondir la connaissance des outils dumanagement de projets de développement etde dynamiser le tissu commercial, y compris

Dossiers & thématiques

Sym

isaParce que le commerce est un secteur économique à part entière et qu’il représente un pilier stratégique sur la Côte d’Azur, professionnels et universitaires se sont alliéspour créer ce diplôme innovant.

Page 7: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 7

O MMERCE »

TIO N ENTRE LA CCI, LES PROFESSIONNELS

ON DÉVELOPPEMENT.

Le diplôme en bref

256 heures de cours alter-nés, 900 heuresde stage,

pour acquérir une vision globale du management du commerce et pour trouver des débouchés dans les collectivités locales, les cabinets de consultants,...

• Durée et dates de la formation : 12 mois de janvier à décembre 2013- dont formation théorique de janvier à mi-mai2013, en alternance les vendredis et samedistous les 15 jours- stage professionnel de 6 mois en entreprise ou collectivité de juin à novembre 2013

• Lieu de la formation : Campus Saint Jean d’Angely à Nice

• Tarif : 3 000 euros net (hors frais administratifs)

au plan financier. La formation, ancrée dansla réalité professionnelle, s'appuie sur uneconfrontation permanente au terrain enri-chie par des échanges avec les profession-nels et un accompagnement pédagogiquedispensé aussi bien par des enseignantschercheurs de l’Université Nice Sophia An-tipolis que par des professionnels de diffé-rents organismes (CCI Nice Côte d’Azur,CEFAC, collectivités territoriales, UnionsCommerciales…). n

En savoir +

Asure formation (Accueil et Services del’Université pour les Relations avec lesEntreprises) - Campus Saint Jean d’Angely24, avenue des Diables Bleus 06 357 NiceCedex 4 - Tél : 04.92.00.13.30 [email protected]

Ou CCI Nice Côte d’Azur0 800 422 222 (gratuit depuis untéléphone fixe) et sur www.cote-azur.cci.fr

Une nouvelle série débarque survos écrans. Vous ne trouverez pasLahun Project sur votre programmetélé mais sur votre moteur derecherche. L'objectif de cette sérieexclusivement visible sur le Webest simple: présenter d'unemanière décalée les servicesd'institutionnels de la région, enutilisant tous les ressorts ducinéma de fiction.

12 épisodes pour la saison 1, la saison 2 en préparationA première vue, Lahun Project estune série créative, innovante,incroyablement prenante etrythmée. Et pourtant, les 12épisodes de la première saisonsont destinés à faire passer unmessage de pure communicationinstitutionnelle. En toile de fond,la technopole futuriste de SophiaAntipolis... Aujourd'hui, la saison 1de ce projet entièrement dédié auxentreprises est dans la boîte,tourné, monté et financé.

Benoît Lamouche, nouveau Méliès du filmd'entreprisePour captiver le spectateur sur dessujets plutôt difficiles, le créateurde la série Benoît Lamouche,assisté par une équipe d'unetrentaine de pros du septième art,utilise tous les codes d'un bon filmde science-fiction et d'un scénarioà énigmes. Il réinvente ainsi le filminstitutionnel, n'hésitant pas àimpliquer ses clients commefigurants lors des tournages. Scoopde la saison 1: l'un des épisodes sepasse dans les nouveaux locaux dela CCI à Sophia... Jolie manière deprésenter ses services auxentreprises pour la CCI et degagner en visibilité en ouvrant unréseau de partenaires sérieux pourla société DK-Motion, producteurde ce projet. Tournage de la saison2 au mois d'octobre...

En savoir +www.lahun-project.com

Focus

UNE WEB SÉRIE TOURNÉE À SOPHIAANTIPOLIS, DANS LES ENTREPRISES ET LESNOUVEAUX LOCAUX DE LA CCISy

misa

Page 8: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

8 I Azur Entreprises I N° 92

LES ENTREPRENEURS AZURÉEN S

n INITIATIVE. 10 MILLIONS D’EUROS POUR ACCOMPAGNER LES CRÉATEURS AZ UR ENTREPRENEURIAL. C’EST LA BONNE ACTION INITIÉE PAR LA COMMISSION DÉV EL DE L'UPE 06, PORTÉE PAR GEORGES DAO ET UNE VINGTAINE D’ENTREPRENEUR S A

Les chiffres ont de quoi faire réfléchir. On es-time que faute de financement et d’accompa-gnement adéquats 50 à 100 entreprisesazuréennes se développent mal, se dévelop-pent ailleurs ou ne se développent pas. Celareprésente pour elles entre 100 à 200 M€ dechiffre d’affaires perdu moins de deux ansaprès leur création et près d’un millier d’em-plois qui ne sont pas créés dans le départe-ment! Une situation d’autant plusdommageable que selon toutes les études me-nées, la solution à la crise viendra de la bonnesanté des TPE et PME et de leur capacité à sedévelopper. Fort de ce constat, l’UPE 06(Union pour l’Entreprise des Alpes-Mari-times) a décidé d’agir. Avec l'ensemble despartenaires, en premier lieu desquels la CCINice Côte d’Azur, elle a initié une démarched'actions nouvelle et globale pour le départe-ment. A travers sa Commission Développe-ment Economique Durable elle a créé BA06 :Business Accelerator 06.

Se connaître et se reconnaître Présidée par Georges Dao, ex-PDG du groupede BTP CARI, l’entité est d’abord intervenuecomme une structure de mise en relation d’af-faires à travers un salon : le Business Accele-rator rebaptisé BA06. L’idée? Mettre enrelation les jeunes entreprises innovantes avecles grands comptes et les structures de finan-cement. Beaucoup d’entreprises azuréennes

rencontrent des difficultés pour vendre leursproduits et services auprès des grandscomptes locaux mais surtout pour trouver despartenaires financiers. En deux éditions, leRDV a permis un grand nombre de rappro-chements. Faire connaître les « pépites » in-novantes c’est bien mais les faire accéder aufinancement n’est pas toujours facile. BA06 a donc décidé d’aller plus loin en créantson propre fonds d’investissements solidairedoté de 10 millions d’euros. Le projet, portépar une vingtaine d’entrepreneurs azuréenspassionnés et bénévoles, a bénéficié d’un par-tenaire de poids : Equitis, une référence dansle monde du capital investissement. Ensem-ble, ils assureront la gestion du fonds, garan-tiront le respect de la réglementation,l’agrément AMF, le choix final des investisse-ments et l’information aux investisseurs…L'organisation globale du fonds a été mise enplace avec 2 cabinets juridiques azuréens, spé-cialisés sur ces types de montage. Avantmême sa finalisation, le fonds recevait le sou-tien de trois banques et de la Caisse des Dé-pôts et Consignations, ainsi que desinstitutionnels motivés par une démarche dedéveloppement territorial éthique.

Une réponse au besoin de financement des en-treprises innovantesVenu présenter officiellement son lancementau début de l’été, Georges Dao a expliqué les

Dossiers & thématiques

IT Meeting, nouveau salon pro (Cannes)lUn nouveau salon dans le segment des NouvellesTechnologies sur la Côte d’Azurle premier IT Meeting, salonbusiness sur le marché desréseaux, de la mobilité et ducloud computing, sera orga-nisé par Tarsus France les 21et 22 mars 2013 au Palaisdes Festivals et des Congrès.

Une 3e année pour l’ING (Nice)L’Institut National de laGemmologie lance un bachelorDepuis 2011 l’ING, uneécole spécialisée, a ouvertune antenne en plein centrede Nice et se renforce au-jourd'hui avec l'ouvertured'une 3e année: un Bachelornégociateur d'objets de luxeoption joaillerie. Une forma-tion complémentaire quivient répondre à la demandedu marché et à la spécificitéde la Côte d'Azur.

Un nouveau Préfet pour le 06Christophe Mirmand succède à Jean-Michel DrevetNommé le 11 juillet, Chris-tophe Mirmand était préfetde Savoie depuis juin 2010.Précédemment, il avait étésecrétaire général adjoint etdirecteur de la modernisationet de l'action territoriale auministère de l'Intérieur, del'Outre-Mer et des collectivi-tés territoriales de 2008 à2010.

Skema noue une allianceen Ecosseavec Strathclyde BSAvec ce partenariat, laSKEMA compte renforcer saprésence en Europe, jusque-là constituée de ses troiscampus français (Sophia An-tipolis, Lille et Paris). Strath-clyde Business Schoolfondée à Glasgow en 1947est mondialement reconnuepour sa capacité d’innovationen matière d’éducation et pour son expertise en recherche.

bref...en

Page 9: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 9

N S FONT LEUR BA

AZ URÉENS DANS LEUR PROJET ÉV ELOPPEMENT ECONOMIQUE DURABLE

UR S AZURÉENS.

tenants et les aboutissants de cette initiative :« Le département est un réel creuset d'entre-prises innovantes à fort potentiel de croissancequi ont un besoin de financements en fonds pro-pres, leviers indispensables aux aides publiqueset aux prêts bancaires, pour mener à bien leurprojet. Pourtant rares sont les structures quis'engagent dans le financement des jeunes entre-prises via le capital investissement (privateequity) principalement pour les investissementscompris entre 50K€ et 1,5 M€. Les business mo-dèles financiers actuels des Alpes-Maritimes nepermettent pas de satisfaire les besoins, et lesprofessionnels sont convaincus que la solutiondoit être de proximité et accentuée sur le mana-gement entrepreneurial. Ce principe a déjà étéappliqué avec succès dans les villes de Marseille,Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Grenoble,Nancy… ».

Processus managérial ciblé Pour autant pas question de se contenter d’in-vestir. Aujourd’hui, pour répondre aux besoinsdes entreprises à fort potentiel tout en limitantla prise de risque et les frais de gestion, BA06considère que la maitrise de l'investissementpasse par un nouveau business modèle privi-légiant l’accompagnement entre- preneurialsolidaire permettant aux créateurs de passeravec succès au stade d'entrepreneur. « La sé-lection des entreprises dépendra non seulementde son activité et de son potentiel de croissance

UNE QUARANTAINE D’ENTREPRISES INNOVANTESSÉLECTIONNÉES

En s’inspirant de cette solution qui a faitses preuves, BA Accompagnement et In-vestissement a été créé. « Dès que nousaurons le feu vert de l’AMF (Autorité desMarchés Financiers) et que le fonds seraconstitué, nous investirons en fonds pro-pres dans une quarantaine d'entreprisespour un montant unitaire de 50 à 1000k€» précise Georges Dao. «Nous pré-voyons aussi un accompagnement de sor-tie (LMBO, Bourse, rachat, etc.) dès queles entreprises seront aptes à se dévelop-per avec d'autres partenaires présents surce segment. Cela répond à l'attente duterritoire très riche du 06 et permettraaux entreprises sélectionnées issues dessecteurs des TIC mais aussi de l’écoconstruction ou des services, qui sonttrois domaines porteurs pour les 10 an-nées à venir, de bénéficier au mieux desaides publiques qui sont toutes condi-tionnées aux fonds propres des entre-prises. Notre force, avec une quarantained’experts, c’est précisément d’accompa-gner ces entreprises jusqu’à ce qu’ellesaccèdent au marché et parviennent àconvaincre leurs clients ».

Lors du lancement de BA06, lepotentiel en entreprises inno-vantes des Alpes-Maritimes aété mis en lumière... De mêmeque leurs besoins spécifiquesen financement

mais également de la volonté de son dirigeantà s’intégrer dans un processus d’accompagne-ment managérial ciblé et personnalisé. Ceprocessus d'accompagnement managérial ga-rantira au mieux la prise de risque. C’est pour-quoi nous n’avons prévu qu’un taux d'échecinférieur à 20 % » insiste Georges Dao, réso-lument optimiste.A noter que les problématiques de financesdes entreprises de tout type feront l’objet d’undossier de fond dans le prochain numérod’Azur Entreprises, qui sera diffusé à larentrée. n

En savoir [email protected] 92 27 27 60

Réda

ction

« Le département est unréel creuset d'entreprisesinnovantes à fort potentielde croissance qui ont unbesoin de financements enfonds propres ».

Georges Dao, initiateur du projet

Business Accelerator 06.

Page 10: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

10 I Azur Entreprises I N° 92

Dossier

Skyp

ixel I 

drea

msti

me

COMMENTL’INDUSTRIE

DU MADE IN CÔTE D’AZUR

INVESTITSUR SON AVENIR

Page 11: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Les Alpes-Maritimes en pointe dans le mouve-ment de reconquête de l'industrie française.Face cachée de l'activité de la Côte d'Azur, l'in-dustrie n'en est pas moins bel et bien présentedans le département. Sur un territoire encoretrès agricole il y a 150 ans, elle est partie prin-cipalement des parfums grassois pour s'instal-ler le long du littoral et dans la basse vallée duVar. Aujourd'hui, avec 36000 salariés, elle re-présente 9 % de l'emploi des Alpes-Maritimes(juste un peu moins que la moyenne régionalede 11 %), et pèse 7 milliards d'euros.

Une industrie qui est jeune et donc de nouvellegénération. Pas de hauts-fourneaux, d'activitéspolluantes. Pour faire très schématique, c'estde la pharmacie sur le bassin de Nice-Carros,des satellites à Cannes, de la parfumerie àGrasse, des technologies de l'information àSophia Antipolis. Une industrie "blousesblanches" essentiellement, avec un haut ni-veau de savoir-faire et un marché mondial àaffronter.

Sa force? Si vous posez la question à DanielSfecci, président de l'APPIM, il vous répondraque c’est tout d’abord sa diversité. Et ajouteraaussitôt : "c'est aussi sa faiblesse". Dans la ba-lance on pourrait ajouter au titre de la force, lafaculté d'attirer les meilleures compétences etau titre de la faiblesse, la rareté du terrain,donc son coût pour de nouvelles implantationsou extensions et le prix du logement pour lessalariés.Mais c'est des Alpes-Maritimes qu'est parti lemouvement de reconquête de l'industrie fran-çaise. Quelques éléments forts : la créationdes pôles de compétitivité initiée en 2005 quia conduit à la labellisation de onze pôles dansla région dont un mondial, le Pôle SCS, (Solu-tions communicantes sécurisées) et le pôlePASS (Parfums Arômes Senteurs Saveurs); leLivre Blanc de l'Industrie Azuréenne qui, en2010, a tracé les pistes pour demain avec la vi-sion d'un pôle industriel international autourdu développement durable. Une stratégie au-jourd'hui mise en œuvre par une CCI que pré-side pour cinq ans un chef d’entreprise issu dusecteur de l’industrie, Bernard Kleynhoff.On peut y ajouter les investissements d'aveniravec une trentaine de projets dans les Alpes-Maritimes pour un montant total de 250 M€avec notamment l'Eco-cité de la plaine du Var,les smart-grids, France Génomique, etc. Etpuis bien sûr, dans ce mouvement de recon-quête, figure en bonne place, la vague d'inves-tissements de l'industrie azuréenne pour unenouvelle montée en gamme.

Thales Alenia Space, Virbac, Schneider, Rober-tet, Tournaire…: l'industrie réinvestit massive-ment sur la Côte! Plus que les paroles, leschiffres parlent. Ils montrent clairement quel'industrie investit de nouveau sur la Côted'Azur. Depuis 2009, ce sont plus de 120 mil-lions d'euros qui ont été lancés sur quelques

projets phares. Thales Alenia Space à Cannes(2000 salariés) a donné le "la" avec son pro-gramme Odyssée en 2009. Il a été suivi. En find'année dernière, c'est une véritable rafaled'investissements lourds qui ont été finalisésou engagés sur la Côte d'Azur. Un territoirequi s'était d'ailleurs positionné en faveur d'unmouvement de renaissance de l'industrie enFrance à travers la rédaction d'un livre blancspécifique. Passage en revue de ces grandesmanœuvres de l'industrie azuréenne.

Thales Alenia Space. Plus de 40 millions d'eu-ros ont été investis à La Bocca pour le pro-gramme Odyssée avec la construction et

l'aménagement d'un nouveau bâtiment de13 000 m2 à proximité de ses salles blanches.Le démarrage s'est fait en 2009 avec l'appui dela ville de Cannes. Aujourd'hui, le bâtiment decinq étages où travaillent déjà plus de 700personnes est pleinement opérationnel. Pour Pierre Bénard, directeur du site, "C'estune étape de la rénovation générale de notreétablissement. Elle nous permet de regrouperdans un même lieu toutes les équipes et métiersconcourant à la réalisation d'un satellite et quise trouvaient dispersées. Nous gagnons ainsi enefficacité et en rapidité. Notre entreprise croit àl'avenir. Nos marchés sont globalement porteursdans le long terme. Nous sommes très bien re-

Azur Entreprises I N° 92 I 11

SUITE PAGE 12 :

n L'APPIM (Association des Partenaires pour la Promotion Industrielle Méditerranée)et la CCI vont continuer à travailler main dans la main. La convention qui lie la CCI àcette association a été renouvelée. En clair la CCI reconnaît l'APPIM (128 adhé-rents, 270 membres et 12000 emplois) comme un acteur représentatif du sec-teur industriel azuréen. Tous deux continueront de mettre des moyens encommun pour fédérer et animer le tissu industriel et de ses filières, ainsi quepour assurer l'accompagnement de la compétitivité des entreprises et promouvoirles métiers et les compétences.Cette collaboration se poursuivra notamment à travers l'organisation du salon In-dustria et des Rencontres pour l’Emploi Industriel Côte d’Azur, deux actions d'en-vergure. Elle se portera également sur l'eDRH Industrie qui se met en place, sur"CAP INDUS" (voir en page suivante) dont la première réunion s'est tenue le3 juillet à Thales Alenia Space, sur la Semaine de l'Industrie, etc.. Au total,l'APPIM mène en moyenne 70 actions et rencontres chaque année.

Plus sur : www.appim.com

LA CCI et l'APPIM renouvellent leur convention

CCI N

ice C

ôte

d’Azu

r

Skyp

ixel I 

drea

msti

me

Daniel Sfecci (à droite), Présidentde l’APPIM lors d’Industria 2011.

Page 12: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

12 I Azur Entreprises I N° 92

Dossier

connus. Les besoins sont là. Sur ce marché,aussi, nous continuons à investir."

Virbac. A Carros, Virbac, le laboratoire depharmacie animale, a lancé un programme de30 millions d'euros pour moderniser et accroî-tre ses capacités de production (10 M€ pourla création de nouvelles installations dédiées

SUITE PAGE 14 :

n Comment faire pour travailler avec Thales Alenia Space quand on estune TPE ou une PME? C'est pour répondre à ce type de question etmettre en rapport donneurs d'ordre et sous-traitants appartenant aumême écosystème industriel que l'APPIM a lancé avec la CCI l'opéra-tion "CAP INDUS". La "première" a été organisée mardi 3 juillet avecle constructeur cannois de satellites. A la clé un enjeu important:TAS sous-traite globalement 70 % de ses 2 milliards d'euros annuels.Sur la région PACA plus particulièrement, c'est un marché de 40 à60 millions d'euros qui est ainsi ouvert à la sous-traitance régionaledans le domaine de la mécanique, des prestations intellectuelles etde l'énergie.Une soixantaine d'entreprises a participé à ce premier rendez-vous."Il y a une réelle volonté aujourd'hui des groupes ou PME de travailleravec le tissu local", explique Daniel Sfecci, président de l'APPIM.Nous avons voulu y répondre. L'idée de CAP INDUS, c'est de réunirprestataires et donneurs d'ordre pour faire en sorte que ces dernierspuissent donner la règle du jeu et exprimer leurs besoins." Après Thales Alenia Space, plusieurs autres prescripteurs locauxcomme Schneider, Kone, Areco, Griesser, Thales Underwater Sys-tems, One Too, Aéroports de la Côte d'Azur, se sont déjà engagésdans la démarche. Des grands groupes mais aussi des PME. La pro-chaine réunion, à la rentrée de septembre, se fera d'ailleurs avec uneplus petite structure. Même objectif cependant: développer des par-tenariats durables entre industriels azuréens pour améliorer la rela-tion client-fournisseur, assurer le chaînage des compétences et joueren plein l'écosystème industriel de la Côte d'Azur.

Clap première pour CAP INDUS autourdes partenariats industriels durables

au nouveau vaccin contre la leishmaniose duchien et 20 M€ pour la construction d’unenouvelle unité de fabrication de produits injec-tables stériles). Pour Eric Marée, le Pdg, ces investissementspermettront "d’accroître nos capacités de pro-duction et de disposer d’installations répondant

aux nouvelles normes".

Schneider Electric. Dans la Zone Industriellede Carros également, au cœur de l'Eco-Vallée,Schneider Electric (800 personnes) a terminéune grande opération pour regrouper sesforces avec le rapatriement de son site de So-

CCI N

ice C

ôte

d’Azu

r

Parmi les actions menées en commun par l’APPIM et laCCI, les rendez-vous de Cap Indus, dont la première

réunion s’est tenue le 3 juillet.

Eric Marée, Pdg de Virbac à Carros.

« Notre entreprise croit àl'avenir. Nos marchés sontglobalement porteurs dansle long terme. ».

Pierre Bénard, directeur dusite de Thalès Alenia Space

à Cannes la Bocca.

Page 13: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 13

n Une date à noter dès aujourd'hui dansvotre agenda: le 20 novembre, pour parti-ciper à Industria 2012. C'est l'événementannuel de l'industrie azuréenne quimonte. L'an dernier, il avait battu un re-cord d'affluence avec 1317 participants(+40 %). Il devrait poursuivre sur salancée cette année avec pour thèma-tique principale l'international. Premierpartenaire commercial des Alpes-Mari-times, l'Italie sera tout naturellement lepays à l’honneur.Pour cette 11e édition, l'équipe deFrance de l'export sera ainsi réunie: CCINice Côte d’Azur, Ubifrance, Coface,

Oséo, INPI, Douanes, CCEF et DI-RECCTE. Tous ces partenaires serontprésents sur un espace dédié avec Ubi-france Italie, la Chambre Française deCommerce et d’Industrie en Italie et En-terprise Europe Network pour vous infor-mer sur leurs dispositifs et vousaccompagner afin de conquérir de nou-veaux marchés. Autre nouveauté, la présence d’un pa-villon réservé aux start up industrielles,destiné à présenter et valoriser les nou-velles compétences émergentes du sec-teur dans le département.Lieu d'échanges entre les industriels,

les partenaires du développement desentreprises, Industria offrira de nouveauune superbe occasion pour promouvoirles savoir-faire et les produits, découvrirde nouvelles opportunités et boostervotre développement non seulement aurégional, mais aussi à l’international!

Plus sur : www.forum-industria.comIndustria 2012 20 novembrehippodrome de Cagnes sur Mer04 92 29 43 [email protected]

Industria 2012 met le cap sur l'internationalet fait un focus sur les start up industrielles

Industria s’est imposé comme unevitrine de premier ordre pour lesavoir-faire industriel azuréen.

CCI N

ice cô

te d

’Azu

r

Page 14: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

14 I Azur Entreprises I N° 92

phia et pour réaménager son centre spécialisédans les automatismes industriels complexes(activités de R&D et de production). Total: unbudget de 14 M€ (8 M€ pour la constructiond'un nouveau bâtiment ultramoderne, 3 M€pour l'équipement et la réorganisation, 3 M€pour la rénovation du site initial). Pour DanielPhilippe, directeur du site, "il ne s’agissait passimplement de rassembler physiquement deuxsites, mais de repenser notre mode de fonction-nement pour être plus efficaces et plus compéti-tifs."

Robertet. Autre investissement très significa-tif : celui de Robertet au Plan de Grasse. De-venu 9e groupe mondial dans son secteur, legroupe grassois a investi 27 millions d’eurosdans un nouveau site industriel pour la pro-duction de compositions pour la parfumerie.

Une réalisation symbolique:elle scelle l’alliance de Rober-tet et de Charabot, deux socié-tés qui se sont unies en 2007.Pour Philippe Maubert, Prési-dent de Robertet "Il s'agit d’unrapprochement exemplaireavec maintien de l’emploi et desactionnaires qui s’entendent".Et d'ajouter: " Nous avons nosracines à Grasse et c’est àGrasse que nous avons choisid’investir sur un site de 14 hec-tares qui nous permet de préser-ver l’avenir".

Tournaire. A Pégomas, c'est une société em-blématique de l'industrie du parfum qui a in-vesti pour se diversifier. Avec sa nouvelle

usine inaugurée en octobre 2011 (6 M€ horsimmobilier), Tournaire Solaire Énergie acherché à tirer parti de près de 180 annéesd'expérience industrielle dans l'emballagetechnique des parfums et arômes pour atta-quer une nouvelle activité dans le solaire. Il amis en place une ligne de production ultramo-derne lui permettant de fabriquer des pan-neaux photovoltaïques. Pour Luc Tournaire, "Notre siège est sur la Côted'Azur et nous n'envisageons pas de quitter laCôte. L'investissement dans le photovoltaïque estjustement lié à cette volonté à la fois de se diver-sifier et de rester dans le département". La so-ciété Tournaire, qui a regroupé sa productionplastique à Chalon-sur-Saône, continue néan-moins d'investir au Plan de Grasse dans sonactivité traditionnelle. Elle réalise une nouvelleligne complètement automatisée avec 8 ro-

bots pour sa production alu.Depuis 2011 a été ainsi pro-grammé un investissement de8 M€ sur 3 ans.

Malongo. D'autres gros inves-tissements industriels sont en-core en cours de finalisation.Ainsi pour le projet de "Cité duCafé" de Malongo à La Gaudesur la ZAC du Plan du Bois (30M€ pour rassembler sur unmême lieu le siège social del'entreprise, une usine de tor-réfaction ainsi qu'un centre de

recherche, un musée, un "café"). Un projetqui a donné lieu à de multiples difficultés.Suite à un conflit qui l'opposait à la communede La Gaude, Malongo avait pu obtenirenfin le feu vert du tribunal administratif de

Dossier

n Même si c'est moins visible, il n'y a pas que les grands groupes indus-triels qui investissent sur la Côte d’Azur. Les PMI aussi misent sur leuravenir. C'est heureux pour l'écosystème dans un territoire où le tissuindustriel est composé majoritairement de petites et moyennes entre-prises. Exemple avec Studiel (230 personnes) à Villeneuve-Loubet. "Nous inves-tissons pour optimiser la chaîne de production", note son Pdg, Jean-Pierre Savarino. "Nous avons notamment automatisé notre chaîne deproduction avec des robots pour un cheminement complet. Pour pro-duire, il faut savoir investir afin de se maintenir en termes de produc-tivité et de qualité des cartes face à la concurrence."

Président de l'APPIM (Association des Partenaires pour la Promotion In-dustrielle Méditerranée) et lui même dirigeant d’une PMI, Daniel Sfecciconfirme. "Beaucoup investissent, mais surtout sur l'outil. Ce qui estréalisé, ce n'est pas forcément un beau bâtiment bien visible, maisdes investissements pour un bureau d'étude plus performant, pourdes formations sur des technologies pointues, pour de nouvelles ma-chines. Notre société par exemple, Sfecci Expertise, a mis beaucoupde moyens sur le service client. Ce qui nous a permis d'enregistrerune augmentation de chiffres d'affaires de 40%. Mais pour l'industrieazuréenne, investir est une nécessité. Le marché, les donneurs d'or-dre exigent le passage à l'excellence."

Les PMI aussi investissent

« Nous avons nos racines àGrasse et c’est à Grasseque nous avons choisid’investir sur un site de 14hectares qui nous permetde préserver l’avenir ».

Philippe Maubert, Présidentde Robertet à Grasse.

Jean-Pierre Blanc, dirigeant deMalongo à Carros.

Daniel Philippe, dirigeant deSchneider Electric à Carros.

Page 15: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 15

Nice. C'était début 2007. "Aujourd'hui, nous avonslancé une partie des appels d'offres, note Jean-PierreBlanc, le directeur général. Nous espérons bouclerl'ensemble des recours avant la fin de l'année et nouspourrons ensuite commencer la préparation du ter-rain". Mais pour Malongo qui, entre-temps, a dûs'agrandir en ordre dispersé sur la zone industriellede Carros, le développement a été retardé de plusde 4 années! Pour l'industrie azuréenne, le foncierreste l'un des problèmes majeurs.

Payan-Bertrand. Même épine "administrative" pourPayan-Bertrand à Grasse. Cette PME familiale spé-cialisée dans la production d'ingrédients aroma-tiques et de compositions parfumées, estactuellement enserrée en zone urbaine. Depuisplus de quatre ans, elle cherche aussi à s'installerdans un nouveau site industriel. Un projet de 10 M€pour lequel elle a trouvé une solution avec AromaGrasse. Mais la concrétisation bute sur l'aménage-ment, délicat à réaliser, d'un second accès pom-piers. Un accès imposé pour des raisons de sécuritéliées aux activités classées. n

Luc Tournaire,Pdg de Tournaireà Grasse. 20 NOVEMBRE 2012

■ hippodrome de la Côte d’Azur ■ Cagnes sur Mer

INDUSTRIELS AZUREENS

Réservez votre stand surwww.forum-industria.comwww.forum-industria.com

Exposez-vous et Exposez-vous et développez vos contacts !développez vos contacts !

Remise du prix de la Rencontre pour l’Emploi Industriel

Daniel Sfecci, président de l’APPIM a remis le prix « Rencontrepour l’Emploi Industriel » le 14 juin à un élève de BTS Informatiqueet réseaux pour l’industrie du lycée des Eucalyptus, Vincent Anza-lone. En effet, le 19 avril dernier, 300 élèves des lycées techniqueset technologiques ont rencontré 44 entreprises industrielles du ter-ritoire lors d’ateliers thématiques et d’un speed-dating. Objectif :mettre en relation les futurs diplômés avec leurs employeurs po-tentiels. Les élèves ont également pu participer à un jeu concoursorganisé sur le thème de l’industrie dont le gagnant, désigné parun tirage au sort, a emporté un mini-pc lors d’une remise de prixorganisée à la CCI.

Rencontre Business de l’APPIM chez Griesser

Les Rencontres Business représentent une opportunité pour unadhérent de présenter ses activités, son fonctionnement au réseauAPPIM. Griesser en a fait l’expérience le 1er juin en accueillantplus de 40 membres lors d’une visite complète de son établisse-ment. D’une chaîne de production à une autre, en passant par uneprésentation de la politique achat, cette visite fut particulièrementriche pour tous. Un cocktail de clôture a permis de poursuivre leséchanges en toute convivialité.

bref...enRUBRIQUE EN

COLLABORATION AVEC

Page 16: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

16 I Azur Entreprises I N° 92

Dossiers & thématiques

INNOVATIVE CITY : QUEL CHEMIN VERS LA VILLE I

n SALON. RETOUR SUR L’INNOVATIVE CITY CONVENTION, QUI A RÉUNI À NICE LES DES INDUSTRIELS, OPÉRATE UR DÉCISIONNAIRES ET POLITIQUES AUTOUR DU THÈME DE LA VILLE INNOVANTE.

La Côte d’Azur, champ d’expérimentation pourla ville intelligente du futur? C’est dans cetteperspective que s’est tenue les 6 et 7 juin2012 la convention Innovative City. En effet,la ville de Nice et plus généralement le dé-partement des Alpes Maritimes concentrenttoutes les problématiques de la ville et desagglomérations intelligentes. C’est, actuelle-ment, l’un des meilleurs champs françaisd’expérimentation et de démonstration desolutions techniques innovantes. Chacun peut le constater : depuis quelquesannées, la convergence des dernières tech-nologies dans le milieu urbain est en pro-gression constante, mais l’évolution vers laville intelligente n’est pas que technologiquepour autant. Elle est aussi et surtout socié-tale ou environnementale. Dans ce cadre, Innovative City Convention

s’est donnée pour ambition d’accompagnerune mobilisation collective de tous les ac-teurs, déterminante pour bâtir ville par ville,des perspectives économiques à court,moyen et long terme en identifiant les axesd’investissements, les bénéfices escomptésgrâce à de nouveaux types de partenariats oude modèles collaboratifs publics-privés enbénéficiant de synergies et plateformes decompétences, démonstrateurs et expertisesrégionales, nationales et internationales.

Les pionniers azuréens du développementdurable étaient rassemblés aux côtés desfleurons nationaux et internationaux dans cedomaine, les 6 et 7 juin derniers. Tous ont ré-pondu à l'appel des équipes de la Chambrede Commerce et d'Industrie Nice Côted'Azur pour le salon, qui a regroupé à l'Acro-

polis de Nice les meilleures entreprises dusecteur. Pour une fois, ils étaient au mêmeendroit, au même moment, regroupés sur unpavillon Côte d’Azur. Une bonne occasionpour renforcer un réseau d'entreprises per-formantes mais éparses et de connecter en-semble les acheteurs des collectivités localesavec des fournisseurs azuréens en devenir.

Concrètement, la ville intelligente de demaindevra être entre autres mieux éclairée et lesdépenses d'énergie maîtrisées. ChristopheDebrabandère de la société Ragni (une PMIfamiliale de Cagnes sur Mer), spécialiséedans l'éclairage public, propose des solutionssimples et peu onéreuses aux municipalitésconfrontées à l'augmentation des coûtsd'énergie. C’est pourquoi l’entreprise étaitprésente à la convention, sur le pavillon Côte

Réda

ction

Sur le pavillon Côte d’Azur organisé par la CCI, les PME-PMI locales qui investissent dans l’innovation au service du développement durable étaient présentes.

Page 17: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 17

E INTELLIGENTE ?

TE URS ÉCONOMIQUES,

d’Azur. Les villes vont tout droit vers l'insé-curité routière, le vandalisme, et des « blackout » programmés pour économiser l'éner-gie. Pour lui c'est « Un non-sens ! Nous propo-sons d'éclairer mieux, voire de réduire lalumière pendant les heures de nuit pour descoûts 2 à 3 fois moindres ».

Le constat fait lors de la convention, c’est quela ville innovante va s’articuler autour de ré-seaux intelligents présents à tous niveaux,pour mener les meilleures éco-actions et œu-vrer individuellement ou collectivement plusefficacement en matière de développementdurable. Ainsi, côté circulation, nous évolue-rons sur des routes où le trafic sera réguléet fluide faisant appel aux nouvelles techno-logies pour leur gestion. C'est le concept de« circulation durable » évoqué par LaetitiaDavignac de l'entreprise Lacroix Traficbasée à Carros. A l'intérieur des bâtiments,plus de soucis de régulation de températurecomme l'explique Paul Raad de l'entrepriseWIT implanté depuis 28 ans à Saint Laurentdu Var : « Notre intervention permet non seu-lement de réduire les coûts mais aussi d'assu-rer un niveau de confort maximum auxutilisateurs ». Quant à Erick Kaspi cela ne faitaucun doute : vue l'envolée des dépenses encarburant, le PDG de Goelectrix, PME dis-tributrice de véhicules électriques égale-ment installée sur la zone industrielle deCarros, prévoit « qu'en 2020, 2 véhicules sur10 seront électriques ». Son entreprise, égale-ment basée à Carros, a remis à l'occasion dece salon au président de la CCI BernardKleynhoff le premier exemplaire de la nou-velle Mia roulant à l'électricité « pour moinsd'un euro par 100 km et sans frais d'entretien». Depuis le véhicule est utilisé au quotidienpar les services de la CCI pour les déplace-ments de proximité.

On le voit, les solutions existent déjà. Mainte-nant, tous ces jeunes acteurs du développe-ment durable doivent grandir sauf que pourl'instant les financements et les projets d'en-vergure sont encore trop rares. Alors : pa-tience... D’ici là, l’édition 2013 d’InnovativeCity Convention sera de retour à Nice, les 18et 19 juin l’an prochain. n

Plus sur www.cote-azur.cci.fret www.innovative-city.fr

Réda

ction

La FNAIM a un nouveauprésident (Nice)La FNAIM Côte d’Azur a éluFrédéric Pelou pour un mandatde 3 ans.

Lors de son assemblée générale le 15 juin, la cham-bre syndicale azuréenne des professionnels de l’immobi-lier a élu le successeur dePierre Laurent pour la man-dature 2012-2015. Le nou-veau président est FrédéricPelou (photo ci-dessus), 36ans, dirigeant de la SAS Im-mobilière Pelou (transaction,administration de biens, loca-tion saisonnière) qu’il a fon-dée en 1997 à VilleneuveLoubet.

Caisse CongésIntempéries BTPCôte d’Azur-CorseDominique Ivaldi succède à Paul di Natale.

ancien Président de la Fédération du BTP et del’Urssaf des Alpes Maritimes,Dominique Ivaldi prend latête de la caisse, dont lesiège est basé à Nice laPlaine. Elle est un acteuréconomique local important,regroupant près de 10000entreprises du BTP sur 4départements (Alpes deHaute-Provence, Alpes Mari-times, Haute Corse et Corsedu Sud) qui emploient autotal plus de 50000 salariés.

bref...en

JEUDI 18VENDREDI 19NOVEMBREDÈS 9H30CCI NICE CÔTE D’AZUR20, BD CARABACEL À NICE

Page 18: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

18 I Azur Entreprises I N° 92

Dossiers & thématiques

TOURISME & SHOPPING : LE COMMERCE S’IMPLIQ U DE LA DESTINATION CÔTE D’AZUR

n TOURISME. ESCALES DES BATEAUX DE CROISIÈRE, CONGRÈS ET SALONS PROFESSIONNELS : POUR MIEUX SÉ AUTOUR D’UNE DÉMARCHE SIMPLE, MAIS TRÈS EFFICACE... TOUR D’HORIZON.

En 2009, la CCI Nice Côte d’Azur et les acteursdu tourisme et du commerce azuréens inno-vaient en lançant la démarche Tourisme &Shopping. Pour les partenaires, l'objectifétait de mobiliser les collectivités, les profes-sionnels du tourisme et du commerce pourrenforcer l'attractivité et accroître la fréquen-tation, notamment en vue de courts séjoursau profit des commerces, des hôteliers etdes restaurateurs. Depuis, son lancement,les choses ont bien avancé. Derrière chaque visiteur qui choisit la desti-nation Côte d’Azur, c’est une partie de l’em-ploi et de la vitalité économique du 06 qui sejouent. On estime en effet que l’industrie tou-ristique génère 75000 emplois, soit 18 % desactifs du département. Et ce n’est que la par-tie émergée de l’iceberg. Aéroport, hôtelle-rie, commerces, restaurations, ports : tout estlié. Que deviendrait la Côte d’Azur sans ses11 millions de touristes annuels? Car en ma-tière économique comme pour le reste, rienn’est jamais acquis… Le monde évolue, desdestinations attractives s’ouvrent, une nou-velle population de touristes apparaît, les ha-bitudes de consommation changent… Seulecertitude : dans un contexte de crise écono-mique, les recettes du tourisme internationalcontinuent de performer en dépassant pourla première fois, en 2011, les mille milliardsde dollars ! (Source de l’Office Mondial duTourisme).

Pourvu que ça dureFace à cette situation mouvante et concur-rentielle, vivre sur ses acquis ne suffit plus.L’équation que doivent résoudre les acteursde la filière azuréenne est celle-ci : commentrester sur l’échiquier touristique une desti-nation reine? En séduisant mais surtout enfidélisant les visiteurs, en leur donnant enviede revenir. Portée par la CCI, les offices detourisme, les villes et les associations decommerçants, c’est tout l’intérêt de la dé-marche « Tourisme et Shopping ». Ces troisdernières années, près d’une douzaine ontété mises en place. Leur principe : faire descommerçants les véritables animateurs etambassadeurs des événements de leur villeauprès des touristes de court séjour(congressistes, croisiéristes, loisirs cultu-rels). Pour y parvenir, rien n’est négligé : va-lorisation de l’offre, amélioration de lavisibilité, personnalisation de l’accueil, re-mises promotionnelles, etc. A ce jour, quatre

bassins géographiques disposent de leurtask-force «Tourisme & Shopping » : An-tibes-Juan les Pins, Cannes, Nice et Ville-franche. Un choix qui ne s’est pas fait auhasard. Ces villes drainent chaque année desmilliers de touristes d’affaires et de loisirspour de courts séjours lors de nombreuxcongrès et festivals qu’elles organisent. Cesont aussi les principaux ports de croisièredu 06. Cette année, près de 700000 croisié-ristes sont attendus sur la Côte d’Azur entreCannes, Nice et Villefranche.

Rendez-vous en septembre C’est d’ailleurs en direction de ce public queles premières opérations ont été menéesavec le French Riviera Cruise Club (FRCC).Ce club, créée en 2006, par le Comité Régio-nal du Tourisme, la CCI Nice Côte d’Azur etles Offices du Tourisme de Cannes, Nice etVillefranche fédère aujourd’hui plus de 200partenaires. C’est un partenaire incontour-nable de la démarche Tourisme & Shopping.Car plus encore que les autres filières du tou-risme, le marché de la croisière est en pleinessor avec une croissance à deux chiffres.

Mais c’est aussi un secteur fortement dis-puté où il faut savoir faire la différence.

Escales sensations : comment Cannes mobilise ses commerçantsDes opérations telles que « L’Escale Sensa-tions » à Cannes, ainsi que « Shopping byVillefranche-sur-Mer » ont permis, lors d’es-cales inaugurales, de personnaliser l’accueildes visiteurs et de mobiliser les commer-çants pour qu’ils offrent des remises ou fas-sent un geste commercial. En septembreprochain, Cannes reconduira d’ailleurs« L’Escale Sensations » pour la quatrièmefois. Bien rodée, l’opération connaît unemontée en puissance avec l’organisation d’unaccueil et d’une journée d’animations excep-tionnelles dans le centre-ville de Cannes quise déroulera en même temps que les Ré-gates Royales. Les bénéficiaires : les croisié-ristes de Norvegian Epic, une nouvellecompagnie de croisière. Des comédiens cos-tumés accueilleront les croisiéristes à leurdescente pour les informer et annoncer leprogramme des festivités. Plusieurs anima-tions sont prévues dans la ville avec, à

Page 19: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 19

Q UE DANS L’ATTRACTIVITÉ

X SÉDUIRE CES CLIENTÈLES PARTICULIÈRES, LA CCI A RASSEMBLÉ LES PROFESSIONNELS DU COMMERCE

chaque étape, des dégustations ou des dé-monstrations artisanales. Le principe restele même, avec des remises de 10 % accor-dées aux croisiéristes chez les commerçantsparticipants et un apéritif offert par les res-taurateurs.

Nice et Juan à la fêteEncore trop peu exploité à la fois par les ac-teurs du monde du tourisme et par ceux dela sphère culturelle, le créneau du tourismeculturel est aussi une priorité pour « Tou-risme & Shopping ». En raison de son poten-tiel, ce segment est une aubaine pour ledéveloppement touristique azuréen. Profi-tant des deux principaux rendez-vous de jazzde la Côte d’Azur, les partenaires ont ima-giné, l’été dernier, des initiatives originalesdans les villes de Nice et d’Antibes Juan lesPins. A Nice, les commerçants participantsont offert un CD du Nice Jazz Orchestra àleurs meilleurs clients. Dans le même temps, près d’une centaine de

commerçants d’Antibes Juan les Pins se réu-nissaient pour l’opération « Shopping Ren-dez-vous ». Les commerçants, repérables parun fanion aux couleurs du 51e Festival deJazz et une affichette remettaient à leursclients un bulletin d’inscription pour un jeuconcours et des programmes du FestivalJazz Off. Le tirage au sort du jeu avait permisde distribuer de nombreux lots dont un

week-end « Jazz àJuan », des placespour le Festival deJazz, des kits duFan de Jazz, desbalades en Segway(véhicule élec-trique monoplace),des visites guidéesd’Antibes… Cetteaction faisait suiteau succès d’uneopération similairelancée à l’occasion

du Salon des Antiquaires. Aujourd’hui, faceau succès de la formule, les partenaires ré-fléchissent pour l’étendre à d’autres événe-ments culturels. n

En savoir +www.cote-azur.cci.fr0 800 422 222

n Le tourisme d’affaires bénéficie lui aussi d’actions ciblées. Dernièreen date, celle menée auprès des congressistes de Cardiostim. Cetteannée, ce rendez-vous international a rassemblé à Nice près de5700 personnes, chercheurs, médecins, professionnels des troublesdu rythme cardiaque venus du monde entier. Pour la deuxième annéeconsécutive, La CCI Nice Côte d’Azur, en partenariat avec l’Office duTourisme et des Congrès, l’Office du Commerce et de l’Artisanat, laVille de Nice et Nice Acropolis, ont organisé avec les commerçantsniçois une démarche « Tourisme & Shopping ».�Plus de 94 d’entreeux dans le centre-Ville de Nice, le Vieux Nice et autour de la PlaceGaribaldi ont répondu présent. Identifiables grâce à une affichetteapposée sur leur vitrine, ils proposaient aux participants un accueilpersonnalisé, des services ou des offres commerciales. Sur présenta-tion d’un dépliant, les restaurateurs ont offert aux congressistes unapéritif, et les commerçants une remise de 15 %.

Cardiostim 2012 : congrès... Et shopping

Page 20: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

20 I Azur Entreprises I N° 92

e)

Portraits d’entrepreneurs

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Cela pourrait être le credo d’HenriRenggli, le fondateur d’ADLynx, une PMEinstallée sur la zone industrielle de L’Argileà Mouans-Sartoux. Cabinet d’ingénierie pourle monde industriel, la société gère les dos-siers de A à Z. « De la viabilité d’un projet àla mise en série d’un produit en passant par

la réécriture du cahierdes charges ». Le mondeindustriel ne manquepas d’imagination poursolliciter les compé-tences des ingénieursde la PME. « Dernière-ment nous sommes inter-venus sur la réalisationd’un pénétromètre, cesappareils qui permettentde mesurer la densité dessols et sur la créationd’un synthétiseur pour lesvéhicules électriques re-produisant le bruit desmoteurs à explosion ».Un projet moins farfeluqu’il n’y paraît : on sait

que le manque d’audibilité de ce type de vé-hicule, dans un environnement urbain, peutse révéler accidentogène. Joignant l’utile àl’agréable, ADLynx a paramétré le rendu so-nore des moteurs de marques automobileles plus mythiques : Ferrari, Hummer, etc.

Mais ADLynx développe aussi ses proprestechnologies. Fort de 10 années d’expérience

dans le GSM industriel, le bureau d’ingénie-rie vient de réussir un mariage étonnant,celui de la régulation solaire et de la commu-nication. « Jusqu’à présent il n’existait pas deproduit intégré de ce type ». Une lacune au-jourd’hui comblée par Sim Light, un systèmede régulation photovoltaïque pilotée par té-léphonie portable. Dit comme cela, pas faciled’y voir clair et pourtant les applications quepermet cette technologie de pilotage à dis-tance facilitent le quotidien de tout le monde:« C’est une grande avancée pour de nombreuxéquipements autonomes et régulés à distance.Ainsi, les nouvelles bornes d’appel d’urgenceinstallées sur le réseau autoroutier d’Escota bé-néficient de cette technologie, indique HenriRenggli. Tout comme les Borneo City, desbornes de recharge solaire pour portables,tablettes, appareils photos, caméscopes etautres PC, destinées à faire partie bientôt duquotidien des passagers aéroportuaires, quiont également été mises conçues par la PMEazuréenne. Preuve de son inventivité et deson goût du challenge. « Mais ce n’est qu’unpremier pas. Notre équipe capitalise sur sonsavoir-faire et travaille déjà à l’ajout de fonc-tionnalités sur les technologies d'affichage,comme l'Epaper ». n

ADLYNX : PLEIN SOLEIL SUR LE GSM

n SERVICES. LA PME DE MOUANS-SARTOUX A SU CONQUÉRIR UNE CLIENTÈLE D’INDUSTRIELS,MAIS DÉVELOPPE AUSSI SES PROPRES TECHNOLOGIES.

Quel est le point commun entre le Nautilus, lepremier catamaran en aluminium à visionsous-marine, le premier cargo mixte fret etpassagers français à avoir été construit selonles règles de stabilité probabiliste et le pre-mier catamaran de transport à hydrofoils ?Réponse : le créateur et dirigeant de Mer etDesign, un bureau d’architecture navale so-phipolitain. Après ses études d’ingénieur,Philippe Subrero acquiert son expériencedans divers bureaux d’études et chantiers na-vals azuréens avant de faire un «break».Deux ans de voyage à bord du Satya, un voi-lier de 12 mètres imaginé et réalisé par sessoins. De ce périple, il ramène de merveil-leux souvenirs mais surtout la volonté de fon-der son propre bureau d’études. En 1983,Mer et Design est créé. « J’ai commencé seul,et aujourd’hui la société compte une douzainede collaborateurs ». Comme quoi passion etprofession peuvent faire bon ménage. Acondition, comme dans les régates, d’antici-per les vents et les courants favorables. C’estle rôle du chef d’entreprise d’être le capitaine

du bateau. Très vite, Mer et Design s’estorientée vers la conception de navires detransports côtiers. Un créneau porteur quifait aujourd’hui de la PME le leader du mar-ché, avec plus de 350 navires construits. Achaque fois l’innovation est au rendez-vous.« C’est de nos plans que sont sortis les pre-miers navires français à vision sous-marine enaluminium ». Un concept qui fait depuis les

beaux jours des touristes qui explorent bienau sec les fonds marins de la Côte d’Azur, dela Corse et d’ailleurs car le bureau exporteson ingénierie dans le monde entier. «Nousréalisons environ 20 % de notre CA à l’étran-ger» indique son dirigeant. Sa dernière réa-lisation? Un cargo mixte fret passagers de80 mètres destiné au ravitaillement des îlesAustrales dans le Pacifique Sud. Son origi-nalité? « Une grande polyvalence et l'applica-tion pour la première fois en France de lanouvelle réglementation stabilité probabilisteMSC 194 / SOLAS 2009. Cette codificationrécente, née des travaux de l’OrganisationMaritime Internationale, renforce la stabilitéet la probabilité de survie des navires aprèsune avarie de coque. Elle nécessite une quan-tité importante de calculs et au final imposenotamment pour les navires à passagers unesorte de double coque interne agissant commeune bouée de sauvetage. Avec ces nouvelles dis-positions, prévues pour éviter un naufragetotal du bâtiment, le drame du Concordia au-rait pu connaître une issue différente ». n

MER ET DESIGN : LA PASSION EST UNE FORCE n SERVICES. L’ENTREPRISE DE SOPHIA ANTIPOLIS EXPORTE SON SAVOIR-FAIRE DANS LE MONDE ENTIER.

Philippe Subrero, dirigeant de Mer et Design.

Réda

ction

Henri Renggli, fondateur et dirigeant de l’entreprise.

Page 21: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 89 I 21

F l a s h e z c e c o d e a v e c v o t r e s m a r t p h o n ep o u r t é l é c h a r g e rl ’a p p l i c a t i o n C C I

e)

Portraits d’entrepreneurs

Quel est le profil de votre entreprise?Fondée en 2001, Finance Immo intervientdans les métiers de la finance et de l’immo-bilier : son cœur d’activité est le courtage encrédit pour professionnels et particuliers.Nous avons également développé des activi-tés connexes au prêt immobilier et à la re-structuration de crédit, comme le courtageen placement en assurance. Le groupe tota-lise 60 salariés et compte six filiales : Nice,Cannes, Toulon, Montpellier, Lille et Paris.

Quelle est votre valeur ajoutée?Etre leader dans le département : nous fi-nançons environ 10 % de tout ce qui se venddans les Alpes-Maritimes. De ce fait, nousgardons toute latitude en matière de négo-ciation, d’autant que nous n’appartenons nià une banque ni à une compagnie d’assu-rance. Nous sommes totalement libres.

Quels sont vos objectifs pour cette année?Nous avons mené de gros développementsen 2011, avec notamment l’ouverture de lafiliale parisienne. Il nous faut donc au-jourd’hui consolider nos positions dans uncontexte économique et politique peu favo-rable dominé par l’attentisme.

Si vous recrutez, quels profils recherchez-vous?Nous sommes régulièrement à la recherchede jeunes collaborateurs niveau Master 1dans les domaines de la banque, de la fi-nance et de l’assurance.

Quelle est votre priorité du moment?Notre cheval de bataille en cette périodeéconomique est sans conteste la restructu-ration. Nous cherchons à intervenir le plustôt possible afin de redimensionner le poidsdes échéances et permettre à nos clients delibérer de la trésorerie.

Chaque lundi, la CCI met à l’honneur une entreprise azuréenne dans sa rubrique«L’entreprise de la semaine», sur son application smartphones (iPhone, Androïd et Blackberry Torch) disponible gratuitementen téléchargement.

5 QUESTIONS À JEAN-LUC MONCHANT, FINANCE IMMO

n SUR L’APP CCI... CHAQUE LUNDI, DÉCOUVREZ UNE ENTREPRISE AZURÉENNE ET SON DIRIGEANT.

Azur Entreprises I N° 92 I 21

Nouvelle entreprise ayant choisi la Côte d’Azurpour son développement, le Groupe Actoriaest une société internationale de conseil encession et transmission d’entreprises. Avecson siège basé en Suisse et des implanta-tions dans 5 pays européens, Actoria inter-vient principalement dans l’accompagne-ment de sociétés de 5 à 500 salariés, sur l’en-semble des phases de la transmission del’entreprise ou de la recherche de nouveauxinvestisseurs : estimation et expertise, sélec-tion des repreneurs, pourparlers, négocia-tions, montage juridique et fiscal. Unportefeuille de 4500 repreneurs et investis-seurs permanents lui permet d’offrir dessolutions efficaces aux chefs d’entreprises etaux actionnaires accompagnés.

Quelles sont les raisons de votre choix de vous développer à Nice?Le groupe accompagnait déjà des entrepre-neurs ou des investisseurs de la régionPACA et de Monaco depuis plusieursannées. Par ailleurs, un mouvement générald’ouverture de bureaux régionaux enFrance a été initié récemment pour offrirune plus grande proximité à nos clients, etpour accompagner le développement écono-

ACTORIA : RAYONNEMENT RÉGIONAL DEPUIS LA CÔTE D’AZUR

n IMPLANTATION. INTERVIEW D’ANDRÉ DIDELOT, DIRECTEURDE L’AGENCE ACTORIA À NICE

mique dans les zones économiques les plusactives. C’est dans ce contexte que j’ai ouvertpour Actoria le bureau PACA, sur la Côted’Azur. Nice présente des atouts indiscuta-bles pour une activité consistant à mettre enrelation des entreprises locales et des inves-tisseurs ou des repreneurs européens: proxi-mité avec le 2e aéroport de France,relations privilégiées avec des Pôles de com-pétitivité, niveau particulièrement élevé desinvestissements en R&D. Le choix d’unelocalisation à Nice s’est donc trouvé confortépar ces atouts, en complément de l’attracti-vité économique des Alpes-Maritimes et deMonaco, et des facilités offertes par les infra-structures existantes de couvrir à partirde Nice l’ensemble de la région PACA auquotidien.

Vos perspectives?Pour notre seule région, on estime que20000 de ses 400000 entreprises, serontconfrontées aux problématiques de trans-mission dans la décennie à venir. A cause desdéparts en retraite d’une génération d’entre-preneurs, mais d’autres phénomènes expli-quent cette accélération : changementd’activité, multiplication des relocalisations

RUBRIQUE EN COLLABORATION AVEC

géographiques en cours de carrière …sanscompter les recherches de nouveaux inves-tisseurs pour accompagner le développe-ment au cours de la vie de la société. Noussavons les accompagner à chaque étape, touten contribuant à l’ouverture des entreprisesde la région aux investisseurs internatio-naux. n

Plus sur www.actoria.fr

André Didelot,

dirigeant régional

d’Actoria.

Réda

ction

Team

Page 22: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

22 I Azur Entreprises I N° 92

La boîte à outils de l’entreprise

PME PERFORMANCE + : LES PREMIERS RÉSULTATS

n DÉVELOPPEMENT. UN PROGRAMME DÉDIÉ AUX PME-PMI À FORT POTENTIEL, POUR LES ACCOMPAGNER VE RS DE LEUR PARCOURS. PAROLE AUX ENTREPRENEURS QUI SE SONT ENGAGÉS DANS LA DÉMARCHE.

Innovant, inscrit dans la durée (18 mois), PMEPerformance + est conçu pour accompagner,le développement de 200 PME-PMI azu-réennes à fort potentiel de croissance d’ici2015. Il est aujourd’hui dans sa phase opéra-tionnelle et plus des ¾ des diagnostics ontété réalisés… Pendant un an et demi, leschefs d’entreprises candidats seront accom-pagnés par un interlocuteur privilégié : le ré-férent CCI. Après une immersion dansl’entreprise, il apportera son expertise pouroffrir des solutions rapides et pertinentes, fa-ciliter les démarches, accélérer les mises enrelation non seulement avec les services dela CCI mais aussi avec l’ensemble de l’éco-système azuréen, régional ou national. Stra-tégie, international, ressources humaines,recherche de financement, dévelop- pementcommercial… Tous les domaines sontconcernés. Une cinquantaine de PME-PMIde secteurs aussi différents que le tourisme,l’industrie, les services ou le commerce apour l’instant été sélectionnée. Dès juin,PME Performance + comptait 35 entreprisesreprésentant un chiffre d’affaires global de200 millions € et 1200 emplois.

Claire Peradotto, co-gérante de Peradotto Créée en 1963, la PME compte aujourd’hui50 personnes. Des collaborateurs plus quedes salariés. La société est spécialisée dansl’impression numérique grand format, la réa-lisation de stands, tout ce qui touche à l’iden-tité visuelle. «Avec Lionel, mon frère, j’ai eu

l’idée au début de l’année de réaliser un rêve,souligne Claire Peradotto, enthousiaste.Face au monde hyperconcurrentiel de notre ac-tivité, j’ai décidé de mettre à la disposition dugrand public, via un site Internet, tout notresavoir-faire technologique et nos avancées enmatière de développement durable : le REN.Inspiré de la philosophie confucéenne, le RENc’est se faire plaisir et faire plaisir ! Dit commecela, l’idée peut sembler saugrenue. Il s’agit enfait de permettre à tous de composer via notreplateforme www.ren.fr l’affiche de leur rêve.Trois possibilités sont offertes. Soit puiser di-rectement dans la collection et les citations dela base, soit personnaliser les images en modi-fiant les couleurs et en changeant les citations,soit créer son affiche avec les éléments mis àdisposition sur le site. Une fois sélectionné sonREN, le client a encore le choix du support : re-cevoir son affiche sur une toile écologique, surdes panneaux Alu- Dibon ou sur du plexiglas.Pour cela, nous avons investi 400 000 € dansune nouvelle machine. Pour toucher le pluslarge public, nous avons défini des tarifs trèsabordables à partir de 30 €. Le dispositif Per-formance + a été déterminant pour mener leprojet à son terme. Le travail réalisé par notreconseiller a été remarquable : diagnostic à360° externe et interne, benchmarking, analysedes tendances… L’étude de marché a validénotre idée et bien mis en avant son potentieléconomique ainsi que son originalité. PMEPerformance + est une véritable opportunitépour une PME comme la nôtre».

Philippe Vitteaut co-dirigeant de NewayComme les sociétés, les commerces doiventsavoir évoluer. En presque trente ans d’exis-tence Neway a subi plusieurs mutations. «Af-filiés pendant 12 ans à des réseaux, nous avonsdécidé, en 2006, de redevenir indépendant ennous spécialisant uniquement dans le mondedu cycle haut de gamme, indique Philippe Vit-teaut. Le déclic : une invitation au siège deSpecialized, l’un des leaders mondiaux dusecteur. «Nous avons compris que ce que nousne trouvions plus au niveau d’un réseau, nouspouvions l’avoir avec une marque. Un choixen parfaite cohérence avec le marché actuel etla multiplication de boutiques spécialiséescomme les Apple Store où les clients saventqu’ils vont trouver à la fois tous les produits dela marque et une grande qualité de services.En mars 2012, l’espace Specialized ConceptStore Neway était inauguré. Ce repositionne-ment a nécessité deux ans de travail et de grosinvestissements. C’est pour cela que j’ai décidéde rejoindre le dispositif PME Performance +.Les dirigeants doivent être en permanence àl’écoute du marché, comprendre comment ilévolue, chercher le petit plus qui fera la diffé-rence. Encore faut-il que les choix que l’onpense être les bons se révèlent pertinents et éco-nomiquement viables. C’est tout l’intérêt d’êtreaccompagné et conseillé par des experts qui,par définition, connaissent bien le marché, lestendances et ont le recul nécessaire pour encomprendre les tenants et les aboutissants. J’at-tends de ce dispositif, non seulement un état

Claire et son frèreLionel Peradotto,

dirigeants de Peradotto.

Philippe Vitteaut,

dirigeant deNeway.

Page 23: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Azur Entreprises I N° 92 I 23

La boîte à outils de l’entreprise

S

VE RS UNE NOUVELLE ÉTAPE

des lieux des forces et des faiblesses de notrecommerce mais surtout les solutions qui vontnous permettre d’améliorer nos performancesà tous les niveaux : en matière de communica-tion, d’organisation…».

Jean-Christophe Viennet, fondateur et dirigeant d’Asud«J’ai créé Asud Ascenseurs en 2003 et com-mencé seul mon activité. Très vite la sociétéspécialisée dans la rénovation, la mise auxnormes, la conception et la maintenance d’as-censeurs s’est fait un nom dans le 06», rap-pelle Jean-Christophe Viennet. Aujourd’huiASUD compte 29 salariés et gère 1 400 as-censeurs. « Le métier, je le connais bien et,sans prétention, la progression régulière duCA prouve la pertinence de mes choix en ma-tière d’organisation et de stratégie, notammentla volonté de rester ancré sur le marché local.Cela dit, rien n’est jamais acquis. Quand ongère une entreprise de 30 personnes, on n’apas le droit à l’erreur. De ce point de vue, il esttoujours intéressant de s’appuyer sur un re-gard extérieur pour améliorer encore son or-ganisation. Avec leur expertise, leurconnaissance des entreprises azuréennes aveclesquelles ils sont en contact permanent, les ré-férents de PME Performance + de la CCI sontle partenaire idéal pour m’apporter ce regardextérieur». n

dossier de candidature à télécharger,plus d’informations sur Performance + www.cote-azur.cci.fr ou 0 800 422 222

Réda

ction

Jean-ChristopheViennet, avecun technicien

de Asud.

Focus

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 400restaurateurs en 2010 ont obtenu letitre maître restaurateur, 1300 fin2012 et plus de 2500 devraientl’obtenir en 2013. Ce titre délivré parl’état est un gage de qualité, uneréférence dans le milieu de larestauration. Distinction officielle, ilreconnaît la compétence et valorisele savoir-faire des professionnels dela restauration il reconnaîtl'excellence des meilleursétablissements de la restaurationtraditionnelle, en mettant à l’honneurleur compétence et leur engagementen faveur de la qualité. Authenticitéde la cuisine, utilisation de produitsfrais, relations clients, environnementet qualification professionnelle sontautant de critères et conditionsd’éligibilité, étudiés au cours del’audit réalisé par un organismecertificateur déclaré, indépendant del’Etat. Puis c'est le préfet dudépartement du principalétablissement du candidat, ou del'entreprise, qui est chargé d'attribuerle titre de maître restaurateur, au vudu rapport d'audit et de l'ensembledes pièces du dossier de candidature.Sami Ben Slama, créateur etpropriétaire du restaurant La Cabanede l’Ecailler à Cagnes-sur-Mer adécouvert le titre presque parhasard… « Un jour, Théo Mansi,membre du bureau national del’association Française des MaîtresRestaurateurs est venu dîner aurestaurant et m’a proposé de

participer à une réuniond’information. Car pour lui, nousavions toutes les qualités obtenir letitre! Lors de cette réunion, je mesuis effectivement aperçu que notreoutil de travail et notre politique dequalité correspondaient parfaitementaux critères exigibles». C’est chosefaite le 29 mars dernier : « Je suistrès content d’avoir obtenu le titre,car c’est une vraie reconnaissance denotre travail. Le mien, car c’est ainsique j’ai voulu positionner lerestaurant dès son ouverture fin2010, proposer des produits de lamer frais et de qualité. Mais aussicelui de toute l’équipe, qui chaquejour s’investit pour satisfaire leclient. Et c’est un argumentincontestable pour séduire laclientèle. »

En savoir + www.maitresrestaurateurs.com

MAITRE RESTAURATEUR, UNTITRE POUR LA CUISINE AUTHENTIQUEL’objectif de ce titre : reconnaître les meilleursprofessionnels de la restauration traditionnelle.

Samir Ben Slama, patron de La cabane del’écailler à Cagnes sur Mer.

n Comme chaque année la sortie du nouveau Guide rouge est attendupar toute la profession. Et pour l’édition 2012, la Côte d’Azur brilled’étoiles. Bonne nouvelle donc pour l’Hôtel Negresco, qui part ail-leurs fête ses 100 ans, car son restaurant gastronomique retrouveenfin sa seconde étoile. Autre adresse à recevoir un second macaron,Le Mirazur à Menton où officie Mauro Collagreco. Au chapitre uneétoile, citons l’Hostellerie de Château à Bar-sur-Loup qui vient toutjuste de recevoir un nouveau chef en la personne de Nicolas Ron-delli; le mythique Bacon à Antibes retrouve, lui, son étoile perdue.Alain Llorca, grand habitué du guide renoue avec les étoiles pour sonétablissement éponyme à la Colle-sur-Loup. Sébastien Griraud (Au fildu temps à Magagnosc), David Vaqué (Le Bistro Gourmand à Nice) etJulien Bousseau (Le Clovis à Tourrettes-sur-Loup) complète eux laliste des chefs azuréens distingués par le Michelin 2012. Bravo !

Les étoiles de la gastronomie azuréenne

Page 24: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

24 I Azur Entreprises I N° 92

La boîte à outils de l’entreprise

Parmi les mesures phares duplan en 10 actions que mène laCCI Nice Côte d’Azur en faveurd’une meilleure gestion desdéchets par les entreprises,figure le pré-diagnostic. Près de 1600 d’entre elles en ontdéjà bénéficié.

Dossier sensible par excellence,le problème de la gestion desdéchets se pose avec encoreplus d’acuité dans les Alpes-Maritimes. Avec 1,45 millionsde déchets produits chaqueannée dont 650000 tonnes

provenant des entreprises, ledépartement ne dispose pas surplace des filières suffisantespour traiter ce volume, surtoutau niveau du stockage. Depuisquatre ans, la CCI Nice Côted’Azur a sonné l’heure de lamobilisation, déployant un planen 10 actions dédiées auxentreprises. Depuis la fermeturede la Glacière qui absorbait21 % des déchets banals, ellesont vu s’accroître de 40 % lecoût de la gestion de leursdéchets pour les transporterdans les Bouches-du-Rhône.

1600 pré-diagnostics effectués Sur le terrain, l’équipe du PôleEnvironnement de la CCIprocède depuis l’entrée envigueur du plan d’actions à despré-diagnostics. Ce dispositifgratuit est maintenant bienrôdé. A l’issue d’un entretienréalisé en entreprise, le pôleeffectue un inventaire quanti-tatif et qualitatif de tous lesdéchets générés par l’activité dela société. Au-delà de cet audit,est établi un bilan financier desdépenses liées à la gestion deses déchets, avec des solutions

pour en optimiser la gestion.Chaque entreprise reçoit auterme de la visite un rapportcomplet avec des pistesd’amélioration chiffrées. Depuis, les entreprises ont prisconscience de l’importance dutri et de la collecte des déchets.Mais il existe encore desméconnaissances: notammentau niveau du coût réel que lesdéchets type papier, carton,toner, cartouche, ampoule,produits nettoyants, matérielinformatique, etc. engendrent.On estime le tonnage de déchets

Focus DÉCHETS : LA CCI EN ACTIONS

ENTREPRISES : DES OUTILS À DISPOSITION EN CAS DE DIFFICULTÉS

n GESTION. EN CAS DE COUP DUR, LE CIP AIDE A TROUVER DES SOLUTIONS. FOCUS.

Mieux vaut prévenir que guérir. Ce dicton po-pulaire vaut aussi pour la santé des entre-prises. Mais encore faut-il que les dirigeantsou leurs conseils aient la meilleure connais-sance des outils mis à leur disposition. Desoutils qui se sont diversifiés au fil des ans etqui sont devenus très efficaces. Créé avec l'appui de la CCI Nice Côte d'Azur,le CIP (Centre d'Information sur la Préven-tion des difficultés des entreprises) organisepour cela des permanences et des réunionsd'informations. Il a ainsi invité récemment àl'aéroport Nice Côte d'Azur plusieurs ex-perts dont Pierre Le Corre, un des grandsspécialistes français du droit des procédurescollectives. Une réunion suivie par une cen-taine d’acteurs azuréens de la prévention :avocats, experts-comptables, commissairesaux comptes et conseillers d’entreprise.

D'un système qui sanctionnait à un systèmeprotecteur. "Sur 30 ans, l'évolution a été consi-dérable, rappelle Maître Xavier Huertas, ad-ministrateur judiciaire. Avant 1984, iln'existait que la procédure de Règlement Judi-ciaire et de liquidation des biens. A partir de1985, la loi dite Badinter, dans le but de sau-vegarder l'emploi, a voulu prévenir la failliteen incitant la tenue de négociations entrecréanciers et débiteurs avant la survenue de lacessation de paiement effective». Une troisième réforme importante est inter-venue en 2005 avec la loi de sauvegarde desentreprises et les procédures de plan de sau-vegarde. Et puis, en 2010, l'introduction dela SFA (Sauvegarde Financière Accélérée) aoffert aux entreprises en difficulté, unmoyen de réorganiser leurs dettes finan-cières, sans pour autant devoir requérir l’ac-cord unanime des créanciers. «Les mentalitésont beaucoup évolué, poursuit Xavier Huer-

tas. Nous sommes passés d'un système quisanctionnait à un système protecteur. La loi de2005 a dépénalisé la procédure".

Mandat ad hoc et conciliation : l'avantage dela confidentialitéAujourd'hui, les chefs d'entreprises ont ainsià leur disposition une boîte à outils qui per-met de s'adapter à chaque situation. Pourfixer les idées, il y a les procédures à envisa-ger avant la cessation de paiement (lorsquel'entreprise ne peut plus payer ses créanciersà bonne échéance) et celles qui restentencore ouvertes après cette cessation depaiement. Baisse de chiffre d'affaires, perte d'un clientimportant, retard de paiement : ce sont lespremiers signaux annonciateurs de danger.Deux procédures préventives sont alors àprivilégier : le mandat ad hoc et la concilia-tion qui permet de bénéficier d'un délai degrâce allant jusqu'à 2 ans. L'intérêt : d'abordce sont des procédures confidentielles; en-suite, le chef d'entreprise garde la main surle volant. Il a la possibilité de choisir le pro-fessionnel qui assurera le mandat ad hoc oula conciliation (ce professionnel était imposéavant 2005). D'autre part, il est le seul à pou-voir demander l'ouverture d'une procédurede conciliation pendant laquelle il reste maî-tre de la gestion de son entreprise.

Procédure de sauvegarde : une secondechance sous protection. Toujours en amontde la cessation de paiement, viennent la pro-cédure de sauvegarde et la SFA (SauvegardeFinancière Accélérée). Il s'agit de procé-dures collectives qui, elles, sont publiques :les tiers sont donc informés. "Le but de la pro-cédure de sauvegarde est la réorganisation del’entreprise sous la protection de la justice afin

de permettre la poursuite de l’activité écono-mique, le maintien de l’emploi et l’apurementdu passif", précise le CIP. Là également, c'estle chef d'entreprise qui décide de demanderl'ouverture de cette procédure. Elle se ter-mine soit par l'homologation d'un plan desauvegarde, soit en cas d'échec, par unetransformation en redressement judiciaireou une liquidation judiciaire. Point impor-tant : pendant la période d'observation, auxcôtés des mandataires de justice désignés, lechef d'entreprise conserve ses fonctions. Ildétermine seul son périmètre d'activité et iln'est pas possible de lui imposer une cessionde son entreprise ou d'une activité. Une se-conde chance sous la protection de la justice.

Ne pas perdre de tempsTroisième volet : les procédures dites "cura-tives" avec le règlement judiciaire et en der-nier recours, la liquidation. C'est cettedernière solution que la boîte à outils contri-bue à éviter. "La loi encourage la poursuite del'entreprise, explique Michel Papet, Présidentdu CIP 06. Notre rôle, aussi, est d'informer leschefs d'entreprises ainsi que leurs conseils dela palette de solutions qu'ils ont à leur disposi-tion en cas de difficultés. Notre premier conseilest de ne pas perdre de temps pour ne pas gâ-cher les possibilités de prévention. En parlerd'abord avec son expert-comptable et voir unavocat spécialisé si besoin." Les statistiquesen tout cas plaident pour une intervention ra-pide, avant la cessation de paiement : le man-dat ad hoc et la conciliation obtiennent untaux de 60 % de réussite ! n

Contacter le CIP 06Entretiens du jeudi (confidentiel et gratuit)

les 1er et 3e jeudis de chaque moisCI Nice Côte d'Azur - 0800 422 222

[email protected]

Page 25: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

La boîte à outils de l’entreprise

Azur Entreprises I N° 92 I 25

n Pour aller encore plus loin dans la maîtrise des déchets, laCCI Nice Côte d’Azur lance cet été un programme PAC DéchetsRenforcé. Cofinancé par l’ADEME et la CCI Nice Côted’Azur il est ouvert à 50 entreprises azuréennes ; accompa-gnées pendant 6 mois avec des actions de réduction, devalorisation des déchets et de réduction des coûts liés à lagestion des déchets. Le principe du programme repose surle gagnant-gagnant. Le conseiller ne pourra se rémunérerqu’au prorata de la réduction des coûts résultant de la miseen place de son plan d’action.

PAC Déchets Renforcé : gagnant-gagnant

Dans le département, le secteur du nautismeet du yachting pesait en 2008 à lui seul1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires.Pour satisfaire les plaisanciers, lesnégociants en matériel, les vendeurs debateaux, les courtiers, les chantiers navals,les artisans et les sous-traitants du littoralsont confrontés à un problème : lanavigation à vue dans les écueilsadministratifs sur le plan fiscal et douanier.

Des métiers particuliers, une législationcomplexePour tous ces professionnels, il faut en effettenir le cap entre les balises publiques, laréglementation fiscale, les contraintesdouanières régissant les moyens detransport maritimes. La taxation parexemple, varie selon la nature desopérations, selon le statut de l’opérateur,celui du client voire du navire, et selon leurlocalisation... Ainsi, la filière nautique est frappée departicularités spécifiques et le systèmefiscal hors régime général des moyens detransport est au mieux un véritable casse-tête... Au pire un frein au développementéconomique. D’autant que le secteur estsurtout composé de structures de PME etTPE: Sur 875 entreprises, presque 6 sur 10ont de 1 à 2 salariés. Ce secteur repose ainsisur un maillage de très petites structuresqui ne disposent pas en interne de servicedédié aux questions fiscales etréglementaires.

Baptême réussi pour le guide desprocédures fiscales et douanièresFace à ce constat et à la demande desentreprises, la CCI a réuni les

professionnels et les administrationsfiscales et douanières. Le premier guidedétaillant l'essentiel de cette législation, néde ce travail collaboratif, était présenté auxacteurs du secteur de la plaisance et duyachting au mois de juin dernier. Pour cette première en France, l'accueilétait plus que favorable de la part des 230participants présents à la conférence-débatde lancement du guide. Le but de ce guidetrès attendu est simple : recenser dans un

même document l’essentiel de la législationfiscale et douanière applicables aunautisme, afin de faciliter le développementdes professionnels du secteur. Objectifatteint, d’ailleurs les CCI du Var, dePerpignan et des Pyrénnées Orientales etde Corse du Sud souhaitent dupliquer cetteinitiative.

Plus sur www.cote-azur.cci.fr

générés par les entreprisesvisitées à 88890 tonnes. Or32 % seulement (soit 28657tonnes) étaient triés. Après lepré-dagnostic, ce pourcentagedépasse les 60 %, soit un quasi-doublement. Si l’on est encoreloin des taux ambitieux fixés parle Grenelle, récemment reportésdans le temps, le bond estconséquent. Dernièrement, laCCI a décidé d’aller plus loin ens’occupant également du suivi etde la réduction à la source desdéchets produits. Dans les zonesd’activités, les entreprises ont

plus de facilité pour suivre despréconisations et faire appel auxfilières de recyclage. Unedémarche moins évidente pourune entreprise isolée. Il faut êtrelà pour les accompagner dansleur optimisation de la gestion deleurs déchets. Car au final, uneentreprise qui produit moins dedéchets et qui recycle fait ungeste pour l’environnement maisaussi pour ses finances. Mieuxgérer ses déchets... C’estdépenser moins d’argent.

Plus sur www.cote-azur.cci.fr

NAUTISME : UN GUIDE POUR PASSER LE CAP DES PROCÉDURES

n FISCALITÉ. LE NAUTISME - 1,2 MILLIARD SUR LA CÔTE D’AZUR - FAIT FACE À UNE LÉGISLATION FISCALE

COMPLIQUÉE, COMME LE SOULIGNE LE LIVRE BLANC ÉTABLI À L’ÉCHELLE DE LA RÉGION PACA.

n Si le pôle nautique est implanté dans 43 communes du littoral des Alpes Maritimes,les effectifs et les établissements sont surtout concentrés autour des ports de Cannes,Antibes, Mandelieu et Golfe-Juan. Sur cette zone, 60 % des entreprises génèrent àelles seules 80 % du chiffre d’affaires total et accueillent 550 emplois sur les3671 que compte la filière. Le pôle nautique résiste bien: plus de 8 entreprisessur 10 envisagent des perspectives stables ou même favorables concernant lemaintien de leur effectif permanent avec une augmentation de 6 % par an pourle pôle nautique et 5 % pour les établissements ayant une activité de yachtingprofessionnel. Avec 470 millions d'euros de chiffre d'affaires générés à l'interna-tional, les exportations représentent 40 % de l'ensemble des revenus contre unpeu moins de 28 % en 2006. Ce sont essentiellement les prestations de servicedu yachting professionnel qui développent une activité régulière hors de nos fron-tières. A lui seul, ce marché représente 1/3 de la clientèle, près de la moitié duchiffre d'affaires et des emplois, et un établissement sur trois.

Les fondamentaux économiques du secteur

Page 26: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

La Bourse de cession-reprise de la CCI Nice Côte d’Azur présente chaque mois une sélection d’offres.

Pour répondre à l’une de ces offres,pour passer une annonce

ou en savoir plus sur nos servicesd’accompagnement, contactez-nous !

Retrouvez l’intégralité de nos annoncessur www.cote-azur.cci.fr

26 I Azur Entreprises I N° 92

n COMMERCEEpicerie fine, produits régionaux Réf. CCO/1033Moyen pays Effectif : 1CA : 240 000 € / Prix : 130 000 € Changement d’activité : cède branche d’activité de vente deproduits régionaux alimentaires de Provence. Vente parcorrespondance (fichier de 2000 clients, site internet),accueil de groupes.

Vente de prêt-à-porter de marques Réf. CCO/1039masculin et féminin Effectif : 1Centre villeCA : 150 000 € / Prix : 100 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-à-porter de marques masculin et féminin, acheté en 1998 etsitué en centre ville.

Prêt-à-porter féminin Réf. CCO/1036Centre ville Effectif : 1 (+ 1 mi-temps)CA : 215 000 € / Prix : 300 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-à-porter féminin, situé sur une rue commerçante. Clientèlefemme de style tendance et élégant, fidèle depuis plus de30 ans.

Vente et réparation de motos, Réf. CCO/1040concessionnaire exclusif Effectif : 4VilleCA : 2 600 000 € / Prix : 550 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce de venteet réparation de motos d’une marque exclusive, créée en2002. Le repreneur pourra s’appuyer sur une équipecommerciale et technique expérimentée.

Prêt-à-porter homme Réf. CCO/1041Centre ville Effectif : 1CA : 80 000 € / Prix : 75 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de prêt-à-porter homme tendance, situé sur une rue commerçante,créé en 2008. Magasin d’angle bien agencé et en excellentétat.

Librairie Réf. CCO/1030Village Effectif : 1CA : 180 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de librairie,créé en 2004 et situé au cœur d’un village du Haut-Pays.Lieu de rencontre agréable qui participe à la vie locale.

Fruits et légumes Réf. CCO/1029Ville Effectif : 3CA : 550 000 € / Prix : 165 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce fruits etlégumes, épicerie fine, créé en 1992 et situé en centre ville,dans un quartier commerçant et touristique. Surface devente de 60 m², réserve de 70 m².

Vous avez un projet de

création, reprise ou

transmission ?

Pour vous lancer, prenez contact avec les experts du pôle Création,transmission & financementd’entreprises de la CCI NiceCôte d’Azur

20, bd Carabacel 06000 NICETél. : 0 800 422 222Fax : 04 93 13 74 [email protected]

La sécurité des commerces est unproblème d’envergure. « Je me suissaisie du problème il y plusieurs moisà la suite du décès d’un bijoutier auCannet, explique Maryse Castellani,membre du bureau de la CCI. Cetévénement tragique a montré qu’il yavait une montée en puissance de laviolence». Une montée aussi constatée sur leterrain par l’ensemble des acteurséconomiques et plus précisément descommerces de proximité, qui ensubissent les préjudices. De là est néel’idée d’établir un fascicule qui puisseêtre distribué à chaque commerçantde manière à connaître les attitudes àadopter en cas d’agression et lesprécautions à prendre au quotidien,identifier les interlocuteurs.En effet, il y a des gestes simples àmettre en place. Notamment êtrevigilant aux heures d’ouverture et nejamais fermer son commerce seul, nejamais aller à la banque à la mêmeheure, ne pas non plus laisser son sacpersonnel à la vue de tous ou encoresécuriser son arrière-boutique... Ceguide, diffusé auprès des associationsde commerçants, des principaux

syndicats est disponible partéléchargement. « De fait, lecommerce est une activité très indivi-dualiste et donc les professionnels setrouvent souvent seuls et sansinformation sur les moyens de seprémunir, indique Laurent Lachkar,Vice-président de la CCI qui est àl’initiative de cette action. A partcertains secteurs comme la bijouterie,par exemple, où l’on est plussensibilisé, un grand nombre mérited’être mis en garde. Pour la CCI, lasécurité des acteurs économiques denotre territoire et de leur outil detravail constitue une priorité d’action.En réalisant ce guide avec la directiondéparte-mentale de la SécuritéPublique, nous avons voulu sensibliserlargement ces acteurs. »

La publication du guide n’est pas le seuloutil pour aider le commerce deproximité à faire face. « Pour les fêtesde Noël, nous avons demandé auxservices de police d’assurer plus depatrouilles sur des villes commeCannes, Nice et Menton. Noussouhaiterions que cela soit mis enplace tout au long de l’année, rappelleMaryse Castellani. Mais notreprincipale requête reste la mise enplace d’un numéro de téléphone pournous permettre de joindre directementle commissariat le plus proche et nonpas - comme c’est le cas actuellementavec le 17 - uniquement celui deNice.».

Le guide peut être consulté enligne ou téléchargé sur

www.ccinice-cote-azur.compour recevoir un exemplaire,

appelez le 0 800 422 222

COMMERCE DE PROXIMITÉ, LA SÉCURITÉAVANT TOUT !Comment s’organiser pour mieux se protéger ? Pour répondre à cette question la CCI Nice Côte d’Azurpropose un guide des bons réflexes à adopter.

Maryse Castellani,membre du bureau de la CCI.

Stud

io No

rber

t huf

fschm

itt

La boîte à outils de l’entreprise

Page 27: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

Vente de costumes et robes de mariés Réf. CCO/1025Village Effectif : 2CA : 380 000 € / Prix : 250 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce spécialisédans la vente de costumes et de robes de mariés. Bonnerenommée acquise depuis plus de 40 ans.

Alimentation générale Réf. CCO/1014Zone rurale Effectif : 1CA : 200 000 € / Prix : 65 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’alimentationgénérale, dans un village à proximité de Nice. Les plus del’entreprise : clientèle fidèle et soucieuse de maintenir sonunique commerce, ainsi que la municipalité qui soutiendrale repreneur.

Dépôt-vente accastillage Réf. CCO/0970Ville (proche port) Effectif : 2CA : 190 000 € / Prix : 120 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’unesociété, spécialisée dans le dépôt-vente de matériel pourbateaux, accastillage et vente de bois teck pour marine. 20ans d’existence, bonne renommée dans le monde dunautisme, auprès d’une clientèle de particuliers à 70%.

Lingerie fine Réf. CCO/0963Ville (marché local/touristique) Effectif : 2CA : 230 000 € / Prix : 130 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce, créé en 2001,de vente de lingerie fine de marques, lingerie de nuit,maillots de bain, spécialisé dans les grandes tailles. Magasinsitué sur une rue commerçante et bénéficiant d’une bonnenotoriété auprès d’une clientèle fidèle (locale et régionale)mais aussi touristique.

Epicerie Bio Réf. CCO/0959Ville (marché local) Effectif : 2 + mi-tempsCA : 720 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’épicerieBio, sous franchise, créé en 2005. L’établissement est situédans un quartier commerçant, parking public gratuit àproximité. La clientèle est locale et constituée exclusivementde particuliers.

Librairie Réf. CCO/0935Ville Effectif : 1CA : 445 000 € / Prix : 320 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce, spécialiséen librairie, papeterie, détail et demi-gros, librairie scolaire,point relais colis, créé en mai 1984. Le commerce est situédans le centre ville, entouré de tous commerces et services,sans concurrent.

Négoce articles d’entretien (gros) Réf. CCO/0987Zone rurale Effectif : 4CA : 490 000 € / Prix : 185 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société denégoce d’articles d’entretien. Bonne renommée au niveau dela région PACA. Clientèle fidèle, composée de professionnelsen matériaux de construction, en bricolage, jardinerie,grande distribution, collectivités et administrations.

Distribution matériels de Réf. CCO/0905ventilation-climatisation (gros) Effectif : 8Zone d’activité (marché régional et national)CA : 2 400 000 € / Prix : 800 000 € (85% parts sociales)Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société, crééeen 1996, spécialisée dans la distribution de matériel declimatisation, de chauffage, de ventilation, études etréalisations de ventilation et climatisation industrielles.3 agences implantées dans le Sud de la France.

n SERVICESMenuiserie (fabrication et pose) Réf. CSE/0965Périphérie de ville Effectif : 4 (+ 3 apprentis)CA : 960 000 € / Prix : 650 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société, crééeen 1975, de menuiserie sur mesure (fabrication et pose decuisines, portes et fenêtres, agencement villas,appartements, magasins et espaces professionnels…).Clientèle de professionnels à 70 % (hôpitaux, cliniques,écoles…).

Sécurité, gardiennage Réf. CSE/0960Ville Effectif : 6CA : 225 000 € / Prix : 170 000 € Raisons personnelles : cession d’une société de surveillanceet gardiennage de villas et commerces, sur l’est dudépartement et composée de professionnels à 90%.

Transport routier de marchandises Réf. CSE/1013Banlieue de ville Effectif : 11 (dont 5 temps partiel)CA : 1 500 000 € / Prix : 550 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une société detransport routier de marchandises, auprès d’une clientèle deprofessionnels depuis plus de trente ans.

Travaux d’agencement, de décoration, Réf. CSE/1043fabrication de mobilier sur mesureBanlieue de ville Effectif : 4CA : 630 000 € / Prix : 150 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce de conception,élaboration, aménagement, rénovation et décorationd’espaces haut de gamme et sur mesure destinés auxprofessionnels comme aux particuliers.

Installation et vente de salles Réf. CSE/1018de bains et de cuisineCentre ville Effectif : 5 (dont 1 mi-temps)CA : 860 000 € / Prix : 500 000 € Départ à la retraite : cession d’une société reprise en 1981,spécialisée dans la vente sur mesure et l’installation desalles de bains et cuisines haut de gamme. Très bonnenotoriété auprès d’une clientèle de particuliers.

Etude/réalisation systèmes de sécurité Réf. CSE/0999Zone industrielle Effectif : 5CA : 700 000 € / Prix : 630 000 € Départ à la retraite : cession d’une PME créée en 1980,spécialisée dans les études et la réalisation de systèmes desécurité dont une, est depuis 2010 leader en France pour laprotection du patrimoine. Clientèle de professionnels.Importante progression du CA en 2011.

Rénovation, entretien de piscines Réf. CSE/0997et vente de produits Périphérie ville CA : 1 900 000 € / Prix : 1 300 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce derénovation, d’entretien de piscines et commerce de produitsdérivés. Entreprise existante depuis plus de 20 ans etdisposant d’une bonne renommée dans le département. Trèsbonne rentabilité.

Vente-installation matériel de fermeture Réf. CSE/0867Centre-ville Effectif : 6CA : 690 000 € / Prix : 320 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’une sociétéde vente et installation de matériel de fermeture, créée en1976, progression du CA de 15% sur les deux dernièresannées. Importante clientèle de syndics de copropriété(1000 immeubles), de Cannes à Menton.

Bourse de cession-reprise d’entreprise

Tél. : 0 800 422 222 [email protected] Evènementiel, productions TV Réf. CSE/0957Ville Effectif : 2CA : 920 000 € / Prix : fonction option choisie Pour poursuivre le développement des activités : cède 30%des parts sociales d’une société créée en 2005 et spécialiséedans l’évènementiel (salons, conférences, séminaires,concerts, soirées de galas, expos, cérémonies…), laproduction TV, plus particulièrement les grands évènementssportifs.

Franchiseur-Rénovation des sols/plafonds Réf. CSE/0937Ville (Marché national/ International) Effectif : 6CA : 1 300 000 € / Prix : fonction option choisie Pour financer le développement de l’activité «GrandsComptes» cède 40% des parts sociales d’une société crééeil y a 20 ans et spécialisée dans la rénovation des sols et desplafonds suspendus. Tête de réseau d’applicateurs artisansfranchisés, la société est structurée pour répondre à de groschantiers par appels d’offres.

n HÔTELLERIERESTAURATION

Restauration rapide à emporter/livraison Réf. CRE/0928Ville côtière entre Nice et Menton Effectif : 7 (3 temps partiel)CA : 380 000 € / Prix : 250 000 € Raisons personnelles : cède fonds de commerce de restaurationrapide et livraison à domicile de pizzas, paninis, plats cuisinésacquis par l’entreprise en 2003. Site internet. Fichier clientsde : 13 500 contacts. C.A en croissance constante. Surface devente 25 m², labo 30 m², réserve 10 m², chambre froide 5 m².

Restaurant traditionnel, traiteur Réf. CRE/0947Périphérie de ville Effectif : 3 (+ 1 apprenti)CA : 570 000 € / Prix : 450 000 € Départ à la retraite : cède fonds de commerce d’un restauranttraditionnel, banquets, traiteur, livraison de plateau-repas.Bonne renommée, clientèle fidélisée pour repas d’affaires,repas familiaux pour les fêtes. Salle de 200 m² (100couverts), terrasse (30 couverts)

Hôtel Restaurant Réf. CHO/0944Village Effectif : 2 (+1 en saison)CA : 108 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce d’un hôtelrestaurant bar (licence IV), situé dans un village ancien duHaut Pays, aux portes du Mercantour. Dans un cadre serein etverdoyant, l’hôtel coquet et plein de charme est classé 2étoiles : 12 chambres. Restaurant 80 couverts. Superficietotale de 800 m².

n INDUSTRIEFabrication/vente/pose d’enseignes - stores Réf. CIN/1026Ville Effectif : 4CA : 475 000 € / Prix : 250 000 € Changement d’activité : cède fonds de commerce defabrication, vente et pose d’enseignes et de stores. Bonnerenommée auprès d’une clientèle de professionnels. Lerepreneur pourra s’appuyer sur une équipe de techniciensconfirmés

Menuiserie métallique : Réf. CIN/1023fabrication et installation Effectif : 14VilleCA : 1 750 000 € / Prix : 600 000 € Départ à la retraite : cède parts sociales d’une sociétéspécialisée dans la menuiserie métallique, la fabrication etl’installation de portes et fenêtres, implantée depuis plus de25 ans. Le repreneur pourra s’appuyer sur des équipesqualifiées. Compétences technico commerciales requises.

Page 28: Azur Entreprises et Commerces : L'industrie du made in côte d'azur investit sur son avenir.

EDF Entreprises vous accompagne dans le choixde solutions énergétiques efficaces. Grâce auxdiagnostics et aux conseils de nos experts, identifiezles principales sources d’économies pour mieuxmaîtriser vos consommations d’énergie et améliorervotre performance.

Pour en savoir plus, contactez leou rendez-vous sur edfentreprises.fr

L’énergie est notre avenir, économisons-la !

* Pr

ix d

’un

ap

pel

loca

l, h

ors

su

rco

ût

éven

tuel

sel

on

l’o

pér

ateu

r.55

2 08

1 31

7 R

CS

PAR

IS –

Siè

ge

soci

al :

22-3

0, a

ven

ue

de

Wag

ram

, 750

08 P

aris

Et si votre performance énergétique passait par ce fil