AVANT LES GAULOIS Les climats, les hommes et l · PDF fileAVANT LES GAULOIS Les climats, les...

Click here to load reader

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    224
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of AVANT LES GAULOIS Les climats, les hommes et l · PDF fileAVANT LES GAULOIS Les climats, les...

  • AVANT LES GAULOIS

    Les climats, les hommes et lhistoire

    De tous temps, les hommes ont quitt leur pays dorigine dans lespoir de trouver une

    vie meilleure en dautres lieux, quils fuient une rgion pour des raisons de crises, de

    perscution ou le plus souvent pour tenter dchapper la faim et la pauvret. En dpit des

    diffrences entre les poques de dplacements des groupes humains, le motif principal de la

    migration demeure le dsir de mieux vivre, de mieux manger dans des conditions plus faciles,

    de trouver des environnements aptes satisfaire les habitudes et les techniques collectives.

    Prendre part laisance dune socit plus riche, ou la conqurir, peut tre trs attirant mais le

    rsultat nen sera que de courte dure si, les richesses tant dtruites ou consommes, le

    territoire ne satisfait pas aux besoins fondamentaux du groupe. A quoi peuvent servir des

    terres sches cultivables, pour ceux qui vivent de llevage dans de vastes prairies ? Soit ils

    repartent vite, soit ils simplantent en changeant compltement leur mode de vie, ce qui est

    souvent bien difficile dans des socits o le conservatisme est gage de survie.

    Or les anciennes conomies collectives sont toujours bien spares, avec prdominance

    soit de lagriculture, soit de llevage, ce qui induit la sdentarisation ou le nomadisme sur de

    vastes territoires. Comme le climat, pluviomtrie et temprature, influe par nature sur les

    productions vgtales, tout changement durable modifiera les modes de vie, favorisant ou non

    llevage par exemple.

    Le climat est donc une composante du milieu naturel qui a exerc une trs forte

    influence dans l'histoire des socits, mme si l'cole historique franaise a pendant longtemps

    mis l'accent essentiellement sur l'importance de lconomie pour inflchir les changements

    socitaux ou politiques. Il est devenu vident que le climat est un paramtre fondamental des

    activits et des comportements humains, des poques o les hommes ne pouvaient avoir

    barre, comme aujourdhui, sur la nature. Je ninsisterai pas sur les preuves palynologiques,

    sdimentologiques et archologiques accumules, dans les Alpes et en Europe, depuis de

    nombreuses dcennies pour tablir et dater les variations climatiques, pour tablir leur rapport

    avec les modifications des socits et des techniques protohistoriques (Fig. 3bis).

    Aprs la scheresse et la chaleur de la fin de lge du Bronze, au VIIIe sicle av. J.-C.,

    qui a vu le niveau de nos lacs alpins baisser de plusieurs mtres, le climat devient frais et

    humide tout en restant clment. Au dbut du premier ge du Fer, les Hallstattiens, leveurs

    nomades du centre de lEurope, viennent sinstaller peu peu dans les prairies de lest ou du

    centre de la France, favorises par les prcipitations accrues et dlaisses partiellement par les

    agriculteurs, car ne rpondant plus au besoin de leurs cultures cralires. Trouvant l des

    conditions trs favorables leur conomie pastorale les Hallstattiens restent sur place et ne

    sont pas tents denvahir les pays mditerranens pourtant riches et prospres.

    Schmatisons pour lisser les multiples variations locales : la priode de lantiquit

    grco-romaine, partir du Ve sicle, est marque en Europe centrale par des conditions plus

    froides, moins favorables qu la priode prcdente et les Gaulois commencent infiltrer

    11

  • lEurope occidentale et mridionale. Cela est concomitant dune pluviomtrie abondante sur le

    pourtour mditerranen, rendant ces rgions plus aptes nourrir une population nombreuse et

    dynamique, lorigine des remarquables civilisations classiques. Le sud de lItalie ou la Sicile

    taient rputes alors comme greniers bl pour les Carthaginois et les Romains Les

    hivers sont aussi bien plus rigoureux quactuellement et Pline dit par exemple quen 300 av.

    J.-C. le Tibre tait gel Rome.

    Loptimum romain, partir du IIe sicle av. J.-C., verra donc se calmer les migrations

    dEurope centrale ou septentrionale commences trois sicles plus tt et qui nont plus de

    raisons dtre. A la fin du IIe et au Ier sicle av. J.-C., la sdentarisation des nomades et des

    semi-nomades gaulois en sera facilite, comme la constat Strabon Les Allobroges, qui en-

    treprirent nagure tant dexpditions avec des armes de plusieurs dizaines de milliers

    dhommes, en sont rduits aujourdhui cultiver la plaine (IV, 1, 11) . Les archologues 6

    quelques sicles le rchauffement va conduire une hausse du niveau marin de prs dun

    mtre : la Flandre est submerge vers 250 ap. J.-C. La Pax romana, du Ier sicle aux

    premires invasions barbares au cours du IIIe sicle, a t largement facilite par ces

    conditions climatiques favorables lorganisation conomique, sociale et politique du monde

    romain. Cette paix ne sera vraiment remise en question quavec le retour dune pjoration

    climatique.

    En effet au IIIe sicle, les pturages dAsie sasschent progressivement et le froid

    saccentue ; se dvelopperont alors les grandes invasions eurasiennes depuis la Mandchourie

    jusqu' l'Irlande poussant vers louest et vers le sud des hordes dleveurs nomades. En Europe 7

    goths, Goths, Alains, Vandales et autres. Comme leurs raids rapides et destructeurs rpandent 8

    dOccident cesse dexister en 476.

    Fig. 3bis Lvolution chronologique de la vgtation forestire suivant

    laltitude

    Ces courbes traduisent les changements climatiques et linfluence de lhomme sur son milieu.

    1 maximum de loptimum climatique du Bronze final 2 optimum climatique romain

    3 optimum climatique mdival 4 petit ge glaciaire

    Remarques : - La limite suprieure de la fort matrialise les variations des tempratures

    moyennes - Lpica, frquent aujourdhui, napparat qu lpoque romaine et sa

    6 grande extension est due lhomme au dtriment du sapin et du pin cembro

    - la fort de chne est favorise par lhomme partir de lan mil au

    dtriment du sapin et du htre. 7 (Daprs S. Wegmller (Universit de Berne), palynologiste des Alpes)

    profondment avanc dans l'Empire romain. 8

    rgne de Diocltien.

    12

    voient aussi se multiplier les outillages agricoles , les fermes et les villages ruraux. En

    occidentale se sera lextension des diffrents peuples germains Alamans , Francs, Huns, Wisi-

    la terreur, les cits sentourent de remparts . Sous la pousse des Wisigoths, lempire romain

    La "charrue gauloise", avec son soc en fer (un araire perfectionn) et peut-tre un avant-train roues, l'utilisation de herses, de la faucille pour la moisson, de la faux pour la fenaison et des meules grains se gnralisent.

    En 233 ils franchissent le Limes et en 258, ils ralisent le premier raid le plus dvastateur et le plus

    Autour de la ville de Grenoble (Cularo), par exemple, un rempart puissant sera construit entre 286 et 293 sous le

  • Ensuite pendant lOptimum climatique mdival (grosso modo du VIIIe au XIIIe si-

    cle) les invasions orientales nauront plus de raison pour conqurir des terres plus

    hospitalires, ce qui laissera quelques sicles aux civilisations mdivales occidentales pour

    spanouir plus calmement. Il sera suivi par le Petit ge glaciaire (dbut au XIVe sicle avec

    un maximum entre 1550 et 1850 environ) matrialis par des avances glaciaires auxquelles 9

    qui dciment les campagnes. Cela concidera avec de nouvelles tentatives de conqute de 10

    sera un peu engourdi par le froid au profit des influences venues dItalie : pensons

    lexplosion du baroque, architecture et systme de pense, dans toute lEurope partis de Rome

    la fin du XVIe sicle

    Fig. 3ter Essences qui

    marquent la limite suprieure de la fort dans les Alpes du

    Nord. Les variations en altitude renseignent sur les

    ambiances climatiques

    La connaissance, mme succincte, de ces grands cycles climatiques est ncessaire pour

    comprendre les mouvements gopolitiques de lhistoire. La priode qui nous occupe plus par-

    ticulirement commence, comme nous venons de le voir, au moment dun changement : il fait

    un temps humide et froid quand, au Ve sicle av. J.-C., les Gaulois, nomades pousss peu

    peu au centre de lEurope par dautres peuples venus des steppes asiatiques, partent la

    conqute de nouvelles terres favorables leur pastoralisme. Quand ils seront implants de

    lEspagne la Pologne, des les britanniques lAnatolie au IIIe sicle av. J.-C., le climat qui

    sadoucit supprimera la ncessit de leurs dplacements et permettra leur sdentarisation.

    Lge du Fer dans les Alpes

    9

    dans l'espoir de conjurer l'avance des glaces. 10

    13

    correspondent plusieurs minimums de tempratures moyennes trs nets causant des famines

    lOccident par les Orientaux . En Europe moyenne, en France, le dynamisme du Moyen-ge

    Des peintures de l'poque tmoignent d'hivers rudes et enneigs. En Savoie, on organise mme des processions

    Sige de Vienne en 1529, bataille de Lpante en 1571 et de Vienne en 1683.

  • Quand les Allobroges se sont tablis entre Rhne et Isre, le territoire ntait priv ni

    dhabitants ni de ressources. Une vieille histoire lavait affect pendant des millnaires qui ont

    vu se drouler la longue volution des hommes, des techniques, des mentalits, des socits,

    des croyances. Sans remonter aux premiers occupants sdentaires de la prhistoire, voyons ses

    caractres les plus rcents.

    TABLEAU CHRONOLOGIQUE ET CLIMATIQUE SOMMAIRE Implantation des Allobroges : fin du IV/ dbut du IIIe sicle av. J.-C. Traverse des Alpes par Hannibal : fin octobre/ dbut novembre 218 av. J.-C Conqute de lAllob