Atelier NERIS Contaminations durables et développement des ...· Il a également été relevé des

download Atelier NERIS Contaminations durables et développement des ...· Il a également été relevé des

of 79

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Atelier NERIS Contaminations durables et développement des ...· Il a également été relevé des

  • Atelier NERIS Contaminations durables et dveloppement des territoires

    Aprs Fukushima : l'ventualit d'une contamination radioactive durable

    Organis par l'ANCCLI, la CLI de Marcoule-Gard

    et le programme europen de recherche NERIS-TP

    17-18 novembre 2011 Mairie d'Orsan

    11 Avenue des Tavans

    Accueil par Jean-Pierre CHARRE, vice prsident de la CLI du Gard et maire dOrsan

    Bienvenue tous. Heureux de vous voir si nombreux Orsan. Le prsident de la CLI de Marcoule

    Gard na pas pu se librer donc cest au titre de vice-prsident que je vous accueille aujourdhui.

    Etant galement maire dOrsan, cest ce double titre que je vous accueille. Orsan est une

    commune riveraine du site de Marcoule, site qui comprend 4 INB, 16 INBS qui est lun des plus

    anciens sites puisquil a vu le jour en 1955, ce qui reprsente 56 ans dexistence. La CLI du Gard

    est heureuse de vous accueillir et jespre que les travaux de cet atelier seront utiles et intressants

    et nous permettrons de mieux saisir le post-accidentel et dvoquer lactualit, tant donne ce

    quelle est.

    Accueil par Michel DEMET, conseiller technique de lANCCLI

    Jean-Claude DELALONDE, prsident de lANCCLI sexcuse de ne pas tre parmi vous

    aujourdhui. Je voulais simplement remercier les partenaires de ces deux journes de travail: la CLI

    de Marcoule-Gard, Jean-Pierre CHARRE et son quipe qui ont bien voulu accepter dorganiser ces

    deux journes, le rseau NERIS, lANCCLI dont plusieurs reprsentants du conseil

    dadministration et du comit scientifiques sont prsents et je les en remercie, et tous les autres

    partenaires institutionnels. Jinsisterai aussi sur le fait que ce nest pas toujours vident de trouver

    des CLI qui acceptent daccueillir et qui sont en capacit dorganiser ce type de sminaire. On la

    connu avec Golfech qui a t un peu linitiative de ce type de dmarche. Dans un contexte

    relativement rcent comme celui de Fukushima o tous ces aspects de transparence, de

    communication apparaissent de plus en plus vidents et problmatiques, le post-accidentel trouve

    effectivement toute sa dimension, non seulement au niveau franais mais aussi au niveau europen.

    Do lintrt de travailler avec NERIS. Donc, merci vous tous et je vous souhaite deux bonnes

    journes de travail.

    Accueil par Gilles HERIARD DUBREUIL, Mutadis

    Ce sminaire est co-organis par la CLI de Marcoule, lANCCLI et le rseau de recherche NERIS.

    NERIS, cest la fois un rseau europen dinstitutions et dacteurs concerns qui sintressent aux

    questions post-accidentelles nuclaires (les questions de long terme et galement les questions de

    crise) mais galement un projet de recherche europen. Dans ce cadre l, nous remercions beaucoup

    la CLI de Marcoule et lANCCLI pour ce partenariat. Je rappelle simplement quavec lANCCLI, cest la troisime runion que nous organisons sur ce sujet puisque nous avons eu prcdemment

    une runion Golfesch dabord, puis une runion Nogent ensuite, en lien avec les CLI dans les

    deux cas. Donc cest une implication ancienne des CLI et de lANCCLI sur ces questions post-

    accidentelles. Lintrt pour ces questions est renforc aujourdhui aprs laccident de Fukushima

    dont David Boilley va nous parler aujourdhui. Au-del de cette actualit, depuis une dizaine

    dannes en France, on essaie de sintresser cette question post-accidentelle en tenant compte des

    expriences norvgiennes, sudoise, anglaise et des territoires touchs par Tchernobyl. Cest

  • videmment un moment important dans la mesure o entretemps il y a eu une mobilisation de lEtat

    travers le CODIRPA sur ces questions post-accidentelles. Cette mobilisation a donn lieu de

    grands travaux, des rsultats (des outils, des rglementations, des doctrines qui se sont construites)

    et en mme temps nous voil de nouveau dans le territoire. Puisque finalement, quand on parle de

    post-accidents, cest bien dans le territoire que les questions sont poses. Et tous ceux qui ont suivi

    lincident de Fulkushima ont vu quel point les acteurs locaux taient dsempars et quel point la

    survenue dune contamination radioactive est associe une complexit considrable. Il ny a pas

    que les considrations sanitaires et environnementales quil faut bien videmment prendre en

    considration, mais au-del de a, ce sont toutes les activits sociales, professionnelles, de march

    qui sont touches et perturbes. Ce sminaire, cest vritablement un atelier de travail que lon a

    conu ensemble. Lobjectif est en deux temps:

    -aujourdhui, David Boilley va nous donner la fine pointe de ce quil peut avoir dinformations sur

    les consquences de cet accident de Fukushima qui ne sont pas termines et dont la dimension du

    long terme apparat clairement aujourdhui. Ensuite, nous seront dautres expriences de

    contaminations territoriales. Nous allons essayer de tirer de ces tmoignages les enjeux autour dune

    situation de ce type.

    - demain, nous serons plutt axs sur la question de la prparation, des dmarches que lon peut

    entreprendre en amont. En France aujourdhui, les pouvoirs publics ont labor un certain nombre

    doutils, de rglementations, de doctrines. Au-del de ces lments, qui sera concern? Et que peut-

    on faire lchelle dun territoire, et en particulier un territoire comme celui de la CLI de Marcoule-

    Gard?

    Stphane BAUDE, Mutadis.

    Juste quelques mots sur le programme de laprs-midi daujourdhui. Nous allons commencer avec

    le tmoignage de David Boilley sur la situation au Japon. Nous entendrons ensuite quelques mots

    de Monsieur Boissin sur laccident rcent survenu sur un four Marcoule. Je vous prsenterai aprs

    cela une situation qui na pas grand chose voir en apparence avec une contamination radioactive,

    celle dune contamination aux Antilles par un pesticide, le chlordcone. Pourtant, lon verra quau

    niveau des enjeux qui se posent sur le territoire, il existe des similitudes fortes entre les diffrentes

    situations de contaminations. Aprs une trs courte pause, Bruno Lion, Directeur rgional adjoint de

    l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Fort nous parlera des enjeux quil voit lui depuis les Midi-

    Pyrnes sur la question de la contamination et du dveloppement des territoires. Et nous aurons

    une dernire intervention dAnita Villers dEnvironnement et Dveloppement Alternatif qui nous

    prsentera les initiatives qui ont eu lieu autour de Metaleurop. Enfin, nous aurons pendant une petite

    heure et demie une sance de travaux en groupe pour valuer la lumire des diffrents cas qui

    nous aurons t prsents les enjeux pour ces territoires qui sont associs ces situations de

    contaminations durables.

    Session 1 : les enjeux d'une rponse moyen et long terme la contamination

    durable d'un territoire

    Premire tude de cas : La contamination de territoires au Japon

    suite la catastrophe de Fukushima

    (David Boilley, ACRO)

    David BOILLEY, ACRO ( distance)

    Bonjour tous. Je vais vous parler des consquences socitales et environnementales de la

    catastrophe de Fukushima. Je vais scinder mon interventions en diffrents stress quont subis les

    populations. Je vais partir du Japon en gnral, pour me rapprocher des zones contamines de

    Fukushima ensuite.

  • La premire consquence de la catastrophe laquelle doit faire face la socit japonaise

    actuellement cest la pnurie dlectricit. 80% du parc nuclaire est arrt en ce moment. Ctait

    70% cet t au moment des fortes chaleurs, cest--dire quand la consommation tait la plus forte, et

    ce sera 100% du parc arrt au mois davril 2012. En outre, le Japon tant une le, il ne peut donc

    pas importer dlectricit de ses voisins. Pour les populations de lensemble du Japon, la seconde

    consquence grer tourne autour de la nourriture qui a t une grande source d'inquitude.

    Spcificit du Japon par rapport la socit franaise, le pays importe environ 60 % de sa

    consommation alimentaire. En revanche, pour le riz il est compltement autonome. Il en importe un

    peu du fait des obligations du GATT, mais ce riz nest pas vendu sur le march intrieur, il repart en

    aide au dveloppement. Le riz est donc une production un peu part car cest lingrdient le plus

    consomm et il est 100% produit localement, alors que les autres productions sont importes 60%.

    Les autorits japonaises ont ragi dune faon diffrente de ce que la France prvoit dans le cadre de

    la doctrine CODIRPA. En France, il y a a priori une interdiction de la consommation de nourriture

    issue des zones contamines, puis une autorisation progressive est donne au fur et mesure que les

    mesures radiologiques permettent la remise sur le march des produits. Le Japon a eu la dmarche

    inverse : il a tout autoris sauf si des mesures radiologiques indiquaient quil y avait une forte

    contamination. Dans ce cas, il y avait interdiction de mise sur le march dabord sur toute la

    province, puis ensuite au niveau du territoire des municipalits. Donc si un aliment nest pas

    contrl, il est a priori autoris tre mis sur le march, ce qui nincite pas la confiance.

    Le systme de mesures radiologiques a galement t trs dcentralis. L'Etat a demand aux

    provinces de mettre en place la surveillance. Les provinces se sont retournes vers les municipalits.

    La taille dune municipalit au Japon, cest la taille dune communaut de communes en France.

    Cela stend sur de vastes territoires qui sont proches des agriculteurs et des producteurs. Il ny

    avait pas derrire ce contrle local de contrles inopins de