Apr¨s la mort

Click here to load reader

download Apr¨s la mort

of 26

  • date post

    10-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    230
  • download

    3

Embed Size (px)

description

« Les ouvrages de Léon Denis me révélèrent la doctrine spirite. Jamais aucune philosophie ne m’avait procuré une impression de joie aussi intense, ce fut un éblouissement. L’étude en est particulièrement captivante lorsque le mystère de la mort s’impose à l’esprit accablé par la tristesse de deuils successifs, mystère sur lequel aucune religion occidentale n’a jeté de clartés. On y trouve un véritable trésor spirituel, la certitude des espérances religieuses, celle d’une survie consciente étayée de preuves certaines. » Claire Baumard

Transcript of Apr¨s la mort

  • 3Introduction

    Lon Denis

    Aprs la mortExpos de la doctrine des Esprits

    Solution scientifique et rationnelledes problmes de la vie aprs la mort

    Nature et destine de ltre humain

    Les vies successives

    Semper ascendens

    Nouvelle dition conforme ldition originale de 1922

  • Disponibles sur la libraire spirite :www.editions-philman.com

    Cette dition a t ralise avec la collaborationdu Centre Spirite Lyonnais Allan Kardec

    http://www.cslak.fr

    Imprim en Europe Dpt lgal : novembre 2005ISBN : 978-2-913720-24-4 EAN : 9782913720244

    Lon Denis

    Aprs la MortChristianisme et SpiritismeLe Problme de ltre et de la destineLa grande nigme (Dieu et lUnivers)Le gnie celtique et le monde invisibleDans lInvisible : Spiritisme et mdiumnitLau-del et la survivance de ltreLe pourquoi de la vie

    Allan Kardec tLe livre des Esprits

    Le livre des MdiumsLEvangile selon le Spiritisme

    Le Spiritisme sa plus simple expressionInstruction pratique sur les manifestations spirites

    La Gense, les miracles et les prdictionsCaractres de la rvlation spirite

    Oeuvres posthumesLe Ciel et lEnfer

    Voyage spiriteLobsessionLa prire

    Gabriel Delanne

    La rincarnationLe phnomne spiriteRecherches sur la mdiumnitEcoutons les morts

    Ernest Bozzano t

    Les phnomnes prmonitoiresLes enigmes de la psychomtrie et les phnomnes de la tlesthsie

    Les phnomnes mtapsychiques chez les animaux

  • AUX NOBLES ET GRANDS ESPRITS

    qui m'ont rvl le mystre

    auguste de la destine, la loi de

    progrs dans l'immortalit, dont les enseignements

    ont raffermi en moi le sentiment de la justice,

    l'amour de la sagesse, le culte du devoir, dont les voix

    ont dissip mes doutes, apais mes soucis ; aux mes

    gnreuses qui m'ont soutenu dans la lutte, consol

    dans l'preuve, qui ont lev ma pense jusqu'aux

    hauteurs lumineuses o sige la vrit, je ddie

    ces pages.

  • INTRODUCTION

    Jai vu, couches dans leurs linceuls de pierre ou de sable, lesvilles fameuses de lantiquit, Carthage, aux blancs promontoires,les cits grecques de la Sicile, la campagne de Rome, avec ses aque-ducs briss et ses tombeaux ouverts, les ncropoles qui dorment leursommeil de vingt sicles sous la cendre du Vsuve. Jai vu les derniersvestiges de cits anciennes, autrefois fourmilires humaines, aujour-d'hui ruines dsertes que le soleil dorient calcine de ses brlantescaresses.Jai voqu les multitudes qui s'agitrent et vcurent en ces lieux ;

    je les ai vues dfiler devant ma pense, avec les passions qui lesconsumrent, leurs haines, leurs amours, leurs ambitions vanouies,leurs triomphes et leurs revers, fumes emportes par le souffle destemps. Et je me suis dit : voil ce que deviennent les grands peuples,les capitales gantes : quelques pierres amonceles, des tertresmornes, des spultures ombrages de maigres vgtaux, dans lesrameaux desquels le vent du soir jette sa plainte. Lhistoire a enre-gistr les vicissitudes de leur existence, leurs grandeurs passagres,leur chute finale ; mais la terre a tout enseveli. Combien dautresdont les noms mmes sont inconnus ; combien de villes, de races, decivilisations gisent jamais sous la nappe profonde des eaux, lasurface des continents engloutis !Et je me demandais pourquoi cette agitation des peuples de la

    terre, pourquoi ces gnrations se succdant comme les couches desable apportes incessamment par le flot pour recouvrir les couchesqui les ont prcdes ; pourquoi ces travaux, ces luttes, ces souf-frances, si tout doit aboutir au spulcre. Les sicles, ces minutes delternit, ont vu passer nations et royaumes, et rien nest rest

  • 8 Introduction

    debout. Le sphinx a tout dvor.O va donc lhomme dans sa course ? Au nant ou une lumire

    inconnue ? La nature souriante, ternelle, encadre de ses splendeursles tristes dbris des empires. En elle, rien ne meurt que pourrenatre. Des lois profondes, un ordre immuable prsident ses vo-lutions. Lhomme, avec ses uvres, est-il seul destin au nant, loubli ?Limpression produite par le spectacle des cits mortes, je lai

    retrouve plus poignante devant la froide dpouille de mes proches,de ceux qui partagrent ma vie.Un de ceux que vous aimez va mourir. Pench vers lui, le cur

    serr, vous voyez stendre lentement sur ses traits lombre de lau-del. Le foyer intrieur ne jette plus que de ples et tremblanteslueurs ; le voil qui saffaiblit encore, puis steint. Et maintenant,tout ce qui, en cet tre, attestait la vie, cet il qui brillait, cettebouche qui profrait des sons, ces membres qui s'agitaient, tout estvoil, silencieux, inerte. Sur cette couche funbre, il ny a plus quuncadavre ! Quel homme ne sest demand lexplication de ce mystreet, pendant la veille lugubre, dans ce tte--tte solennel avec lamort, a pu ne pas songer ce qui lattend lui-mme ? Ce problmenous intresse tous, car tous nous subirons la loi. Il nous importe desavoir si, cette heure, tout est fini, si la mort nest quun mornerepos dans lanantissement ou, au contraire, lentre dans une autresphre de sensations.Mais, partout des problmes se dressent. Partout, sur le vaste

    thtre du monde, disent certains penseurs, la souffrance rgne ensouveraine, partout laiguillon du besoin et de la douleur stimule laronde effrne, le branle terrible de la vie et de la mort. De toutepart slve le cri d'angoisse de l'tre se prcipitant dans la voie quimne l'inconnu. Pour lui, lexistence ne semble quun perptuelcombat ; la gloire, la richesse, la beaut, le talent, des royauts dunjour. La mort passe, elle fauche ces fleurs clatantes et ne laisse quedes tiges fltries. La mort est le point dinterrogation sans cesse posdevant nous, la premire des questions laquelle se rattachent des

  • 9Introduction

    questions sans nombre, dont lexamen a fait la proccupation, ledsespoir des ges, la raison dtre d'une foule de systmes philoso-phiques.Malgr ces efforts de la pense, lobscurit pse encore sur nous.

    Notre poque sagite dans les tnbres et dans le vide, et cherche,sans le trouver, un remde ses maux. Les progrs matriels sontimmenses, mais, au sein des richesses accumules par la civilisation,on peut encore mourir de privation et de misre. Lhomme nest niplus heureux, ni meilleur. Au milieu de ses rudes labeurs, aucunidal lev, aucune notion claire de la destine ne le soutient plus ;de l, ses dfaillances morales, ses excs, ses rvoltes. La foi du passs'est teinte ; le scepticisme, le matrialisme lont remplace et, sousleurs souffles, le feu des passions, des apptits, des dsirs a grandi.Des convulsions sociales nous menacent.Parfois, tourment par le spectacle du monde et les incertitudes

    de l'avenir, lhomme lve ses regards vers le ciel et lui demande lavrit. Il interroge silencieusement la nature et son propre esprit. Ildemande la science ses secrets, la religion ses enthousiasmes.Mais la nature lui semble muette, et les rponses du savant et duprtre ne suffisent pas sa raison et son cur. Pourtant, il est unesolution ces problmes, une solution plus grande, plus rationnelle,plus consolante que toutes celles offertes par les doctrines et les phi-losophies du jour, et cette solution repose sur les bases les plussolides qu'on puisse concevoir : le tmoignage des sens etlexprience de la raison.Au moment mme o le matrialisme a atteint son apoge et

    rpandu partout lide du nant, une science, une croyance nouvelle,appuye sur des faits, apparat. Elle offre la pense un refuge ocelle-ci trouve enfin la connaissance des lois ternelles de progrset de justice. Une floraison dides que lon croyait mortes, et quisommeillaient seulement, se produit et annonce un renouveau intel-lectuel et moral. Des doctrines, qui furent lme des civilisationspasses, reparaissent sous une forme agrandie et de nombreuxphnomnes, longtemps ddaigns, mais dont certains savants

  • 10 Introduction

    entrevoient enfin l'importance, viennent leur offrir une base dedmonstration et de certitude. Les pratiques du magntisme, delhypnotisme, de la suggestion ; plus encore, les tudes de Crookes,Russell Wallace, Lodge, Aksakof, Paul Gibier, de Rochas, Myers,Lombroso, etc., sur des faits dordre psychique, fournissent de nou-velles donnes pour la solution du grand problme.Des perspectivessouvrent, des formes dexistence se rvlent dans des milieux olon ne songeait plus les observer. Et de ces recherches, de cestudes, de ces dcouvertes se dgagent une conception du monde etde la vie, une connaissance des lois suprieures, une affirmation dela justice et de l'ordre universels, bien faites pour veiller dans lecur de lhomme, avec une foi plus ferme et plus claire enlavenir, un sentiment profond de ses devoirs et un rel attachementpour ses semblables.C'est cette doctrine, capable de transformer la face des socits,

    que nous offrons aux chercheurs de tous ordres et de tous rangs. Ellea dj t divulgue en de nombreux volumes. Nous avons crudevoir la rsumer en ces pages, sous une forme diffrente, lintention de ceux qui sont las de vivre en aveugles, en signoranteux-mmes, de ceux que ne satisfont plus les uvres dune civilisa-tion matrielle, toute de surface, et qui aspirent un ordre de chosesplus lev. Cest surtout pour vous, fils et filles du peuple, tra-vailleurs dont la route est pre, lexistence difficile, pour qui le cielest plus noir, plus froid le vent de ladversit ; cest pour vous que celivre a t crit. Il ne vous apporte pas toute la science, le cerveauhumain ne saurait la contenir, mais il peut tre un degr de plus versla vraie lumire. En vous prouvant que la vie nest pas une ironie dusort, ni le rsultat dun stupide hasard, mais la consquence d'une loijuste et quitable ; en vous ouvrant les perspectives radieuses delavenir, il fournira un mobile plus noble vos actions, il fera luireun rayon desprance dans la nuit de vos incertitudes, il allgera lefardeau de vos preuves et vous apprendra ne pas trembler deva