Apprendre ou pratiquer le français avec Jacques BREL

download Apprendre ou pratiquer le français avec Jacques BREL

of 19

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Apprendre ou pratiquer le français avec Jacques BREL

  • 01

    SOMMAIRE

    Prface

    Note

    Introduction

    Brel en classe de franais

    Bruxelles

    Tableaux rcapitulatifs

    Pour dcouvrir la chansonPour exercer le vocabulairePour exercer la grammairePour exercer la phontiquePour exercer lexpression oraleEcrire pour

    Fiches pdagogiques

    1. Amsterdam 2. La bire3. Les bonbons 4. Les bourgeois 5. Bruxelles6. La chanson des vieux amants 7. Fils de ...8. Une ile 9. Il neige sur Lige 10. Isabelle 11. Jef 12. Madeleine13. Les Marquises 14. Mathilde 15. Ne me quitte pas 16. Le plat pays17. Quand on na que lamour 18. La qute 19. Vesoul20. Les vieux 21. Jacques Brel : la dcouverte de sa biographie

    Bibliographie

  • 04

    Notes :

    Lensemble de cet ouvrage, y compris les textes des chansons, sont crits en orthographe nouvelle, en application desRectifications de lorthographe franaise de 1990, fruit du travail dun groupe dexperts mis en place par le Premier ministrefranais de lpoque, Michel Rocard. Pour plus dinformations, consulter le site http://www.orthographe-recommandee.info. Trois associations soccupant dorthographe (lAIROE, franaise, lANO, suisse, lAPARO, belge) ont misau point une brochure reprenant pratiquement les 1 400 mots touchs par ces recommandations orthographiques.Renseignements : (00 32) 02 640 21 52.Dans trois cas, les textes des chansons n'ont pas pu tre intgrs dans les fiches pdagogiques qui leur sont consacres :

    Les bourgeois, Isabelle, Ne me quitte pas. Les maisons d'dition propritaires des droits n'ayant pas autoris leur reproduction.Nous remercions la Fondation Jacques Brel qui a accept d'accompagner notre dmarche.

  • 05

    Introduction

    Enseigner le franais langue trangre ou langue maternelle avec Jacques Brel peut semblerrelever de la mission impossible tant cet interprte hors normes tranche avec la culture musicalevhicule par les mdias, o lon mise autant sur le physique et les dons chorgraphiques quesur la voix, le texte et la musique. Jacques Brel nest pas un chanteur du samedi soir, qui faitdanser les foules sur des rythmes en bton. Mais il ne ltait pas non plus son poque.Personnalit atypique du monde de la chanson, il navait pas le profil dune idole , adule parles jeunes de son temps. Il tait plutt celui qui chantait ce que les hommes et les femmes viventau quotidien : les premires amours, les moments de joie ou de tristesse, les souvenirs intimes,les checs, les rves et les dsirs secrets.

    Jacques Brel posait un regard la fois tendre et cynique sur ses contemporains. Parce quilntait pas lhomme des compromis ou de la complaisance, il a souvent t dtest par ceuxquil caricaturait et dont ses chansons renvoyaient le reflet, comme un miroir.

    Et pourtant Les chansons de Brel ont fait le tour du monde. Traduits aux Etats-Unis, au Japon,dans presque tous les pays dEurope, les textes de Brel touchent lhomme en plein cur. Brel arussi mettre en mots et en musique la force de sentiments et dmotions universels. Que lonpense, par exemple, Ne me quitte pas (If you go away interprt par Patricia Kaas), Fils de(Frank Sinatra), Amsterdam (David Bowie), mais aussi La chanson des vieux amants, Les vieux,Quand on na que lamour, etc.

    Pour comprendre lunivers brlien, il faut ncessairement resituer lhomme et le contexteartistique de lpoque qui na rien voir avec celui du troisime millnaire. Lvolution techniquedans ce domaine a entrain une vritable rvolution copernicienne dans la manire deconcevoir et de faire des chansons. Aujourdhui, enregistrer une chanson se passe dansplusieurs espace-temps : on enregistre la musique New-York, avec chaque musiciensparment, on mixe le tout et on enregistre ensuite la (les) voix dans un studio parisien, aprslenregistrement spar de la musique, ce qui permet de se consacrer uniquement au timbre et la justesse de la voix. La mode nest plus linterprte solo, mais aux groupes quon fabrique enquelques semaines, quon forme lart du chant et de la danse et qui font lobjet dun vritablemarketing avant mme la sortie dun premier disque. Rien de tel lpoque de Brel.

  • 06

    Lhomme

    Fils dun industriel belge, Jacques Brel a, ds son plus jeune ge, le gout pour lart de la scne etla cration de textes. Elve peu motiv (sauf en franais), plus intress par les rcits de voyageet les pitreries destines faire rire ses camarades que par les matires enseignes par sesprofesseurs, il travaille ds 18 ans dans lusine demballage de son pre, tout en continuant seproduire dans une troupe de thtre amateur. Il se marie 21 ans avec Miche, dont il aura troisfilles. Malgr une certaine bonne volont, il sennuie dans la fabrique familiale et frquenteassidument les cabarets de Bruxelles o il tente ses premiers essais dauteur-compositeur-interprte. Ds lge de 24 ans, il fait la tourne des cabarets de Paris o il multiplie lesauditions, sans se dcourager par lenchainement des refus. Peu peu, il commence se faireconnaitre et enregistre son premier disque en direct, en studio avec tous les musiciens,conditions quil ne voudra jamais quitter malgr les possibilits techniques offertes parlvolution du matriel et des procds denregistrement.

    Pendant cinq ans, le public, drout par ses allures provinciales et loutrance de soninterprtation, ne lui rservera quun accueil mitig. Cest lge de 29 ans, en 1958, aprslenregistrement de plusieurs 33 tours, quil conquiert son public lors dun concert lOlympia.Conseill par ses amis musiciens, il abandonne la guitare, trop limite musicalement et seconsacre entirement au travail du chant et de la voix. Grce un travail acharn et solitaire, savoix acquiert ampleur et puissance, devient chaude et convaincante . Il perd presque toutaccent belge, mme si les r roulent encore un peu (O. Todd, 1984, p. 122). Cest un Brelvritable homme de scne et maitre de sa trs forte personnalit, qui triomphera pendant huitans dans des tournes internationales.

    Au sommet de sa gloire, 37 ans (en 1966), aprs quinze annes damour , Brel dcidedabandonner la chanson pour faire autre chose. Comdien n, il quitte la scne des music-hallspour celle des thtres et du cinma. Il tourne comme acteur dans une dizaine de films1, monteune comdie musicale (Lhomme de la Mancha, 1968) et ralise lui-mme deux films (Franz,1972 ; Le Far West, 1973). En mme temps que ce changement de carrire, naissent en lui deuxautres passions : la voile et lavion. Ds 1967, il devient copropritaire dun voilier et deux ansplus tard, il sachte un avion et suit des cours de pilotage. Il va pouvoir enfin concrtiser sesrves de voyages et daventures.

    En 1974, huit ans plus tard, il dcide de faire le tour du monde et achte un voilier. Mais il tombemalade ds le dbut du voyage. Il sinstalle alors aux iles Marquises. Il achte un petit avion et faitde celui-ci un taxi pour aider la population locale. Deux ans plus tard, touch par la maladie, ildoit retourner Bruxelles faire des examens mdicaux, mais rejoint toujours lile de Hiva-Oa,malgr un climat dfavorable sa sant. En 1977, il revient la chanson et enregistre un dernierdisque. Il repart aux Marquises et meurt Paris en 1978, aprs stre battu contre le cancer quilui rongeait le poumon.

    Cest donc force de tnacit et grce un formidable talent dinterprte que Jaques Brel, cetouragan, ce survolt, sest forg une place dor dans le monde de la chanson. Une volontdaction immense, une dtermination sauvage caractrisent cet homme exubrant et pudiquequi a forc lattention dun public svre et a russi se faire respecter et aimer de lui. Mais quelest donc le secret du phnomne Brel ?

    1 Les risques du mtier (Andr Cayatte), 1967; La bande Bonnot (Philippe Fourastier), 1968; Mononcle Benjamin (Edouard Molinaro), 1969; Mont-Dragon (Jean Valre), 1970 ; Les Assassins de lordre(Marcel Carn), 1971; LAventure cest laventure (Claude Lelouch), 1972; Le Bar de la Fourche (AlainLevent), 1972 ; LEmmerdeur (Edouard Molinaro), 1972.

  • 07

    Lartiste

    Pol Vandromme dit en parlant de Jacques Brel : Brel a linstinct du pote, il nen a pas lesmoyens [] Il fait des chansonnettes, parce que le pome chez lui reste ltat dbauche (P. Vandromme, 1977, p. 41). Les textes quil crit sont accessibles, ses mots sont limpides et sasyntaxe, simple. Un dbutant en langue franaise peut vite comprendre son style (O. Todd,1984, p. 141). Brel lui-mme ne se dfinit pas comme un pote, qui se cache derrire sonuvre, mais comme un chanteur, un homme qui sexhibe devant un micro et un public,propuls dans les chansons par la musique. Cest donc grce cette union fusionnelle entre lamlodie et les textes que Brel, auteur-compositeur-interprte, a percut les foules. Brelmusicien serait quelconque, pote, il serait moyen ; auteur-compositeur de textes et de musiquefaits pour sentrelacer dans des millions de tte, il est grandiose (J-F Kahn, prface de L.Brimont, G. Zarate, Brassens, Grco, Montand, Mouloudji chantent les potes, Paris, Hachette/ Ministre des Relations Extrieures, 1982).

    Ainsi ne conoit-il pas lenregistrement dun disque sans avoir test au pralable ses chansonslors des concerts : cest sur scne quil peut ressentir les textes et la musique, leur donner corps,travailler leur interprtation avec un art poustouflant : ds quil amne au public une chansonnouvelle, les gestes quil improvise, les attitudes spontanes, jamais prmdites prcisent sontat desprit ou, comme il prfre le dire, ltat desprit du gars qui chante (F. Brel et A. Salle,Brel, Solar, 1988, p. 91).

    Il a besoin du public pour modeler ses chansons et assurer ainsi le maximum de chances derussite au disque : Contrairement au tour de chant qui est un enfant mort-n, un disque cestun vrai mme : sil est rat, il vous le reprochera toute sa vie , Jacques Brel (cit par F. Brel et A.Salle, Brel, Solar, 1988, p. 47).

    Voil pourquoi le concert est pour lui une vritable preuve physique au cours de laquelle ildonne tout de lui-mme, perdant 500 600 grammes d