Apiculture - REACTUALISATION DES DONNEES … · Audit de la filière miel 2005 – GEM-ONIFLHOR-...

of 163/163
Audit de la filière miel 2005 – GEM-ONIFLHOR- Août 2005 1 AUDIT DE LA FILIERE MIEL REACTUALISATION DES DONNEES ECONOMIQUES ISSUES DE L’AUDIT 1997 AOUT 2005
  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Apiculture - REACTUALISATION DES DONNEES … · Audit de la filière miel 2005 – GEM-ONIFLHOR-...

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    1

    AUDIT DE LA FILIERE MIEL

    REACTUALISATION DES DONNEES ECONOMIQUES ISSUES DE LAUDIT 1997

    AOUT 2005

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    2

    SOMMAIRE

    PREMIERE PARTIE : DESCRIPTION DE LA FILIERE APICOLE FRANCAISE

    I- DESCRIPTION DE LAPICULTURE FRANCAISE EN 2004 7 1.1 Les apiculteurs et le cheptel apicole franais 7 1.2 Evolution 1994- 2004 11 1.3 Rpartition rgionale des apiculteurs et des ruches 17 II- LA PRODUCTION FRANCAISE DE MIEL 25 2.1 Miel 25 2.1.1 Donnes statistiques disponibles 25 2.1.2 Estimation de la rcolte franaise 2004 26 2.1.3 Analyse 29 2.1.4 Production de miel sous signe de qualit 32 2.2 Produits de la ruche 34 2.2.1 Pollen 34

    2.2.2 Gele royale 37 2.2.3 Propolis 38

    III- COMMERCE EXTERIEUR 40 3.1 Importations 40 3.2 Evolution des exportations 49 3.3 Consommation apparente 49 IV- LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION 50 4.1 Les acteurs 50 4.1.1 Les entreprises de conditionnement 51 4.1.2 Ventes par les apiculteurs 52 4.2 La Grande Distribution 53 4.2.1 Quantification des volumes 52 4.2.2 La gamme en grande distribution 56 4.2.3 Mcanisme de formation des prix en Grande Distribution 56 4.3 Les autres circuits de distribution 60 4.3.1 Circuit spcialis 60 4.3.2 Autres dtaillants 60

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    3

    4.4 Utilisations industrielles du miel en France 61 4.5 Restauration Hors Domicile 66

    SECONDE PARTIE : ANALYSE AU NIVEAU MICRO ECONOMIQUE

    I- PRESENTATION DE LECHANTILLON 70 II- PRODUCTION 72 2.1 Production moyenne de lchantillon enqut 72 2.2 Type de production 74 2.3 Difficults de production 74 III- ANALYSE DES COUTS DE PRODUCTION ET COMMERCIALISATION 78 3.1 Avertissement 78 3.2 Cots de production des apiculteurs enquts 79 3.2.1 Cots totaux 79 3.2.2 Structure des cots 86 3.3 Cots de commercialisation 94 IV RENTABILITE DE LACTIVITE 99 4.1 Avertissement 99 4.2 Chiffre dAffaires 100 4.2.1 Chiffre dAffaires moyen 100 4.2.2 Disparits des Chiffres dAffaires 103 4.3 Revenu apicole 105 4.3.1 Revenu apicole moyen 105 4.3.2 Disparit des bnfices nets apicoles 106 4.3.3 Temps de travail 107 4.4 Prix de revient du miel 109 4.5 Prix de vente 112 4.5.1 Prix de vente moyen 112 4.5.2 Perspectives court terme 114 CONCLUSION 116

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    4

    PRESENTATION ET OBJECTIFS Dans le cadre du rglement n 1221/97, la communaut europenne avait souhait que chaque Etat ralise un tat des lieux de la filire apicole dans chacun des Etats membres. Cet tat des lieux avait pour objectif d'une part de mieux connatre la filire, mais aussi de servir de point de dpart la mesure des volutions. Aprs la mise en application des actions engages dans le cadre du rglement, la Commission souhaite que les Etats membres actualisent les donnes statistiques et conomiques issues des audits raliss en 1997. Par ailleurs, lONIFLHOR et le Ministre de l'Agriculture souhaitent apprcier l'impact conomique des actions conduites au titre de l'ancien rglement. La filire apicole s'est heurte durant ces dernires annes de nombreuses difficults, parmi lesquelles une mortalit accrue du cheptel et un affaiblissement des colonies ont t les plus proccupantes. Il tait donc essentiel pour la filire de mesurer les volutions favorables ou dfavorables qui ont marqu ces dernires annes. Pour rpondre ces objectifs, ltude confie par l'ONIFLHOR la socit GEM comporte trois volets : - Ractualisation des donnes conomiques et statistiques (rcolte, description du secteur, cots de production, circuits de commercialisation.. ..) issues de laudit ralis en 1997 ; - Evaluation de limpact conomique des mesures mises en place dans le cadre du rglement miel ; - Etat des lieux de la filire franaise dlevage de reines et dessaims. Le prsent rapport comporte deux documents : 1- Ractualisation des donnes conomiques issues de laudit ralis en 1997 2- Evaluation de limpact des mesures mises en place dans le cadre du rglement n 1221/97

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    5

    Le premier document, correspondant la ractualisation de laudit ralis en 1997, sarticule en deux parties : PREMIERE PARTIE : Description de la filire apicole franaise

    - Cheptel, Acteurs - Production - Commerce extrieur - Analyse des circuits de distribution du miel

    SECONDE PARTIE : Analyse microconomique - Cots de production - Rentabilit de lactivit

    Le descriptif de la filire apicole franaise a pu tre ralis par :

    - le recueil de donnes statistiques et notamment lenqute annuelle des directions des services vtrinaires, ainsi que les donnes Eurostat du commerce extrieur ; - une enqute auprs des Associations de Dveloppement de lApiculture (ADA) ainsi que des responsables des syndicats et associations dpartementaux des organisations professionnelles ; - une enqute auprs des entreprises de conditionnement de miel, coopratives et quelques autres partenaires de la filire

    Lanalyse au niveau des entreprises apicoles repose essentiellement sur une enqute approfondie auprs des apiculteurs (une quarantaine dapiculteurs rencontrs).

    Lensemble de la filire a apport une aide et un concours considrable. Nous tenons donc remercier lensemble des organisations professionnelles et tout particulirement les apiculteurs qui ont particip cette enqute, dans la priode la plus laborieuse de lanne.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    6

    PREMIERE PARTIE

    DESCRIPTION DE LA FILIERE APICOLE FRANCAISE

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    7

    I- DESCRIPTION DE LAPICULTURE FRANCAISE EN 2004

    Lanalyse sappuie essentiellement sur le Recensement ralis par les Services dpartementaux de la Direction des Services Vtrinaires. Nous rappelons pour mmoire que selon la dfinition de la communaut europenne, un apiculteur possdant plus de 150 ruches est un apiculteur professionnel. 1.1 LES APICULTEURS ET LE CHEPTEL APICOLE FRANAIS Donnes globales Lenqute ralise par la DGAL et sappuyant sur les dclarations faites aux Services dpartementaux donne, en 2004, les informations suivantes :

    La France compte en 2004, 1 360 973 ruches et 69 6oo apiculteurs (y compris la Guadeloupe, la Martinique et la Runion).

    Lenqute 1994 faisait tat de 1 370 220 ruches et 84 800 apiculteurs (y compris les DOM TOM).

    En ce qui concerne la France mtropolitaine, on serait pass, en 10 ans :

    1994 2004 Nombre dapiculteurs 84 215 69 237 Nombre de ruches 1 351 991 1 346 575

    On aurait donc une relative stabilit du nombre de ruches. Toutefois, il faut prciser que lenqute 1994 tait moins bien renseigne que lenqute 2004. Les dpartements manquants correspondaient (sur la base du nombre de ruches actuel) quelque 30 000 ruches au moins. On aurait donc malgr tout une lgre baisse du nombre de ruches (2 % ?), si lon se rfre cette base de donnes. On doit aussi considrer quun certain pourcentage de ruches nest pas dclar. On est donc dans un contexte de stagnation ou lgre baisse du cheptel, mais de diminution nette du nombre global dapiculteurs :

    Environ 15 000 apiculteurs en moins entre les deux priodes (17.8%).

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    8

    Comme nous le verrons par la suite, la diminution du nombre dapiculteurs concerne essentiellement les petits producteurs et plus particulirement ceux possdant moins de 70 ruches. Donnes par taille de cheptel Notons que le nombre global dapiculteurs et le nombre global de ruches sont renseigns, pour lenqute 2004, dans la totalit des dpartements de France mtropolitaine. Dans quelques cas, la rpartition des apiculteurs en fonction de la taille du cheptel na pas t renseigne. Rpartition du nombre dapiculteurs et du nombre de ruches par taille du cheptel en France mtropolitaine en 2004 Nombre

    dapiculteurs En pourcentage des apiculteurs

    Nombre de ruches

    En pourcentage des ruches

    1-10 53 290 78.1 % 290 997 22 %

    11-30 9026 13.2 % 164 673 12.5 %

    31-70 2803 4.1 % 128 858 9.8 %

    71-150 1382 2.0 % 141 266 10.7 %

    150-300 1043 1.5 % 224 042 17.0 %

    300 et plus 719 1.1 % 371 306 28.1 %

    Total rparti 68 263 100% 1 321 142 100 % Total 69 237* 1 346 575* Source Enqute DSV (DGAL) *Le total du nombre dapiculteurs et du nombre de ruches est donc un peu suprieur la somme des diffrentes catgories (rpartition non renseigne dans quelques rares dpartements). En 2004, on compte donc 1762 apiculteurs professionnels (un peu plus si lon tient compte des dpartements dont la rpartition des apiculteurs nest pas renseigne). Le nombre moyen de ruches par apiculteur professionnel (plus de 150 ruches) est de 338 ruches (le nombre de ruches / apiculteur professionnel serait ainsi peu prs quivalent celui de lEspagne). Ces apiculteurs dtiennent prs de 600 000 ruches, soit 45 % du cheptel. Ce pourcentage se rapproche de la moyenne europenne : selon le rapport de la Commission au conseil et au Parlement europen (2003) sur lapplication du rglement CE n 1221/97, les apiculteurs professionnels exploitent 43.7% des ruches europennes. LEspagne prsente le taux de professionnalisme le plus lev (74 %), suivie de la Grce et du Portugal avec plus de 50 %.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    9

    Rpartition des apiculteurs par taille du cheptel en

    France mtropolitaine (nombre d'apiculteurs)

    Rpartition sur 68 263 apiculteurs

    150-300

    1,5%

    1-10

    78,1%

    71-150

    2,0%

    300 et plus

    1,1%

    1762*

    31-70

    4,1%11-30

    13,2% 1-10

    11-30

    31-70

    71-150

    150-300

    300 et plus

    * nombre d'apiculteurs professionnels

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    10

    Rpartition du cheptel par taille du cheptel

    (nombre de ruches)

    Rpartition sur 1 321 000 ruches

    11-30

    12%31-70

    10%71-150

    11%

    1-10

    22%

    150-300

    17%

    300 et

    plus

    28%

    1-10

    11-30

    31-70

    71-150

    150-300

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    11

    1.2 EVOLUTION 1994- 2004

    Evolution du nombre dapiculteurs en France mtropolitaine

    Nombre

    dapiculteurs 1994 Nombre

    dapiculteurs 2004 Variation du nombre

    dapiculteurs

    1- 10 ruches 66 288 53290 -12 998 11 - 30 ruches 11 577 9026 -2 551 31-70 ruches 3410 2803 -607 71-150 ruches 1389 1382 -7 151-300 ruches 963 1043 + 80 300 ruches et plus 588 719 + 131

    On assiste clairement une baisse sensible du nombre dapiculteurs possdant moins de 70 ruches, (surtout sensible pour les moins de 10 ruches, la baisse atteignant 19.6 %). On a donc, environ 15 000 apiculteurs en moins entre les 2 priodes, essentiellement des apiculteurs exploitant moins de 70 ruches. En revanche, le nombre dapiculteurs professionnels (plus de 150 ruches) augmente lgrement (13 % environ de la catgorie). On peut admettre que lon compte environ 220 apiculteurs professionnels (plus de 150 ruches) supplmentaires entre les deux priodes. Cette relative augmentation peut rsulter, soit de nouvelles installations, soit de laugmentation de cheptel de la catgorie 70-150 ruches en particulier. Evolution du nombre de ruches

    Nombre de ruches 1994

    Nombre de ruches 2004

    Variation du nombre de ruches

    1- 10 ruches 376 860 290997 -85 863 11- 30 ruches 208450 164673 -43 777 31-70 ruches 151747 128858 -22 889 71-150 ruches 137529 141266 + 3 737 151-300 ruches 202874 224042 + 21 168 300 ruches et plus 274531 371306 + 96 775

    De mme, le nombre de ruches baisse significativement pour les apiculteurs de moins de 70 ruches (baisse totale de plus de 150 000 ruches), tandis que le nombre de ruches des professionnels augmente de prs de 120 000 ruches, soit de prs de 25 %.

    En moyenne, le nombre de ruches exploites par les apiculteurs professionnels dans lunion europenne a augment de 5.7 % pendant la priode 1999- 2003.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    12

    La France se caractrise donc par une croissance forte du nombre de ruches professionnelles.

    Rappelons que les rpartitions du nombre de ruches nont pas t toutes renseignes. La tendance est cependant trs nette et les donnes assez proches de la ralit, compte tenu du faible nombre de donnes manquantes en termes de rpartition.

    Au total,

    Les apiculteurs exploitant moins de 10 ruches reprsentent toujours une part importante des apiculteurs (78 %) malgr la baisse importante du nombre dapiculteurs dans cette catgorie, mais leur poids en terme de nombre de ruches passe de prs de 28 % 22 % environ.

    Les apiculteurs exploitant de 11 70 ruches reprsentent aujourdhui 22,3 % des ruches contre 26.6 % en 1994.

    Le poids relatif des apiculteurs entre 70 et 150 ruches est pratiquement inchang : 10,7 % des ruches contre 10,2 % en 1994.

    Les apiculteurs professionnels reprsentent 2.6 % des apiculteurs, mais environ 45 % des ruches (contre 35 % en 1994). Notons que la dnomination apiculteur professionnel a t utilise ds lors que lapiculteur possde plus de 150 ruches, selon la dfinition de la communaut europenne. Toutefois, entre 150 et 300 ruches (et mme au-dessus), rares sont ceux dont lunique activit est lapiculture. Les apiculteurs possdant plus de 300 ruches reprsentent un peu plus de 28 % des ruches (20 % en 1994). Le nombre dapiculteurs professionnels (au-dessus de 150 ruches) a donc augment de plus de 200 apiculteurs en dix ans (sans doute un peu sous- estim par rpartition manquante). Le nombre de ruches dtenues par les apiculteurs professionnels a galement progress, pour atteindre prs de 600 000 ruches (contre 478 000 ruches en 1994).

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    13

    A noter galement que le nombre moyen de ruches par apiculteur connat une croissance sensible pour les apiculteurs de plus de 300 ruches.

    Nombre de ruches par

    apiculteur 1994 2004

    moins de 10 ruches 6 5 entre 10 et 30 ruches 18 18

    31-70 ruches 45 46 71-150 ruches 99 102 151-300 ruches 211 215

    300 ruches et plus 467 516

    Le nombre de ruches moyen chez les professionnels de plus de 300 ruches est ainsi pass de 467 ruches 516 ruches.

    COMMENTAIRES

    Diminution du nombre dapiculteurs pratiquant une apiculture de type familial Le vieillissement de ces acteurs, avec une arrive en gnral insuffisante de nouveaux arrivants, est le facteur le plus souvent cit. Toutefois, pour cette catgorie dapiculteurs, ce nest pas le seul facteur explicatif de repli ou dabandon de lactivit :

    - Le facteur climatique, associ lenvironnement (utilisation de produits phytosanitaires) rend plus difficile la conduite de llevage. Les ruches sont plus fragiles, la conduite des levages plus dlicate constat fait bien entendu aussi par les professionnels-, ce qui a dcourag les petits producteurs.

    - Lorsque les ruches sont perdues pour une raison ou une autre maladies, alas climatiques, intoxication phytosanitaire, elles ne seront bien souvent pas remplaces en totalit.

    - Enfin, dans ce contexte, une production trop basse ou trop alatoire devient insuffisamment attractive.

    Poids relatif des apiculteurs professionnels Le poids relatif des apiculteurs pluri-actifs ou professionnels a augment :

    - de par la baisse du nombre de ruches exploites par les petits producteurs,

    - et de par laugmentation moyenne du cheptel par apiculteur, surtout sensible pour les plus de 300 ruches,

    - par un nombre global plus important dapiculteurs, correspondant un solde positif entre arrt dactivit et nouvelles installations.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    14

    Evolution de la rcolte franaise Avec un nombre de ruches total en stagnation (ou trs lgre baisse) et un poids plus important dapiculteurs professionnels (dont la production par ruche est en gnral plus importante que celle des petits producteurs), on pouvait sattendre une augmentation de la rcolte de miel franaise, indpendamment des alas climatiques. En effet, alors que lanne 2003 est considre comme atypique en raison de la canicule, 2004 apparat davantage comme une anne moyenne. Pourtant, comme nous le verrons par la suite, la rcolte franaise semble connatre une baisse significative. Les rendements par ruche, pour lensemble des apiculteurs et surtout bien entendu pour les professionnels, sont gnralement considrs comme plus faibles quil y a quelques annes. Afin de compenser cette baisse, les professionnels sont amens augmenter le nombre de ruches par exploitation, ce qui est perceptible dans la comparaison des deux enqutes DSV 1994 et 2004. Laugmentation du nombre de ruches parat donc lie aux mortalits du cheptel et destine compenser les pertes de rcolte. Ces aspects seront comments ultrieurement.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    15

    Rpartition des ruches en 1994

    renseign sur 1 351 000 ruches

    151-300

    15%

    moins de

    10

    28%

    300 et plus

    20%

    10-150

    37%

    35% 65%477 500 ruches 874 000 ruches

    Rpartition des ruches en 2004

    renseign sur 1 321 000 ruches

    moins de 10

    22%300 et plus

    28%

    151-300

    17% 10-150

    33%

    45% 55%725 000 ruches595 000 ruches

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    16

    1.3. REPARTITION REGIONALE DES APICULTEURS ET DES RUCHES On trouvera en pages 21 et 22 le traitement, rgion par rgion des donnes DSV. Rpartition rgionale des apiculteurs - Rhne - Alpes est la premire rgion de France en terme de nombre dapiculteurs : prs de 10 000. 7 autres rgions possdent entre 3500 et 4500 apiculteurs : - Midi-Pyrnes et PACA possdent environ 4600 apiculteurs, avec un pourcentage significatif dapiculteurs professionnels, - La Lorraine, la Bretagne et la Bourgogne ont un poids sensiblement quivalent avec environ 4000 apiculteurs, plus de 98 % petits producteurs, - en Alsace et en Franche Comt, on dnombre un peu plus de 3500 apiculteurs. -Languedoc- Roussillon, avec 3400 apiculteurs environ (dont 6 % de professionnels) se situe immdiatement derrire les rgions cites, en termes de nombre dapiculteurs. Rpartition rgionale des ruches - PACA est la premire rgion en termes de nombre de ruches : avec plus de 165 000 ruches, la rgion reprsente 12 % des ruches franaises. - Rhne Alpes se situe immdiatement aprs avec 146 000 ruches environ (11 % des ruches franaises). - On trouve ensuite Midi Pyrnes et Languedoc Roussillon (respectivement 134 400 et 121 000 ruches et 10 % et 9 % des ruches franaises). - Poitou- Charentes, avec 93 000 ruches, reprsente 7 % des ruches franaises. - LAquitaine, la Bourgogne, le Centre et les Pays de Loire reprsentent entre 4 et 6 % des ruches franaises avec des cheptels variant entre 60 000 et 80 000 ruches.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    17

    Rpartition des ruches selon le type dapiculteur Le graphe ci-aprs dcrit, rgion par rgion la rpartition des ruches selon la taille du cheptel. Le nombre de ruches dtenues par les apiculteurs professionnels dpasse la moyenne nationale (plus de 45 % des ruches) dans les rgions suivantes (dans lordre) :

    - Pays de Loire (56.5 % des ruches dtenues par des professionnels), - Languedoc-Roussillon et PACA (55%), - Midi-Pyrnes (54,7%), - Centre (51,7%), - Poitou-charentes (50,9%), - Aquitaine (47.3%).

    Il sagit, sans surprise, des rgions de France o le nombre global de ruches est le plus important. En Bourgogne et RhneAlpes qui sont les deux autres plus importantes rgions en terme de nombre de ruches, le pourcentage de ruches dtenues par les professionnels est un peu plus bas : respectivement 42 % et 34.5 %. Enfin le nombre de ruches dtenues par les professionnels est important (autour de 42 %) en :

    - Champagne (43 %), - Limousin (41,9 %), - Et Auvergne (41, 8%).

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    18

    Rpartition des apiculteurs en France (2004)

    (69 237 apiculteurs)

    Alsace

    5%

    Provence Cte-

    d'Azur

    7%

    Rhne-Alpes

    14%

    Autres Rgions

    39%

    Midi-Pyrnes

    7%

    Franche-comt

    5%

    Languedoc

    Roussillon

    5%

    Bretagne

    6%

    Bourgogne

    6%

    Lorraine

    6%

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    19

    REPARTITION REGIONALE DES RUCHES (2004)

    1 346 575 ruchesAquitaine

    6%Bourgogne

    5% Centre

    5% Languedoc

    Roussillon

    9%

    Midi-Pyrnes

    10%Pays de Loire

    4%Poitou-

    Charentes

    7%

    Provence Cte-

    d'Azur

    12%

    Rhne-Alpes

    11%

    Autres rgions

    31%

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    20

    Rpartition des ruches selon la taille de l'exploitation (2004) 1 321 000 ruches

    6347

    38406

    20967

    2546

    27905

    1693236421

    19470

    4732

    21324

    1448

    66516

    12055

    9713

    73499

    2263

    33552

    6604

    47261

    90893

    50552

    5942

    0

    20000

    40000

    60000

    80000

    100000

    120000

    140000

    160000

    Alsace Aquitaine Auvergne Basse

    Normandie

    Bourgogne Bretagne Centre Champagne Corse Franche-comt Haute -

    normandie

    Languedoc

    Roussillon

    Limousin Lorraine M idi-Pyrnes Nord Pays de Lo ire Picardie Poitou-

    Charentes

    Provence

    Cte- d'Azur

    Rhne-alpes Ile de France

    Plus de 150

    10-150

    < 10 ruches

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    21

    Source : DGAL-DSV

    Nom bre d'apiculteurs

    Rgions Dpartem ent< 10

    ruches

    de 11

    30

    de 31

    70

    71

    150

    151

    300

    >

    300

    Total

    +150Tota l Pourcentage

    professionnels

    Alsace 67, 68 3 123 341 55 19 18 6 24 3 562 0,7

    Aquitaine 24, 33, 40, 47, 64 2 370 548 201 105 60 46 106 3 330 3,2

    Auvergne 03, 15, 43, 63 2 512 460 94 40 44 24 68 3 174 2,1

    Basse Norm andie 14, 50, 61 1 241 127 30 10 7 4 11 1 419 0,8

    Bourgogne 21, 58, 71, 89 3 206 416 147 64 51 28 79 3 912 2,0

    Bretagne 22, 29, 35, 56 3 557 511 99 35 25 23 48 4 250 1,1

    Centre 18, 28, 36, 37, 41, 45 2 647 363 125 62 51 45 96 3 293 2,9

    Cham pagne 08, 10, 51, 52 1 599 374 126 54 29 25 54 2 207 2,4

    Corse 20A, 20B 151 103 55 40 19 1 20 369 5,4

    Franche-com t 25, 39, 70, 90 3 008 369 104 48 29 33 62 3 591 1,7

    Haute -norm andie 27, 76 582 134 19 13 3 1 4 752 0,5

    Languedoc Roussillon 11, 30, 34, 48, 66 2 082 709 267 142 130 78 208 3 408 6,1

    Lim ousin 19, 23, 87 1 209 226 58 29 12 20 32 1 554 2,1

    Lorraine 54, 55, 57, 88 3 359 504 73 19 12 14 26 3 981 0,7

    M idi-Pyrnes 09, 12, 31, 32, 46, 65 , 81, 82 3 239 718 273 178 111 94 205 4 613 4,4

    Nord 59, 62 1 550 156 28 6 6 2 8 1 748 0,5

    Pays de Loire 44, 49, 53, 72, 85 2 468 308 112 40 32 41 73 3 001 2,4

    Picardie 02, 60, 80 1 236 205 40 16 11 10 21 1 518 1,4

    Poitou-Charentes 16, 17, 79, 86 2 288 454 237 129 66 61 127 3 235 3,9

    Provence Cte- d 'Azur 04, 05, 06, 13, 83, 84 2 435 666 318 178 194 106 300 4 573 6,6

    Rhne-a lpes 01, 07, 26, 38, 42, 69 , 73, 74 8 180 1 151 312 138 121 53 174 9 955 1,7

    Ile de France 75, 77, 78, 91, 92, 93 , 94, 95 1 248 183 30 17 12 4 16 1 792 0,9

    53 290 9 026 2 803 1 382 1 043 719 1 762 69 237 2,5

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    22

    RA 2004 Nombre Total de ruches

    Rgions Dpartement< 10

    ruches

    de 11

    30de 31 70 71 150

    151

    300 > 300 total+150 total -150 Total

    Pourcentage

    professionnels

    Alsace 67, 68 19 737 5 757 2 479 1 852 3 861 2 486 6 347 29 825 36 172 17,5

    Aquitaine 24, 33, 40, 47, 64 12 489 10 347 9 347 10 523 12 788 25 618 38 406 42 706 81 112 47,3

    Auvergne 03, 15, 43, 63 13 297 8 005 4 170 3 732 9 647 11 320 20 967 29 204 50 171 41,8

    Basse Normandie14, 50, 61 3 565 2 285 1 421 1 066 1 372 1 174 2 546 8 337 16 883 15,1

    Bourgogne 21, 58, 71, 89 17 936 7 391 6 585 6 576 11 535 16 370 27 905 38 488 66 393 42,0

    Bretagne 22, 29, 35, 56 17 469 8 784 4 389 3 570 5 454 11 478 16 932 34 212 51 144 33,1

    Centre 18, 28, 36, 37, 41, 45 13 845 5 927 4 976 5 940 10 811 25 610 36 421 30 688 70 431 51,7

    Champagne 08, 10, 51, 52 7 589 7 165 5 729 5 278 6 060 13 410 19 470 25 761 45 231 43,0

    Corse 20A, 20B 927 2 100 2 642 4 170 4 212 520 4 732 9 839 14 571 32,5

    Franche-comt 25, 39, 70, 90 16 472 6 700 4 751 5 167 6 053 15 271 21 324 33 090 54 414 39,2

    Haute -normandie27, 76 3 499 2 411 999 1 137 600 848 1 448 8 046 9 494 15,3

    Languedoc Roussillon11, 30, 34, 48, 66 12 731 13 639 12 604 15 450 27 525 38 991 66 516 54 424 120 940 55,0

    Limousin 19, 23, 87 7 112 4 023 2 510 3 099 2 430 9 625 12 055 16 744 28 799 41,9

    Lorraine 54, 55, 57, 88 18 610 9 035 3 296 2 054 2 335 7 378 9 713 32 995 42 708 22,7

    Midi-Pyrnes 09, 12, 31, 32, 46, 65, 81, 82 17 147 13 699 12 262 17 768 22 914 50 585 73 499 60 876 134 375 54,7

    Nord 59, 62 9 044 2 753 1 338 616 1 399 864 2 263 13 751 16 014 14,1

    Pays de Loire 44, 49, 53, 72, 85 11 292 5 571 5 038 3 919 6 720 26 832 33 552 25 820 59 372 56,5

    Picardie 02, 60, 80 7 175 3 505 1 617 1 520 2 457 4 147 6 604 13 817 20 421 32,3

    Poitou-Charentes16, 17, 79, 86 12 479 8 625 11 247 13 323 14 278 32 983 47 261 45 674 92 935 50,9

    Provence Cte- d'Azur04, 05, 06, 13, 83, 84 15 307 12 849 14 885 18 443 41 829 49 064 90 893 61 484 165 248 55,0

    Rhne-alpes 01, 07, 26, 38, 42, 69, 73, 74 46 518 19 993 15 090 14 399 27 171 23 381 50 552 96 000 146 552 34,5

    Ile de France 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 6 757 4 109 1 483 1 664 2 591 3 351 5 942 14 013 23 195 25,6

    290 997 164 673 128 858 141 266 224 042 371 306 595 348 725 794 1 346 575 44,2 Source : DGAL - DSV

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    23

    Evolution du nombre de ruches par rgion entre 1994 et 2004 Nous ne mentionnons ici que les rgions pour lesquelles nous disposions dinformations assez compltes pour les deux enqutes 1994 et 2004. Le nombre de ruches a significativement augment (plus de 25 000 ruches supplmentaires) en : - Midi -Pyrnes, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon (+ 40 000 ruches) et PACA. Ceci sexplique, la fois par un nombre plus important dapiculteurs professionnels dans ces rgions, (entre 1994 et 2004 : approximativement : +84 en Midi-Pyrnes, +18 en Poitou-charentes, +34 en Languedoc Roussillon), mais aussi par un nombre plus lev de ruches par apiculteur (moyenne toutes catgories confondues). Dans ces rgions, le nombre de ruches dtenues par les petits producteurs est le plus souvent galement en croissance (sauf en Midi-Pyrnes) mme si le nombre de petits producteurs est en baisse (Poitou-Charentes). - Et dans une moindre mesure, en Pays de Loire et Aquitaine (environ 10 000 ruches supplmentaires pour chaque rgion), qui sexplique, selon les donnes dont nous disposons, par un nombre plus important dapiculteurs professionnels (une vingtaine dapiculteurs professionnels supplmentaires dans chaque rgion sur les deux enqutes). On a galement, pour ces deux rgions, une augmentation du nombre moyen de ruches par apiculteur ainsi quune diminution sensible du nombre dapiculteurs de moins de 150 ruches pour les Pays de Loire, ce qui nest pas le cas en Aquitaine. Le nombre de ruches a, en revanche, significativement baiss depuis 1994 en Rhne-Alpes, (plus de 47 000 ruches) ce qui sexplique par une diminution importante du nombre dapiculteurs de moins de 150 ruches, et ce malgr une augmentation sensible du nombre dapiculteurs professionnels (une quarantaine entre les deux priodes). Le nombre de ruches diminue galement (perte de 10 20 000 ruches) :

    - En Bourgogne : diminution peu marque qui concernerait, selon nos donnes, toutes les catgories dapiculteurs ;

    - Dans le Centre : a priori toutes catgories dapiculteurs galement ; - En Lorraine, Picardie, Ile de France : diminution du nombre de ruches

    exploites par les apiculteurs possdant moins de 150 ruches et augmentation du nombre de ruches professionnelles.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    24

    Dautres rgions seraient, selon ces donnes, dans ce dernier cas de figure, avec une quasi-stagnation du nombre de ruches : la Franche-Comt, la Champagne, la Bretagne, le Limousin : plus de ruches exploites par les professionnels et baisse significative pour les moins de 150 ruches. A noter que dans certaines rgions, le Nord par exemple, le nombre de ruches dtenues par les moins de 150 ruches seraient en hausse. On se situe donc dans un contexte trs variable selon les rgions et qui affecte diffremment les diffrentes catgories dapiculteurs. Il faut souligner que les rgions les plus importantes en termes de nombre de ruches sont celles o lon observe la plus forte augmentation dapiculteurs professionnels : ces rgions restent logiquement les plus attractives pour les nouveaux arrivants. Ceci reste vrai dans les rgions de lOuest, Midi-Pyrnes, Aquitaine, Pays de Loire, Poitou-charentes (zones de grandes cultures), malgr les difficults largement voques en ce qui concerne la production de miel.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    25

    II LA PRODUCTION FRANCAISE DE MIEL 2.1 Miel La production franaise de miel reste toujours extrmement difficile apprhender ; elle est en effet dpendante des alas climatiques dune anne sur lautre et dune zone gographique lautre. Elle varie galement et trs fortement selon les pratiques et les stratgies des apiculteurs : ruches sdentaires ou transhumantes, importance des transhumances, choix des types de miels recherchs (crus, toutes fleurs ou miels de grandes cultures). 2.1.1 Donnes statistiques disponibles Le SCEES (Service des Etudes et Statistiques) donne annuellement une estimation de la production franaise, effectue partir dun chantillon dexploitations (toutes activits agricoles confondues). Cette estimation ne tient donc pas compte des apiculteurs non agriculteurs dune part, et dautre part, elle ne prend pas en compte les apiculteurs de moins de 10 ruches. Dans cette mesure, les rsultats ont toujours t considrs comme sous valus. 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 Nombre de ruches 1 001 834 986 337 980 116 940 185 932 004 923 040 923 991 Production 16 761 17 438 17 522 17 455 17 246 16 227 13 898 Kg moyen /ruche 16,7 17,7 17,9 18,6 18,5 17,6 15,0 Source : SCEES statistique agricole annuelle.

    On observe donc sur la priode 1997-2003, une diminution de 7.7 % du nombre de ruches, et peut-tre mme davantage puisque le Recensement Gnral Agricole 2000 indique un effectif de 857 288 ruches en 2000.

    Rappelons que la comparaison des enqutes DSV entre 1994 et 2004 montre, au contraire, une relative stabilit du cheptel (totalit du cheptel) sur la dernire dcennie : toutefois, le recensement effectu par le SCEES traduit peut-tre une diminution du nombre de ruches chez les petits producteurs agriculteurs.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    26

    La production apparat, selon le SCEES, comme relativement stable sur la priode, sauf en 2003, o leffet canicule (ou ventuellement dautres facteurs) semble avoir t sensible. Ceci nest en gnral pas confirm par lensemble des acteurs de la filire, qui voquaient a priori une baisse sensible sur la priode.

    Aussi, avons-nous tent de raliser une estimation de la rcolte franaise totale, en nous appuyant sur les structures professionnelles de la filire. Il nous paraissait en effet indispensable de sessayer lexercice, alors que se pose de faon dterminante la problmatique de la production franaise vis--vis des importations et du march international en gnral. 2.1.2 Estimation de la rcolte franaise 2004 Nous avons, dans la mesure du possible, diffrenci la production des apiculteurs de loisirs ou pluriactifs et la production des apiculteurs professionnels (de plus de 150 ruches), en gnral plus importante (transhumances, technique de travail diffrentes). Collecte des donnes Lestimation de la rcolte franaise de miel sest appuye sur :

    Une enqute auprs des syndicats et associations dpartementaux de lensemble des organisations professionnelles de la filire.

    Plus de 200 questionnaires ont t adresss aux responsables dpartementaux des organisations professionnelles. Une soixantaine de dpartements ont t ainsi renseigns par ces structures, rpondant en gnral pour les apiculteurs possdant moins de 150 ruches (apiculteurs de loisirs et pluri-actifs). Plusieurs rponses par dpartement ont parfois t obtenues.

    Une enqute auprs des Associations de Dveloppement de lApiculture (ADA)

    Plusieurs ADA ont ralis des enqutes dtailles concernant lapiculture dans leur rgion et disposaient ainsi de donnes fiables sur un chantillon identifi en termes de nombre de ruches. Dans certains cas, une enqute spcifique a t ralise pour les besoins de ltude. Lorsque aucune enqute particulire pour lanne de rfrence 2004 navait t ralise, les responsables ont pu donner une estimation moyenne des rendements par ruche pour leur rgion. Les informations fournies par les ADA ont, en gnral, renseign les rendements moyens par ruche rencontrs chez les apiculteurs professionnels,

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    27

    mais assez souvent aussi donn des indications concernant les plus petits producteurs.

    Aux informations fournies par ces structures, ont t intgrs les rendements moyens effectifs en 2004

    - des apiculteurs rencontrs dans le cadre des entretiens approfondis (40 apiculteurs, dont plus de la moiti professionnels), - des apiculteurs qui ont rpondu lenqute ralise auprs dun chantillon dapiculteurs bnficiaires de certaines aides dans le cadre du rglement miel, en trs grande majorit professionnels. 220 rponses individuelles dapiculteurs ont ainsi pu tre intgres lestimation, totalisant plus de 100 000 ruches, en quasi-totalit professionnelles . Soulignons que les rendements moyens par ruche proposs pour les professionnels sappuient ainsi sur un chantillon qui apparat largement significatif puisquil cumule les rsultats de notre propre enqute et ceux des enqutes ralises dans diffrentes rgions par les ADA.

    Nous nous sommes attachs obtenir au moins une information de tel ou tel responsable par dpartement et par type dapiculteur.

    Des entretiens tlphoniques ont permis de complter les donnes manquantes ou au moins de raliser une estimation considre comme raliste. Traitement des donnes Les informations collectes se trouvent donc tre htrognes : - Donnes individuelles - Donnes dpartementales sur un chantillon dapiculteurs - Donnes rgionales Pour rduire les effets de lhtrognit des sources, nous avons trait les donnes par dpartement. Pour chaque dpartement, nous avons, chaque fois que possible, ralis une moyenne pondre par le nombre de ruches des informations fournies. Lorsque le nombre de ruches correspondant une estimation donne ntait pas connu, une moyenne simple entre les diffrentes informations a t ralise. Lorsque les informations fournies ont concern la rgion entire, la valeur retenue en kg / ruche a t affecte chaque dpartement. Les productions dpartementales ont t ensuite regroupes par Rgion.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    28

    Le cumul rgional en France mtropolitaine a permis de proposer une estimation de rcolte nationale.

    Au total, la filire sest trouve fortement sollicite dans cette approche, laquelle elle a particip dans son ensemble, et en rgle trs gnrale, de faon complmentaire. Lincertitude quant la fiabilit des donnes, inhrente la filire subsiste toutefois largement, tant les rsultats et les pratiques des apiculteurs peuvent diffrer fortement.

    certaines rgions ont t assez bien renseignes, avec des estimations de diverses sources relativement cohrentes entre elles,

    dans dautres cas, les donnes ont t plus rares et disparates, ou bien encore, les carts entre apiculteurs taient plus importants.

    Il reste donc bien vident que lon ne dispose pas ici dune donne statistique proprement dite, et que cette estimation doit tre considre avec prcaution. La rcolte franaise ainsi apprhende ne reprsente quun ordre de grandeur.

    Toutefois, compte tenu du nombre important de donnes collectes, on peut esprer sapprocher autant que faire se peut de la ralit. Il nous importait surtout de mesurer une probable tendance dvolution sur la priode, en comparant lestimation de rcolte propose en 1997 et celle propose aujourdhui. Soulignons dailleurs que lestimation ralise en 1997 sappuyait sur une enqute moins approfondie quaujourdhui.

    La production de miel en France pour lanne 2004 peut tre ainsi estime, dans le cadre de notre enqute, :

    25 500 t dans notre enqute, Dont :

    - 11 000 tonnes pour les apiculteurs de moins de 150 ruches - Et 14 500 tonnes pour les apiculteurs professionnels

    Soit une baisse sensible par rapport 1997, entre 3 000 et 4 000 tonnes. Comme nous lavons dj indiqu, cette estimation et corrlativement la baisse de la rcolte, taient, de fait, anticipes par de nombreux acteurs de la filire.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    29

    Lenqute ralise a permis de donner une justification argumente et daffiner lanalyse. Rappelons que le nombre de ruches total est quasiment identique entre les deux priodes.

    Cette diminution sexplique principalement par une baisse de plus de 4000 tonnes correspondant la rcolte des apiculteurs possdant moins de 150 ruches.

    Ceci parat logique compte tenu de la diminution sensible du nombre de ces acteurs et du nombre de ruches dtenues. On aurait galement un rendement moyen par ruche a priori plus faible pour ces apiculteurs (schmatiquement, on serait pass, en approximation nationale, de 18 kg/ruche en moyenne 15 kg/ruche). La rcolte totale des apiculteurs professionnels ainsi estime est a priori

    lgrement plus importante quen 1997 (environ 1000 tonnes). Elle reprsente aujourdhui plus de la moiti de la rcolte totale (56 % selon nos estimations).

    Mais entre les deux priodes, le rendement moyen par ruche estim pour la France entire des apiculteurs professionnels serait pass de 30 kg/ruche environ (enqute apiculteurs et enqute postale GEM 1997) 24 kg/ruche environ en 2004. Tout se passe donc comme si le cheptel total dtenu par les apiculteurs professionnels avait augment pour maintenir un niveau de production identique au niveau national, ou lgrement suprieur. 2.1.3 Analyse

    Compte tenu des incertitudes destimation, notre analyse restera trs prudente au niveau rgional. Nous nindiquons ici que les volutions qui apparaissent suffisamment sensibles. Il apparat que la production a, notre sens, baiss, pour lanne 2004, par rapport la situation 1996 en :

    - Aquitaine, Centre, PACA, Pays de Loire, Rhne-Alpes, Et se trouve, pour lanne 2004, plutt en augmentation en :

    - Franche-Comt, Picardie, probablement Alsace Nous avons considr la production stable (variations infrieures notre incertitude statistique) dans les autres rgions. Ceci nexclut pas, que dans certaines de ces rgions, les apiculteurs ne ressentent galement une

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    30

    diminution de leurs rcoltes de miel, par exemple en Poitou-charentes ou Ile de France. Pour les rgions en possible baisse de production, on peut faire les remarques suivantes :

    - la baisse peut tre lie la diminution du nombre dapiculteurs et de ruches, comme, par exemple, en rgion Centre ou Rhne-Alpes,

    - la baisse peut-tre lie la scheresse de lanne 2003 et ses rpercussions en 2004 et/ou la scheresse de lanne 2004, notamment dans les rgions du sud de la France, notamment PACA, Languedoc Roussillon, Rhne-Alpes.

    - enfin, les rgions de grandes cultures comme Pays de Loire et Poitou-Charentes, Centre mettent plus particulirement en cause la baisse des rendements sur grandes cultures, en lien avec laffaiblissement des ruches dues aux traitements phytosanitaires, mais aussi avec dautres facteurs (varits moins mellifres de colza et tournesol). Dans dautres rgions, les problmes phytosanitaires perdurent sur des zones arboricoles, viticoles

    Ces diffrentes causes peuvent bien entendu sadditionner.

    Les ruches sont considres assez unanimement comme plus fragiles aujourdhui quil y a quelques annes. Globalement, les acteurs de la filire et en premier lieu les apiculteurs voquent :

    - Une volution climatique dpassant le cadre des alas habituels : rchauffement du climat dans les rgions du Sud de la France, raccourcissement du printemps

    - Un environnement plus pauvre pour les abeilles : les prairies diminuent, les haies sont coupes, lurbanisation progresse, Il y a, finalement, beaucoup moins de fleurs

    - Lvolution des modes de culture et les traitements phytosanitaires en gnral de lagriculture affaiblissent les abeilles : mlanges de produits phytosanitaires, fongicides Labeille na pas volu aussi vite que les modes de culture . Les dsherbants ont une efficacit redoutable, il ny a plus de fleurs

    Les semences enrobes, dites Gaucho et Rgent restent souvent incrimines, mme si linterdiction date de 2003 sur le mas et le tournesol. Les apiculteurs dclarent dune part que des stocks rsiduels ont t utiliss en 2004 et sont dautre part convaincus de la rmanence dans les sols.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    31

    CONCLUSION

    Au total, la rcolte franaise est plus faible que dans les annes 90

    - en raison de la diminution du nombre dapiculteurs de loisirs et du nombre de ruches dtenues par ces apiculteurs,

    - dune tendance gnrale la baisse des rendements moyens par ruche pour tous les apiculteurs, de lordre de 3 5 kg/ruche.

    Les rsultats prsents ci-dessus ne prjugent bien entendu pas des rcoltes futures. Les conditions climatiques dune anne lautre, les stratgies dveloppes par les apiculteurs pour viter les zones de culture considres comme les plus risque, les effets attendus de la suspension des produits phytosanitaires les plus incrimins, lvolution des pratiques concernant entre autres le renouvellement des reines peuvent conduire une volution favorable. Les apiculteurs restent toutefois extrmement inquiets : ils dcrivent une tendance sur longue priode de pression environnementale conduisant une souffrance de labeille, et surtout pour lapiculture de plaine, une dgradation des conditions de production. Certains esprent malgr tout assister un retour de rendements meilleurs, sur tournesol notamment, dans les annes venir.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    32

    2.1. 4 - PRODUCTION DE MIEL sous signe de qualit Miel AOC On compte aujourdhui deux productions de miel sous AOC : - Miel de sapin des Vosges - Miel de Corse

    Miel de sapin des Vosges La production de miel de sapin est par nature alatoire, aussi la production de miel de sapin des Vosges est-elle dune grande variabilit : Evolution de la production de miel de sapin des Vosges sous AOC :

    Campagne 1998/1999 1999 /2000 2000 /2001 2001/2002 2002/2003 2003 2003/2004 2004/2005 -Tonnage revendiqu en AOC -Tonnage

    agr en AOC

    29.05

    17.6

    2.55

    0.0

    2.6

    1.5

    46.9

    42.54

    6.94

    5.7

    2.7

    1.08

    7.67

    6.11

    - Nombre de ruches

    (daprs les dclarations de rcolte)

    3 222

    1 285

    1 857

    2 891

    1 020

    624

    2 058

    Prix la consommation

    en T .T .C /kg

    10.67 11.43

    10.67 11.43

    10.67 11.43

    12.2 11.43

    12.2 13.72

    12.2 13.72

    12.2 13.72

    - % vendu en vente directe

    - %vendu par grossistes / dtaillants - % vendu en

    GMS

    80 10 10

    80 10 10

    80 10 10

    80 10 10

    80 10 10

    80 10 10

    80 10 10

    Source : Syndicat de dfense de lappellation / INAO Les quantits totales, mme dans les meilleures annes, restent limites.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    33

    AOC miel de Corse

    Campagne 01/04/98/-31 /03/99

    01/04/99 /-31 /03/00

    01/04/00 -31 /03 /01

    01/04/01-31 /03/02

    01/04 /02-31 /03/03

    01/04 /03 -31 /03/04

    -Tonnage revendiqu en AOC - Tonnage commercialis en AOC

    169.4

    182.99 152.12

    155.48 154.88

    144.54 144.27

    213.54 205.28

    154.32 146

    - Nombre de ruches (daprs les dclarations de rcolte)

    6 586

    7 298

    7 768

    7 158

    8 074

    6 397

    - Prix la production en H.T/kg - Prix la consommation

    en T .T .C /kg

    4.27 7.01 7.52 9.91

    4.27 7.01 7.52 9.91

    4.57 7.32

    8.23 10.57

    7 9 10 15

    - % vendu en corse - % vendu sur le continent

    - %export

    90 9 1

    90 90 9 1

    90 9 1

    95 4.5 0.5

    En 2004, on comptait 35 apiculteurs professionnels (plus de 100 ruches) et 31 apiculteurs de moins de 100 ruches, ayant fait une dclaration de mise en place. Les projections 2004 /2005 font tat de 7 500 ruches pour une production sous AOC de 188 tonnes. La quasi-totalit des apiculteurs professionnels sont impliqus dans la production de miel de Corse sous AOC. Autres miels sous signe de qualit On peut citer : - Le miel de Lavande Label rouge (depuis 1989) - Le miel toutes fleurs de Provence Label rouge (depuis 1994) En 2002-2003, les volumes labellisables pour ces deux productions reprsentaient 125 tonnes environ. En 2003, la baisse de 50 % environ des volumes de miel de lavande de Provence conduit un volume labellisable de 80 tonnes (60 tonnes labellises). -Le miel de sapin dAlsace Label rouge - Enfin lIGP miel dAlsace vient dtre valide cette anne.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    34

    Miel biologique Nous ne disposons pas de donnes concernant la production de miel biologique ou le nombre de ruches concernes. Ces donnes devraient tre seulement disponibles partir de lanne prochaine auprs de lAgence Bio. La production de miel biologique devrait tre aujourdhui trs marginale : - Le rglement europen en matire de miels biologiques ne permet pas aux miels de plaine de bnficier de lappellation de miels biologiques. - La production de miel biologique est selon certains, difficilement applicable, en particulier au niveau des traitements sanitaires A noter que lAgence Bio recense 144 producteurs de miel en biologique dans son annuaire.

    2.2 PRODUITS DE LA RUCHE 2.2.1 Pollen

    On distingue diffrentes catgories de pollen : - Le Pollen sec (ayant subi une dessiccation temprature contrle). Le pollen frais a en effet une dure de vie trs courte, et se dgrade rapidement (reprise dhumidit, fermentations). Le pollen sec est destin lalimentation humaine. - Le pollen frais congel : propos en alimentation humaine (dittique), comme le pollen sec, en complment nutritionnel. Il est galement utilis pour lalimentation des bourdons dans les levages spcialiss Apiculteurs impliqus dans la production de pollen Lenqute ralise auprs des responsables des syndicats et associations dpartementaux et des ADA a t renseigne par un peu plus de 60 dpartements et une petite dizaine de Rgions. Nous avons pu recenser ainsi 500 apiculteurs impliqus dans la production de pollen. Cette enqute ne peut donc prtendre un vritable descriptif de lactivit, ni un recensement effectif des apiculteurs concerns.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    35

    Des entretiens tlphoniques avec des entreprises de commercialisation concernes ont pu apporter quelques clairages. Pollen sec Le pollen destin la consommation humaine est trs certainement en majorit commercialis et consomm en sec. On considre quune trappe pollen permet de collecter en moyenne 5 kg par ruche. La production reste contraignante : il faut collecter le pollen tous les 2 ou 3 jours au maximum et scher trs rapidement. Dans les exemples rencontrs dans le cadre de lenqute, les trappes pollen sont installes sur les ruchers proches pour limiter les contraintes de dplacement. La production peut tre aussi bien le fait dapiculteurs professionnels que de petits producteurs. Un petit producteur pourra rcolter de quelques kg quelques dizaines de kg. Un important producteur de pollen pourra produire jusqu 2-3 tonnes, un producteur moyen 300 400 kg.

    Un ordre de grandeur de 500 producteurs de pollen en France ne parat pas aberrant aux interlocuteurs contacts. Il sagit vraisemblablement dune valeur basse et il nest pas exclu, selon certains avis, que lon puisse atteindre le millier dapiculteurs. Il sagirait alors en grande majorit de petits producteurs, rcoltant de quelques kg quelques dizaines de kg. Le nombre dapiculteurs professionnels impliqus dans la rcolte de pollen sec reste difficile estimer, mais il pourrait largement dpasser la centaine de producteurs. Certains apiculteurs professionnels rcoltant du pollen frais pourraient galement produire du pollen sec.

    On peut considrer quune grande partie du pollen produit en France est commercialis en direct, ce qui permet aux apiculteurs de mieux valoriser lactivit. Lorsque les volumes sont plus importants, le pollen peut tre commercialis, tout ou partie, en vrac (revendeurs).

    En direct au consommateur, le pollen est commercialis environ 6 /250 g.

    Le march franais total du pollen sec nest pas connu. Il est

    probablement majoritairement aliment par du pollen dimportation, mais la production franaise reste significative. Les pays fournisseurs seraient principalement lEspagne, mais aussi la Chine

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    36

    Pollen frais congel On peut estimer quun peu moins dune centaine environ dapiculteurs (probablement autour de 70) sont impliqus dans cette production, en trs grande majorit apiculteurs professionnels. Les volumes concerns au total sont de lordre de quelques dizaines de tonnes. Les intervenants entreprises de commercialisation - sont trs peu nombreux. Alimentation humaine Cette production, qui reprsente plusieurs dizaines de tonnes est donc surtout le fait dapiculteurs professionnels. Il sagit dapiculteurs trs spcialiss, cette production demande en effet un suivi rigoureux en termes de qualit. Une Association, A3P, associant producteurs et entreprise de commercialisation sest cre. Un cahier des charges a t mis en place, portant notamment sur la traabilit des produits. La demande concerne des pollens monofloraux. La gamme est bien segmente : saule, fruitier, bruyre, chtaigner, pavot : pour lalimentation humaine, avec des gots et des proprits diffrentes. Le prix dachat aux apiculteurs est de lordre de 6-7 /kg. Le produit est commercialis dans le circuit spcialis (dittique, bio) essentiellement. Sur ce march trs spcifique, il y aurait peu de concurrence internationale sur le march franais. Alimentation pour insectes (bourdons) Il sagit dun march trs spcifique, qui concerne notamment lalimentation des bourdons utiliss en pollinisation de serres. Cest un march europen, les levages de bourdons tant relativement rares en France. Le pollen frais congel collect en France pour ce march est donc en majorit export. A noter que lEspagne est un fournisseur important en pollen frais congel mais reste spcialise dans une seule varit : le pollen de ciste.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    37

    La concurrence de Tchquie a galement t cite en alimentation pour bourdon. 2.2.2. Gele royale

    La production de gele royale franaise peut tre estime, environ 2 tonnes. Cette production a connu un dveloppement sensible depuis une dizaine dannes, sous limpulsion de lassociation des Producteurs de gele royale : GPGR.

    Quelque 70 apiculteurs sont impliqus aujourdhui dans cette production de diversification, depuis des petits producteurs qui produisent quelques kg jusqu des producteurs plus importants, dont la production peut atteindre ou dpasser 100 kg. On peut estimer aujourdhui que la moiti des apiculteurs concerns produisent plus de 30 kg de gele royale. La production de gele royale intresse de plus en plus les apiculteurs, qui y voient une opportunit pour dvelopper leur activit et, semble t-il particulirement les apicultrices, attires par le caractre technique de lactivit. Les investissements de dmarrage sont relativement peu levs, et la production ncessite surtout du temps et des comptences spcifiques. Une partie (une majorit) de la gele royale produite en France est commercialise en direct. Certains plus importants producteurs peuvent commercialiser sur le circuit spcialis dittique ou en circuit long (revendeurs).

    Le march franais reste peu connu : la gele royale est importe de Chine et des pays de lAsie du Sud-est (Thalande, Taiwan, Vit-Nam). Certains estiment toutefois que le march global nexcde pas la centaine de tonne. La production franaise reprsente donc une part confidentielle du march. La gele royale franaise est bien entendu beaucoup plus chre que la gele royale importe : A titre dexemple, la gele royale chinoise se situe 25 30 /kg dpart chine (environ 50 /kg en tenant compte des cots de transport et des droits de douane), contre un prix de vente de 900 /kg pour la gele royale franaise.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    38

    Cet cart de prix se rduit toutefois de faon considrable au niveau du consommateur, compte tenu dun nombre important dintermdiaires sur les circuits dimportations. Au total, en prix consommateur, on peut estimer que la gele royale franaise est 2 3 fois plus chre que la gele royale importe, soit 10 /10g contre 20 /10g par exemple.

    Mais la production franaise se dmarque par une politique stricte de qualit, rgie notamment par une Charte de Qualit mise en place par GPGR et identifie par un logo ou sappuyant sur la notorit de producteurs importants. - il sagit en premier lieu dun produit frais, dont les proprits sont prserves au cours du temps. La gele royale importe est en effet commercialise congele (et a souvent subi plusieurs oprations de conglation dconglation, prjudiciable la qualit nutritionnelle). - Une attention particulire est apporte au niveau des intrants (aliment), ainsi enfin quaux conditions de conservation du produit fini : strict respect de la chane du froid, conditions sanitaires. . .

    Il existe des perspectives de dveloppement pour cette activit, mme si les objectifs doivent rester modestes et ralistes compte tenu du diffrentiel de cot entre production franaise et production asiatique. Ce dveloppement suppose : - une caractrisation pousse du produit franais : comparatif de qualit avec le produit dimportation, - des actions de communication et information auprs des acheteurs des circuits de commercialisation et des consommateurs. 2.2.3. Propolis

    Notre enqute permet de comptabiliser 200 apiculteurs fournisseurs de propolis.

    Il semble toutefois que les apiculteurs pouvant rcuprer la propolis soient bien plus nombreux : estims entre 300 et 500. Une centaine de ces apiculteurs seraient des apiculteurs professionnels. On peut rcolter entre 50 et 200 g de propolis par ruche (propolis de grattage) et en moyenne 250 g pour la propolis de grille, (minoritaire en France). Cette production ne demande pas dinvestissement, mais du temps. Le grattage peut toutefois seffectuer durant lhiver. Le volume total collect en France sestime en tonnes (ordre de grandeur la dizaine de tonne). Il y aurait une concurrence (Espagne, Chine, Pays

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    39

    dAmrique du sud), mais la qualit de la propolis dorigine franaise serait bien suprieure. La demande pour ce produit de la ruche parat aujourdhui bien soutenue.

    Ici encore, les intervenants sont trs peu nombreux. Les achats auprs des apiculteurs concernent toutes les quantits de 500 g plus de 50 kg. La qualit de la propolis est dpendante de la vgtation rgionale, de la race dabeilles Les entreprises spcialises pour ce produit de la ruche conseillent les apporteurs afin damliorer leur production. La propolis est aprs purification, tri (qualit, couleur, etc.) est commercialis auprs des laboratoires pharmaceutiques et cosmtiques europens.

    Le prix dachat aux apiculteurs se situe entre 20 35 /kg.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    40

    III- EVOLUTION DU COMMERCE EXTERIEUR 3.1. IMPORTATIONS

    EVOLUTION DES IMPORTATIONS EN VOLUME

    Importations 1993 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    Volume

    (T) 6000 12563 12186 12503 15249 15666 15554 16973 15823 17051

    Valeur 19035 21476 21745 24000 23426 25292 38187 45866 43772 Euro/kg 1,51 1,76 1,74 1,57 1,50 1,62 2,25 2,90 2,56

    Source : Eurostats Les importations subissent une hausse sensible sur la priode1993 - 2004. De 6000 tonnes seulement en 1993, les volumes imports atteignent 12 000 tonnes durant la priode 1996-1998 puis lon observe un nouveau palier 15 000 tonnes entre 1999 et 2001. Depuis le dbut de la dcennie, les volumes imports dpassent 15 000 tonnes pour atteindre plus de 17 000 tonnes en 2004. PAYS PARTENAIRES

    1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    AUTRES PAYS 917 1602 1294 2500 2942 2023 2096 1437 1400

    Hongrie 1530 1576 1035 1737 2772 2651 2610 2320 3482

    Espagne 2000 3046 2720 2917 2135 2388 5071 4944 4771

    Allemagne 1862 2506 3366 4665 4603 4827 3743 3662 3175

    Belgique 3650 1322 2784 2527 2657 3496 1206 428 853

    Chine 2604 2134 1304 903 557 125 65 0 0

    Turquie 44 569 862 359

    Argentine 1613 2170 3013

    Total monde 12563 12186 12503 15249 15666 15554 16973 15823 17053

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    41

    0

    5000

    10000

    15000

    20000

    Tonnes

    EVOLUTION DES IMPORTATIONS DE MIEL

    EN VOLUME

    Volume 6000 8609 11575 12563 12186 12503 15249 15666 15554 16973 15823 17051

    1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    42

    Les importations restent apparemment, tout au long de la

    priode, majoritairement intra europennes (UE 15) : lEspagne, lAllemagne et la Belgique restent les principaux fournisseurs. A noter que lAllemagne, de trs loin le plus important importateur europen, constitue une plaque tournante de redistribution vers les autres pays europens. La majorit des importations en provenance dAllemagne ou de Belgique proviennent en fait des Pays Tiers. La Hongrie (miel dacacia) est un fournisseur habituel, mais les volumes sont en croissance rgulire.

    Alors que lon voit diminuer puis steindre les importations en provenance de Chine, lArgentine devient un fournisseur important en 2003 et 2004. A noter galement lapparition dans le mme temps, de la Turquie pour des volumes modestes.

    On trouvera, titre indicatif une reprsentation simplifie des diffrents flux europens pour lanne 2004. Les importations de lUnion europenne (Europe 15) atteignent 151 000 tonnes (139 000 t ou pour lEurope 25), hors changes intra -europens. LAmrique du Sud apparat clairement comme le principal fournisseur europen. Les importations de lAllemagne expliquent plus de la moiti des importations europennes (hors changes europens).

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    43

    Evolution des importations

    (pays partenaires)

    0

    2000

    4000

    6000

    8000

    10000

    12000

    14000

    16000

    18000

    1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    tonnes

    Argentine

    Turquie

    Chine

    Belgique

    Allemagne

    Espagne

    Hongrie

    AUTRES PAYS

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    44

    IMPORTATIONS EUROPEENNES TOTALES 2004 : 151 000 T (UE 15) ; 137 000 T (UE 25)

    ALLEMAGNE

    Importations 83900 t extra UE (15)

    3500 t intra UE (15)

    Exportations : 21 228 t

    ROYAUME UNI

    Importations 21270 t extra UE (15

    4200 t intra UE (15

    4000 t

    1840 t

    22343 t 5100t

    7100 t

    286 t

    11 500 t

    ITALIE

    Importations 14 164 t extra UE (15)

    1200 t intra UE (15)

    ESPAGNE

    Importations 10 400 t extra UE

    3000 t intra UE

    Exportations Export UE 8100 t

    Export total 10 000 t 2 170 t

    1700 t

    CHINE

    3200 t 1300 t

    3 500 t 4770 t

    3000 t

    HONGRIE

    Export UE (15) : 13 660 t

    3175 t

    FRANCE

    Importations : 17 053 t

    - 9299 intra (UE 15) - 7754 t (UE 15)

    BULGARIE

    Export UE

    (15) : 5 100 t

    ROUMANIE

    Export UE

    (15) : 7 500 t

    ARGENTINE Export UE : 44 588 t (15)

    Export UE : 44 848 t (25)

    MEXIQUE Export UE (15) : 15 850 t

    Export UE (25) : 15 920 t BRESIL Exports UE (15) : 16 900 t

    Export UE (25) : 17 150 t

    10 800 t

    URUGAY Exports UE (15) :

    8 900 t

    CHILI Exports

    UE (15): 4 700 t

    CUBA Exports UE

    (15) : 6450 t

    Pays exportateurs

    Pays importateurs

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    45

    EVOLUTIONS DES IMPORTATIONS EN VALEUR

    En valeur, le montant des importations est relativement stable jusquau dbut des annes 2000, o il connat une brusque remonte, lie dune part laugmentation des volumes, mais aussi des prix.

    Le prix moyen du miel dimportation passe en effet dune moyenne denviron 1,6 /Kg vers la fin des annes 90 plus de 2/ kg en 2002, prs de 3 /kg en 2003, pour redescendre ensuite 2.56 / kg en moyenne en 2004.

    Le dbut de dcroissance des prix moyens dimportation, perceptible en 2004, se confirme selon les intervenants de la filire en 2005.

    La croissance en 2001- 2002- 2003 des prix dimportation (et donc des cours sur le march international) est donc suivie dune baisse brutale, qui ramne les prix moyens au dessous de 2/kg en moyenne dans lintervalle dune ou deux annes seulement.

    Pour les principaux fournisseurs de la France, les prix moyens dimportation se situent , pour lanne 2004 (moyenne annuelle) :

    Prix moyen annuel (2003)

    Prix moyen annuel (2004)

    Prix moyen 1ier trimestre 2005

    Espagne 2,9 /kg 2,7 /kg 2,2 /kg Allemagne 3,3 /kg 3,0 /kg 2,6 /kg Belgique 2,5 /kg 2,5/kg 1,8 /kg Argentine 2,1 /kg 1,7 /kg 1,2 /kg Hongrie 3,1 /kg 2,8 /kg 2,3 /kg Turquie 2,8 /kg 1,6 /kg 2,3 /kg TOTAL 2.9 /kg 2,6 /kg 2 /kg

    On remarquera la baisse trs rapide des prix moyens des miels, et particulier ceux en en provenance dArgentine. Le prix du miel dArgentine est toutefois reparti la hausse durant lt 2005. Il est intressant de souligner galement que le prix moyen dimportation de la France se situe au-dessus du prix moyen europen : soit 1,96 /kg en 2004 et 1,52 /kg pour les premiers mois de 2005.

    Prix des importations de l'UE

    1,161,3

    1,06

    2,13

    1,81

    1,25

    2,31

    1,96

    1,52

    0

    0,5

    1

    1,5

    2

    2,5

    2003 2004 2005

    /K

    g

    Chine

    Argentine

    TOTAL

    Source : Abeille de France

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    46

    EVOLUTION DES IMPORTATIONS EN VALEUR

    0

    10000

    20000

    30000

    40000

    50000

    1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    1000

    0

    0,5

    1

    1,5

    2

    2,5

    3

    3,5/kg

    Valeur

    /kg

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    47

    0

    1000

    2000

    3000

    4000

    EVOLUTION DES EXPORTATIONS FRANCAISES DE MIEL

    NATUREL

    Srie1 3720 2723 3108 3273 2946 3032 3167 2367 2552

    1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    48

    EVOLUTION DES EXPORTATIONS EN VALEUR

    0

    2000

    4000

    6000

    8000

    10000

    12000

    14000

    1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    1000

    0

    1

    2

    3

    4

    5

    6 /kg

    Source : Eurostats

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    49

    3.2 EVOLUTION DES EXPORTATIONS Dans le mme temps, les exportations sont relativement stables, autour de 3 000 tonnes. Elles semblent toutefois connatre une baisse sensible en 2003, pour remonter peine en 2004, ce qui est mettre en relation avec la faible disponibilit de miel en France.

    En valeur, le volume global est galement stable, puis augmente en 2002 et 2003. Le prix moyen des miels franais exports (en majorit en conditionn) se situe en effet 2.7 /kg jusqu la fin des annes 90, puis connat une forte remonte en 2002 (3.6 /kg) et surtout 2003 (4.5 kg) et jusquen 2004 (4.78 /kg). 3.3 CONSOMMATION APPARENTE La consommation apparente franaise stablit, avec une rcolte estime 25 500 tonnes, : Donnes 2004 Production + importations exportations = 25 500 t + 17 000 t 2500 t = 40 000 T La consommation estime en 1997, avec une production de lordre de 30 000 tonnes se situait : Donnes 1997 Production + importations exportations = 30 000 t + 12 500 t 35 00 t = 39 000 t. Malgr limprcision invitable des estimations de rcolte pour les deux priodes, on peut malgr tout conclure une stabilit de la consommation apparente. En revanche, laugmentation sensible des importations conduit mcaniquement une baisse trs nette du degr dauto approvisionnement (consommation/ production +import- export). Le degr dauto approvisionnement passe ainsi de plus de 75 % moins de 64 %. Le degr dauto approvisionnement moyen de lUnion europenne se situait en 2001/2002 45.9%. LEspagne dpasse les 90 % tandis que lAllemagne se situe 25 .7 %.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    50

    IV- LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION DU MIEL

    La quantification des circuits de distribution sest appuye principalement sur les informations communiques par les plus importantes entreprises de conditionnement franaises. 7 entreprises ont t contactes, dont la production est suprieure 500 tonnes (la production des plus importantes dentre elles tant trs largement suprieure ce volume). Les donnes communiques ont t rassembles et traites sous forme agrge , afin de respecter la confidentialit des informations individuelles. Il sagit ici, la fois de dcrire les principaux marchs du miel en 2004, mais surtout de mesurer dventuelles variations sensibles dans lorganisation des marchs entre 1997 et 2004. Si la trs grande majorit des entreprises de conditionnement a pu renseigner notre enqute de faon prcise, il nen subsiste pas moins une part destimation, qui a pu tre apprhende par :

    - les donnes disponibles des panels de consommation (Secodip et NIELSEN),

    - des donnes bibliographiques, - des informations fournies par le secteur client (industrie en particulier).

    4.1. LES ACTEURS Nous avons, comme la filire le pratique communment, segment les marchs du miel en deux sous catgories :

    - marchs aliments par les entreprises de conditionnement : march dit du vrac par les apiculteurs,

    - marchs aliments par les apiculteurs eux-mmes : marchs de la vente en direct ou en demi-gros.

    Mentionnons quil existe des entreprises de commercialisation cres par un apiculteur ou un groupe dapiculteurs, dont la capacit de production peut tre significative (de lordre de la centaine, voire quelques centaines de tonnes). Il semble que le nombre de telles structures ait eu tendance augmenter, mais en labsence denqute spcifique, nous ne pouvons quantifier les volumes traits par cette catgorie dacteurs, qui se diffrencie pourtant de lapiculteur conditionnant sa propre production.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    51

    Pour la facilit de lexpos, nous proposons la segmentation suivante : Apiculteurs / entreprises de commercialisation apiculteurs/ conditionneurs Par apiculteurs, nous entendons les apiculteurs qui commercialisent leur propre production. Les entreprises de conditionnement contactes seront celles dont lactivit principale reste le conditionnement et le ngoce de miel. Les donnes prsentes ci-aprs ne concernent que lanne 2004 et ne prjugent donc pas dune situation installe pour les annes venir. 4.1.1. Les Entreprises de conditionnement

    Telles que dfinies, les entreprises contactes ont collect environ 22 000 tonnes de miel en 2004.

    Il sagit dun volume sensiblement quivalent celui estim en 1997. Le secteur a connu quelques remaniements, mais globalement le volume total dapprovisionnement reste peu de choses prs inchang.

    En revanche, le poids relatif entre miels franais et miels dimportation a, selon nos estimations, volu entre 1997 et 2004.

    Nous pouvons estimer 6000 et 7000 tonnes le volume de miels franais dans lapprovisionnement des entreprises de conditionnement, soit un peu moins que le tiers de ces approvisionnements.

    - en valeur absolue, on se situe quelque 2000 - 3000 tonnes de moins de miel franais commercialis en vrac, par rapport la situation estime en 1997.

    - Nous tions alors plus proches de 9000 tonnes commercialises en vrac. Le miel franais reprsentait alors plus de 40 % des approvisionnements des entreprises de conditionnement. On passe ainsi de 30 % environ de la rcolte commercialis en vrac en 1997 quelque 25 % en 2004. Il faut souligner toutefois que lanne 2004 est marque par un retournement brutal de conjoncture en ce qui concerne les prix sur le march international. Certains apiculteurs nont pas anticip suffisamment vite ce retournement, et ont donc attendu avant de vendre leur miel, esprant voir les prix remonter.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    52

    Prcisons quune partie des miels non livrs en vrac en 2004 a trs probablement t vendue en 2005, avant la nouvelle rcolte, mais des conditions de prix moins avantageuses. Il existe dautre part un march vrac entre les apiculteurs et les entreprises de commercialisation des apiculteurs eux-mmes. Au total, le march rel du vrac est probablement suprieur 7000 tonnes. La modification apparente dans le poids relatif des miels franais par rapport aux miels dimportation observe en 2004 pourrait donc tre conjoncturelle, mais elle reste un signal dalerte. Contrairement aux miels dorigine chinoise imports par lUnion europenne vers la fin des annes 90, considrs comme de qualit mdiocre, les miels en provenance dArgentine, ou plus gnralement dAmrique du Sud sont des miels considrs comme de bonne qualit et trs corrects dun point de vue gustatif. La mme remarque peut tre faite en ce qui concerne les miels des Pays de lEst. Lapiculture franaise et tout particulirement lapiculture professionnelle , qui traditionnellement livre plutt en vrac, se trouve donc dans une situation concurrentielle aggrave dans ce contexte. 4.1.2. Ventes par les apiculteurs et les entreprises de commercialisation apiculteurs Les ventes de miel conditionn ralises par les apiculteurs eux-mmes ne peuvent tre values que par diffrence entre la production estime et les livraisons aux entreprises de conditionnement telles que dfinies. Mais, pour lanne 2004, il faut tenir compte de stocks chez certains apiculteurs plus importants quhabituellement.

    Pour lanne 2004, sur la base dune estimation de rcolte de 25 26 000 tonnes dont 6 - 7000 environ livres en vrac aux entreprises de conditionnement, on peut estimer, aux variations de stock prs, : 18 000 tonnes environ le volume de miel commercialis par les apiculteurs, en majorit en conditionn.

    On aurait ainsi quelque 70 % de la rcolte commercialis en conditionn, soit par les apiculteurs eux- mmes, soit par des entreprises de commercialisation.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    53

    La commercialisation en direct (y compris volumes entrant dans la consommation familiale ou de voisinage) pourra tre estime 14 -15 000 tonnes.

    - On aurait donc une baisse assez sensible du march du miel vendu directement au consommateur par rapport 1997 (estim 16-17 000 tonnes). Ceci parat logique compte tenu de la baisse du nombre de petits producteurs et plus globalement de la baisse de rcolte. 4.2. LA GRANDE DISTRIBUTION 4.2.1 Quantification des volumes La quantification des volumes commercialiss en grande distribution : hypermarchs, supermarch, superettes et hard discount sappuie dune part sur les volumes de marchs sur ce circuit des entreprises de conditionnement rencontres, et dautre part sur les donnes de Panels de consommation. Les recoupements raliss entre les diffrentes sources donnent une image concordante, mais il demeure, ici encore, une zone dincertitude dans les estimations. Hypermarchs et supermarchs En 1997, le panel Nielsen (qui ne prend pas en compte superettes et Hard discount) donnait un volume de 11 600 tonnes environ commercialis en hypermarchs et supermarchs, et 339 Millions de FF en valeur (soit un prix moyen de vente au consommateur de 30F/kg environ) Selon nos sources, ce volume aurait augment dun peu plus de 10 %, soit un volume commercialis de lordre de 13 000 tonnes en GMS (hyper et super). En valeur absolue, laugmentation sur le march des GMS est denviron 1400 tonnes. Cette volution peut tre attribue en partie lvolution du parc de grandes surfaces sur la priode.

    - 1135 hypermarchs en 1999 et 1328 hypermarchs en 2004 - 8212 supermarchs en 1999, 8800 en 2003 et 8632 en 2004

    Et galement au dynamisme des principaux acteurs prsents.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    54

    Superettes On considre en 2004 que les superettes reprsentent en valeur 2.4 % du march des produits alimentaires, dans lunivers de la grande distribution. Depuis 1996, le nombre de suprettes est pass de 4300 points de vente 4600. Toutefois, compte tenu de lintrt des petites surfaces pour les apiculteurs rcoltants , on peut penser que cette part de march en volume est plus leve pour le miel. Hard Discount La priode est marque galement par un fort dveloppement du Hard discount.

    Evolution de la Part de march du hard discount

    7,18,1

    9 9,1 9,4

    10,911,9

    12,6

    6

    8

    10

    12

    14

    1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004

    %

    Source : Linaire Le Hard discount s'octroie prsent 12,6 % en valeur du march de l'alimentaire en grandes et moyennes surfaces. On se situe au mme niveau de part de march pour le rayon picerie. La part de march en volume est en tout tat de cause plus importante, puisque le hard discount se situe au niveau des prix les plus bas du march. Selon certains, le poids du hard discount en volume pourrait atteindre 20%. Au total, le poids relatif des suprettes et Hard Discount par rapport au march des hyper et super est denviron 15 % en valeur pour le miel. Ceci permet destimer, que pour lensemble de la grande distribution, y compris suprettes et Hard discount, le march du miel se situe au moins 15 000 tonnes.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    55

    Toutefois, parce que : - la part de march du Hard Discount est en tout tat de cause plus

    importante en volume quen valeur, - et quen suprettes, le miel pourrait avoir un poids global plus

    important que les produits alimentaires en gnral.

    On peut penser que lon peut atteindre 15 500 16 000 tonnes de miel commercialis en Grande Distribution. Place des apiculteurs rcoltants La part de march des apiculteurs avait t estime en 1997 environ 1500 2000 tonnes environ (un peu plus de 10 % des volumes commercialiss en Grande surface). Les informations rassembles aujourdhui permettent destimer que la part de march des apiculteurs (y compris bien entendu les entreprises de commercialisation des apiculteurs) devrait tre de lordre de 2500 tonnes au moins et trs probablement davantage, de lordre de 3000 tonnes. Les oprateurs sur ce march seraient moins nombreux, et plus organiss. On y rencontre probablement davantage dapiculteurs professionnels, mme si des pluriactifs (avec 100- 150 ruches) peuvent tre prsents au moins en suprettes. Les entreprises de commercialisation cres par les apiculteurs y sont galement trs prsentes. La demande de la grande distribution et notamment des supermarchs et superettes semble soutenue vis--vis des apiculteurs. Plusieurs apiculteurs rencontrs dclarent avoir t dmarchs par des petites et moyennes surfaces locales, ce qui tait moins frquent il y a quelques annes. Quelques autres dj prsents sur ce crneau pensent pouvoir facilement dvelopper leur clientle, ce quils ne peuvent faire par manque de production (ou de type adapt de production). Il pourrait y avoir des variations rgionales fortes, en fonction, par exemple des structures de commercialisation qui sy sont constitues. En conclusion, Entre 1997 et 2004, le march du miel en grande distribution a progress en volume. La part de march des apiculteurs eux- mmes (ou entreprises de commercialisation) y a trs certainement aussi progress, pour atteindre peut-tre 15 - 18 % du march total.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    56

    4.2.2. La gamme en grande distribution Nous disposons de donnes relativement anciennes (Secodip 1999), que nous pouvons toutefois comparer avec les donnes quivalentes de 1996.

    1996 1999 Part de march

    en volume Part de march en volume

    Part de march en valeur

    Miels toutes fleurs 60.9 % 62.7 % 55.8 %

    Mono floral Dont acacia

    20 % 11,4 %

    17.6 % 23 %

    Appellations rgionales

    14.9 % 16 % 16.6 %

    Montagne 4.2 % 3.7 % 4.6 %

    Source Marketing Book - Secodip 1999

    On aurait donc une lgre progression des miels toutes fleurs, et des miels sous appellations rgionale et une rgression des miels mono floraux.

    Il reste difficile de savoir si cette rpartition est toujours dactualit, mais certains intervenants importants du secteur pensent que lon peut admettre une relative stabilit. Dans tous les cas, les miels toutes fleurs constituent prs des deux tiers du march en volume tandis que les miels mono floraux hors acacia sont trs minoritaires.

    A noter que les MDD ont trs fortement progress en ce qui concerne le march du miel.

    Les MDD reprsentent 24.4 % du rayon picerie en 2004 (dont 6.3 % de MDD 1ier prix). En ce qui concerne le miel, les MDD devraient avoir dpass 25 % du march en 2004. Elles ont encore progress en 2005. 4.2.3. Mcanisme de formation des prix en Grande Distribution

    Prix de vente consommateur La priode a connu une hausse sensible des prix des produits de grande consommation. Ainsi, le prix des produits alimentaires a volu plus vite que lensemble des prix depuis 1996. Le taux dinflation de 14.6 % observ entre 1997 et 2004 est infrieur laugmentation des prix la consommation des produits alimentaires.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    57

    Alors quen 1996, le prix moyen du miel en francs destin au consommateur pouvait stablir 30 FF/kg environ, (4,56 /kg), on se situerait en 2004 plus de 8 /kg T.T.C. Soit une augmentation de 75 % en euros courants et de 53 % si lon tient compte dun taux dinflation de 14.6 % entre 1996 et 2004. Cette augmentation observe en 2004 par rapport 1997, sexplique pour partie par laugmentation des prix du miel sur le march mondial depuis 2000, mais aussi trs certainement par lvolution des marges de la Grande Distribution, y compris les marges arrire (ensemble des rductions a posteriori aux prix facturs par les fournisseurs).

    Entreprises de conditionnement La dcomposition des prix pour le miel en grande distribution ci-aprs montre que :

    Le prix de vente moyen du miel, toutes catgories confondues, des entreprises de conditionnement la Grande Distribution a t probablement infrieur en 2004 5 /kg environ en prix net, (y compris marges arrire).

    Ce prix moyen tait estim 23 FF/kg en 1997 (3.5 /kg). Le prix de vente moyen des entreprises de conditionnement aurait ainsi assez peu progress sur la priode 1997 2004, (en tenant compte dun taux dinflation de 14.6 %) et a probablement progress surtout dans les annes 2000, alors que le prix la consommation a augment de plus de 50 % en euros constants sur la m^me priode. La marge de la grande distribution (marge sur prix de vente) serait aujourdhui suprieure 40 % et aurait nettement augment depuis 1997. Soulignons dautre part que ce prix de vente moyen a certainement volu la baisse depuis le dbut 2004, en liaison avec la baisse des prix sur le march international. Rappelons que le prix moyen des miels dimportation se situe, pour le premier trimestre 2005 un peu moins de 2 / kg (1.2 /kg pour les miels en provenance dArgentine).

    La baisse des prix sur le march mondial est anticipe par la Grande Distribution. Par les procdures dappels doffres, denchres inverses, les fournisseurs sont tenus de saligner sur les prix du march mondial.

    Les appels doffres sont aujourdhui europens, voire mondiaux : lapprovisionnement des enseignes franaises se fait donc, par des oprateurs en concurrence sur un march europen, voire mondial.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    58

    Soulignons que la rpercussion sur le prix de vente au consommateur se

    fait avec retard et avec moins dintensit.

    Prix dachat moyen Le prix dachat moyen des miels franais est suprieur en moyenne celui des miels dimportation. Il peut tre estim, (sur la base de 60 % de miels de grandes cultures et toutes fleurs, 3 /kg en 2004 et 40 % de miels de crus et appellations rgionales 4.5 /kg) environ 3.6 /kg. Cette valeur moyenne est cohrente avec le prix de vente moyen des apiculteurs commercialisant en vrac rencontrs dans le cadre de notre enqute.

    Apiculteurs rcoltants Les prix de vente en conditionn des apiculteurs rencontrs dans le cadre de notre enqute sont de lordre de 4 4.5 /kg pour des miels de printemps (colza), tournesol ou toutes fleurs et de 4,5 /kg 7 /kg pour les miels de cru, selon le cru. Le prix de vente au kg est bien entendu aussi variable selon le conditionnement - pot verre ou plastique- conditionnement en 250 g, 500 g ou kg Les marges des points de vente qui disposent dune certaine indpendance sont moins importantes que celles pratiques par les centrales dachat (pas de marge arrire en particulier) et seraient de lordre de 25 %. Dans certains cas, les apiculteurs sont moins chers que les marques nationales, mais on peut aussi avoir la situation contraire.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    59

    DECOMPOSITION DES PRIX GRANDE DISTRIBUTION

    EN 2004

    PRODUCTEURS CONSOMMATEURS

    PRIX DE VENTE CONDITIONNEURS GRANDE

    DISTRIBUTION EN 2004

    Infrieur en moyenne 5 / Kg

    (4.5 /kg ?)

    7,70 / Kg

    TVA 5.5 %

    Environ 8,1 / Kg T.T.C.

    PRIX D'ACHAT MOYEN

    PRODUCTEURS France

    3.6 /kg*

    PRIX MOYEN MIEL

    IMPORT

    2,6 /kg*

    * Cots de transport non inclus

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    60

    4.3. AUTRES CIRCUITS DE DISTRIBUTION 4.3.1 Circuit spcialis (dittique, biologique) Le secteur regroupe boutiques franchises marque et indpendants. Le miel peut tre conditionn faon pour des marques. Les ventes sur ce circuit, malgr son dveloppement ces dernires annes (notamment augmentation du nombre de points de vente en biologique), semblent relativement stables. Les apiculteurs locaux peuvent lapprovisionner, lachat de proximit tant souvent privilgi sur ce circuit. A priori, sur le circuit biologique, les miels ne sont pas forcment biologiques, en lien sans doute avec les difficults dapprovisionnement. Le volume total de miel devrait tre de lordre de 1500-2000 tonnes. 4.3.2. Autres dtaillants Le miel est commercialis en picerie, et ventuellement chez dautres dtaillants : boulangeries, confiseries. Le nombre dpiceries, dj en dcroissance forte en 1997 continue diminuer : de 19 000 en 1996, on est pass 15 000 piceries en 2003. La part de march de ces points de vente est faible. Si lon excepte peut-tre les piceries dites piceries fines ou les points de vente produits du terroir , les ventes de miel y sont limites, les rotations faibles. Le secteur sapprovisionne auprs de grossistes. Certains apiculteurs locaux peuvent y tre prsents, surtout dans les points de vente produits du terroir . Il parait difficile de penser que le march puisse dpasser quelques centaines de tonnes, mme en tenant compte des ventes chez les autres dtaillants comme les boulangeries. Au total, au niveau des dtaillants autres que grande distribution, les ventes des diffrents oprateurs (entreprises de conditionnement et apiculteurs) ne devraient pas excder 2 000 tonnes.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    61

    4.4. Utilisations industrielles du miel en France :

    Panorama des utilisations industrielles

    Les chiffres et les volutions prsents ci-dessous proviennent de diffrentes sources : interviews industriels (Nestl, Dailycer, Yves Rocher, SupremNougat), shop check, Agreste, Alliance 7, Syndicat Franais des Miels, Syndicat Franais des fabricants de nougat de Montlimar et de ses drivs. Il sagit bien des utilisations par lindustrie (alimentaire ou autre). Les productions propres des apiculteurs ne sont pas incluses dans ces chiffres. Ce panorama ne prend pas non plus en compte les productions artisanales.

  • Audit de la filire miel 2005 GEM-ONIFLHOR- Aot 2005

    62

    4.1. Proportions dans les produits finis : trs variable, selon le positionnement marketing du produit.

    Rsultat du shop check (Intermarch, Telemarket et Ooshop)

    Produit fini Marque Socit Lieu de fabrication ou de conditionnement

    Proportion de miel

    Crales Mielak Tumador Charmes sur Rhne

    6 %

    Crales Crunch Nestl Etranger ? Faible1

    Crales Cheerios Nestl France 9,5 %

    Crales Chusters Nestl Etranger ? Faible2

    Crales Golden Grahams

    Nestl Etranger ? 2,8 %

    Crales Pops Kelloggs Etranger 3,5 %

    Pain dpices

    Sans marque ( pain dpices au miel )

    Belgique 30 %

    Pain dpices

    Prosper au lait

    LU Faible

    Pain dpices

    Sans marque ( Au miel )

    LU 15,5 %

    Pain dpices

    Pur miel Albert Mns

    Albert Mns 60 %

    Pain dpices

    Sans marque Belgique Non prcis

    Biscuit Biscuit pour petit djeuner, miel ssame

    Luna (Vitagermine)

    France 2 %

    Biscuit Biscuit pour petit djeuner au miel

    LU