Angèle Kremer Marietti - Jean-Paul Sartre et le désir d'être

download Angèle Kremer Marietti - Jean-Paul Sartre et le désir d'être

of 77

  • date post

    02-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    52
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Angèle Kremer Marietti - Jean-Paul Sartre et le désir d'être

  • ttrttrittl jtrwl^i** |tiirl* ilnttl il**tn4vtir

    Angle Kremer Marietti

    Jean-Paul Sartre et le dsir d'tre

    Une lecture de l'tre et le nant

    itirl* ilrml i ' . ' " -

  • JEAN-PAUL SARTRE ET LE DSIR D'TRE

  • L'Harmattan, 2005 ISBN : 2-7475-8483-6 EAN: 9782747584838

  • Angle KREMER MARIETTI

    JEAN-PAUL SARTRE ET LE DSIR D'TRE

    Une lecture de L'tre et le nant

    L'Harmattan L'Harmattan Kdnyvesbolt L'Harmattan Italia 5-7, rue de l'cole-Polytechnique 1053 Budapest Via Degli Artisti, 15

    75005 Paris Kossuth L.u. 14-16 10124 Torino FRANCE HONGRIE ITALIE

  • Commentaires philosophiques Collection dirige par Angle Kremer Marietti

    et FouadNohra

    Permettre au lecteur de redcouvrir des auteurs connus, appartenant ladite "histoire de la philosophie", travers leur lecture mthodique, telle est la finalit des ouvrages de la prsente collection.

    Cette dernire demeure ouverte dans le temps et l'espace, et intgre aussi bien les nouvelles lectures des "classiques" par trop connus que la prsentation de nouveaux venus dans le rpertoire des philosophes reconnatre.

    Les ouvrages seront la disposition d'tudiants, d'enseignants et de lecteurs de tout genre intresss par les grands thmes de la philosophie.

    Dj parus

    Michail MAIATSKY, Platon penseur du visuel, 2005. Rafika BEN MRAD, La Mimsis cratrice dans la Potique et la Rhtorique d'Aristote, 2004. Gisle SOUCHON, Nietzsche : gnalogie de l'individu, 2003. Gunilla HAAC (dir.), Hommage Oscar Haac, mlanges historiques, philosophiques et littraires, 2003. Angle KREMER MARIETTI, Carnets philosophiques, 2002. Angle KREMER MARIETTI, KarlJaspers, 2002. Jean-Marie VERNIER (introduction, traduction et notes par), Saint Thomas dfAquin, questions disputes de Vme, 2001. Auguste COMTE, Plan des travaux scientifiques ncessaires pour rorganiser la socit, 2001. Michel BOURDEAU, Locus Logicus. L'ontologie catgoriale dans la philosophie contemporaine, 2000. Guy-Franois DELAPORTE, Lecture du commentaire de Thomas d'Aquin sur le Trait de l'me d'Aristote, 1999. John Stuart MILL, Auguste Comte et le positivisme, 1999.

  • ma sur Janine Ladmiral, trop tt disparue.

  • TABLE DES MATIERES

    Introduction 11

    I. L'tre et le nant : Les prsupposs philosophiques 13

    IL Vers une thorie gnrale de l'tre 23

    1. De l'tre au nant 24 2. La 2me partie : l'tre-pour-soi 31 3. La 3me partie : le pour-autrui 38

    III. La quatrime partie : Aprs la thorie de l'tre, la thorie de l'action 53

    Conclusion 67

    Petite bibliographiede Sartre 71

  • Introduction

    Il peut tre tonnant de mettre en avant une notion qui n'apparat explicitement qu'au cours et en fin de parcours d'une longue phnomnologie, autrement dit d'une longue description des phnomnes de conscience et/ou de Y tre vcu, et qui n'est autre que le texte mme de L'tre et le nant dont est propose une lecture tout simplement comprhensive.

    Or, cette notion laquelle aboutit L'tre et le nant est bien celle du dsir d'tre qui, selon la manire de Sartre, dfinit et caractrise le plus concrtement possible l'tre humain.

    On avait plus gnralement (et un peu facilement) retenu la notion sartrienne de manque d'tre relativement l'humain. Certes, Sartre s'emploie patiemment dcrire ce manque qui n'est pourtant en rien passif ni nullement inerte, puisque la recherche de Sartre aboutit dcouvrir l'humain essentiellement anim de la tendance remplir les vides . Loin d'tre une fatalit dsesprante, ce manque bien rel est en tout cas un manque actif au point mme qu'il est indniablement un dsir vif et constant de ce dont il manque manifestement.

  • I.

    L'TRE ET LE NANT

    LES PRSUPPOSS

    PHILOSOPHIQUES

    L'tre et le nant est la fois l'uvre centrale et principale de Jean-Paul Sartre qui Ta prsente comme un essai d' ontologie phnomnologique . On peut affirmer avec vrit que le programme impliqu par le sous-titre a t honorablement rempli. S'agit-il, comme il a t dit parfois, d'un syncrtisme runissant les diverses intentions de Husserl, de Heidegger et de Hegel ? Cette uvre ne manifeste-t-elle pas plutt une alliance entre deux formes modernes de la philosophie : la phnomnologie et la dialectique ? C'est en tout cas ce que confirmera la Critique del raison dialectique (1960).

    En quoi, il est permis d'invoquer Hegel, comme le fait Walter Biemel dans son article de 1958 : Das Wesen der Dialektik bei Hegel und Sartre ( L'essence de la dialectique chez Hegel et chez Sartre ), paru dans la revue

    1 L'tre et le nant, Paris : Gallimard, 1943.

  • Tijdschrift voor Philosophie ; ou comme Ta fait, son tour, K.Hartmann dans un livre mettant en relation l'ontologie de Sartre avec la Logique de Hegel : Grundzuge der Ontologie Sartres in ihrem Verhltnis zu Hegels Logik (Berlin, 1963). Mais Sartre connaissait-il Hegel ? En fait, il commena par lire Marx sans mme passer par Hegel. Selon ce qu'en crit Simone de Beauvoir (1908-1986) dans La force de Vge , il rdigea, vers 1931, une tude d'inspiration nietzschenne intitule Lgende de la vrit .

    Les matres vivants de Sartre furent Alain, Jean Wahl, Raymond Aron, Ren Laporte, auxquels on peut ajouter Gnther Anders, l'auteur, entre autres publications, de l'essai d'anthropologie ngative, paru en 1936 dans les Recherches philosophiques\ et intitul La pathologie de la libert , dont Sartre s'inspira en retenant que l'homme n'est pas l avec un but dtermin. D'ailleurs, l'agrg que Sartre tait devenu (1929) voulait, tout comme Gnther Anders, ragir contre l'idalisme universitaire, aussi commena-t-il par tre influenc par Jean Wahl dont le livre de 1932, Vers le concret, allait prfigurer son projet personnel. La mme anne, Sartre dcouvrit la phnomnologie de Husserl travers la lecture du livre d'Emmanuel Lvinas, La Thorie de Vintuition dans la phnomnologie de Husserl (1930). En 1932 galement, Sartre commence rflchir sur la psychanalyse propos de laquelle il conoit une thorie qui n'est autre que la thorie de la "mauvaise foi", selon ce qu'en crit encore Simone de Beauvoir4. Boursier l'Institut Franais de Berlin, o il passa l'anne 1934, Sartre voulait, comme Husserl, dpasser l'opposition entre idalisme et ralisme. Berlin, il crivit La transcendance de l'ego et lut Heidegger. De retour en France en 1935, il rdigea Vimagination et ensuite L'imaginaire.

    2 Vol. 20, p.300 et suivantes. 3 Simone de Beauvoir, La force de l'ge, Gallimard, 1960, p.50. 4 Op. c//,p.l34.

    14

  • Sans doute faut-il dater galement de cette poque sa dcision philosophique relative la ngativit de la conscience. Toutefois, nous ne devons pas oublier que Sartre ne reut l'Universit aucun enseignement sur Hegel; toutefois, il put lire le numro spcial consacr Hegel en 1931 par la Revue de Mtaphysique et de Morale ou le livre que Wahl avait publi en 1930, Le malheur de la conscience dans la philosophie de Hegel, ou encore les articles sur Hegel crits par Jean Hyppolite. Si ce n'est aussi, par la suite, qu'il put avoir eu connaissance des confrences que Kojve pronona durant les annes 1933-39. Sartre dut vraisemblablement attendre 1939 pour lire Hegel directement dans le texte, comme Simone de Beauvoir attendit elle-mme 1940 pour le lire son tour.

    Dans l'optique de Sartre, la philosophie de Hegel relevait d'une phnomnologie existentielle insistant sur la libert, la ngation et la contingence, notions qui ne furent pas seulement penses mais aussi profondment ressenties par Sartre, pour qui, selon un raisonnement proprement existentiel, l'vidence de la contingence entrane celle de la libert totale de la conscience. Celle-ci faisant le vide autour de la conscience, l'absence ressentie, nous la rendons finalement prsente travers l'imaginaire dou d'un pouvoir nantisant. La libert elle-mme implique la capacit de dire "non"; mais, pour tre capables de dire "non", nous devons avoir, en nous et hors de nous, la prsence perptuelle du non-tre. C'est dire, traduit par Sartre, qu'il faut que le nant hante l'tre 5. C'est pourquoi nous pouvons lgitimement retrouver des traces de Hegel dans la pense de Sartre, et surtout dans L'tre et le nant, qui parut en 1943.

    5 Cf. L'tre et le nant, Paris : Gallimard, 1955,45 dition, p.47. 15

  • Le parti est donc dfinitivement pris pour Sartre : il sera un phnomnologue ; ce qui veut dire qu'il concevra les problmes philosophiques partir d'une conscience vcue et/ou d'un cogito vivant. En tout cas, Sartre se refusait nettement la tche de thoricien de la connaissance ou mme d'pistmologue. Rien ne mne, en effet, de l'existentialisme de Sartre vers ce qui sera la vogue de l'pistmologie, bien qu'il ait largement trait de sa mthode propre.

    Au lieu de parler de syncrtisme, il vaudrait mieux (relativement l'ontologie vise plutt qu' la phno-mnologie implique) voquer une entreprise de "synthse" : une synthse entre la phnomnologie de Husserl et les principaux concepts de Hegel. C'est alors, dans ce strict rapport, que peut se situer la prsence quasi permanente de Heidegger.

    Telle est donc la perspective philosophique dans laquelle intervient le projet sartrien reprsent par Vtre et le nant, quand Sartre traite tout la fois du corps, de la psychanalyse, des formes concrtes de la relation autrui, et enfin et surtout de la libert.

    Sartre appartient, au moins de manire dclare, la succession de Husserl, mme si son interprtation de Husserl a pu tre discute. N'a-t-il pas crit un article sur Husserl en 1934, et qu'il intitula Une ide fondamentale de la phnomnologie de Husserl: Pintentionnalit 6, reproduit dans Situations I (p.31-35), et dans lequel il interprte ouvertement Husserl :

    Husserl ne se lasse pas d'affirmer qu'on ne peut pas dissoudre les choses dans la conscience. Vous voyez cet arbre-ci...Mais vous le voyez l'e