Albert Camus Caligula

download Albert Camus   Caligula

of 104

  • date post

    18-Dec-2014
  • Category

    Education

  • view

    6.710
  • download

    2

Embed Size (px)

description

Albert Camus Caligula

Transcript of Albert Camus Caligula

  • 1. http://krimo666.mylivepage.com/
  • 2. PREFACE La carrire d'crivain de Camus commence et s'achve par le thtre. En 1936, g de vingt-trois ans, il fonde une troupe d'amateurs, le Thtre du Travail (plus tard rebaptis Thtre de l'quipe) et collabore avec trois amis la composition d'une pice intitule Rvolte dans les Asturies. En 1959, quelques mois avant de mourir, il adapte pour la scne Les Possds, de Dostoevski. Clbrer collectivement une insurrection ouvrire correspondait l'idal communiste qui l'anima pendant une brve priode de sa jeunesse. l'poque o il adapte Les Possds, il dirige seul l'entreprise, croyant au spectacle total, conu, inspir et dirig par le mme esprit, crit et mis en scne par le mme hommel ; ses yeux, en effet, adapter une uvre au thtre, c'est encore l'crire. Parce qu'il ne cessa de s'engager en faveur de la scne, voyant dans le thtre le plus haut des genres littraires et en tout cas le plus universel2 , son uvre thtrale mrite pour le moins autant d'attention que ses romans ou ses essais. D'o vient donc qu'on n'en peut parler sans donner ditions Gallimard, 1. Pourquoi je fais du thtre (1959), in Tktre, rcits, 1958, pour Caligula, nouvelles, Pliade, p. 1727. 1993, pour la prface et le dossier. 2. Ibid., p. 1726. http://krimo666.mylivepage.com/
  • 3. 8 Prface Prface 9 l'impression de plaider? Composes par un homme de mtier, dure jusque pendant la premire moiti de la guerre avant de les pices de Camus devraient tre apprcies d'abord comme des s'effacer devant le cycle de la rvolte , romans, pices et performances thtrales. C'est particulirement vrai de Cali- essais s'clairent mutuellement lire ses Carnets, on a le gula, qu'il crit partir de 1938 avec l'intention d'y interprter sentiment qu'ils forment un tout. le rle principal, qu'il remanie pendant la guerre, retouche aprs les premires reprsentations de 1945, puis nouveau en 1957 et 1958, en fonction des nouvelles circonstances de sa Sources historiques de Caligula reprsentation. Pice d'acteur et de metteur en scne , affirme-t-il, avant de s'tonner: Je cherche en vain la philosophie dans ces quatre actes1. D'autres l'y ont trouve Marcel Arland avait dj, dans La Route obscure pour lui. Camus lui-mme leur avait fourni des arguments : (1924), fait d'un empereur romain, Hliogabale, un symbole dans un compte rendu de La Nause, de Sartre (1938), il de la rvolte contre la condition humainel. Grce aux Vies des avait affirm, d'une formule qui n'tait pas sans risques, Douze Csars, de Sutone, Henry de Montherlant se dcouvre qu' un roman n'est jamais qu'une philosophie mise en des affinits avec d'autres figures impriales; il les exprimera images . Et si on appliquait la mme dfinition au thtre ? en 1927, dans Aux fontaines du dsir : Lorsque, petit Dans Le Mythe de Sisyphe (1942), il prcisera heureuse- garon, je lisais et relisais les Douze Csars, j'y mettais trop ment sa pense en'opposant les grands romanciers, ou de passion pour n'tre pas averti que les fils les plus secrets du romanciers philosophes , aux crivains thse : ces temprament me liaient ces hommes-l. Leurs excentricits, derniers transposent dans leur uvre, telle quelle, une pense mme quand je les blmais, me paraissaient naturelles; il le satisfaite , au contraire des crivains philosophes qui utilisent fallait bien : je sentais en moi le terrain d'o elles fussent nes leurs propres personnages et leurs propres symboles pour dans des circonstances pareilles2. C'est par son professeur de approfondir une pense personnelle, toujours en recherche. philosophie Jean Grenier que Camus eut accs Sutone, en Caligula offre un message assez ambigu pour qu'on lui 1932 : Lorsque devant Albert Camus (en I re Suprieure) je pargne la vilaine tiquette de pice thse ; mais ne peut- citais et vantais les Vies des douze Csars de Sutone, je le on y voir, sans faire offense la qualit du spectacle, une faisais du point de vue romantique et d'annunzien. Le mot de pice philosophique ? Chez certains crivains, dclare Caligula condamnant coupables et innocents indistinctement : encore Camus, il me semble que leurs uvres forment un tout o " Ils sont tous coupables ! " me ravissait par son audace chacune s'claire par les autres, et o toutes se regardent2. impassible. Un Nietzsche barbare voil quel tait pour moi Chez lui, prcisment, au sein du cycle de l'absurde , qui 1. Le mme personnage inspirera Artaud un roman, Hliogabale 1. Prface l'dition amricaine du Thtre (1958), ibid., ou L'Anarchiste couronn (1934). p. 1729-1730. 2. Henry de Montherlant, Aux fontaines du dsir, Bernard Grasset, 2. Actuelles II, in Essais, Pliade, p. 743. 1927, p. 205 et Pliade, Essais, p. 311. http://krimo666.mylivepage.com/
  • 4. 10 Prface Prface 11 1 cet empereur (et pas seulement un malade ou un fou ). vux du peuple romain par ses actes de gnrosit. Mais il vingt ans, Camus lit un essai de son professeur intitul Les cda bientt un dsir effrn de puissance, d'tranges les (1933) : L'branlement que j'en reus, l'influence qu'il obsessions ( Les nuits o la lune brillait dans son plein, il exera sur moi, et sur beaucoup de mes amis, je ne peux mieux l'invitait frquemment venir l'embrasser et partager sa les comparer qu'au choc provoqu sur toute une gnration par couche ) et s'adonna la dbauche, entretenant des relations Les Nourritures terrestres 2 . Au chapitre intitul L'le incestueuses avec ses surs, particulirement avec Drusilla. Il de Pques , Jean Grenier raconte qu'il avait un jour prt se plaisait humilier les snateurs et, en prsence de leurs l'ouvrage de Sutone un boucher souffrant. Les atrocits maris, les femmes de bonne condition. Il se chargeait lui-mme commises par Caligula ravirent le malade : Voil des durs, de procder, avec d'incroyables raffinements de cruaut, aux disait le boucher. Ah! que la vie est belle! Votre lecture m'a excutions qu'il prononait au gr de ses caprices. Il organisait fait du bien3. des spectacles o il se donnait la vedette, ainsi que des concours Fils de Germanicus et d'Agrippine, Caius Caligula (12 ap. de posie. Il mourut finalement de la main de Cherea ; plus J.-C.-41) devint empereur de Rome en 37. Il prit assassin, exactement, celui-ci l'aurait frapp par-derrire, donnant ainsi victime d'une conjuration. D'aprs Sutone, son surnom le signal de l'excution aux autres conjurs. (diminutif de caliga, chaussure de soldat) lui venait du fait La destine de Caligula avait inspir Alexandre Dumas qu'il avait grandi parmi des militaires. Il avait la taille une tragdie1 . Camus prsente son uvre plus vaguement haute, le teint livide, le corps mal proportionn, le cou et les comme une pice en quatre actes . // va y attnuer la laideur jambes tout fait grles, les yeux enfoncs et les tempes creuses, de l'empereur, son indication II est moins laid qu'on ne le le front large et mal conform, les cheveux rares, le sommet de pense gnralement2 faisant implicitement rfrence, pour la tte chauve, le reste du corps velu [...]. Quant son visage, l'inflchir, la tradition rapporte par Sutone. Quant au naturellement affreux et repoussant, il s'efforait de le rendre reste,