Agriculture · PDF file 2017-02-22 · Agriculture et environnement Agriculture...

Click here to load reader

  • date post

    02-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    2
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Agriculture · PDF file 2017-02-22 · Agriculture et environnement Agriculture...

  • Agriculture et environnement

    Agriculture biologique

    38 - Agreste Bretagne - Draaf - Tableaux de l’Agriculture Bretonne 2016

    Pour en savoir plus

    Site de l'Agence Bio www.agencebio.org

    L’agriculture biologique française : chiffres 2015.

    Site de la Draaf Bretagne http://draaf.bretagne.agriculture.gouv.fr/Agriculture-biologique,196

    Site Agreste http://agreste.agriculture.gouv.fr/ Rubrique Publications : Agreste Primeur - Juin 2012 - N°284 - « Des agriculteurs bio jeunes, diplômés et tour- nés vers les circuits courts ».

    Agriculture et environnement

    Agriculture biologique

    Agreste Bretagne - Draaf - Tableaux de l’Agriculture Bretonne 2016 - 39

    4

    Principales caractéristiques de l’agriculture biologique en 2015

    Côtes-

    d’Armor Finistère

    Ille-et-

    Vilaine Morbihan Bretagne

    Bretagne

    2013

    Nombre d’exploitations bio 500 572 500 464 2 036 1 890

    Surfaces (en ha)

    Bio 16 314 14 342 19 407 16 135 66 198 63 013

    Conversion 2 203 2 303 1 923 2 104 8 533 6 313

    Total 18 517 16 645 21 330 18 239 74 731 69 326

    Part dans la SAU totale (en %) 4,1 % 4,2 % 4,6 % 4,7 % 4,4 % 4,1 %

    Source : Agence bio, chiffres de l’agriculture biologique française 2015

    Unité : ha Côtes-

    d’Armor Finistère

    Ille-et-

    Vilaine Morbihan Bretagne

    Part dans la production

    régionale (en %)

    Fourrages 19 717 18 014 27 628 22 283 87 642 8,7

    Céréales 3 254 2 078 3 400 2 676 11 408 2

    Légumes 1 014 1 485 625 449 3 573 6,9

    Oléoprotéagineux 316 88 227 220 851 1,9

    Fruits 287 98 249 140 774 28,8

    Autres 435 445 248 428 1 556 15

    Total 25 023 22 208 32 377 26 196 105 804 6,3

    Surfaces bio hors conversion en 2015

    Source : Agence bio, chiffres de l’agriculture biologique française 2015 - Statistique agricole annuelle 2015

    Productions animales bio en 2015

    Unité : effectifs en têtes Côtes-

    d’Armor Finistère

    Ille-et-

    Vilaine Morbihan Bretagne

    Part bio dans la production

    régionale (en %)

    Cheptels

    Vaches laitières 4 669 3 761 9 980 5 412 23 822 3,2

    Vaches viande 1 942 1 256 1 173 1 281 5 652 4,3

    Truies reproductrices 122 357 515 166 1 160 0,2

    Brebis (lait et viande) 1 495 1 698 3 637 1 521 8 351 17,6

    Chèvres (lait) 414 729 1 453 921 3 517 18,7

    Poules pondeuses 703 729 54 822 35 523 271 974 1 066 048 4,3

    Poulets de chair (viande) 42 920 35 900 42 988 14 200 136 008 0,3

    Source : Agence bio, chiffres de l’agriculture biologique française 2015 - Statistique agricole annuelle 2015

    Évolution des surfaces bio et conversion

    0

    300

    600

    900

    1 200

    19 96

    20 00

    20 03

    20 06

    20 09

    20 12

    20 15

    Source : Agence bio, chiffres de l’agriculture biologique française 2015 - Statistique agricole annuelle 2015

    B a

    s e

    1 0

    0 e

    n 1

    9 9

    6

    France

    Bretagne

    Présentation

    Depuis le Grenelle de l’Environnement de 2007, la Bretagne poursuit son envolée en agriculture biologique. En 2015, le cap des 2 000 fermes est dépassé en Bretagne plaçant ainsi la région au 7e rang français devant l’Aquitaine, le Limousin et Poitou-Charentes et derrière l’Alsace, Cham- pagne- Ardenne et Lorraine. Entre 2014 et 2015, leur nombre progresse de 8 %. La SAU bio représente 4,4 % de la SAU totale bretonne, contre 5 % en France. En Bretagne, une exploitation bio comprend en moyenne 52 ha en 2015, soit 18 ha de plus qu’au recensement agricole de 2010. C’est 10 ha de moins que la moyenne régionale de l’ensemble des exploitations observée à la dernière enquête sur les structures d’exploitations agricoles en 2013. Mais c’est 16 ha de plus que la moyenne française des exploitations bio. La surface en mode de production bio se répartit entre les surfaces certifi ées (66 200 ha) et celles en conversion (8 500 ha). Elles sont principale- ment destinées à l’alimentation des productions animales bio. Sur les 66 000 ha en bio, 83 % sont des fourrages et 12 % des céréales et oléopro- téagineux. Ces dernières se sont fortement ré- duites aux cours des deux dernières années au profi t des surfaces fourragères. Les maraîchers bio, concentrés autour des grandes agglomérations bretonnes et sur le lit- toral, occupent 7 % des surfaces légumières bretonnes et 29 % des surfaces consacrées à la production de fruits. En productions animales, elle se classe au 2e

    rang des régions françaises pour les livraisons de lait de vache bio, avec un cheptel laitier en augmentation de 7 %. Le cheptel bovin bio est le deuxième plus impor- tant de France, tiré notamment par la produc- tion de lait bio et la fabrication de fromages à la ferme. Près de 10 % du cheptel ovin et caprin est conduit en mode de production biologique, soit trois fois plus qu’au plan national. C’est en production biologique que les activités

    de diversifi cation sont les plus répandues : ainsi un quart des exploitants bio pratique une activité de vente directe, transformation à la ferme, gîte rural, etc.

    Défi nitions

    Un produit bio est un produit agricole ou une denrée alimentaire issu d’un mode de production agricole exempt de produits chimiques de syn- thèse. Pour être commercialisé avec la mention AB, il doit contenir plus de 95 % d’ingrédients d’origine agricole biologique. Pour devenir producteur biologique l’agricul- teur doit notifi er son activité auprès de l’agence bio intervenant pour le compte du ministère char- gé de l’Agriculture. Il doit respecter un cahier des charges conforme à la réglementation en vi- gueur. L’obtention du certifi cat nécessite une pé- riode de conversion des terres de deux ou trois ans et une période de conversion des animaux variable selon les espèces.

    Les résultats présentés proviennent de deux sources : les données collectées par l’Agence bio auprès des organismes certifi cateurs ont été appariées aux données du recensement agricole 2010. Pour autant, le nombre d’exploi- tations et la quantité de productions certifi ées sont légèrement plus élevés dans l’édition 2011 des « Chiffres-clés » de l’Agence bio que dans les publications Agreste. Deux raisons principales peuvent expliquer ces différences : - le recensement se limite au champ des ex- ploitants qui dépassent un seuil minimum de production et portent sur les surfaces agricoles productives. Les chiffres de l’Agence bio en- globent l’ensemble des producteurs engagés et comprend l’ensemble des surfaces certifi ées en agriculture biologique ; - le recensement concerne les cultures certifi ées de la campagne 2009 -2010, l’Agence bio rap- porte les cultures certifi ées au cours de l’année civile 2010.

  • Agriculture et environnement

    Signes de qualité - Diversifi cation

    40 - Agreste Bretagne - Draaf - Tableaux de l’Agriculture Bretonne 2016

    Pour en savoir plus

    Site Agreste http://agreste.agriculture.gouv.fr/ Rubrique Publications : Agreste Primeur - Janvier 2012 - N°275 - « Un producteur sur cinq vend en circuit court »

    Présentation

    En Bretagne, près de 4 % des agriculteurs sont des producteurs bio reconnus en 2010, par le signe AB. Par ailleurs, un grand nombre d’ex- ploitants, 2 450, se sont engagés dans des productions labellisées, ou sous signe AOC, et/ ou AOP, ou encore sous certifi cat de conformi- té. Aujourd’hui, les produits label rouge, AOC/ AOP ou IGP bretons sont de véritables porteurs d’images pour les territoires comme la volaille de Janzé, l’oignon de Roscoff, l’agneau Prés-salés du Mont-Saint-Michel, le coco de Paimpol ou en- core avec la nouvelle IGP, le blé noir (sarrasin) de Bretagne.

    En 2010, les activités de diversifi cation se re- trouvent dans près de 2 600 exploitations bre- tonnes (7 % de l’ensemble des structures), of- frant au niveau de la ferme des activités autre que celles directement agricoles. Ces activités sont loin d’être négligeables dans le chiffre d’af- faires des exploitations concernées. En Bre- tagne, elles s’orientent plutôt vers l’hébergement à la ferme, le travail à façon, la transformation de produits agricoles sur place, comme celle du lait par exemple, ou encore la proposition d’activités de loisirs ou de restauration.

    En 2010, 3 300 exploitations bretonnes (10 % de l’ensemble des structures) privilégient la proximi- té du consommateur en proposant directement leurs produits à la vente ou avec un seul inter- médiaire. Il s’agit là d’un véritable engagement puisqu’une bonne partie du chiffre d’affaires dé- gagé dans ces exploitations provient de ces mo- des de commercialisation via un circuit court. La vente directe à la ferme ou la vente directe sur les marchés sont les deux modes les plus répan- dus. Les produits les plus souvent vendus dans ce cadre sont les légumes ainsi que les produits animaux (viande, charcuterie…).

    Défi nitions

    Dans le cadre du recensement agricole (RA 2010), des questions ont été posées auprès des exploitants sur : - les signes de qualité des produits de l’ex- ploitation (autre que l’agriculture biologique) Les objectifs du RA 2010 étaient de repérer les exploitations agricoles impliquées dans une dé- marche de valorisation des produits végétaux ou animaux avec un respect d’un cahier de