Afrique Expansion Magazine - Démo 49

of 7 /7
Revue internationale des affaires et partenariats Nord-Sud Ces Steve Jobs africains Pluie de milliards sur l’Égypte Un Dubaï à l’africaine 49 juin • août 2015 Canada / 4,49$ Zone CFA / 1500F France / 3,50 ¤ États-Unis / $3.95 Autre Pays / $4 US Grande offensive nord-américaine Investissement en Afrique

Embed Size (px)

description

Afrique Expansion 'agazine - Démo numéro 49

Transcript of Afrique Expansion Magazine - Démo 49

  • Revue internationale des affaires et partenariats Nord-Sud

    Ces Steve Jobs africains

    Pluie de milliards sur lgypte

    Un Duba lafricaine

    49juin aot 2015

    Canada / 4,49$Zone CFA / 1500FFrance / 3,50 tats-Unis / $3.95 Autre Pays / $4 US

    Grande offensive nord-amricaine

    Investissement en Afrique

  • C-2

  • Sommaire AFRIQUE EXPANSION 49 3

    30

    14

    6

    5

    6-78-9

    10-11

    14-1516-1718-19

    22-2324-2528-2930-3132-3334-35

    38-3940-41

    42-4344-45

    46

    Lditorial de Gerba Malam.

    DossierUn nouveau regard sur lAfrique.

    Sommet USA-Africa pour se remettre en selle,

    le Canada suit.

    Concurrence froce sur le continent.

    Dossier spcialLe grand retour du Pharaon gyptien.

    Pluie de milliards sur lgypte.

    Nouveau Caire et second canal de Suez.

    Marchs africains Engraisser le sol africain.

    Un Duba Lafricaine.

    Les bons comptes de lAfrique.

    Lurgence camerounaise.

    LAPSSET pour transformer lAfrique de lEst.

    Combat de coqs pour 50 milliards $.

    Marchs nord-amricainsCanada - Temps durs pour les travailleurs trangers.

    Bourses - Quand lOccident invite lAfrique danser.

    MondialisationCes gnies venus dAfrique.

    Le Moyen-Orient la conqute du ciel africain.

    Rendez-vous daffaires.

  • Gerba Malamditorial

    Cest en effet un immense projet qui sduit, car il consti-

    tuerait, sil se ralisait, un exemple dintgration co-

    nomique sans prcdent en Afrique. En mme temps,

    beaucoup se montrent sceptiques devant les nombreux

    obstacles bien identifis par le journal Le Figaro : Les

    barrires douanires, linsuffisance des infrastructures,

    la faiblesse des chanes dapprovisionnement... La plu-

    part des conomies de la zone sont en outre largement

    tributaires de lexportation de ressources naturelles.

    Malgr les obstacles, les vingt-six pays composant

    ces trois blocs conomiques se retrouvent trois ans plus

    tard pour faire avancer le projet en adoptant les prin-

    cipes, le processus et la feuille de route des ngociations

    dun tel accord. Quatre ans plus tard, ce qui ntait en-

    core quun rve est en train de devenir ralit puisque

    ce march commun de libre change a t lanc en juin.

    Tous les problmes sont loin dtre rgls, mais il y a

    une relle volont daller de lavant. Cest un march de

    600 millions dhabitants et le PIB cumul des 26 pays

    membres slve 1000 milliards de dollars. Et ce nest

    quun premier pas, car comme le rapporte lagence Eco-

    fin, rsumant une dclaration du ministre sud-africain du

    commerce et de lindustrie, Rob Davies, de nouvelles

    ngociations seront lances pour la cration dune zone

    de libre change africaine regroupant lensemble des

    54 pays africains du continent, soit un march de 1,3

    milliard de personnes avec un PIB combin de plus de

    2000 milliards de dollars . En fait, lchancier pour la

    mise en uvre de cette zone de libre change lchelle

    continentale est connu. Ainsi, cette zone est cense

    tre oprationnelle en 2017. Elle sera suivie dune Union

    douanire en 2019, dune monnaie commune en 2021 et

    dun march commun en 2023. lvidence, ce calen-

    drier est trs serr et a peu de chances dtre respect.

    Mais il a le mrite de montrer que les pays africains sont

    conscients du fait que cette intgration conomique se

    fera par tapes.

    Pourquoi une zone de libre change (ZLE) est-elle si

    importante pour lAfrique ? Disons dabord quune zone

    de libre change se caractrise essentiellement par la

    suppression des barrires commerciales. LAfrique a

    grand besoin que ces barrires soient dmanteles, car

    elles ont jusquici nui au commerce intra-africain. Cons-

    quence : les changes entre pays africains restent faibles

    et marginaux. Pour ne donner quun exemple, selon la

    Banque mondiale cite par Le Figaro, le commerce

    entre les pays dAfrique australe reprsente peine 10%

    du total des changes de la rgion, contre 60% en Eu-

    rope et 40% en Amrique du Nord. Les exportations de

    la SADC sont passes de 20% plus de 30% du PIB de

    la rgion pendant la dcennie 2010, mais le commerce

    rgional na reprsent que 3% de cette augmentation .

    Une zone de libre change intensifierait donc le com-

    merce intra-africain et augmenterait la part (le poids) de

    lAfrique dans le commerce mondial qui nest que de 2%.

    Dautres avantages rsultant de la cration de la zone

    de libre change sont bien rsums par un article publi

    par ICTSD : La ZLE continentale pourrait (...) promou-

    voir une meilleure rpartition des richesses, une amlio-

    ration de la concurrence et une rduction des carts de

    prix entre les pays africains qui vont sans doute accrotre

    la scurit alimentaire et contribuer la ralisation du

    bien tre social.

    Enfin, cette zone de libre change qui est appele de-

    venir terme un march commun, permettrait lAfrique

    de former une grande puissance conomique , selon

    lexpression du prsident sud-africain, Jacob Zuma. En

    attendant, lAfrique, conomiquement parlant, ne pse

    pas lourd, morcele quelle est en multiples regroupe-

    ments. Son PIB ne reprsente que 4,45% du PIB mondial,

    alors quelle compte 16% de la population plantaire. Par

    comparaison, lUnion europenne o vit 8% de la po-

    pulation mondiale, produit 31% des richesses globales.

    Le chemin est donc encore long pour lAfrique avant de

    devenir comptitive. Il lui faudrait, selon lAgence din-

    formation dAfrique Centrale, amliorer ses moyens de

    production et sa capacit de transformer ses produits,

    diversifier sa base dexportations et amliorer les cots

    de transport qui sont 63 fois plus levs quen Europe.

    La bonne nouvelle aujourdhui, cest que lAfrique est

    parfaitement consciente de ces enjeux. La machine est

    en marche avec lexemple inspirant donn par les trois

    blocs conomiques dAfrique orientale et australe. Lob-

    jectif dun march commun africain est clair, mme si les

    moyens pour y arriver demeurent plus difficiles. Mais

    la foi est l, la volont politique aussi. Il y aura encore

    beaucoup dobstacles et de retards, ce nest cependant

    quune question de temps. Le march unique africain

    verra le jour, invitablement.

    Une zone de libre

    change intensifierait le commerce

    intra- africain et

    augmente-rait la part

    de lAfrique dans le

    commerce mondial.

    Zone de libre change en Afrique :

    le premier grand pas.

    AFRIQUE EXPANSION 49 5

    Lorsque les pays membres du March commun des tats dAfrique australe et de lEst (Comesa), de la Communaut dAfrique de lEst (EAC) et de la Communaut de dveloppement dAfrique australe (SADC) se runissent en 2008 Kampala, en Ouganda, et annoncent le projet de crer une trs vaste zone de libre change, la nouvelle fait sensation.

  • Dossier Lopold Nsk

    Amrique du Nord

    Un nouveau regard sur

    lAfrique.

  • AFRIQUE EXPANSION 49 7

    Certains parlent de rveil , dautres de rattrapage .Le moins que lon puisse dire, cest que les gants nord-amricains que sont les tats-Unis et le Canada semblent avoir enfin pris la mesure de leur retard en Afrique. Un continent dsormais synonyme de croissance solide et durable, un lot dexception dans une conomie mondiale qui se remet encore difficilement de la crise de 2008-2009. Sous limpulsion dun historique sommet USA-Africa, les Amricains se sont engags dans une offensive commerciale qui touche de nombreux domaines, lnergie et llectrification du continent en tte. Le Canada sest lui aussi lanc la conqute de lAfrique aprs avoir longtemps privilgi les relations commerciales avec lAsie. Mais est-ce trop peu trop tard ? Portrait de ce nouveau regard que porte maintenant lAmrique du Nord sur lAfrique, un continent o les prtendants sont nombreux et la concurrence de plus en plus rude.

    AFRIQUE EXPANSION 49 7