Ademe lieu mob_131114_rapport

download Ademe lieu mob_131114_rapport

of 43

  • date post

    30-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    1.977
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Ademe lieu mob_131114_rapport

  • 1. juillet 2014 vers un lieu des mobilits tude de dfinition D'UN DISPOSITIF de soutien l'innovation dans le domaine des nouvelles mobilits

2. Juillet 2014 - Ademe2 Avant-propos La crise financire et la prise de conscience cologique ont modifi lapproche collective de la mobilit. La voiture est remise en cause dans son usage traditionnel. Les investissements publics en infrastructures sont questionns. Le modle conomique du transport collectif montre ses limites en dehors des zones trs denses. Comment se dplaceront les 7 milliards dhabitants lavenir? Lenjeu nest plus seulement damliorer les moyens de dplacement mais de permettre tous de mieux se dplacer. La ville 2.0. a un potentiel immense pour changer radicalement la manire dont se conoit la mobilit. la planification et aux transformations urbaines se substituent des modes doptimisation des ressources et infrastructures existantes. Des solutions de d-mobilit (travail et tudes distance, livraison, organisation des temps...) se crent pour rduire, potentiellement, lempreinte de nos dplacements. Certaines entreprises agissent dsormais la source, en modifiant lorganisation de leurs activits, pour moins se dplacer tout en amliorant leur coeur de mtier. Les nouvelles plateformes numriques conquirent des positions dominantes dans laval de la relation entre le voyageur et les acteurs de la mobilit. Des services comme Uber ou Blablacar proposent une offre abondante et peu coteuse produire. Dautres applications font appel aux contributions volontaires des voyageurs pour recueillir et diffuser leurs donnes de dplacements. Demain les automobiles connectes entreront dans la sphre dinfluence de ces gants du numrique, de la construction lusage quotidien. Non seulement ces plateformes tissent de nouvelles relations avec les usagers mais elles permettent galement par les assistants personnels de mobilits (smartphone) quelles utilisent, de crer de nouvelles connaissances sur les pratiques et les usages de transport quaucun acteur historique nest capable de produire. Ces innovations nont pas t mises sur le march par les acteurs de la filire automobile. Les fondateurs de Waze ne viennent pas de la cartographie. Ceux de Blablacar ne viennent pas de lautomobile. Ce sont des entreprises technologiques qui utilisent le 3. Juillet 2014 - Ademe3 Avant-propos numrique pour atteindre rapidement une taille mondiale. En 2004, 3 500 personnes sinscrivaient sur Blablacar. Aujourdhui elles sont 3 500 par jour dans plus de 10 pays. Waze est passe d1 70 millions dutilisateurs en 5 ans. Le succs de ces entreprises relve de modles dinnovation, de financement et de croissance radicalement diffrents de ceux rencontrs dans lindustrie et les services. Bass sur un accs rapide au march, ils privilgient la recherche de modles daffaires permettant une croissance cot marginal rduit (scalabilit). Ces modles sappuient sur le dynamisme de nouvelles entreprises, appeles startups, qui se crent aussi rapidement quelles disparaissent. Ces startups voluent dans un univers trs diffrent de celui des industriels traditionnelles, avec leurs propres infrastructures (matrielles et immatrielles), financements et des dbouchs. La filire des mobilits se retrouve ainsi, malgr elle, dans un nouvel cosystme numrique quelle connat mal et ne peut matriser. Le secteur na pas encore pris la mesure de ces nouveaux modles. Il devient urgent de dvelopper de nouveaux processus oprationnels adapts tous les acteurs. Interroger le comment innover? - processus, mthodes - et le o innover? - lieux, structures de soutien et daccompagnement. Une nouvelle filire industrielle merge. Elle rassemblera les acteurs historiques des transports (transports publics, infrastructures, nergies) et de l'automobile qui cherchent concevoir de nouvelles briques technologiques pour un nouveau systme de mobilit. Elle rassemblera galement des acteurs issus du numrique ou encore de l'conomie collaborative. Cette filire n'a pas conscience d'elle mme, en consquence tous les acteurs ne sont pas synchroniss et les projets s'engagent la marge. Le risque linaction est grand car de nouveaux acteurs concoivent aujourdhui de nouvelles relations avec les usagers. Lobjectif de la prsente dmarche est de rendre cet cosystme rflexif (tre capable de rflchir sur soi-mme) pour lui permettre d'acclrer l'innovation, d'tre conscient et d'incarner cette nouvelle filire industrielle cratrice de valeurs et d'emplois. 4. Juillet 2014 - Ademe4 Comment - et avec qui - favoriser linnovation dans les nouvelles mobili- ts? Quel peut tre le rle de laction publique? Celui de lAdeme? Sappuyant sur les dynamiques entreprenariales issues des 2 jours du sminaire Mobilites Mutations, lAdeme a lanc une tude de dfinition dun nouveau dispositif de soutien linnovation dans le domaine des nouvelles mobilits. La dmarche retenue est inductive. Une quinzaine dentretiens semi-directifs ont t raliss. Le choix sest majoritairement port sur des acteurs hors du secteur traditionnel de lautomobile, de tailles et de situations variables: startups, structures de soutien, grandes entreprises impliques dans lcosystme, experts de linnovation. Lobjectif ntait pas de bnficier dun panorama global des moyens ddis linnovation, mais dun retour dexpriences sur le systme. Linnovation vue par les gens qui la ctoient et la pratiquent au quotidien pour mieux esquisser les contours de ce nouveau dispositif. Cette tude a t ralise pour l'Ademe par 15marches, agence de conseil en stratgie et innovation Avant-propos Agence conseil en stratgie et marketing des services 74, rue Ange Blaise 35000 Rennes 06 17 18 03 71 info@15marches.fr www.15marches.fr 5. Juillet 2014 - Ademe5 Avant-propos Entretiens raliss dans le cadre de ltude Consultants: Olivier EZRATTY (consultant) Philippe MEDA (Merkapt) Stphanie BACQUERE (Node-A) Structures daccompagnement: Nicolas COLIN (The Family) Paul RICHARDET (Numa) Startups: Louis CHATRIOT (Local Motion) Nicolas JAULIN (Pysae) Transports: ric POYETON (Volvo et P.F.A.) Mickael DESMOULINS (Renault) Guillaume USTER (IFSTTAR) Romain LALANNE (SNCF) Grands groupes: Arnaud MICHARD (Bouygues Telecom) Romina STROYEMEYTE (Gemalto) Acteurs publics : Benot JEANVOINE (BPI) Romain LACOMBE (Etalab) Raphael SUIRE (Universit Rennes-1) P.44 P.47 P.52 P.57 P.64 P.73 P.79 P.82 P.89 P.93 P.98 P.103 P.109 P.114 P.118 P.121 6. Juillet 2014 - Ademe6 INTRODUCTION Le sentiment dacclration du rythme dinnovations ces dernires annes impose aux organisations en place de ragir. Le succs foudroyant de startups - souvent trangres - interroge sur les ingrdients et les modles mis en oeuvre par celles-ci. La manire dont elles interagissent avec leur cosystme en particulier est souvent dcisive. La question pose: quel est le meilleur dispositif pour soutenir linnovation? a souvent t reformule par nos interlocuteurs en: comment dvelopper une vritable culture de linnovation dans les entreprises et organisations? et comment faciliter lmergence dinnovations de rupture au sein et autour de ces organisations?. Les personnalits interviewes pour cette tude apportent un regard sans concession sur les dispositifs de soutien existants. Elles les considrent globalement comme peu adapts aux nouveaux enjeux conomiques, car trop orients vers la recherche et les innovations technologiques. Ces changements profonds ncessitent dans un premier temps de dfinir ce que lon entend par innovation lre numrique, et dans quel environnement conomique et entrepreunarial elle se dveloppe aujourdhui. Nous dtaillerons ensuite les recommandations mises: ce quil ne faut pas (plus) faire dans le domaine de linnovation et ce quil est recommand damliorer. La dernire partie visera esquisser sur ces bases un projet dintervention pour lAdeme dans le champs des nouvelles mobilits. [N.B.: les spcialistes de lconomie des startups peuvent sauter la premire partie et passer directement la partie 2] 7. Juillet 2014 - Ademe7 plan dtaill Partie I Comprendre linnovation lre numrique 1. Innover aujourdhui 2. Entreprendre dans lconomie de linnovation 3. Favoriser le gchis utile et la capitalisation des erreurs Partie II Comment soutenir linnovation aujourdhui ? 1. Ce quil ne faut pas (plus) faire 2. Ce quil faudrait faire : de bonnes pratiques et des ides pour avancer Partie III Crer une Valle des Mobilit 1. Favoriser linnovation out of the box 2. Rvler et faire vivre lco-systme 3. Donner des permissions plutt que des moyens ANNEXE: Entretiens raliss P.8 p.19 p.31 p.43 8. partie I Comprendre linnovation lre numrique Quelles sont les innovations qui peuvent changer la donne en matire de nouvelles mobilits? Comment les entreprises et organisations font-elles pour les dvelopper? Innover aujourdhui Entreprendre dans lconomie de linnovation 9. Juillet 2014 - Ademe9 partie 1 / Comprendre linnovation lre numrique 1 / Innover aujourdhui 1.1. Dfinitions Le rapport Manceau-Morand de 2009 Pour une nouvelle vision de linnovation, (dit rapport Manceau- Morand), propose la dfinition suivante: linnovation est lexploitation de nouvelles ides dans de (nouveaux) produits et services, de nouveaux modles conomiques et de nouvelles manires de travailler. Le rapport souligne le dcalage entre une vision macro-conomique de linnovation, trs centre sur les brevets et la RD, et la pratique des entreprises. Confondre innovation et RD est un premier cueil viter. Par exemple 50% des entreprises nont pas de RD, ce qui ne les empche pas dinnover. Celles qui en ont la combine avec de nombreuses autres disciplines: le dveloppement, le design, lorganisation, le marketing, le management,... Surtout, linnovation ne cr de la valeur quen cas de succs commercial: linnovation a vocation tre adopte par les utilisateurs, clients, employs, et doit donc avoir un march (rapport Manceau). 1.2. Approches Linnovation combine schmatiquement deux approches du march: linnovation par la technologie (technology push), qui peut se rsumer par la question: jai une solution, o est le