Ademe lieu mob_131114_annexe

download Ademe lieu mob_131114_annexe

of 83

  • date post

    30-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    1.025
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Ademe lieu mob_131114_annexe

  • 1. Juillet 2014 - Ademe43 annexes / entretiens juillet 2014 Entretiens raliss dans le cadre de ltude

2. Juillet 2014 - Ademe44 Olivier Ezratty Consultant en stratgie medias numriques En face face 25 mars 2013 17h consultant 3. Juillet 2014 - Ademe45 olivier ezratty - consultant Sceptique sur le principe de structuration dans lespace. Linnovation, cest un tat desprit, une culture. Pas un lieu ou une structure. Ce nest pas parce que lon la mettra dans un lieu ddi quune entreprise va changer sa culture. ex.: Canal + a lanc Canal Start pour aider les startups mais interdit aux startups avec qui il travaillait jusqu prsent de les citer comme rfrence. Les entreprises veulent afficher quelles font de lopen innovation, mais la culture est plus importante que le lieu. Bouygues Telecom Initiative est un bon exemple damorage de startup (cf. Melty). Il faut une offre conue comme une plateforme Le plan french Tech va consacrer 200 millions au soutien des lieux dacclration. Les mentors, coachs et intervenants sont des comptences rares. tous les lieux se battent pour les comptences. Diluer la culture franaise dans dautres cultures avec un tat desprit plus mondial. Il faut arriver changer la relation client-fournisseur dans la culture business franaise. Lexemple de Parrot avec Soca est trs intressante de ce point de vue. La question est: la filire des mobilits a-t-elle une culture de linnovation ouverte? Problme de la masse critique dentreprises intresses par un domaine. Lgitimit dun territoire. Ple industriel? Prsence dentreprises high tech? 4. Juillet 2014 - Ademe46 Il faut trouver une accroche de lgitimit. beaucoup dincubateurs ont une taille de 300 m2 (10-12 startups) Numa est le plus grand avec 3000 m2. Il est polyvalent. Les diffrentes tapes de soutien aux startups y sont intgres: coworking, incubateur, acclrateur, exprimentation, vnements, rencontres, formations,...Il en sera de mme la Halle Freyssinet (projet de cration dun incubateur pour 1000 startups sur 30 000 m2 port par Xavier Niel). [Paris compte dj plus de 100 000 m2 dincubateurs] Montpellier le Business Innovation Center peut accueillir 60 entreprises qui restent plus de 5 ans. Il mlange ppinire, incubateur et htel dentreprises. Quel est le bon modle daccompagnement des startups? Le modle isralien est particulier parcequil sappuie sur une culture locale trs cosmopolite et de forts liens avec les USA. La mixit y est forte (culturelle, genres, langues, ge), et lArme apprend rsoudre des problmes complexes sous contraintes. On revient la discussion sur le modle de business la franaise voqu prcdemment. Linnovation consiste remettre en cause les modles traditionnels de relation avec son co-systme pour aller vers celui de company as a plateform olivier ezratty - consultant 5. Juillet 2014 - Ademe47 Philippe Meda Merkapt Entretien tlphonique 11 avril 2014 15h consultant 6. Juillet 2014 - Ademe48 philippe meda - merkapt Impression gnrale sur le projet (base: document de prsentation) Cest une ide pas bien maline. Rinventer les ples de comptitivits alors que ceux-ci ne marchent pas. 2 canards boteux ne font pas un cheval de course #peuprs On voit fleurir des acclrateurs de partout. Ils utilisent les mmes mthodes, les mmes accompagnements, les mmes dispositifs depuis la 2nde guerre mondiale. Pour quelles raisons? Principalement 3 points: 1/ Personne dans ces structures na de comprhension culturelle du risque (et du risque entrepreneurial). Or si un projet nest pas risqu, il nest pas innovant. Par exemple, demander un business plan des startups qui ne sont pas cres na pas de sens. 2/ Il existe une mythologie autour de la technologie. a fait 30 ans que technologie et brevet ne servent pas faire de linnovation. Cf. le rapport de Delphine Manceau (2009) au niveau europen qui met en vidence labsence de corrlation entre brevets et innovation. Or on met encore en avant des grandes entreprises comme innovante au prtexte du nombre de brevets dposs. 7. Juillet 2014 - Ademe49 philippe meda - merkapt 3/ Dans le meilleur des cas le projet dun Lieu soutenu par lAdeme pourrait accueillir 6 8 projets. Les mtriques du risque impliquent un nombre minimum de projets par investisseur pour quun seul parmi eux rencontre le succs. Or il faut 80 120 projets pour quil y en ait un qui marche. Ce sont les mtriques quutilisent les capital-risqueurs. En France, un gros incubateur va rassembler 15 30 projets maximum dans son primtre. Mines Paritech en 10 ans a aid peine 100 projets. En comparaison, Shanga lun des plus gros incubateurs accueille 6000 startups. Mais la taille ne fait pas tout. Shanga les conditions de travail et de russites sont faibles. Dans le cas du projet de X. Niel par exemple, tous les jeunes qui y entrent ne vont pas en sortir millionnaires. Je trouverais rafrachissant que lAdeme ne fasse pas des locaux + des gens + du WiFi. Il y en a dj des dizaines partout qui ne donnent rien. Il faut changer la donne. Quelles pistes pour faire avancer linnovation? 1/ La notion de lieu Cest un enjeu mais qui peut tre trait la fin car ce nest pas ce qui va faire la diffrence. 2/ Permettre lmergence dinnovations hors du pipeline La politique dinnovation des grands groupes est insre gnralement dans un pipeline dinnovations: celles qui vont tre lances 8. Juillet 2014 - Ademe50 philippe meda - merkapt prochainement, celles qui anticipent des tendances bien perues, et pour lesquelles on dispose de notions claires sur les sujets abords. Ce qui manque souvent ce sont des dispositifs qui pourraient mettre en vidence la partie dlicate et risque: quand on ne sait pas o, comment et par qui vont se construire de nouveaux modles conomiques. Avant ces cycles avaient une dure de 5 6 ans. Maintenant on est plutt sur 2 ou 3 ans. Par exemple que deviendra la Fnac dans 2 ans? La Redoute? Si on met en place un dispositif sur lequel on va ensemencer des projets qui sont par essence plus risqus, pour explorer des marchs quon ne connat pas et sur lesquels on na pas ou peu de donnes Voici la direction quil faudrait prendre si on voulait rellement innover. Il faudrait utiliser des outils prcis de reprage et de mesure, que lon appliquerait sur des volumes importants de projets. Il faudrait faire une anti-slection de projets: refuser les business as usual, les projets purement technologiques, etc. 3/ Largent Cest indispensable pour aider la startup mais a nest pas la taille de lenveloppe qui fera la taille de linnovation. 4/ La confrontation des situations diffrentes Imaginons une startup qui travaille sur lco-mobilit. Il serait utile de la sortir du cur de Paris, lemmener voir celles et ceux qui travaillent sur le mme sujet ailleurs dans les incubateurs des grandes capitales europennes. Il faut que les jeunes startups voient la lumire du soleil. Imaginer une sorte dErasmus des startups 9. Juillet 2014 - Ademe51 philippe meda - merkapt 5/ Prototypage de business model Il faut aider les startups prototyper rapidement des modles conomiques (rien voir avec les fablabs). lancer des parties de leur business. En se faisant aider par de mentors spcialistes de ces domaines. a na jamais t fait en Europe. 6/ Le mentorat, le coaching, lassistance Limplication de cadres de grandes entreprises vers les startups fonctionne bien. On a pas de mal trouver des gens par exemple du CEA 7/ les types de startups (spcialises ou non?) Ce qui serait intressant serait de sparer les startups/projets en 3 tiers: 1/3 dans l innovation flche, par ex. dans un des 34 axes (ex. le moteur propre autour dun Ple de Comptitivit) 1/3 qui travaillent sur des thmes gnraux plus larges (ex. la voiture partage, le PtoP, la conscoll) 1/3 sur des sujets qui pourraient catalyser les 2 premiers 10. Juillet 2014 - Ademe52 Stphanie Bacqure Node-a Entretien tlphonique 25 avril 2014 16h consultant 11. Juillet 2014 - Ademe53 stphanie bacqure - node-a Prsentation de lentreprise Co-fondatrice de Node-a. Lentreprise compte 10 personnes et existe depuis 4 ans et demi. Node-a est une start-up qui offre une structure daccompagnement aux grandes organisations dans leur processus dinnovation. Elle leur transmet la culture des makers, startupers et doers aux grandes entreprises. La manire de travailler de ces grandes entreprises nest plus adapte au monde daujourdhui. La culture makers est transfre avec des actions, pas avec des mots. Lapprentissage est bas sur des cycles de makestorming, une approche des tches qui remet le faire et la collaboration au coeur du travail. Quels sont les besoins des grands groupes en matire dinnovation? Dans le secteur de la mobilit, nous avons travaill avec Systra et Lafarge. En matire de tourisme et mobilits, nous accompagnons lAdeme sur un AMI pour faire se croiser des gens qui ne se rencontrent pas. Notre objectif est de crer un langage commun, faire merger des projets. Nous faisons galement intervenir beaucoup de personnes externes (ex. Chronos). Nous sommes experts en culture du prototypage, en cultures collaboratives. Nous proposons la transformation plutt que linnovation. Linnovation collective permanente plutt que linnovation isole. Les indicateurs gnralement utiliss sont obsoltes. Par ex.: le nombre de brevets nest pas un bon indicateur. Lui prfrer le nombre de produits et services qui atteignent leur march. Le rle de la Direction Innovation dune grande 12. Juillet 2014 - Ademe54 stphanie bacqure - node-a entreprise nest pas dinnover mais de faire que toute lentreprise innove. Les grands groupes ont besoin quon leur redonne confiance dans leur capacit produire des produits et services en rupture et les challenger. Leur rapprendre travailler. Par exemple, que doivent-ils faire du rachat dune startup? Node-a travaille de plus en plus avec les directions mtiers des entreprises: ils veulent faire bien leur travail, mieux rpondre leur appel doffres, concevoir des applis,... On leur apprend grce : la collaboration: chercher au sein de leur entreprise les personnes avec qu