Acquisition et mémorisation du lexique d’une langue étrangère

download Acquisition et mémorisation du lexique d’une langue étrangère

of 27

  • date post

    23-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    34
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Acquisition et mémorisation du lexique d’une langue étrangère. Cours M1 FLE Francis Grossmann Année universitaire 2013-2014. 1. L’organisation du lexique mental. les unités lexicales sont intégrées dans un réseau cognitif structuré , le « lexique mental » - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Acquisition et mémorisation du lexique d’une langue étrangère

Acquisition et mmorisation du lexique dune langue trangre

Cours M1 FLEFrancis GrossmannAnne universitaire 2013-2014Acquisition et mmorisation du lexique dune langue trangre1. Lorganisation du lexique mentalles units lexicales sont intgres dans un rseau cognitif structur , le lexique mental Lexique mental : de 50 000 80 000 UL (selon les individus) pour langlais ; mots mais aussi collocations et structures pr-fabriques les reseaux mentaux associes aux operations lexicales dans la langue maternelle, chez un locuteur adulte, sont primordialement de nature semantique.

Remarque la forme phonologique, morphologique - joue cependant galement un certain rle. Cf. David Singleton, AILE (1994) : Les resultats de tests dassociation verbale en L1 montrent que chez les adultes, la grande majorite des reponses sont en rapport semantique etroit avec le mot- stimulus. Les reponses qui sont reliees au stimulus uniquement par une similitude formelle sont rares (voir, par ex., Postman & Keppel, 1970). On peut citer aussi a cet egard le fait que chez les sujets aphasiques les confusions entre les mots semblent particulierement aggraves par la proximite semantique (voir, par ex., Butterworth, Howard & McLoughlin, 1984). 21. Lorganisation du lexique mentalLa forme joue un role plus important dans les premieres phases de lacquisition lexicale en L1 Limportance de la semantique augmente au fur et a mesure que lenfant acquiert et integre un nombre croissant de mots.

31. Lorganisation du lexique mentalPour Willem Levelt (1989, 1992), le lexique mental comporte au moins trois niveaux de stockage differents : le niveau des concepts en memoire ; le niveau des lemmes ( lexical items unspecified for phonological form [but] semantically and syntactically specified , Levelt 1992 : 5)le niveau des lexemes les representations phonologiques et orthographiques des mots.

41. Lorganisation du lexique mental

Le lexique mental selon Heather Hilton (2002)Dabord, nous voyons que les representations formelles des mots phonologiques et orthographiques sont stockees dans au moins deux reseaux separes (Brown et al. 1984), mais hautement lies, bien sur, pour une langue alphabetique comme langlais (Jackson & Morton 1984 : 569 ; de Groot 1998 : 298). Ensuite, on constate quil y a des liens (des arcs) entre les unites (les nuds) qui composent chaque plan du modele, et dautres ramifications entre ces sous-reseaux. Ici, jen ai trace quelques-uns, mais il y aurait des milliers darcs entre les niveaux du reseau. Un nud peut etre relie a plusieurs unites dun autre niveau : un ensemble phonologique peut avoir plusieurs representations orthographiques ou plusieurs sens ; un concept peut etre relie a differents lemmes et ainsi de suite (Hilton, 2002, p.3)51. Lorganisation du lexique mentalDeux procdures privilgies Laccs lexical : cest lappariement entre une suite de lettres ou de sons et un element du lexique mentalLe traitement semantique : cest la prise en compte des caracteristiques semantiques de lelement selectionn, dans le cadre dun contexte determin (et donc lattribution dune signification). Source : Gaonach,1998 : 338-39Remarque : procdure automatique61. Lorganisation du lexique mentalLe rle de lamorcage semantique dans lacces lexicalLaccs lexical est facilite et plus rapide, si le mot a t prcd par un mot qui lui est semantiquement associe. Cette notion savere primordiale pour les enjeux de lenseignement/apprentissage des langues car elle peut permettre a lenseignant delaborer des plans de cours introduisant le lexique de facon a produire un amorcage semantique significatif. Source : Julie Marot, Publications FLE sur www.lecafedufle.frRemarque : procdure automatique71. Lorganisation du lexique mentalLes mots grammaticaux (function words) sont recuperes plus rapidement que les mots lexicaux (sans activation du rseau conceptuel?)les mots de haute frequence sont recuperes plus rapidement que les mots de basse frequence ; les noms sont recuperes plus rapidement que les verbes ; les mots concrets plus rapidement que les mots abstraits. Source : H. Hilton, 2002

Remarque : procdure automatique81. Lorganisation du lexique mentalApprendre un mot, cest mmoriser une nouvelle forme lexicale par appariement (mapping) de cette forme a un concept.Se fait soit implicitement (infrence en contexte) soit par apprentissage expliciteLe rythme dacquisition en L1Environ 5 000 mots ou plus par an, 13 mots par jour pendant lenfance et ladolescence (Miller & Gildea 1987 : 86)Hilton (2002) : Pour les 8 000 a 10 000 mots que nous aspirons avant de rentrer en CP, lapprentissage a lieu implicitement. Meme a lecole, le nombre de mots qui font lobjet dun enseignement explicite est minime, compare a ces dizaines de milliers de mots que nous acquerons sans explicitation pedagogique en ecoutant, en parlant, en lisant et en ecrivant. Lapprentissage implicite est rendu possible par les conditions dans lesquelles nous rencontrons les donnees lexicales que nous integrons a notre lexique mental L1. Pendant les premieres annees dacquisition, notre contact avec la langue est exclusivement oral et donc hautement contextualise (Nagy & Herman 1987 : 24). Les echanges qui ont lieu pendant la petite enfance sont egalement extremement repetitifs, permettant donc a lenfant detablir des liens forts entre les premiers mots, les concepts, les sons et certains elements syntaxiques ; ce reseau tres solide rend possible lacquisition acceleree qui aura lieu pendant les annees scolaires.92. Lacquisition du L.M. en L2

1. Modle de la lassociation lexicale : la L2 dpend de la L1

Trois conceptions principales (Kroll & Stewart, 1994)2. Lacquisition du L.M. en L22. Modle de la la mdiation conceptuelle : la L2 et la L1 fonctionnent de manire autonome

Trois conceptions principales (Kroll & Stewart, 1994)

2. Lacquisition du L.M. en L23. Modle mixte dit asymtrique Trois conceptions principales (Kroll & Stewart, 1994)

Hilton (2002) : le modele mixte, dit asymetrique , propose que lon accede au sens ou a la forme dun mot L2 soit directement, soit en passant par la L1 ; mais que les liens reliant la L1 aux concepts sont plus forts que les liens de la L2. Les liens de la L2 vers la L1 sont egalement plus forts que les liens de la L1 vers la L2 (Kroll & Stewart 1994 ; Altarriba & Mathis 1997).122. Lacquisition du L.M. en L2La mmorisation des formes de la L2 depend de la repetition de rencontres reiterees avec les formes orales et ecrites des mots. Importance de la boucle phonologique (composante de la memoire de travail) dans lacquisition de nouveaux mots en L2 Les lemmes du lexique mental L2 sont rarement structures comme le reseau dun natif au niveau collocationnel et associationnel Source : Hilton, 20022. Lacquisition du L.M. en L2Lappariement des representations formelles aux unites conceptuelles exige un effort cognitif important

Peut prendre plusieurs formes dans une classe de langue : inferer le sens du mot a partir du contexte comprendre le sens par une traduction en L1, par une definition ou des synonymes, etc.

Meilleure mmorisation long terme lorsque lon ne se contente pas dun fast mapping (simple traduction) mais que lon cherche recrer le contexte demploi.

Source : Hilton, 2002Selon la theorie de lapprentissage pour transfert optimal (transfer appropriate learning ), lefficacit maximale est atteinte quand laction dappariement cree des chemins dacces proches de ceux que nous utiliserions dans une veritable situation de communication142. Lacquisition du L.M. en L2Exemples en franais :Actuellement, nous proposons des promotions intressantes Il est actuellement en vacances, il vous rpondra ds son retour.Emploi : se met soit en tte de phrase, soit juste aprs le verbe (nous proposons actuellement);Usage : a) permet de signaler quun vnement a lieu pendant une priode limite (ex. promotion, film, etc.) ; b) permet dopposer un fait prsent fait pass ou venir par exemple pour expliquer un comportement, une dcision, un rsultat, etc.. Synonymes : En ce moment, lheure actuelle

Le mot actuellement

16Pas du tout le mme usage que langlais actuallyActually se rend en franais de plusieurs faons selon le contexte :La personne vritablement responsable...Le vritable responsable, en ralit, c'est...Tu y es vraiment alle?Elle l'a rellement vu. vrai dire, je le connais trs peu.En fait, c'est hier que je l'ai rencontr.Qu'est-ce qu'il a dit exactement?O se trouve-t-elle au juste ?Source : Portail linguistique du Canada : www.noslangues.gc.ca

2 formes proches mais deux rseaux conceptuels trs diffrents173. Implications didactiquesApprentissage explicite Phases danalyse contextualisee pour les operations dappariementConstitution de cartes heuristiques (cf. C. Cavalla) ou de rseaux lexicauxPhases de rptition et de remploi, y compris loral Apprentissage implicite : favoriser la lecture en L2 de textes intgraux (pour permettre la rencontre plus frquente des items lexicaux).3. Implications didactiquesLes cartes heuristiques, aussi appeles cartes mentales ou mind maps, cartes conceptuelles ou concept maps :Ce sont des schmas de type arborescent qui servent organiser et reprsenter des connaissances tout en rappelant le fonctionnement crbral en rseaux. Au lieu de prsenter des ides, des mots ou dautres lments de faon linaire, on les dispose en toile autour dun noyau central do partent des ramifications qui relient plusieurs lments entre eux.

Source : Valrie Lascombe, M2 FLE.

Un peu de pub

Source : Valrie Lascombe, lutilisation des cartes heuristiques en FLE, M2 Pro sous la direction de Cristelle Cavalla 3. Implications didactiquesLes cartes ou rseaux lexicaux peuvent se construire soit en suivant une dmarche onomasiologique : on part dune ide et on voit comment ses divers aspects sont exprims par les mots et collocations (cf.