AA ENTETE-NOTE-DG - collecte, dépollution, recyclage DEEE ...

of 127/127
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2011 RÉCYLUM
  • date post

    21-Jun-2022
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of AA ENTETE-NOTE-DG - collecte, dépollution, recyclage DEEE ...

AA ENTETE-NOTE-DGRapport d’activité 2011
Avec 4.042 tonnes de lampes collectées cette année, soit une progression de 11% par rapport à 2010, Récylum passe au-dessus de la barre symbolique du tiers des lampes usagées recyclées.
S’il est vrai que sur les 122 millions collectés depuis le démarrage de la filière il y avait jusqu’ici principalement des lampes issues de l’utilisation des professionnels, l’année qui vient de s’écouler a marqué un tournant avec près de 25% des lampes collectées en 2011 ayant pour origine les déchèteries municipales et les détaillants.
Cette performance trouve bien évidement son origine dans une dynamique partenariale avec toutes les parties prenantes qui a permis en 5 ans de couvrir le territoire de 21.000 points de collecte, dont plus de 17.000 accessibles aux consommateurs grâce aux distributeurs et aux collectivités locales.
Mais cela serait une erreur que ne pas reconnaitre l’impact extraordinairement positif des importants moyens financiers mobilisés ces dernières années dans une communication poly-formes et multi- cibles destinée à ancrer dans le quotidien un geste de tri nouveau que très peu de nos concitoyens connaissaient il y de cela 5 ans.
L’enquête Sociovision 2011 est à ce titre très révélatrice, puisque qu’elle fait apparaitre que 80% des français savent maintenant que les lampes se recyclent.
Cette même enquête indique que si 72% des français ont repéré le point de collecte le plus proche de chez eux, ils ne sont que 41% à recycler leurs lampes, même si ce pourcentage a considérablement évolué (25% en 2009).
Gageons que les campagnes nationales de communication, notamment télévisées, destinées au grand public qui se poursuivront en 2012, permettront de « transformer l’essai » en plaçant la France parmi les pays recyclant le mieux leurs lampes usagées.
Ceci ne sera possible sans l’implication de toute une équipe qui avec l’aide de l’ensemble de nos partenaires, s’emploie quotidiennement à développer le réseau de collecte, à inciter les français à faire recycler leurs lampes, à informer les Producteurs de leurs obligations, à réduire l’impact environnemental de la logistique d’enlèvement ou encore, à améliorer les conditions de recyclage avec les opérateurs de traitement.
Je tiens ici à remercier les partenaires et collaborateurs de Récylum pour leur engagement collectif en faveur du développement durable.
Hervé GRIMAUD Directeur Général
Rapport d’activité 2011
Rapport d’activité 2011
Faits marquants de l’année 2011
Performances de collecte et de traitement :
Croissance de 11% des tonnages collectés par rapport à 2010 (cf. § 2.2.2)
Maintien du taux de recyclage à un niveau très élevé (cf. 2.3.2)
Promotion du geste de tri :
Passage du cap des 80% de français sachant que les lampes se recyclent (cf. § 3)
Lancement d’une campagne nationale de promotion télévisée (cf. § 3.1.1)
Accroissement de la visibilité de la collecte dans les déchèteries (cf. § 3.7.2. et 8.4.)
Création d’une « mine urbaine » sur le Parvis de la Défense (cf. § 3.1.4)
Dispositif de collecte :
Augmentation de 35% du réseau de collecte par rapport à 2010 (cf. § 2.1.)
Passage du cap des 10.000 commerces de proximité équipés de Lumibox (cf. § 2.1.1.)
Conception d’un nouveau meuble de collecte pour la grande distribution (cf. § 3.5.1.)
Conception et test d’un abri de déchèterie réservé à la collecte des lampes (cf. 8.4 § 8.4)
Dispositif de traitement :
Renouvellement des contrats de traitement (cf. § 2.3.1.)
Création d’un nouveau centre de traitement à Troyes cofinancé par Récylum (cf. § 2.3.1.)
Création d’une unité de recyclage des poudres fluorescentes chez Rhodia (cf. § 2.3.2.)
Prévention :
Elearning pour une meilleure utilisation des lampes (cf. § 5.2)
Distribution de 1.000 mallettes de sécurité aux partenaires de collecte (cf. § 5.3)
Réduction de l’impact de la filière
Mise en place d’un plan d’amélioration continue de la logistique chez les prestataires (cf. § 2.2.1.)
Rapport d’activité 2011
Rapport d’activité 2011
SOMMAIRE
1 Gouvernance / Ethique / Organisation ....................................................................................................... 9 1.1 Gouvernance .......................................................................................................................................... 9 1.2 Ethique ................................................................................................................................................... 9 1.3 Organisation ......................................................................................................................................... 11
2 Déploiement de la filière ............................................................................................................................ 12 2.1 Réseau des points de collecte ............................................................................................................. 12 2.2 Enlèvement .......................................................................................................................................... 15 2.3 Traitement ............................................................................................................................................ 22
3 Communication et information .................................................................................................................. 26 3.1 Information du grand public.................................................................................................................. 26 3.2 Information des professionnels ............................................................................................................ 30 3.3 Relations avec la presse ...................................................................................................................... 31 3.4 Information en partenariat avec les associations ................................................................................. 32 3.5 Information en partenariat avec les Distributeurs grand public ............................................................ 33 3.6 Information en partenariat avec les Distributeurs professionnels ........................................................ 34 3.7 Information en partenariat avec les Collectivités territoriales .............................................................. 35 3.8 Autres actions d’information ................................................................................................................. 36
4 Impact environnemental de la filière......................................................................................................... 37 4.1 Impact de la logistique de collecte ....................................................................................................... 37 4.2 Impact du traitement ............................................................................................................................ 39
5 Prévention de la production des déchets ................................................................................................ 40 5.1 Réduction des déchets par l’éco-conception des lampes .................................................................... 40 5.2 Réduction des déchets par une meilleure utilisation des lampes ........................................................ 42 5.3 Sécurité des personnes et risques de pollution ................................................................................... 43
6 Relations avec les Producteurs de lampes .............................................................................................. 44 6.1 Modalités d’adhésion ........................................................................................................................... 44 6.2 Contrôle des déclarations .................................................................................................................... 45 6.3 Mises sur le marché ............................................................................................................................. 46
7 Relations avec les Distributeurs de lampes ............................................................................................ 47 7.1 Distributeurs professionnels ................................................................................................................. 47 7.2 Distributeurs grand public .................................................................................................................... 47
8 Relations avec les collectivité locales ...................................................................................................... 50 8.1 Soutien à l’investissement.................................................................................................................... 50 8.2 Soutien à la communication ................................................................................................................. 50 8.3 Formation ............................................................................................................................................. 50 8.4 Amélioration des conditions de collecte ............................................................................................... 51
9 Relations avec les autres détenteurs ....................................................................................................... 52
10 Relations avec les acteurs de l’économie solidaire ................................................................................ 53
11 Relations avec l’organisme coordonnateur agréé .................................................................................. 54 11.1 Participation aux groupes de travail d’OCAD3E .................................................................................. 54 11.2 Soutien financier aux Collectivités territoriales .................................................................................... 54
12 Focus sur les DOM/COM ............................................................................................................................ 56 12.1 Organisation opérationnelle ................................................................................................................. 56 12.2 Relations avec les Producteurs ........................................................................................................... 56 12.3 Relations avec les partenaires de collecte ........................................................................................... 57
Rapport d’activité 2011
12.4 Collecte ................................................................................................................................................ 57 12.5 Traitement ............................................................................................................................................ 58
13 Conditions d’enlèvement et de traitement ............................................................................................... 59 13.1 Enlèvement .......................................................................................................................................... 59 13.2 Traitement ............................................................................................................................................ 60 13.3 Traçabilité des conteneurs ................................................................................................................... 61
14 Financement ................................................................................................................................................ 62 14.1 Destination des contributions collectées .............................................................................................. 62 14.2 Provisions pour charges futures .......................................................................................................... 62 14.3 Gestion des liquidités ........................................................................................................................... 63 14.4 Bilan de l’exercice 2011 et projections 2012 à 2014 ........................................................................... 63
15 Glossaire ...................................................................................................................................................... 66
16 Annexes ....................................................................................................................................................... 67
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 1. Gouvernance / Ethique
Page 9 / 127
1 GOUVERNANCE / ETHIQUE / ORGANISATION
Les notions de gouvernance et d’éthique sont au cœur des préoccupations de Récylum. Depuis la création de Récylum elles sont régulièrement remises en cause sous le contrôle du Conseil d’administration, afin de s’assurer qu’elles garantissent les principes de transparence et d’équité de traitement vis-à-vis de l’ensemble des parties prenantes de la filière.
1.1 Gouvernance
Récylum, comme de nombreux autres éco-organismes européens en charge de la collecte des lampes, a été fondé par 4 entreprises internationales (General Electric, Havells Sylvania, Philips et Osram) qui se sont attachées, entre autres, à faire appliquer des règles de gouvernance strictes.
Récylum est une société anonyme par actions simplifiée dont les 4 actionnaires, possédant chacun 25% des droits de vote, sont représentés par 4 administrateurs non rémunérés.
Chacun des administrateurs a signé un code de déontologie qui précise les règles que lui impose sa charge. Les administrateurs de Récylum décident des orientations stratégiques de la société et contrôlent la bonne exécution de sa mission par l’équipe dirigeante. Les administrateurs sont assistés dans leur mission par une équipe de consultants européens spécialisés sur la problématique des DEEE auxquels un reporting d’activité est fait régulièrement.
Un audit interne annuel est diligenté à la demande des actionnaires de Récylum. Réalisé par les consultants européens mentionnés ci-dessus, cet audit porte sur les points suivants : gouvernance, gestion financière, organisation opérationnelle, stratégie de communication, respect des contraintes règlementaires (fiscales, sociales, environnementales), transparence des appels d’offres, gestion des ressources humaines, relations avec les partenaires de la filière, sécurisation des systèmes d’information et enfin, respect de la diversité des adhérents et du secret de leurs affaires.
Le dernier audit qui date de septembre 2011 n’a révélé aucune déviance par rapport aux règles en usage.
1.2 Ethique
1.2.1 Transparence vis-à-vis des partenaires
La gouvernance s’entend aussi dans le cadre des relations que Récylum entretient avec ses partenaires et le corps social dans son ensemble.
Récylum a créé dès 2006 un Comité de Suivi de la filière dans lequel sont représentés la plupart des collèges de la commission DEEE, complétés de représentants de collèges spécifiques à la filière lampes, tels les distributeurs en matériel électrique et les installateurs.
Ce comité, qui se réunit une à deux fois par an, est un lieu d’échange qui permet à l’équipe dirigeante de Récylum d’évoquer les difficultés de sa mission et de définir, en concertation avec les différents acteurs concernés, les réponses à y apporter.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 1. Gouvernance / Ethique
Page 10 / 127
Par ailleurs, Récylum a signé de nombreux accords de partenariat avec les acteurs concernés par la filière lampes afin de favoriser un climat d’échange constructif avec toutes les parties prenantes :
Les acteurs de la distribution et de l’installation électrique : 5 fédérations d’installateurs (CSEEE, FFIE, FEDELEC, SERCE et CAPEB), la Fédération des Grossistes en Matériel Electrique (FGME), la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et de Régie (FNCCR) et l’Association Française de l’Eclairage (AFE).
La grande distribution : Le 23 octobre 2008, Récylum a signé sous l’autorité du MEDDTL une convention dans laquelle la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD), la Fédération des Magasins de Bricolage (FMB) et l’ensemble des enseignes s’engagent à intensifier l’effort de collecte des lampes.
Les associations : Récylum a signé des conventions de partenariat avec France Nature Environnement (FNE), les Connexions et l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV) dans le but de relayer les informations relatives aux enjeux environnementaux de la collecte des lampes par leurs adhérents dans le cadre d’opérations de sensibilisation de terrain des consommateurs. Sous certaines conditions, ces opérations peuvent bénéficier d’un soutien financier de Récylum.
1.2.2 Respect des intérêts des adhérents
Secret des affaires
Notre mission nous amène à connaître les mises sur le marché de nos adhérents. Ces informations hautement stratégiques sont traitées dans le total respect du secret des affaires de chacun.
Transparence
De façon à assurer vis-à-vis de l’ensemble des Producteurs adhérents une totale transparence, il a été institué une conférence annuelle des adhérents durant laquelle ils reçoivent toutes les informations relatives aux activités de Récylum et peuvent échanger avec l’équipe dirigeante sur tous les aspects qui de leur point de vue nécessitent des améliorations. De façon à en réduire l’impact environnemental, cette réunion est faite par vidéo conférence.
Non discrimination
Aucune discrimination n’est faite vis-à-vis des Producteurs qui souhaitent remplir leurs obligations relatives aux DEEE par l’intermédiaire de Récylum. Il n’est exigé aucun droit d’entrée, ni souscription au capital de Récylum, de nature à distordre la concurrence au détriment des Producteurs de taille modeste.
Il n’existe aucune procédure d’agrément des Producteurs souhaitant adhérer à Récylum, autre que les vérifications administratives d’usage.
1.2.3 Respect des intérêts des prestataires
Récylum, qui se doit de mettre en concurrence les prestataires potentiels afin d’obtenir les meilleures conditions de service au meilleur prix, le fait dans le respect des intérêts des acteurs du marché.
Tous les appels d’offres, qui s’inspirent largement des pratiques des marchés publics, sont ouverts et transparents de façon à garantir une équité de traitement à tous les candidats.
Chaque appel d’offres relatif à la logistique ou au traitement est suivi par un expert indépendant qui participe directement à l’établissement de la grille des critères de sélection, puis à l’évaluation des offres destinée à sélectionner les prestataires. Cet expert indépendant rédige ensuite un rapport destiné aux Pouvoirs Publics sur les conditions du déroulement de l’appel d’offres.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 1. Gouvernance / Ethique
Page 11 / 127
1.3 Organisation
Récylum remplit sa mission en s’appuyant sur une organisation dont les forces vives sont en partie externalisées. En 2011 c’est l’équivalent de 160 personnes qui ont quotidiennement œuvrées pour la promotion du geste de tri, pour la collecte et enfin le recyclage des lampes usagées (28 personnes en interne et environ 130 autres chez les prestataires de premier rang).
Direction générale
collecte
Traitement
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 12 / 127
2 DEPLOIEMENT DE LA FILIERE
2.1 Réseau des points de collecte
Le réseau de collecte Récylum se déploie auprès de 5 catégories de détenteurs :
Les distributeurs des réseaux professionnels et grand public
Les déchèteries municipales
Les installateurs et maintenanciers électriciens
Les gros détenteurs privés et publics.
Fait marquant 2011 :
Le lancement du service Lumibox à destination des commerces de proximité a permis d’accroitre en 2011 le réseau de collecte en distribution de près de 5.000 magasin (+45% / 2010).
Avec près de 14.000 détaillants partenaires de Récylum, on peut dire qu’il y a un bac de collecte de lampes en accès libre sur le chemin de chaque consommateur.
Professionnels et
Coll. locales
GSA, GSB, GSS R
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 13 / 127
Répartition des points de collecte par catégorie
31/12/2010 31/12/2011
Déchèteries municipales 1.713 2.712 1.872 2.901 + 7%
Collecteurs de déchets (3) 357 357 391 391 + 10%
Installateurs 833 833 934 934 + 12%
Gros détenteurs 649 649 868 868 + 33%
Totaux 13.641 15.542 21.019 + 35% (4)
(1) Correspondent aux sites sur lesquels Récylum assure l’enlèvement des lampes collectées sélectivement.
(2) Correspondent aux sites qui sont en contrat avec Récylum (points d’enlèvement) et aux sites sur lesquels les détenteurs peuvent déposer gratuitement leurs lampes usagées. Les flux collectés sur les points de collecte qui ne sont pas des points d’enlèvement font l’objet d’une massification préalable en utilisant par exemple une logistique interne au Distributeur ou à la collectivité locale.
(3) Cette catégorie comprend près de 200 déchèteries professionnelles du bâtiment.
(4) Variation en nombre par rapport à l’année précédente.
2.1.1 Distributeurs
Si tous les Distributeurs ont l’obligation de reprise des lampes usagées de leurs clients dans la limite des quantités achetées « 1 pour 1 », une partie seulement d’entre eux est en convention avec Récylum pour bénéficier du service gratuit d’enlèvement des lampes collectées sélectivement.
Les autres, soit par manque de place pour le stockage du conteneur, soit du fait de la modestie des flux concernés, utilisent d’autres moyens pour évacuer les lampes qu’ils détiennent (celles issues de leur propre utilisation et celles rapportées par leurs clients). Parmi ces moyens : la dépose gratuite dans les déchèteries municipales acceptant les lampes des petits professionnels (72% des déchèteries en convention avec Récylum) et la reprise gratuite par le Distributeur grossiste qui fournit le Distributeur détaillant.
Avec le lancement fin 2010 du service « Lumibox » (collecte trimestrielle de proximité en petite quantité) ce sont cependant près de 11.000 commerces de proximité qui ont rejoint le réseau de collecte et bénéficient du service d’enlèvement gratuit de Récylum.
Avec près de 14.000 commerçants, de l’hypermarché à la superette de quartier, partenaires de Récylum qui permettent à leurs clients de déposer leurs lampes usagées sans obligation d’achat, nous pouvons maintenant dire qu’il y a un bac de collecte sur le chemin de chaque consommateur.
Répartition géographique
des Distributeurs sous convention
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 14 / 127
Les 15.925 Distributeurs partenaires de Récylum, se répartissent comme suit :
Grossistes en matériel électrique : 12% des points de collecte (1.831 points de vente)
Détaillants alimentaire : 65% des points de collecte (10.525 points de vente)
Détaillants bricolage : 15% des points de collecte (2.327 points de vente)
Détaillants spécialisés : 8% des points de collecte (1.242 points de vente)
2.1.2 Déchèteries municipales
Les 2.901 déchèteries municipales partenaires de Récylum à fin 2011 ne représentent qu’une partie des déchèteries participant à la collecte sélective des lampes en France.
Une enquête réalisée en 2011 auprès de 502 déchèteries indiquait que 87% des déchèteries existantes à cette date participaient à la collecte sélective des lampes, soit environ 3.850 déchèteries.
Sur la base des seules déchèteries sous convention avec Récylum, 45,6 millions d’habitants ont accès au service de collecte de leurs lampes usagées.
Le développement du réseau des déchèteries participant à la collecte des lampes, même s’il se poursuit régulièrement, butte aujourd’hui sur l’absence de locaux de stockage adaptés aux déchets ménagers spéciaux (DMS).
Dans le cadre d’un groupe de travail lancé en 2010 avec plusieurs collectivités locales, Récylum a fait développer et installer en 2011 sur 56 déchèteries volontaires différents dispositifs légers de stockage sécurisé des conteneurs de lampes qui permettrait aux collectivités locales qui le souhaitent de rejoindre la filière dans des conditions optimisées.
La satisfaction des collectivités impliquées et l’impact positif sur la collecte ont amenés Récylum à étendre le test de ces abris sur 200 déchèteries supplémentaires en 2012.
2.1.3 Déchèteries professionnelles
Suite à une enquête menée par Récylum sur les pratiques des entreprises du bâtiment impliquées dans les activités de déconstruction ou de rénovation lourde, il est apparu que le développement de la collecte des lampes issues de ces activités nécessitait préalablement le déploiement d’un réseau national de points d’apport gratuit dans lesquels les entreprises concernées passent naturellement pour y déposer leurs autres déchets (métaux, déchets banals, gravats …).
Au terme d’un test en région Rhône-Alpes qui a permis d’en vérifier l’intérêt, Récylum a déployé en 2010 un réseau national de collecte dans près de 200 déchèteries professionnelles, entreprises privées réceptionnant les déchets d’activités du bâtiment.
Les détenteurs professionnels peuvent y déposer gratuitement les lampes quel que soit le volume.
2.1.4 Autres points d’enlèvement
Les points d’enlèvement de type collecteurs de déchets, installateurs électriciens ou gros détenteurs ne sont pas ouverts au public.
Répartition géographique
des déchèteries sous convention
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 15 / 127
2.2 Enlèvement
2.2.1 Prestataires d’enlèvement
Les opérations de dépose des conteneurs vides et d’enlèvement une fois remplis sont confiées à des prestataires spécialisés dans la collecte des déchets spéciaux. Ces derniers sont sélectionnés dans le cadre d’appels d’offres transparents s’inspirant du code des marchés publics. Les critères de sélection avantagent les candidats en mesure d’optimiser les tournées d’enlèvement dans le but d’en limiter l’impact environnemental. Un expert indépendant participe au dépouillement des offres et fait un rapport qui est transmis à l’ADEME et au MEDDE pour information.
Mi 2011, un nouvel appel d’offres a été lancé dans le but de renouveler pour 2 ans les contrats qui arrivaient à leur terme en fin d’année. A l’exception de la société COVED qui a été remplacée par la société TRIADE sur la zone Rhône-Alpes, tous les prestataires en contrat avec Récylum ont été reconduits.
La métropole, incluant la Corse, est divisée en 8 zones dont chacune est affectée à un logisticien (voir carte ci-contre).
Par ailleurs, la filière est totalement opérationnelle dans chaque DOM/COM où un prestataire logistique assure l’enlèvement pour le compte de Récylum comme en métropole.
Isabelle JUNET en Guadeloupe, AED en Martinique et le SICR à la Réunion, sont nos facilitateurs locaux chargés de contrôler que les prestations d’enlèvement sont bien réalisées conformément à notre cahier des charges. Ces facilitateurs assurent aussi le lien avec les partenaires locaux de la collecte. Toutes les lampes collectées dans les DOM/COM sont rapatriées en métropole pour être traitées.
Attachés à fournir un service de qualité à l’ensemble de nos partenaires de collecte, nous assurons un suivi quotidien des performances de nos prestataires d’enlèvement, complété par de nombreux audits de terrain.
C’est ainsi que la ponctualité moyenne des quelques 21.500 enlèvements réalisés en 2011 a été de l’ordre de 94%.
Les chauffeurs affectés au service d’enlèvement sont formés à la collecte des lampes et régulièrement audités par Récylum (les 20 plateformes de regroupement, DOM/COM compris, ont toutes été auditées en 2011).
Nous réunissons régulièrement l’ensemble de nos prestataires afin de favoriser les partages d’expérience en matière d’optimisation des tournées pour en réduire l’impact environnemental.
En 2011 Récylum a financé pour les logisticiens qui le souhaitaient, un audit par des experts en logistique afin d’identifier les axes d’amélioration permettant d’optimiser les tournées et réduire ainsi leur impact environnemental. Ces audits ont été suivis de plans d’amélioration continue engageant les prestataires et Récylum, et faisant l’objet d’un suivi régulier.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 16 / 127
2.2.2 Performances de collecte
La croissance de la collecte constatée en 2010 s’est poursuivie à un rythme régulier sur 2011 chez tous les partenaires de Récylum (voir les 2 tableaux qui suivent).
Cette augmentation est cependant plus remarquable chez les Distributeurs grand public et les déchèteries municipales qui ont bénéficié de l’accroissement de notre effort de communication.
La collecte 2011 s’est ainsi élevée à 4.042 tonnes, soit une progression de 11% par rapport à 2010.
Différentiel de collecte hebdomadaire 2011 / 2010
Tonnages enlevés par catégorie de partenaire de collecte
2006 2007 2008 2009 2010 2011
Collecte (tonne)
Collecte (tonne)
Collecte (tonne)
Collecte (tonne)
Collecte (tonne)
Collecte (tonne)
Part relative
Evol. / 2010
Distributeurs (grossistes)
Distributeurs (détaillants)
Déchèteries municipales
Collecteurs de déchets
Installateurs 6 365 542 531 543 576 14 % + 6 %
Gros détenteurs 0 52 165 228 271 348 8 % + 28 %
Totaux 6 2.706 3.849 3.489 3.654 4.042 100 % + 11 %
Cumul 17.746 tonnes soit environ 122 millions d’unités en 5 ans
0
50 000
100 000
150 000
200 000
250 000
300 000
350 000
400 000
450 000
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51
D if
fé re
n ti
e l
e n
K g
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 17 / 127
Le tableau qui précède appelle les commentaires suivants :
Distributeurs (Fortement impliqués dès le démarrage, ils collectent de plus en plus) :
Détaillants : La croissance moyenne de 46% des tonnages par rapport à 2010, faisant suite à la croissance de 26% observée en 2010, confirme que les efforts très importants faits par Récylum en matière de visibilité de la collecte dans les magasins (14.000 magasins équipés de bacs de collecte) et de promotion du geste de tri des lampes (80% des français déclarent savoir que les lampes se recyclent – Source étude Sociovision 2011) commencent à porter leurs fruits.
Grossistes : La quasi-stagnation de la collecte alors que les ventes aux professionnels baissent, démontre que le réflexe du retour des lampes usagées chez son fournisseur se diffuse de plus en plus chez les professionnels.
Déchèteries municipales : Avec 28% de croissance en 2011, après 21% en 2010, les déchèteries dont le réseau n’a pas cru dans les mêmes proportions (+7% / 2010), profitent comme les commerces de la montée en puissance de la communication de Récylum vers le grand public.
Collecteurs de déchets : Les flux issus des collecteurs de déchets qui interviennent principalement chez les détenteurs professionnels, ont été fortement impactés par la crise économique évoquée plus haut. Cependant la croissance de la collecte, certes modeste (+ 3%), semble indiquer que le programme de soutien spécifique à cette catégorie de partenaires lancé en 2009 par Récylum porte ses fruits.
Installateurs : De nombreux électriciens reprennent les lampes de leurs clients. La baisse de leurs activités de relamping touchées par la crise a été compensée par l’augmentation du réseau de collecte (+ 6% / 2010).
Gros détenteurs : Cette catégorie correspond aux industries, gros tertiaires et établissements publics qui détiennent des quantités importantes de lampes usagées issues de leur propre utilisation. L’impact de la crise sur les tonnages enlevés auprès de cette catégorie de partenaires a été plus que compensé par l’augmentation du nombre de points d’enlèvement (+ 28% / 2010).
Tonnages enlevés par origine géographique
La répartition des tonnages collectés en fonction de leurs origines géographiques, n’a pas significativement évolué depuis 2009.
Guadel oupe
Guy ane
May otte
Réu nion
Martin ique
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 18 / 127
La performance de collecte par habitant est visiblement en forte évolution. Seuls 25 départements sont en dessous d’une lampe collectée par an et par habitant en 2011, versus 44 en 2009.
Performance 2009 de collecte par habitant
Performance 2011 de collecte par habitant
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 19 / 127
Distributeurs et collectivités territoriales sont pour Récylum des partenaires de collecte complémentaires si l’on en juge aux performances par site (les magasins collectent beaucoup plus en zone urbanisées que rurales et c’est l’inverse pour les déchèteries).
Performance 2011 de collecte par magasin et par département
Performance 2011 de collecte par déchèterie municipale et par département
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 20 / 127
Taux de collecte
significatif
Taux de collecte réel (2) 23 % 32 % 30 % 31 % 33 %
(1) : Tonnage collecté sur une période / Tonnage mis en marché sur la même période. (2) : Tonnage collecté sur une période / Tonnage réellement arrivé en fin de vie sur la même période.
Taux de collecte apparent : Pour des raisons évidentes de simplicité, le taux de collecte communiqué par l’ADEME pour une année donnée est calculé sur la base des quantités d’équipements mis sur le marché la même année. Ce raccourci ne crée pas de distorsion significative lorsque le marché des équipements concernés est mature et que les quantités mises en marché sont stables sur une période équivalente à la durée de vie moyenne de ces équipements.
Taux de collecte réel : Le taux de collecte réel est quant à lui calculé sur la base d’une estimation du gisement réel. C'est-à-dire des quantités d’équipements réellement arrivés en fin de vie dans l’année considérée. Le gisement réel est estimé à partir des quantités d’équipements mis sur le marché les années antérieures et de la courbe de mortalité de ces mêmes équipements.
Si ces deux indicateurs sont en général convergent quand le marché est commercialement et techniquement mature (quantités vendues, poids unitaires et durée de vie variant peu d’une année à l’autre), il ne le sont pas forcément pour un marché en forte évolution comme les lampes dont les ventes ont explosé entre 2007 et 2009 pour se stabiliser ensuite et sans doute baisser dans les prochaines années et dont les poids et durée de vie sont fortement impactés par une évolution technologique permanente.
De façon à mieux connaitre la composition des flux collectés, nous menons chaque année une importante campagne d’échantillonnage des lampes usagées.
Plus de 25.000 tubes fluorescents et lampes de tous types sont prélevés dans les conteneurs de collecte suivant des règles permettant d’obtenir un échantillon représentatif de tous les types de détenteurs.
0
200
400
600
800
6 ans
8 ans
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 21 / 127
Chacune des lampes est ensuite caractérisée (origine, type, fabricant, poids, date de fabrication). L’ensemble de ces données une fois analysé nous permet d’obtenir une « photographie » précise du gisement collecté.
Outre la répartition par type de lampes collectées, ces campagnes nous permettent de déterminer l’âge moyen des divers types de lampes usagées et de reconstituer leur table de mortalité (voir ci- dessous).
C’est à partir de ces tables et des quantités de lampes mises en marché chaque année depuis 2001, communiquées par nos principaux adhérents, qu’il nous est possible de déterminer avec une certaine précision le volume du gisement maximum de lampes à collecter chaque année.
Important : Comme indiqué plus haut, cette méthode de calcul ne donne qu’une estimation du « gisement maximum », car elle ne nous permet pas de tenir compte d’un éventuel accroissement de la durée de vie moyenne des lampes vendues récemment dans la mesure où elles n’ont pas encore été collectées et donc ne se retrouvent pas dans les échantillons analysés.
Or, des enquêtes menées dans plusieurs Etats de la Communauté Européenne semblent indiquer que l’effet conjugué de l’accroissement de la fiabilité des lampes vendues d’une part, et d’une moindre utilisation quotidienne par les particuliers à contrario des professionnels d’autre part, fait que les particuliers utiliseraient en moyenne leurs lampes fluo-compactes pendant largement plus de 6 ans (vraisemblablement 8 ans).
Courbe de mortalité des lampes
0,0%
5,0%
10,0%
15,0%
% d
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 22 / 127
2.3 Traitement
Le traitement des lampes usagées est exclusivement sous- traité à des prestataires spécialisés disposant d’installations autorisées par les pouvoirs publics et régulièrement surveillées par les services des DREAL.
La sélection des prestataires et la répartition entre eux des tonnages à traiter se fait dans le cadre d’appels d’offres transparents s’inspirant du code des marchés publics afin d’assurer l’équité de traitement des candidats.
Les critères technico-économiques qui servent de base à la sélection des prestataires sont établis avec l’aide d’experts indépendants qui participent ensuite au dépouillement des offres et qui consignent le déroulement de l’appel d’offres dans un rapport transmis pour information à l’ADEME et au MEDDE.
Renouvellement des contrats de traitement
Les contrats de traitement qui arrivaient à échéance fin 2010, ont été prolongés de 6 mois afin de se donner plus temps pour tirer les enseignements de la première période d’agrément et les intégrer dans le cahier des charges du nouvel appel d’offres.
Parmi les modifications significatives des conditions d’attribution des marchés de traitement on peut noter :
Une durée de contrat allongée à 3 ans renouvelable afin de donner une plus grande visibilité aux prestataires ;
Un partage des risques de non amortissement en cas de non renouvellement de contrat, afin de permettre les investissements nécessaires au développement quantitatif et qualitatif de la filière de traitement ;
Un complément de rémunération à la remise d’un rapport annuel détaillé sur la présence de mercure dans les installations de traitement (relevés de mesures quotidiennes dans les locaux et les fractions, et le cas échéant les actions correctives), afin de s’assurer de la complète maîtrise des risques de contamination par le mercure des personnels et de l’environnement.
Au terme de cet appel d’offres, ont été sélectionnés :
Lumiver (tubes fluorescents) : Avec le soutien financier de Récylum pour améliorer les installations de son site de Seclin (59).
Sarp Industrie (tubes fluorescents) à Limay (78)
Indaver (tubes fluo. et lampes) à Anvers (Belgique).
Coved (tubes fluo. et lampes) : Avec un important soutien financier de Récylum pour renouveler totalement ses installations de pré-broyage sur son site de Riom (63)
Artémise (tubes fluo. et lampes) : Porté par les fondateurs de la société TCMS (10) qui après avoir été rachetée par le groupe Rémondis a souhaité arrêter le traitement des lampes pour se concentrer sur celui des DEEE ménagers, ce projet qui bénéficie du soutien financier de Récylum, inclut la construction d’une usine dédiée au traitement des lampes près de Troyes.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 23 / 127
Tonnages traités en 2011
En 2011, 4.328 tonnes de lampes ont été traitées par les prestataires de traitement. Cette quantité supérieure au tonnage collecté sur la même période s’explique par une réduction des stocks en cours de traitement chez les prestataires de Récylum entre le 1er janvier et le 31 décembre 2011.
Les tonnages pris en compte pour le traitement correspondent aux quantités de lampes et tubes fluorescents réellement traitées sur la période, c'est-à-dire ayant suivi le processus de séparation des fractions permettant leur mise en filière aval en vue de leur recyclage, valorisation ou destruction.
La répartition des tonnages traités en 2011 entre les prestataires est la suivante :
Tonnes Part
Total 4.328 100 %
(1) Site de traitement situé en Belgique (2) Rachetée par le groupe allemand Remondis en 2009
2.3.2 Performances de traitement
Chaque année, Récylum calcule les performances de traitement de ses prestataires afin de déterminer les quantités exactes réellement recyclées, simplement valorisées ou enfin détruites (dans le cas des lampes, le réemploi ou la réutilisation ne sont pas envisageables).
Les performances de traitement sont issues de véritables bilans matières fournis trimestriellement par les prestataires et qui font l’objet de multiples contrôles de cohérence et de divers retraitements afin d’en améliorer la pertinence.
Par exemple, les tonnages de matières déclarées comme ayant été recyclées ou détruites par les prestataires (verre, poudre fluorescente …) font l’objet de contrôles auprès des filières en aval pour s’assurer de la tangibilité de leur recyclage ou de leur destruction.
Les bilans matières sont par ailleurs comparés à la composition moyenne des tubes fluorescents et lampes que Récylum a livrés à chaque prestataire sur la même période, ainsi qu’aux performances moyennes des processus utilisés par chaque prestataire. Ces derniers font l’objet de campagnes de caractérisation au moins annuelles pour s’assurer de la stabilité de leurs performances.
Le taux de recyclage des sources lumineuses qui était déjà très élevé (95% en 2010), a encore augmenté pour atteindre 96% en 2011, permettant ainsi aux lampes de conserver leur statut de catégorie de DEEE la mieux recyclée. Ceci est principalement dû à une meilleure qualité de séparation des fractions métalliques permettant d’accroitre leur recyclage (cf. tableau ci-dessous).
Pour information, les brisures de verre qui sont introduites dans des incinérateurs en lieu et place de la silice afin de protéger les surfaces réfractaires, comme le permet la Commission Européenne (voir plus loin le § intitulé « valorisation matière »), sont considérées depuis 2009 comme ayant été recyclées.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 24 / 127
Performances globales de traitement
Réemploi
Réutilisation de pièces 0 % 0 % 0 % 0 % 0 %
Recyclage (incluant la
Destruction - 4 % 3 % 4 % 5 % 3 %
Le tableau ci-dessus appelle les commentaires suivants :
Réemploi : Les lampes sont des équipements consommables qui sont généralement remplacés que lorsqu’ils ne fonctionnent plus. Leur réemploi n’est donc pas envisageable.
Réutilisation de pièces : Les lampes à décharge dont le coût unitaire est faible, doivent rester totalement étanches tout au long de leur vie. Les différentes pièces d’une lampe sont donc solidement collées entre elles pour assurer cette fonction au moindre coût. Ceci interdit leur réutilisation.
Recyclage (la plupart des matériaux qui composent les lampes sont recyclés) :
o Verre des tubes fluorescents : Réutilisation dans la fabrication de tubes fluorescents.
o Verre des lampes : Réutilisation dans la fabrication d’abrasifs, verre d’emballage ….
o Métaux (aluminium, cuivre, acier) : Livrés à des métallurgistes affineurs, ils réintègrent ensuite le processus de fabrication de produits neufs.
o Mercure : Le mercure n’est que très marginalement recyclé conformément aux recommandations de la Commission Européenne (Cf. réglementation CE n°1102- 2008 du 22/10/2008 relative au mercure recyclé, interdisant son exportation hors de la CE à partir de 2012 et recommandant sa destruction définitive).
o Poudres fluorescentes : Alors qu’elles étaient jusqu’ici détruites faute de filière en aval, le partenariat noué avec la société Rhodia a permis en 2011 l’émergence d’une activité de recyclage des poudres fluorescentes et de leur contenu en terres rares. Les poudres extraites des lampes en 2011 ont fait l’objet d’un stockage chez les opérateurs de traitement dans l’attente du démarrage effectif de leur recyclage sur les sites Rhodia de Saint Fons (69) et La Rochelle (17).
Valorisation matière : Les brisures fines de verre en mélange avec divers morceaux de plastique et de bakélite, qui ne peuvent faire l’objet d’un recyclage, sont introduites dans les incinérateurs, ou les fours d’affinage des métaux, en lieu et place de la silice nécessaire à la protection des briques réfractaires des fours. Cette utilisation est considérée comme une forme de valorisation matière qui relève du recyclage (voir BREF de mai 2005, chapitre 2.2.3.2.2 de la Commission Européenne).
Valorisation énergétique : Du fait de leur participation au processus de combustion, les plastiques et bakélites qui sont introduits dans les incinérateurs munis de récupérateur d’énergie en mélange avec les brisures fines de verre, peuvent être considérés comme valorisés thermiquement.
Destruction : Seules les brisures en mélange et le mercure extrait des poudres fluorescentes sont stockés après stabilisation en installations de stockage des déchets dangereux (ISDD).
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
2. Déploiement de la filière Page 25 / 127
Performance de traitement 2011 par fraction
Fraction Part 2010 Part 2011
Recyclage
Destruction
Verre (brisures en mélange) 0 % 0,33 %
Plastiques en mélange 0,52 % 0 %
Indésirables (emballages, autres
déchets …) 0,52 % 0,54 %
100 % 100 %
Que sont devenus en 2011 les 0,005% de mercure que contiennent en moyenne les lampes ?
20% a été réellement récupéré en vue de son recyclage.
Le reste a été : o Soit capturé par les filtres à charbon actif du dispositif d’aspiration des machines de
traitement des lampes, puis ensuite stocké en ISDD. o Soit stocké en ISDD en mélange avec les poudres fluorescentes.
2.3.3 Composition des flux traités
Sur la base des campagnes d’échantillonnage des flux réalisées chaque année, les quantités de lampes traitées se répartissent comme suit (en nombre d’unités) :
Ces données appellent les commentaires suivants :
1. Forte croissance de la collecte de tous les types de lampes, dont les fluocompactes du fait de la promotion du geste de tri et de la densification du réseau de collecte, mais surtout du fait de l’augmentation du gisement découlant de la forte croissance du marché observée ces dernières années (environ 19% du gisement 2011 a été collecté).
2. Croissance modérée de la collecte des tubes fluorescents dont le tri sélectif est déjà très développé chez les professionnels (environ 41% du gisement 2011 a été collecté).
0
Tubes fluorescents
Lampes fluocompactes
Autres lampes
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 26 / 127
3 COMMUNICATION ET INFORMATION
En 2011, Récylum a encore intensifié ses efforts en matière de sensibilisation des parties prenantes de la filière au geste de tri des lampes (détenteurs particuliers comme professionnels, distributeurs, collectivités locales, collecteurs de déchets, installateurs électriciens…), notamment avec le lancement d’une campagne de spots télévisés.
Adaptée aux spécificités de chaque partie prenante, la communication mise en œuvre se décline dans la continuité des années précédentes sur quasiment tous les types de média (presse écrite, Internet, radio, salons, animations de proximité…).
Les enquêtes de perception de la filière menées auprès du public, permettent d’enregistrer cette année encore un fort accroissement de la notoriété du geste de tri des lampes (source « Observatoire Sociovision France 2011 » réalisée en juillet 2011) :
80% des consommateurs savent maintenant que les lampes se recyclent et parmi eux 84% savent que l’on peut les rapporter chez un Distributeur et 69% dans une déchèterie ;
41% des consommateurs disent recycler leurs lampes usagées (vs 32% en 2010 et 25% en 2009) ;
72% des consommateurs ont identifié le point de collecte le plus proche (vs 50%en 2010).
3.1 Information du grand public
Après plusieurs années de communication destinée à faire connaitre l’existence et l’intérêt du recyclage des lampes, Récylum a réorienté en 2011 sa communication grand public afin de faire passer les consommateurs à l’acte en montrant la simplicité du geste et la proximité des dispositifs de collecte, notamment dans la grande distribution.
3.1.1 Campagne de communication
Afin de faire émerger le geste de tri sélectif des lampes usagées et de l’encrer durablement chez les consommateurs, Récylum a significativement augmenté son effort de communication, par l’adjonction d’une campagne de spots TV en plus de la communication presse et affichage.
Campagne télévisée
En deux vagues, ce sont plusieurs centaines de spots TV qui sont passés sur les chaines françaises :
1ère vague : Du 14 mars au 3 avril 2011
2nd vague : Du 17 octobre au 6 novembre (+ 4 week-end jusqu’au 4 décembre 2011)
Deux spots ont été réalisés, présentant dans leur quotidien un père et d’une mère de famille pour faire la démonstration du geste simple et gagnant du tri sélectif des lampes usagées, en utilisant le ressort aussi inattendu qu’efficace de l’exploit sportif commenté.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 27 / 127
Campagne d‘affichage
Les deux campagnes de spots télévisés ont été soutenues par un effort accru en matière d’affichage au plus près des partenaires distributeurs afin d’accompagner le téléspectateur jusqu’au point de collecte le plus proche de son quotidien.
Pour cela trois vecteurs ont été utilisés :
L’affichage extérieur à proximité des magasins (7.400 faces)
L’affichage en galerie commerciale (2.400 faces)
L’affichage sur les chariots de 800 hypermarchés et 600 supermarchés partenaires.
Campagne presse
De la même façon, les spots télévisés ont été relayés par de l’achat d’espace dans la presse économique, verte, féminine, enfants et TV (40 titres en tout).
Campagne Web
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 28 / 127
3.1.2 Site internet www.malampe.org
Mis en ligne en 2007, il est destiné à l’information du grand public. Il propose notamment au corps enseignant du primaire, du collège et depuis 2010 des CFA et lycées professionnels, des outils de sensibilisation et de formation aux enjeux environnementaux de l’éclairage.
L’audience qui augmente d’année en année a atteint en 2011 368.000 visites et 600.000 pages vues. Plus de 20.000 téléchargements cumulés en 2011 (soit +14% / 2010).
3.1.3 Communication vers les consommateurs de demain
En 2010, Récylum a développé avec des enseignants un module pédagogique sur le recyclage des lampes destiné aux futurs professionnels de l’électricité étudiant dans l’un des 1.120 lycées techniques et Centres de Formation des Apprentis (CFA).
Par ailleurs, les modules pédagogiques s’inscrivant dans le cadre des programmes de l’Education Nationale développés en 2009 à l’attention des élèves du primaire (CM2) et du secondaire (6ième/5ième), et réactualisés avec l’aide de bénévoles du réseau FNE en 2011, continuent à être régulièrement téléchargés depuis l’espace « enseignants » du site www.malampe.org. Les dossiers collèges ont été téléchargés plus de 2.300 fois (+51%/2010) et ceux du primaire, plus de 1.000 fois (+15%/2010).
3.1.4 Communication événementielle
La communication événementielle, souvent plus ludique (Fête des Lumières), voire impertinente (Découverte d’une mine urbaine à la Défense), est un complément de la communication traditionnelle pour atteindre de façon ciblée certaines populations.
Fête des Lumières à Lyon (8 au 12 décembre 2011)
Tout au long de l’année 2011, Récylum a poursuivi son partenariat lancé en 2008 avec la Ville de Lyon en s’appuyant sur le soutien des élus et des responsables techniques pour faire progresser le recyclage des lampes de la ville et de ses habitants.
Cette coopération a connu une fois de plus son point d’orgue à la Fête des Lumières à travers un dispositif événementiel d’envergure.
Récylum a investi le parc de la Tête d’Or où une Lumibox géante de 11m de hauteur faisant office de stand ludo-pédagogique, clôturait un parcours lumino-pédagogique fait d’elfes et de dragons empruntés par plus de 250.000 visiteurs ravis.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 29 / 127
Une approche développement durable avec un stand éco-conçu réalisé en partenariat avec l’Association Française de l’Eclairage, des vols en montgolfière et des week-end dans les arbres à gagner, la Lumibox géante a permis de sensibiliser durablement 10.000 visiteurs au recyclage des lampes en 4 jours.
Avec aussi le lancement du Trophée des Lumières Durables décerné à l’artiste de la Fête des Lumières qui a fait le plus rêver les enfants après une présélection des œuvres basée sur des critères objectifs du développement durable (impact environnemental, sociétal et économique de
chaque œuvre).
Une approche pédagogique avec pour la deuxième année le challenge « les Allumés du recyclage » auprès des écoles primaires de la ville en partenariat avec la Frapna (France Nature Environnement).
Découverte d’une mine urbaine à la Défense (13 au 21 octobre 2011)
Afin de sensibiliser les médias et les usagers de la Défense, dont de nombreux leaders d’opinions, aux enjeux du recyclage des lampes sous un nouvel angle « la raréfaction des matières premières », Récylum a créé l’événement pendant une semaine sur le Parvis de la Défense et dans la presse avec un teasing qui a très bien fonctionné :
1. Diffusion à la presse d’une information relative de la découverte de terres rares sous la Défense et création d’un faux chantier de forage destiné à leur exploitation sur le Parvis par une société fictive, la SEMU (Société d’Exploitation des Mines Urbaines).
2. Invitation des usagers de la Défense à une grande réunion publique d’information sur les nuisances causées par le chantier pharaonique justifié par la raréfaction des terres rares.
3. La soi-disant réunion d’information n’avait en fait d’autre objet que de montrer au public présent qu’avant de défigurer l‘emblématique Parvis pour exploiter un éventuel gisement de terres rares, nous ferions mieux d’exploiter le gisement de lampes usagées en les recyclant.
4. La Lumibox géante montée sur le Parvis, qui abritait un stand pédagogique a ensuite reçu une semaine durant, près de 1.000 visiteurs.
Les retombés presse de cette opération originale ont dépassé toutes les attentes avec 74 articles dédiés dans la presse nationale de premier plan (Les Echos, Le Monde, Le Parisien …), sur les radios nationales (France Info, Europe 1 …), une dépêche AFP et même plusieurs articles à l’étranger.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 30 / 127
3.2 Information des professionnels
Si la communication vers le grand public est naturellement la plus visible, il n’en reste pas moins vrai que Récylum a continuer à faire en 2011 avec d’autres modalités un effort important de promotion de la collecte sélective des lampes auprès des professionnels.
3.2.1 Campagne de communication dans la presse professionnelle
En 2011, Récylum a augmenté son effort de communication vers les détenteurs, professionnels et particuliers, mais aussi vers les partenaires de la collecte sélective (collectivités locales, distributeurs, collecteurs de déchets, installateurs électriciens, ..) afin de les informer de l’intérêt que présente pour l’environnement la collecte sélective de leurs lampes et de celles de leurs clients et administrés.
Le tout représente 120 insertions dans différents supports de la presse professionnelle.
A destination des détenteurs professionnels
A destination des partenaires de collecte
Collectivités locales Distributeurs Installateurs électriciens
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 31 / 127
3.2.2 Site internet www.recylum.com
Mis en ligne fin 2005, il est destiné aux professionnels (détenteurs, Producteurs, Distributeurs, collectivités locales,…).
Ce site dont l’ergonomie et le contenu évoluent tout au long de l’année reçoit de plus en plus de visites (115.500 visites en 2011, soit +20% / 2010). Plus de 87.000 téléchargements cumulés en 2011.
3.2.3 Présence sur les salons
.
3.2.4 Information des détenteurs professionnels par approche directe
Après 10.000 entreprises de plus de 100 salariés en 2008, 10.000 établissements publics en 2009, 1.600 bailleurs sociaux, 3.000 syndics d’immeubles, 300 entreprises de démolition et 3.000 entreprises de l’installation électrique en 2010, Récylum a poursuivi son programme pluriannuel d’information et de sensibilisation directe des détenteurs professionnels en rappelant les 623 entreprises de plus de 100 salariés qui avaient déclaré ne pas avoir de solution lors de la campagne d’appels de 2008.
Sur les 623 entreprises, seules 305 ont été jointes ou ont accepté de répondre en déclarant pour 81% d’entre elles que la collecte des lampes avait été mise en place depuis le premier appel.
Ceci est la démonstration que même pour les entreprises qui ont largement le potentiel, la mise en place de la collecte des lampes nécessitera encore de longues années d’information.
3.3 Relations avec la presse
La communication ne peut se réduire à l’achat d’espace publicitaire et à l’organisation d’évènements. La promotion de la collecte sélective des lampes passe par la présence répétée dans les médias, d’articles ou d’émissions traitant du sujet.
Le lien permanent entretenu avec les journalistes dans un esprit de totale transparence a largement porté ses fruits, puisque nous avons relevé sur la seule année 2011 plus de 1.189 retombées traitant de la collecte et du recyclage des lampes usagées dans la presse écrite, radio, télévisuelle ou encore internet. Le nombre des retombées a ainsi augmenté de 79% par rapport à 2010.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 32 / 127
3.4 Information en partenariat avec les associations
Récylum s’est toujours attaché à développer dans la transparence des relations partenariales avec les associations parties prenantes de la filière.
A ce jour, nous avons trois partenariats formels avec des associations dont l’action de terrain participe directement de l’effort de communication de proximité déployé par Récylum. Les interventions des bénévoles et des permanents de ces associations peuvent faire l’objet d’un soutien logistique et/ou économique de la part de Récylum.
3.4.1 France Nature Environnement (FNE)
En 2011, Récylum et FNE ont renouvelé leur convention de partenariat qui concerne les animations de terrain lors de la semaine de réduction des déchets et des animations dans les écoles.
Semaine Européenne de réduction des déchets :
Cette année ce sont encore 60 actions de terrain (principalement des animations sur les lieux de vente) qui ont été menées par les bénévoles de 41 associations affiliées à FNE.
Création d’un kit pédagogique d’animation :
En 2011, Récylum a créé avec le groupe de travail constitué d’associations membres de FNE, une mallette pédagogique d’animation pour les associations d’éducation à l’environnement à partir des fiches pédagogiques existantes. Les contenus pédagogiques ont ensuite été testés par les associations de FNE (100 animations scolaires ou extrascolaires). Compte tenu de l’excellent accueil de cette mallette, une version numérisée pour enseignant est envisagée pour 2012.
3.4.2 Consommation Logement et Cadre de Vie (CLCV)
La CLCV est un relais d’information vers les 900 bailleurs sociaux et ses 421 administrateurs locataires adhérents.
De mai 2011 à mai 2012 la coopération avec la CLCV a porté sur :
Campagnes d’information dans les revues de l’organisme (Cadre de Vie et Copropriétaires).
Articles de presse dans les revues Info HLM, Copropriétaires et Vie des structures, relayés sur les sites Internet (www.clcv.org / www.actioncoproprietaires.org).
Diffusion de brochures d’information auprès de 50 conseils syndicaux, 50 copropriétés, 80 associations départementales, 421 administrateurs locataires.
3.4.3 Les Connexions
Récylum est partenaire de l’association « Les Connexions » depuis 2009 qui a pour objet la sensibilisation du public et des organisateurs d’événements aux enjeux environnementaux, sociaux et économiques du développement durable.
En 2011 Les Connexions ont expliqué le tri sélectif de façon ludique sur 25 événements culturels, sportifs et populaires (Planète Durable, Printemps de Bourges, Solidays, Eurokéennes, Braderie de Lille…). Cette organisation s’appuie sur 5 salariés et un réseau de 250 bénévoles. La collecte sélective des lampes a ainsi été expliquée à près de 11.200 personnes.
L’association a par ailleurs été présente aux côtés de Récylum sur l’évènement de la Défense, et celui de la Fête des Lumières.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 33 / 127
3.5 Information en partenariat avec les Distributeurs grand public
La visibilité du dispositif de collecte et l’information des consommateurs sur les points de vente sont sans doute le meilleur moyen pour inciter les utilisateurs de lampes fluo-compactes à les rapporter chez leur Distributeur.
3.5.1 Visibilité du dispositif de collecte
Depuis 2008 Récylum développe la visibilité de la collecte des lampes en magasin, soit par la mise à disposition gratuite de meubles en libre-service, soit par un accompagnement technique des enseignes souhaitant disposer de meubles de collecte à leurs couleurs, ces derniers pouvant parfois intégrer d’autres flux de déchets.
Fin 2011, ce sont plus de 4.000 magasins qui disposent de meubles permettant à leurs clients de déposer sans obligation d’achat leurs lampes et autres déchets tels les piles, petits DEEE, cartouches d’encre ...
En 2011, Récylum a renouvelé le design de son meuble de collecte principalement destiné à la GSB dans le cadre d’un partenariat avec l’éco-organisme Eco-systèmes.
En 2011 la visibilité du dispositif a pris une autre dimension avec le déploiement de la Lumibox dans 11.000 commerces de proximité.
Meuble Récylum
1ère génération
Meuble Récylum
2nd génération
3.5.2 Information du consommateur
L’information des consommateurs est principalement faite lors de journées d’animation organisées par Récylum. En incluant les 1.386 réalisées en 2011, ce sont près de 6.000 journées d’animations qui ont été menées depuis le démarrage de la filière, permettant de sensibiliser plusieurs centaines de milliers de consommateurs.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 34 / 127
3.6 Information en partenariat avec les Distributeurs professionnels
Depuis l’origine Récylum s’emploie à développer en partenariat avec les Distributeurs en matériel électrique une communication ciblée à l’attention de leurs clients (installateurs, grands comptes, collectivités locales …). Depuis 2010, cette communication s’adresse aussi aux PME du tertiaire grâce aux partenariats développés avec les Distributeurs de matériel de bureau.
3.6.1 Information avec les distributeurs en matériel électrique
Les clients des Distributeurs en matériel électrique détiennent souvent de petites quantités de lampes (artisans, PMI/PME …) dont il faut favoriser le retour sur les agences des Distributeurs.
A cette fin, plusieurs actions ont été entreprises en 2011 :
A l’instar de ce qui était fait dans la grande distribution Récylum a réalisé en 2011, 500 animations dans les agences des grossistes afin de sensibiliser leurs clients professionnels.
Diffusion de spots vidéo pédagogiques sur les écrans TV que certaines enseignes mettent à disposition de leurs clients dans les agences.
Organisation de concours de l’agence qui a le plus augmenté la collecte des lampes de ses clients chez plusieurs enseignes.
3.6.2 Information avec les Distributeurs en matériel de bureau
En 2011, Récylum a poursuivi en partenariat avec plusieurs distributeurs de consommables de bureau (JM Bruneau, Lyreco et Fiducial) la promotion du service Lumibox Tertiaire destiné à développer la collecte des lampes auprès des PME du tertiaire en milieu urbain, en général peu familières avec la gestion des déchets.
Ce service que les partenaires de Récylum proposent gratuitement ou pour quelques euros à leurs clients, permet à ces derniers de se faire déposer très simplement une Lumibox et/ou une Tubibox (pour les grands tubes fluorescents) et de la faire enlever une fois pleine lors d’une livraison de fournitures.
Service « Lumibox » proposé par Fiducial à ses clients Lumibox aux
couleurs JM Bruneau
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 35 / 127
3.7 Information en partenariat avec les Collectivités territoriales
Récylum met à disposition des Collectivités territoriales sous forme de CD-ROM, une boîte à outils destinés à la communication vers leurs administrés et services techniques.
3.7.1 Information des habitants hors des déchèteries
Ces outils sont utilisés par de nombreuses collectivités qui se sont impliquées aux cotés de Récylum dans la collecte des lampes. Récylum organise par ailleurs un tour de France de formation afin d’optimiser la gestion des lampes usagées.
CC du canton d’Attichy (60) CC du Pays de Faverges (74)
3.7.2 Information des habitants sur les déchèteries
Suite à une enquête de terrain qui a montré que les usagers des déchèteries qui participent à la collecte des lampes ne le savaient souvent pas du fait de l’absence de visibilité des conteneurs qui sont stockés dans des locaux à déchets dangereux non accessibles aux usagers, Récylum a développé en partenariat avec les collectivités locales une signalétique, qui après avoir été testée en 2011 sur plusieurs déchèteries, fera l’objet d’un déploiement à grande échelle en 2012. Cette dernière prendra soit la forme des panneaux indiquant que la déchèterie participe à la collecte des lampes, soit d’abris extérieurs « communiquant » pour stocker les conteneurs de collecte des lampes.
Abris communiquant Panneau d’information
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
3. Communication et information Page 36 / 127
3.8 Autres actions d’information
3.8.1 Information des prescripteurs
De nombreux acteurs publics et privés peuvent avoir dans le cadre de leurs missions un rôle de prescripteur du geste de recyclage des lampes vis-à-vis des détenteurs professionnels (architectes, inspecteurs DREAL, auditeurs/certificateurs qualité, conseillers énergie/environnement des Chambres de Commerce et Chambres de Métiers et de l’Artisanat …)
Récylum a rédigé à leur attention un dossier complet décrivant les aspects règlementaires et opérationnels de la filière de collecte des lampes, accompagné d’outils de communication destinés à leurs interlocuteurs détenteurs de lampes (plaquettes d’information, présentation PowerPoint, fiches de synthèse …).
Cet outil qui a déjà été diffusé à plusieurs milliers de contacts, est disponible sur simple demande auprès de Récylum et téléchargeeable sur www.recylum.com .
3.8.2 Information des installateurs électriciens
Le programme initié en 2009 par Récylum en partenariat avec les organisations professionnelles concernées (CAPEB, FEDELEC et FFIE) de sensibilisation des 40.000 artisans électriciens qui peuvent directement participer à la collecte des lampes usagées de leurs clients, a atteint depuis 2010 son régime de croisière et gagné en légitimité.
En effet, les différents acteurs de la profession se sont approprié ce dispositif qui fait la promotion de l’éco-responsabilité dans tous les actes courants de l’artisan, depuis la vente des équipements les moins énergivores, jusqu’à la gestion des déchets de chantier.
Moyennant l’engagement à respecter la charte « Electricien Eco- responsable », Récylum adresse aux artisans qui le souhaitent un kit d’outils de communication destinés à l’information de leurs clients et leur permettant ainsi de valoriser leur engagement.
Cette opération est soutenue par un plan média destiné, d’une part à inciter les artisans électriciens à collecter les lampes usagées de leurs clients, et d’autre part à recommander aux PME/TPE qui utilisent quotidiennement les services des artisans électriciens, de faire appel à un « Electricien Eco- responsable » qui assurera une gestion des déchets de chantier respectueuse de l’environnement.
En 2011 le kit « Electricien Eco- responsable » a été distribué à plus de 8.200 entreprises signataires de la charte, représentant environ 30.000 salariés qui ainsi bénéficient d’une sensibilisation à la problématique de gestion des déchets de chantiers incluant les lampes.
Rapport d’activité 2011
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.
4. Impact environnemental de la filière Page 37 / 127
4 IMPACT ENVIRONNEMENTAL DE LA FILIERE
4.1 Impact de la logistique de collecte
La valeur ajoutée d’un éco-organisme est entre autres de rationaliser la logistique de collecte afin d’en limiter l’impact environnemental.
Les lampes étant utilisées par tous et partout, le gisement est particulièrement diffus. Nous nous efforçons donc à limiter le nombre de kilomètres parcourus pour chaque tonne de lampes collectée.
4.1.1 Au niveau de la collecte primaire
De façon à maximiser la massification des flux avant enlèvement, nous favorisons le développement d’activités de collecte de proximité en petites quantités, notamment en mettant à disposition de nos partenaires des contenants adaptés (Alvéoles cartons, Lumibox, Tubibox …) permettant :
A certaines enseignes de distribution d’utiliser le retour à vide de leurs véhicules de livraison pour rapatrier les petits flux de lampes sur leurs plateformes logistiques.
Aux installateurs électriciens d’enlever les lampes usagées de leurs clients pour les déposer chez leur Distributeur en matériel électrique à l’occasion de l’achat de matériel neuf.
Aux collectivités locales de rassembler sur leurs déchèteries les lampes de leur patrimoine et celles de leurs administrés.
Aux Distributeurs de consommables de