A quoi faut-il faire attention lorsqu'on visite un logement en vue de l'achter ou de le louer?

download A quoi faut-il faire attention lorsqu'on visite un logement en vue de l'achter ou de le louer?

of 75

  • date post

    08-Dec-2014
  • Category

    Real Estate

  • view

    2.994
  • download

    2

Embed Size (px)

description

A QUOI FAUT-IL FAIRE ATTENTION LORSQU'ON VISITE UN LOGEMENT EN VUE DE L'ACHETER OU DE LE LOUER? - conférence Vous cherchez à louer ou à acquérir un logement ? Quels sont les éléments auxquels vous devez être particulièrement attentifs lors de la visite d’un bien. Les conseillers du Centre urbain vous présenteront une check-list des questions à poser, des éléments à observer et à retenir afin de vous éclairer au mieux dans votre choix.

Transcript of A quoi faut-il faire attention lorsqu'on visite un logement en vue de l'achter ou de le louer?

  • 1. A quoi faut-il faire attentionlorsquon visite un logementen vue de lacheter ou de lelouer?Centre Urbain 5 juin 2012

2. 1. Intrt patrimonial du bien et aspects rglementaires 3. Intrt patrimonial du bien etaspects rglementaires Intrt patrimonial du bien: A-t-il un intrt historique? A-t-il un intrt architectural (esthtique et technique)? Met-il en uvre des matriaux de qualit, bien souvent irremplaables aujourdhui? (menuiseries en chne, verres mis en uvre par des techniques anciennes, briques mailles, vitraux, etc) Le bien est-il repris linventaire scientifique du patrimoine architectural (communes couvertes: Photos Jrme Bertrand, Centre Urbain Bruxelles Extension Est, Bruxelles Extension Sud, Etterbeek, Ixelles, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode, Woluwe-Saint-Pierre)? www.irismonument.be 4. Niveaux de protection etrglementation urbanistique Le bien fait-il lobjet dune mesure de protection? Classement / liste de sauvegarde/ zone de protection dun bien class / inscription linventaire lgal Le bien est-il soumis une rglementation urbanistique rgionale ou communale particulire? Ex: zones ZICHEE dfinies au Plan Rgional dAffectation du Sol Ex: rglement communal durbanisme zon du Quartier de lHtelde Ville de Saint-Gilles 5. Possibilits dentretien et derestauration Dpendent de la complexit du btiment, des techniques mises en uvre lpoque et de la possibilit de trouver des matriaux de remplacement Dpendent du niveau de protection du bien qui implique des obligations et dans le cadre du classement, laccs une aide financire particulire Dpendent de votre budget Photo Jrme Bertrand, Centre Urbain 6. La faadeLes matriaux de parement La faade a-t-elle conserv son parement dorigine (faade enduite avec un mortier la chaux ou un mortier de ciment, un enduit simili-pierre (enduits peints ou nu), briques et pierre nu ou peintes, etc)? Enduit de ciment fissur Si oui, le parement est-il en bon tat? Photo MRBC - DMS enduit: dcollement de lenduit, micro-fissures,fissures de surface? briques, pierres: perte de matire, tat desjoints? Si lments peints, qualit et tat de lapeinture (dcollement, caillement, cloques, etc)? degr de salissure Enduit simili-pierre Si non, quelles sont les interventions sur le Photo MRBC - DMS parement? mise en peinture de la faade non destine trepeinte lorigine drochage: mise nu de la brique de maonnerieenduite lorigine un permis durbanisme a-t-il t introduit pourFaade de droite drocheces travaux? Photo Jrme Bertrand, Centre Urbain 7. La faadeLes chssis et la porte dentre Sagit-il des chssis et de la porte dorigine? Si oui, dans quel tat sont-ils (en bon tat, localement abms (peinture qui scaille, une pice de bois plus abme que lesPhoto Jrme Bertrand,Centre Urbain autres, etc), totalement abms)? Qualit de ltanchit lair et leau: tat des joints entre le chssis ou la porte et la maonnerie, tat du mastic entre la menuiserie et le vitrage Dformation des pices de bois, problme dquerrage? Etat et fonctionnement des ferrures (ouvrir et fermer les chssis) Lancienne poigne de porte, la ou les plaques de botes aux lettres ont-elles t conserves?Menuiserie O. Cabay 8. La faadeLes chssis et la porte dentre Si les chssis et la porte dorigine ont t changs, les lments qui les remplacent sont-ils de qualit? Respectent-ils laspect dorigine des menuiseries et de la faade (matriaux, divisions, cintrages, etc)? Si ce nest pas le cas, un permis durbanisme a-t-il t introduit?Photo Ph. De Gobert, CRMSAtelier dArchitecture du Congrs, Frdric Hossey 9. La faadeLa corniche Sagit-il de la corniche dorigine? Dans quel tat sont les diffrentes parties en bois? Le chneau est-il tanche? Indices dun problme dtanchit: humidification excessive de la faade, dgradation des enduits, etc. Photo Jrme Bertrand, Centre Urbain Sil sagit de lattes en PVC, attention! Cela appauvrit fortement laspect de la faade et vous navez pas la possibilit de constater un ventuel dfaut dtanchit et/ou le pourrissement du bois de la corniche dorigine. Photo Jrme Bertrand, Centre Urbain 10. La faadeLe balcon Dans quel tat sont les consoles et lassise en pierre: fissures, parties manquantes, problme de stabilit ? Dans quel tat est la main- courante? Ferronnerie Janssens Dans quel tat est le garde- corps: lments casss ou manquants, tat de la peinture de protection? Etat des points de fixation des lments mtalliques dans la maonnerie et dans Photos Jrme Bertrand, Centre Urbain lassise en pierre? Problme de stabilit? 11. La faadeElments dcoratifs (sgraffites et cramiques) Sont-ils en bon tat? Usure et dgradations des sgraffites: surpeints, dcollement des enduits, lacunes, fissures, ternissement des couleurs, tches blanches, tches fonces, crotes noires, etc. Cramique: adhrence la faade, mail, etc.Photo MRBC - DMS 12. Intrieur Les lments suivants ont-ils t conservs? Les menuiseries intrieures, leurs vitres, vitraux ou verres colors et leurs ferrures, les lambris Les anciens revtements de sol (granito, mosaque, carreaux de ciment, etc) Les moulures en pltre des murs et des plafonds Les manteaux de chemine Peintures murales, peinture faux-marbre, peinture faux-boisGranito photo MRBC - DMS Mosaque - photo Franoise Lombaers Crmone pompe photo Jrme Bertrand, Centre Urbain 13. IntrieurLascenseurRpond-il aux nouvelles normes de scurit?Si des travaux dadaptation ont t raliss, sont-ils dequalit et respectent-ils laspect architectural dorigine dubtiment? Photos Jrme Bertrand, Centre Urbain 14. 2. Pathologies et autresproblmes du btiment 15. PathologieEtude des maladies, de leurs origines, de leurs symptmes HumiditPathologies les plus courantesFissurationrencontres par le CSTCDgradation superficielle Dcollement Conformit daspectIsolation thermiqueDformation CorrosionStabilit 16. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELes infiltrations deau de pluielocalisation: enveloppe du btimenteau provenant de lextrieur (pluie)Murs extrieurs(faades, pignons, menuiseries, caves)- par dfaut dtanchit, vtustfissures dans les enduitsjoints de maonnerie dgrads- par humidification excessivepluie battante surles murs expossau sud-ouest 17. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELes infiltrations deau de pluielocalisation: enveloppe du btimenteau provenant de lextrieur (pluie)Toitures- par vtust- problmes de raccords (solins, corniches, bacs de chemine,) 18. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELhumidit ascensionnellelocalisation: murs et sols en caves ou au rez-de-chaussesur terre-plein (absence de caves ou de vide ventil)eau provenant du sol remontant dans les murs par capillarit (effet buvard)- se manifeste la base de tous les murs- ligne horizontale trs nette marquant la limite dhumidification 19. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELes fuites de canalisation & autres causes accidentelleslocalisation: lieux o passent les canalisationsfuites accidentelles (dbordements, ruptures de canalisations)ou perte dtanchit des joints sanitairescolonnes darrive et dvacuation, goutsrseau de distribution (chauffage)- vrification visuelleouverture des gaines, regard de baignoire,planchers,- inspection camra (gouts) / tassement du sol de cave suite des fuites- contrle de lindex du compteur deau 20. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELa condensationlocalisation: parois froides, ponts thermiquescondensation superficielle:contact entre de lair humideet une surface froide 21. Pathologies les plus courantes / HUMIDITELa condensationlocalisation: parois froides, ponts thermiquesconjonction de plusieurs facteurs:- un problme structurel:isolation thermique inadquate- une modification de comportement:diminution des tempratures de chauffediminution de la ventilation, calfeutrage- une intervention sur le btiment :remplacement des chssis, par exemple 22. Humidit et bois:attention la mrule 23. Humidit et bois:hattention la mrule 24. Pathologies les plus courantesSe mfier des interventions rcentes- pose de contre-cloisons- tapissage la fibre de verre- remise en peinture de mursservant masquer (provisoirement) un problme dhumidit 25. Pathologies les plus courantes: FISSURATION & STABILITE Humidit Fissuration Fissuration des murs,Dgradation superficielle planchers non horizontaux,Dcollement Conformit daspect affaissement de dallage, Isolation thermiqueDformation Origine : dfaut de stabilit, tassement du sol, linteaux,CorrosionStabilit Prsence de poutres en bois ou mtal dans les maonneries 26. Pathologies les plus courantes: FISSURATION & STABILITE Distinguer les fissurations structurelles > cas graves murs porteurs, fondations, les fissurations non structurelles > cas plus lgers cloisons, linteaux les fissures actives les fissures stables > Recours un expert en stabilit 27. Autres aspects importants: le plomb Anciennes canalisations darrive deau en plomb (saturnisme) directive europenne: suppression des canalisations en plomb (rseau public et priv) pour fin 2013 28. Autres aspects importants: lamiante (asbeste) utilise depuis les annes 30 / interdite en 1998 libration de fibres partir de matriaux dgrads = danger 29. Autres aspects importants: la scurit des installations Linstallation lectrique (attestation de conformit obligatoire) Le dossier lectrique contient: - le rapport dinspection - le schma unifilaire - le schma de position 30. Autres aspects importants: la scurit des installations Linstallation lectrique (attestation de conformit obligatoire) Prise de terre et liaison quipotentielle Disjoncteurs et diffrentiels Volumes de scurit (baignoire, douche) Circuit de distribution (section des cbles, nombre de prises) Toutes les rgles ne sont pas applicables aux btiments construits avant 1981 31. Autres aspects importants: la scurit des installations Linstallation de gaz Fuites ventuelles - contrle de lindex du compteur de gaz - contrle de linstallation par un organisme agr ou un entrepreneur CERGA 32. 3. Aspects juridiques 33. Aspects juridiques Pour la location, afin denta