800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL - Editions .800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL Un ouvrage publié

download 800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL - Editions .800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL Un ouvrage publié

of 24

  • date post

    11-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of 800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL - Editions .800 SECRETS DE SANTÉ AU NATUREL Un ouvrage publié

  • 800 SECRETS DE SANTAU NATUREL

    Un ouvrage publi sous la direction de Jean-Luc Darrigol

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 1

  • ISBN : 978-2-7033-0794-5 2009 Editions Dangles,

    une marque du groupe ditorial Piktos,Z.I. de Bogues, rue Gutenberg - 31750 Escalquens

    Bureau parisien : 6, rue Rgis - 75006 Paris

    Tous droits de reproduction, de traductionet dadaptation rservs pour tous pays.

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 2

  • Thierry ROBERT

    800 SECRETS DESANT AU NATUREL

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 3

  • Introduction

    Je navais que quelques annes lorsque jai vu de leaubouillir sur le crne dune imprudente reste trop longtempsexpose au soleil de plomb dun t torride. Aujourdhui, jaidu mal en croire mes souvenirs, et pourtant !

    Selon ses propres dires aprs avoir repris ses esprits, ellenous raconta que, juste avant lintervention, elle ne sentaitplus son corps et ne percevait que des ombres et des sons deplus en plus lointains...

    Une amie de la famille, dont jessayais doublier la prsencebruyante, sempressa de faire chauffer de leau dont elle rem-plit aux trois quarts une bouteille en verre, appliqua son mou-choir de tissu pli je ne sais plus combien de fois sur lorifice,le saisit autour du goulot, retourna la bouteille et essuya unegoutte qui perlait sous le mouchoir. Leau commena bizarre-ment bouillir gros bouillons au-dessus de la tte de la mal-heureuse qui gisait sans raction sur le canap. En quelquesminutes, elle avait retrouv tous ses sens, et la bouteille perduune grande partie de son eau !

    11

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 11

  • Mme sil ma fallu des annes pour raliser la gravit duphnomne auquel javais assist, et les difficults y faire faceselon lapproche mdicale moderne, cest srement ce jour-lque jai appris ne pas juger les gens sur leur apparence.

    Aprs plusieurs dcennies de recherches et dexpriencesaux quatre coins du monde avec des individus parfois dcon-certants, parmi lesquels des gurisseurs, bergers, sorciers, sha-mans, kahunas et autres, lobsession actuelle pour lesmdicaments modernes ne me parat justifie que par une lon-gue propagande commerciale, et serait srement moins com-pulsive si ces derniers avaient vraiment russi donner lamaladie une connotation moins dramatique, alors quil existe,pour la plupart des maux courants, des moyens simples vrai-ment efficaces, dont certains si naturellement utiliss depuistoujours dans mon environnement direct, que jai longtempst persuad quils taient connus du monde entier.

    Encore rcemment, je me risquais prudemment indiquer une jeune doctoresse, un massage ancestral destin la dbar-rasser dune angine rcurrente implacable qui, selon ses pro-pres termes, lui pourrissait la vie depuis des annes. Quelquesjours plus tard, elle mapprenait, ravie, que langine avaitcompltement disparu en une journe.

    Tout le monde nest malheureusement pas aussi ouvert linconnu. Certaines personnes sont mme inconsciemment siattaches leur maladie contre laquelle leur combat donne unsens leur vie, quelles ne recherchent dans le fond rien dau-tre que de la reconnaissance pour des souffrances quellesveulent valorisantes ; lexemple de la brave mnagre qui seplaint de sa migraine, mais qui la cherche ds quelle disparatplutt que de faire face au sentiment de vide que son absencelui laisse

    Beaucoup de ces mthodes ont t occultes par la mdecineexprimentale moderne, encense depuis des dcennies grandsrenforts mdiatiques par les observateurs scientifiques qui lui

    12

    800 secrets de sant au naturel

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 12

  • ont attribu la disparition de la plupart des maladies infectieu-ses ; moins que les campagnes de vaccination ne soient pasresponsables de lamlioration de la sant publique, mais toutsimplement lamlioration de lalimentation et des conditions devie, comme laffirment dans le monde entier un nombre crois-sant dindividus parmi lesquels des membres mmes du corpsmdical actuel. Toutes ces voix vont dans le sens de la mdecinechinoise traditionnelle, entre autres, qui affirme depuis des si-cles que lalimentation est la premire des mdecines.

    Quoi quil en soit, la mdecine exprimentale ne peut queconstater le nombre de ses dus qui, lasss dtre patients, seretournent vers des thrapies globales.

    Une autre affirmation de la mdecine chinoise millnaire estque les organes et autres constituants de lenveloppe corpo-relle, que sont les membres et le squelette, sont en relation mu-tuelle par lintermdiaire des mridiens, nerfs et fluidescorporels, ce que confirme lvolution des tudes en rflexo-logie. Les reprsentations holographiques montrent que cha-cune des diffrentes parties du corps humain consiste en unsystme de points en correspondance avec lensemble ducorps qui ne peut tre ramen la somme de ses parties. Si lapartie est dans le tout, le tout est galement dans la partie. Lamaladie semble ainsi indiquer un dsquilibre global, et passeulement de lorgane dans lequel il se manifeste, ce qui im-plique que les symptmes ne reprsentent que la partie visibledun dsquilibre imperceptible, et quil est illusoire de vou-loir traiter une partie isole du reste du corps.

    Sous cet angle, les milliers de thories de la mdecine exp-rimentale napparaissent plus que comme des bouche-trousdestins camoufler un vide de savoir. Comment stonnerque ce qui devrait fonctionner napporte souvent pas les rsul-tats escompts, alors que certaines choses fonctionnent sansque personne ne comprenne pourquoi ? Est-ce pour autant uneraison de les ignorer ?

    13

    Introduction

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 13

  • Personne ne sera donc surpris de constater que certaines desmthodes qui suivent, dont beaucoup font appel des sim-ples , sont prconises dans le traitement de plusieurs symp-tmes, car les plantes ont un large spectre daction quiinfluence tout lorganisme de manire naturelle et explique s-rement leur efficacit, contrairement aux mdicaments synth-tiques dont la slectivit lgard dune cible biologique restetout fait thorique, mais les liaisons dautres cibles trssusceptibles de provoquer des effets toxiques

    Si le terme de simples est souvent interprt de manirepjorative, lexprience dmontre que lefficacit se cachejustement dans la simplicit, mme si, pour des raisons com-merciales, celle-ci est dsesprment noye dans une com-plexit grandissante, toujours plus exigeante, et auxpromesses illusoires, mais rpondant aux besoins dune cra-sante majorit qui ne demande qu tre rassure, voireblouie, mais surtout pas claire

    Rappelons tout de mme ceux qui assimilent lusage desplantes des pratiques de charlatans, de la manire dont ils ontt programms penser, que lnorme majorit des mdica-ments modernes y trouvent leur origine en ne sintressantquaux lments dits actifs, ce qui impliquerait que les plantessoient galement constitues dlments inactifs. Doit-oncroire que la nature, dont le secret de la vie reste inviol, sen-combre vraiment dlments inutiles, ou que la conscience delhomme est trop limite pour comprendre leur utilit en asso-ciation avec les lments reconnus actifs dans lquilibre ma-nifest par la plante ? Ceci expliquant peut-tre les effetssecondaires des mdicaments qui ne respectent pas cetquilibre.

    Pourquoi de plus en plus de plantes prsentes avec mpriscomme des placebos sont-elles interdites sur un march dontil parat difficile de nier la logique purement conomique ?Pourquoi remettre en question les effets thrapeutiques des

    14

    800 secrets de sant au naturel

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 14

  • simples quand personne ne remet en cause les effets fortementtoxiques de certaines dentre elles, alors que la mdecine tra-ditionnelle elle-mme nous apprend que la diffrence entre unmdicament et un poison nest quune question de dosage ?Est-il ncessaire de rappeler que la calomnie est, de toujours,larme favorite de lincomptence ?

    lgard des sceptiques, auxquels jai appartenu une lon-gue priode de ma vie, je ne souhaite pas de traverser despreuves traumatisantes qui leur permettraient de constater,par exemple, les effets antiseptiques et cicatrisants tonnantsdune plante aussi commune que la lavande.

    Parmi les nombreuses mthodes qui suivent, toutes sont laporte de tout un chacun.

    Aucune de celles bases sur des croyances ou des capacitsparticulires na t retenue.

    Lefficacit de certaines dentre elles ne possde aucune ex-plication scientifique. Quant aux autres, le parti a t pris,pour les raisons prcdemment voques, de ne pas limiterleur nombre en les prsentant de la manire la plus pure quisoit de thories dont la validit peut paratre douteuse.

    Enfin, sans entrer dans des considrations qui sortent large-ment du cadre de ce livre, il est malgr tout indispensable dedvoiler ds prsent un des plus grands secrets de leffica-cit, et pas seulement dans le domaine de la sant : lintention.

    Quel que soit le problme de sant qui vous proccupe, lesimple fait de vous prendre en main plutt que de vous en re-mettre passivement qui que ce soit, est dj un grand pasvers le mieux-tre.

    Ne laissez jamais votre esprit accroch la maladie mais surlobjectif que vous poursuivez, et persvrez en vous attachant la moindre amlioration. Certains rsultats peuvent tre im-mdiats, dautres peuvent prendre du temps avant de manifes-ter des effets visibles lorsque le travail sopre en profondeur,

    15

    Introduction

    800-E-22.qxp 30/07/2009 14:09 Page 15

  • en ne se limitant pas la stimulation de manire artificielle,mais la restauration du fonctionnement normal.

    De plus, considrez que, en dehors des petits accidents spo-radiques, les symptmes de la maladie vous informent dundsquilibre global qui devrait vous inciter commencer re-voir votre rgime alimentaire, si ce nest votre manire d